Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23-3Les circulations scientifiques de...Diplomatie scientifique. De quelq...

Les circulations scientifiques depuis le début du XXe siècle : nouvelles perspectives d’étude

Diplomatie scientifique. De quelques notions de base et questions-clés

Science Diplomacy. On Several Basic Notions and Key Questions
Pierre-Bruno Ruffini
p. 67-80

Résumés

Apparue il y a une dizaine d’années dans le vocabulaire des relations internationales, la « diplomatie scientifique » reste mal connue, une erreur fréquente étant de la confondre avec la coopération scientifique internationale. Prenant appui sur des exemples puisés dans l’histoire et dans l’actualité des relations internationales, ce texte peut être lu comme une introduction générale à la diplomatie scientifique. Celle-ci appartient au champ des politiques publiques et recouvre des pratiques variées, identifiées à partir des grands objectifs poursuivis par les États qui s’y engagent : attirer, coopérer, influencer.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1 Introduction
2 Qu’est-ce que la diplomatie scientifique ?
2.1 Les trois dimensions de la diplomatie scientifique
La diplomatie pour la science [diplomacy for science]
La science pour la diplomatie [science for diplomacy]
La science dans la diplomatie [science in diplomacy]
2.2 Commentaires et prolongements
Les volets du triptyque sont interdépendants
La diplomatie scientifique met en jeu l’intérêt national
La diplomatie scientifique ne doit pas être confondue avec la coopération scientifique internationale
3 La diplomatie scientifique, du passé au présent
4 Les objectifs de la diplomatie scientifique
4.1 Attirer
4.2 Coopérer
4.3 Influencer
5 Quelques questions, en conclusion

Aperçu du texte

1 Introduction

La diplomatie scientifique désigne en première approche le champ particulier des relations internationales où s’entrecroisent les intérêts de la science et ceux de la politique étrangère. Ainsi nommée, la diplomatie scientifique a reçu sa première expression publique forte et argumentée il y une dizaine d’années seulement. En 2010, l’académie britannique des sciences (la Royal Society) et l’American Association for the Advancement of Science (AAAS) publiaient un rapport fondateur, issu d’un colloque sur le thème New Frontiers in Science Diplomacy [Royal Society 2010]. En 2012, la revue trimestrielle Science & Diplomacy était lancée par l’AAAS. Appliquée et analysée d’abord aux États-Unis et au Royaume-Uni, pays pionniers en la matière, cette déclinaison particulière de la diplomatie est aujourd’hui revendiquée par un nombre croissant de pays. La France en fait partie, comme en témoigne la publication par le ministère des Affaires étrangères du rapport d’orientation « U...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Bruno Ruffini, « Diplomatie scientifique. De quelques notions de base et questions-clés »Philosophia Scientiæ, 23-3 | 2019, 67-80.

Référence électronique

Pierre-Bruno Ruffini, « Diplomatie scientifique. De quelques notions de base et questions-clés »Philosophia Scientiæ [En ligne], 23-3 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/philosophiascientiae/2064 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philosophiascientiae.2064

Haut de page

Auteur

Pierre-Bruno Ruffini

Faculté des Affaires Internationales, Université Le Havre Normandie (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Kimé
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search