Navigation – Plan du site

A Political Meaning of “Scientific Philosophy”? The Case of Edgar Zilsel

Oliver Schlaudt
p. 257-287

Résumés

Aujourd’hui, bon nombre de philosophes des sciences ou d’universitaires semblent penser que leur expertise peut éclairer les débats publics. Le premier empirisme logique peut apparaître comme un modèle de philosophie des sciences politiquement pertinent. Dans ses travaux sur la « dépolitisation» de l’empirisme logique, George Reisch a aidé à prendre conscience de l’agenda politique (de certaines composantes) du Cercle de Vienne, agenda qui a disparu dans les États-Unis d’après-guerre, sous la pression de l’anti-communisme. L’étude du cas d’Edgar Zilsel, un sociologue des sciences membre de l’aile gauche radicale du Cercle de Vienne, montre cependant que l’empirisme logique ne peut pas être considéré aussi facilement comme politique. Certes, Zilsel était un intellectuel politiquement engagé, mais il n’était pas un philosophe des sciences politiquement engagé: son intention n’était pas d’intervenir dans les débats publics ou de soutenir des causes publiques en vertu de son statut académique (il n’en avait pas) ou de son expertise professionnelle (il en avait une). Je soutiens en outre que les débats contemporains sur la place de la science dans la société, menés par des universitaires qui, soucieux de leur impact sur les questions de société, conceptualisent l’influence sociale en termes de motifs et de valeurs individuels, ne correspondent pas au point de vue des empiristes logiques de gauche: ceux-ci cherchaient à fournir une explication sociologique de la science et s’attachaient davantage aux déterminants structuraux qu’aux motifs individuels. Ainsi, même si l’empirisme logique peut être vu comme un modèle de philosophie des sciences politiquement pertinent, il pointe, à mon sens, dans une direction différente de celle généralement prise par ses héritiers d’aujourd’hui.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1 Introduction: A socialist agenda “at the heart of” logical empiricism?
2 “Marxism” around the Vienna Circle
3 The case of Edgar Zilsel
3.1 Zilsel, logical empiricism and Marxism
3.2 Zilsel’s remarks on physicalism in Carnap and Neurath
3.3 Zilsel’s concept of law
3.3.1 Empiricism
3.3.2 All-embracing determinism
3.3.3 Pragmatism
4 Scientific philosophy—a political philosophy?

Aperçu du début du texte

1 Introduction: A socialist agenda “at the heart of” logical empiricism?

In his seminal book, How the Cold War Transformed Philosophy of Science [Reisch 2005], George Reisch portrays the rise of the philosophy of science in its contemporary form as the result of a process of “depoliticization”. In telling this story, Reisch is pursuing a twofold aim. First, as a trained historian, he seeks to present a fairly obscure but intriguing chapter in the history of philosophy of science to a wider public: the story of how logical empiricism came to be depoliticized during the cold war due to the pressure of anti-communism and became what is nowadays known as the “philosophy of science”, an academic discipline committed to professionalism, specialization, political quietism, and formalism, i.e., to the idea “that a scientific theory can be specified as a formal system resting on axioms” [Reisch 2009, 194]. In addition to this, however, Reisch explicitly states that he has a further agenda, ma...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Oliver Schlaudt, « A Political Meaning of “Scientific Philosophy”? The Case of Edgar Zilsel », Philosophia Scientiæ [En ligne], 22-3 | 2018, mis en ligne le 25 octobre 2020, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/philosophiascientiae/1650 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1650

Haut de page

Auteur

Oliver Schlaudt

Philosophisches Seminar, Universität Heidelberg (Germany), Archives Henri-Poincaré – Philosophie et Recherches sur les Sciences et les Technologies, Université de Lorraine, Université de Strasbourg, CNRS, Nancy (France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page