Navigation – Plan du site

La théorie de l’argumentation comme épistémologie sociale naturalisée

The theory of argumentation as a naturalized social epistemology
Alban Bouvier
p. 17-35

Résumés

Dans cette contribution, j’examine la spécificité d’une perspective d’épistémologie sociale en théorie de l’argumentation en me livrant à une analyse critique de la théorie actuellement dominante dans ce champ, la pragma-dialectique de Franz van Eemeren. Cette perspective, d’inspiration interactionniste gricéenne, se réclame du « rationalisme critique », donc d’une perspective épistémologiquement « préservationniste » (au sens où elle préserverait l’idée de référence à des normes de la connaissance). Et pourtant, en faisant des normes du débat argumenté, y compris des normes de la connaissance, de simples règles de « bonne conduite », elle témoigne, de facto, d’une position épistémologiquement « révisionniste ». Cette perspective manifeste, par ailleurs, une forme d’« expansionnisme » sociologique élémentaire, comme tel légitime si l’on considère qu’introduire deux sujets, c’est déjà introduire du social. La pragma-dialectique n’introduit pas de nouveaux sujets de connaissance sui generis, tels que les communautés épistémiques ou les institutions (ce qui serait pour Alvin Goldman le critère de l’expansionnisme, un critère à mon sens trop fort), mais comme il s’agit de rendre compte d’argumentations, elle doit envisager au moins deux interlocuteurs potentiels et donc dépasser le solipsisme épistémologique, une posture explicite chez Descartes et implicite dans la plupart des théories de la connaissance classiques, lesquelles font rarement réellement place à l’intersubjectivité. Malgré ses limites, la pragma-dialectique, par sa recherche de normes de la construction de la connaissance plus proches des processus effectifs ou naturels de la connaissance, pourrait constituer – épistémologiquement redressée – une contribution importante à une épistémologie sociale « naturalisée ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1 Introduction
2 L’épistémologie sociale des débats argumentés selon Alvin Goldman
3 La pragma-dialectique de van Eemeren : son déficit épistémologique manifeste, ses suggestions constructives pour une naturalisation « modérée » de l’épistémologie sociale
4 Conclusion

Aperçu du début du texte

Aie le courage de te servir de ton propre entendement ! Voilà la devise des Lumières. [Kant 1784, 46]

Je propose que la théorie normative du dialogue, de la dialectique, du débat ou de l’argumentation soit considérée comme une partie de l’épistémologie sociale. [Goldman 2010, 1, ma traduction]

Je fais œuvre de rhétorique et de persuasion [...] J’ai fini par apprendre que les arguments, aussi limpides soient-ils, sont rarement écoutés. [Dennett 1995, 9–10]

1 Introduction

Alvin Goldman propose d’appeler « révisionnistes », épistémologiquement parlant, des perspectives qui se réclament de la théorie sociale de la connaissance mais récusent l’idée d’une irréductibilité des normes aux faits, autrement dit adoptent une forme de « naturalisation » radicale des normes [Goldman 2010]. Ces perspectives s’autorisent au demeurant parfois d’une conférence incisive et provocatrice de Quine, dirigé contre les projets fondationnalistes de type carnapien, et proposent de remplacer l’épistémologie, pa...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alban Bouvier, « La théorie de l’argumentation comme épistémologie sociale naturalisée », Philosophia Scientiæ [En ligne], 22-2 | 2018, mis en ligne le 21 juin 2020, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/philosophiascientiae/1461 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1461

Haut de page

Auteur

Alban Bouvier

Aix-Marseille Université, Institut Jean-Nicod (CNRS/ENS/EHESS), Paris (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page