Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24-2Philosophies de la ressemblanceRépliques, doubles et coïncidents...

Philosophies de la ressemblance

Répliques, doubles et coïncidents purs. Trois régimes d’indiscernables

Replicas, Doubles and Pure Coincidents. Three regimes of indiscernibles
Nicolas Erdrich
p. 29-52

Résumés

Cet article se propose de reprendre les discussions autour du principe d’identité des indiscernables (PIdI) en précisant le type d’entités qui pourraient y déroger. J’y défends l’idée que le rejet du PIdI ressortit à la possibilité de trois types de doubles : les répliques pures, ou reproductions parfaites, les doubles purs, doubles qui ne peuvent pas même être distingués par des relations spatio-temporelles, et enfin les coïncidents purs qui sont des doubles « superposés ». La thèse que je défends consiste à montrer que l’existence de telles entités est non seulement concevable, mais même, pour les deux premières sortes, physiquement possible. Pour ce qui concerne la possibilité des coïncidents purs, le rejet de telles entités peut être appuyé indépendamment du PIdI sur un principe de parcimonie ontologique basé sur une indifférence causale.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

1 Introduction
2 Pourquoi devrions-nous rejeter la possibilité d’indiscernables ?
3 Trois régimes d’indiscernables
4 Le cas des répliques pures
5 Le cas des doubles purs
5.1 La portée modale du PIdI
5.1.1 Voie 1 : défense du PIdI par la discernabilité
5.1.2 Voie 2 : défense du PIdI par l’identité
5.1.3 Voie 3 : défense du PIdI par non-individuation des sphères
5.2 Le cas des particules quantiques
6 Coïncidents purs
7 Conclusion

Aperçu du texte

1 Introduction

De nombreuses choses se ressemblent, comme par exemple deux feuilles d’une glycine ou deux galets d’un rivage. Certaines se ressemblent même très fortement, comme deux stylos élaborés sur une même chaîne de production industrielle ou comme deux clones. Mais que serait une ressemblance qui n’exemplifierait pas la moindre différence entre les occurrences comparées ? Que seraient des choses parfaitement indiscernables ? Il peut être tentant d’affirmer qu’en fait de ressemblance exacte, nous aurions plus vraisemblablement affaire à l’identité. Partant, nous n’aurions pas deux choses répétées, mais une seule, ré-identifiée.

La possibilité d’indiscernables, autrement dit, la possibilité de choses exactement ressemblantes mais numériquement différentes, est contestée par le principe dit « d’identité des indiscernables » (j’écrirai désormais « PIdI »). Quoique ce principe soit historiquement attaché à la figure de Leibniz, il fut défendu par d’autres philosophes avant lui et oc...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Erdrich, « Répliques, doubles et coïncidents purs. Trois régimes d’indiscernables »Philosophia Scientiæ, 24-2 | 2020, 29-52.

Référence électronique

Nicolas Erdrich, « Répliques, doubles et coïncidents purs. Trois régimes d’indiscernables »Philosophia Scientiæ [En ligne], 24-2 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 24 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/philosophiascientiae/2241 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philosophiascientiae.2241

Haut de page

Auteur

Nicolas Erdrich

Archives Henri-Poincaré – Philosophie et Recherches sur les Sciences et les Technologies (AHP-PReST), Université de Lorraine, CNRS, Université de Strasbourg, UMR 7117, Nancy (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Kimé
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search