Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22-1Le rôle des manuels dans la disci...

Le rôle des manuels dans la disciplinarisation de la toxicologie en France au xixe siècle

The role of Textbooks in the Disciplinarization of toxicology in France in the Nineteenth Century
Sacha Tomic
p. 163-183

Résumés

Science des poisons, la toxicologie est une spécialité pluridisciplinaire dont l’enseignement est dispersé entre médecine, pharmacie et chimie. Les manuels de toxicologie soulèvent des enjeux disciplinaires et éditoriaux. Une première partie montre, à travers une approche sérielle et comparative, comment la publication de manuels constitue un moyen de promouvoir et de revendiquer la reconnaissance institutionnelle d’une discipline aux contours fluctuants. Une deuxième partie présente l’histoire éditoriale du Manuel complet de médecine légale (10 éditions : 1821-1880) de Briand & Chaudé et les conséquences disciplinaires de l’insertion d’un Traité élémentaire de chimie légale écrit par des pharmaciens-chimistes.

Haut de page

Texte intégral

1 Introduction

1L’étude des manuels est relativement récente en histoire des sciences [Chopin 1980]. Kuhn a été un des premiers à s’intéresser à ce « produit dérivé » de la science en considérant les manuels comme des vecteurs de la science constituée ou « normale » [Kuhn 1972]. Ces livres ne se contentent pas de propager une science normale figée. Leur écriture au xixe siècle est une activité créative où la diversité des approches l’emporte sur le conformisme. Les auteurs clament leur originalité en s’appuyant sur leur expérience pédagogique et n’hésitent pas à refaire les expériences et à mettre à jour leurs connaissances.

2Différentes études sur les manuels de chimie de langue française ont montré leur renouvellement dans le premier tiers du xixe siècle et leur rôle de livres-modèles comme celui de Louis-Jacques Thenard [Bertomeu-Sánchez & García-Belmar 2000], leur rôle dans la diffusion de l’atomisme [Kounelis 2000], [Bertomeu-Sánchez & García-Belmar 2004], dans la marginalisation de certaines idées [Grapí 2001], dans l’élaboration de systèmes de classifications des éléments [Bertomeu-Sánchez, García-Belmar et al. 2002] ou dans la transmission du savoir-faire à travers les manuels d’analyse chimique [Tomic 2017]. Les manuels sont sources de controverses et participent à la construction d’une discipline [Lundgren & Bensaude-Vincent 2000], [Bensaude-Vincent, García-Belmar et al. 2003], [Clericuzio 2006], [Simon 2011]. Ils peuvent être considérés comme des « instruments of professionalization and mediators between scientific communities and the society at large » [García-Belmar, Bertomeu-Sánchez et al. 2005]. Dans quelle mesure cette fonction de disciplinarisation, essentielle au xixe siècle, est-elle valable pour les ouvrages de toxicologie et quel a été l’impact des innovations éditoriales dans cette entreprise ?

3La première partie aborde les enjeux disciplinaires en adoptant une approche par série appliquée aux ouvrages généraux de toxicologie comparés à ceux de médecine légale pour la période 1789-1914. Cette méthode a l’avantage de réunir des ouvrages autour d’une technique ou d’une spécialité scientifique aux multiples applications [Hilaire-Pérez, Nègre et al. 2017]. Cette étude livre des données statistiques et se penche sur des critères de légitimation disciplinaire de la toxicologie.

4La seconde partie illustre ce mouvement par une étude de cas consacrée à un best-seller aux dix éditions, le Manuel de médecine légale (Manuel par la suite) de Joseph-H. Briand et Jacques-Simon Chaudé, complété par un Traité élémentaire de chimie légale à partir de la 4e édition (1846). Le Manuel n’a jamais fait l’objet d’une étude et il est rarement évoqué par les historiens un peu embarrassés lorsqu’il s’agit d’apprécier sa valeur. Pour Bertherat, le Manuel sert d’« argument d’autorité » à la plaidoirie d’un avocat, mais il explique son échec car l’ouvrage cité « n’a pas la renommée des grands traités de médecine légale de l’époque, dont il se présente comme un résumé (notamment des travaux de Tardieu, il est vrai) » [Bertherat 2010]. Chauvaud l’évoque comme exemple d’« ouvrage lacunaire » puis l’utilise pour nuancer les propos de Brouardel à propos de la subordination des toxicologues aux médecins en pointant en note le statut problématique de la « chimie légale » qui y est développée [Chauvaud 2000, 26, n. 36, 228, n. 39]. Ces interprétations contrastent avec le succès du livre auprès des contemporains. La genèse du Manuel s’inscrit dans une stratégie éditoriale globale qui s’appuie sur le réseau d’éditeurs parisiens à la recherche d’une recette à succès. Dans quelle mesure le choix des auteurs et la structure du livre ont-ils contribué à ce succès ? Quel a été en retour le bénéfice pour la promotion de la toxicologie ?

2 Enjeux disciplinaires

2.1 Évolution comparée des manuels de toxicologie et de médecine légale

  • 1 Outre le critère du titre, j’ai intégré à la liste des ouvrages de toxicologie quelques rares titre (...)

5Les livres de toxicologie ainsi que les chapitres dédiés présents dans les ouvrages de médecine légale ont été identifiés grâce à leurs titres. Si celui de « toxicologie » est le plus répandu, on trouve également des appellations traditionnelles telles qu’« empoisonnements », « poisons » et « contre-poisons », « asphyxies par les gaz », « intoxications » ; ou bien des titres tels que « toxicologie médicale », « toxicologie médico-légale », « toxicologie clinique », « toxicologie chimique », « chimie légale » et « chimie judiciaire1 ».

6Au cours du xixe siècle, la toxicologie et la médecine légale sont représentées par 162 ouvrages de langue française, dont 91 ouvrages originaux et 58 éditions uniques (fig. 1). Les manuels de toxicologie sont majoritaires et diffèrent essentiellement de ceux de médecine légale par une forte proportion d’ouvrages originaux et d’éditions uniques écrits par deux tiers des auteurs. L’immense majorité des manuels de toxicologie est publiée en un fort volume d’environ 600 pages en moyenne (de 100 à 2 000 pages). La médecine légale se distingue par deux ouvrages à 10 éditions qui couvrent tout le siècle : le Manuel de Briand & Chaudé (1821-1880) et le Précis de médecine légale de Charles Vibert (1886-1921). La part consacrée aux empoisonnements varie de 10 à 1 000 pages pour une moyenne de près de 200 pages. Cette inégalité de traitement de la question toxicologique dans les manuels de médecine légale reflète moins l’état d’avancement de la toxicologie que le parti pris des auteurs à traiter cette question dans un ouvrage particulier.

7Ces ouvrages ont été écrits par 95 auteurs dont 80 français et 15 auteurs étrangers essentiellement allemands. Comparés à ceux de médecine légale, les ouvrages de toxicologie mobilisent deux tiers des auteurs et deux fois plus d’auteurs allemands sont traduits (Tableau 1). Comme pour les ouvrages de chimie, la plupart des traducteurs complètent le texte original sous forme de notes ou de commentaires, adaptent le texte à la législation française, ajoutent des chapitres et produisent ainsi de nouvelles éditions.

8L’évolution par décennie montre une croissance jusqu’aux années 1840, suivie d’un recul pour les livres de médecine légale jusqu’aux années 1860, puis d’une nouvelle croissance sous la IIIe République (fig. 2). Le nombre plus élevé de manuels de toxicologie et leur renouvellement plus fréquent témoignent d’une évolution plus rapide des connaissances dans ce domaine. Leur prédominance sur les manuels de médecine légale peut être interprétée comme une volonté éditoriale et disciplinaire de donner plus de visibilité à la toxicologie.

2.2 La chimie et l’histoire comme moyens de légitimation de la toxicologie

9Les ouvrages de médecine légale ont été l’objet de plusieurs études. Entre 1750 et 1800, les traités passent d’une compilation plus ou moins réussie de rapports de procès à des ouvrages structurés en différents chapitres par grands problèmes (avortement, suicide, empoisonnement, etc.) [Lecuir 1979]. Les premiers ouvrages des médecins François-Emmanuel Foderé, Paul Augustin Olivier Mahon, Jean Lafosse, Jean-Jacques Belloc, François Chaussier, Pierre Suë, François Pierre Chaumeton et Charles Chrétien Henri Marc « s’interrogent explicitement sur la médecine légale comme discipline, la promeuvent et font déjà l’histoire de sa naissance » [Lecuir 1979, 232]. Les auteurs des traités de médecine légale de la première moitié du xixe siècle ont légitimé la discipline en se fondant d’abord sur le « brevet d’ancienneté » puis sur un « label scientifique » [Zuberbuhler 2010]. Dans un premier temps, la « nouvelle génération » de médecins incarnée par Foderé, Mahon et Belloc construit une histoire téléologique remontant aux Grecs pour justifier la place de la médecine légale au sein du champ médical. Le changement intervient dès la seconde édition du traité de Foderé [Foderé 1813] qui est, avec le médecin chimiste Mathieu Orfila, « un des premiers à revendiquer l’autonomisation scientifique de la médecine légale comme science expérimentale sans recourir à l’alibi de son historicité de légitimation » [Zuberbuhler 2010, 72], adoptant ainsi la démarche de Lavoisier dans son Traité élémentaire de chimie (1789). Dans la seconde moitié du siècle, la médecine légale, désormais science constituée, trouve sa légitimité dans son utilité sociale. Les études de cas se multiplient et les traités généraux abordent la spécialité en traçant l’histoire de la jurisprudence médico-légale. La première Histoire de la médecine légale en France d’après les lois, registres et arrêts criminels [Desmaze 1880] est publiée en 1880 par un magistrat, le conseiller à la Cour d’appel de Paris, Charles Desmaze. En fin de siècle, Alexandre Lacassagne et Gabriel Tourdes réhabilitent la tradition d’une introduction historique qui s’est perpétuée jusqu’à nos jours.

10Si l’histoire de la médecine légale est aussi vieille que les lois et la médecine elles-mêmes, celle de la toxicologie se confond avec l’histoire des poisons, des venins et des antidotes [Wexler 2014, 2015]. Le savoir « toxicologique » a été pendant longtemps dispersé dans les pharmacopées, les antidotaires et autres ouvrages de matière médicale destinés aux médecins et aux apothicaires. Les premiers « textes vénénologiques » apparaissent à la fin du xiiie siècle [Watson 2010], [Collard 2007], [Bodiou, Chauvaud et al. 2014]. Les médecins allemands publient depuis au moins le xviie siècle des traités en latin intitulés Toxicologia. Le mot « toxicologie » apparaît en France à la fin du xviiie siècle. Le recours à l’« historicité de légitimation » est plutôt rare pour les premiers traités de toxicologie et les toxicologues s’appuient davantage sur le « label scientifique » de la « nouvelle chimie ». C’est le cas du Manuel de toxicologie du médecin allemand Joseph Frank qui paraît en 1803, mais qui est vite jugé incomplet. En 1808, le médecin Auguste-Charles Savary fait remarquer qu’il « manque à la science un traité complet de Toxicologie » et propose un plan en deux parties : généralités sur les poisons et présentations particulières [Savary 1808]. L’appel de Savary a été parfaitement entendu par Orfila. Poids lourd de l’édition scientifique de la première moitié du xixe siècle avec Thenard, Orfila a publié de son vivant quatre ouvrages majeurs qui représentent en tout 23 éditions sans compter les éditions étrangères traduites dans sept langues (allemand, espagnol, italien, hollandais, anglais, danois, portugais). Les traductions des cinq éditions de son Traité de toxicologie (1814, 1818, 1826, 1843, 1852) ont fortement influencé les toxicologues allemands [Wahrig 2006]. Orfila n’écrit pas d’introduction historique bien qu’il publie une « notice bibliographique » de 16 pages à partir de la 4e édition, nombre qui double lors de la dernière édition. Couvert d’éloges par les médecins, le physiologue Anthelme Richerand reproche toutefois au traité d’Orfila son caractère formel car la plupart des « hommes de l’art », surtout ceux opérant dans les campagnes, ignorent les préparations de la chimie [Richerand 1818].

11Conscient que la légitimité de la toxicologie passe également par sa diffusion, Orfila s’inscrit dans le courant de vulgarisation des sciences du xixe siècle et il est à la toxicologie ce que Camille Flammarion est à l’astronomie et Louis Figuier à l’industrie. José Ramón Bertomeu-Sánchez a souligné cette volonté d’Orfila de populariser la « nouvelle toxicologie » à travers les quatre éditions des Secours à donner aux personnes empoisonnées et asphyxiées (1818, 1821, 1825, 1830), qui ont été traduites et pour certaines adaptées dans six langues qui représentent 21 éditions ! Le modèle diffusionniste proposé par Ludwik Fleck et Harry Collins n’est pas applicable à la toxicologie au début du xixe siècle. Le savoir ne se diffuse pas en sens unique des experts vers le public car « there was no defined, homogeneous core-set of experts. Moreover, toxicologists were always exposed to the public, obliged to face lay audiences in many contexts—journals, popular books, trials, newspapers, and so on » [Bertomeu-Sánchez 2009, 376]. La diffusion de la nouvelle toxicologie promue par Orfila est un processus complexe qui fait appel à des échanges, appropriations et résistances de la part des savants et des profanes.

12Dans la seconde moitié du xixe siècle, les chimistes sont peu enclins à faire appel au « brevet d’ancienneté » pour les manuels de toxicologie [Barillot 1894], [Ogier 1899]. Les pharmaciens et les médecins sont plus sensibles à l’histoire à partir de la fin des années 1860 et publient soit des ouvrages particuliers [Gilbert 1868] et des ouvrages de vulgarisation [Mangin 1869], soit des introductions historiques qui se développent généralement autour d’une suite d’affaires criminelles et d’empoisonnements célèbres [Chapuis 1882], [Hugounenq 1891], [Lewin 1903], [Brouardel 1904].

3 Autopsie du Manuel de médecine légale de Briand & Chaudé

3.1 Brosson & Chaudé, éditeurs scientifiques à succès

13Les huit premières éditions du Manuel se sont écoulées à plus de 20 000 exemplaires « sans compter les contrefaçons belges antérieures à la convention [du 22 août] 1852 » [Jeannel 1876, 1024] (fig. 3). Une comparaison des tirages moyens situe le Manuel au-dessus des ouvrages de médecine (2 000 à 4 000 ex.) comme le Traité de toxicologie d’Orfila et des ouvrages de vulgarisation (10 000 ex.) [Tesnière 1993]. Le Manuel est cependant en dessous des 64 500 exemplaires et huit éditions (1859-1884) du manuel scolaire Cours de physique purement expérimentale d’Adolphe Ganot [Simon 2011, 12] et très loin derrière les 125 000 exemplaires de l’Astronomie populaire [Tesnière 1993] de Camille Flammarion.

14Le succès du Manuel est bien réel et s’étend au-delà des frontières nationales. En Angleterre et en Espagne, l’ouvrage est qualifié d’« excellent » [Anonyme 1866a], [Mata 1866], [Cuenca Lorente 2015]. Au Brésil, un professeur incorpore de larges extraits à son manuel [Cunha 1864]. En Russie, il est utilisé par plusieurs professeurs de médecine légale pour leurs cours [Becker 2011, 297, n. 119, 304, n. 22, 308, n. 52]. Le Manuel a connu deux éditions belges, trois italiennes et quatre espagnoles (Tableau 2). La partie législative est adaptée au pays de diffusion et la plupart des éditeurs annotent et enrichissent le texte. Certains éditeurs espagnols, dont le pharmacien et professeur de chimie Antonio Casares, publient séparément le Traité élémentaire de chimie légale. À l’inverse, l’édition italienne de 1846 et l’édition espagnole de 1872, intègrent le Manuel en l’associant au Traité de médecine légale d’un autre auteur.

15La longévité du Manuel est le fruit d’une stratégie éditoriale élaborée par Jacques-Simon Chaudé. Son histoire est racontée par Henri Baillière, second fils du célèbre éditeur de sciences médicales [Baillière 1872], dont la librairie est établie rue de l’École de médecine à Paris depuis 1818. Le libraire possède un catalogue de livres de médecine parmi les plus fournis d’Europe. En 1914, plus de 4 000 ouvrages dont plus de 3 000 en médecine ont été publiés par l’éditeur [Dubarry 1986], [Gourevitch & Vincent 2006].

16Jacques-Simon a quatre ans lorsqu’il perd son père, l’imprimeur Henri Chaudé. Sa mère se remarie avec Jean-Antoine Brosson, médecin de la Marine qui préfère finalement reprendre l’imprimerie. Grâce à son réseau de relations, il devient l’éditeur des thèses de la faculté de médecine, un marché lucratif car ce sont 200 à 300 thèses de médecine qui sont soutenues annuellement jusqu’en 1871, puis 500 thèses jusqu’en 1914. Brosson pressent le besoin d’un dictionnaire de médecine pratique et s’adresse au médecin Joseph Capuron qui lui fournit un manuscrit limité. Il a alors l’idée d’associer une nomenclature et une synonymie. Complémentaire des dictionnaires encyclopédiques en plusieurs volumes, l’ouvrage publié la première fois en 1806 va connaître un grand succès atteignant sa 21e édition en 1908 ! Pour la seconde édition (1810), Brosson charge Chaudé, qui suit en parallèle les cours d’anatomie et de dissection de Phillibert-Joseph Roux, de rédiger tous les articles d’anatomie et de chirurgie. Il fait également appel au médecin franco-belge Pierre-Hubert Nysten, alors préparateur de chimie à la faculté de médecine, pour rédiger une partie du dictionnaire.

17C’est lors de la 3e édition (1814) que disparaît le nom de Capuron faisant place à celui de Nysten, ce qui est « positivement de l’habileté » [Giraud 1862, 3]. Nysten décède en 1818 et Chaudé, ayant succédé à son beau-père en 1821, se charge de mettre à jour le désormais « Nysten », et fait appel au médecin Isidore Bricheteau à partir de la 4e édition (1824). Pour la 5e édition (1833), Chaudé charge le pharmacien-chimiste Étienne Ossian Henry de rédiger les articles de chimie et de pharmacie et ajoute également comme auteur le nom de Joseph Briand. Chaudé revend sa librairie en 1845 à J.-B. Baillière. Ce dernier poursuit l’édition et demande une refonte complète à Émile Littré et Charles Robin pour la 10e édition (1855). Plusieurs catholiques conservateurs partisans de la philosophie « spiritualiste » développée par Nysten critiquent cette nouvelle édition positiviste et matérialiste (articles « homme » et « âme » en particulier) [Milcent 1866]. La veuve Nysten se tourne vers l’éditeur pour réclamer des droits et pour retirer le nom de son mari de l’ouvrage, car il est contraire à « l’esprit philosophique et moral de l’ancien Dictionnaire » [Anonyme 1866b]. Baillière publie la 12e édition et revendique dans la préface (datée du 31 janv. 1865) que « Nysten n’est plus un nom propre d’auteur, mais bien un titre de livre : on dit un Nysten comme on dit un Calepin, un Barrème, un Buffon ». Le procès a lieu le 18 mars 1865 et la veuve Nysten gagne son procès en appel contre Baillière le 27 février 1866. Elle reçoit 2 000 francs de dommages-intérêts et la suppression du nom de son mari, mais l’éditeur reste propriétaire de l’œuvre assimilée à une commande passée à Nysten. La tentative de Baillière pour transformer un nom en marque a été refusée par la justice mais certains tirages conservent le nom de Nysten. L’affaire prend une tournure politique lors des débats au Sénat sur l’enseignement libre de la médecine. Le ministre de l’Instruction publique, Victor Duruy, est pris à partie par le cardinal Henri de Bonnechose lors de la séance du 20 mai 1868 et la rectification demandée est finalement acceptée [Anonyme 1868a,b,c]. Ces critiques, loin de nuire à la réputation de l’ouvrage, constituent une « excellente recommandation » [Guardia 1865] pour le dictionnaire qui poursuit sa carrière sous le nom de Littré-Robin. Le scénario Nysten se répète pour la 15e édition (1884). Littré décédé et Robin en retrait, certains articles ont été modifiés par le médecin Paul Decaye, alors que seul le nom de Littré est associé à l’ouvrage [Anonyme 1884]. Cette décision de l’éditeur n’est pas très « correcte » mais « le nom de Littré sur la couverture pour allécher le public [est] après tout une affaire de commerce » [Wyrouboff 1884].

18Le « Nysten » est lié de manière organique au Manuel : outre l’association du nom de Briand comme auteur, plusieurs articles du « Nysten » renvoient à « l’excellent Manuel de médecine légale du docteur Briand » [Nysten, Bricheteau et al. 1839, 142], ce qui souligne la stratégie commerciale d’autopromotion de Chaudé. L’histoire de l’étiquette « Briand-Chaudé » est moins tumultueuse. Le médecin Joseph Briand est alors méconnu. Né à Monterfil près de Rennes, il soutient sa thèse intitulée Considérations générales sur l’abus des boissons spiritueuses à Paris le 22 août 1816 et donne des cours privés d’anatomie, de médecine et de chirurgie. Il rencontre Chaudé en 1821 et lui propose le manuscrit d’un Manuel de médecine légale. Chaudé accepte « à la condition qu’il achète la pleine et entière propriété du manuscrit et qu’il ait le droit de le publier, revu, corrigé et augmenté, comme bon lui semblera » [Baillière 1872, 179]. Briand accepte. Briand ne prétend pas à l’originalité, il ne s’est « pas piqué de faire un livre neuf, mais un livre utile » entre monographie et traité « savants », un « résumé des meilleurs ouvrages anciens et modernes » comme l’indique le sous-titre du livre. Le titre de l’auteur « J. Briand, D. M de la faculté de Paris » est une caution scientifique et un bon argument de vente. Chaudé, qui est un simple officier de santé sans doctorat, se réfugie derrière cette « étiquette » et devient « auteur-éditeur » des cinq premières éditions. Chaudé n’étant plus libraire mais demeurant éditeur, les librairies de Neuhaus et Videdocq sont chargées de la vente des 4e et 5e éditions respectivement aux médecins et aux juristes, puis c’est Baillière qui se charge des dernières éditions.

19Les succès du « Nysten-Littré » et du « Briand-Chaudé » sont dus à une ligne éditoriale commune : l’auteur initial a vendu ses droits mais son nom est devenu un argument de vente. Cependant, c’est l’auteur initial qui a été conservé pour le Manuel (Briand), tandis que, pour le Dictionnaire, Chaudé a préféré conserver le nom de Nysten, plus vendeur. Cette stratégie commerciale, poursuivie par Baillière, se heurte, pour le Nysten, au droit de propriété littéraire et aux polémiques positiviste vs spiritualiste. L’éditeur est contraint à étiqueter son édition « Littré-Robin », puis « Littré ». Pour autant, la médiatisation de ces évènements est telle qu’elle assure une promotion à l’ouvrage.

3.2 Un réseau performant

20Le Manuel s’adresse dès l’origine à un large public allant des étudiants en médecine aux professionnels : médecins, chirurgiens, sages-femmes, officiers de santé qui font souvent office d’« hommes de l’art » en province, pharmaciens et avocats. Tous ces acteurs sont des experts potentiels et constituent un public de plus en plus captif au cours du siècle et, ainsi, forment un réseau de collaborateurs que vont exploiter les éditeurs.

21Le succès du Manuel repose en grande partie sur la capacité de Chaudé et de ses collaborateurs à s’informer en permanence sur les progrès médicaux, législatifs et chimiques via leurs réseaux de collègues et/ou spécialistes. Pour la partie législative, Chaudé fait appel aux services d’avocats. Jean-Xavier Brosson officie jusqu’à la 3e édition (1836), puis c’est au tour d’Ernest Chaudé, fils de Jacques-Simon, à partir de la 4e édition (1846). Ceux-ci placent les textes officiels et leurs commentaires en tête des chapitres, ce qui est salué par les critiques. Pour la chimie, Chaudé assure la rédaction d’un chapitre pour les deux premières éditions puis fait appel, pour la 3e édition, à un « jeune chimiste agrégé à la faculté de médecine » [Briand & Chaudé 1836, vi], le médecin et expert-chimiste Pierre-Louis Cottereau [Cottereau 1847, 61–63]. À partir de la 4e édition, le Manuel s’enrichit d’un Traité élémentaire de chimie légale écrit par des pharmaciens-chimistes titulaires de la chaire de toxicologie de l’École de pharmacie de Paris et experts-chimistes près les tribunaux : Henri-François Gaultier de Claubry assisté par le médecin Charles Robin pour les examens microscopiques pour les quatre premières éditions (1846, 1852, 1858, 1863), puis Jules Bouis pour les trois dernières éditions (1869, 1874 et 1879-80).

22L’insertion du Traité élémentaire de chimie légale stabilise la ligne éditoriale du Manuel (fig. 4). La structure générale de l’ouvrage d’environ 1 000 pages se divise en trois parties : médecine légale, chimie légale (et chapitre de médecine légale intitulé « De l’homicide par empoisonnement ») et législation dans les proportions 50 %-23 %-27 %. La forte croissance observée pour la dernière édition est due en grande partie à la médecine légale qui a pratiquement doublé et à la partie administrative qui aborde tous les aspects de l’expertise (rapports, certificats, etc.).

23Le Manuel est un ouvrage hybride issu d’un travail de compilation-création collectif, dont le caractère pratique et la structure – devenue immuable, incluant tous les domaines de la médecine légale – ont fortement contribué au succès du livre. La plupart des critiques sont unanimes pour saluer le caractère innovant du Manuel. C’est un « extrait bien fait » [Cloquet 1821, 208], « un modèle à suivre pour les publications de ce genre » [Anonyme 1837] dans lequel « la science et la législation y marchent de pair » [Marinus 1846, 210]. Le Manuel est « constamment au terre-à-terre des faits » et possède un « sens pratique » qui « a l’heureux privilège de diriger la plupart des praticiens dans les expertises de médecine judiciaire » [Miquel 1847, 50], [Tardieu 1853, 477]. Les deux dernières éditions sont qualifiées de « livre classique », « à placer dans les bibliothèques au rang des livres usuels et pratiques », qui est « constamment cité » dans les écoles [Bogelot 1879, 286], qui « fait autorité en justice » [Anonyme 1873, 759], car il s’appuie sur des doctrines « approuvées par les décisions de justice » [Daremberg 1874, 3]. C’est une « œuvre privilégiée », « une œuvre nationale, comme MM. Littré et Robin ont su imprimer ce caractère au Dictionnaire métamorphosé de Nysten » [Bossu 1863, 312]. L’aliéniste Aimé Linas y voit davantage un traité, car le « livre se distingue de la plupart des publications classiques par la richesse des détails, l’abondance des renseignements, la solidité du fond et la remarquable lucidité de la forme. [...] Les trois auteurs ont rivalisé de talent et de zèle pour intéresser, pour instruire le lecteur, pour vulgariser les études médico-légales » [Linas 1864, 409]. Le médecin Jeannel précise que « c’est ainsi que se préparent de longue main les plus grands succès de la librairie scientifique » [Jeannel 1876, 1025]. Adoubé par les experts, les médecins, les pharmaciens et les juristes, le Manuel apparaît comme une référence majeure de l’édition scientifique.

3.3 Chimie légale et toxicologie chimique

24L’insertion du Traité élémentaire de chimie légale, ce véritable « ouvrage dans l’ouvrage », n’est pas sans conséquence disciplinaire sur la place de la toxicologie comme branche de la médecine légale, distincte de la chimie légale. Gaultier de Claubry prône, en matière de toxicologie, une « grande division » entre les compétences du médecin légiste (symptômes, autopsie) et celle du chimiste (détermination de la nature du poison). Pour le pharmacien-chimiste, la « chimie légale » ne se limite pas à l’examen des empoisonnements criminels. Les experts-chimistes interviennent également dans de nombreux litiges commerciaux et autres affaires civiles touchant les fraudes alimentaires et les engrais, les explosifs, les armes à feu, les objets de la vie courante (allumettes, jouets, etc.), l’examen microscopique des taches de sang et de sperme, les faux en écriture, etc. En matière administrative, le pharmacien-chimiste intègre également les expertises concernant les « établissements insalubres et incommodes » réglementés par le décret du 15 oct. 1810 et propose des éléments de toxicologie industrielle. La « chimie légale » est une notion intégratrice, car elle réunit les aspects techniques et législatifs en allant au-delà des seuls cas d’empoisonnements. Ainsi, le fait d’aborder des questions qui ne sont pas limitées aux empoisonnements, mais touchant à l’expertise en général représente un aspect constitutif de l’identité du pharmacien-chimiste en cours de légitimation. C’est pourquoi Gaultier de Claubry estime que toutes ces expertises « n’ont aucune espèce de rapport avec la toxicologie » (au sens de science des poisons) mais sont du « ressort de la chimie légale ». Il prévoit une séparation totale et préconise de remplacer les cours de toxicologie des écoles de pharmacie par la chimie légale car « la toxicologie comprend des questions de physiologie et de pathologie qui sortent entièrement de la compétence du chimiste » [Briand, Chaudé et al. 1846, 571, n. 1]. De fait, la partie médicale de la toxicologie est traitée dans un chapitre particulier de la partie relative à la médecine légale, où les poisons sont considérés « sous le rapport des symptômes et des lésions qu’ils déterminent ».

25Bouis succède à Gaultier de Claubry à la chaire de toxicologie en 1869, année de la 8e édition du Manuel. Il allège le contenu de la « chimie légale » et remplace la partie introductive consacrée à la description des vases et des réactifs par un chapitre sur la destruction des matières organiques. Cet ordre lui paraît plus « logique », car il correspond à celui de l’expertise passant de l’opération de destruction à la recherche du poison. Ce plan satisfait un autre expert rompu aux analyses toxicologiques, Roussin, qui présente la chimie légale de Bouis comme « sobre et bien conçue » [Roussin 1871, 444].

26Cette volonté de créer une branche appliquée de la chimie dans le cadre de la pharmacie est soulignée et approuvée par différents commentateurs. Pour le médecin J.-E.-M. Miquel « cette importante addition [de la chimie légale à la 4e édition] fait véritablement du livre [...] un nouvel ouvrage » [Miquel 1847, 51]. Lors de la 5e édition, le médecin militaire Joseph-Désiré Tholozan, alors en poste au Val-de-Grâce, va plus loin et pense que les recherches toxicologiques fondées sur la chimie sont totalement indépendantes, « il s’ensuit que cette partie de la science pouvait très bien former un manuel à part et tout à fait distinct » [Anonyme 1852, 742]. C’est le choix qu’ont fait les éditeurs espagnols pour les 4e et 5e éditions du Manuel.

27L’autonomie de la chimie légale telle que la conçoivent les pharmaciens-chimistes se traduit par une inflation d’ouvrages sur la « chimie toxicologique », adoptant un contenu et un plan similaires au Traité élémentaire de chimie légale. Il en est ainsi du Précis de chimie légale du médecin chimiste Alfred Naquet, du Manuel de toxicologie de l’allemand Georg Dragendorff, traduit par le professeur de chimie médicale et toxicologie Eugène Ritter et augmenté de deux chapitres sur l’essai des aliments et des boissons et des taches de sperme et de sang. Le Traité de toxicologie et de chimie judiciaire [Chevallier 1868] du pharmacien-chimiste Jean-Baptiste-Alphonse Chevallier et le Traité de chimie légale [Barillot 1894] de l’expert-chimiste Ernest Barillot sont présentés comme des applications de la chimie aux recherches judiciaires. La séparation des compétences illustrée par le Manuel est également reprise par plusieurs tandems médecin/expert-chimiste : Tardieu/Roussin, du Saulle & Berryer/Pouchet, Paulier/Hétet, Lutaud/Boutmy & Ogier et Brouardel/Ogier. Pour le pharmacien Frédéric Hétet, la rupture avec les médecins est consommée : « Les pharmaciens et les chimistes toxicologistes n’ont nul besoin de la médecine légale, ni de la toxicologie médicale » [Paulier & Hétet 1881, tome 2, 2].

28Cette accélération de la spécialisation après 1880 est commune à d’autres spécialités médicales [Weisz 2006]. En toxicologie, la séparation disciplinaire médecine/chimie s’accompagne d’une séparation technique/administrative. L’application de la loi sur la répression des fraudes du 1er août 1905 généralise l’expertise contradictoire et accroît sensiblement le nombre d’experts-chimistes. Le professeur de chimie à la faculté des sciences de Montpellier, Robert de Forcrand publie en 1912 une Chimie légale, guide de l’expert-chimiste [Forcrand 1912]. Son livre est expurgé de toute la partie technique, censée être intégrée par l’expert, pour qui la chimie légale ou « science de l’expertise chimique » est « l’ensemble des connaissances nécessaires à un chimiste pour remplir la mission d’expert-chimiste judiciaire, et à un magistrat ou à un avocat pour comprendre, discuter et apprécier un rapport d’expert judiciaire » [Forcrand 1912, 1]. La chimie légale est réduite à une législation appliquée aux expertises chimiques de toutes sortes qui se résume aux « règles de métiers » (procédures spécifiques à chaque produit) que doit suivre l’expert-chimiste pour étudier la « partie technique » d’une affaire et produire son rapport où figurent ses résultats et leur interprétation.

4 Conclusion

29À l’image des manuels de chimie et de physique, ceux de toxicologie ont joué un rôle important dans la disciplinarisation de cette spécialité et dans l’implantation d’un marché du livre scientifique. Les progrès de la chimie analytique ont fortement contribué à l’émancipation de la toxicologie de la médecine légale. Les auteurs comme les éditeurs ont dû innover sur le fond, en s’appuyant sur les progrès scientifiques et l’agenda judiciaire, comme sur la forme, en proposant des manuels en un volume aux plans de plus en plus pratiques.

30Plusieurs manuels ont servi d’ouvrages-modèles. Dans la première moitié du xixe siècle, c’est le Traité de toxicologie d’Orfila qui fait autorité [Chauvaud 2006]. Le Traité élémentaire de chimie légale du Manuel de Briand-Chaudé sert de complément et prend le relais jusqu’à la fin du siècle. C’est un livre-modèle pour de nombreux experts-chimistes, en France comme à l’étranger, qui inspire divers auteurs d’ouvrages de toxicologie chimique qui se multiplient dans le dernier quart du siècle. Au début du xxe siècle, Forcrand réduit la Chimie légale à sa partie administrative pour mieux la transmettre aux jeunes chimistes.

31Au cours du xixe siècle, les manuels présentent trois versions complémentaires de la toxicologie qui se spécialise en fin de siècle : la toxicologie médicale fondée sur l’observation clinique et l’expérimentation animale, la toxicologie chimique centrée sur l’analyse chimique des poisons et la toxicologie réglementaire au service de la justice et de l’industrie pour réguler le vaste marché des produits manufacturés.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme [1837], Annales d’hygiène publique et de médecine légale, 17, 461.

Anonyme [1852], Gazette médicale de Paris, 7, 742.

Anonyme [1866a], The British and Foreign Medico-Chirurgical Review, 38, 14.

Anonyme [1866b], Annales de la propriété industrielle, artistique et littéraire, 361–363.

Anonyme [1868a], Le Temps, 23 mai 1868, 1–3.

Anonyme [1868b], Le Temps, 25 mai 1868, 2–4.

Anonyme [1868c], Le Temps, 30 mai 1868, 2.

Anonyme [1873], Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie, 47, 759.

Anonyme [1884], Le Matin, 17 mai 1884, 1–2.

Baillière, Henri [1872], Jacques-Simon Chaudé, Chronique du Journal général de l’imprimerie et de la librairie, 61e année, 2e série(38), 177–180.

[Barillot(1894)]Barillot, Ernest [1894], Traité de chimie légale. Analyse toxicologique. Recherches spéciales, Paris : Gauthier-Villars et fils.

[Becker(2011)]Becker, Elisa Marielle [2011], Medicine, Law and the State in Imperial Russia, Budapest ; New-York : CEU Press.

Bensaude-Vincent, Bernadette, García-Belmar, Antonio & Bertomeu-Sánchez, José Ramón [2003], L’Émergence d’une science des manuels. Les livres de chimie en France (1789-1852), Paris : Éditions des archives contemporaines.

Bertherat, Bruno [2010], Les mots du médecin légiste, de la salle d’autopsie aux Assises : l’affaire Billoir (1876-1877), Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 22(1), 117–144, doi: 10.3917/rhsh.022.0117.

[Bertomeu-Sánchez(2009)]Bertomeu-Sánchez, José Ramón [2009], Popularizing controversial science: A popular treatise on poisons by Mateu Orfila (1818), Medical History, 53(3), 351–378, doi: 10.1017/S0025727300003975.

Bertomeu-Sánchez, José Ramón & García-Belmar, Antonio [2000], French chemistry textbooks, 1802-1852. New books for new readers and new teaching institutions, dans Communicating Chemistry. Textbooks and Their Audiences, 1789-1939, édité par A. Lundgren & B. Bensaude-Vincent, Canton: Watson Publishing International, 19–55.

—— [2004], Atoms in French chemistry textbooks during the first half of the nineteenth century: The Élémens de Chimie Médicale by Mateu Orfila (1787-1853), Nuncius, 19(1), 77–119, doi: 10.1163/182539104X00034.

Bertomeu-Sánchez, José Ramón, García-Belmar, Antonio, & Bensaude-Vincent, Bernadette [2002], Looking for an order of things: Textbooks and chemical classifications in nineteenth century France, Ambix, 49(3), 227–250, doi: 10.1179/amb.2002.49.3.227.

Bodiou, Lydie, Chauvaud, Frédéric & Soria, Myriam (éds.) [2014], Le Corps empoisonné. Pratiques, savoirs, imaginaire de l’Antiquité à nos jours, Paris : Classiques Garnier.

Bogelot, Gustave [1879], L’Union médicale, septembre, 285–286.

Bossu, Antonin [1863], L’Abeille médicale, septembre, 312.

Briand, Joseph & Chaudé, Ernest [1836], Manuel complet de médecine légale, Paris : J. S. Chaudé.

Briand, Joseph, Chaudé, Ernest & Gaultier de Claubry, Henri-François [1846], Manuel complet de médecine légale suivi d’un Traité élémentaire de chimie légale, Paris : Bernard Neuhaus.

Brouardel, Paul [1904], Les Intoxications, Paris : J.-B. Baillère et fils.

Chapuis, Adolphe [1882], Précis de toxicologie, Paris : J.-B. Baillère et fils.

Chauvaud, Frédéric [2000], Les Experts du crime. La médecine légale en France au xixe siècle, Paris : Aubier.

—— [2006], « Cet homme si multiple et si divers » : Orfila et la chimie du crime au xixe siècle, Sociétés et Représentations, 22(2), 171–187, doi: 10.3917/sr.022.0171.

Chevallier, Alphonse [1894], Traité de toxicologie et de chimie judiciaire, Paris : P. Asselin.

Chopin, Alain [1980], L’histoire des manuels scolaires : une approche globale, Histoire de l’éducation, 9(1), 1–25, doi: 10.3406/hedu.1980.1017.

Clericuzio, Antonio [2006], Teaching chemistry and chemical textbooks in France. From Beguin to Lemery, Science & Education, 15(2), 335–355, doi: 10.1007/s11191-004-3181-8.

Cloquet, Hippolyte [1821], Nouveau journal de médecine, chirurgie, pharmacie, 10, 208–209.

Collard, Franck [2007], Pouvoir et poison. Histoire d’un crime politique de l’Antiquité à nos jours, Paris : Seuil.

Cottereau, Pierre-Louis [1847], Précis analytique des travaux de l’Académie royale des sciences, belles-lettres et arts de Rouen, Rouen : Alfred Péron.

Cuenca Lorente, Mar [2015], El veneno de María Bonamot : juicios, peritos y crimen en la España del siglo xix, Thèse de doctorat, Valencia.

Cunha, Joaquim Bernardes da [1864], Primeiras Linhas Sobre o Processo Criminal de Primeira Instancia, Rio de Janeiro : Eduardo & Henrique Laemmert.

Daremberg, Charles Victor [1874], La médecine légale et les maladies mentales, Journal des débats, 31 juillet, 3.

Desmaze, Charles [1880], Histoire de la médecine légale en France d’après les lois, registres et arrêts criminels, Paris : G. Charpentier.

Dubarry, J. Jacques [1986], Le premier siècle d’une des doyennes des maisons d’édition médicales et scientifiques : J.-B. Baillière (fondée en 1818), Histoire des sciences médicales, 20(3), 259–266.

Foderé, François-Emmanuel [1813], Médecine légale et police médicale, Paris : Mame.

Forcrand, Robert de [1912], Chimie légale. Guide de l’expert-chimiste, Paris : H. Dunod ; E. Pinat.

García-Belmar, Antonio, Bertomeu-Sánchez, José Ramón, & Bensaude-Vincent, Bernadette [2005], The power of didactic writings: French chemistry textbooks of the nineteenth-century, dans Pedagogy and the Practice of Science. Historical and Contemporary Perspectives, édité par D. Kaiser, Cambridge, Ma : MIT Press, 219–252.

Gilbert, Émile [1868], Essai historique sur les poisons, Moulins : Imprimerie de Fudez frères.

Giraud, Léopold [1862], Histoire d’un livre, Paris : Imprimerie de A. Pillet fils aîné.

Gourevitch, Danielle & Vincent, Jean-François (éds.) [2006], J.-B. Baillière et fils, éditeurs de médecine, Paris : De Boccard Édition-Diffusion.

Grapí, Pere [2001], The marginalization of Berthollet’s chemical affinities in the French textbook tradition at the beginning of the nineteenth century, Annals of Science, 58(2), 111–135, doi: 10.1080/000337901300103695.

Guardia, Josep-Miquel [1865], Le Temps, 1er août, 1.

Hilaire-Pérez, Liliane, Nègre, Valérie, Spicq, Delphine, Vermeir, Koen & Chatzis, Konstantinos (éds.) [2017], Le Livre technique avant le xxe siècle à l’échelle du monde, Paris : CNRS Éditions.

Hugounenq, Louis [1891], Traité des poisons, Paris : Masson.

Jeannel, Julien-François [1876], Manuel complet de médecine légale, L’Union médicale, 21, 1023–1025.

Kounelis, Catherine [2000], Atomism in France: Chemical textbooks and dictionaries, 1810-1835, dans Communicating Chemistry. Textbooks and Their Audiences, 1789-1939, édité par A. Lundgren & B. Bensaude-Vincent, Canton, Ma : Watson Publishing International, 207–231.

Kuhn, Thomas [1972], La Structure des révolutions scientifiques, Paris : Flammarion.

Lecuir, Jean [1979], La médicalisation de la société française dans la deuxième moitié du xviiie siècle en France : aux origines des premiers traités de médecine légale, Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 86(2), 231–250.

Lewin, Louis [1903], Traité de toxicologie, Paris : O. Doin.

Linas, Aimé [1864], Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie, 7, 409.

Lundgren, Anders & Bensaude-Vincent, Bernadette (éds.) [2000], Communicating Chemistry. Textbooks and Their Audiences, 1789-1939, Canton, Ma: Watson Publishing International.

Mangin, Arthur [1869], Les Poisons, Tours : Mame.

Marinus, Jean-Romuald [1846], L’Abeille médicale, 3, 210.

Mata, Pedro [1866], Tratado de Medicina Y Cirugia Legal, Madrid: Carlos Bailly-Baillière.

Milcent, Alphonse [1866], Du Dictionnaire de Nysten transformé en Dictionnaire de médecine matérialiste, par MM. Littré et Robin, Paris : J.-B. Baillière.

Miquel, J.-E.-M. Marcellin [1847], Bulletin général de thérapeutique, 32, 50–51.

Nysten, Pierre-Hubert, Bricheteau, Isidore, Henry, Etienne-Ossian & Briand, Joseph [1839], Dictionnaire de médecine, de chirurgie, de pharmacie, des sciences accessoires et de l’art vétérinaire, Bruxelles : H. Dumond.

Ogier, Jules [1899], Traité de chimie toxicologique, Paris : O. Doin.

Paulier, Armand B. & Hétet, Frédéric [1881], Traité élémentaire de médecine légale, de jurisprudence médicale et de toxicologie, Paris : O. Doin.

Richerand, Anthelme [1818], Revue générale des ouvrages de médecine publiés en France depuis la fin de 1817, Journal complémentaire du Dictionnaire des sciences médicales, 1, 57–58.

Roussin, Zaccharie [1871], Annales d’hygiène publique et de médecine légale, 36, 444.

Savary, Auguste-Charles [1808], Plan d’un traité de toxicologie, ou propositions générales sur les poisons, Journal de médecine, chirurgie, pharmacie, 16, 455–471.

Simon, Josep [2011], The Production, Circulation, and Appropriation of Ganot’s Textbooks in France and England, 1851–1887, Londres: Pickering & Chatto.

Tardieu, Ambroise [1853], Annales d’hygiène publique et de médecine légale, 49, 477–478.

Tesnière, Valérie [1993], Le livre de science en France au xixe siècle, Romantisme, 23(80), 67–77, doi: 10.3406/roman.1993.6210.

Tomic, Sacha [2017], Transmettre le savoir-faire : le défi des manuels d’analyse chimique au xixe siècle, dans Le Livre technique avant le xxe siècle à l’échelle du monde, édité par L. Hilaire-Pérez, V. Nègre, D. Spicq, K. Vermeir & K. Chatzis, Paris : CNRS Éditions, 215–232.

Wahrig, Bettina [2006], Organisms that matter. German toxicology (1785-1822) and the role of Orfila’s textbook, dans Chemistry, Medicine, and Crime: Mateu J. B. Orfila (1787-1853) and His Times, édité par J. R. Bertomeu-Sánchez & A. Nieto-Galan, Sagamore Beach: Science History Publications, 153–182.

Watson, Katherine D. [2010], Forensic Medicine in Western Society: A History, Londres: Routledge.

Weisz, Georges [2006], Divide and Conquer: A Comparative History of Medical Specialization, Oxford: Oxford University Press.

Wexler, Philip (éd.) [2014], History of Toxicology and Environmental Health: Toxicology in Antiquity, t. 1, Londres: Academic Press.

Wexler, Philip (éd.) [2015], History of Toxicology and Environmental Health: Toxicology in Antiquity, t. 2, Londres: Academic Press.

Wyrouboff, Grégoire [1884], L’affaire du dictionnaire Littré-Robin, Le Progrès médical, 12(1), 510.

Zuberbuhler, Vincent [2010], Écrire l’histoire de la médecine légale. L’apport des manuels de Foderé à Lacassagne, Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 22(1), 61–77, 10.3917/rhsh.022.0061.

Haut de page

Annexe

Figure 1 : Statistiques comparées des manuels de toxicologie et de médecine légale (1798-1914)

Figure 1 : Statistiques comparées des manuels de toxicologie et de médecine légale (1798-1914)

Figure 2 : Évolution comparée du nombre de manuels de toxicologie et de médecine légale

Figure 2 : Évolution comparée du nombre de manuels de toxicologie et de médecine légale

Figure 3 : Première et dernière éditions du Manuel de Briand & Chaudé

Figure 3 : Première et dernière éditions du Manuel de Briand & Chaudé

Figure 4 : Évolution de la structure du Manuel complet de médecine légale de Briand & Chaudé (pages)

Figure 4 : Évolution de la structure du Manuel complet de médecine légale de Briand & Chaudé (pages)

Tableau 1 : Les traducteurs des manuels de médecine légale et de toxicologie

Auteur étranger (date d’édition)

Titre & traducteur

Joseph Frank

(1803)

Manuel de toxicologie, ou Doctrine des poisons et de leurs antidotes

(1803) Louis-Henri Vrancken, médecin de l’université de Louvain

Johann Daniel Metzger

(1813)

Précis de médecine légale ou judiciaire (1813)

Jean-Jacques Ballard, médecin ordinaire de la Grande Armée

Justus Liebig

(1841, 1844)

Chimie organique appliquée à la physiologie végétale et à l’agriculture, suivie d’un Essai de toxicologie

(1841, 1844) Charles Gerhardt, professeur chimie à faculté des sciences de Montpellier

Johann Ludwig Casper

(1862)

Traité pratique de médecine légale

Germer Baillière Gustave, éditeur et docteur en médecine

Friedrich Julius & Robert Otto

(1869, 1872)

Instruction sur la recherche des poisons et la détermination des taches de sang dans les expertises chimico-légales

Georges-Émile Strohl, docteur ès sciences physiques,agrégé à l’École supérieure de pharmacie de Strasbourg

Georg Dragendorff

(1875, 1886)

Manuel de toxicologie

1875 – Eugène Ritter, docteur ès sciences, chef des travaux chimiques et professeur adjoint de chimie médicale et toxicologie à la faculté de médecine de Nancy

1886 – Léopold Gautier, docteur en médecine, professeur de sciences physiques au collège de Melle (Deux-Sèvres)

Karl Friedrich Mohr

(1876)

Toxicologie chimique

Léopold Gautier, docteur en médecine, professeur de sciences physiques au collège de Melle (Deux-Sèvres)

Eduard von Hofmann

(1881)

Précis de médecine légale ou judiciaire

Emmanuel Lévy, médecin, élève de Paul Brouardel

Alfred Swaine Taylor

(1881)

Traité de médecine légale

Jean-Paul-Henry Coutagne, médecin-expert près les tribunaux de Lyon

Eduard von Hofmann

(1899)

Atlas-Manuel de médecine légale

Charles Vibert, médecin expert près les tribunaux de la Seine

Louis Lewin

(1903)

Traité de toxicologie

Gabriel Pouchet, professeur de pharmacologie et matière médicale à la faculté de médecine de Paris

Tableau 2 : Éditions étrangères du Manuel de Briand & Chaudé

Éd. Fr.

Éd. Étr.

Pays

Titre

Éditeur

Traducteur

1830

Belgique

Manuel complet de médecine légale

Bruxelles : Librairie médicale et scientifique

Charles-Jean-Baptiste Comet, médecin

1832

Italie

Manuale Completo di Medicina Legale

Pavia : Tipografia Bizzoni

Vittorio Piccaroli, médecin

2 (1828)

Girolamo Novati, médecin

3 (1836)

1837

Belgique

Manuel complet de médecine légale

Bruxelles : Société encyclographique des sciences médicales

Jean-Romuald Marinus, médecin

1846

Italie

Manual Pratico di Medicina Legale del Dottore Enrico Bayard, arrichito d’un Sunto ragionato del Manuale Completo di Medicina Legale, e del Trattato Elementare di Chimica Legale

Venezia: Tipograa di Giovanni Cecchini

Giovanni Duodo, médecin

4 (1846)

1851

Espagne

Tratado Elementar de Química Legal

Barcelona : La Abeja Médica, tomo V

Francisco Arró y Triay, médecin

José Alberich y Casas, médecin

Francisco Doménech y Maranges, pharmacien

1852

Espagne

Tratado de Química Legal

Imprenta y litograa de D. Juan Rey Romero

Antonio Casares y Rodrígez, pharmacien

5 (1852)

1853

Italie

Manuale Completo di Medicina Legale, seguido da un Trattato Elementare di Chímica Legale

Napoli : Stabilimento Tipografico Batelli

Carlo Gallozzi, médecin

6 (1858)

1863

Espagne

Manual Completo de Medicina Legal, conteniendo un Tratado Elemental de Química Legal

Madrid : Redaccion de la Gaceta medico-forense

Don Aurelio Bentaból y Ureta, avocat

8 (1869)

1872-73

Espagne

Manual Completo de Medicina Legal y Toxicologia, doctores J. Briand, J.Bouis y J.L.Casper

Madrid : Imprenta R. Labajos ; lib. De Moya y Plaza

Marcelino Gómez Pamo, médecin – Juan Ramón Gómez Pamo, pharmacien, Fernando Romero Gilsanz, avocat

Haut de page

Notes

1 Outre le critère du titre, j’ai intégré à la liste des ouvrages de toxicologie quelques rares titres de chimie et de matière médicale traitant de la toxicologie et des plantes vénéneuses en général. Pour les manuels de médecine légale, j’ai considéré tous les ouvrages, sauf ceux, très rares, qui n’abordent pas la toxicologie. J’ai exclu du corpus les nombreuses monographies de médecine légale et de toxicologie portant sur un type d’empoisonnement (saturnisme, etc.) ou sur un produit donné (alcool, etc.).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Statistiques comparées des manuels de toxicologie et de médecine légale (1798-1914)
URL http://journals.openedition.org/philosophiascientiae/docannexe/image/1332/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Figure 2 : Évolution comparée du nombre de manuels de toxicologie et de médecine légale
URL http://journals.openedition.org/philosophiascientiae/docannexe/image/1332/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 3 : Première et dernière éditions du Manuel de Briand & Chaudé
URL http://journals.openedition.org/philosophiascientiae/docannexe/image/1332/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 4 : Évolution de la structure du Manuel complet de médecine légale de Briand & Chaudé (pages)
URL http://journals.openedition.org/philosophiascientiae/docannexe/image/1332/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sacha Tomic, « Le rôle des manuels dans la disciplinarisation de la toxicologie en France au xixe siècle »Philosophia Scientiæ, 22-1 | 2018, 163-183.

Référence électronique

Sacha Tomic, « Le rôle des manuels dans la disciplinarisation de la toxicologie en France au xixe siècle »Philosophia Scientiæ [En ligne], 22-1 | 2018, mis en ligne le 16 février 2020, consulté le 15 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/philosophiascientiae/1332 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philosophiascientiae.1332

Haut de page

Auteur

Sacha Tomic

IHMC – UMR 8066, Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Kimé
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search