Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24-2Philosophies de la ressemblanceLa rigidité au travers des ressem...

Philosophies de la ressemblance

La rigidité au travers des ressemblances

Rigidity through Resemblances
Filipe Drapeau Vieira Contim
p. 53-74

Résumés

Mon but ici est de réconcilier deux conceptions relativement populaires dans leurs domaines respectifs : d’une part, la théorie des contreparties (TC) de David Lewis, en métaphysique modale, d’autre part, la thèse de la rigidité mise en avant par Saul Kripke en sémantique. De prime abord, le concept de rigidité ne semble pas pouvoir s’appliquer dans TC : un terme rigide est censé désigner le même objet au travers des mondes possibles, tandis que TC formule les conditions de vérité des énoncés modaux de re en termes non pas d’identité transmonde mais de similarité comparative. Je soutiens néanmoins qu’il peut y avoir de la rigidité au travers des ressemblances. Partant d’une suggestion de Lewis, je montre qu’on peut définir un concept de rigidité, la rigidité lewisienne (rigiditéL), qui est adapté à TC. Malheureusement, la thèse de la rigiditéL ainsi reformulée bute sur un obstacle de taille : l’extrême prodigalité de la relation de ressemblance qui prévaut dans TC entraîne une prolifération des relations de contrepartie, ce qui a pour effet de trivialiser la thèse de la rigiditéL, en faisant de tous les termes singuliers, sans discrimination, noms propres aussi bien que descriptions définies, des désignateurs rigidesL. Suivant une piste d’Allan Gibbard et de Lewis, je propose alors de relativiser la rigiditéL à un aspect de similarité variable selon le contexte conversationnel. De là, je forge un concept plus contraignant, celui d’hyper-rigiditéL, à l’aune duquel le contrepartiste peut enfin capturer la différence entre noms propres et descriptions définies.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

1 Introduction
2 La rigidité lewisienne
3 Le problème de la trivialisation
4 La rigidité en contexte
5 L’hyper-rigiditéL
6 Conclusion

Aperçu du texte

1 Introduction

Je voudrais résoudre une tension qui existe entre la théorie de la référence et la métaphysique des modalités. Cette tension naît de l’apparente incompatibilité entre, d’une part, la thèse de la rigidité des termes référentiels mise en avant par Saul Kripke et, d’autre part, la théorie des contreparties de David Lewis. À la suite de Kripke, la plupart des philosophes du langage souscrivent à la thèse de la rigidité. Celle-ci dit que les termes authentiquement référentiels, et notamment les noms propres, sont des désignateurs rigides de leur actuel référent, à la différence des descriptions définies. Telle que Kripke l’énonce, la thèse de la rigidité présuppose l’identité transmonde, autrement dit l’idée qu’un même objet puisse appartenir à des mondes possibles distincts. De leur côté, un certain nombre de métaphysiciens embrassent la théorie des contreparties (TC) de David Lewis, considérant que c’est la théorie la plus à même de répondre aux paradoxes modaux. Or l’art...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Filipe Drapeau Vieira Contim, « La rigidité au travers des ressemblances »Philosophia Scientiæ, 24-2 | 2020, 53-74.

Référence électronique

Filipe Drapeau Vieira Contim, « La rigidité au travers des ressemblances »Philosophia Scientiæ [En ligne], 24-2 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 23 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/philosophiascientiae/2254 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philosophiascientiae.2254

Haut de page

Auteur

Filipe Drapeau Vieira Contim

Univ. Rennes, CAPHI EA 7463 (France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Kimé
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search