Navigation – Plan du site

Les mathématiques dans les écoles militaires (xviiie-xixe siècles)

Cahier thématique de Philosophia Scientiæ 24/1 (fév. 2020)

Editeurs invités : Monica Blanco (Universitat Politècnica de Catalunya, Barcelone) & Olivier Bruneau (Université de Lorraine, Nancy)

Date limite de soumission : 01/10/2018

Date de notification : 01/05/2019

Version finale : 01/07/2019

Aborder l’histoire des mathématiques et son enseignement à travers les institutions scientifiques est une démarche dorénavant courante et souvent pertinente. De nombreux travaux l’ont montré en particulier dans le cadre des grandes institutions scientifiques militaires comme l’École polytechnique [Belhoste et al. 1994, Bret 2002]. L’histoire de l’enseignement et de la diffusion des sciences, en particulier des mathématiques, a été renouvelée depuis une vingtaine d’année tant en France que dans d’autres pays européens ou américains. Par ailleurs, le rôle des écoles militaires à la fois dans la production des mathématiques est connu. L’École polytechnique et son école d’application du génie et d’artillerie de Metz ont une place centrale dans le développement des mathématiques au début du XIXe siècle [Gillipsie 1994].

Le groupe de travail sur les écoles militaires espagnoles constitué essentiellement de chercheurs barcelonais a produit plusieurs articles portant sur les structures d’enseignement et les programmes de mathématiques. Ils ont montré l’importance de certains cours (ceux de Padilla et Lucuce) dans ces écoles et ont essayé de cerner leurs diverses influences [Blanco & Puig-Pla 2014, Massa-Esteve & Roca-Rosell 2014].

Dans certains travaux sur les mathématiques britanniques [Guicciardini 1989, Bruneau 2015], les auteurs ont pointé la place centrale des académies militaires de Woolwich puis celle de Sandhurst dans la diffusion des mathématiques en Grande-Bretagne et son importance quant à l’appropriation des savoirs d’outre-Manche. Par ailleurs, des travaux sur les mathématiques dans les écoles militaires américaines [Préveraud 2013, 2014] ont porté sur les transferts entre la France et les Etats-Unis.

Il est aussi à noter que les diverses académies militaires ont été créées relativement au même moment : les écoles régimentaires d’artillerie et l’académie royale militaire de mathématiques de Barcelone en 1720, la Royal Military Academy à Woolwich en 1741, l’école du génie militaire en 1748 à Mézières, l’école militaire à Paris et l’académie mathématiques des gardes royaux à Madrid en 1750, puis plus tardivement l’École polytechnique en 1794 et le Royal Military College en 1801, l’académie militaire de West point en 1802.

Ces différentes écoles subissent des évolutions dans leurs statuts, dans le mode de recrutement et il apparaît des changements dans les curricula. Ces modifications ont des origines diverses. Elles peuvent être à la suite de défaites cuisantes, d’une volonté de remettre au goût du jour divers enseignements, d’une volonté de remettre en phase les exigences du terrain (ou du champ de bataille) la formation des officiers.

Dans l’ensemble des études citées précédemment, ces évolutions ont quasi-exclusivement été étudiées isolément dans une perspective locale ou nationale. Il n’existe pas d’étude qui embrasse ces questions dans une vision globale en comparant finement ces évolutions à travers le prisme transnational en évaluant les différents freins ou obstacles locaux dans le cadre pédagogique, institutionnel, politique ou diplomatique.

Lors de ce dossier thématique, nous voulons interroger les dynamiques locales, nationales et de voir si cela provoque des modifications substantielles sur la place des mathématiques et de son enseignement dans les écoles militaires. Par exemple, il nous apparaît pertinent d’étudier dans quelle mesure des faits historiques mettant en jeu plusieurs pays européens comme la guerre de Sept Ans ont une influence ou non sur les diverses écoles militaires des divers pays (celles de France, de Grande-Bretagne, …).

De plus, il sera envisagé l’étude des transferts de savoir mathématique entre les diverses écoles militaires au sein des pays mais aussi à travers les frontières. Par ailleurs, nous étudierons si parallèlement ou de façon indépendante il existe des changements dans les programmes d’enseignement des mathématiques, c’est-à-dire si dans une école il y a une évolution de curriculum, d’autres écoles nationales ou étrangères opèrent ce même changement ou s’ils préfèrent garder un enseignement plus traditionnel.

En résumé, l’objectif de ce dossier est d’étudier l’existence de porosités transnationales dans la production et l’enseignement des mathématiques dans les écoles militaires. On ne limitera pas aux seules académies européennes ou américaines, celles qui se trouvent dans d’autres aires géographiques pourront aussi être envisagées. Par ailleurs, ce dossier sera aussi l’occasion de pointer au sein de ces académies militaires les moments de continuité ou de rupture.

Les manuscrits doivent être soumis, en anglais, en français ou en allemand, et préparés pour une évaluation anonyme.

Un résumé en français et un résumé en anglais (200-300 mots) doivent être inclus.

La longueur des articles est limitée à 50 000 caractères (espaces, bibliographie et notes comprises).

Adresse pour l’envoi des soumissions : olivier.bruneau@univ-lorraine.fr

Format de l’article, voir les instructions aux auteurs : http://philosophiascientiae.revues.org/452

Bibliographie

Belhoste Bruno, Dahan Dalmedico Amy, Picon Antoine dir. (1994), La formation polytechnicienne 1794-1994, Paris : Dunod, 1994.

Blanco, Mònica, Puig-Pla Carl (2014), Pedro Padilla and his Mathematical Course (1753-1756) : Views on Mixed Mathematics in eighteenth-century Spain. In : Katsiampoura, G. (ed.). Scientific cosmopolitanism and local cultures : religions, ideologies, societies : proceedings of the ICESHS 2012 - 5th International Conference of the European Society for the History of Science, Athens, pp. 336-342.

Bret Patrice (2002), L’Etat, l’armée, la science : L’invention de la recherche publique en France (1763-1830), Presses Universitaires de Rennes.

Bruneau Olivier (2015), « La géométrie en Grande-Bretagne 1750-1830 », in Gilain, C., Guilbaud, A. (dirs), Sciences mathématiques 1750-1850 : continuités et ruptures, CNRS Éditions, Paris, p. 403-440.

Gillipsie Charles (1994), « Un enseignement hégémonique : les mathématiques », dans [Belhoste et al. 1994], p. 31-44.

Guicciardini Niccolo (1989), The development of Newtonian Calculs in Britain 1700-1800, Cambridge University Press.

Massa-Esteve, M. R. ; Roca-Rosell, A. (2014). Contents and Sources of Practical Geometry in Pedro Lucuce’s Course at the Barcelona Royal Military Academy of mathematics. In : Katsiampoura, G. (ed.). Scientific cosmopolitanism and local cultures : religions, ideologies, societies : proceedings of the ICESHS 2012 - 5th International Conference of the European Society for the History of Science, Athens, pp. 329-335.

Préveraud Thomas (2013), « Transmissions des enseignements mathématiques français à l’Académie militaire américaine de West Point (1815-1836) », Amnis revue de civilisation contemporaine Europes/Amériques, 12, 2013

Préveraud Thomas (2014), Circulations mathématiques franco-américaines (1818-1878), thèse de doctorat, Université de Nantes, 2014

Haut de page