Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21Marx, « puissance » ou « force de...

Marx, « puissance » ou « force de travail ?

Claude Morilhat

Texte intégral

1(Ce texte s’appuie sur un ouvrage paru en 2017 aux Presses universitaires de Franche Comté, Marx : la formation du concept de force de travail.)

2Dans sa correspondance avec Engels, précisant la nature de ses innovations théoriques, le fondement de sa critique de l’économie politique, Marx souligne trois points : 1) l’analyse de la survaleur et de ses formes, 2) la distinction du travail abstrait et du travail concret (de là le dépassement de la théorie de la valeur-travail de Ricardo), 3) le concept de force de travail. Ces concepts à travers le réseau qu’ils constituent, représentent le cœur de sa théorie du mode de production capitaliste où les concepts de survaleur et de force de travail s’avèrent indissociables.

3Toutefois, entre l’annonce d’une critique de la politique et de l’économie politique en 1845 et la distinction dépourvue d’incertitude du travail et de la force de travail, la formulation maîtrisée du concept n’advient qu’au terme de presque quinze années d’activité théorique, d’une longue confrontation de Marx avec l’ensemble des doctrines économiques.

  • 1 T. Hobbes, Léviathan, [1651], trad. F. Tricaud, Paris, Sirey, 1971, chap. X, p. 83.
  • 2 Ibid., chap. XXIV, p. 262.
  • 3 Ibid., chap. XV, p. 150-151.

4Le développement des réflexions sur la production des richesses qui accompagne l’essor des rapports marchands et l’extension des rapports de production capitalistes aux débuts de l’époque moderne, se traduit par une attention nouvelle accordée au travail. L’activité économique tend de plus en plus à organiser les interactions entre les hommes au détriment des règles politiques ou religieuses vécues jusque-là comme immuables. Avec l’effacement des liens de dépendance personnelle propres aux sociétés traditionnelles, induit par le développement des relations marchandes entre individus, l’ins­cription de ceux-ci au sein des rapports sociaux n’est plus réglée par un ordre hiérarchique ancestral qui fixait des droits et des obligations inégaux, mais par les forces du marché. Aussi la place assignée aux simples travailleurs au sein de rapports sociaux dominés par la poursuite du profit ne va plus de soi. Apparemment les rapports entre échangistes égaux constituent un nouvel univers commun, la subordination de tous à quelques-uns voit se dissoudre son immémoriale évidence. Thomas Hobbes nous offre un témoignage explicite de l’appréhension de cette réalité nouvelle lorsqu’il affirme : « La valeur ou l’importance d’un homme, c’est comme pour tout autre objet, son prix, i.e. ce qu’on donnerait pour disposer de son pouvoir : aussi n’est-ce pas une grandeur absolue, mais quelque chose qui dépend du besoin et du jugement d’autrui »1. Les relations contractuelles volontaires, « l’exécution des conventions dans les achats et les ventes » règlent le régime social en train de s’imposer. Le développement des relations marchandes, vient saper l’ordre social ancien où l’interrogation quant à la valeur d’un homme n’avait de sens que s’il s’agissait d’un membre de l’aristocratie, cette valeur se trouvant alors estimée en fonction de l’honneur, de la vaillance, de la magnificence… Toutes qualités propres à la noblesse, les gens d’importance, quand le peuple regroupait la masse des gens de rien. Au contraire l’anthropologie matérialiste de Hobbes le conduit à poser l’égalité naturelle des hommes et à considérer que leur valeur sociale « est comme pour tout autre objet » leur prix. Le « pouvoir » de la plupart des individus se réduisant à leur capacité de travail, « le travail humain est lui aussi un bien susceptible d’être échangé en vue d’un avantage, comme n’importe quoi d’autre »2. Puisque « La valeur de toutes les choses qui font l’objet d’un contrat est mesurée par l’appétit des contractants : la juste valeur est donc celle qu’ils acceptent de fournir »3. C’est donc le marché, à travers le jeu de l’offre et de la demande, qui détermine seul la valeur de toute chose, dont le prix de chacun, de « son pouvoir » : le « pouvoir » de la plupart des individus se réduisant à leur capacité de travail. Le travail n’est ainsi qu’une marchandise comme les autres qui se vend et s’achète en vue « d’un avantage », d’un gain. L’échange entre le travailleur et l’employeur apparaît immédiatement semblable à l’échange d’un bien quelconque qui se déroule au marché entre le vendeur et l’acheteur grâce à la monnaie, la notion de « prix du travail » s’impose d’elle-même.

5Il s’agit là de l’une de ces vérités de sens commun étayée par les pratiques quotidiennes, sur lesquelles le discours de l’ensemble des économistes fera fond. De W. Petty à Ricardo, pour nous borner aux prédécesseurs de Marx, tous considéreront que le jeu de l’offre et de la demande détermine le prix naturel du travail et parlerons du « prix du travail ».

Du travail à la puissance de travail

6Dans les Manuscrits de 1844 l’économie politique se voit récusée en raison de sa méconnaissance, au profit de pures abstractions, de la réalité vécue dans les nations capitalistes par la masse des êtres humains. Marx lui oppose la nécessité de saisir l’essence du monde moderne, l’accumulation conjointe de la richesse et de la misère, en son principe l’aliénation de l’homme ; la perspective s’avère semblable dans La Sainte Famille où Proudhon se voit félicité pour avoir « fait de l’aspect humain l’élément décisif » et « rétablit l’homme dans ses droits ». Mais une profonde révolution théorique s’opérera à travers l’écriture de L’Idéologie allemande où se dessinent les linéaments de la conception matérialiste de l’histoire, invalidant radicalement la démarche spéculative, anthropologique des Manuscrits de 1844. Si l’économie politique n’était pas l’objet direct de La Sainte Famille et encore moins de L’Idéologie allemande, elle revient au premier plan avec Misère de la philosophie.

  • 4 K. Marx, Misère de la philosophie, Paris, Éditions sociales, 1961, p. 60, 61.
  • 5 Ibid., p. 65.

7Cette fois, le ton est bien différent. Alors qu’en 1844 Marx estime que Ricardo ne fait qu’accepter sans fard moralisant la logique économique établie et qu’il ne s’intéresse pas à l’homme, l’essence aliénée de celui-ci constituant alors pour Marx la base de la critique du discours des économistes, en 1847 au contraire, il loue « le langage si précis, si clair, si simple de Ricardo » et « son interprétation scientifique de la vie économique actuelle »4. Il accepte globalement les analyses ricardiennes et fait sienne alors la théorie de la valeur-travail de Ricardo, précisant déjà toutefois, que « La valeur du travail ne saurait pas plus servir de mesure à la valeur que la valeur de toute autre marchandise »5. À la suite des économistes, il estime que le salaire correspond à ce qui est nécessaire à l’entretien de l’ouvrier, et reprenant avec le vocabulaire les notions mises en œuvre par les économistes, notons qu’il parle à propos du salaire, comme eux, de « la valeur ou du prix du travail ». Même s’il suspecte les contradictions induites par cette assimilation, il n’est pas encore en mesure de distinguer ce que vend le travailleur et le travail effectué (objectivé), et donc de récuser l’idée de prix ou de valeur du travail. La nature spécifique de la valeur d’usage de « la marchandise travail », le caractère singulier de sa consommation par le capital, ne sont pas cernés, il en est de même concernant la distinction entre la circulation simple et l’échange entre capital et travail. Lors des conférences données à Bruxelles fin décembre 1847, Travail salarié et capital, malgré une analyse plus précise de la forme du travail salarié, de son inscription dans le procès de production, la distinction entre ce que vend l’ouvrier et ce que s’approprie le capitaliste n’est pas véritablement explicitée. Le salaire est toujours considéré comme le prix du travail bien que dans la même page, Marx évoque les marchandises que l’ouvrier « reçoit en échange de sa marchandise, la force de travail ». Acquis important en revanche, contrairement aux illusions persistantes des socialistes anglais il souligne avec force que les rapports inégalitaires entre ouvriers et capitalistes ne relèvent pas simplement de l’échange marchand inégal, mais renvoient au domaine de la production.

8La rectification des catégories de l’économie politique, la production de nouveaux concepts restent à venir, elles résulteront fondamentalement d’une nouvelle confrontation approfondie avec les économistes entreprise dès le début du séjour londonien, se trouvant à même de suivre au plus près l’essor du capitalisme au cœur de l’empire industriel et financier anglais, où il pourra également profiter des ressources de la bibliothèque du British Museum.

9Le retour de Marx à la critique théorique de l’économie politique se concrétisera par l’élaboration entre juillet 1857 et fin mai 1858 d’un ensemble de manuscrits désignés aujourd’hui sous le titre de Grundrisse. Ces cahiers nous livrent, à travers une analyse ample du système capitaliste, un premier état de la pensée économique proprement marxienne.

10Le travail étant considéré dans la société bourgeoise comme une mar­chandise, il est acquis, depuis Misère de la philosophie, que, comme toute autre marchandise il relève de la théorie de la valeur-travail. Dans le procès de circulation simple (avec l’argent comme médiation) tel qu’il se manifeste à la surface de la société bourgeoise, chacun des participants est propriétaire d’une marchandise qui n’a pas de valeur d’usage immédiate pour lui-même, mais seulement pour d’autres échangistes qui se trouvent dans une position symétrique. Et comme dans tout échange marchand, le capitaliste obtient contre son argent des marchandises dont la valeur d’usage sera à sa disposition.

11Mais l’une de ces marchandises s’avère singulière :

  • 6 K. Marx, Manuscrits de 1857-1858 « Grundrisse », trad. J.-P. Lefebvre, Paris, Éditions sociales (...)

« La valeur d’usage que peut offrir le travailleur face au capital, donc celle qu’il peut offrir d’une manière générale à d’autres, n’est pas matérialisée dans un produit, n’existe pas, tout simplement, en dehors de lui, n’existe donc pas réellement, mais seulement potentiellement, comme faculté. Elle ne devient réalité effective qu’à partir du moment où elle est sollicitée, mise en mouvement par le capital […] Dès qu’elle a été mise en mouvement par le capital, cette valeur d’usage existe comme telle activité productive du travailleur. »6

  • 7 Ibid., p. 215-216.
  • 8 Ibid., p. 401.

12La relation d’échange entre le travailleur et le capitaliste se déroule comme toute autre relation marchande entre des individus censés libres et égaux, même si la marchandise offerte par le travailleur apparaît d’une nature particulière, son existence seulement potentielle, qui conduit à s’interroger sur l’originalité de cet échange au sein de l’univers marchand. Un peu plus loin7, Marx souligne une autre particularité, en distinguant clairement la marchandise ordinaire destinée à la consommation qui, une fois l’échange réalisé contre l’argent, s’émancipe du rapport économique, « qui ne traduit plus qu’un rapport de l’individu pris dans sa naturalité, à un objet de son besoin singulier », de l’échange entre capital et travailleur où l’objet échangé quitte également l’espace de la circulation, mais dont la consommation se déroule sous d’autres formes du rapport économique, celles du procès de production. Aussi « la puissance de travail se comporte à l’égard du travail vivant comme à l’égard d’un étranger »8 puisque le travail effectif, l’activité productive, ne relèvent pas de la volonté du travailleur, mais sont mis en œuvre sous la domination, sous la direction du capital.

  • 9 Ibid., t. II, p. 51 et 84. (souligné par Marx)

13Partant, la distinction entre puissance de travail et travail se trouve formulée nettement en plusieurs passages des Grundrisse : « Ce que le capitaliste acquiert dans l’échange, c’est la puissance de travail : la valeur d’échange qu’il paye c’est ça. Le travail vivant est la valeur d’usage que cette valeur d’échange a pour lui, et c’est de cette valeur d’usage que surgit la survaleur et l’abolition de l’échange tout court », ou encore, « Ce n’est pas du tout le travail proprement dit qu’il paie, mais seulement la puissance de travail »9.

14S’il ne saurait y avoir de « valeur du travail », il y a évidemment une valeur de la puissance de travail :

  • 10 Ibid., t. I, p. 224.

« D’un point de vue général, la valeur d’échange de sa marchandise [celle de l’ouvrier] ne peut être déterminée par l’usage que fait l’acheteur de la marchan­dise, mais uniquement par la quantité de travail objectivé qu’elle recèle ; donc, ici, par la quantité de travail qu’il faut dépenser pour produire le travailleur lui-même. Car la valeur d’usage qu’il offre sur le marché n’existe que comme aptitude, comme capacité de son être physique ; elle n’a aucune existence en dehors de ce dernier. Le travail objectivé qui est nécessaire pour conserver en vie la substance générale qui donne vie à sa puissance de travail [Arbeitsvermögen], donc pour le conserver lui-même physiquement, aussi bien que pour modifier cette substance générale en vue de développer cette puissance particulière, c’est le travail objectivé dans cette substance générale. C’est lui qui mesure d’un point de vue général la quantité de valeur, la somme d’argent qu’il obtient dans l’échange. »10

  • 11 Ibid., t. II, p. 67. (souligné par Marx)
  • 12 Par ex. : t. I, p. 252, 260, 276…, t. II, p. 43, 61, 66, 105…

15L’activité laborieuse n’existe pas avant la mise en œuvre de la capacité, de la puissance de travail par le capital, elle ne saurait donc être vendue par le travailleur. Dans l’échange simple de marchandises se trouvent confrontées des quantités de travail objectivé, alors que dans l’échange entre travailleur et capital le premier obtient du travail objectivé quand le capitaliste s’approprie du travail vivant, créateur de valeur. La distinction ne saurait guère être formulée plus clairement. Mais Marx peut également, de façon plus confuse, dans une même page, souligner que la puissance de travail n’est pas égale au travail vivant qu’elle peut engendrer et parler encore de « cette valeur spécifique qui constitue la valeur du travail, le salaire »11 qui se distingue de la valeur de son produit. Plus globalement, quoique non formalisée, non stabilisée au niveau lexical, la distinction court de façon plus ou moins souterraine, plus ou moins explicite, au long des Grundrisse, d’où la persistance dans le manuscrit de l’usage de la notion « irrationnelle » (selon Le Capital) de prix ou de valeur du travail12.

  • 13 K. Marx, Contribution à la critique de l’économie politique, trad. M. Husson et G. Badia, Paris (...)

16C’est peu après la rédaction des Grundrisse que Marx propose une formulation du concept de capacité, de puissance de travail [Arbeitsvermögen] débarrassée définitivement de toute incertitude, cela dans un manuscrit rédigé dans la deuxième moitié de 1858, un « fragment de la version primitive » de la Contribution13. Bref, à la fin de 1858, au sein de la circulation simple, la nature singulière de l’échange capital/travail se trouve nettement, conceptuellement déterminée, ce à quoi n’étaient parvenus ni les économistes classiques, ni leurs critiques socialistes. Des Manuscrits de 1844 aux Grundrisse, le travail théorique marxien nous conduit de la simple récusation du discours des économistes, au nom de l’essence humaine aliénée, à la critique de l’économie politique développée à travers la production de concepts neufs, autorisant ainsi l’analyse du mode de production capitaliste. Mais en 1859, dans la Contribution à la critique de l’économie politique, le concept logiquement n’intervient pas puisque le rapport capital/travail devait seulement être envisagé dans le volume suivant.

1) Puissance ou force de travail ?

17Avec Le Chapitre VI (1864), finalement non intégré au Capital, qui a pour objet les « Résultats du procès de production immédiat », le rapport entre capital et travail se trouve bien sûr au centre du propos de Marx qui approfondit ses analyses antérieures. Mais l’on constate que dans ce texte, à côté du terme Arbeitsvermögen (puissance, capacité de travail) apparaît celui de Arbeitskraft (force de travail), Marx semble alors les considérer comme équivalents. Or, dans Le Capital le second aura presque totalement remplacé le premier, modification lexicale qui selon divers commentateurs correspondrait à une certaine inflexion de la pensée, voire à une rectification du concept. Le choix des mots n’étant pas dépourvu de signification (surtout dans un texte théorique et de plus s’agissant d’un concept marxien fondamental) l’on peut logiquement s’interroger sur la portée de ce changement de vocable.

  • 14 M. Vadée, Marx penseur du possible, Paris, Méridiens Klincksieck, 1992, p. 266 ; l’ouvrage cons (...)

18Jean-Pierre Lefebvre responsable entre autres de la traduction des Grundrisse et de celle de la quatrième édition du Capital parle de notion plus « ergonénergétique ». Il semblerait bien qu’à l’arrière-plan d’esprit aristotélicien discernable derrière la notion de puissance de travail se surimpose avec celle de force de travail un arrière-plan énergétiste, Marx n’ayant sans doute, pas plus qu’Engels, été indifférent au nouveau matérialisme scientifique qui se dessinait au milieu du siècle. Michel Vadée remarque que l’« On pourrait assimiler le travail vivant, ou travail en acte, à l’énergie cinétique (l’énergie du corps en mouvement) et la force de travail à l’énergie potentielle (la réserve énergétique du corps au repos) »14.

  • 15 A. Rabinbach, Le moteur humain, [1991], trad. M. Luxembourg et M. Cuillerai, Paris, La Fabrique (...)
  • 16 Ibid., p. 88-89.

19Ces remarques renvoient au contexte idéologico-théorique de la seconde moitié du XIXe siècle. Contexte envisagé dans un intéressant ouvrage, Le moteur humain,15 où A. Rabinbach étudie les rapports complexes entre la notion de travail, la science physique, l’économie politique… L’auteur rappelle l’importance du paradigme énergétiste en physique au milieu du XIXe siècle : « La thermodynamique concevait la nature comme une immense machine capable de produire du travail mécanique ou, selon les termes de von Helmholtz, “de la force de travail”. […] Le travail, à la fois grandeur et mesure, était un élément universel de la nature, auquel le corps au travail dans la société servait de comparaison »16. Les notions d’énergie, de force, de travail envahissant à l’époque la science physique, la physiologie, la technologie industrielle et l’économie. Dans ce cadre il consacre des développements conséquents, mais ces derniers plus que contestables à la notion de force de travail chez Marx.

  • 17 Ibid., p. 142. (souligné par C.M.)

20Rabinbach ne s’attarde pas sur la distinction puissance/force de travail dans la mesure où il se concentre sur l’essentiel à ses yeux, montrer que chez Marx, au travail conçu initialement en termes hégéliens se substitue dans les derniers textes une appréhension purement énergétiste. Ses considérations sur le concept de force de travail, négligeant la signification globale de la pensée marxienne aussi bien que les textes les plus explicites, se fondent sur une approche on ne peut plus radicale et simpliste : « La phénoménologie de la force de travail chez Marx n’est pas seulement contemporaine de la révo­lution scientifique de Helmholtz, elle en est la conséquence directe »17.

  • 18 Ibid., p. 136.
  • 19 Ibid., p. 132.

21Ainsi Rabinbach appréhende l’évolution de Marx sous un angle particulier. L’influence de la thermodynamique, du paradigme énergétiste qui marque le développement de la physique au milieu du siècle (où matière et force sont conçues comme indissociables, la nature appréhendée à partir de la manifestation multiforme de l’énergie), se voit attribuer par Rabinbach un rôle fondamentalement déterminant quant à la transformation de la conception du travail chez Marx. Toutefois pour étayer sa lecture il est amené à faire subir quelques violences aux textes : – ainsi Marx évoquant, dans Le Capital comme dans les textes antérieurs, l’échange métabolique entre l’homme et la nature, Rabinbach évacue cette permanence en n’y voyant que simple survivance métaphorique masquant un énergétisme fondamental18 ; – Marx soulignant les dimensions « à la fois sociale et physiologique » de la force de travail il dénonce là deux acceptions divergentes, le modèle physiologique l’emportant d’après lui dans Le Capital19.

  • 20 Ibid., p. 136, 137.

22Véritable lit de Procuste, le schéma énergétiste conduit Rabinbach à écrire que « Marx voit le corps travaillant comme une force naturelle parmi d’autres, toutes étant unies par l’équivalence de la Kraft », que sa « philosophie de l’histoire est dans l’ensemble indifférente à la distinction qualitative entre la force de travail humaine (dans son caractère social, en tant que capital) et toute autre force productive non-organique, naturelle ou technologique »20. Ce qui pour le moins implique que tant la théorie de la valeur-travail que l’idée de lutte des classes soient étrangères au Capital, puisque l’une et l’autre n’ont de sens que si l’activité sociale ne se confond pas avec les forces naturelles, ne leur est pas réductible. Ainsi, pour nous borner à la première, dans le procès de production les moyens de production voient leur valeur simplement conservée dans le produit quand, réalité singulière, la force de travail mise en œuvre, outre la reproduction de sa valeur crée une valeur nouvelle. L’on ne saurait plus clairement distinguer « force de travail humaine » et « force productive non-organique » contrairement à ce que prétend Rabinbach. Interprétation qui implique également de considérer comme négligeables, avec une superbe désinvolture, tous les textes où se trouve soulignée la nature fondamentalement sociale du travail abstrait.

  • 21 Ibid., p. 140.

23Si le monde humain ne constitue pas un empire dans un empire, dans le cadre de l’univers matériel il relève toutefois de lois spécifiques comme toute l’œuvre de l’auteur de L’Idéologie allemande comme du Capital s’efforce de le montrer. S’il est un penseur pour qui la consistance de la réalité sociale ne fait aucun doute, à condition de savoir lire, c’est bien Marx. Bref, Rabinbach nous propose une interprétation physicaliste où un possible rapprochement analo­gique suffit pour affirmer, par exemple, qu’avec la loi de la baisse du taux de profit Marx aurait « aussi découvert le principe de l’entropie à l’œuvre dans le capitalisme »21, ce qui vient mettre la touche finale supposée valider les énormités énoncées et l’ensemble de l’exégèse.

  • 22 K. Marx et F. Engels, Lettres sur les sciences de la nature, trad. J.-P. Lefebvre, Paris, Éditi (...)
  • 23 K. Marx, Le Capital, trad. sous la resp. de J.-P. Lefebvre, Paris, Éditions sociales, 1983, p.  (...)
  • 24 Ibid., p. 81-82 et 88.
  • 25 Sur le rapport de Marx aux sciences de la nature, voir A. Schmidt, Le concept de nature chez Ma (...)

24De plus, ce que l’on peut savoir de la formation de la pensée de Marx ne permet absolument pas d’affirmer, comme le fait avec un magnifique aplomb Rabinbach : que la conception de la force de travail dans le Capital est « la conséquence directe » de la révolution scientifique de Helmholtz. Il est vrai que Marx, dans deux lettres de l’été 1864, parle d’un « ouvrage scientifique très important » (Grove, La corrélation des forces physiques, 1855) qui démontre que les différentes forces naturelles « s’engendrent mutuellement, se remplacent, se transforment l’une en l’autre »22 ; enfin Le Capital renvoie à cet ouvrage dans une note23 à propos de la dépense « de substance vivante » liée à la durée de la journée de travail, mais il n’en sera plus question ultérieurement. Il convient en outre de remarquer que si l’intérêt de Marx et Engels pour les sciences de la nature s’avère constant, il prendra chez Marx une ampleur marquée surtout dans les années qui suivent la parution du Capital. Quant à Helmholtz, il se voit évoqué une première fois par Marx dans une lettre de juin 1875 où il en est question de façon plus que critique (« la doctrine absurde ») et uniquement à propos de ses théories sur l’origine de la vie ; un an plus tard Engels, dans une lettre à Marx, reproche à Helmholtz de réimprimer « les conneries qu’il avait fait publier avant Darwin… »24. Bref, le grossier réductionnisme naturaliste, physicaliste de Rabinbach s’avère indéfendable25.

  • 26 K. Marx, Grundrisse, t. I, p. 403.
  • 27 K. Marx, Le Capital, p. 188.
  • 28 Ibid., p. 199.
  • 29 M. Vadée, op. cit., p. 280.

25Si l’on revient aux textes, il paraît bien difficile de voir dans la substitution de force de travail à puissance de travail plus qu’une inflexion langagière, nulle rectification ne semble affecter le concept. Déjà dans les Grundrisse Marx écrit : « Ce que l’ouvrier libre vend, ce n’est toujours qu’une quantité déterminée et particulière de manifestation de force ; au-dessus de chaque manifestation de force particulière, il y a la puissance de travail en tant que totalité »26. Ainsi, des manifestations de force particulières se distingue ici simplement la puissance conçue comme englobante. Mais surtout si l’on prend en compte le texte suivant du livre I du Capital, il apparaît que Marx ne fait aucune différence : « Par force de travail ou puissance de travail nous entendons le résumé de toutes les capacités physiques et intellectuelles qui existent dans la corporéité, la personnalité vivante d’un être humain, et qu’il met en mouvement chaque fois qu’il produit des valeurs d’usage d’une espèce quelconque »27. L’équivalence des deux expressions est clairement affirmée. Quelques lignes après, évoquant la force de travail comme marchan­dise il parle du « libre propriétaire de sa puissance de travail ». Enfin, lorsque Marx nous dit qu’en rentrant dans le procès de travail, le travailleur « devient ainsi en acte une force de travail en action, alors qu’il ne l’était auparavant qu’en puissance »28, c’est bien s’agissant ici de « force de travail » le paradigme d’inspiration aristotélicienne qui se trouve encore à l’arrière-plan. Cette persistance témoigne selon M. Vadée de la stabilité du concept malgré l’évo­lution lexicale. Mais plus encore, Vadée montre qu’à travers la distinction persistante, puissance/acte, le concept de force de travail s’avère beaucoup plus riche que celui de force mécanique : « Marx souligne que l’homme se modifie par sa propre activité productive : il acquiert savoir-faire, habileté, pouvoir sur les choses. Il sort transformé du processus qu’il a lui-même engagé et mené à terme. Il a fait apparaître de nouveaux besoins, s’est créé de nouvelles habitudes, s’est “formé”. Dans le travail, l’homme s’engendre lui-même. Bref, il acquiert une nouvelle nature. C’est précisément cela que ne contient pas la notion de “force mécanique”. »29

  • 30 K. Marx, Grundrisse, t. I, p. 285, 447, 449, t. II, p. 39, 76, 189, 190, 262.

26Par ailleurs il signale qu’outre une occurrence dans L’Idéologie allemande, le terme Arbeitskraft est présent quelquefois dans les Grundrisse avant même donc qu’il n’en vienne à se substituer à Arbeitsvermögen dans Le Capital. Mais dans les Grundrisse30 l’expression force de travail (souvent au pluriel) ne s’op­pose pas alors au travail effectué, au travail mis en œuvre durant le procès de production, elle désigne le travail, les travailleurs par opposition au capital, aux conditions de travail ; il est question par exemple, « d’accumulation de forces de travail », de « combinaison de forces de travail » dans la grande industrie, « des forces de travail existant simultanément ». Plus singulier, le vocable (non le concept bien sûr, la force de travail n’étant pas distinguée alors du travail) est déjà utilisé plusieurs fois par Engels dans l’Esquisse de 1844, texte auquel Marx accordait une grande importance. Le terme lui était donc familier bien avant son usage spécifique dans Le Capital.

  • 31 K. Marx, Manuscrits de 1861-1863 (Cahiers I à V), trad. sous la resp. de J.-P. Lefebvre, Paris, (...)
  • 32 L. Sève, Penser avec Marx aujourd’hui, t. III, « La philosophie » ?, Paris, La Dispute, 2014, p (...)
  • 33 J. Bidet, Que faire du « Capital » ?, Paris, Klincksieck, 1985, p. 144-145.

À l’occasion de développements approfondis ayant trait à la catégorie de possible, d’origine aristotélicienne, L. Sève (reprenant une remarque de M. Vadée) semble penser que l’effacement, dans Le Capital de l’expression « puissance de travail » au profit de « force de travail » s’explique par la volonté de Marx d’éviter l’ambiguïté du mot Vermögen qui signifie à la fois fortune, richesse et d’autre part faculté, puissance. Le premier sens conduisant l’économie vulgaire à faire de la force de travail le capital du travailleur. Ambiguïté que Marx évoque une fois très brièvement dans les Manuscrits de 1861-186331. Si l’argument est théoriquement pertinent, cohérent, la force explicative intrinsèque de cette remarque, semble-t-il isolée, quant à la substitution opérée plus tard par Marx peut paraître toutefois des plus ténue32. J. Bidet quant à lui, se situe dans une perspective beaucoup plus englobante. Dans les textes qui vont des Grundrisse à la version française du Capital il estime que l’on « voit Marx élaguer progressivement certains développements catégoriaux issus de la philosophie allemande et notamment hégélienne », le couple sujet/objet et la terminologie connexe, les formulations au caractère anthropologique marqué vont en s’effaçant, l’on passe ainsi du « travail comme sujet », de la puissance de travail, à la « force de travail »33 aux connotations plus scientifiques. Cette analyse s’avère assez fragile dans la mesure où M. Vadée montre la persistance du vocabulaire d’inspiration hégélienne et aristotélicienne dans Le Capital, dans la mesure également et surtout où les textes du Capital cités précédemment ne prêtent guère à équivoque.

27Ainsi tant Sève que Bidet, bien que différemment, font de l’élaboration proprement théorique le ressort fondamental de cette substitution, pour le premier Marx veut simplement éviter une ambiguïté lexicale quand le second évoque une inflexion philosophique importante. Mais l’on peut penser plus simplement, plus trivialement, que la forte présence de la notion de force au sein de l’univers intellectuel dans la deuxième moitié du XIXe siècle a pu jouer un rôle déterminant dans cette modification terminologique, Marx n’étant pas insensible à l’évolution du champ linguistico-idéologique. Cela d’autant plus qu’il a toujours dénoncé les oppositions mécaniques, métaphysiques, entre nature et histoire, société. La présence insistante du terme « force » dans le vocabulaire des sciences de l’époque, l’approche unifiante de la nature qu’il laissait entrevoir, permettent de comprendre l’attrait qu’il a pu exercer sur Marx, qu’il l’ait substitué au terme « puissance » tout en les considérant comme équivalents, mais cela ne suffit pas pour faire du concept de force de travail un sous-produit de la révolution énergétiste.

Haut de page

Notes

1 T. Hobbes, Léviathan, [1651], trad. F. Tricaud, Paris, Sirey, 1971, chap. X, p. 83.

2 Ibid., chap. XXIV, p. 262.

3 Ibid., chap. XV, p. 150-151.

4 K. Marx, Misère de la philosophie, Paris, Éditions sociales, 1961, p. 60, 61.

5 Ibid., p. 65.

6 K. Marx, Manuscrits de 1857-1858 « Grundrisse », trad. J.-P. Lefebvre, Paris, Éditions sociales, 1980, t. I, p. 207.

7 Ibid., p. 215-216.

8 Ibid., p. 401.

9 Ibid., t. II, p. 51 et 84. (souligné par Marx)

10 Ibid., t. I, p. 224.

11 Ibid., t. II, p. 67. (souligné par Marx)

12 Par ex. : t. I, p. 252, 260, 276…, t. II, p. 43, 61, 66, 105…

13 K. Marx, Contribution à la critique de l’économie politique, trad. M. Husson et G. Badia, Paris, Éditions sociales, 1957, p. 252-253-254.

14 M. Vadée, Marx penseur du possible, Paris, Méridiens Klincksieck, 1992, p. 266 ; l’ouvrage consacre une vingtaine de pages denses (269 à 291) au concept de force de travail.

15 A. Rabinbach, Le moteur humain, [1991], trad. M. Luxembourg et M. Cuillerai, Paris, La Fabrique, 2004.

16 Ibid., p. 88-89.

17 Ibid., p. 142. (souligné par C.M.)

18 Ibid., p. 136.

19 Ibid., p. 132.

20 Ibid., p. 136, 137.

21 Ibid., p. 140.

22 K. Marx et F. Engels, Lettres sur les sciences de la nature, trad. J.-P. Lefebvre, Paris, Éditions sociales, 1973, p. 32 et 33.

23 K. Marx, Le Capital, trad. sous la resp. de J.-P. Lefebvre, Paris, Éditions sociales, 1983, p. 589.

24 Ibid., p. 81-82 et 88.

25 Sur le rapport de Marx aux sciences de la nature, voir A. Schmidt, Le concept de nature chez Marx, [2e éd., 1971], trad. J. Bois, Paris, PUF, 1994. Voir aussi les travaux de John Bellamy Foster.

26 K. Marx, Grundrisse, t. I, p. 403.

27 K. Marx, Le Capital, p. 188.

28 Ibid., p. 199.

29 M. Vadée, op. cit., p. 280.

30 K. Marx, Grundrisse, t. I, p. 285, 447, 449, t. II, p. 39, 76, 189, 190, 262.

31 K. Marx, Manuscrits de 1861-1863 (Cahiers I à V), trad. sous la resp. de J.-P. Lefebvre, Paris, Éditions sociales, 1979, p. 43.

32 L. Sève, Penser avec Marx aujourd’hui, t. III, « La philosophie » ?, Paris, La Dispute, 2014, p. 252-253. 

33 J. Bidet, Que faire du « Capital » ?, Paris, Klincksieck, 1985, p. 144-145.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Morilhat, « Marx, « puissance » ou « force de travail ? »Philosophique [En ligne], 21 | 2018, mis en ligne le 18 juin 2021, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/philosophique/1104 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philosophique.1104

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search