Navigation – Plan du site
Varia

Weyl’s Philosophy of Physics: From Apriorism to Holism (1918-1927)

Christophe Eckes
p. 163-184

Résumés

Dans cet article, j’entends décrire comment évolue la philosophie de la physique de Weyl au cours de la période 1918-1927. Je rappellerai en particulier qu’il développe différentes formes d’« apriorisme» entre 1918 et 1923: un apriorisme « spéculatif» avec sa théorie unifiée des champs (1918-1921), puis une conception des connaissances a priori largement inspirée de la Wesensanalyse de Husserl dans ses travaux sur le problème de l’espace (1921-1923). Je montrerai par ailleurs que le holisme de Weyl, i.e., la thèse selon laquelle seule une théorie physique envisagée comme un tout peut faire l’objet de tests empiriques, occupe le devant de la scène dès 1924-1925 dans des textes qui portent sur les fondements des mathématiques. Ce holisme est étroitement lié à sa conception de la théorie physique comme construction symbolique de la réalité. Au bout du compte je caractériserai le point de vue holiste de Weyl en le comparant à certaines réflexions développées par Cassirer, Einstein et Hilbert à peu près au même moment.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1 Introduction
2 Weyl’s speculative apriorism under debate (1918-1921)
2.1 A characterization of Weyl’s early “apriorism”
2.2 The Freundlich-Haas-Reichenbach-Weyl controversy
3 A refinement of Weyl’s apriorism between 1921 and 1923
3.1 A non-Kantian use of Kant’s vocabulary
3.2 An explanation for Weyl’s constructivist interpretation of Husserl’s Wesensanalyse
4 Weyl’s holism and physical theories as symbolic constructions of reality
4.1 Some important concessions to Hilbert in theoretical physics
4.2 Duhem, Einstein, Weyl and the relativization of apriorism
4.3 Cassirer and Weyl on symbolic constructions
5 Concluding remarks

Aperçu du début du texte

1 Introduction

From his early work on general relativity (1917-1918) to his main papers on quantum mechanics (1927-1928), Weyl made substantial changes in his philosophy of physics. E. Scholz has pointed out, in [Scholz 2004, 2011], that Weyl’s publications devoted to his purely infinitesimal geometry and his problem of space were related to different versions of “apriorism”, whereas his later texts in quantum mechanics expressed a kind of “empirical turn”. In this article, I would like first to offer a better understanding of Weyl’s apriorism between 1918 and 1923. To this end, I will refer to a broader philosophical controversy, which opposed at that particular time Arthur Erich Haas and Weyl to Hans Reichenbach and Erwin Freundlich. To my knowledge, this controversy has been studied only partially by T. Ryckman in [Ryckman 2005]. Moreover, contrary to M. Friedman [Friedman 1999], I will show that Kant’s transcendental idealism as such represents a marginal source of inspiration in...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Eckes, « Weyl’s Philosophy of Physics: From Apriorism to Holism (1918-1927) », Philosophia Scientiæ [En ligne], 22-2 | 2018, mis en ligne le 21 juin 2020, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/philosophiascientiae/1413 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1413

Haut de page

Auteur

Christophe Eckes

Archives Henri-Poincaré – Philosophie et Recherches sur les Sciences et les Technologies, Université de Lorraine, Université de Strasbourg, CNRS, Nancy (France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page