Navigation – Plan du site

Que représentait Robert Gibrat (1904-1980) au Congrès international de philosophie scientifique de 1935 ?

What did Robert Gibrat (1904-1980) represent at the 1935 International Congress for Scientific Philosophy?
Michel Armatte
p. 135-157

Résumés

Robert Gibrat est un polytechnicien du corps des Mines, qui a été tour à tour auteur de la première thèse d’économétrie en France, sur la loi de l’effet proportionnel, directeur de l’École des mines de Saint-Étienne, directeur de l’Électricité au ministère de la Production industrielle du premier gouvernement Laval, et secrétaire d’État aux Communications dans le second gouvernement Laval ; ce qui lui vaudra d’être condamné à 10 ans d’indignité nationale en 1946, mais ne l’empêchera pas de mener une seconde carrière exemplaire d’ingénieur conseil et de haut fonctionnaire à EDF – il est le concepteur de l’usine marémotrice de la Rance – puis dans les institutions liées au développement de la politique atomique de la France et de l’Europe. Dès lors que pouvait-il représenter à un congrès de philosophie scientifique ? La réponse est en partie dans sa communication « La science économique. Méthodes et philosophie » à condition de la lire entre les lignes, et à la lumière de ce qu’il a apporté à cette discipline, personnellement ou par le biais d’engagements dans des groupes spécifiques comme X-Crise, la société d’économétrie, le groupe politique Ordre nouveau, et les administrations et organisations patronales industrielles. Toutes ces institutions plutôt éphémères dans une période fort agitée, étaient bien placées à l’intersection des sciences, de la société et de la politique. Au-delà de la seule science économique en pleine mutation face au défi de la crise, Gibrat représentait aussi une nouvelle science unifiée à la fois par sa logique et par sa capacité à exercer une expertise technocratique (le mot date de cette période), à indiquer en quelque sorte dans ces années 1930 le chemin de la sortie (de crise) et du renouveau d’une société. Les philosophes des sciences ne pouvaient manquer de s’intéresser à ce programme, et Gibrat ne pouvait manquer de les écouter parler d’unité de la science.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1 Gibrat ingénieur économiste
2 Gibrat, X-Crise et Ordre nouveau
3 Gibrat et l’économétrie
4 L’intervention de Gibrat au Congrès international de philosophie scientifique
5 Gibrat et Vichy
6 Gibrat ingénieur énergéticien
7 Conclusions

Aperçu du début du texte

Figure 1 : Robert Gibrat élève à l’École des Mines

Figure 1 : Robert Gibrat élève à l’École des Mines

Source : http://www.annales.org/​archives/​x/​gibrat.html

Le point de départ de cet article est la présence au Congrès de philosophie scientifique de 1935 à Paris de Robert Gibrat, (1904-1980), ingénieur X-Mines, bien connu sans doute des seuls ingénieurs économistes, pour avoir proposé une loi des revenus dite loi de l’effet proportionnel et l’avoir appliquée également à des questions hydrauliques. Sachant cela, que venait faire Robert Gibrat dans un Congrès de philosophie scientifique, consacré à la philosophie analytique, dont il n’avait pas fait état dans ses travaux ? C’est à démêler ce puzzle, à évaluer les diverses réponses possibles à cette question que se consacre cet article. Pour cela nous évoquerons successivement sa première carrière scientifique comme ingénieur-économiste avant 1935, son rôle dans le mouvement technocratique X-Crise, puis son cheminement voire sa carrière politique dans la pé...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Armatte, « Que représentait Robert Gibrat (1904-1980) au Congrès international de philosophie scientifique de 1935 ? », Philosophia Scientiæ [En ligne], 22-3 | 2018, mis en ligne le 25 octobre 2020, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/philosophiascientiae/1606 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1606

Haut de page

Auteur

Michel Armatte

Centre A. Koyré, EHESS-MNHN-CNRS (UMR 8560), Paris (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page