Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionsAppels en coursLa “parenthèse Vichy’’ ?

La “parenthèse Vichy’’ ?

Trajectoires d’universitaires et reconfigurations disciplinaires sous l’Occupation et durant l’immédiat après-guerre

Cahier thématique de Philosophia Scientiae 27/1 (février 2023)

Éditeurs invités

Nicolas Brisset, Christophe Eckes, Céline Fellag, Raphaël Fèvre

Dates

Date limite de soumission : 1er janvier 2022

Date de notification : 1er avril 2022

Version finale : 1er septembre 2022

Adresses de soumission

brissetni@gmail.com; christophe.eckes@univ-lorraine.fr; cfellag@bipm.org; raphael.fevre@gmail.com

Descriptif

Cette proposition de dossier thématique vise à rassembler des contributions de spécialistes en histoire du droit, des sciences sociales, de l’économie et des sciences exactes afin de compléter ou d’interroger l’historiographie dévolue aux disciplines académiques, aux universités ou aux institutions scientifiques durant l’Occupation et l’immédiat après-guerre. Dès les années 1990 et 2000, des études globales ont été consacrées aux universités sous Vichy [Gueslin 1996], ainsi qu’à l’épuration des universitaires [Singer 1997] et [Rouquet 2010]. Des monographies ont par ailleurs été spécialement dédiées à des universités ou des Grandes Écoles durant la Deuxième Guerre mondiale. Nous pouvons citer à ce propos les exemples de l’École polytechnique [Baruch et Guigueno, 2000], de l’École normale supérieure [Israël 2005], de la Reichsuniversität Strassburg et de l’Université de Strasbourg repliée à Clermont-Ferrand [Crawford et Olff-Nathan 2005], [Baechler, Irgesheim et Racine 2005] ainsi que [Möller 2020]. L’historiographie sur les disciplines académiques face à la double contrainte du régime de Vichy et de la puissance occupante s’est en outre sensiblement enrichie ces dernières années, comme en attestent [Chandivert 2016], [Eckes 2018], [Gouarné 2019] ou encore [Brisset et Fèvre 2021].

Sur un plan méthodologique, les soumissions proposées adopteront ou combineront diverses échelles d’observation et d’analyse. Certaines d’entre elles pourront ainsi se focaliser davantage sur des trajectoires individuelles envisagées d’un point de vue tant académique que politique. Elles mettront alors en avant et tenteront de comprendre dans toute leur complexité les comportements adoptés par des savants et universitaires confrontés à des contextes de contraintes très évolutifs entre l’automne 1940 et l’été 1944. À cette échelle d’observation, les réflexions développées par des spécialistes de la période tels que Pierre Laborie, François Marcot ou encore Jacqueline Sainclivier sur les comportements individuels et collectifs sous l’Occupation pourront s’avérer très précieuses. D’autres contributions viseront à reconstituer des réseaux d’acteurs partageant un même programme scientifique ou participant à une entreprise commune façonnée par les pouvoirs économique et politique sous Vichy ou par les instances d’Occupation. D’autres enfin porteront plus globalement sur des institutions scientifiques ou des disciplines académiques dont il s’agira de cerner les reconfigurations durant l’Occupation et l’immédiat après-guerre. Les contributions ainsi rassemblées viseront également à faire ressortir les éléments de continuité et de rupture sur un plan tant institutionnel que disciplinaire ou scientifique, en adoptant une périodisation plus large – des années 1930 aux années 1950. Un intérêt marqué sera alors porté au processus complexe d’épuration des savants et universitaires, en essayant d’en mesurer les effets à court et à long terme sur les représentations collectives liées à la période de l’Occupation.

Les manuscrits doivent:

Être originaux, et ne peuvent pas être en cours de soumission pour une autre publication,

Être écrits en anglais, en français.

Être préparés pour une évaluation anonyme.

Contenir un résumé en français et un résumé en anglais (200-300 mots).

La longueur des articles est limitée à 50 000 caractères/8 000 mots (espaces, résumés bibliographie et notes comprises).

De courts papiers peuvent être soumis également.

Etre soumis en LaTeX, Word ou OpenOffice

Instructions aux auteurs https://philosophiascientiae.revues.org/449

Bibliographie

Christian Baechler, François Igersheim, et Pierre Racine (éditeurs), Les Reichsuniversitäten de Strasbourg et de Poznan et les résistances universitaires 1941-1944, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2005.

Marc-Olivier Baruch et Vincent Guigeno (éditeurs), Le choix des X : L’École polytechnique et les polytechniciens 1939-1945, Paris, éditions Fayard, 2000.

Nicolas Brisset et Raphaël Fèvre, « Les économistes face à l’État français. François Perroux et la reconfiguration de la discipline économique sous Vichy », à paraître dans Politix.

Arnauld Chandivert, « Sciences sociales, Résistance et “mystique provinciale’’ à Toulouse sous le gouvernement de Vichy. Complexité et ambivalence des engagements (1930-1950) », Revue d’histoire des sciences humaines, 28, 2016, p. 225-252.

Elisabeth Crawford et Josiane Olff-Nathan (éditeurs), La science sous influence : l’Université de Strasbourg, enjeu des conflits franco-allemands 1872-1945, Strasbourg, éditions La Nuée Bleue, 2005.

Christophe Eckes, « Organiser le recrutement de recenseurs français pour le Zentralblatt à l’automne 1940 : une étude sur les premiers liens entre Harald Geppert, Helmut Hasse et Gaston Julia sous l’Occupation, Revue d’histoire des mathématiques, 24 (2018), p. 259-329.

Isabelle Gouarné, Les Sciences sociales face à Vichy. Le colloque « Travail et Techniques » de 1941, Paris, Classiques Garnier, 2019.

Stéphane Israël, Les études et la guerre : les normaliens dans la tourmente, Paris, Éditions de la rue d’Ulm, 2005.

Pierre Laborie, Penser l’événement 1940-1945, Paris, éditions Gallimard, 2018.

Pierre Laborie et François Marcot (éditeurs), Les comportements collectifs en France et dans l’Europe allemande, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015.

François Marcot et Didier Musiedlak (éditeurs), Les résistances miroir des régimes d’oppression, Allemagne, France Italie, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2006.

Rainer Möhler, Die Reichsuniversität Strassburg 1940-1944 : Eine nationalsozialistische Musteruniversität zwischen Wissenschaft, Volkstumpolitik und Vebrechen, Stuttgart, Kohlhammer, 2020.

François Rouquet, « Mon cher Collègue et Ami », l’épuration des universitaires (1940-1953), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

Claude Singer, L’Université libérée, l’Université épurée, Paris, Les Belles Lettres, 1997.

Haut de page
  • Logo Éditions Kimé
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search