Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22-1Aspects d’une trajectoire mathéma...

Aspects d’une trajectoire mathématique dans la France d’entre-deux-guerres : l’édition et le tournant pédagogique d’Albert Châtelet

A Career in Mathematics in France between the Two World Wars: the publishing industry and Albert Châtelet’s educational turn
Catherine Radtka
p. 143-161

Résumés

L’article présente les activités éditoriales du mathématicien Albert Châtelet (1883-1960), dont résulte une bibliographie particulièrement étendue par les types de publics auxquels elle s’adresse. Il montre la part importante prise par le mathématicien dans la vie des éditions Bourrelier et précise les objectifs poursuivis par Châtelet à travers la publication de manuels scolaires en mettant en évidence la manière dont ce travail a consolidé son engagement en faveur de la pédagogie et de l’enseignement scientifique.

Haut de page

Texte intégral

Je ne prévoyais pas qu’un jour serait créée à la Sorbonne une chaire de théorie des nombres, ni que ce serait au profit d’un admi­nistrateur chevronné, ancien recteur et directeur de ministère. [Weil 1955]

1L’allusion d’André Weil à la nomination d’Albert Châtelet à la chaire de théorie des nombres de la faculté des sciences de Paris passe délibérément sous silence ses travaux mathématiques. Elle néglige aussi ses nombreuses activités éditoriales. Celles-ci témoignent pourtant de l’intérêt et de l’engagement permanents de Châtelet pour sa discipline et son enseignement, y compris pendant les années où il assume d’importantes charges administratives. Elles construisent ainsi une continuité dans une carrière marquée par l’interruption, entre 1924 et 1946, de ses travaux de recherche.

2Malgré l’intérêt porté à Albert Châtelet (1883-1960) par des historiens de l’institution scolaire [Condette 2007, 2009] et des historiens des mathématiques [Goldstein 2009], [Gauthier & Goldstein 2013], [Gauthier à paraître], l’étude des relations nouées par le mathématicien avec le milieu éditorial reste encore limitée [Condette 2009, 200–203], [Radtka 2017]. Elle peut s’appuyer sur le fonds déposé par ses héritiers aux archives départementales du Pas-de-Calais [AD 62], au sein duquel se trouve notamment la correspondance entre Châtelet et ses éditeurs, ainsi qu’une partie de sa correspondance avec les auteurs et illustrateurs avec lesquels il a travaillé. Cet article présente la diversité de ces activités éditoriales et insiste sur la participation de Châtelet à la vie des éditions Bourrelier. Il met en évidence l’influence de cet engagement sur sa carrière, avant d’analyser, dans une seconde partie, les objectifs poursuivis par Châtelet via les manuels scolaires publiés sous son égide.

1 Les activités éditoriales d’Albert Châtelet, pendants des inflexions d’une carrière

3Les activités éditoriales d’Albert Châtelet s’étendent sur une période chronologique longue, de la publication de sa thèse en 1911 [Châtelet 1911] jusqu’à son décès en juin 1960. Elles débutent par la rédaction de notes scientifiques [Condette 2009, 579], puis par la publication des Leçons sur la théorie des nombres [Châtelet 1913], version publiée du cours Peccot professé par Châtelet au printemps 1912 [Gauthier à paraître]. Après ces premiers ouvrages qui rendent compte de ses recherches, le mathématicien s’aventure par ses publications sur le terrain de l’enseignement. Ce parcours le conduira à assumer des fonctions variées dans le monde du livre.

1.1 Autour de la première guerre mondiale : Châtelet chez l’éditeur scientifique Gauthier-Villars

  • 1 Un opuscule reprenant l’exposé donné par Châtelet lors du congrès international des mathématiciens (...)

4Dans la continuité de ses recherches dans le domaine de l’algèbre et la théorie des nombres, Châtelet publie après la première guerre mondiale un mémoire sur les groupes abéliens finis [Châtelet 1925]1, et envisage un mémoire sur les Fractions continues et approximations des irrationnelles [AD 62, 81J45]. Parallèlement, il publie avec Joseph Kampé de Fériet un traité de calcul vectoriel [Châtelet & Kampé de Fériet 1924]. L’ouvrage, destiné « aux élèves des classes de mathématiques spéciales et aux étudiants en sciences mathématiques et physiques », concrétise l’intérêt de Châtelet pour les mathématiques appliquées, domaine dans lequel il a enseigné sans faire de recherche [Gauthier à paraître].

5Dans cette période, la plupart de ses publications sont effectuées par l’éditeur spécialisé Gauthier-Villars [Parinet 2004, 284], [Ehrhardt 2011]. À l’image d’un parcours qui conduit Châtelet à un poste en faculté de sciences après quelques années d’enseignement dans le secondaire, ces publications sont typiques des mathématiciens français du début du siècle débutant une carrière universitaire. Elles s’inscrivent dans des traditions éditoriales établies, où à la publication de thèses et de cours magistraux s’ajoutent des mémoires originaux, des traités et ouvrages d’enseignement supérieur [Gispert 2015]. Le partenariat avec Gauthier-Villars constitue ainsi le pendant de l’inscription académique de Châtelet : dans un paysage mathématique français dominé par l’analyse et la géométrie, il place les travaux de théorie des nombres du jeune mathématicien dans un ensemble scientifique reconnu.

  • 2 Les mouvements pédagogiques sont des associations et groupements de pédagogues, éducateurs et perso (...)

6Toutefois, la première guerre mondiale infléchit fortement sa carrière. À son retour en effet, le mathématicien prend ses fonctions à la faculté des sciences de Lille et reprend ses recherches dans les domaines abordés dans sa thèse, mais il continue aussi à apporter ses compétences dans des domaines qu’il a travaillés alors qu’il était affecté à la commission d’expériences d’artillerie navale de Gâvre. Surtout, il s’investit de plus en plus dans des tâches administratives. Doyen de la faculté des sciences à partir d’octobre 1921, il devient recteur de l’académie de Lille en 1924. L’intérêt qu’il porte à l’enseignement s’étend au primaire et au secondaire, ce qui le rapproche des mouvements pédagogiques2. Ce glissement de préoccupations est lié à ses fonctions de recteur [Condette 2009, 164–188], mais il est aussi, en particulier pour ce qui concerne le primaire, motivé par la sollicitation qu’il reçoit, en 1929, de la part de la librairie Gedalge.

1.2 De la découverte à l’engagement : l’édition pour la jeunesse et le scolaire avec Bourrelier et Baillière (1929-1960)

7Dans un contexte marqué par les réflexions pédagogiques et la volonté de renouveler l’enseignement mathématique à l’école primaire, une maison spécialisée dans l’édition de livres scolaires et de publications pour la jeunesse, la librairie Gedalge, recherche à la fin des années 1920 un auteur susceptible de diriger une nouvelle collection. Sur une suggestion de l’inspecteur général Abel Marijon, l’éditeur Eugène Chimènes contacte alors Albert Châtelet. De cette démarche naîtra une association pérenne entre le mathématicien, l’inspecteur primaire Georges Condevaux et les futurs fondateurs des éditions Bourrelier.

8Si recourir à un mathématicien du milieu académique pour diriger une collection de manuels scolaires de mathématiques n’est pas exceptionnel, l’engagement dont fait preuve Châtelet dans la rédaction de ces manuels et son investissement dans la vie de la maison qu’Eugène Chimènes, qui vient de quitter la librairie Gedalge, fonde avec son ami Michel Bourrelier, sont remarquables. À travers cet engagement, c’est aussi l’ensemble des activités éditoriales de Châtelet qui s’infléchit vers l’enseignement primaire puis secondaire, la pédagogie et le livre de jeunesse.

  • 3 Le nom de Châtelet est suggéré par le mathématicien A. Sainte-Laguë à Pierre Bonnet, gendre d’Alber (...)

9Parallèlement à ses « combats pédagogiques » [Condette 2009, 187–211], le mathématicien-recteur s’engage donc aux côtés de la nouvelle maison Bourrelier-Chimènes (qui devient en 1932 Bourrelier & Cie) et se rapproche aussi du célèbre éditeur de médecine et de sciences Baillière. L’initiative en revient à chaque fois à des éditeurs en quête d’une personnalité scientifique susceptible de diriger une nouvelle collection3, mais le mathématicien se montre toujours intéressé. Il s’accorde toutefois un temps de réflexion avant de s’investir dans les projets soumis. En 1929, il demande à Eugène Chimènes un délai pour se « rendre compte d’une façon assez précise de ce qui a été publié jusqu’ici et pour cela examiner, d’un peu plus près [qu’il] ne l’[a] fait jusqu’à présent, les ouvrages d’arithmétique des diverses maisons d’édition, ainsi que quelques articles des revues primaires » [AD 62, 81J44]. Le propos témoigne, à cette date, de sa relative méconnaissance du domaine de l’édition scolaire, en général, et des problématiques de l’enseignement primaire, en particulier.

  • 4 En mai de la même année, il écrit à Ginat qu’il « collabore depuis 3 ans avec des membres de l’Ense (...)

10Lorsque, au début de l’année 1933, il est sollicité par Baillière pour diriger une collection de manuels de sciences pour le secondaire, Châtelet peut s’appuyer sur l’expérience acquise entre-temps4. Cette fois, c’est la charge de travail supplémentaire qui le fait hésiter. Pour y faire face, il cherche à s’attacher le concours de Marcel Ginat, professeur de physique au lycée du Havre, auquel il affirme dans une lettre datée du 24 février 1933 :

M. Bonnet-Baillière me demande de me charger d’une direction d’ensemble de la collection en me laissant toute latitude pour sa réalisation. [...] Vous plairait-il d’apporter votre concours à cette œuvre ? Personnellement, j’y tiendrais beaucoup et votre réponse affirmative m’encouragerait à accepter une charge qui m’apparaît difficile et lourde. [AD 62, 81J45]

  • 5 Cet aspect était essentiel pour Pierre Bonnet qui rappelle à Châtelet, dans sa lettre du 4 juillet (...)

11Une fois l’accord de Ginat obtenu, l’équipe réunie concrétise rapidement son effort [Châtelet, Rivet et al. 1934a], [Châtelet & Ferrieu 1935a,b], [Ginat 1935]. Le rôle qu’occupe Albert Châtelet est surtout celui d’un interlocuteur privilégié pour la maison d’édition. Suivant en partie les suggestions de l’éditeur, il constitue l’équipe d’auteurs œuvrant à la « nouvelle collection scientifique » voulue par Baillière, et il en établit, en interaction avec Ginat, les principes pédagogiques et éditoriaux. Parallèlement à son travail d’auteur5, il est aussi mis à contribution par l’éditeur pour assurer la tenue des délais de la production des ouvrages auprès des différents membres de l’équipe, assumant pleinement son rôle de directeur de collection.

12Tous ces aspects se retrouvent de manière encore plus marquée dans sa collaboration avec Eugène Chimènes et Michel Bourrelier. C’est d’abord Châtelet qui, davantage que les éditeurs, choisit les auteurs de son équipe [Radtka 2017]. Puis il dirige la collection en orientant, avec force détails, le choix des contenus et la manière d’introduire les notions mathématiques. Au fur et à mesure que la rédaction des premiers manuels avance, l’implication de Châtelet reste constante. Il organise le travail, étudie les suggestions de ses co-auteurs, et s’implique fortement dans les corrections d’épreuves. Les échanges avec les éditeurs montrent également l’importance qu’il accorde aux illustrations et à la mise en page des ouvrages, le mathématicien n’hésitant pas à faire des suggestions dans le domaine graphique. Véritable point de passage obligé, son rôle auprès des éditeurs Chimènes et Bourrelier, ainsi que des auteurs membres de son équipe, est encore plus central que celui qu’il assume dans le partenariat établi avec Baillière.

  • 6 Le rôle de Châtelet n’est pas mentionné dans les récits sur la création du prix rapportés dans [Des (...)
  • 7 H. Bourrelier est éditeur, ancien co-propriétaire d’Armand Colin où il a notamment dirigé le secteu (...)

13Avant la parution du premier manuel du « cours d’arithmétique Albert Châtelet » [Châtelet 1932b], le mathématicien conseille aussi les éditeurs Chimènes et Bourrelier pour tous les ouvrages scientifiques qu’ils envisagent de publier [AD 62, 81J44]. Ce rôle se perpétue auprès de Michel Bourrelier après qu’il s’est séparé d’Eugène Chimènes. Il ne se limite plus au domaine scolaire et Châtelet prend part à la création d’un prix de littérature enfantine. D’après les lettres conservées dans ses archives, il sert d’intermédiaire auprès de Paul Hazard, professeur au Collège de France, qui accepte de présider le jury dont Châtelet est également membre6. Remis pour la première fois en 1934 par Henri Bourrelier7, le père de Michel Bourrelier, le prix constitue une innovation qui permet à la jeune maison d’accroître sa réputation d’éditeur pour la jeunesse [Dalimier 1983], [Ezratty 2016].

  • 8 L’investissement s’élève au moins à 1 million de francs, soit 7,4 % de l’augmentation du capital dé (...)
  • 9 A. Châtelet est promu grand-officier de la Légion d’honneur en 1955 [LH, Léonore 19800035/318/42889 (...)

14Après la seconde guerre mondiale, l’investissement de Châtelet dans la vie de la maison Bourrelier se traduit également par une autre voie. En octobre 1945, l’éditeur décide d’une importante augmentation de capital pour poursuivre son développement dans un contexte difficile, marqué par les restrictions de papier et des hausses générales de prix [AD 62, 81J44]. Par un appel qui sera renouvelé les années suivantes, il demande à ses associés de souscrire des parts dans la société. Directeur d’une collection régulièrement ré-éditée, Châtelet répond positivement à la demande8. De fait, lorsqu’en 1956 Michel Bourrelier reçoit la Légion d’honneur des mains d’Albert Châtelet9, il témoigne l’ampleur de sa reconnaissance à son « auteur et ami » :

je n’oublierai pas que, ce ruban, je vous le dois en partie non seulement parce que vous avez été un des principaux animateurs de notre maison, mais aussi parce que vous en avez été un actif promoteur. [AD 62, 81J44]

15En acceptant la sollicitation d’Eugène Chimènes en 1929, Albert Châtelet s’est donc engagé dans une activité qui l’a conduit à prendre progressivement un rôle prépondérant dans la vie d’une maison d’édition scolaire. En retour, il a pris position dans les débats pédagogiques de son temps. Il s’est alors affirmé comme un réformateur. Si, en tant que recteur de l’académie de Lille, il avait, dès la seconde moitié des années 1920, soutenu des projets pédagogiques innovants [Condette 2009, 191–206], [Condette 2012], c’est surtout en travaillant sur la collection de manuels de mathématiques pour l’école primaire projetée par Bourrelier et Chimènes, puis dans le cadre de sa collaboration avec Marcel Ginat chez Baillière, qu’Albert Châtelet s’est rapproché des mouvements d’éducation nouvelle (son adhésion à la Société française de pédagogie et au Groupe français d’Éducation nouvelle (GFEN) date des années 1930 [Gutierrez 2016]).

  • 10 En 1932, cette publication est toutefois pensée comme une manière de diffuser le texte de la confér (...)
  • 11 Le fonds Bourrelier & Cie est cédé à Armand Colin en 1963 ; la collection « Cahiers de pédagogie mo (...)
  • 12 M. Bourrelier est, lui-même, personnellement engagé dans le soutien apporté au GFEN [Gutierrez 2011 (...)

16À l’été 1931, ses réflexions sur les méthodes à employer pour l’apprentissage des nombres à l’école élémentaire le conduisent en effet à prononcer une conférence au Congrès de l’Enfance. Il y affirme la nécessité de s’appuyer sur les centres d’intérêt et les pratiques connues des enfants. Les éditions Bourrelier-Chimènes publient la conférence en 1932 [Châtelet 1932a] et posent ainsi la fondation d’une réflexion qui sera portée par la collection « Cahiers de pédagogie moderne10 ». Cette collection, qui regroupe des personnalités comme Henri Wallon ou Jean Piaget, contribuera à faire de la maison de Michel Bourrelier (puis de sa « marque » chez Armand Colin11) un véritable promoteur des méthodes actives12.

  • 13 M. Ginat est aussi membre des Compagnons de l’Université nouvelle, et en relation avec le courant d (...)
  • 14 D’après les projets de l’éditeur, celle-ci aurait constitué un ensemble, avec deux autres périodiqu (...)

17Les liens noués entre Châtelet et Ginat13 lors du travail effectué pour Baillière contribuent à établir des relations productives entre les deux hommes. Cette relation, qui s’interrompt avec le décès précoce de Ginat (en 1937), conduit en particulier à l’organisation d’un important congrès « pour l’étude des questions relatives à l’organisation de l’enseignement du second degré » au Havre en 1936 [Condette & Savoye 2011]. Les préconisations qui en émanent alimentent les projets de réformes menés par une équipe réunie, un an plus tard, par le nouveau ministre de l’Éducation nationale Jean Zay. Châtelet est alors pleinement associé à ce mouvement ; il quitte son académie pour prendre des fonctions nationales en tant que directeur de l’enseignement du second degré [Condette 2009, 206–212], [Condette & Savoye 2011]. Ultime pendant éditorial de ce changement de carrière, la maison Baillière lance une nouvelle revue, intitulée L’Information pédagogique14.

1.3 Le retour au supérieur dans les années 1950 et le partenariat avec les Presses universitaires de France

18L’Information pédagogique paraît régulièrement à partir de 1937. En 1940, la publication est interrompue, tout comme la carrière de Châtelet au ministère. L’établissement du régime de Vichy le conduit à quitter la direction du second degré et à revenir (non sans difficultés administratives) à la recherche mathématique. La fin de la seconde guerre mondiale lui apporte à cet égard une reconnaissance et il est nommé, en avril 1945, maître de conférences d’arithmétique supérieure à la faculté des sciences de l’Université de Paris [Condette 2009, 348–355].

19S’il est de nouveau chargé, quelques années plus tard, de fonctions administratives – comme doyen de la faculté des sciences –, son « retour aux mathématiques » [Gauthier à paraître] se concrétise aussi, sur le plan éditorial, par la publication d’ouvrages de synthèse aux Presses universitaires de France (PUF). Châtelet signe en 1953 un contrat pour la parution, dans la collection « Euclide », d’un ouvrage intitulé Arithmétique et Algèbre modernes [AD 62, 81J45]. Ce sont trois tomes qui paraissent dans les années suivantes [Châtelet 1954, 1956, 1966], le dernier étant finalisé après son décès en 1960 par son fils François Châtelet, mathématicien et professeur à l’université de Besançon.

  • 15 La collection « Euclide : introduction aux études scientifiques» est dirigée par le zoologiste M. C (...)

20En 1955, les PUF invitent Albert Châtelet, qui est aussi sociétaire de l’entreprise depuis 1924, à rejoindre le comité de direction de la collection « Euclide », comme directeur de la section « mathématiques et astronomie mathématique15 » [AD 62, 81J45]. Il participe alors aux réunions du comité et examine les projets en cours dans ces années où, nouvellement retraité, il est libéré de ses tâches administratives. À la fin de sa vie, parallèlement à l’affirmation publique de ses valeurs et à ses prises de position dans les combats politiques des années 1950 [Condette 2009, partie 3], ses engagements éditoriaux au sein des PUF, mais aussi avec les éditions Bourrelier et Baillière, constituent donc des voies par lesquelles il maintient son activité scientifique et pédagogique.

2 La science et la République par le renouvellement de l’enseignement scientifique

  • 16 Les recherches historiques récentes sur les mathématiques françaises de l’entre-deux-guerres ont br (...)

21Emblématique des effets de la première guerre mondiale sur le paysage mathématique français de l’entre-deux-guerres16, la carrière de Châtelet témoigne d’une remarquable continuité entre sa vie scientifique et ses engagements citoyens [Goldstein 2009]. L’examen de sa production d’ouvrages d’enseignement, qui couvre une très large gamme d’âges et de niveaux, permet de préciser le dialogue qu’il a entrepris entre science et engagement, tout en considérant la manière dont il a cherché à moderniser l’enseignement de sa discipline.

2.1 Renouveler l’enseignement des mathématiques à tous les niveaux : entre respect des traditions et propositions modernisatrices

22Les textes publiés par Albert Châtelet avant la première guerre mondiale [Châtelet 1909a,b] permettent de constater que, lorsqu’il envisage l’enseignement, le jeune mathématicien poursuit, tout comme dans sa recherche [Gauthier à paraître], une forme de conciliation entre différentes traditions mathématiques. Dans le traité qu’il rédige avec Kampé de Fériet, il affiche toutefois l’objectif plus ambitieux de promouvoir l’usage du calcul vectoriel :

Le Calcul Vectoriel commence d’ailleurs à s’introduire en France [...]. C’est cette place [encore petite] que nous voudrions voir plus importante, pour le profit, croyons-nous, des élèves, de leurs études actuelles et des applications qu’ils en feront par la suite dans leur vie scientifique ou industrielle. Il faut pour cela que les maîtres examinateurs et professeurs soient persuadés que l’emploi des notations et des opérations vectorielles permet d’aborder avec aisance et élégance la majeure partie des théories et des problèmes qu’on peut demander aux examens d’entrée aux grandes écoles. Cette persuasion est la condition nécessaire de l’introduction effective de la technique vectorielle dans les habitudes scientifiques françaises ; elle en est aussi une condition suffisante [...]. [Châtelet & Kampé de Fériet 1924, vi]

23Il s’agit pour les auteurs de « hâte[r] un peu l’apparition [d’un] nouvel ordre » [Châtelet & Kampé de Fériet 1924, ix], en s’inspirant des pratiques scientifiques déjà installées à l’étranger. Pour autant, lorsque Châtelet s’engage dans l’édition de manuels pour le primaire, il ne s’agit pas d’étendre jusqu’aux plus petites classes une conception mathématique marquée par les nouveautés de la recherche. Dans l’entre-deux-guerres, la modernisation de l’enseignement mathématique dans le primaire passe plutôt par le renouvellement des méthodes pédagogiques [d’Enfert 2015, 23]. Et, si la question de la « démocratisation » de l’enseignement est posée par les partisans de l’école unique [Garnier 2008], les réponses qu’apportent les modernisateurs, dont Châtelet fait partie, ne sont pas univoques ni même synonymes d’unification des filières et des enseignements. À l’heure où l’organisation de l’enseignement en « ordres » séparés, soutenue par l’idée d’une différenciation des finalités en fonction des publics visés, est toujours d’actualité, les modernisateurs envisagent plutôt la mise en place de passerelles au niveau de l’école moyenne (élèves âgés entre 11 et 14 ans) [Condette 2012].

  • 17 Fils d’instituteur, Châtelet est d’abord élève dans l’ordre primaire ; il rejoint ensuite le second (...)

24Là encore, Châtelet apparaît comme un conciliateur, respectueux de traditions d’enseignement différentes qu’il connaît pour les avoir toutes deux vécues17 : celle de l’ordre primaire d’une part, pensé pour des enfants du peuple majoritairement destinés à entrer dans la vie professionnelle au terme d’une scolarité courte, et celle de l’ordre secondaire d’autre part, promouvant l’idéal d’un honnête homme formé par les humanités classiques et n’accueillant qu’une minorité d’enfants. L’objectif que Châtelet poursuit avec l’aide de l’équipe d’auteurs qu’il réunit pour rédiger les manuels de mathématiques pour le primaire, publiés par Bourrelier-Chimènes, est de « renouveler sans révolutionner » [Radtka 2017]. En phase avec son temps, ce renouvellement passe par l’incitation à recourir aux méthodes actives et à un matériel concret d’enseignement. Dans les manuels, il se traduit notamment par l’interpellation des élèves par les auteurs : s’adressant à leurs jeunes lecteurs plus qu’à leurs maîtres, les auteurs cherchent à mettre en évidence l’importance des mathématiques pour des enfants, dès leur plus jeune âge et en préparation de leur futur rôle de citoyens. La construction du lien entre les mathématiques et la vie quotidienne, constitutive des mathématiques enseignées dans l’ordre primaire, fait l’objet des premières indications que Châtelet envoie à ses co-auteurs pour guider la rédaction des manuels de la collection. Il précise ainsi, en novembre 1929, que chaque leçon doit débuter par « une image qui ne soit pas trop artificielle » [AD 62, 81J45]. Il donne aussi des exemples précisant comment le passage d’une situation courante à une formulation mathématique peut être fait, tout en tenant compte des limites de l’exercice :

Le prix de 15 chaises − prix d’une chaise × 15 chaises, est en réalité une convention de notre système commercial, qui n’est d’ailleurs pas absolument vraie puisqu’on fait un rabais pour beaucoup de chaises. Il convient de l’affirmer, sans trop philosopher et en ne parlant pas de grandeurs proportionnelles. [AD 62, 81J45]

25Son souci de réalisme, tempéré par l’idée de ce que l’on peut demander aux élèves et à leurs maîtres, est particulièrement visible au travers des critiques qu’il valide ou émet au sujet des illustrations préparées pour les manuels. Il se montre ainsi réceptif à une remarque de son éditeur, exprimée en avril 1932, à propos de la représentation d’un bûcheron au travail, précisant qu’« il ne faut pas donner aux enfants un dessin qui n’est pas vrai » [AD 62, 81J44]. Transmettant avec tact la teneur du message de l’éditeur à l’illustratrice Frédérique Mounier, dans un courrier daté du 4 mai 1932, Châtelet le commente :

Pour le dessin de février, l’éditeur demande quelques retouches. Le dessin est un des plus beaux de la série [...]. Il serait dans ces conditions désirable, tout en maintenant l’ensemble, d’améliorer quelques détails, si vous êtes de cet avis : Les bûcherons un peu grêles ne donnent peut-être pas une impression de force suffisante. Pour celui du premier plan, on me suggère qu’une situation nettement de profil [...] permettrait d’effacer un des bras derrière l’autre et d’éviter la forme d’amphore qui rappelle plus une danse. Les éditeurs pensent aussi que l’homme est un peu trop renversé et la hache un peu fantaisiste, mais ceci est peu de chose. [AD 62, 81J45]

26Dans le manuel pour les classes de scolarité prolongée créées en 1936 [Condevaux & Châtelet 1937], le fait de s’adresser à des élèves s’apprêtant à quitter l’école conduit aussi à transformer l’organisation du livre pour substituer un ordre thématique (par type d’activités pratiques) à un ordre notionnel. Cette innovation anticipe la publication en 1938 d’un programme officiel privilégiant un enseignement par « centres d’intérêt » pour ces classes qui deviennent, cette même année, des « classes de fin d’études primaires élémentaires », selon la réforme engagée par Jean Zay et à laquelle participent Châtelet et son collaborateur Condevaux [d’Enfert 2015, 50–54], [Radtka 2017].

27L’articulation à la vie réelle est également revendiquée dans la « Nouvelle Collection scientifique » destinée à l’enseignement secondaire qu’Albert Châtelet dirige chez Baillière. Le propos est adapté, car il concerne un ensemble scientifique plus large et parce qu’il s’adresse à un public différent. Ainsi :

Enseigner des sciences aux adolescents, [...] c’est surtout les initier au langage et au symbolisme de ces sciences, aux méthodes d’observation et de déduction, c’est leur donner l’habitude de voir et de penser, puis d’exprimer clairement leur vision et leur pensée. [...] Les sciences, malgré leurs abstractions et leurs reconstructions synthétiques, ne sont pas étrangères à la vie. C’est dans la vie qu’elles ont trouvé leurs conceptions, qu’elles les y trouvent encore lorsqu’elles se renouvellent ; c’est dans la vie et dans l’aide mutuelle qu’elles s’apportent que, sous peine de déchéance, elles doivent trouver journellement une utilité et des applications. [Châtelet, Rivet et al. 1934b, 5]

28La vie en dehors de l’école est donc invoquée pour justifier l’enseignement scientifique aux élèves du secondaire et les choix de la nouvelle collection. Elle l’est ici à double titre, à la fois comme source et domaine d’application des sciences elles-mêmes et comme perspective future pour les élèves, quel que soit leur avenir individuel. Postérieurement à la réaction en faveur des humanités classiques qui a suivi la première guerre mondiale, Châtelet réaffirme ainsi, à près de 30 ans de distance de la réforme de 1902 [Hulin 2000, 2002], [Gispert, Hulin et al. 2007], l’apport des disciplines scientifiques pour l’éducation d’un citoyen capable « de voir et de penser », prolongement contemporain de l’idéal de l’honnête homme. Les objectifs ne se confondent donc pas avec ceux du primaire marqués par les nécessités professionnelles et les « usages du calcul dans la vie pratique » [Condevaux & Châtelet 1937].

29Malgré les différences d’objectifs entre les collections destinées aux élèves du primaire et à ceux du secondaire, les rapprochements qu’induit l’articulation à la vie sont loin d’être négligeables. Comme l’affirme, à l’issue de l’introduction générale qu’il offre à la « collection scientifique » des éditions Baillière, celui qui deviendra 3 ans plus tard directeur du Second Degré du ministère de l’Éducation nationale :

  • 18 Châtelet s’était déjà servi de cette formule pour identifier la collection publiée sous son égide a (...)

En résumé, notre idéal serait de suivre l’ambitieuse formule proposée dans les instructions officielles pour l’enseignement primaire de France : Préciser, simplifier, graduer, vivifier, coordonner18. [Châtelet, Rivet et al. 1934b, 6]

30Si Châtelet respecte bien les objectifs et la philosophie de l’enseignement secondaire, s’adresser aux maîtres de cet ordre en revendiquant qu’il s’inspire du primaire n’en est pas moins osé !

2.2 Coordonner les disciplines : la construction de la « collection scientifique » aux Éditions Baillière

  • 19 Les fondateurs de cette revue souhaitent reprendre, en l’adaptant, le programme de la Revue de l’en (...)

31La « Nouvelle Collection scientifique », proposée par Baillière, innove également dans le paysage éditorial car elle intègre les différentes disciplines scientifiques dans un seul et même ensemble. Si la notion d’enseignement « scientifique » elle-même n’est pas particulièrement originale et qu’elle bénéficie même d’un certain regain d’intérêt dans l’entre-deux-guerres, avec le lancement en 1927 de la revue L’Enseignement scientifique19, les manuels qui touchent directement les élèves demeurent habituellement disciplinaires. En rupture avec ces habitudes, Baillière propose de publier une collection unique de manuels, pensée pour favoriser les liens entre disciplines, ce qu’il justifie dans un fascicule diffusé en 1935 par la nécessité d’établir une cohésion d’ensemble :

L’enseignement n’est pas plus une collection de sciences ou un amas de livres qu’une maison n’est un tas de pierres. Les sciences ont des parentés qui se montrent plus nombreuses et plus étroites à mesure de leurs développements et de leurs progrès. [...] Ces liaisons des sciences doivent se retrouver dans leur enseignement, et les livres d’une même classe ne peuvent plus s’ignorer les uns les autres. C’est cette nécessité de cohésion et d’entente qui est à l’origine de la Collection que nous présentons aujourd’hui aux élèves et aux professeurs. [AD 62, 81J45]

32L’argument est certes publicitaire, mais il n’exclut pas la conviction. De fait, le partenariat établi avec Châtelet assure que l’ambition de coordination disciplinaire est prise au sérieux dans l’élaboration de la collection. Ainsi la « question de la liaison entre disciplines » figure au centre des premiers échanges entre le mathématicien et le professeur de physique Marcel Ginat en 1933. Ce dernier insiste sur la nécessité d’une « collaboration intime et efficace » entre les différents auteurs pour pouvoir concrétiser l’ambition. Il précise, dans un courrier adressé à Châtelet, le 26 février 1933 :

Je crois qu’il faudrait introduire beaucoup de cohésion dans une collection d’ouvrages comme celle que vous projetez. Ce serait vraiment une nouveauté pédagogique. Si par ailleurs les ouvrages étaient conçus sous une forme nouvelle plus vivante, plus attrayante, plus efficace, nous aurions chance de proposer à nos collègues un remède contre ces deux maux de notre enseignement : le manque de liaison et son mauvais rendement. [AD 62, 81J45]

33Ginat présente aussi des suggestions pour établir des liens effectifs entre contenus, plus ou moins aboutis selon les disciplines envisagées. Dans les « quelques idées » qu’il envoie à Châtelet pour synthétiser les résultats de ses réflexions concernant les mathématiques, la physique et la cosmographie, Ginat identifie ainsi les « exposés à coordonner » d’une discipline à l’autre (les notions de trigonométrie en mathématiques avec l’étude des vibrations acoustiques en physique et la notion de diamètre apparent en cosmographie par exemple), et des « thèmes d’intérêt philosophique » comme la théorie de la lumière ou le problème de la mesure du temps.

34Ce double souci est davantage développé dans les « idées qui doivent servir à l’élaboration des livres » [AD 62, 81J45], document qui expose à la fois les liens effectifs à établir entre disciplines autour de certaines notions et le développement d’un axe humaniste ou philosophique. La mise en cohérence des ouvrages y est pensée comme le résultat d’une ambition éducative partagée :

Il faut l’imposer [la liaison] par la matière même de l’enseignement. Il faut donc que les divers ouvrages soient liés par leur substance même. Il suffit d’admettre la nécessité d’une étude humanisante. Ex. en physique ne pas se contenter d’une étude technique mais présenter les problèmes sous leur jour historique, philosophique, etc. [...] La collaboration entre spécialistes s’impose d’ailleurs si l’on admet la nécessité d’une humanisation de toutes les disciplines. [AD 62, 81J45]

35On découvre ainsi dans les échanges et réflexions liés à la constitution de la « Collection scientifique » l’arrière-plan qui soutient l’affirmation par Albert Châtelet des valeurs humanistes de l’enseignement scientifique en introduction générale de la collection. Ces valeurs font aussi écho aux idées que le recteur exprime publiquement, à la même période, dans ses discours anticipant les affirmations que le mathématicien, devenu président de l’Union rationaliste, défendra après la seconde guerre mondiale [Condette 2009].

36L’analyse des activités éditoriales de long terme de Châtelet, avec les éditions Bourrelier et Baillière notamment, conduit donc à renforcer la prise en compte de ses engagements en faveur de la science et de la raison, qui deviennent particulièrement explicites à la fin de sa vie. S’il ne vient pas à l’édition scolaire de sa propre initiative, il nous semble que la manière dont il s’investit dans l’élaboration de manuels, sa volonté de peser à travers eux sur les pratiques enseignantes pour « renouveler sans révolutionner » les contenus et méthodes, les liens avec les autres disciplines scientifiques et avec la vie quotidienne qu’il cherche à rendre sensibles aux élèves, témoignent d’une ambition qui dépasse la question de l’efficacité de l’enseignement. C’est bien plutôt un attachement aux valeurs de l’œuvre scolaire de la IIIe République, en prise avec les débats de son temps, qui apparaît à travers ces différents aspects.

  • 20 Se reporter aux recherches initiées par V. Fonteneau et R. d’Enfert lors du congrès de la SFHST d’a (...)

37Cette analyse constitue également un exemple particulier de la place que peut prendre dans la vie d’un scientifique l’écriture de manuels scolaires. Dans le cas de Châtelet, on dépasse l’habituelle dualité des carrières de savants qui sont aussi enseignants [Belhoste 2001] et il serait plus juste de parler d’une « pluriactivité20 » qui voit la succession et la superposition de fonctions de recherche, d’enseignement, d’administration, d’édition et d’écriture. La question de la gestion du temps et de l’organisation pratique qu’une telle multiplicité d’activités exige [Collinot 2012] n’a été que rapidement évoquée dans notre analyse et mériterait de plus amples développements. Nous avons en revanche centré notre propos sur la manière dont, dans le cas de Châtelet, le travail éditorial a pu soutenir un intérêt croissant pour les questions pédagogiques et un engagement de long terme auprès de la jeunesse. Loin d’être une activité annexe ou secondaire, l’édition de manuels scolaires conduit dans ce cas à une expérience pratique, jouant un rôle essentiel dans l’évolution de sa carrière, aux côtés de ses fonctions de recteur. Sa prise en compte permet ainsi de comprendre plus finement la manière dont se construit, au fil du temps, une continuité entre sa vie scientifique, profondément marquée par la rupture introduite par la première guerre mondiale, et ses engagements pédagogiques et politiques.

  • 21 En plus de [Chatelet, Kampede, Feriet 1924] et de [Chatelet 1937] commentés plus haut, signalons qu (...)

38Au regard de l’histoire de l’édition, l’analyse conduite dans cet article met aussi au jour le cas d’un directeur de collection pleinement engagé dans l’élaboration des manuels paraissant sous son égide ; elle précise l’étendue des rôles qu’il assume, mais aussi leurs variations en fonction de la configuration de l’équipe d’auteurs et des liens noués avec la maison d’édition et de la conjoncture politique ou économique. Elle montre également que, dans ce cas précis, les manuels sont pensés par leurs producteurs comme un moyen pour peser sur les pratiques pédagogiques et scientifiques21. Parce que les manuels scolaires sont désormais souvent pensés comme une traduction de programmes officiels qui les précèdent [Bruillard 2005], ce point est particulièrement important à souligner. En permettant de s’arrêter sur un moment précis de l’histoire de l’enseignement scientifique et de l’édition scolaire, l’analyse conduite ici confirme que les manuels scolaires sont une « fausse évidence historique » [Choppin 2008], dont l’étude gagne à être éclairée par les configurations historiques des relations entre l’institution scolaire et le secteur éditorial [Mollier 2002], [Radtka 2013, chap. 3–4]. Elle invite aussi à prolonger la recherche en s’intéressant à l’effectivité de ces outils par rapport aux fonctions qui leur ont été attribuées par leurs concepteurs. À cet égard, la particularité de ce cas suggère qu’une telle analyse devra tenir compte à la fois du statut, de la position et de la trajectoire professionnelle de ces derniers.

Haut de page

Bibliographie

Beaulieu, Liliane [2009], Regards sur les mathématiques en France entre les deux guerres. Introduction, Revue d’histoire des sciences, 62(1), 9–38, doi : 10.3917/rhs.621.0009.

Belhoste, Bruno [2001], Des sciences instituées aux sciences enseignées, ou comment prendre en compte l’activité didactique en histoire des sciences, Cahiers d’histoire et de philosophie des sciences, 49, 19–30.

Bruillard, Éric (éd.) [2005], Manuels scolaires, regards croisés, Caen : CRDP de Basse-Normandie.

Châtelet, Albert [1909a], Les principes de la géométrie. Leur portée pour l’enseignement élémentaire – I, La Revue de l’enseignement des sciences, 27, 301–309.

Châtelet, Albert [1909b], Les principes de la géométrie. Leur portée pour l’enseignement élémentaire – II, La Revue de l’enseignement des sciences, 28, 385–397.

Châtelet, Albert [1911], Sur certains ensembles de tableaux et leur application à la théorie des nombres, Paris : Gauthier-Villars.

Châtelet, Albert [1913], Leçons sur la théorie des nombres, Paris : Gauthier-Villars.

Châtelet, Albert [1920], Loi de Réciprocité abélienne, Toulouse : Privat, repris dans Comptes rendus du Congrès international des mathématiciens (Strasbourg, 22–30 Septembre 1920), édité par H. Villat, Toulouse :, 1921, 137–147.

Châtelet, Albert [1925], Les Groupes abéliens finis et les modules de points entiers, Paris ; Lille : Gauthier-Villars ; Bibliothèque universitaire.

Châtelet, Albert [1932a], L’Apprentissage des nombres : examen de quelques méthodes d’initiation arithmétique pour les écoles maternelles et les cours préparatoires des écoles primaires, Paris : Bourrelier-Chimènes.

Châtelet, Albert [1932b], Arithmétique. Cours élémentaire (1reet 2e année). Classes de 10e et 9e des lycées et collèges. Numération et système métrique. Calcul mental et écrit. Problèmes. Figures géométriques simples, Paris : Bourrelier-Chimènes, avec la collaboration de Georges Condevaux et Ernest Blanquet.

Châtelet, Albert [1949], L’apprentissage des nombres : examen de quelques méthodes d’initiation arithmétique pour les écoles maternelles et les cours préparatoires des écoles primaires, dans Initiation au calcul, enfants de 4 à 7 ans, Paris : Bourrelier, 49–70, Conférence faite au Congrès de l’Enfance le 30 juillet 1931 par A. Châtelet.

Châtelet, Albert [1954], Arithmétique et algèbre modernes. Tome 1 : Notions fondamentales, groupes, Paris : PUF.

Châtelet, Albert [1956], Arithmétique et algèbre modernes. Tome 2 : Anneaux et corps, calcul algébrique, idéaux et divisibilité, Paris : PUF.

Châtelet, Albert [1966], Arithmétique et algèbre modernes. Tome 3 : Idéaux dans un domaine d’intégrité, algèbre et arithmétique linéaires, Paris : PUF, texte revu et complété par François Châtelet.

Châtelet, Albert & Ferrieu, Roger [1935a], Géométrie et Algèbre, classe de 4e, Paris : Baillière.

Châtelet, Albert & Ferrieu, Roger [1935b], Géométrie et Algèbre, classe de 3e, Paris : Baillière.

Châtelet, Albert & Kampé de Fériet, Joseph [1924], Calcul vectoriel. Théorie applications géométriques et cinématiques, destiné aux élèves des classes des mathématiques spéciales et aux étudiants en sciences mathématiques et physiques, Paris : Gauthier-Villars.

Châtelet, Albert, Rivet, Paul & Haudeville, L. [1934a], Géométrie, classe de 1re, Paris : Baillière & fils.

Châtelet, Albert, Rivet, Paul & Haudeville, L. [1934b], Introduction générale, par A. Châtelet, dans Géométrie, classe de 1re, 5–6.

Choppin, Alain [2008], Le manuel scolaire, une fausse évidence historique, Histoire de l’éducation, 117, 7–56, doi : 10.4000/histoire-education.565.

Collinot, Anne [2012], Entre vie et œuvre scientifiques : le chaînon manquant, Critique, 781-782, 576–587.

Condette, Jean-François [2007], Châtelet Albert, dans Le Maitron : Dictionnaire biographique, Mouvement ouvrier, Mouvement social de 1940 à mai 1968, édité par C. Pennetier, Paris : Éditions de l’Atelier, t. 3, 254–257.

Condette, Jean-François [2009], Albert Châtelet. La République par l’école (1883-1960), Arras : Artois Presses Université.

Condette, Jean-François [2012], Une innovation pédagogique septentrionale : l’école unique de Saint-Amand-les-Eaux. Un « modèle » pour la réforme de l’enseignement moyen dans l’entre-deux-guerres ?, Revue du Nord, 394(1), 91–123.

Condette, Jean-François & Savoye, Antoine [2011], Le Congrès du Havre (31 mai–4 juin 1936) : Albert Châtelet et la réforme de l’enseignement du second degré, Carrefours de l’éducation, 31(1), 61–88, doi : 10.3917/cdle.031.0061.

Condevaux, Georges & Châtelet, Albert [1937], Arithmétique. Applications, usages du calcul dans la vie pratique. Cours supérieur, classes de scolarité prolongée, Paris : Bourrelier-Chimènes.

Dalimier, Raymonde [1983], In memoriam. Michel Bourrelier, Bulletin du CRILJ, 20, www.crilj.org/2009/05/28/michel-bourrelier/.

d’Enfert, Renaud [2015], L’Enseignement mathématique à l’école primaire, de la Révolution à nos jours. Textes officiels, t. 2 : 1915-2000, Limoges : PULIM.

Despinette, Janine [1984], La littérature pour la jeunesse dans le monde : ses prix littéraires et leurs finalités, Enfance, 37(3–4), 225–231.

Ehrhardt, Caroline [2011], Du cours magistral à l’entreprise éditoriale, Histoire de l’éducation, 130, 111–139, doi : 10.4000/histoire-education.2333.

Ezratty, Viviane [2016], Les fonds d’archives du Fonds patrimonial Heure Joyeuse de la médiathèque Françoise Sagan : une histoire « humaine », Strenæ, 11, en ligne, doi : 10.4000/strenae.1674.

Garnier, Bruno [2008], Les Combattants de l’école unique. Introduction à l’édition critique de L’Université nouvelle par les Compagnons : des origines à la dispersion du groupe, 1917-1933, Lyon : INRP.

Gauthier, Sébastien [à paraître], Albert Châtelet (1883-1960). De la théorie des nombres à la politique universitaire, dans La Grande Guerre des mathématiciens français, édité par C. Goldstein & D. Aubin.

Gauthier, Sébastien & Goldstein, Catherine [2013], Portrait of Albert Châtelet (1883-1960), dans History of ICMI, The First Century of the International Commission on Mathematical Instruction (1908-2008), [en ligne].

Ginat, Marcel [1935], Physique. Classe de mathématiques (mécanique, énergétique, physique des vibrations), Paris : Baillière.

Gispert, Hélène [2011], Devenir professeur à la Sorbonne dans l’entre-deux-guerres, un profil type ? Le cas des sciences mathématiques, dans Espaces de l’enseignement scientifique et technique, édité par R. d’Enfert & V. Fonteneau, Paris : Hermann, 161–173.

Gispert, Hélène [2015], La France mathématique de la Troisième République avant la Grande Guerre, Paris : SMF.

Gispert, Hélène, Hulin, Nicole & Robic, Marie-Claire (éds.) [2007], Science et Enseignement. L’exemple de la grande réforme des programmes des lycées au début du xxe siècle, Paris ; Lyon : Vuibert ; INRP.

Goldstein, Catherine [2009], La théorie des nombres en France dans l’entre-deux-guerres : de quelques effets de la première guerre mondiale, Revue d’histoire des sciences, 62(1), 143–175, doi : 10.3917/rhs.621.0143.

Gutierrez, Laurent [2011], Les premières années du Groupe français d’éducation nouvelle (1921-1940), Recherches & Éducations, 4, 27–39.

Gutierrez, Laurent [2016], La société française de pédagogie, dans Formation, transformations des savoirs scolaires. Histoires croisées des disciplines. xixxxe siècles, édité par P. Kahn & Y. Michel, Caen : Presses universitaires de Caen, 169–182.

Hulin, Nicole (éd.) [2000], Physique et « humanités scientifiques ». Autour de la réforme de l’enseignement de 1902. Études et documents, Villeneuve-d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion.

Hulin, Nicole [2002], Sciences naturelles et formation de l’esprit. Autour de la réforme de l’enseignement de 1902. Études et documents, Villeneuve-d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion.

Leloup, Juliette [2009], L’Entre-deux-guerres mathématique à travers les thèses soutenues en France, Thèse de doctorat, Université Pierre et Marie Curie.

Mollier, Jean-Yves [2002], Les maîtres des manuels scolaires, dans Deux cents ans d’inspection générale. 1802-2002, édité par J.-P. Rioux, Paris : Fayard, 125–141.

Parinet, Élisabeth [2004], Une histoire de l’édition à l’époque contemporaine. xixxxe siècles, Paris : Seuil.

Radtka, Catherine [2013], Construire la société scientifique par l’école. Angleterre, France et Pologne au prisme des manuels de sciences pour les élèves ordinaires (1950-2000), Thèse de doctorat, EHESS.

Radtka, Catherine [2017], Renouveler l’enseignement des mathématiques au primaire dans les années 1930 en France : le Cours d’arithmétique Albert Châtelet aux éditions Bourrelier et son élaboration, dans Les Mathématiques à l’école élémentaire (1880-1970). Études Brésil-France, édité par R. d’Enfert, M. Moyon & W. Valente, Limoges : PULIM, 167–185.

Weil, André [1955], Science française ?, Paris ; Corbeil : Impr. de Crété.

Haut de page

Notes

1 Un opuscule reprenant l’exposé donné par Châtelet lors du congrès international des mathématiciens de Strasbourg en 1920 témoigne des recherches qu’il conduit à ce moment, [Châtelet 1920] accessible à l’adresse http://www.mathunion.org/ICM/#1920.

2 Les mouvements pédagogiques sont des associations et groupements de pédagogues, éducateurs et personnes intéressées par l’enseignement qui mettent généralement au cœur de leur réflexion l’innovation pédagogique.

3 Le nom de Châtelet est suggéré par le mathématicien A. Sainte-Laguë à Pierre Bonnet, gendre d’Albert J.-B. Baillière, qui dirige alors la maison Baillière et fils. La généalogie de la famille Baillière est accessible à l’adresse http://www.genea-bdf.org/BasesDonnees/bases_c.htm

4 En mai de la même année, il écrit à Ginat qu’il « collabore depuis 3 ans avec des membres de l’Enseignement primaire et [qu’il a] eu quelques idées sur ce qu’on peut faire dans ce domaine» [AD 62, 81J45].

5 Cet aspect était essentiel pour Pierre Bonnet qui rappelle à Châtelet, dans sa lettre du 4 juillet 1933, qu’« un directeur uniquement nominal est la ruine d’une collection».

6 Le rôle de Châtelet n’est pas mentionné dans les récits sur la création du prix rapportés dans [Despinette 1984, 226–227].

7 H. Bourrelier est éditeur, ancien co-propriétaire d’Armand Colin où il a notamment dirigé le secteur scolaire. Il est aussi le fondateur de la revue pédagogique L’École et la Vie. À la fin des années 1920, il est associé par son fils à la création de sa maison d’édition. Il rencontre Châtelet en 1932 [AD 62, 81J44], [LH, Léonore 19800035/318/42818].

8 L’investissement s’élève au moins à 1 million de francs, soit 7,4 % de l’augmentation du capital décidée en 1951 [AD 62, 81J44].

9 A. Châtelet est promu grand-officier de la Légion d’honneur en 1955 [LH, Léonore 19800035/318/42889]. La Grande chancellerie de la Légion d’honneur ne conserve aucun dossier pour M. Bourrelier (je remercie Laurence Wodey pour cette information).

10 En 1932, cette publication est toutefois pensée comme une manière de diffuser le texte de la conférence parmi les enseignants et d’annoncer la future parution des manuels [AD 62, 81J44, 81J45]. Elle est intégrée dans les « Cahiers de pédagogie moderne» a posteriori, via une seconde publication dans une version revue et complétée [Châtelet 1949].

11 Le fonds Bourrelier & Cie est cédé à Armand Colin en 1963 ; la collection « Cahiers de pédagogie moderne» survit à ce rachat.

12 M. Bourrelier est, lui-même, personnellement engagé dans le soutien apporté au GFEN [Gutierrez 2011].

13 M. Ginat est aussi membre des Compagnons de l’Université nouvelle, et en relation avec le courant de « La Nouvelle Éducation» [Condette & Savoye 2011, 65].

14 D’après les projets de l’éditeur, celle-ci aurait constitué un ensemble, avec deux autres périodiques (L’Information scientifique et L’Enseignement ménager) qui ne verront pas le jour [AD 62, 81J45].

15 La collection « Euclide : introduction aux études scientifiques» est dirigée par le zoologiste M. Caullery (1868-1958), puis par le géophysicien C. Maurain (1871-1967). La section « mathématiques et astronomie mathématique» est dirigée successivement par J. Chazy, A. Châtelet et D. Dugué.

16 Les recherches historiques récentes sur les mathématiques françaises de l’entre-deux-guerres ont brossé un tableau assez éloigné de celui, très négatif, décrit a posteriori par les mathématiciens formés à cette période [Leloup 2009], [Beaulieu 2009], [Gispert 2011].

17 Fils d’instituteur, Châtelet est d’abord élève dans l’ordre primaire ; il rejoint ensuite le secondaire pour suivre des études longues qui le mènent en 1904 à l’École normale supérieure.

18 Châtelet s’était déjà servi de cette formule pour identifier la collection publiée sous son égide aux éditions Bourrelier.

19 Les fondateurs de cette revue souhaitent reprendre, en l’adaptant, le programme de la Revue de l’enseignement des sciences (qui a paru de 1907 à 1920). Ils visent à « embrass[er] l’ensemble des diverses disciplines [...], [et à] s’occupe[r] plus spécialement de leur rôle et de leur place dans le plan général des études» (extrait du n° 1 de la revue, cité dans la base de données « Pénélopée» de l’Institut français d’éducation). Je remercie R. d’Enfert pour cette référence.

20 Se reporter aux recherches initiées par V. Fonteneau et R. d’Enfert lors du congrès de la SFHST d’avril 2017 sur les formes de pluriactivité professionnelle comprenant une activité d’enseignement dans le domaine des sciences et des techniques.

21 En plus de [Chatelet, Kampede, Feriet 1924] et de [Chatelet 1937] commentés plus haut, signalons que la préface de [Chatelet, Rivet et al. 1934a] inclut une prise de distance par rapport aux programmes officiels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Radtka, « Aspects d’une trajectoire mathématique dans la France d’entre-deux-guerres : l’édition et le tournant pédagogique d’Albert Châtelet »Philosophia Scientiæ, 22-1 | 2018, 143-161.

Référence électronique

Catherine Radtka, « Aspects d’une trajectoire mathématique dans la France d’entre-deux-guerres : l’édition et le tournant pédagogique d’Albert Châtelet »Philosophia Scientiæ [En ligne], 22-1 | 2018, mis en ligne le 16 février 2020, consulté le 15 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/philosophiascientiae/1330 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philosophiascientiae.1330

Haut de page

Auteur

Catherine Radtka

Université de technologie de Belfort-Montbéliard, UMR CNRS 6174 (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Kimé
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search