Navigation – Plan du site

Sciences normatives, procédures neutres

Value-Laden Sciences, Value-Free Procedures
Marc-Kevin Daoust
p. 37-57

Résumés

Pourquoi accorder un rôle essentiel à la délibération publique dans le choix des normes éthiques et politiques guidant les sciences ? À partir d’un débat récent en économie du bien-être, cet article soutient que l’introduction de normes éthiques et politiques en sciences doit respecter le principe de neutralité procédurale, et qu’une délibération publique bien encadrée respecte ce principe. Je présenterai deux raisons de croire que les sciences doivent respecter la neutralité procédurale. Le premier argument est lié au rôle que devrait jouer l’examen libre et critique dans le développement des sciences. Le second argument (qui recoupe en partie le premier) repose sur l’idée que les sciences devraient être sensibles aux procédures présentant le meilleur potentiel épistémique. Pour ces deux raisons, si elle prend position en faveur d’idéaux normatifs, l’économie du bien-être (et la science en général) devrait se tourner vers une approche délibérative, rationnelle et impartiale pour y parvenir.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1 Qu’est-ce que la neutralité des sciences ?
1.1 Plusieurs neutralités des sciences
1.2 Des distinctions pertinentes
2 La neutralité procédurale et les normes internes de la science
2.1 Sciences normatives et examen critique
2.2 Le projet épistémique de la science et la neutralité procédurale
2.3 Réponses aux critiques de Kitcher et de Dasgupta
3 Conclusion

Aperçu du début du texte

Les concepts éthiques denses sont des propositions associant des éléments descriptifs et normatifs. Par exemple, le concept de cruauté inclut une dimension descriptive (X cause une douleur à Y, X cause cette douleur volontairement, cette douleur n’est pas nécessaire, etc.) et une dimension normative (X cause un tort à Y, etc.). Ces dimensions sont inséparables : on ne peut dissocier les éléments descriptifs des éléments normatifs sans changer la signification du concept de cruauté.

Certains auteurs soutiennent que l’utilisation de concepts éthiques denses serait utile à des fins proprement scientifiques, notamment parce que ces concepts font preuve d’une plus grande pertinence et amènent une perspective réflexive plus vaste. Les qualités épistémiques de ces concepts seraient donc un atout dans une démarche scientifique. Amartya Sen, par exemple, a développé le concept de capabilité, un concept éthique dense susceptible d’accroître la pertinence de l’économie du bien-être [Putnam 2004...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc-Kevin Daoust, « Sciences normatives, procédures neutres », Philosophia Scientiæ [En ligne], 22-2 | 2018, mis en ligne le 21 juin 2020, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/philosophiascientiae/1472 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1472

Haut de page

Auteur

Marc-Kevin Daoust

Université de Montréal (Canada)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page