Navigation – Plan du site

La propriété intellectuelle des calculs astronomiques en question

Une affaire de contrefaçon d’éphémérides nautiques et astronomiques à Saint-Brieuc et son influence sur la Connaissance des temps, publication phare du Bureau des longitudes (1870-1887)
The intellectual property of the astronomical calculations in question. A case of counterfeiting of nautical and astronomical ephemerides at Saint-Brieuc and its influence on the Connaissance des Temps, a flagship publication of the Bureau des longitudes (1870-1887)
Guy Boistel
p. 81-98

Résumés

En 1885, le Bureau des longitudes se voit contraint d’adapter les éphémérides de la Connaissance des temps aux besoins des navigateurs. En procédant à un audit sur les éphémérides en usage dans les ports, le Bureau redécouvre que depuis 1836 sont publiées à Saint-Brieuc des Éphémérides maritimes,véritables extraits de la CDT. Nous avons ainsi identifié une affaire de contrefaçon d’éphémérides nautiques. Les pièces de son jugement par un tribunal rennais posent la question cruciale de la propriété intellectuelle des calculs astronomiques. Au-delà de cette affaire concernant des imprimeurs-libraires briochins et parisiens, nous interrogeons aussi l’insuffisance de la réponse apportée par le Bureau des longitudes aux demandes répétées de simplification des éphémérides à destination des marins.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1 Contexte
2 Les éphémérides maritimes de Saint-Brieuc ou éphémérides-Dubus ? Un extrait de la Connaissance des temps
2.1 Dubus et l’école d’hydrographie de Saint-Brieuc
2.2 Les éphémérides-Dubus : un projet scientifique clair
3 Une contrefaçon d’éphémérides nautiques qui pose la question de la propriété intellectuelle des calculs astronomiques
3.1 Une entreprise éditoriale rentable : évaluation du préjudice commercial
3.2 Deux collections concurrentes d’éphémérides maritimes de Saint-Brieuc
4 L’arrêté ministériel du 13 juillet 1887 et la publication de l’Extrait de la Connaissance des temps à l’usage des écoles d’hydrographie et des marins du commerce par le Bureau des longitudes
5 Conclusion : Du local au national ou le Bureau des longitudes face à ses insuffisances

Aperçu du début du texte

1 Contexte

La navigation astronomique savante se développe dans les années 1750, sous les encouragements de divers prix et récompenses proposés par les principaux États maritimes, France, Angleterre, Pays-Bas et Espagne. Elle connaît son apogée avec le développement de la méthode des distances lunaires pour la détermination des longitudes en mer. On connaît l’importance du célèbre Longitude Act de la reine Anne Stuart proclamé en 1714 [Mobbs & Unwin 2016] et sa fabuleuse récompense qui marque le début d’une course effrénée des inventeurs de tous horizons pour la « découverte du secret des longitudes » censé procurer aux marins la maîtrise des mers et la survie des équipages. Isaac Newton prend la tête du nouveau Board of Longitude anglais qui doit accompagner et stimuler cette recherche. À la suite de ses travaux et des recommandations du Board, il devient évident aux yeux des astronomes que la Lune offre la meilleure horloge céleste possible. Mais il faut attendre l’invention d’une ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Boistel, « La propriété intellectuelle des calculs astronomiques en question », Philosophia Scientiæ [En ligne], 22-1 | 2018, mis en ligne le 16 février 2020, consulté le 18 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/philosophiascientiae/1327 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1327

Haut de page

Auteur

Guy Boistel

Université de Nantes, Centre François-Viète, Groupe d’histoire de l’astronomie (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page