Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28-2Pourquoi les perpétrateurs de gén...

Pourquoi les perpétrateurs de génocides obéissent-ils ?

Why Do the Perpetrators of Genocides Obey Orders?
Pascal Ludwig
p. 33-52

Résumés

Les expériences de Milgram ont eu une influence considérable sur l’étude historique du comportement génocidaire, qui trouve son origine dans le livre révolutionnaire de Christopher Browning, Ordinary men. L’objectif de mon article est d’examiner et d’évaluer de manière critique la thèse suivante, qui est souvent considérée comme allant de soi : « Thèse de la pertinence : les résultats de la psychologie sociale, en particulier les résultats de Milgram sur le comportement d’obéissance, sont causalement pertinents pour expliquer les comportements des auteurs d’actes criminels. » La thèse de la pertinence présuppose que certaines études paradigmatiques en psychologie sociale ont une validité à la fois interne et externe. Dans le contexte de la crise de réplication qui a affecté de nombreux résultats récents en psychologie sociale, il semble crucial de discuter ce présupposé. Je soutiendrai que les données empiriques sont mitigées. S’il demeure probable que la thèse de la pertinence soit vraie, son importance a probablement été exagérée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple, dans les études sur les génocides, [Browning 1993] et [Chandler 1999].
  • 2 Voir [Goldhagen 1996], et plus récemment [Leader Maynard 2022].

1Les expériences de Milgram figurent parmi les plus influentes de la psychologie sociale. Elles sont, encore aujourd’hui, citées dans de nombreux manuels comme illustrant la pertinence d’une approche centrée sur le pouvoir de la situation. L’idée centrale qu’elles sont supposées confirmer est que le comportement humain dépend bien plus de facteurs contextuels que des croyances, des préférences, et des valeurs auxquelles les personnes adhèrent consciemment. Notre psychologie naïve repose sur l’interprétation intuitive de l’esprit d’autrui, c’est-à-dire sur notre capacité à attribuer des états intentionnels inobservables à nos semblables, notamment des croyances et des préférences, et à expliquer leurs comportements sur la base de ces attributions. C’est également sur cette psychologie intuitive que s’appuient les explications en sciences sociales. Supposons ainsi que l’on veuille expliquer les décisions de Bonaparte lors de la bataille de Waterloo, par exemple les ordres donnés à Grouchy après la bataille de Ligny. Les historiens présupposent qu’une description des intentions de Bonaparte, ainsi que de la façon dont il se représentait ses possibilités militaires après la victoire de Ligny, est nécessaire pour expliquer ses décisions. On nomme « situationnisme » l’approche de l’explication sociale qui considère que nous surestimons la pertinence des états intentionnels, comme les croyances et les préférences, lorsque nous expliquons les phénomènes sociaux, et que nous sous-estimons les facteurs purement situationnels. Cette caractérisation est assez vague. Presqu’aucun chercheur situationniste ne soutiendrait en effet que les attributions intentionnelles n’ont absolument aucune pertinence explicative. Et à l’inverse, personne ne soutiendrait que les paramètres contextuels n’ont jamais de rôle à jouer dans nos explications. Ainsi, personne ne voudrait nier que la pluie, qui a retardé les opérations militaires françaises et rendu inefficace la préparation d’artillerie de Bonaparte, n’a joué aucun rôle causal dans la défaite de Waterloo. Le débat philosophique porte donc sur le poids relatif des éléments contextuels et intentionnels : avons-nous de bonnes raisons, étant donné les découvertes de la psychologie sociale, de considérer que nos explications reposent de façon exagérée sur l’attribution d’états intentionnels aux acteurs sociaux ? Dans cet article, je voudrais discuter cette question à partir de la façon dont les résultats de psychologie sociale issus des expériences de Milgram ont été intégrés dans l’étude des génocides, et même, plus spécifiquement, de la façon dont ils ont été intégrés aux explications de l’obéissance des perpétrateurs dans les génocides. Selon certains auteurs, ces résultats impliquent que les motivations et les convictions idéologiques des génocidaires jouent un rôle beaucoup moins important, pour expliquer leur comportement, que certains aspects purement contextuels des situations concrètes dans lesquelles ils se trouvaient1. D’autres auteurs considèrent que les raisons des agents, ou leur idéologie, restent le facteur explicatif essentiel2. Mon but est d’éclairer certains aspects méthodologiques de ce débat. Pourquoi exactement les résultats obtenus par Milgram ont-ils été considérés comme pertinents, au point, selon certains, de pouvoir nous amener à reconsidérer complètement quelques-unes de nos explications ? Ces résultats suggèrent-ils véritablement que nous commettons une grave erreur de méthode lorsque nous considérons que les convictions des perpétrateurs de génocides, notamment leurs convictions idéologiques, expliquent en partie leurs actes ? À mon sens, on ne peut pas répondre à de telles interrogations sans examiner le dispositif expérimental de Milgram. Ce dispositif est supposé détecter et mesurer une certaine disposition à l’obéissance, postulée exister dans l’espèce humaine. Mais de nombreux commentateurs se sont, très tôt, interrogés sur la validité du dispositif expérimental : le dispositif détecte-t-il vraiment ce qu’il est censé détecter, à savoir une disposition à obéir gouvernée par la situation, largement indépendante des croyances et des valeurs des agents ? La relative complexité du dispositif, notamment le fait qu’il repose sur une forme de tromperie – puisqu’on fait croire aux sujets qu’ils observent des décharges électriques d’une intensité qui ne correspond pas à celle qui est réellement infligée aux participants à l’expérience –, nous oblige à reconsidérer la place des croyances et des valeurs des sujets dans leur comportement de coopération. Cela nous conduira à questionner la légitimité théorique des hypothèses de Milgram sur l’obéissance.

1 Les usages des résultats de Milgram en sciences sociales

2Les travaux de Milgram sont en général cités, dans le contexte des études sur les génocides, par des auteurs qui considèrent qu’on a trop souvent sous-estimé l’importance des situations concrètes dans lesquelles les perpétrateurs de génocides ont accompli leurs crimes, et des mécanismes causaux liés à ces situations. Ces auteurs, que je nommerai « situationnistes », mentionnent les résultats de Milgram dans le contexte du courant de la psychologie sociale qui, s’inspirant notamment des recherches de Solomon Asch sur le conformisme dans les groupes, et de la célèbre « expérience de Stanford » de Philip Zimbardo, suggère que les attitudes des agents – notamment leurs convictions idéologiques –, jouent un rôle nettement moins important dans le déclenchement des comportements qu’on le suppose en général.

3On peut distinguer deux grandes sortes d’auteurs situationnistes. Les situationnistes « modérés » considèrent qu’il faut tirer parti des résultats de la psychologie sociale pour rechercher des explications nouvelles en sciences sociales, en mettant l’accent sur certains facteurs contextuels. Ils ne rejettent cependant pas les explications intentionnelles traditionnelles en termes de croyances et de préférences, mais proposent plutôt de les réviser en prenant mieux en considération les interactions complexes qui peuvent exister entre une situation concrète et la vision du monde d’un agent. Les travaux de Christopher Browning sur les crimes commis par les bataillons de police allemands pendant l’Holocauste constituent un exemple de situationnisme modéré [Browning 1993]. Si Browning cite les travaux de Milgram, Asch et Zimbardo, c’est en effet avant tout pour attirer l’attention des historiens sur le rôle que les pressions de groupe peuvent jouer dans la prise de décision. Refuser de prendre part à un massacre implique de se mettre à l’écart du groupe, en violant certaines attentes implicites, certaines normes et certains liens de camaraderie. Il est donc plausible de considérer, comme le propose Browning, que les pressions de groupe peuvent contribuer à expliquer les comportements criminels d’agents « ordinaires », au moins au sens où ils ne semblent pas adhérer de façon fanatique à une idéologie radicale. La stratégie explicative de Browning ne conduit cependant pas à considérer l’obéissance à l’autorité comme la seule variable causale pertinente, bien au contraire. La pression du groupe dépend en effet de bien d’autres facteurs causaux que la simple disposition à obéir à l’autorité – à supposer que cette disposition existe, ce dont nous discuterons plus bas. Les liens de camaraderie, par exemple, dépendent de normes communes, liées à des valeurs comme l’honneur ou la virilité. Or, ce n’est que parce qu’ils adhèrent à ces normes, qu’ils se représentent ces valeurs comme meilleures que d’autres, bref qu’ils forment certaines attitudes propositionnelles, que les agents sont liés par la camaraderie. C’est un point dont Browning est conscient : quoiqu’il insiste sur l’importance des pressions de groupe, il souligne que ces pressions dépendent elles-mêmes de la façon dont les agents se représentent leurs liens au groupe et donc des normes et des représentations culturelles qu’ils acceptent [sur ce point, voir Kühne 2017]. Or les normes acceptées dans un groupe peuvent être renforcées ou affaiblies par l’idéologie qui y domine. Ainsi, certains historiens ont souligné que l’idéologie nazie véhiculait des valeurs renforçant la masculinité toxique inhérente à certains groupes d’hommes [voir Kühne 2018]. On ne peut donc pas opposer une explication des comportements génocidaires mettant l’accent sur les pressions de groupe, et une explication mettant l’accent sur l’idéologie, puisque l’idéologie influence la façon dont les individus se perçoivent au sein d’un groupe, ainsi que les normes et les valeurs qui assurent sa cohésion [voir Leader Maynard 2022].

4Le caractère modéré du situationnisme de Browning se reflète aussi dans la reconnaissance, notamment dans les rééditions les plus récentes d’Ordinary Men, du caractère multifactoriel de l’explication causale en sciences sociales. C’est un point qu’il revendique explicitement dans la postface à l’édition de 2017 de cet ouvrage :

  • 3 Les traductions des textes en langue anglaise sont de l’auteur.

en plus d’une description à plusieurs niveaux du bataillon, j’ai proposé une explication multicausale des motivations. J’ai noté l’importance de la conformité, des pressions des pairs, de la déférence envers l’autorité, et j’aurais dû souligner plus explicitement les capacités de légitimation du gouvernement3. [Browning 1993, édition de 2017]

5Browning approuve d’ailleurs Leonard Newman lorsque celui-ci souligne qu’il n’y a pas d’incompatibilité, mais bien plutôt une complémentarité, entre les explications situationnistes et les explications intentionnelles [voir Newman 2002].

6D’autres auteurs défendent néanmoins une vision bien plus « radicale » du situationnisme. Une source philosophique importante de ce « situationnisme radical » se trouve dans le célèbre ouvrage d’Hannah Arendt, Eichmann à Jérusalem, où elle écrit les lignes suivantes :

Eichmann n’était ni un Iago ni un Macbeth ; et rien n’était plus éloigné de son esprit qu’une décision, comme chez Richard III, de faire le mal par principe. Mis à part un zèle extraordinaire à s’occuper de son avancement personnel, il n’avait aucun mobile [...]. Simplement, il ne s’est jamais rendu compte de ce qu’il faisait, pour le dire de manière familière. C’est la pure absence de pensée [sheer thoughtlessness] – ce qui n’est pas du tout la même chose que la stupidité – qui lui a permis de devenir un des plus grands criminels de son époque. [Arendt 1997, Postface]

7Selon Arendt, croire que les motivations d’Eichmann pourraient expliquer ses décisions constitue une erreur radicale : c’est bien plutôt son incapacité à « penser » qui devrait se trouver au cœur de notre interprétation de ses actes. Il faut cependant, lorsqu’on relit les propos d’Arendt dans le contexte des discussions actuelles sur les pressions de groupe, éviter de commettre un contre-sens : lorsqu’elle souligne la « pure absence de pensée » d’Eichmann, elle a en tête la pensée consciente, délibérée, autonome : le jugement attentif, accompagné d’effort cognitif. Or la plupart des psychologues admettent aujourd’hui que les explications intentionnelles ne concernent pas uniquement le jugement délibéré. Supposons ainsi que l’on veuille expliquer, à la suite de Browning, la participation d’un membre du bataillon 101 au massacre de Józefów en faisant référence à l’esprit de corps, aux liens de camaraderie, et aux pressions du groupe. L’existence de liens de groupe au sein du bataillon suppose que ses membres possèdent certaines croyances, certaines préférences, certaines valeurs, et certaines dispositions émotionnelles. De tels états mentaux sont intentionnels, et relèvent de la cognition – quoiqu’ils ne correspondent pas au concept de « pensée » qu’emploie Arendt. Ainsi, il est probable, si l’on suit Browning, que les membres du bataillon ressentaient une plus forte empathie pour leurs camarades que pour les personnes extérieures à leur groupe. Cette différence empathique ne relève pas de la pensée réfléchie ni du jugement autonome, conscient et rationnel. Pour autant, il serait difficile de ne pas la considérer comme reposant sur des états intentionnels, notamment des émotions et des préférences.

8Le situationnisme radical a récemment été défendu par plusieurs philosophes, notamment Michael Huemer et Paul Roth. Selon Michael Huemer, les observations empiriques de Milgram suggèrent qu’il existe une disposition, dans l’espèce humaine, à obéir à l’autorité. Il affirme ainsi que « des millions de personnes sont mortes en raison de la disposition largement répandue à obéir aux ordres injustes » [cf. Huemer 2013]. Selon Huemer, c’est parce que les agents se « sentent obligés » de se conformer aux ordres des figures d’autorité qu’ils en viennent à participer à des génocides, même lorsqu’ils n’ont pas de bonnes raisons de le faire. Il s’agit d’une thèse particulièrement ambitieuse et radicale : s’il existe véritablement une disposition à l’obéissance aveugle chez les êtres humains, les travaux de Milgram sont évidemment destinés à avoir une importance de plus en plus grande dans les sciences humaines, et Huemer appuie sur sa lecture de Milgram une partie centrale de son argument libertarien contre l’autorité de l’État.

9La position de Paul Roth est plus nuancée que celle de Huemer, mais elle est tout aussi radicale. Selon Roth, les mécanismes purement situationnels, du type de ceux mis en évidence par Solomon Asch ou par Stanley Milgram, suffisent à expliquer les comportements génocidaires sans qu’il soit nécessaire de faire référence aux attitudes propositionnelles des agents. Il décrit ainsi le paradigme expérimental d’Asch comme un paradigme dans lequel « l’existence de conditions expérimentalement vérifiées [produisent] chez les agents des comportements conformistes, et ce indépendamment de ce qu’ils croient ou de ce qu’ils perçoivent » [Roth 2022, 49]. Il ajoute, à propos cette fois de Milgram, que « l’analyse situationnelle explique pour l’essentiel le nombre de perpétrateurs et leur incroyable brutalité ». Et il conclut que « ces expériences démontrent de façon convaincante qu’un effet de conformité suffit à prédire à la fois l’étendue de la participation [...] et l’enthousiasme sadique avec lequel les individus remplissent [leurs rôles] » [Roth 2010, 206].

10Contrairement aux situationnistes modérés, les situationnistes radicaux soutiennent donc qu’il n’est à aucun moment nécessaire, pour expliquer la violence des comportements génocidaires, de faire référence à des états intentionnels ou à des idéologies. C’est cette thèse précise que je me propose maintenant d’examiner, en revenant aux expériences de Solomon Asch et de Stanley Milgram.

2 Les expériences de Solomon Asch sur le conformisme

11Le présupposé philosophiquement central des situationnistes radicaux est le suivant : le courant « situationniste » en psychologie sociale aurait établi empiriquement qu’il existe des mécanismes contextuels largement indépendants des états intentionnels, et que ces mécanismes suffisent à expliquer certains comportements qui ont souvent semblé incompréhensibles, comme les comportements génocidaires. Il faut cependant souligner que ce présupposé n’est pas partagé par tous les chercheurs à l’origine du situationnisme. L’exemple des travaux de Solomon Asch sur le conformisme, et de la façon dont ils sont utilisés par les situationnistes radicaux, est à cet égard particulièrement frappant. Le paradigme expérimental utilisé par Asch comporte deux images, l’une montrant une ligne verticale, et l’autre trois lignes dont une seule correspond à la taille de la ligne présentée sur la première image :

12On demande au sujet d’identifier la ligne dont la taille correspond le mieux, dans la seconde image, à la ligne présentée dans la première. Cette tâche est effectuée en présence de plusieurs autres personnes qui, sans que le sujet en soit informé, collaborent avec l’expérimentateur, et à qui il a été demandé de donner une réponse fausse. Le sujet a donc le choix entre donner la réponse qui semble manifestement la bonne, et se conformer aux réponses fausses des autres agents présents. Les sujets donnent une mauvaise réponse « conformiste » dans 30 % des cas, et ils donnent la bonne réponse dans 70 % des cas.

13Ce résultat constitue-t-il une illustration du « pouvoir » de la situation ? Dans la plupart des manuels de psychologie, elle est, de fait, présentée comme un exemple particulièrement frappant de la manière dont le fait de se conformer au comportement d’un groupe peut annuler notre capacité de jugement consciente et autonome [Griggs 2015]. Il faut d’abord souligner que cette interprétation situationniste radicale des résultats observés n’est pas la plus plausible. Il est en effet raisonnable, dans certaines situations, de tenir compte des décisions d’autres agents rationnels, et ce indépendamment de notre disposition éventuelle au conformisme. Le fait que plusieurs personnes prennent une décision contradictoire avec celle qui semble intuitivement la plus juste au sujet peut indiquer que ces personnes se trompent, mais aussi que lui-même se trompe et qu’il a tort de faire confiance à ses intuitions. Puisque nos décisions perceptives ne sont pas toujours complètement fiables, une simple application de la théorie du choix rationnel peut nous conduire à réviser une décision perceptive lorsqu’elle est incompatible avec le comportement d’autres personnes. On peut supposer par ailleurs que notre tendance à nous conformer au jugement d’autrui dépend de normes sociales, de préférences et de valeurs et qu’elle n’est donc indépendante ni de l’idéologie, ni de la culture – c’est ce que suggère une méta-analyse portant sur cette question [Bond & Smith 1996].

14Mais le point le plus étonnant est que Solomon Asch lui-même ne défend pas, dans sa propre interprétation de ses propres résultats, le situationnisme radical souvent décrit. Il constate en effet, ce qui est incontestable lorsqu’on considère directement les données plutôt que leur résumé dans les manuels, que les jugements « minoritaires », s’écartant donc de la conformité au groupe, restent « prépondérants » [Asch 1956, 68]. La lecture du chapitre consacré par Asch à l’interprétation de ses résultats dans son ouvrage Social Psychology révèle qu’il avait une position très nuancée, probablement opposée au situationnisme radical puisqu’il souligne d’une part qu’un jugement « indépendant » prévaut, et que les variations dans l’indépendance pourraient être liées à des « différences de caractère relativement stables » [Asch 1952, 235], [voir aussi Friend, Rafferty et al. 1990].

15L’interprétation radicale que Roth donne des résultats obtenus par Asch apparaît donc comme incompatible avec la propre interprétation de Asch : rien ne suggère que la situation puisse produire un comportement conformiste « indépendamment de ce que [les agents] croient ou de ce qu’ils perçoivent » (Roth), puisqu’au contraire leur jugement va, dans 70 % des cas, dans le sens de ce qu’ils perçoivent, et que lorsqu’il diverge de ce qu’ils perçoivent, cette divergence s’explique de façon simple dans le cadre de la théorie de la décision en condition d’incertitude. Le fait qu’on ait pu fréquemment interpréter les expériences d’Asch comme allant dans le sens du situationnisme radical en dépit des propres conclusions de cet auteur est intéressant. Cela suggère, d’un point de vue méthodologique, qu’il n’est pas très facile de déterminer exactement ce que ces expériences visent à détecter. Selon Roth, elles visent à détecter une propension à se conformer, une tendance à aller dans le sens du jugement majoritaire dans un groupe. Mais on ne trouve nulle part dans les articles de Solomon Asch de tentative pour opérationnaliser le concept de « propension à se conformer », c’est-à-dire pour établir un lien mesurable entre la présence supposée de cette propension et des effets observables et quantifiables dans les conditions expérimentales. En l’absence d’une telle opérationnalisation, on peut mettre en avant, comme Asch lui-même, une explication intentionnelle des comportements observés, ou au contraire insister comme Roth sur le rôle de la disposition à se conformer – et ce malheureusement sans qu’il soit possible de trancher à l’aide des données entre les deux interprétations.

3 La question de la validité des expériences de Milgram

16Revenons à la question de la pertinence explicative des travaux de Milgram pour comprendre la participation de personnes apparemment ordinaires à des crimes de masse. Ces travaux possèdent une certaine pertinence explicative, même si cette pertinence, pour des raisons que je vais préciser, ne paraît ni complètement établie ni complètement claire. Cela n’empêche pas que l’interprétation situationniste radicale de ces travaux, que l’on peut formuler à l’aide de l’argument suivant, soit discutable :

  1. Les résultats de Milgram montrent que les comportements d’obéissance peuvent être prédits de façon précise, indépendamment des croyances idéologiques et des valeurs auxquelles adhèrent les agents ;
  2. cela suggère que les perpétrateurs de génocides obéissent aux ordres non pas en raison de leurs croyances ou de leurs valeurs, mais bien plutôt en raison de facteurs purement situationnels ;
  3. les résultats de Milgram confirment donc le situationnisme radical, puisqu’ils suggèrent que les croyances et les valeurs ont peu de pertinence pour expliquer les comportements génocidaires.

17Je conteste les deux prémisses de cet argument : je ne crois en effet pas que les résultats de Milgram établissent que les attitudes des agents ont peu de pertinence pour expliquer les comportements d’obéissance, ni que ces expériences permettent de détecter et mesurer une disposition à obéir dans l’espèce humaine. Mes raisons de contester les deux prémisses du situationnisme radical reposent sur des doutes largement discutés dans la littérature récente sur les expériences de Milgram, soulevés à propos de leur validité. Je vais commencer par expliquer ce que l’on entend par « validité » en psychologie sociale, puis je présenterai les problèmes les plus pressants liés à la validité des mesures de Milgram.

18On dit, en psychologie, qu’une mesure d’une propriété ou d’un concept [construct] est valide lorsque les données produites par la mesure portent bien sur ce que l’appareil de mesure, ou plus généralement le dispositif expérimental, est censé mesurer, cf. [Cronbach & Meehl 1955], [Borsboom, Mellenbergh et al 2004], [Bandalos 2018]. Supposons, pour illustrer cette notion, qu’après analyse de vos réponses à un questionnaire, une enquêtrice en sciences politiques vous classe dans la catégorie de la droite populiste. Si vous considérez que ce classement ne reflète pas correctement vos opinions réelles, c’est que vous remettez en question la validité du questionnaire utilisé pour les mesurer. Si au contraire vous êtes convaincu.e que le questionnaire est valide, il ne vous reste plus qu’à questionner votre identité politique – peut-être avez-vous des préférences inconscientes pour la droite populiste.

19Les travaux historiques de Gina Perry permettent d’avoir une idée précise de ce que Milgram souhaitait mesurer à l’aide de son protocole expérimental. Son but initial était, selon elle, de « comparer les différences nationales d’obéissance entre les Allemands et les Américains, de la même manière qu’il avait comparé la conformité des Norvégiens et des Français » [cf. Perry 2013, 80]. Rappelons rapidement certains aspects du protocole de Milgram : un générateur de décharges électriques est utilisé lors d’une scène en partie simulée, dans laquelle on fait croire aux sujets de l’expérience que des décharges électriques de plus en plus fortes sont infligées à des personnes qu’ils croient être des participants [learner], mais qui en réalité sont des collaborateurs de Milgram. Le niveau de décharge commence à 15 V, puis augmente de manière incrémentale jusqu’à atteindre 450 V. Le générateur de décharges est conçu par Milgram comme un instrument permettant de mesurer la disposition des sujets à obéir : l’hypothèse est en effet que plus un sujet aura tendance à infliger des décharges importantes, plus on pourra considérer que sa disposition à l’obéissance est élevée. Milgram postule ainsi l’existence d’une certaine propriété inobservable, la disposition à obéir, et il propose de mesurer cette propriété par le générateur de décharges.

  • 4 On peut noter que cette critique méthodologique de l’expérience n’est pas entièrement nouvelle. El (...)

20Dans ce contexte, la question de la validité de la mesure se pose : l’existence d’une variation dans la disposition à obéir, chez les sujets de Milgram, est-elle la meilleure explication causale disponible pour expliquer des variations observées dans les mesures ? Ces variations ne peuvent-elle pas être causalement perturbées par d’autres facteurs causaux que la disposition à obéir ? De nouveau, les travaux d’histoire de la psychologie de Gina Perry apportent ici un éclairage précieux. Elle souligne que le dispositif de mesure mis en place par Milgram s’appuie sur certaines hypothèses implicites portant sur les attitudes propositionnelles de ses sujets. Il repose en effet, dans une certaine mesure, sur une tromperie : il s’agit de faire croire aux sujets que des chocs électriques de plus en plus forts sont administrés, alors que ce n’est pas le cas. Ce n’est que si le sujet est réellement trompé, c’est-à-dire s’il croit à tort que des décharges de plus en plus fortes sont administrées, qu’un lien causal peut être supposé exister entre son comportement et l’obéissance. Supposons en effet que le sujet se rende compte de la mise en scène sur laquelle repose la mesure : dans un tel cas sa coopération avec l’expérimentateur ne pourrait pas être considérée comme révélatrice d’une disposition cachée à obéir à des ordres inhumains, puisqu’on ne peut pas considérer comme inhumaine une action consistant à simplement faire semblant d’administrer un choc électrique. Or Gina Perry a découvert, dans les archives de Yale, des données non-publiées par Milgram montrant que certains de ses sujets avaient découvert que l’expérience reposait sur une mise en scène théâtrale4. Elle a également établi qu’il existait une corrélation entre le fait de ne pas croire à la mise en scène, et le fait d’obéir aux ordres de l’expérimentateur. À cet égard, comme le révèle d’ailleurs une discussion fascinante avec Taketo Murata, l’assistant de Milgram, rapportée par Perry, il est plausible que Perry ait mis en évidence un facteur de confusion important dans les mesures publiées [Perry 2013, 177]. Si c’est bien le cas, il est douteux que ces mesures soient valides.

21Indépendamment de la question de savoir si les mesures publiées par Milgram, ou par certains des auteurs ayant essayé de reproduire ses résultats, sont perturbées par un facteur de confusion, les recherches de Perry soulèvent la question de savoir quelle est exactement la nature de la propriété mesurée par Milgram. Le concept de « comportement d’obéissance » n’est en effet jamais caractérisé avec exactitude. Or Perry souligne que les critères permettant d’appliquer le terme « obéissance » varient en fonction des conditions expérimentales. Dans une condition non publiée décrite par Perry, l’expérimentateur quitte la pièce, mais le collaborateur supposé recevoir les chocs implore le sujet de continuer l’expérience en augmentant l’intensité. Peut-on, dans cette condition, parler d’obéissance, puisque c’est à la personne qui reçoit la décharge électrique [le learner] que le sujet obéit s’il se conforme à l’ordre donné, et non à l’expérimentateur ? Perry conclut, à juste titre, qu’en l’absence de réponse à ce genre de question, le concept de « comportement d’obéissance » n’est pas vraiment défini. Il n’est pas non plus opérationnalisé. Quelle est en effet exactement la différence entre un comportement de pure obéissance, et un comportement de coopération fondé sur la confiance ? Comment savoir si, lorsqu’un sujet obéit, c’est en raison d’une disposition indépendante de ses croyances, ou si c’est parce qu’il a délibérément choisi de coopérer ? Lorsque les personnes humaines obéissent à une règle, ce n’est en général pas de manière aveugle, mais parce que le comportement d’obéissance est guidé par une norme reconnue comme ayant une certaine justification. Supposons par exemple qu’en arrivant dans un musée, un vigile vous demande de déposer votre sac à dos dans un casier. Vous allez probablement obtempérer sans discuter. Est-ce en raison du fait qu’un comportement d’obéissance aveugle à l’autorité s’est déclenché, ou parce qu’il est raisonnable de coopérer avec le personnel du musée en suivant ses recommandations ? Par ailleurs, il est souvent raisonnable de faire confiance aux experts, d’accepter leurs décisions, et de les laisser décider à notre place. Supposons cette fois que votre médecin de famille vous demande de passer un examen d’imagerie médicale. Est-il irrationnel de se conformer à sa décision ? Faut-il, pour expliquer que vous lui obéissiez, faire référence à une disposition à l’obéissance, ou suffit-il de faire référence à vos croyances, à vos préférences, et aux normes que vous reconnaissez comme justifiées ?

  • 5 L’annonce était formulée précisément ainsi : « Aidez-nous à réaliser une étude scientifique sur la (...)
  • 6 Soulignons qu’à cet égard les participants avaient raison, puisque aucun tort n’a été causé par le (...)

22Cette question se pose aussi pour les sujets de Milgram. Ces sujets avaient en effet été sélectionnés au travers d’annonces dans les journaux pour participer à une expérimentation scientifique5. On peut donc penser qu’ils étaient particulièrement disposés, en raison de leurs valeurs, à coopérer avec des scientifiques. L’expérience était par ailleurs décrite comme devant avoir lieu sous l’égide de l’université de Yale, probablement l’une des institutions scientifiques les plus réputées au monde, en laquelle il semble donc prima facie justifié d’avoir confiance. Dès 1972, Don Mixon souligne qu’on peut, dans un tel contexte, interpréter les résultats de Milgram comme mesurant la confiance plus que l’obéissance [voir Mixon 1972, 1989]. Il remarque à juste titre que dans le contexte d’une expérimentation scientifique ayant lieu dans un laboratoire d’une université prestigieuse, il est légitime de supposer que des garanties juridiques et éthiques empêchent l’expérimentateur de nuire au « sujet » présumé6. Plus récemment, Matthew Hollander et Jason Turowetz ont examiné de nombreuses données non publiées liées à des entretiens enregistrés ayant immédiatement suivi l’expérience [Hollander & Turowetz 2017]. Il ressort de ces données d’une part que les sujets ayant poussé l’expérience à son terme étaient capables de justifier leur décision, et d’autre part que ces justifications faisaient référence à des motifs très variés. Certaines de ces justifications faisaient référence au lien de confiance et au lien contractuel formés entre les expérimentateurs et le sujet ; mais la justification la plus fréquemment donnée était que les « sujets » recevant la décharge n’avaient pas réellement subi de tort, ce qui va à la fois dans le sens de Perry et dans celui de Mixon. Enfin, l’analyse rhétorique des expériences de Milgram défendue par Stephen Gibson est également compatible avec les intuitions de Mixon [Gibson 2019]. En étudiant les enregistrements originaux des discussions ayant eu lieu pendant les expériences, Gibson a pu montrer que les énoncés échangés relevaient plus de l’argumentation que des ordres au sens strict du terme. À de nombreuses reprises, les sujets argumentent pour mettre en avant des raisons d’interrompre les décharges électriques et l’expérimentateur leur répond également de façon argumentée. Certes, l’un des énoncés utilisés dans le protocole, « You have no other choice. You must go on » peut être considéré comme ayant la force illocutionnaire d’un ordre. Mais Gibson observe que c’est précisément l’énoncé ayant l’effet le moins marqué sur le comportement des sujets [voir sur ce point Gibson 2013, Burger 2009].

4 Quelle est la légitimité théorique du concept de comportement d’obéissance ?

  • 7 Cette position est aujourd’hui largement partagée dans les études sur Milgram. Pour un point de vu (...)

23Il est douteux, pour les raisons que j’ai passées en revue, que les mesures de Milgram soient valides7. Cela n’implique pas qu’elles soient sans intérêt : il est incontestable que les comportements humains sur lesquels elles attirent l’attention sont à la fois surprenants, et que le fait qu’ils existent a en soi une pertinence. Néanmoins, il est peu probable que ces comportements puissent être expliqués causalement en faisant référence uniquement à la notion d’obéissance, telle qu’elle était conçue par Milgram.

  • 8 Sur la distinction entre « construct validity » et « construct legitimacy », voir [Stone 2019].

24La question de la légitimité théorique des hypothèses explicatives de Milgram, que je voudrais poser maintenant, va bien au-delà de la question de la validité8. En effet, une mesure peut être invalide, même lorsque la propriété qu’elle vise à mesurer existe. Une balance déréglée, surestimant systématiquement le poids de 5 kg, produit ainsi une mesure invalide, mais cela ne veut pas dire que la propriété « peser un poids de x kg » n’ait pas de légitimité théorique, simplement que l’outil de mesure est mal calibré. Or, il ne va pas de soi que la description théorique de la cause des comportements d’obéissance que Milgram propose corresponde à une réalité unique. Des doutes concernant la légitimité théorique des hypothèses de Milgram ont été formulés très tôt. L’article le plus cité de Milgram fut d’abord soumis au Journal of Personality, en décembre 1961, d’où il fut rejeté. L’éditeur de cette revue, Edward E. Jones, justifia le rejet de la façon suivante :

vous êtes apparemment capable de produire des comportements qui sont, en un certain sens, choquants [...] mais vous n’avez pas de théorie claire [...] et par conséquent les processus psychologiques qui conduisent à l’acte d’obéissance demeurent mystérieux. [cité par Perry 2013]

25La lecture situationniste radicale des travaux de Milgram, selon laquelle ceux-ci visaient avant tout à mettre au jour des facteurs situationnels contrôlant le comportement indépendamment des états mentaux intentionnels, repose sur des données textuelles solides [Ross & Nisbett 1991]. Gina Perry cite ainsi une lettre envoyée à l’un des participants aux expériences en 1962, dans laquelle Milgram assume explicitement une position situationniste radicale : « dans les études auxquelles vous avez participé, nous nous intéressions à la question de savoir dans quelle mesure des changements dans la situation affecteraient le degré d’obéissance aux ordres de l’expérimentateur » [Perry 2013, chap. 8]. Mais c’est surtout dans l’ouvrage Obedience to Authority [1974], que Milgram expose sa propre vision des comportements d’obéissance manifestant une pure « absence de pensée » : la théorie de « l’état agentique » [agentic state], un état dans lequel l’agent est supposé devenir un « instrument » de la volonté d’autrui, insensible à la perception de valeurs [Milgram 1974]. Je pense avoir montré, dans ma discussion de la validité de ses mesures, que Milgram n’avait pas de raisons empiriques probantes justifiant de postuler l’existence d’un « état agentique ». Dans une revue récente de la littérature sur la validité des expériences de Milgram, Alexander Haslam et Stephen Reicher vont jusqu’à affirmer que « contrairement à la thèse largement répandue selon laquelle les gens se conforment aux ordres des autorités, que l’on considère de façon routinière comme le principal message à tirer des travaux de Milgram, il y a des preuves convaincantes que donner un ordre à quelqu’un est l’une des façons les moins sûres de s’assurer de sa coopération » [Haslam & Reicher 2017, 65]. Nous n’avons non seulement aucune raison empirique de penser que les sujets de Milgram agissaient de manière « agentique », c’est-à-dire qu’ils étaient devenus aveugles aux normes sociales, ainsi qu’aux raisons – mais bien plus : la littérature récente suggère qu’ils étaient capables de justifier leurs décisions [Hollander & Turowetz 2017], que le protocole expérimental incluait des formes d’argumentation [Gibson 2019] et que leur tendance à obéir étaient corrélée à leurs croyances relatives au caractère simulé des décharges « infligées » [Perry, Brannigan et al. 2020].

  • 9 Cela explique probablement pourquoi les expériences de Milgram ont été si souvent citées par les p (...)
  • 10 Pour une présentation synthétique de ces recherches, voir le chapitre 4 de [Kahneman 2011].

26D’un point de vue philosophique, on ne peut qu’être frappé par la modernité de certaines des idées de Milgram9, et noter aussi que quoique intéressantes et originales, elles n’ont pas une grande plausibilité empirique. L’idée selon laquelle il est possible de contrôler les comportements humains en faisant varier de subtils facteurs environnementaux a certes connu un grand succès au début des années 2000, notamment chez les psychologues se réclamant de « l’amorçage social » [social priming]10. À cet égard, Milgram a pu apparaître comme un précurseur, par sa volonté de mettre en évidence des modulations purement situationnelles du comportement. Mais dans ce domaine, bien des attentes ont été déçues : de nombreux résultats empiriques spectaculaires concernant le « pouvoir de la situation » se sont révélés impossibles à reproduire, lorsqu’ils ne reposaient pas purement et simplement sur des fraudes scientifiques [Baker 2015], [Schimmack, Heene et al. 2017]. Daniel Kahneman a radicalement changé d’avis sur ces questions, puisque, après avoir proposé une fervente revue de la littérature sur l’amorçage social dans Thinking Fast and Slow, il a, dans une lettre ouverte à Jonathan Bargh, exprimé publiquement ses doutes sur la réplicabilité des résultats qu’il avait pourtant lui-même présentés peu de temps auparavant [Kahneman 2012].

27Mais l’essentiel n’est pas le statut épistémique précaire des recherches actuelles adoptant, en psychologie sociale, le situationnisme radical. Le point le plus important qui ressort des discussions sur les comportements d’obéissance observés par Milgram est qu’il n’y a probablement pas d’explication causale unique et complètement univoque de ces comportements. Je rejoins à cet égard la conclusion prudente d’Ervin Staub :

il est improbable qu’un unique processus psychologique ait conduit à la conformité et au fait de continuer à coopérer d’une part, et au refus de coopérer de l’autre. Des processus variés peuvent naître de l’interaction entre la situation et la personnalité. [Staub 2014, 508]

28Autrement dit, il est possible qu’il existe des modulations situationnelles des comportements d’obéissance ; mais si elles existent, on ne peut pas exclure que ces modulations dépendent des attitudes propositionnelles des agents, notamment des normes qu’ils reconnaissent.

  • 11 On appelle « sens de l’agentivité » le fait de se percevoir soi-même consciemment comme la cause d (...)

29Dans deux études reposant sur une mesure implicite du sens de l’agentivité11, Emilie Casper, Axel Cleeremans et Patrick Haggard ont ainsi observé que l’existence d’une coercition dans une situation s’accompagnait d’une réduction du sens de l’agentivité, et donc de la responsabilité. Néanmoins, cette réduction du sentiment d’être responsable s’observe aussi bien chez les agents qui donnent les ordres que chez ceux qui les reçoivent. Ces résultats ne sont pas compatibles avec l’hypothèse de l’existence d’un « état agentique », lié à une disposition à l’obéissance, puisque s’il existait une telle disposition, on s’attendrait à observer une réduction du sens de la responsabilité plus importante chez les personnes faisant l’objet d’une coercition que chez celles qui exercent cette coercition. On peut donc supposer que la modulation du sens de la responsabilité soit plus liée à la présence d’autres agents, et donc à la participation à une action collective dans un cadre coopératif, qu’à l’obéissance au sens strict. Cette hypothèse se trouve renforcée par d’autres données empiriques suggérant que l’existence d’un contexte de coopération sociale réduit le sens de l’agentivité des personnes. Dans une étude fondée sur des mesures EEG Frederike Beyer et ses coautrices notent que dans une situation de prise de décision, la présence d’autres agents est corrélée négativement avec le sens de l’agentivité [Beyer, Sidarus et al. 2017]. Cela conduit les autrices de l’étude à soutenir qu’un contexte de coopération sociale réduit le suivi attentif [monitoring] des conséquences de nos actions. Il faut souligner qu’aucune de ces études ne va dans le sens de la thèse d’Hannah Arendt, selon laquelle certaines formes d’obéissance reposent sur une « absence de pensée ». L’inverse pourrait même en réalité être le cas. On sait en effet que la lecture mentale est une capacité computationnellement complexe [voir par exemple Scott-Phillips 2015]. Aussi est-il plausible de supposer que dans un contexte de coopération sociale, dans lequel cette capacité est fortement mobilisée, le suivi attentif des conséquences de nos décisions pourrait devenir plus difficile. Pour reprendre la conclusion de [Beyer, Sidarus et al. 2018, 12] :

le traitement de la sélection et de l’exécution des actions est compliqué par la cognition sociale, ce qui réduit la fluidité de la prise de décision.

30Ces travaux récents confirment que le fait qu’une action soit collective peut conduire à une réduction du sens de l’agentivité, et donc de la responsabilité personnelle. Cela pourrait contribuer à expliquer pourquoi les pressions de groupe s’exercent avec une si grande force lors d’opérations génocidaires. De fait, d’autres études suggèrent que le suivi attentif des conséquences des actions individuelles se trouve réduit dans les contextes où une coercition sociale s’exerce, en particulier les contextes militaires [voir Caspar, Christensen et al. 2016, Caspar, Cleeremans et al. 2018]. Il faut cependant insister sur le fait qu’une telle modulation contextuelle de la responsabilité individuelle n’est pas un effet aveugle de la situation : ces études montrent en effet que l’entraînement d’une part, et d’autre part l’existence d’une culture du suivi et de l’imputabilité des actions individuelles dans l’organisation militaire, ont un effet important sur le sens de la responsabilité [voir Caspar, Lo Bue et al. 2020].

5 Conclusion

  • 12 Pour un exemple de recherche combinant l’apport du situationnisme modéré et de l’étude des idéolog (...)

31Les résultats de Milgram, ainsi que les études plus récentes sur les effets des contextes de coopération sociale ou de coercition sur le sentiment de responsabilité, présentent incontestablement une pertinence pour expliquer la participation de personnes ordinaires aux crimes de masse et aux génocides. J’ai néanmoins soutenu que le « situationnisme radical », c’est-à-dire la thèse selon laquelle la référence à une disposition à l’obéissance est suffisante pour expliquer les comportements des perpétrateurs, devait être nuancée et complétée. À cet égard, les approches situationnistes devraient se garder du paralogisme de l’explication mono-causale : toute explication cherchant à comprendre pourquoi les perpétrateurs de génocides ont agi comme ils l’ont fait devrait se fonder sur l’identification d’une pluralité de facteurs causaux, certains relevant de la situation, d’autres de la culture ou de l’idéologie [Overy 2014]. La littérature sur la validité des expériences de Milgram révèle que les phénomènes d’obéissance qu’il a documentés ne sont pas indépendants des attitudes propositionnelles des agents, notamment de leurs valeurs, des normes qu’ils acceptent, ou de leur disposition à faire confiance à d’autres agents dans le cadre d’une coopération. Il n’y a donc aucune contradiction entre accorder une pertinence explicative à la situation, notamment au fait qu’une action prend place dans un contexte social où des pressions de groupe s’exercent, et continuer à accorder un rôle explicatif à des notions comme celle de culture ou d’idéologie12.

Haut de page

Bibliographie

Arendt, Hannah [1997], Eichmann à Jérusalem, Paris: Gallimard.

Asch, Solomon E. [1952], Group forces in the modification and distortion of judgments, dans Social Psychology, édité par S. E. Asch, Hoboken: Prentice-Hall, Inc, 450–501, doi: 10.1037/10025-016.

Asch, Solomon E. [1956], Studies of independence and conformity: I. A minority of one against a unanimous majority, Psychological Monographs: General and applied, 70(9), 1–70, doi: 10.1037/h0093718.

Baker, Monya [2015], Over half of psychology studies fail reproducibility test, Nature, 27, 1–3, doi: 10.1038/nature.2015.18248.

Bandalos, Deborah L. [2018], Measurement Theory and Applications for the Social Sciences, New York: Guilford Press.

Beyer, Frederike, Sidarus, Nura et al. [2017], Beyond self-serving bias: Diffusion of responsibility reduces sense of agency and outcome monitoring, Social Cognitive and Affective Neuroscience, 12(1), 138–145, doi: 10.1093/scan/nsw160.

Beyer, Frederike, Sidarus, Nura et al. [2018], Losing control in social situations: How the presence of others affects neural processes related to sense of agency, eNeuro, 5(1), ENEURO.0336–17.2018, doi: 10.1523/eneuro.0336-17.2018.

Bond, Rod & Smith, Peter B. [1996], Culture and Conformity: A meta-analysis of studies using Asch’s (1952b, 1956) line judgment task, Psychological Bulletin, 119(1), 111–137, doi: 10.1037/0033-2909.119.1.111.

Borsboom, Denny, Mellenbergh, Gideon J. et al. [2004], The concept of validity, Psychological Review, 111(4), 1061–1071, doi: 10.1037/0033-295X.111.4.1061.

Browning, Christopher R. [1993], Ordinary Men: Reserve Police Battalion 101 and the Final Solution in Poland, New York: HarperPerennial.

Burger, Jerry M. [2009], Replicating Milgram: Would people still obey today, American Psychologist, 64(1), 1–11, doi: 10.1037/a0010932.

Caspar, Emilie A., Christensen, Julia F. et al. [2016], Coercion changes the sense of agency in the human brain, Current Biology, 26(5), 585–592, doi: 10.1016/j.cub.2015.12.067.

Caspar, Emilie A., Cleeremans, Axel et al. [2018], Only giving orders? An experimental study of the sense of agency when giving or receiving commands, PLOS ONE, 13(9), e0204 027, doi: 10.1371/journal.pone.0204027.

Caspar, Emilie A., Lo Bue, Salvatore et al. [2020], The effect of military training on the sense of agency and outcome processing, Nature Communications, 11, 4366, doi: 10.1038/s41467-020-18152-x.

Chandler, David P. [1999], Voices from S-21: Terror and history in Pol Pot’s secret prison, Berkeley; Londres: University of California Press.

Cronbach, Lee J. & Meehl, Paul E. [1955], Construct validity in psychological tests, Psychological Bulletin, 52(4), 281–302, doi: 10.1037/h0040957.

Doris, John M. & Cushman, Fiery [2010], The Moral Psychology Handbook, Oxford; New York: Oxford University Press.

Friend, Ronald, Rafferty, Yvonne et al. [1990], A puzzling misinterpretation of the Asch “conformity” study, European Journal of Social Psychology, 20(1), 29–44, doi: 10.1002/ejsp.2420200104.

Gibson, Stephen [2013], Milgram’s obedience experiments: A rhetorical analysis, British Journal of Social Psychology, 52(2), 290–309, doi: 10.1111/j.2044-8309.2011.02070.x.

Gibson, Stephen [2019], Arguing, Obeying and Defying: A Rhetorical Perspective on Stanley Milgram’s Obedience Experiments, New York: Cambridge University Press, 1re éd., doi: 10.1017/9781108367943.

Goldhagen, Daniel Jonah [1996], Hitler’s Willing Executioners: Ordinary Germans and the Holocaust, London: Little, Brown and Co.

Griggs, Richard A. [2015], The disappearance of independence in textbook coverage of Asch’s social pressure experiments, Teaching of Psychology, 42(2), 137–142, doi: 10.1177/0098628315569939.

Haslam, S. Alexander & Reicher, Stephen D. [2017], 50 years of Obedience to Authority: From blind conformity to engaged followership, Annual Review of Law and Social Science, 13(1), 59–78, doi: 10.1146/annurev-lawsocsci-110316-113710.

Helm, Charles & Morelli, Mario [1979], Stanley Milgram and the obedience experiment: Authority, legitimacy, and human action, Political Theory, 7(3), 321–345, doi: 10.1177/009059177900700303.

Hollander, Matthew M. & Turowetz, Jason [2017], Normalizing trust: Participants’ immediately post-hoc explanations of behaviour in Milgram’s “obedience” experiments, British Journal of Social Psychology, 56(4), 655–674, doi: 10.1111/bjso.12206.

Huemer, Michael [2013], The Problem of Political Authority: An examination of the right to coerce and the duty to obey, Basingstoke: Palgrave Macmillan.

Kahneman, Daniel [2011], Thinking, Fast and Slow, Londres: Allen Lane.

Kahneman, Daniel [2012], A proposal to deal with questions about priming effects, e-mail, https://www.nature.com/news/polopoly_fs/7.6716.1349271308!/suppinfoFile/Kahneman Letter.pdf.

Kühne, Thomas [2017], The Rise and Fall of Comradeship. Hitler’s Soldiers, Male Bonding and Mass Violence in the Twentieth Century, Cambridge: Cambridge University Press.

Kühne, Thomas [2018], Nazi morality, dans A Companion to Nazi Germany, édité par A. N. Shelley Baranowski & C.-C. W. Szejnmann, Hoboken: John Wiley & Sons, 215–229, doi: 10.1002/9781118936894.ch13.

Leader Maynard, Jonathan [2022], Ideology and Mass Killing: The radicalized security politics of genocides and deadly atrocities, Oxford: Oxford University Press.

Milgram, Stanley [1974], Obedience to Authority: An experimental view, New York: Harper and Row, trad. fr [Milgram2017].

Milgram, Stanley [2017], Soumission à l’autorité, Pluriel, Paris : Fayard, trad. fr. par E. Molinié.

Mixon, Don [1972], Instead of deception, Journal for the Theory of Social Behaviour, 2(2), 145–178, doi: 10.1111/j.1468-5914.1972.tb00309.x.

Mixon, Don [1989], Obedience and Civilization: Authorized Crime and the Normality of Evil, London: Pluto Press.

Newman, Leonard S. [2002], What Is a “social-psychological” account of perpetrator behavior?: The person versus the situation in Goldhagen’s Hitler’s willing executioners, dans Understanding Genocide: The Social Psychology of the Holocaust, édité par L. S. Newman & R. Erber, New York: Oxford University Press, 43–67, doi: 10.1093/acprof:oso/9780195133622.003.0003.

Orne, Martin T. & Holland, Charles Howard [1968], Some conditions of obedience and disobedience to authority. On the ecological validity of laboratory deceptions, International Journal of Psychiatry, 6(4), 282–293.

Overy, Richard [2014], “Ordinary men,” extraordinary circumstances: Historians, social psychology, and the Holocaust, Journal of Social Issues, 70(3), 515–530, doi: 10.1111/josi.12075.

Perry, Gina [2013], Beyond the Shock Machine: The Untold Story of the Milgram Obedience Experiments, Melbourne: Scribe.

Perry, Gina, Brannigan, Augustine et al. [2020], Credibility and incredulity in Milgram’s obedience experiments: A reanalysis of an unpublished test, Social Psychology Quarterly, 83(1), 88–106, doi: 10.1177/0190272519861952.

Ross, Lee & Nisbett, Richard E. [1991], The Person and the Situation: Perspectives of social psychology, London: Temple University Press.

Roth, Paul A. [2010], Social psychology and genocide, dans The Oxford Handbook of Genocide Studies, édité par D. Bloxham & D. Moses, Oxford University Press, 198–216, doi: 10.1093/oxfordhb/9780199232116.013.0011.

Roth, Paul A. [2022], Au cœur des ténèbres. Pourquoi il n’y a pas de pourquoi, Paris : Hermann.

Russell, Nestar & Gregory, Robert [2021], Are Milgram’s obedience studies internally valid? Critique and counter-critique, Open Journal of Social Sciences, 09(02), 65–93, doi: 10.4236/jss.2021.92005.

Schimmack, U., Heene, M. et al. [2017], Reconstruction of a train wreck: How priming research went off the rails, Replicability Index, https://replicationindex.com/2017/02/02/reconstruction-of-a-train-wreck-how-priming-research-went-of-the-rails/.

Scott-Phillips, Thom C. [2015], Speaking Our Minds: Why human communication is different, and how language evolved to make it special, Basingstoke; New York: Palgrave Macmillan.

Staub, Ervin [2014], Obeying, joining, following, resisting, and other processes in the Milgram studies, and in the Holocaust and other genocides: Situations, personality, and bystanders, Journal of Social Issues, 70, 501–514, doi: 10.1111/josi.12074.

Stone, Caroline [2019], A defense and definition of construct validity in psychology, Philosophy of Science, 86(5), 1250–1261, doi: 10.1086/705567.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple, dans les études sur les génocides, [Browning 1993] et [Chandler 1999].

2 Voir [Goldhagen 1996], et plus récemment [Leader Maynard 2022].

3 Les traductions des textes en langue anglaise sont de l’auteur.

4 On peut noter que cette critique méthodologique de l’expérience n’est pas entièrement nouvelle. Elle est en effet anticipée dans [Orne & Holland 1968], qui dès 1968 suggéraient que de nombreux participants pouvaient avoir deviné qu’ils étaient victimes d’une supercherie.

5 L’annonce était formulée précisément ainsi : « Aidez-nous à réaliser une étude scientifique sur la mémoire et l’apprentissage » [voir Helm & Morelli 1979, pour une discussion].

6 Soulignons qu’à cet égard les participants avaient raison, puisque aucun tort n’a été causé par les décharges électriques ; il est significatif d’ailleurs que les torts bien réels qui ont pu être causés concernent les participants eux-mêmes, alors qu’ils sont souvent dépeints comme des bourreaux. Sur ce point, voir [Perry 2013].

7 Cette position est aujourd’hui largement partagée dans les études sur Milgram. Pour un point de vue opposé au mien, on peut cependant consulter [Russell & Gregory 2021]

8 Sur la distinction entre « construct validity » et « construct legitimacy », voir [Stone 2019].

9 Cela explique probablement pourquoi les expériences de Milgram ont été si souvent citées par les philosophes, malheureusement parfois de façon superficielle. Voir par exemple la présentation faite dans [Doris & Cushman 2010], qui a bien mal vieilli.

10 Pour une présentation synthétique de ces recherches, voir le chapitre 4 de [Kahneman 2011].

11 On appelle « sens de l’agentivité » le fait de se percevoir soi-même consciemment comme la cause d’une action.

12 Pour un exemple de recherche combinant l’apport du situationnisme modéré et de l’étude des idéologies, voir [Leader Maynard 2022].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Ludwig, « Pourquoi les perpétrateurs de génocides obéissent-ils ? »Philosophia Scientiæ, 28-2 | 2024, 33-52.

Référence électronique

Pascal Ludwig, « Pourquoi les perpétrateurs de génocides obéissent-ils ? »Philosophia Scientiæ [En ligne], 28-2 | 2024, mis en ligne le 24 mai 2024, consulté le 13 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/philosophiascientiae/4342 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11pu2

Haut de page

Auteur

Pascal Ludwig

Sciences, Normes et Démocratie, Sorbonne-Université, CNRS, UMR 8011, Paris (France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search