Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27-3« Résoudre des problèmes qui pour...

« Résoudre des problèmes qui pour nous équivalent un peu à la quadrature du cercle »

Poincaré, la chimie des poudres et le laboratoire de recherche (1907-1908)
“Solving Problems That Are a Little Like Squaring the Circle For Us”. Poincaré, the chemistry of explosives and the research laboratory (1907-1908)
Patrice Bret

Résumés

Parent pauvre de la formation polytechnicienne à l’époque de Poincaré, la chimie resta en dehors des centres d’intérêt du savant malgré l’importance sociale qu’elle acquit à la fin du xixe siècle. Le mathématicien, physicien et philosophie y fut confronté assez fortuitement en 1907 comme président de la Commission scientifique d’étude des poudres de guerre créée après l’explosion du cuirassé Iéna car Marcellin Berthelot, qui avait été pressenti comme éminent spécialiste des poudres et explosifs mourut dans l’intervalle. Dans un contexte international tendu entre la France et l’Allemagne depuis l’annexion de l’Alsace-Moselle en 1871 et alors que la crise marocaine relança l’esprit de revanche, cet accident catastrophique porta un rude coup à la confiance du pays dans ses moyens de défense. Le gouvernement jugea alors que seul Poincaré avait l’autorité scientifique nécessaire pour rassurer l’opinion publique sur la sécurité des poudres sans fumée issues de l’industrie chimique inventées par son camarade de promotion Paul Vieille et maintenir l’ennemi à distance. Les archives de la Commission et la correspondance administrative de Poincaré témoignent de son investissement. Sa correspondance personnelle avec Henry Le Chatelier, autre ingénieur X-Mines spécialiste des poudres et explosifs, permet de mieux cerner son appréhension des problèmes complexes posés par les nouvelles poudres et de dévoiler sa stratégie pour contourner les blocages institutionnels dus à la rivalité entre le service producteur des Poudres et salpêtres et les services consommateurs de l’Artillerie et la Marine et aux attaques contre le monopole des poudres de la part des industriels et de leurs partisans au Parlement.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie Philippe Nabonnand, Laurent Rollet et Scott Walter pour l’aide bienveillante qu’ils m’ont apportée.

  • 1 Cet article reprend et développe l’action de Poincaré abordée dans une étude générale [Bret 2002b] (...)
  • 2 Pour le contexte institutionnel, social et politique de cette affaire, voir [Bret 2002b].

1Dans les diverses fonctions qu’il exerça, Poincaré a rarement été confronté à des domaines étrangers à ses propres champs de recherche scientifique ou de philosophie des sciences. Sa nomination assez fortuite à la présidence de la « Commission scientifique d’étude des poudres de guerre », au printemps 1907, l’amena pourtant à s’occuper pendant un an de questions délicates relevant de la chimie et directement liées à la défense nationale1. L’Entente cordiale signée en 1904 venait à peine d’apaiser la rivalité coloniale franco-britannique, exacerbée par la crise de Fachoda au tournant du siècle, que, dès l’année suivante, la crise de Tanger enflamma la rivalité franco-allemande. Son règlement provisoire à la conférence internationale d’Algésiras en 1906 ne suffit pas à calmer l’esprit de revanche, né en France de l’annexion de l’Alsace-Moselle en 1871 et durablement attisé par cette première crise marocaine2.

  • 3 Journal officiel [JO], Sénat, séance du 20 mars 1907, p. 515–516. L’explosion fit quelque 150 vict (...)
  • 4 JO, Sénat, séance du 3 décembre 1907, p. 1126.
  • 5 Le 21 mars au Sénat et le 28 à la Chambre des députés. Cette dernière commission parlementaire com (...)

2Dans ce contexte international explosif, la confiance dans l’appareil militaire de la France fut fortement ébranlée par l’affaire du cuirassé Iéna, fleuron de la Marine nationale qui explosa dans le port de Toulon : « Nous avons, messieurs, le 12 mars, perdu comme une bataille navale dans laquelle nous n’avions pas d’adversaire », déclara le sénateur Ernest Monis, le 20 mars 1907, en proposant à ses collègues la constitution d’une commission chargée d’enquêter sur les causes de cette catastrophe et sur les accidents que la Marine avait connus dans les dernières années3. De rapides enquêtes administratives et techniques de la Marine avaient déjà été diligentées dès le lendemain de l’accident, mais, clama aussi le même sénateur, elles étaient trop dépendantes de ce ministère : « C’est l’enquêté qui a été l’enquêteur4 ». Quant aux enquêtes parlementaires lancées dans la foulée5, elles seraient nécessairement trop lentes et trop politiques pour éclairer paisiblement les problèmes de fond, scientifiques et techniques, et assurer la sécurité des moyens de défense de la France. Seule une enquête incontestable pouvait être garante de l’avenir :

  • 6 Paul Vieille mit alors au point la Poudre B, première des poudres colloïdales, dites sans fumée, i (...)

À la suite de la catastrophe de l’Iéna et de divers incidents de tir, les poudres actuellement en service ont suscité des préoccupations, soit au point de vue des garanties de conservation qu’elles offrent dans les conditions les plus dures du service, soit au point de vue de leurs qualités balistiques. Il importe de s’assurer que la France qui, en 1884, a été à la tête du mouvement pour l’emploi des poudres sans fumée6, a bien su profiter de tous les progrès qui ont été réalisés depuis dans la technique de ces explosifs.

  • 7 Rapport des ministres de la Marine et de la Guerre au président de la République, 6 avril 1907 (Fo (...)

À cet effet, il semble nécessaire d’instituer une enquête générale sur les poudres de guerre modernes7.

3La Commission scientifique d’étude des poudres de guerre chargée de cette enquête devant posséder « toute l’autorité désirable », elle reçut son investiture du chef de l’État lui-même. Par un décret présidentiel du 6 avril 1907, elle fut constituée d’éminents spécialistes des divers services publics intéressés, mais aussi, malgré le monopole des poudres régi par les lois de septembre-octobre 1797, de l’industrie privée, ainsi que de « savants à la réputation indiscutée », qui devaient apporter dans les débats « la méthode impartiale de la critique scientifique ». Pour le président de la République Armand Fallières et les ministres à l’origine du décret portant création de la Commission – Gaston Thomson au portefeuille de la Marine et le général Picquart à celui de la Guerre – l’objectif était de rassurer, non seulement les services consommateurs de poudre, la Marine et l’Artillerie, mais aussi, plus généralement, l’opinion publique. Pour ce faire, l’autorité politique eut recours à l’autorité scientifique en plaçant à la tête de cette Commission une figure majeure de la science française, internationalement incontestée.

  • 8 Gaston Thomson, ministre de la Marine à Poincaré, Paris avril 1907 [sans quantième] (Service histo (...)

4Depuis 1870, le savant chimiste chargé de ces questions était le puissant Marcellin Berthelot, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, membre de l’Académie de médecine et de l’Académie française, sénateur inamovible et ancien ministre, mais il décéda malencontreusement une semaine après l’explosion. Nul autre chimiste n’ayant une telle stature, le choix du pouvoir se porta sur Henri Poincaré, président de l’Académie des sciences pour l’année 1906, lauréat et membre de plusieurs académies et sociétés scientifiques étrangères, et docteur honoris causa de plusieurs universités étrangères. Cette même année, le rapport critique de l’analyse du bordereau d’accusation de Dreyfus par Poincaré avait été une pièce importante dans le procès de réhabilitation du capitaine, en complément de la déposition du colonel Picquart, nommé peu après général et ministre de la Guerre du gouvernement formé par Georges Clemenceau en octobre 1906. Le ministre de la Marine en personne informa Poincaré de sa nomination, le renvoyant au cabinet du son collègue de la Guerre quant à l’organisation et au fonctionnement de la Commission8. Comment le savant remplit-il cette tâche à laquelle il était peu préparé ?

  • 9 Les papiers de la Commission de 1907 au SHD à Vincennes, dans le fonds de l’Artillerie (GR 14 W 14 (...)
  • 10 Sauf erreur ou mention contraire, la correspondance de Poincaré citée est conservée dans les papie (...)

5Après avoir rappelé la relative faiblesse de la formation de Poincaré en chimie et l’attention limitée qu’il porta à cette discipline, nous soulignerons son investissement dans la mission qui lui fut confiée, dont témoignent les archives9 et sa correspondance10. Interrogeant ensuite le regard que le mathématicien porta sur ces questions extérieures à ses domaines de recherche dans lesquelles la science était au cœur du pouvoir régalien, nous nous pencherons sur la stratégie qu’il mit en place pour parvenir aux objectifs qu’il se fixa en tentant de libérer la recherche des contraintes que la politique et l’administration faisaient peser sur elle.

1 Les poudres de guerre : une improbable rencontre entre Poincaré et la chimie

6Parent pauvre dans la formation de Poincaré, la chimie resta à l’écart de ses centres d’intérêt scientifique et n’eut qu’une présence assez aléatoire dans son œuvre philosophique jusqu’à sa confrontation avec la question des poudres de guerre.

1.1 La chimie, parent pauvre de la formation polytechnicienne

  • 11 27 mai 1880, cité par [Atten 1995, 217].

7Compte tenu de leur faible coefficient aux examens dans le système polytechnicien, les sciences physiques n’avaient qu’une place secondaire dans les classements de l’École polytechnique, lesquels, à l’entrée comme à la sortie, se fondaient essentiellement sur la mécanique et l’analyse. Au reste, le professeur de physique et académicien Alfred Cornu (X 1867) considérait même que, quelle que soit leur carrière d’ingénieur, les polytechniciens n’auraient qu’à appliquer les principes de la mécanique car « l’analyse, la physique, certaines parties de la chimie même ne sont que des applications de cette science11 ».

  • 12 Même en admettant que la distinction entre physicien et chimiste n’a parfois guère de sens, voir l (...)

8Certes, la chimie était bien prévue à l’oral pour l’admissibilité depuis 1847. Dans la pratique, elle y avait disparu à l’époque des études de Poincaré (1873-1875), bien que l’École possédât d’éminents professeurs qui cumulaient des postes prestigieux dans cette discipline et siégeaient à l’Académie des sciences. Edmond Frémy, qui avait succédé à Pelouze en 1846 à Polytechnique, et à Gay-Lussac au Muséum, réclamait d’ailleurs, encore en janvier 1875, l’instauration d’un niveau supérieur pour cet enseignement [Kounelis 1995, 249]. Découvreur de l’alcool amylique (1839) et répétiteur à l’École depuis longtemps, très au fait de la chimie étrangère, son collègue Auguste Cahours (X 1833), venait de succéder à Victor Regnault à la chaire de chimie organique (1871), tout en occupant celle de chimie générale à l’École centrale [Fournier 2013]. En prenant sa succession en 1880, Édouard Grimaux souligna l’impossibilité de travailler dans « ces salles étroites, privées de toute installation, que l’on décore du nom de laboratoires » [cité par Belhoste 2003] à l’École polytechnique et qui dataient de la Restauration. Au même moment, le conseil de l’École des mines réclamait aussi pour la chimie un examen d’admission écrit avec un coefficient accru [Kounelis 1995, 250]. Ce n’était pas le cas cinq ans plus tôt lorsque Poincaré y entra. Dans ces conditions, la chimie fut toujours une préoccupation secondaire pour lui. L’absence de celle-ci dans ses travaux personnels et la rareté des échanges épistolaires du savant avec des chimistes ne sauraient étonner malgré l’importance croissante de la chimie industrielle dans la société de son temps12. Les quelques références qui y sont faites dans ses textes philosophiques le sont en relation avec des questions physiques ou mathématiques.

1.2 La chimie, parent pauvre dans la pensée philosophique de Poincaré

  • 13 Sur cet ouvrage, voir [Poincaré 1999], [Rollet 2000].
  • 14 « Supposons qu’au lieu de 60 éléments chimiques, nous en ayons 60 milliards [...] répartis uniform (...)
  • 15 Poincaré compare le rapport de la charge à la masse avec celui de l’ion d’hydrogène dans l’électro (...)
  • 16 Sur les changements opérés par Poincaré pour cette édition, voir [Heinzmann 1986]. Sur ces débats, (...)

9Dans Science et Méthode, que Poincaré rédigea ou révisa en partie à la fin de sa présidence de la Commission13, la chimie se limite à quelques mentions incidentes à propos du nombre limité d’éléments chimiques qui permet de faire science14 ; de l’électrochimie comme l’un des apports de l’électricité consécutifs au choix fait par les savants du xviiie siècle de l’étudier, choix qui n’était pas alors guidé par l’utilité [Poincaré 1999, 22–23]. ; ou de la vitesse des rayons cathodiques qui transportent environ mille fois plus d’électricité qu’une masse égale d’hydrogène dans un électrolyte15. La principale mention figure dans le livre consacré au « raisonnement mathématique » [Poincaré 1999, Livre II, chap. III–V], dans lequel Poincaré reprend, avec quelques modifications, les articles de sa controverse avec Louis Couturat dans la Revue de métaphysique et de morale en 1905 et 190616 au sujet de l’analyse par ce dernier des travaux de Bertrand Russell et de ceux de David Hilbert. Considérant que les trois auteurs se sont tous dérobés « au moment de démontrer que la définition du nombre entier par l’axiome d’induction complète n’implique pas contradiction » [Poincaré 1999, chap. IV, 184], il propose la sienne, en utilisant le cas du phosphore, puisé dans les sciences physiques :

Notre conclusion, c’est d’abord que le principe d’induction ne peut pas être regardé comme la définition déguisée du nombre entier.

Voici trois vérités :

  • Le principe d’induction complète ;
  • Le postulatum d’Euclide ;
  • La loi physique d’après laquelle le phosphore fond à 44° (citée par M. Le Roy).

On dit : ce sont trois définitions déguisées, la première, celle du nombre entier, la seconde, celle de la ligne droite, la troisième, celle du phosphore.

Je l’admets pour la seconde, je ne l’admets pas pour les deux autres, il faut que j’explique la raison de cette apparente inconséquence.

D’abord, nous avons vu qu’une définition n’est acceptable que s’il est établi qu’elle n’implique pas contradiction. Nous avons montré également que, pour la première définition, cette démonstration est impossible ; au contraire, nous venons de rappeler que pour la seconde Hilbert avait donné une démonstration complète.

En ce qui concerne la troisième, il est clair qu’elle n’implique pas contradiction : mais cela veut-il dire que cette définition garantit, comme il le faudrait, l’existence de l’objet défini ? Nous ne sommes plus ici dans les sciences mathématiques, mais dans les sciences physiques, et le mot existence n’a plus le même sens, il ne signifie plus absence de contradiction, il signifie existence objective. [Poincaré 1999, 186–187, je souligne]

  • 17 Pour Landolt & Börnstein [1894], tableau 61d, p. 125, le point de fusion du phosphore se situe ent (...)

10Poincaré a bien conscience de l’écart entre la logique mathématique abstraite et la connaissance expérimentale des phénomènes en chimie. Mieux, dans une nouvelle section, il doit renoncer à sa formulation antérieure pour en donner une définition (« Cette proposition est une véritable loi physique vérifiable, car elle signifie : tous les corps qui possèdent toutes les autres propriétés du phosphore, sauf son point de fusion, fondent comme lui à 44°. » [1999, 189]) et la rectifie ainsi : « tous les corps qui possèdent telles et telles propriétés en nombre fini (à savoir les propriétés du phosphore qui sont énoncées dans les traités de Chimie, le point de fusion excepté) fondent à 44° » [Poincaré 1999, 189]17.

2 Les confrères chimistes de Poincaré à la commission des poudres

11Malgré sa conscience des écarts entre sciences mathématiques et sciences physiques, Poincaré appréhendait assez difficilement, on le verra, les difficultés matérielles rencontrées par les chimistes pour faire science et apporter des réponses scientifiques à des questions techniques que le nombre, la variabilité des facteurs et de leurs conjonctions rendaient d’une extrême complexité. Au reste, au sein même de la Commission scientifique d’étude des poudres de guerre, le président pouvait s’appuyer sur des chimistes en vue dans leurs domaines spécifiques.

12Trois des confrères de Poincaré à l’Institut de France siégèrent en effet dans la Commission. Membre de la section de chimie de l’Académie, Albin Haller, Alsacien formé à Nancy, où il avait fondé et dirigé l’Institut chimique inspiré du modèle allemand, était professeur de chimie organique à la Sorbonne et directeur de l’École de physique et chimie industrielle de la Ville de Paris18. Son épouse était une cousine germaine de Poincaré et les deux hommes étaient très proches. En l’absence de correspondance entre eux, les photographies de famille les réunissent régulièrement à Longuyon, où ils se retrouvent aux beaux jours [Langlinay sous presse, chap. 1]19. De la promotion de Poincaré à l’École polytechnique et membre de la section de mécanique de l’Académie, le second était l’Inspecteur général des poudres et salpêtres Paul Vieille, l’inventeur de la Poudre B, au reste plus physicien que chimiste.

13De quatre ans l’aîné de Poincaré et X-Mines comme lui, le métallurgiste Henry Le Chatelier (X 1869), professeur au Collège de France, fut élu à la section de chimie de l’Académie un mois après la création de la Commission. Dès le début, il devint le principal interlocuteur, le conseiller personnel et le confident du mathématicien durant sa présidence, comme en témoigne leur correspondance, moins par son abondance relative que par sa nature et sa richesse [Letté 2004].

2.1 Les correspondances du président de la Commission scientifique d’étude des poudres de guerre

  • 20 Outre la trentaine de convocations aux réunions de la Commission de 1907 envoyées en son nom, sa c (...)

14À l’exception de ses échanges avec Le Chatelier, la correspondance de Poincaré conservée dans les archives militaires et les traces de ses échanges épistolaires avec d’autres membres de la Commission ont surtout un caractère admi­nistratif20. Avant tout, les archives de la Commission témoignent de l’assiduité et de l’investissement de Poincaré pour assurer sa mission, malgré ses nombreuses autres occupations et ambitions du moment. Le mathématicien s’investit d’ailleurs d’autant plus qu’il aspirait aussi à être élu au poste de secrétaire perpétuel pour les sciences physiques, laissé vacant par la mort de Berthelot, et il n’y renonça que par la crainte de devoir son élection moins aux académiciens relevant de ces sciences qu’au vote de ses confrères des sciences mathématiques.

2.2 La correspondance administrative d’un président assidu

  • 21 Vingt-deux en 1907 (2 en avril, 5 en mai, 4 en juin, 4 en juillet, 4 en octobre, 3 en novembre) et (...)
  • 22 Les 30 mai, 30 juillet et 5 novembre 1907 et pour la vingt-huitième (31 mars 1908), qui fut – au l (...)

15Vingt-huit des trente-neuf séances de la Commission scientifique d’étude des poudres de guerre (1907-1911) furent tenues durant la présidence de Poincaré, entre le 16 avril 1907 et le 31 mars 1908, la plupart du temps en sa présence21. Haller, nommé vice-président le 25 mai 1907 à Angoulême, ne le suppléa que quatre fois durant cette période22, avant de lui succéder à la tête de la Commission jusqu’à l’ultime séance, le 21 mars 1911, et de présider bientôt une nouvelle « Commission d’étude des poudres de guerre » établie par décret du 14 octobre suivant, à la suite de l’explosion du cuirassé Liberté en rade de Toulon, qui suscita à nouveau une immense émotion dans l’opinion publique et au Parlement.

  • 23 Au reste, Haller et Le Chatelier ne participèrent pas à cette visite non plus.
  • 24 Le 15 mai, Poincaré assista à un long exposé sur les travaux, mais il ne put visiter que les étuve (...)
  • 25 L’Artillerie s’y occupait de fabrications de poudres et explosifs spéciales à cet établissement.

16Après la première réunion, consacrée à la mise en place de la Commission le 16 avril 1907, l’étude de la question passa par la réunion et l’examen de matériaux pour connaître les procédés de fabrication et de contrôle des poudres modernes, à commencer par une série de visites d’établissements qui en avaient la charge. Poincaré s’abstint de participer à celle du Laboratoire central des poudres et salpêtres, quai Henri-IV, le 23 avril23, mais le directeur, son camarade Paul Vieille, lui en avait probablement déjà fait les honneurs, puisque la Commission y tenait ses séances ordinaires et y recevait son courrier. En revanche, il visita au moins une fois les autres établissements du Service des poudres, en région parisienne (la fabrication de poudre B à la Poudrerie nationale de Sevran-Livry, le 4 mai) et en province (à Angoulême, le 25 mai, la fabrication de coton-poudre, base de la poudre B), ainsi que ceux de l’Artillerie (Commission centrale de réception des poudres de guerre de Versailles à Satory, 15 mai et 6 juin24 ; Poudrerie militaire du Bouchet, 16 mai25).

  • 26 Du temps de Poincaré, la Commission reçut des lettres des attachés navals français en Angleterre ( (...)

17Cette première phase fut complétée par l’examen des dossiers sur les divers procédés en usage et sur les accidents antérieurs que Poincaré avait réclamés aux ministères concernés ou fait demander aux attachés militaires à l’étranger26. Les rapports de divers membres de la Commission sur ces questions étaient discutés au fur et à mesure et annexés aux procès-verbaux des séances. Cette activité généra une correspondance officielle entre Poincaré et les ministères de tutelle ou leurs services.

  • 27 J. Schlisler, chef du cabinet civil, par ordre du ministre (p.o.), à Poincaré, Paris, 14 juin 1907
  • 28 Le ministre des Affaires étrangères au ministre de la Marine, Paris, 18 juillet 1907 (« Copie pour (...)
  • 29 Commission d’expériences de l’artillerie navale au polygone de Gâvres (Morbihan), créée en 1829.
  • 30 Gaston Thomson, ministre de la Marine à Poincaré, Paris, 29 juillet 1907.
  • 31 Le sous-directeur pour le Directeur central de l’Artillerie navale (p.o. du ministre) à Poincaré, (...)
  • 32 Gossot (p.o. du ministre) à Poincaré, Paris, 19 octobre 1907.

18Bien que la Commission se réunît dans un établissement relevant du ministère de la Guerre, le ministre de la Marine semble avoir été le principal correspondant officiel de Poincaré tout au long de sa présidence. À sa demande, ce fut en effet Gaston Thomson qui mit à sa disposition le sténographe de la Chambre des députés, Paul Betot, en liaison avec le lieutenant de vaisseau Jean Hervé, secrétaire de la Commission27, ou qui servit d’intermédiaire pour réclamer à son collègue des Affaires étrangères les renseignements recueillis par les ambassadeurs pour d’obtenir l’autorisation de visiter les poudreries étrangères28. Très naturellement, ce fut aussi lui qui informa Poincaré des « Expériences d’inflammations dans une soute type “Iéna” » que la Commission de Gâvres29 allait effectuer au début du mois d’août afin de reconstituer l’explosion ; il lui adressa les documents nécessaires et l’invita à envoyer une délégation de la Commission « afin d’en rattacher les résultats à l’ensemble des phénomènes constatés dans les accidents antérieurs attribués à la poudre B et d’en éclairer ainsi l’interprétation30 ». Enfin, ses services adressèrent ensuite à Poincaré tous les documents relatifs à ces expériences ou aux poudres trouvées dans les soutes intactes de l’Iéna à Toulon ou lors de visites antérieures31. Le général Gossot, directeur central de l’Artillerie navale, l’informa encore des ordres donnés au préfet maritime de Cherbourg pour la visite d’une délégation de la Commission, en réponse à la demande de Poincaré du 10 octobre 190732.

  • 33 Le lieutenant-colonel, chef du cabinet du ministre de la Guerre (p. o.) à Poincaré, Paris le 19 ju (...)
  • 34 En témoignent les bordereaux de la Commission adressés à Haller ou versés par la veuve de Canet, q (...)
  • 35 Le ministre de la Guerre à Poincaré, Paris, 4 octobre 1907.
  • 36 67 adressés à Poincaré par le général Prévost, président de la Commission centrale de réception de (...)
  • 37 Le général H. Ouvrard, directeur de l’Artillerie (p.o. du ministre) à Poincaré, 30 mars 1908.

19La correspondance entre Poincaré et le ministre de la Guerre se restreint à la demande ou à l’envoi de documents examinés par la Commission, tels les « documents généraux » et « documents relatifs aux accidents » réclamés par le savant entre le 15 juin33 et le 30 juillet 190734. Picquart lui annonce aussi son accord pour maintenir en métropole un officier de l’artillerie coloniale jusqu’à sa déposition devant la Commission35. Différents services du ministère de la Guerre envoyèrent également des documents, notamment « les diagrammes des résistances totales à 110 degrés déterminés au Laboratoire Central des Poudres et Salpêtres et à la Commission [Centrale de réception] des Poudres [de Guerre], pour les lots présentés en recette au cours de l’année 190636 », ou des notes de la Commission d’expériences de Versailles et de la Commission de réception des poudres de guerre37.

  • 38 En informant les membres de leur nomination, le ministre de la Marine les priait « de vouloir bien (...)
  • 39 Par exemple le 17 juillet 1907 pour demander l’envoi des pièces justificatives destinées au rembou (...)
  • 40 Datée par erreur du 7 janvier 1907, cette lettre adressée à « Monsieur le Président » pourrait aus (...)

20Enfin, outre les convocations aux séances38 et autres courriers formellement adressés en son nom (« pour le Président ») par le secrétaire pour la Marine Hervé39, Poincaré eut également des échanges avec certains membres de la Commission. Ce fut à ce titre que le général Gossot demanda et obtint l’adjonction de l’Artillerie navale et des Poudres à la sous-commission sur la conservation des poudres, le 8 décembre 1907, et que Paul Vieille lui adressa le 7 janvier 1908 les résultats d’épreuves du Laboratoire central des poudres40.

2.3 La correspondance personnelle entre Poincaré et son mentor pour les poudres

21Prolongeant leurs rencontres hebdomadaires à l’Académie des sciences, la correspondance entre Poincaré et Le Chatelier tranche avec cet ensemble. Il s’agit ici d’échanges francs et directs entre pairs, le premier étant en position de pouvoir scientifique, mais en infériorité de savoirs expérimentaux et opérationnels dans un domaine qui lui échappait en partie, sur le plan scientifique comme pour les enjeux industriels et politiques.

22Dès le 24 avril, Le Chatelier fit part à Poincaré de ses réserves sur la tournure des débats à la première séance de la Commission, huit jours plus tôt. Il le mettait en garde contre les industriels qui siégeaient à leurs côtés :

  • 41 Le Chatelier à Poincaré, 24 avril 1907. La Schneiderite était un explosif puissant au nitrate d’am (...)

L’allure de la discussion m’avait tout à fait ahuri et incité à formuler quelques réserves sur le programme de nos travaux. Depuis j’ai eu l’occasion d’entendre causer de toutes sortes de points de vue, histoires de syndicats, de Schneiderite, etc. qui me semblent absolument confirmer l’opportunité de mes réflexions41.

  • 42 Annexe 1 du Rapport au président de la République (je souligne). Les ministres relevaient aussi la (...)
  • 43 Entré à Centrale (1877), Paul Clemenceau (1857-1946) débuta dans l’électricité avant de passer che (...)
  • 44 Gustave Canet (1846-1908) passa dans les chemins de fer d’Alsace au sortir de Centrale (1869). Apr (...)
  • 45 À la séance suivante du 30 mai (les précédentes étant consacrées aux visites), Paul Clemenceau dép (...)

23En présentant au président de la République le projet de décret de création de la Commission scientifique, les deux ministres avaient eux-mêmes ouvert la porte aux industriels en considérant « les besoins et les intérêts techniques de l’industrie », distincts de ceux de la Marine et de la Guerre42. En définitive, le décret consacrait ainsi cet élargissement du rôle de la commission dite scientifique, qui était de « diriger ses travaux de façon, d’une part, à fixer les mesures propres à améliorer les conditions de fabrication, de réception, de conservation et de vérification des poudres françaises actuelles ; d’autre part, à déterminer les types de poudres qui satisfont le mieux aux desiderata de chacun des services militaires et de l’industrie » [Loizeau 1912, art. 3, alinéa 2. Je souligne]. À cet effet, les intérêts de l’industrie privée étaient représentés au sein de la Commission par deux « ingénieurs civils » de l’École centrale des arts et manufactures : Paul Clemenceau, propre frère du président du conseil, pour Nobel43, et par Gustave Canet44. Aussi Le Chatelier pria-t-il Poincaré d’adjoindre ses observations au procès-verbal de la première séance, afin de marquer son opposition au programme esquissé par le premier, lequel visait principalement à mettre en cause la poudre B45 :

Cette commission a été nommée [...] en vue de donner une satisfaction à l’opinion publique ; elle semblait avoir pour mission d’étudier les mesures propres à éviter le retour d’aussi graves accidents. Or le programme de nos travaux laisse de côté la plus grande partie des questions réellement importantes pour la sécurité ; le problème de la conservation des poudres n’est qu’un tout petit côté de la question.

Par une collaboration de 25 années à tous les efforts faits pour réduire le nombre et l’importance des accidents de grisou dans les Mines, [M. Le Chatelier] a pu reconnaître l’efficacité de certaines méthodes de travail. La sécurité complète des mines grisouteuses depuis vingt ans a été obtenue par la superposition de toute une série de précautions de détail, d’ordres aussi différents que possible. Mais la recherche d’une panacée, souvent recommandée pour rendre le grisou inexplosible, problème ressemblant à celui qui nous est aujourd’hui posé, n’a pas même été examinée. La meilleure preuve de l’efficacité de ces mesures est encore le grave accident survenu dans une mine censée non grisouteuse et dans laquelle pour ce motif aucune des précautions indispensables n’étaient prises.

  • 46 L’explosion du cuirassé Liberté en 1911, qui causa également un grand émoi dans l’opinion publique (...)

Son opinion formelle est donc que de toute façon les résultats des travaux de la commission ne pourront avoir qu’une action tout à fait secondaire sur la diminution du nombre et de la gravité des accidents occasionnés par les poudres de guerre46.

  • 47 A. Soulange Sodin, ministre plénipotentiaire, sous-directeur d’Europe, Afrique et Océanie au minis (...)

24Semblable réticence à l’égard des industriels se faisait jour également à l’étranger : avant d’autoriser la visite de la poudrerie de Blumau, le ministre austro-hongrois des Affaires étrangères prévint l’ambassadeur de France à Vienne que son collègue de la Guerre souhaitait connaître la composition et le caractère de la délégation de la Commission « au cas où elle compterait également au nombre de ses membres des experts civils délégués par des fabriques privées47 ». Même entre les puissances rivales de l’Entente (France, Royaume-Uni, Russie) et de la Triple Alliance (Allemagne, Empire austro-hongrois, Italie), les échanges entre militaires étaient considérés plus favorablement que ceux avec des industriels.

25Aux manœuvres des industriels opposés au monopole des poudres s’ajoutait la rivalité entre les Poudres et les services consommateurs qui, au mépris des objectifs de la Commission, refusaient tout contact entre eux en dehors des séances, ainsi que Le Chatelier le confia à Poincaré six mois plus tard :

  • 48 Le Chatelier à Poincaré, 2 novembre 1907.

Pour vous donner par un exemple l’état d’esprit de quelques membres de la commission, je vous dirai que le capitaine Robert [de la commission de Versailles] me prend toujours comme intermédiaire quand il y a à obtenir un renseignement du laboratoire des Poudres et Salpêtres, ne voulant pas se compromettre en le demandant directement à M. Vieille. Je m’occupe ainsi en ce moment de la question des régulateurs de température. Les Versaillais déclarent qu’ils ne peuvent pas régler à 25° près la température, bien qu’ils aient commandé au fournisseur de M. Vieille, un de ses appareils. Or ledit fournisseur chez lequel j’ai été pour élucider cette question m’a dit que le modèle fourni par lui à Versailles est celui que M. Vieille emploie pour les températures de 40° et qu’il ne peut aucunement convenir pour 110°. Deux minutes de conversation entre les intéressés auraient évité tout ce temps perdu48.

26La correspondance personnelle entre Poincaré et Le Chatelier est donc particulièrement précieuse pour connaître le dessous des cartes de la Commission, qui échappent souvent à la lecture des procès-verbaux. Dévoilant les stratégies que le premier déploya pour remplir sa mission en répondant à ses propres motivations et à des enjeux techniques et politiques complexes, elle permet de cerner le regard, à la fois candide et perçant, que le mathématicien, physicien et philosophe posa sur des questions qu’il fit émerger et qui intéressaient la science et la nation tout entière.

3 Discussions sur le statut épistémologique de la chimie et du laboratoire de recherche

27Après six mois de présidence et d’étude des dossiers, Poincaré restait perplexe, voire consterné et déconcerté devant la difficulté qu’avait la chimie à apporter des réponses scientifiques claires et précises.

3.1 D’une science à l’autre : la candeur du mécanicien face à la complexité de la chimie

28Implicitement, le mathématicien questionnait le statut épistémologique d’une science complexe de la matière instable, sinon de la chimie elle-même :

  • 49 À la différence de la poudre noire, simple mélange mécanique de trois composants primaires agglomé (...)

J’ai été frappé d’un fait au cours des discussions, c’est qu’un grand nombre de points importants n’ont pas été étudiés scientifiquement. Ainsi le mécanisme de la décomposition demeure ignoré, la cause de l’emballement, etc. ; je ne vois pas qu’on ait fait des analyses de brins49 arrivés à différents stades de la décomposition pour essayer d’en reconstituer les phases successives.

  • 50 Poincaré à Le Chatelier, c. 25 octobre 1907.

Autre exemple ; quand il s’est agi des méthodes d’essai, j’ai été frappé de la grandeur de la dispersion et je vous ai demandé si vous ne croyiez pas qu’il y aurait moyen de la diminuer ; je n’ai pas voulu insister, parce que j’aurais eu l’air de critiquer ce qui a été fait, ce qui n’était nullement dans mon intention et parce qu’on aurait pu en abuser contre nous. Sur ces considérations, je ne vous aurais certes pas contredit, puisque je n’ai aucune espèce de compétence en la matière, mais je vous aurais demandé des explications complémentaires ; je vous aurais demandé par exemple dans quelle mesure on peut compter sur le fonctionnement du papier de tournesol à de si hautes températures50.

  • 51 Le Chatelier à Poincaré, 27 octobre 1907. Le chimiste ajoute : « C’est toujours ainsi qu’on l’empl (...)

29Sur ce dernier point, Le Chatelier put rassurer son confrère : il voyait au contraire dans l’épreuve à 110° « une excellente température pour l’usage de ce réactif » et une procédure validée par l’expérience51. Sur la grandeur de la dispersion, « une des plaies habituelles de tous les essais empiriques et malheureusement nous n’avons pas encore trouvé le moyen d’y échapper », il ne pouvait que constater, comme il l’avait fait en séance, l’incapacité des chimistes à résoudre le problème pour le ciment, question pourtant « a priori bien plus simple que dans le cas des poudres », ou pour l’acier, avec « une dispersion bien autrement considérable ». En conclusion, il objectait avec quelque agacement « que vous comptez demander à votre laboratoire, comme chose toute naturelle de résoudre des problèmes qui pour nous équivalent un peu à la quadrature du cercle » [ibid.].

30À propos du mécanisme de la décomposition des poudres, Le Chatelier rappelait que l’on ignorait « celui de la digestion des aliments ou simplement de la combustion de l’oxyde de carbone, réaction cependant bien simple » et qu’il en était « ainsi pour les 90 % des réactions chimiques », ajoutant :

Ce sont des problèmes à l’étude qu’il serait très intéressant de résoudre, mais il faudra sans doute en avoir résolu un grand nombre de cas simples avant de réussir pour les poudres. [ibid.]

31Quant à la cause du « phénomène très fréquent » de l’emballement de la réaction, lui-même n’avait pu la déterminer pour le grisou, pourtant « un cas infiniment plus simple que celui des celluloses nitrées, sur la constitution chimique desquelles on ne sait rien ». Poincaré devait donc abandonner tout espoir que la commission pût résoudre les questions qu’il avait soulevées :

Il faudra peut-être encore un siècle de travail, du train où cela va, pour liquider ces problèmes que vous voudriez voir résoudre instantanément. La situation est pour nous exactement celle où se trouverait un mécanicien connaissant la mécanique rationnelle et voulant l’appliquer aux machines sans connaître l’existence du frottement. Vous répondrez à cela que les mécaniciens ont bien étudié et mesuré le frottement et que les chimistes peuvent en faire autant. Mais il y a cette différence que le frottement en mécanique est un phénomène extraordinairement simple, ne dépendant que de trois variables : Pression, déplacement des points de contact et nature des surfaces frottantes ; tandis que le frottement chimique, au point de vue où nous en sommes aujourd’hui, nous paraît dépendre d’un nombre énorme de variables, une centaine peut-être, dont le nombre se réduira, il faut l’espérer, mais aujourd’hui nous ne savons rien. [ibid.]

  • 52 Poincaré à Le Chatelier, s.d. [vers le 30 octobre 1907].

32« Je ne suis pas aussi naïf que vous le croyez », rétorqua Poincaré, un peu piqué au vif et qui resta sur ses positions quant à l’intérêt « de faire l’analyse non pas élémentaire, mais immédiate de brins arrivés à différents degrés de décomposition, que cette décomposition ait été spontanée ou provoquée par chauffage plus ou moins prolongé52 ». Malgré les innombrables difficultés techniques à surmonter pour la réaliser, sa demande était fort légitime : il entendait faire entreprendre l’étude du phénomène même de la décomposition, mais il s’agissait là d’un véritable programme de recherche qui impliquait, au-delà de la Commission, la refonte totale de l’organisation de la recherche dans le domaine des poudres.

33Dévoilant aussi à son correspondant un objectif personnel que tous deux partageaient, Poincaré lui déclara sa confiance en l’inventeur de la poudre B :

  • 53 Poincaré à Le Chatelier, c. 28 octobre 1907.

Je crois que Vieille a fait tout ce qu’il a pu et qu’il était le plus compétent pour le faire. [...] Nous poursuivons le même but ; j’aime beaucoup Vieille qui est mon vieux camarade, et ce que je cherche à obtenir, c’est qu’il sorte de cette affaire avec les légitimes satisfactions qui lui sont dues53.

34Surtout, il déplaçait l’analyse de la situation depuis les compétences du directeur vers les fonctions et les moyens du laboratoire de recherche :

D’où vient donc qu’il n’a pas résolu tous ces problèmes ? Est-ce parce qu’ils étaient et qu’ils resteront toujours insolubles ? Je ne le crois pas ; c’est parce qu’il ne disposait pas de ressources suffisantes.

  • 54 Poincaré à Le Chatelier, c. 25 octobre 1907.

Les opérateurs dont il disposait étaient absorbés par le service courant qui ne leur laissait ni le temps, ni la liberté d’esprit nécessaires pour un travail scientifique de longue haleine. Si on demande de faire un très grand nombre d’essais industriels et rapides sur un très grand nombre d’échantillons, et si ce travail leur est représenté comme urgent et comme devant être terminé toute affaire cessante, il est clair qu’il ne leur restera plus assez de temps pour des travaux qui ne peuvent donner de fruits qu’à longue échéance54.

35Aussi, pour sortir du blocage dû à la rivalité entre les laboratoires des services, le président de la Commission choisit-il de prendre l’initiative, prévenant ainsi les éventuelles manœuvres des industriels.

3.2 Un projet scientifique : la création d’un laboratoire de recherche indépendant des services

  • 55 Sur ces deux points, voir [Bret 2002b, sections « La rivalité des laboratoires » et « Le poids des (...)

36Le 21 octobre, dans les couloirs de l’Académie des sciences, Poincaré soumit à son confrère un projet susceptible de surmonter la rivalité entre les laboratoires des services et de faire taire les assauts des industriels55 : la création d’un laboratoire de recherche indépendant. Dès le lendemain, Le Chatelier exprima ses doutes, non sur le fond, mais sur le fonctionnement proposé par le mathématicien :

  • 56 Le Chatelier à Poincaré, 22 octobre 1907.

C’est pour moi un axiome au-dessus de toute discussion que pour produire quelque chose d’utile, l’unité d’action est indispensable, « la forme républicaine ne convient ni à la science ni à l’industrie » et je cherche sans la trouver la tête de votre laboratoire56.

37Il mettait en avant l’échec de la Commission des substances explosives, créée en 1878, dont lui-même était membre, et du Laboratoire national d’essais établi au Conservatoire national des arts et métiers. La direction unique posait également des problèmes : compte tenu de l’hostilité de la commission à son égard, Vieille ne pouvait l’exercer, ni un artilleur, pour cause d’incapacité. Restait un savant, indépendant des parties, comme Haller :

La solution serait excellente, s’il voulait donner sa démission de directeur de l’École de Chimie et de Physique et de professeur à la Sorbonne pour se consacrer entièrement à cette tâche patriotique. Je doute que cela soit dans ses intentions. Il est cependant impossible d’étudier des questions aussi complexes touchant à la fois, en dehors de la partie scientifique, à des questions industrielles de fabrication, à des questions d’art militaire, sans y consacrer la totalité de son temps. [ibid.]

  • 57 Le Chatelier à Poincaré, 27 octobre 1907.

38En attendant, Poincaré reprit une idée de Le Chatelier qui proposait une sous-commission scientifique avec « un programme de recherches qui sera effectué parallèlement dans les trois laboratoires de MMrs Vieille [au Service des poudres], Haller [à la Sorbonne] et Koehler [l’École centrale de pyrotechnie militaire de Bourges], en demandant des crédits spéciaux pour ces recherches57 ». D’autres sous-commissions devaient occuper les autres membres.

39Au nom de la sous-commission scientifique, Haller rédigea le rapport sur le laboratoire que la Commission adopta dans sa séance du 10 mars 1908. Le 22, deux semaines après son élection à l’Académie française, Poincaré au sommet de sa gloire adressa aux ministres de tutelle ce projet de création du nouveau laboratoire. Le succès du but scientifique qu’il s’était fixé dépendait désormais du politique. Quant à lui, devant présenter une conférence plénière au IVe Congrès international des mathématiciens à Rome, du 6 au 11 avril, il s’abstint d’assister à la séance de la Commission du 30 mars.

  • 58 Sur cet épisode, voir [Darboux 1913, 63–64]. Voir aussi [Archives Henri-Poincaré s.d.].

40Ce congrès, dans lequel Poincaré devait se retrouver pleinement dans son élément, parmi les principaux mathématiciens du monde, fut perturbé par les premiers effets violents d’un mal persistant qu’il y éprouva. Un « accident, qui décelait une hypertrophie de la prostate » l’empêcha d’y lire lui-même sa conférence sur « l’Avenir des mathématiques ». Traité par des chirurgiens italiens, il ne put rentrer que deux semaines plus tard, sa femme étant venue le chercher à Rome58. Il donna néanmoins son compte rendu des travaux du congrès au journal Le Temps le 21 avril.

41Le lendemain même, le ministre de la Guerre donna son accord de principe pour l’établissement d’un laboratoire indépendant, avant celui de son collègue de la Marine :

  • 59 Le ministre de la Guerre à Poincaré, Paris, 22 avril 1908 (498-D).

J’estime comme vous qu’un Laboratoire où les recherches sur les poudres et explosifs se poursuivraient avec continuité, sans préoccupation des affaires courantes, rendrait les plus grands services, soit qu’il pût être organisé avant l’achèvement de vos travaux et utilisé par vous, soit qu’après la séparation de la commission il ait mission de [les] poursuivre59.

42La réponse du ministre de la Marine ne parvint que deux mois plus tard. Entre temps, Poincaré avait démissionné de ses fonctions.

4 Épilogue : de la démission de Poincaré au succès relatif de Haller

43Pour Poincaré, l’essentiel du travail de la Commission dont il assumait la présidence depuis un an, sans doute avec une lassitude croissante, résidait dans la création prochaine de ce premier vrai laboratoire de recherche indépendant des services et libéré des contraintes journalières du contrôle de la production industrielle. Sa maladie handicapante fut la cause ou un prétexte fondé pour mettre un terme à sa mission, laissant ses confrères chimistes poursuivre le projet que lui-même avait lancé, et Haller fut nommé à sa succession par décret du 6 juin 1908.

  • 60 Le ministre de la Marine au Président de la Commission, Paris, 20 juin 1908.

44À la fin du mois, Gaston Thomson donna aussi son accord pour demander avec son collègue de la Guerre les crédits nécessaires au laboratoire, mais jugea « indispensable que la Commission procédât d’abord à une étude détaillée de l’organisation de cet établissement60 ». Cette réserve compréhensible fut la brèche dans laquelle les services consommateurs et les industriels s’engouffrèrent pour avoir raison du projet. En définitive, la conduite du laboratoire fut confiée à la Commission des substances explosives dont Le Chatelier avait dénoncé les limites de fonctionnement.

  • 61 Le Chatelier à Poincaré, 27 octobre 1907, AAdS, fonds Le Chatelier.

45Le poids des « fabriquants de canon61 » que celui-ci dénonçait depuis l’origine le poussa à démissionner le 19 octobre 1908, quelques mois après Poincaré, en déclarant :

  • 62 Le Chatelier au ministre, Paris, 19 octobre 1908, AAdS, fonds Le Chatelier.

Nous nous sommes surtout occupés de questions commerciales et techniques, peut-être intéressantes pour des fabricants d’explosifs, mais ne présentant à mon avis que des rapports très indirects avec les questions de sécurité. En présence de la répétition tous les jours plus fréquents d’accidents dans la marine, je ne veux pas accepter plus longtemps la responsabilité de collaborer à des études dont je ne puis comprendre l’utilité62.

46Une quinzaine d’années plus tard, dans la conclusion de son ouvrage Science et Industrie [1925], il soulignait encore avec amertume que, faute de comprendre « en quoi consiste une erreur expérimentale », les adversaires de la poudre sans fumée « proposaient d’en retirer la fabrication au service des poudres, faisant ainsi de bonne foi le jeu des aigrefins et des politiciens » [Le Chatelier 1925, 275].

47La participation de Poincaré à la Commission scientifique d’étude des poudres de guerre est exceptionnelle à bien des égards. Depuis Lavoisier au moins, les chimistes s’intéressaient à la question des poudres et, à la veille de la Grande Guerre, dans une tradition remontant à la Révolution française, d’autres mathématiciens s’intéressaient également à des questions liées à la défense nationale, à la balistique, bien sûr, mais aussi notamment à l’examen des inventions intéressant les armées, tels Paul Appell puis Paul Painlevé qui présidèrent la commission formée à cet effet en 1894 [Bret 2002a, 388–391]. Mais tous ne partageaient pas les réserves de Poincaré et des chimistes par rapport aux « marchands de canons ». À ce propos, quelques semaines après l’arrivée de Painlevé au ministère de la Guerre en 1917, Albin Haller revint sur l’épisode de la Commission de 1907 dans son Journal :

Painlevé, pour des raisons que je ne veux pas confier à ce journal, faisait partie du clan politique qui voulait 1o) Qu’on fasse des balistites ou des cordites pour la Marine ; 2o) Que la fabrication des poudres et explosifs passât à l’Industrie privée.

Son ami Paul Clemenceau, frère du Tigre, avait ameuté un certain nombre de politiciens véreux contre le Service des Poudres dans l’espoir de le démolir et de recueillir ses dépouilles pour les passer à la Société centrale de la dynamite, dont il est un des administrateurs, ou à toute autre société, dont il aurait été l’âme. Avec la Commission des Poudres nous avons tenu bon et ne nous sommes pas laissés entamer malgré toutes les manigances inventées par ledit Clemenceau. Et nous avons bien fait !

  • 63 Inventée et produite par Nobel après la poudre B, la balistite était en usage en Allemagne et Ital (...)
  • 64 Albin Haller, Journal inédit, 14 avril 1917, cité par [Langlinay sous presse].

Si nous avions cédé et si personnellement je ne m’étais pas mis en travers en allant, en 1913, à Sampigny, prévenir le Président [de la République] [Raymond] Poincaré de ce qui se tramait, toutes nos Poudreries eussent été en pleine transformation au moment où la guerre a éclaté, parce que le dit groupe [Paul] Clemenceau, Monis et Cie aurait voulu substituer les cordites et balistites63 aux poudres B employées par la Marine et peut-être aussi par la Guerre. Ce sont là des points historiques qu’il convient de signaler dans ce journal du moment que le nommé Painlevé n’a pas assez de pudeur pour se tenir tranquille. Je n’en dis pas plus long64.

  • 65 Barral, Inspecteur général, directeur du Laboratoire central.

48Quel est donc le bilan de Poincaré et des scientifiques de la Commission scientifique d’étude des poudres de guerre ? Poincaré mit au centre la question cruciale du statut du laboratoire, mais sa démission et celle de Le Chatelier signent aussi leur incapacité à enrayer les blocages institutionnels. En poursuivant leur action, qu’il avait pleinement partagée, Haller réussit à sauver les Service des poudres et son monopole, grâce à ses réseaux personnels et en ouvrant le corps des ingénieurs polytechniciens des poudres aux chimistes et chercheurs issus d’autres corps, comme l’artilleur Gustave Koehler (X 1881), détaché au Laboratoire central en 1912 puis intégré, qui forma avec Marius Marqueyrol (X 1892), bon chimiste organicien, « un ensemble excellent pour la direction des études chimiques aux Laboratoire central65 ». Faut-il leur attribuer aussi le ralliement de ce dernier à la diphénylamine comme stabilisant de la poudre B, que réclamait l’Artillerie à l’instar de Nobel et des Allemands, en place de l’alcool amylique utilisé par Vieille et le Service des poudres depuis 1896 ? Ce résultat était souhaité, puisque le ministre de la Guerre, dès février 1907, avant l’explosion, et la Commission mixte de fabrication des poudres, en juin, l’avaient anticipé en optant pour la diphénylamine, sous la pression de l’Artillerie. Comme Le Chatelier n’était pas loin de le penser, Poincaré et ses confrères furent aussi l’alibi scientifique nécessaire pour débloquer une situation technico-institutionnelle par une solution envisagée dès l’origine, l’éviction – avec les honneurs dus à son rang et son rôle de précurseur – de l’inventeur de la poudre B, qui se refusait à adopter une solution étrangère.

49Finalement, plus que par ses résultats propres, la Commission scientifique d’étude des poudres de guerre vaut par l’espèce d’audit de la recherche sur les poudres et explosifs que Poincaré mena avec la collaboration de Le Chatelier. Unis sur le fond, notamment sur les objectifs généraux et sur la défense de leur confrère Vieille, les deux savants expriment pourtant deux positions radicalement différentes sur la forme et les moyens de leur action. Dans une vision théorique et scientiste, Poincaré attend la solution de la recherche scientifique ; l’organisation n’est pour lui qu’un moyen d’en optimiser les capacités et les conditions de fonctionnement. Dans une vision plus pragmatique, le spécialiste du domaine Le Chatelier voit surtout dans l’explosion une cause organisationnelle. Champion de la « science industrielle » et de l’organisation scientifique du travail naissante, il privilégie les questions de sécurité à l’ensemble des opérations, en amont (production) et en aval (manutention, conservation, utilisation).

  • 66 P. Bret, « Quand la poudre défie le métal. L’affaire des poudres brisantes (1826-1830) », communic (...)

50Au-delà de cette divergence d’analyse, que révèle leur correspondance, et au-delà des résultats techniques positifs de la Commission scientifique, l’affaire de l’Iéna est révélatrice de l’évolution de la place de l’expertise dans le fonctionnement de l’appareil politico-militaire. Malgré la complexité des enjeux politiques, économiques et corporatistes, malgré les graves dysfonctionnements qu’elle révèle à tous les échelons (recherche, production, conservation), malgré même les difficultés de la Commission, l’affaire de l’Iéna atteste finalement d’une maturité de la chaîne de décision et de la place de premier plan qu’y tient désormais l’expertise scientifique. À cet égard, la comparaison avec l’affaire des « poudres brisantes » qui faisaient sauter les canons sous la Restauration est édifiante. Malgré l’identification experte de la cause du problème de fabrication, le ministère avait annulé d’un trait de plume douze ans d’innovations importées d’Angleterre dans les poudreries66. Cette fois-ci, malgré la Marine et l’influence des industriels, l’expertise de la Commission scientifique conduisit le ministère à remettre le stabilisant incriminé et non l’invention de la poudre B.

Haut de page

Bibliographie

Archives Henri-Poincaré [s.d.], Gösta Mittag-Leffler à Henri Poincaré – 24 novembre 1908, La Correspondance entre Henri Poincaré et Gösta Mittag-Leffler, http://henripoincare.fr/s/correspondance/item/6860.

Atten, Michel [1995], La physique en souffrance 1850-1914, dans La Formation polytechnicienne 1794-1994, édité par B. Belhoste, A. Dahan Dalmedico & A. Picon, Paris : Dunod, 217–243.

Belhoste, Bruno [2003], La Formation d’une technocratie. L’École polytechnique et ses élèves de la Révolution au Second Empire, Paris : Belin.

Bret, Patrice [2002a], La guerre des laboratoires : Le Chatelier, Poincaré et la Commission scientifique d’étude des poudres de guerre (1907-1908), Colloque Henri Le Chatelier – 127e Congrès des travaux historiques et scientifiques, Nancy, avril 2002.

Bret, Patrice [2002b], L’État, l’armée, la science. L’invention de la recherche publique en France (1763-1830), Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Campan, Florica [1984], Le formalisme et la controverse Poincaré-Hilbert, Séminaire de Philosophie et Mathématiques, 6, 1–20, http://www.numdam.org/item/SPHM_1984___6_A1_0/.

Darboux, Gaston [1913], Éloge historique de Henri Poincaré, [...] lu dans la séance publique annuelle du 15 décembre 1913, Paris : Gauthier-Villars.

Detlefsen, Michael [2011], Poincaré versus Russell sur le rôle de la logique dans les mathématiques, Les Études philosophiques, 97, 153–178, doi : 10.3917/leph.112.0153.

Fournier, Josette [2013], Auguste Cahours (1813-1891) : les densités de vapeur, les organométalliques et la valence, L’Actualité Chimique, 373 (avril), 27–30.

Heinzmann, Gerhard [1986], Poincaré, Russell, Zermelo et Peano, textes de la discussion (1906-1912) sur les fondements des mathématiques : des antinomies à la prédicativité, Paris : Blanchard.

Kebaïli, Ramzi [2014], La rigueur mathématique chez Henri Poincaré, Philosophia Scientiæ, 18(1), 27–44, doi : 10.4000/philosophiascientiae.910.

Kounelis, Catherine [1995], Heurs et malheurs de la chimie. La réforme des années 1880, dans La Formation polytechnicienne 1794-1994, édité par B. Belhoste, A. Dahan Dalmedico & A. Picon, Paris : Dunod, 245–264.

Landolt, Hans & Börnstein, Richard [1894], Physikalisch-Chemische Tabellen, Berlin : Springer.

Langlinay, Érik [sous presse], Albin Haller (1849-1925). Science et industrie, Aubervilliers : Éditions du CTHS.

Le Chatelier, Henry [1911], La question des poudres et les mesures de sécurité, Le Temps, 3 décembre, 3, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k240689c/f5.image.r=securite.

Le Chatelier, Henry [1925], Science et Industrie, Paris : Flammarion, rééd. Éd. du CTHS, 2002.

Letté, Michel [2004], Henry Le Chatelier (1850-1936) ou La science appliquée à l’industrie, Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Loizeau, Georges [1912], Historique et résumé des travaux de la Commission d’étude des poudres de guerre instituée par Décret du 6 avril 1907, Rap. tech., Commission d’étude des poudres, Paris, multigraphié, 83 p. (SHD, MV 8 BB 1869).

Poincaré, Henri [1999], Science et Méthode, Philosophia Scientiæ, t. Cahier spécial 3, Paris : Kimé, édition originale de 1908, éd. par L. Rollet, réédition 2011.

Richou, G. [1908], Nécrologie – M. Gustave Canet, Le Génie civil, 53(26–24 octobre), 446, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64931354/f14.item.

Rollet, Laurent [2000], Henri Poincaré : des mathématiques à la philosophie. Étude du parcours intellectuel, social et politique d’un mathématicien au début du siècle, Lille : Éditions du Septentrion.

Walter, Scott, Bolmont, Étienne et al. (éds.) [2007], La Correspondance entre Henri Poincaré et les physiciens, chimistes et ingénieurs, Bâle : Birkhäuser.

Haut de page

Notes

1 Cet article reprend et développe l’action de Poincaré abordée dans une étude générale [Bret 2002b], présentée tour à tour au colloque « Le Chatelier » (dans le cadre du 127e Congrès des sociétés historiques et scientifiques de Nancy, 15 avril 2002), à mon séminaire de recherche au Centre Simões Mathias de la Pontíficia Universidade Católica de São Paulo (CESIMA/PUC-SP, novembre 2002), au séminaire d’histoire maritime de Sylviane Llinarès à l’Université de Bretagne Sud (Lorient, 2006), et au colloque « L’affaire de l’Iéna. Poudres et Marine : politique, risque et sécurité » (Département d’histoire de l’armement (CHEAr/DHAr) et Association du patrimoine poudrier et pyrotechnique (A3P), ENSTA, 16 et 17 octobre 2008 : https://calenda.org/195631). Malgré l’absence de publication des actes, le texte a circulé (y compris dans une traduction en anglais par Yoel Bergman, de l’université de Tel Aviv) et il est en ligne sous forme de preprint (Researchgate.net, Academia.edu).

2 Pour le contexte institutionnel, social et politique de cette affaire, voir [Bret 2002b].

3 Journal officiel [JO], Sénat, séance du 20 mars 1907, p. 515–516. L’explosion fit quelque 150 victimes, dont près de 120 morts.

4 JO, Sénat, séance du 3 décembre 1907, p. 1126.

5 Le 21 mars au Sénat et le 28 à la Chambre des députés. Cette dernière commission parlementaire comprenait une sous-commission des poudres, présidée par Étienne Clémentel.

6 Paul Vieille mit alors au point la Poudre B, première des poudres colloïdales, dites sans fumée, issues de l’industrie chimique, beaucoup plus puissantes que la poudre noire.

7 Rapport des ministres de la Marine et de la Guerre au président de la République, 6 avril 1907 (Fonds Le Chatelier, Archives de l’Académie des sciences [AAdS], 14 J).

8 Gaston Thomson, ministre de la Marine à Poincaré, Paris avril 1907 [sans quantième] (Service historique de la Défense, Vincennes [SHD], GR 14 W 140). La lettre de Thomson du 9 avril 1907 informant Le Chatelier de sa nomination laisse entendre que les membres avaient préalablement donné leur accord [AAdS, 14 J].

9 Les papiers de la Commission de 1907 au SHD à Vincennes, dans le fonds de l’Artillerie (GR 14 W 140–144) – sous-série transférée au Centre des Archives de l’Armement et du Personnel civil (SHD Châtellerault) en 2024 – et dans celui de la Marine (MV 8 BB 1869) doivent être complétés notamment par la correspondance des ministres et des divers services concernés (GR 5 N ; GR 5 NN ; MV 8 BB).

10 Sauf erreur ou mention contraire, la correspondance de Poincaré citée est conservée dans les papiers de la Commission (SHD, GR 14 W 140), à l’exception de ses échanges avec Le Chatelier (AAdS, 14 J).

11 27 mai 1880, cité par [Atten 1995, 217].

12 Même en admettant que la distinction entre physicien et chimiste n’a parfois guère de sens, voir l’Introduction de [Walter, Bolmont et al. 2007].

13 Sur cet ouvrage, voir [Poincaré 1999], [Rollet 2000].

14 « Supposons qu’au lieu de 60 éléments chimiques, nous en ayons 60 milliards [...] répartis uniformément. Alors, toutes les fois que nous ramasserions un nouveau caillou, il y aurait une grande probabilité pour qu’il soit formé de quelque substance inconnue ; [...] dans un pareil monde, il n’y aurait pas de science » [Poincaré 1999, Livre premier, chapitre premier, 10].

15 Poincaré compare le rapport de la charge à la masse avec celui de l’ion d’hydrogène dans l’électrolyse [Poincaré 1999, Livre III, chap. I, 219].

16 Sur les changements opérés par Poincaré pour cette édition, voir [Heinzmann 1986]. Sur ces débats, voir ibid., et, par exemple, [Campan 1984], [Detlefsen 2011], [Kebaïli 2014].

17 Pour Landolt & Börnstein [1894], tableau 61d, p. 125, le point de fusion du phosphore se situe entre 44,2° et 44,5° selon les auteurs.

18 Devenue depuis l’ESPCI. Voir [Langlinay sous presse].

19 Voir la photographie http://henri-poincare.ahp-numerique.fr/items/show/117.

20 Outre la trentaine de convocations aux réunions de la Commission de 1907 envoyées en son nom, sa correspondance active et passive comprend respectivement une dizaine et une vingtaine de lettres répertoriées (voir ci-dessus note 10). Le lieutenant de vaisseau Loizeau, secrétaire pour la Marine des commissions successives, rédigea pour la Commission de 1911 un « Historique et Résumé des travaux de la Commission d’étude des poudres de guerre instituée par Décret du 6 avril 1907 [Loizeau 1912].

21 Vingt-deux en 1907 (2 en avril, 5 en mai, 4 en juin, 4 en juillet, 4 en octobre, 3 en novembre) et six en 1908 (1 en janvier, 2 en février, 3 en mars).

22 Les 30 mai, 30 juillet et 5 novembre 1907 et pour la vingt-huitième (31 mars 1908), qui fut – au lendemain de son élection à l’Académie française – la dernière avant sa démission de la Commission.

23 Au reste, Haller et Le Chatelier ne participèrent pas à cette visite non plus.

24 Le 15 mai, Poincaré assista à un long exposé sur les travaux, mais il ne put visiter que les étuves car, par suite de la pluie, la visite du laboratoire et des autres installations de Satory (ateliers, champs de tir, parcs) et des Grandes Écuries de Versailles (laboratoire de chimie) fut repoussée au 6 juin, date à laquelle il ne put pas participer.

25 L’Artillerie s’y occupait de fabrications de poudres et explosifs spéciales à cet établissement.

26 Du temps de Poincaré, la Commission reçut des lettres des attachés navals français en Angleterre (notamment du 17 juin 1907 sur les débats sur la cordite aux Communes), Allemagne (15 mai 1907), Italie (notes des 26 mars et 5 avril 1907), au Japon (notes des 5 octobre au 29 novembre 1906 sur l’explosion du Mikasa), aux USA (28 mai 1907) et au Brésil (note accident polygone de Realengo 11 août 1908).

27 J. Schlisler, chef du cabinet civil, par ordre du ministre (p.o.), à Poincaré, Paris, 14 juin 1907.

28 Le ministre des Affaires étrangères au ministre de la Marine, Paris, 18 juillet 1907 (« Copie pour M. Poincaré, Membre de la Commission d’étude des poudres de guerre »). Les poudreries étrangères dont la visite fut envisagée étaient Waltham Abbey (Angleterre), Avigliana (Italie), Ochta et Schlüsselburg (Russie), Blumau (Autriche), Rottweil (Allemagne).

29 Commission d’expériences de l’artillerie navale au polygone de Gâvres (Morbihan), créée en 1829.

30 Gaston Thomson, ministre de la Marine à Poincaré, Paris, 29 juillet 1907.

31 Le sous-directeur pour le Directeur central de l’Artillerie navale (p.o. du ministre) à Poincaré, Paris, 28 septembre 1907.

32 Gossot (p.o. du ministre) à Poincaré, Paris, 19 octobre 1907.

33 Le lieutenant-colonel, chef du cabinet du ministre de la Guerre (p. o.) à Poincaré, Paris le 19 juin 1907.

34 En témoignent les bordereaux de la Commission adressés à Haller ou versés par la veuve de Canet, qui concernent des documents relatifs aux poudres B, réclamés les 15 et 20 juin ou le 30 juillet 1907 ; au coton-poudre entre 1898 et 1907, examinés dans la séance du 23 juin 1907 ; et aux accidents dans les poudreries de Pont-de-Buis (2 août 1893), de Saint-Médard (6 juin 1896) et du Ripault (18 septembre 1901) ; ou un ensemble de rapports et courriers des années 1895-1896, réclamés le 26 juin 1907 (dont les originaux ont été retournés au ministère en juillet 1909, précise une note manuscrite de Haller).

35 Le ministre de la Guerre à Poincaré, Paris, 4 octobre 1907.

36 67 adressés à Poincaré par le général Prévost, président de la Commission centrale de réception des poudres de guerre (Versailles, 20 juin 1907) et 55 par le chef du 2e bureau pour le général directeur de l’Artillerie, p.o. du ministre (Paris, 2 août 1907).

37 Le général H. Ouvrard, directeur de l’Artillerie (p.o. du ministre) à Poincaré, 30 mars 1908.

38 En informant les membres de leur nomination, le ministre de la Marine les priait « de vouloir bien [se] rendre aux convocations qui [leur] seront adressées par M. Poincaré, Président de cette Commission » (Thomson à Le Chatelier, Paris, 9 avril 1907, AAdS, 14 J). Voir par exemple celles du 24 juillet avec l’ordre du jour de la séance du 30 pour l’examen des résultats des épreuves de chauffage à 110° au Laboratoire central des poudres, à celui de la Marine et à celui de la Commission de Versailles (exemplaire de Haller).

39 Par exemple le 17 juillet 1907 pour demander l’envoi des pièces justificatives destinées au remboursement des visites d’établissements (exemplaire de Haller, avec un montant de 111,80 francs pour les visites à Versailles, au Bouchet, à Angoulême entre le 15 mai et le 6 juin).

40 Datée par erreur du 7 janvier 1907, cette lettre adressée à « Monsieur le Président » pourrait aussi avoir été adressée à Le Chatelier lui-même, qui présidait la sous-commission scientifique (AAdS, 14 J).

41 Le Chatelier à Poincaré, 24 avril 1907. La Schneiderite était un explosif puissant au nitrate d’ammonium développé par Canet aux établissements Schneider, au Havre.

42 Annexe 1 du Rapport au président de la République (je souligne). Les ministres relevaient aussi la nécessité de « discuter les exigences de chaque consommateur, [d’]examiner jusqu’à quel point elles sont conciliables avec les propriétés des divers types de poudres connus et [de] déterminer quelles sont les caractéristiques de la poudre qui convient le mieux ».

43 Entré à Centrale (1877), Paul Clemenceau (1857-1946) débuta dans l’électricité avant de passer chez Nobel, où il se hissa plus tard jusqu’à la présidence du conseil d’administration.

44 Gustave Canet (1846-1908) passa dans les chemins de fer d’Alsace au sortir de Centrale (1869). Après avoir été mobilisé dans l’Artillerie en 1870-1871, il entra à la London Ordnance Works Co. (1872), publia la théorie des freins hydrauliques appliqués à la suppression du recul des pièces (1876), forma au Havre le service d’artillerie de la Société des forges et chantiers de la Méditerranée (1881), fournit du matériel d’artillerie à la Russie, au Chili, à la Grèce et au Japon et présenta à l’exposition de 1889 des canons de gros calibre à tir rapide. En rachetant les ateliers du Havre, Schneider et Cie se fit une place majeure en matière d’armement, avec les systèmes d’artillerie Schneider-Canet. Président de la Junior Institution of Engineers de Londres, Canet conservait des liens étroits avec les milieux anglo-saxons. Voir [Richou 1908].

45 À la séance suivante du 30 mai (les précédentes étant consacrées aux visites), Paul Clemenceau déposa un « Projet de Programme de Travail » de la « Commission d’étude des poudres B » – comme s’il récusait l’épithète officielle « scientifique » et limitait l’étude des poudres de guerre à la question de la stabilité des poudres B. Il s’agissait donc d’en étudier tour à tour les matières premières (coton, acides, dissolvants), la nitration, la fabrication, la recette, les spécifications, l’emploi et la manutention, les incidents et accidents et des études d’ensemble avant de conclure par les « Desiderata » de la Marine, de la Guerre et « de l’Industrie des Matériels de guerre ».

46 L’explosion du cuirassé Liberté en 1911, qui causa également un grand émoi dans l’opinion publique et au Parlement, donnant naissance à une nouvelle commission sous la présidence de Haller, fournit à Le Chatelier l’occasion de revenir sur cette idée dans une lettre adressée au directeur du Temps, [Le Chatelier 1911].

47 A. Soulange Sodin, ministre plénipotentiaire, sous-directeur d’Europe, Afrique et Océanie au ministère des Affaires étrangères, par autorisation du président du Conseil [Georges Clemenceau], chargé de l’intérim du ministère des Affaires étrangères, au ministre de la Marine, Paris, 13 janvier 1908.

48 Le Chatelier à Poincaré, 2 novembre 1907.

49 À la différence de la poudre noire, simple mélange mécanique de trois composants primaires agglomérés en grains, la poudre B, de structure colloïdale, était constituée de coton poudre gélatinisé dans un solvant sous forme de brins.

50 Poincaré à Le Chatelier, c. 25 octobre 1907.

51 Le Chatelier à Poincaré, 27 octobre 1907. Le chimiste ajoute : « C’est toujours ainsi qu’on l’emploie pour les dosages alcalimétriques pour se débarrasser de l’influence de l’acide carbonique que l’on expulse ainsi. Je ne vois pour le moment que la question de son état hygrométrique à étudier et je pense que la question est déjà à l’étude. Ou elle va l’être incessamment. »

52 Poincaré à Le Chatelier, s.d. [vers le 30 octobre 1907].

53 Poincaré à Le Chatelier, c. 28 octobre 1907.

54 Poincaré à Le Chatelier, c. 25 octobre 1907.

55 Sur ces deux points, voir [Bret 2002b, sections « La rivalité des laboratoires » et « Le poids des “marchands de canons” »].

56 Le Chatelier à Poincaré, 22 octobre 1907.

57 Le Chatelier à Poincaré, 27 octobre 1907.

58 Sur cet épisode, voir [Darboux 1913, 63–64]. Voir aussi [Archives Henri-Poincaré s.d.].

59 Le ministre de la Guerre à Poincaré, Paris, 22 avril 1908 (498-D).

60 Le ministre de la Marine au Président de la Commission, Paris, 20 juin 1908.

61 Le Chatelier à Poincaré, 27 octobre 1907, AAdS, fonds Le Chatelier.

62 Le Chatelier au ministre, Paris, 19 octobre 1908, AAdS, fonds Le Chatelier.

63 Inventée et produite par Nobel après la poudre B, la balistite était en usage en Allemagne et Italie, et avait inspiré la cordite en Grande-Bretagne.

64 Albin Haller, Journal inédit, 14 avril 1917, cité par [Langlinay sous presse].

65 Barral, Inspecteur général, directeur du Laboratoire central.

66 P. Bret, « Quand la poudre défie le métal. L’affaire des poudres brisantes (1826-1830) », communication inédite au colloque « Armes et poudres » de Varaignes (13-14 octobre 2000), en ligne sous forme de preprint (Researchgate.net, Academia.edu).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrice Bret, « « Résoudre des problèmes qui pour nous équivalent un peu à la quadrature du cercle » »Philosophia Scientiæ [En ligne], 27-3 | 2023, mis en ligne le 16 octobre 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/philosophiascientiae/4089 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philosophiascientiae.4089

Haut de page

Auteur

Patrice Bret

Centre Alexandre Koyré, Paris (France)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search