Navigation – Plan du site

AccueilNuméros8-1Néo-pragmatisme et incommensurabi...

Résumés

On distingue trois strates interdépendantes dans les paradigmes kuhniens : le savoir-faire expérimental, le formalisme, et les engagements ontologiques. Seul le niveau ontologique se trouve intégralement et explicitement exprimé dans le cadre du langage courant. Il semble donc qu’assimiler l’« incommensurabilité » des paradigmes à une intraductibilité revient à esquiver une partie du problème. Afin de compenser cette apparente incomplétude, une conception néo-pragmatiste et structuraliste de la physique est développée, en l’appuyant sur les réflexions d’A. Pickering et I. Hacking. Au lieu d’être marginalisé, le domaine des pratiques devient dans cette conception l’axe central où se définissent toutes les composantes de la connaissance, et où se décident toutes les questions, y compris celle de l’incommensurabilité.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je remercie Léna Soler, ainsi qu’un rapporteur anonyme de Philosophia Scientiæ, pour leurs remarques pertinentes et leurs critiques constructives.

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bitbol, « Néo-pragmatisme et incommensurabilité en physique »Philosophia Scientiæ, 8-1 | 2004, 203-234.

Référence électronique

Michel Bitbol, « Néo-pragmatisme et incommensurabilité en physique »Philosophia Scientiæ [En ligne], 8-1 | 2004, mis en ligne le 23 juin 2011, consulté le 29 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/philosophiascientiae/601; DOI: https://doi.org/10.4000/philosophiascientiae.601

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Kimé
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search