Navigation – Plan du site
Philosophies de la ressemblance

Quelques réticences sur les théories de la ressemblance en musique

Some Doubts about Resemblance Theories in Music
Vincent Granata
p. 125-145

Résumés

Le but de cet article est de montrer les limites des théories de la ressemblance en musique. Ces théories cherchent à justifier que nous puissions attribuer des émotions à une musique, et soutiennent que l’expression musicale des émotions est analogue à l’expression émotionnelle chez les êtres humains. Une musique triste devrait alors posséder quelque propriété en vertu de laquelle elle puisse ressembler à l’expression de la tristesse chez une personne. Ces approches ont le défaut de reposer sur une notion de similarité qui est à la fois vague et inadéquate. Elles ne parviennent jamais à spécifier en quoi, précisément, la musique et les émotions pourraient bien se ressembler. Je montrerai qu’il est fort peu probable que cette notion de ressemblance, fondée sur un réquisit d’objectivité, puisse nous aider à mieux comprendre la façon dont nous pouvons correctement attribuer des propriétés expressives à une œuvre musicale.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

1 Introduction
2 Les avantages supposés de la ressemblance en musique
3 Sept difficultés concernant les théories de la ressemblance en musique
4 Conclusion : changer de perspective ?

Aperçu du début du texte

1 Introduction

L’application de termes émotionnels dans le domaine musical constitue une des préoccupations centrales de la philosophie de la musique. Le problème se pose lorsqu’on examine la pratique langagière – courante chez l’amateur autant que le spécialiste – consistant à dire qu’un Nocturne de Chopin est « triste », que la Marche turque de Mozart est « enjouée » ou que les blues sont « mélancoliques ». Car si les termes émotionnels s’appliquent ordinairement aux êtres sensibles – qui sont les seuls à être véritablement capables d’exprimer des émotions –, qu’est-ce qui pourrait bien en justifier l’usage pour une musique ? Les théories de la ressemblance, qui jouissent d’un certain crédit auprès des philosophes contemporains, sont une réponse possible à ce problème. Elles envisagent l’expression musicale des émotions comme étant analogue à l’expression émotionnelle des êtres humains. Stephen Davies et Peter Kivy en sont les représentants les plus emblématiques [Davies 1994], [Ki...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Granata, « Quelques réticences sur les théories de la ressemblance en musique », Philosophia Scientiæ [En ligne], 24-2 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/philosophiascientiae/2322 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philosophiascientiae.2322

Haut de page

Auteur

Vincent Granata

Archives Henri-Poincaré – Philosophie et Recherches sur les Sciences et les Technologies (AHP-PReST), Université de Lorraine, CNRS, Université de Strasbourg, UMR 7117, Nancy (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page