Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22-3Un dilemme pour la philosophie sc...

Un dilemme pour la philosophie scientifique en général et pour celle de Carnap en particulier

Philippe de Rouilhan
p. 159-178

Résumés

Il y a un dilemme de la philosophie scientifique, limitée ici pour simplifier à la philosophie scientifique des sciences, assez évident dans lequel Carnap se trouve pris, mais auquel ni lui ni, sauf erreur de ma part, ses successeurs et commentateurs n’ont cru devoir s’arrêter : Ou bien la philosophie en question est scientifique au même sens que les autres sciences, c’est-à-dire ici qu’elle est elle-même l’une des sciences qu’elle a pour objets. On se demande alors à quoi pourrait ressembler plus précisément une telle philosophie scientifique, à supposer qu’elle fût possible. Ou bien la philosophie en question n’est pas scientifique au sens des autres sciences, c’est-à-dire ici qu’elle est la seule qui puisse les prendre toutes pour objets, mais la seule aussi qu’elle ne puisse prendre pour objet. La prétendue philosophie scientifique des sciences n’est alors pas la philosophie de toutes les sciences, c’est seulement une philo­sophie des sciences non philosophiques. Ce dilemme vaut pour la philosophie scientifique en général et pour celle de Carnap en particulier, pour laquelle il prend une forme assez tranchante pour qu’on puisse en discuter sérieusement, surtout si l’on s’en tient à la philosophie scientifique des sciences identifiée par Carnap, à l’époque de la Syntax, à l’étude syntaxique, ou syntaxe, du Langage de la science. La réponse négative, savante et incontestée qu’il conviendrait alors d’apporter à la question cruciale de la première branche est connue : non, une syntaxe adéquate du Langage de la science dans ce Langage même est impossible, à moins que celui-ci ne soit inconsistant. Dans le présent article, on propose une formulation et une esquisse de démonstration inhabituelles de cette impossibilité, ne mobilisant aucun codage, gödélien ou autre, de la syntaxe élémentaire du Langage de la science dans ce Langage même ; et l’on remet en cause le critère d’adéquation impliqué dans la démonstration de l’impossibilité en question, rouvrant ainsi la possibilité de sortir par le haut (en restant sur la première branche) d’un dilemme dont Carnap s’est cru obligé, ou du moins s’est conduit comme s’il était obligé, de sortir par le bas (en se repliant sur la seconde).

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

1 Formulation générale du dilemme et formulation adaptée au cas de Carnap
2 Théorème d’indéfinissabilité de l’analyticité, esquisse d’explication et de démonstration sans codage
Explication et esquisse de démonstration sans codage. – En trois étapes
3 Pour une sortie du dilemme par le haut

Aperçu du texte

1 Formulation générale du dilemme et formulation adaptée au cas de Carnap

L’idée d’une philosophie scientifique en général est apparue dans l’histoire de la philosophie comme devant résulter de l’introduction d’une méthode aussi rigoureuse, sinon plus, en philosophie que dans les sciences non philosophiques. On se restreindra ici à l’idée d’une philosophie scientifique des sciences, autrement dit d’une philosophie des sciences elle-même devenue science. Cette idée est le lieu d’une tension, sinon d’une contradiction, qui n’a pas toujours retenu l’attention de ses plus ardents défenseurs, encore moins celle de leurs épigones, au lieu que chacun aurait dû s’y arrêter au moins une fois dans sa vie pour savoir de quoi, en toute rigueur, il retournait. De deux choses l’une, en effet.

Ou bien la philosophie en question est scientifique au même sens que les autres sciences, c’est une science comme les autres, c’est-à-dire ici l’une des sciences qu’elle a pour objets. On se demande alors ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe de Rouilhan, « Un dilemme pour la philosophie scientifique en général et pour celle de Carnap en particulier »Philosophia Scientiæ, 22-3 | 2018, 159-178.

Référence électronique

Philippe de Rouilhan, « Un dilemme pour la philosophie scientifique en général et pour celle de Carnap en particulier »Philosophia Scientiæ [En ligne], 22-3 | 2018, mis en ligne le 25 octobre 2020, consulté le 27 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/philosophiascientiae/1597 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philosophiascientiae.1597

Haut de page

Auteur

Philippe de Rouilhan

Institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques (UMR 8590, Université Paris1 – Panthéon-Sorbonne et CNRS) (France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Kimé
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search