Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21Une nouvelle boussole économique

Une nouvelle boussole économique

[Charles Fourier et l’économisme]
Chantal Guillaume

Texte intégral

1La lecture de Fourier que nous voudrions privilégier trouve sa légitimité dans un questionnement contemporain sur l'économie, sa nature et sa place. Nous voudrions montrer que Fourier a l'audace de remettre en question les présupposés de l'économie de son siècle. Il pressent, dès les linéaments du développement du capitalisme industriel et marchand, les aberrations et excès de celui-ci : embryon d'une économie en démesure, menacée par des dérèglements et crises récurrentes.

2Nous avons pris l'habitude de retenir de nos parcours de lecture dans cette œuvre foisonnante, sa philosophie des passions, sa théorie de l'Harmonie sociale, son utopie phalanstérienne. Il propose ce qu'il appelle des boussoles, morales, passionnelles, politiques pour explorer des continents inconnus, extérieurs à la pensée philosophique académique. Il se compare lui-même à Christophe Colomb, découvreur d'un nouveau monde. Sa pensée va aux antipodes du connu, de l'exploré et explorable pour subvertir la pensée convenue. Or, il nous semble que dans le domaine économique, en sachant qu'il n'est pas économiste au sens scientifique du terme, il propose une nouvelle boussole pour inverser l'ordre socio-économique existant. Sa méthode de l'écart absolu, sa pensée en contre-marche l'incitent à oser faire une critique radicale du capitalisme en opérant une coupure épistémologique avec le champ du savoir constitué. Et de fait, il n'est pas économiste, ce qui lui permet de se décaler de la science officielle, de n'être soumis à aucune autorité savante tutélaire. Il revendique seulement son expérience de sergent de boutique comme il se nomme lui-même, pour en faire un observatoire privilégié des mécanismes économiques. Il sera le témoin des spéculations marchandes de son siècle, des manipulations sur les prix et fera état pour exemple de la destruction scandaleuse de denrées agricoles pour faire monter les prix. Toute sa représentation d'un Nouvel ordre sociétaire trouve son fondement dans l'analyse qu'il fait des dysfonctionnements de l'économie industrielle et marchande dans laquelle il est grandement impliqué. Il vouera d'ailleurs au commerce et aux commerçants une haine indéfectible. Aussi il fustigera la révolution politique de 1789 qui ne conduit pas à régler la question sociale, le problème économique de la pauvreté. Il fait la démonstration toujours vraie que pour comprendre cette réalité économique, il faut s'écarter des routes connues, être en rupture par rapport à un cadre conceptuel admis. Là se situe la puissance critique de l'utopiste qui déplace les lignes, les limites du concevable, de l'imaginable.

  • 1 Fourier Charles, Manuscrits de la Phalange, Revue de science sociale, tome X, 1821, p. 275. Tou (...)

3Ainsi il va inventer la langue pour nommer ces nouveaux pouvoirs, l'économisme, l'industrialisme pour en dénoncer les effets néfastes, les impasses auxquelles ils conduisent. Il se place sur ce terrain de l'économie sans craindre de ne pas appartenir à ce champ du savoir. Et plus, il finit par démontrer qu'il ne faut pas être économiste pour conserver la distance critique nécessaire. Les Manuscrits de la Phalange publient une lettre de Jean-Baptiste Say, reproduite par Fourier lui-même, édifiante pour comprendre l'extraterritorialité de notre penseur, celle-là même qui permet de produire une autre vérité. «J'ai lu les articles de M. Fourier sur les garanties sociales. Il s'est absolument mépris sur l'objet de l'économie politique. Il a cru, comme les devanciers, qu'elle avait pour objet la bonne direction, le bon gouvernement de la société ; mais il a été prouvé qu'une science n’a pas pour but de faire (c'est l'objet de l'art) mais de dire ce qui est. L'économie politique fait connaître la philosophie sociale. Il faut partir de là pour diriger la société. Vouloir que les économistes fassent la société, c'est demander au physiologiste qu'il change notre manière de nous diriger ou de nous reproduire1 ».

  • 2 Fourier Charles, Théorie de l'Unité Universelle, tome II, volume 2, p. 123.

4Jean-Baptiste Say réfute Fourier dans sa prétention à vouloir donner une direction, un bon gouvernement à la société ; ce n'est pas la finalité de l'économie de donner des solutions pour traiter la question sociale, celle de la pauvreté ou de l'injustice. L'économie prétendument scientifique dévoile la vérité des lois de l'économie aussi naturelles que celles de la physiologie. Il y aurait donc pour Say une réalité économique essentialisée, naturalisée que l'on ne pourrait pas changer ou réformer. Cette scientificité fait de la théorie économique la vérité sans pouvoir intervenir sur ses lois, ses mécanismes. Si on entend bien monsieur Jean-Baptiste Say, c'est à la société de s'adapter aux lois de l'économie et non l'inverse. Pratiquer l'écart absolu signifie pour Fourier mettre en doute cette scientificité, cette posture épistémologique qui interdit toute politique sociale de réforme. La réalité économique pour lui relève d'une décision d'organisation de production et d'échanges pour mettre en œuvre la redistribution la plus juste L'économie devrait ainsi être résolu­ment une science sociale et politique témoignant de choix affirmés. Elle ne peut pas se soumettre à un ordre déjà là, naturalisé. Fourier finit par créer le néologisme pour ironiser sur cette prétendue science, l'économisme. Il invente une sémantique de combat pour fustiger les présupposés de la pensée dominante. Il va le définir cet économisme, comme une science faisant allégeance à la logique de la spéculation et de la recherche sans fin de l'enrichissement contre cette idée que l'économie véridique au contraire devrait être au service des besoins et fins de la société. « L'économisme qui promettant aux nations des richesses, n'enseigne que l'art d'enrichir les traitants et sangsues, doubler les impôts, dévorer l'avenir par les emprunts fiscaux et négliger toute recherche sur l'association domestique, base de l'économie2 ».

  • 3 Voir Polanyi Karl, la grande transformation, Gallimard, 1983.

5L'économisme est ainsi la science qui valorise les affaires, la spéculation aux dépens d'une économie des besoins sociaux. Elle génère par son but unique, l'accroissement des richesses, des dérèglements et des artifices nuisibles : endettement, fiscalité lourde, injustice. Cette science construit son cadre théorique sur ce présupposé du nécessaire enrichissement comme fin en soi. Fourier opposera à cette organisation économique, l'association des producteurs et consommateurs pour se délivrer des excès de cette économie spéculative, en quête de valeur ou de profit mais sans finalité de justice et de bonheur social. Banqueroutes, crises de surproduction, inégalité et appauvrissement sont déjà les symptômes de cet économisme qui impose une logique de croissance sans interroger les moyens et les fins : que produire, comment et pourquoi ? L'économisme est une pensée qui s'affranchit de la réflexion sur les finalités : elle focalise l'activité de production sur le seul critère de la quantité de marchandises, sur l'accumulation et la circulation de celles-ci, sans en questionner les effets délétères. Fourier pense en visionnaire les excès du capitalisme naissant, augmenter la production sans avoir encore inventé le consommateur pour la marchandise-valeur. Le cadre conceptuel de l'économisme fait dominer l'homo oeconomicus, producteur et consommateur mais détaché des autres dimensions de l'être. Fourier pressent que cette économie-là s'autonomise, n'est plus enchâssée3 dans l'organisation sociale. Il questionne les mécanismes qui se mettent en place et il découvre la puissance de la raison économique susceptible de déterminer l'ordre social sans pouvoir l'infléchir. Il va opposer l'ordre des passions et désirs à l'ordre des calculs et utilités économiques.

  • 4 Le Nouveau Monde Industriel et sociétaire, tome VI, p. 35.
  • 5 Théorie de l'Unité Universelle, tome IV, volume 3, p. 143-144.
  • 6 Desroche Henri, la société festive : du fouriérisme écrit au fouriérisme pratiqué, Seuil, 1975.

6Ainsi Fourier peut-il mettre en exergue les paradoxes de cette nouvelle économie, elle crée simultanément la richesse et la pauvreté, la pauvreté naît en civilisation de l'abondance même4 (il donne en exemple l'Angleterre, nation industrielle riche avec un si grand nombre de pauvres), c'est-à-dire les éléments du bonheur mais pas le bonheur. Paradoxe de l’économisme qui augmente certes la richesse mais la concentre à un point tel qu’elle aggrave l’indigence. La pauvreté découle de l’abondance, de la production en excès. Fourier est l’observateur de cette aberration de l’économie industrielle capitaliste. D’autre part, l'idée qu'il y aurait une réalité économique qui ne dépendrait pas de choix politiques et sociaux, induit de se soumettre à cette réalité sans pouvoir la transformer, la réformer. L'inventeur social, utopiste casse-cou5 comme il se nomme pour affirmer la « réalisabilité »6 de son projet de communautés phalanstériennes, ne peut que se démarquer des prétentions de l'économisme, qui selon son analyse irait à contre-sens des destinées sociales.

  • 7 Les tomes VIII et IX des œuvres de Fourier portent ce titre éloquent : la Fausse industrie, mor (...)
  • 8 Le Nouveau Monde industriel et sociétaire, tome VI, p. 139.
  • 9 Le Nouveau monde industriel et sociétaire, tome VI, p. 393.

7L'économisme a son corollaire, l'industrialisme ou la tendance à dévelop­per l'industrie de manière fausse7 ou anarchique : surproduction, importation et exportation en excès de marchandises de piètre qualité, travail industriel répugnant… Les contre-sens industriels que Fourier révèle sont aussi attribués à l'économisme car l'industrialisme est l'autre face de ce même système. Il entretient l'industrialisme puisqu'il s'agit de produire et produire sans s'adapter à des besoins et utilités sociales. Celui-ci est industrie en démesure, disproportionnée générant des dérèglements, la grande industrie qu'il oppose à l'industrie attrayante, nécessairement à une autre échelle. Ainsi il fait cette distinction féconde entre la manufacture usuelle et la manufacture spéculative8 qui témoigne de sa volonté de limiter le développement industriel ou le faire servir des fins utiles. Cette économie s'est bien émancipée des nécessités sociales par sa tendance à l'illimitation : « Les deux Amériques renferment à peine 40 millions d'habitants en déduisant les sauvages et les nègres et la populace des pays chauds qui est presque nue, il ne reste que 20 millions d'individus à vêtir. Si on porte des étoffes pour 100 millions il y aura engorgement et refoulement. C'est ce qu'ont fait en 1825 nos marchands de culottes et ceux d'Angleterre9 ».

  • 10 La fausse industrie, tomme VIII, volume 1, p. 328 (note).

8Fourier a une drôle de façon de faire de l'anthropologie et de l'économie du vêtement mais reconnaissons qu'il a l'intuition que l'économie de son siècle est portée au productivisme et à l'extension des échanges commerciaux sans limite. Cet engorgement de marchandises qui n'a pas encore trouvé son consommateur pourrait être source de crises et serait emblématique de cet industrialisme. Cette pléthore de marchandises est sans fondement, sans rationalité, d'autant qu'elle se confond aussi avec une baisse de qualité de celles-ci. : « On ne trouve plus guère de marchandises au progrès, de belle apparence, et de nulle valeur ; comme les habits dont la couleur change en peu de jours, et dont il faut envoyer recoudre les boutons et les poches le lendemain10 ». L'industrialisme finit par avoir sa cohérence, la surproduction, la baisse de qualité et même Fourier l'annonce, l'obsolescence des marchandises qui ferait tenir ce système. Il faudrait casser la vaisselle, tâcher ses vêtements pour entretenir la démesure de cette économie. La valeur d'échange va bien prendre le pas sur la valeur d'usage dans cette économie industrielle. Celle-ci ne peut reposer que sur l'exacerbation des besoins et par conséquent du travail. Il y aurait comme un emboitement des effets négatifs de cette logique d'accumulation.

  • 11 Théorie de l'Unité universelle, tome IV, volume 3, p. 209.

9« Réfutons à propos de ces épargnes, un étrange sophisme des économistes qui prétendent que l'accroissement illimité du travail manufacturier est un accroissement de richesses, d'où il résulterait que si on amenait tous les individus à user quatre fois plus d'habits, le monde social atteindrait à une quadruple richesse en travail manufacturier. Il n'en est rien : leur réel calcul est faux sur ce point, comme sur le vœu d'accroissement illimité de population ou viande à canon. La richesse réelle en Harmonie se fonde : sur la plus grande consommation possible en variété de comestibles ; sur la plus petite consommation possible en variété de vêtements et mobilier11 ».

  • 12 Voir le beau texte de TACUSEL Patrick, Charles Fourier, le jeu des passions, Actualité d'une pe (...)

10Toujours Fourier dénonce les apories de l'économisme, qui ferait admettre ce raisonnement faux, la richesse résiderait dans l'intensification du travail industriel qui se traduirait par une consommation démesurée des biens produits et donc par l'obsolescence forcée de ceux-ci. User quatre fois plus d'habits donc travailler quatre fois plus que nécessaire : telle est la prémisse de cette théorie économique. Ces marchandises fabriquées en excès doivent être consommées et consumées rapidement, ne doivent pas durer. Ainsi la pensée fouriériste anticipe les outrances de l'économie marchande capitaliste : imposer une certaine forme de richesse sans évaluer les incohérences et sacrifices qu'elle induit. La prospérité pour cette économie ne peut provenir que de l'augmentation de la production matérielle et donc du travail nécessaire pour parvenir à ce but exclusif. À l'opulence fictive ou illusoire fondée sur la consommation excessive de biens matériels, il oppose la consommation de comestibles, de denrées agricoles de qualité, de mets les plus délicieux pour accroître le plaisir des sens. La gastrosophie telle que la pense notre utopiste postule que la richesse se situe dans les biens du corps comme dans ceux de l'âme car la philosophie de la gastronomie promeut l'art des banquets par l'association ou attraction des convives, par le raffinement des mets. La multiplication des liens sociaux et le luxisme ou plaisir de tous les sens qui se confondent avec la sensualité, valent bien la surconsommation de biens manufacturés. Fourier conçoit une philosophie du bonheur social qui assigne des limites à la croissance industrielle, au nom de valeurs ignorées de l'économisme : la variété des plaisirs, l'attraction des passions sensitives, affec­tives, sensuelles, et le refus du travail outré comme il le dénomme. Le mode industriel de production perd de son sens s'il n'est pas finalisé par l'accroissement de la socialité et de l'harmonie sociale. On est opulent si l'on déguste des mets bons et beaux, si l'on cultive la passion cabaliste ou l'émulation dans la gastronomie, si l'on apprend à composer des réunions harmo­nieuses de convives. L'aesthésis ou l'esthétique comprise comme la connaissance de tout ce qui relève des sens, de la sensibilité et de la sexualité, trouve sa place dans cette science sociale neuve qui serait incomplète sans cette dimension12.

  • 13 La Fausse industrie, tome VIII, volume 1, p. 95-96

11Le travail lui-même lorsqu'il n'est pas réduit à sa seule dimension productive industrielle est facteur d'attractions passionnées, de plaisirs dans la combinaison des passions : la papillonne, (l'alternance des tâches), la composite (l'enthousiasme pour le collectif et l'union des plaisirs du corps et de l'âme), la cabaliste (ou l'émulation, l'intrigue). L'organisation du travail en Séries passionnées, constituées elles-mêmes de groupes et sous-groupes, génère une pluralité de goûts, de sentiments et d'accords, indispensables à « l'être-ensemble ». Tout ce qui concourt à faire sortir l'individu de lui-même est favorisé, par la multiplication et la ramification des liens sociaux établis et consolidés dans les différentes séries. L'équilibre social composé est conçu pour absorber les égoïsmes dans le Nous collectif des séries : « l'essor composé est l'égoïsme collectif, le Nous qui identifie le bien de l'individu avec celui des masses ou corporations dont il fait partie13». Chacun devenant co-intéressé dans cette logique de la participation à plusieurs séries, contribue à l'intérêt de tous sans coercition. Les Séries passionnées intègrent les désaccords, les antipathies et divergences d'intérêts ; la cupidité dans un groupe est contrebalancée par la générosité dans un autre groupe. Ainsi la cohésion sociale ne peut pas être le résultat de la seule organisation économique, ce sont les passions et les désirs qui la débordent et l'entretiennent. C’est tout l’intérêt de cette pensée des passions les plus variées, les plus détonantes de pouvoir compléter et enrichir l’ordre économique et social. Et il n'y aurait pas d'homogénéisation forcée du corps social car la pensée imaginative de Fourier laisse place à une architec­tonique en réseaux des passions multiples et diverses. L'unité sociale ne se décline pas en uniformité, les singularités trouvent au contraire les moyens de coopérer ensemble. Les attractions sociales ne sont pas spontanées mais au contraire exigent d'être pensées et organisées parce que l'utopie fouriériste ne prétend pas changer la nature humaine. Ainsi l'imaginaire social de Fourier peut réconcilier l'intérêt individuel avec l'intérêt commun, sans contrainte hétéronome et finir par obtenir que l'égoïsme devienne collectif !

12Cette inversion des évidences de l'économisme et cette conception d'une nouvelle boussole économique construisent une toute autre philosophie de la richesse ; Fourier va l'approfondir par des distinctions conceptuelles qui tra­duisent une pensée sociale extravagante dans le meilleur sens du terme. Il est symptomatique qu'il propose une réflexion avec de nombreuses entrées sur ce problème de la richesse. Il ne se laisse pas mystifier par cette prospérité promise par la société marchande de son siècle qui en même temps invente le travail répugnant et le bagne industriel sans amélioration de la condition sociale. Il situe l'opulence dans les biens d'une autre nature, dans les bénéfices sociaux d'un ordre sociétaire radicalement autre.

  • 14 Fourier Charles, Manuscrits publiés par la Phalange, Revue de science sociale, tome X, 1821, p. (...)
  • 15 Théorie de l'Unité Universelle, tome IV, volume 3, p. 209.

13Ainsi il différencie le luxe en positif et le luxe en négatif14 : le premier est valorisation de biens comestibles comme nous l'avons entrevu, que l'on peut varier et renouveler à l'infini ; le luxe en négatif consiste lui en jouissance passive de biens matériels qui n'ont pas vocation à être remplacés sous peine de travailler de manière intensive. Un meuble, une charpente, un couvert ont une durée de vie quasi éternelle. Au contraire varions et multiplions les plaisirs de table et de consommation de denrées agricoles de qualité. Fourier distingue la quantité et la variété pour se démarquer déjà d'une économie en croissance destructrice de valeurs. Le luxe en négatif ne signifie pas privation ou frustration ni même plaisir triste puisque dans cette proposition on n'est pas privé « de la variété infinie de vêtements et en mobilier mais la moindre consommation »15. La variété et la qualité valent bien cette tendance à l'accroissement de quantité conforme à l'expansion du capital. La variété vaut aussi pour les plaisirs qui s'opposent à la monotonie.

  • 16 Ibid., p. .29.
  • 17 Un lecteur japonais de l'utopiste, Tomomi Fukushima remarque même que Fourier anticipe « des ca (...)

14Ajoutons à ce foisonnement de qualificatifs pour différencier plusieurs sortes de richesses : la richesse positive, négative et relative16. La première est obtenue par l'activité industrielle active comprise dans son sens le plus étendu. Il s'agit d'optimiser la production manufacturière et agricole par des calculs de bénéfices, par des méthodes appropriées qui ressembleraient en agriculture à l'agro-écologie contemporaine17. L'association et le travail organisé en séries favorisent cette augmentation des bénéfices, des rendements. L'ordre combiné, la mutualisation des moyens (un seul grenier, une seule cuve à lait…) ou la coopération contribuent à cet accroissement de l'abondance. Fourier sait s'auto-exalter quand il évoque ces prodiges industriels susceptibles de quadrupler, quintupler les produits…

  • 18 Ibid., tome IV, volume 3, p. 32.

15La richesse négative quant à elle se traduit par ce résultat attractif : on s'enrichit sans travailler, en décuplant les biens sans surcroit de travail : en pêchant sans mettre en danger la ressource, en chassant les loutres qui mangent le poisson, en pêchant en temps opportun, en respectant les périodes de reproduction. La richesse négative se compose de « germes non développés et dont on peut sans travail décupler le produit18 ». In fine, l'économie telle que la conçoit Fourier serait l'épargne de travail, de peines et d'efforts pour gagner en plaisirs. En Harmonie sociétaire, il n'y a pas de dépense de clôture, d'armes, de gardiens car il n'y a pas de voleurs : c'est un exemple de richesse négative. L'unité sociale produit une richesse non évaluée en civilisation car celle-ci ne fait que quantifier sans examen des effets négatifs de ces valeurs marchandes.

16On est bien loin d'une économie en démesure, d'une hubris industrielle telle qu'elle a fini par s'imposer progressivement au niveau mondial. La richesse relative relèverait de considérations plus psychologiques, cette richesse que nous possédons sans le savoir. Les rues-galeries du phalanstère nous font économiser des vêtements, concourent à un bien-être qui ne se résume pas à la consommation de biens matériels. On jouit des plaisirs de l'opéra, du théâtre, de la danse. Fourier avec ce concept de richesse relative invite à mesurer nos biens, à les hiérarchiser en les identifiant et en les mettant en balance avec d'autres valeurs.

  • 19 Debout Simone, Le Nouveau Monde Amoureux, Préface, p. XXXVIII.

17Il propose une autre échelle de mesure de la richesse que celle de l'économie industrielle et marchande ; il évalue la valeur de cette richesse et pas seulement la richesse de la valeur dans la logique du capitalisme. Il pèse ses avantages à l'aune des sacrifices et destructions qu'elle impose. Il affirme la valeur incommensurable du gain de sens et de plaisirs, en refusant de laisser la pensée sociale s'enfermer dans la seule logique économique, celle du productivisme et de l'extension sans limite des échanges commerciaux. L'inventeur social comme il se nomme, met en exergue un impensé de la science sociale et politique, les conditions de la socialité que sont les affections, sympathies et même les sensualités sociales. La richesse des liens vaut bien celle de la production marchande. Il se détourne des promesses du capitalisme qui capte et accapare la plus-value en entravant les désirs et les passions. Il y a bien dans cette pensée en contre-marche une résistance exemplaire à l'économisme. « Sous la bannière des économistes, on capitule avec l'amour des richesses19 ».

  • 20 Théorie de L'Unité Universelle, tome IV, volume 3, p. 26

18Pourtant il est vrai que Fourier annonce des « prodiges industriels », des résultats époustouflants mais ceux-ci seraient le résultat d'une économie d'épargne de travail, de ressources et d'une gestion coopérative efficace : « tous ces calculs sont subordonnés à l'emploi de Séries passionnées, qui ont la propriété de régulariser toutes les fonctions industrielles, chasse, pêche ou autres, et limiter l'essor au degré suffisant de l'utilité générale20 ». La notion même de régulation confirme cette intuition qu'il pressent la démesure de l'économie marchande. Ces concepts, le suffisant, l'utilité sociale, la limite de l'essor des fonctions industrielles, questionnent une croissance ou abondance sans fin. L'économie orthodoxe ne conçoit pas le suffisant et même entretient l'idée de rareté pour rendre impossible l'abondance ou le suffisant. La bonne gestion des relations sociales, des intérêts dans ce mécanisme sociétaire maxi­misent les bénéfices mais sans le gaspillage, dans l'esprit d'une limite. L'utilité sociale à contre-sens de la seule utilité économique ou productive réintroduit de la finalité là où la production de valeurs n'a plus de fin.

  • 21 Manuscrits publiés par la Phalange, Revue de science sociale, tome X, p. 92.
  • 22 Théorie de l'Unité Universelle, tome IV, volume 3, p. 276.
  • 23 Le Nouveau Monde amoureux, p. 446.

19Ainsi l'abondance qu'il défend est sélective, laissant d'autres valeurs so­ciales s'exprimer mais elle est aussi juste et généreuse. Fourier en effet, plaide pour un partage juste de cette richesse produite : « C'est une thèse tout à fait neuve pour les civilisés qui croient que la richesse consiste dans la quantité de travail et de produit. Elle consiste dans la répartition proportionnelle…21 » Cette réflexion invite à la remise en question des présupposés de l'économie marchande : augmenter la quantité de travail et de biens fabriqués mais sans la redistribution de cette richesse. Au contraire la justice sociale pourrait être la finalité de l'économie véridique. Dans un phalanstère, on ne peut pas être pauvre, tout au plus moyennement pauvre, et pour y parvenir, Fourier a imaginé un minimum social22 avant l'heure. Il apparaît nécessaire de préciser que ce minimum social pour les plus démunis, se double d'un minimum amoureux23 pour les nécessiteux en amour. Dans cet ordre sociétaire combiné, tout est lié et relié, l'économique trouve sa place dans cette organisation mais encastré dans les relations passionnelles, affectives. Il apparaît que la boussole économique n'est pas imaginable sans les autres boussoles, sauf à concevoir une humanité privée de toutes ses dimensions d'existence. L'homo oeconomicus n'a pas dans cette pensée sociale renouvelée vocation à triompher.

  • 24 Voir Chantal Guillaume, Charles Fourier ou la pensée en couvre-marche – Éditions Le Passager cl (...)

20Charles Fourier est bien l'observateur visionnaire des dérèglements de l'économie marchande qui ne peut tenir ses promesses prométhéennes qu'en imposant des sacrifices (sociaux et même écologiques) impossibles à défendre24.

Haut de page

Notes

1 Fourier Charles, Manuscrits de la Phalange, Revue de science sociale, tome X, 1821, p. 275. Tous les extraits d'œuvre que nous citerons sont tirés des œuvres complètes éditées par les Editions Anthropos en 1966.

2 Fourier Charles, Théorie de l'Unité Universelle, tome II, volume 2, p. 123.

3 Voir Polanyi Karl, la grande transformation, Gallimard, 1983.

4 Le Nouveau Monde Industriel et sociétaire, tome VI, p. 35.

5 Théorie de l'Unité Universelle, tome IV, volume 3, p. 143-144.

6 Desroche Henri, la société festive : du fouriérisme écrit au fouriérisme pratiqué, Seuil, 1975.

7 Les tomes VIII et IX des œuvres de Fourier portent ce titre éloquent : la Fausse industrie, morcelée, répugnante, mensongère et l'Antidote, l'industrie naturelle, combinée, attrayante, véridique…

8 Le Nouveau Monde industriel et sociétaire, tome VI, p. 139.

9 Le Nouveau monde industriel et sociétaire, tome VI, p. 393.

10 La fausse industrie, tomme VIII, volume 1, p. 328 (note).

11 Théorie de l'Unité universelle, tome IV, volume 3, p. 209.

12 Voir le beau texte de TACUSEL Patrick, Charles Fourier, le jeu des passions, Actualité d'une pensée utopique, Desclée de Brouwer, Sociologie du quotidien, 2000, 252 p. 

13 La Fausse industrie, tome VIII, volume 1, p. 95-96

14 Fourier Charles, Manuscrits publiés par la Phalange, Revue de science sociale, tome X, 1821, p. 84.

15 Théorie de l'Unité Universelle, tome IV, volume 3, p. 209.

16 Ibid., p. .29.

17 Un lecteur japonais de l'utopiste, Tomomi Fukushima remarque même que Fourier anticipe « des calculs de coûts d'opportunité », coûts par exemple de protection de l'environne­ment adoptés par l'économie contemporaine.

18 Ibid., tome IV, volume 3, p. 32.

19 Debout Simone, Le Nouveau Monde Amoureux, Préface, p. XXXVIII.

20 Théorie de L'Unité Universelle, tome IV, volume 3, p. 26

21 Manuscrits publiés par la Phalange, Revue de science sociale, tome X, p. 92.

22 Théorie de l'Unité Universelle, tome IV, volume 3, p. 276.

23 Le Nouveau Monde amoureux, p. 446.

24 Voir Chantal Guillaume, Charles Fourier ou la pensée en couvre-marche – Éditions Le Passager clandestin, 2013 – Collection « Les précurseurs de la décroissance ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chantal Guillaume, « Une nouvelle boussole économique »Philosophique [En ligne], 21 | 2018, mis en ligne le 18 juin 2021, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/philosophique/1125 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philosophique.1125

Haut de page

Auteur

Chantal Guillaume

Rédactrice des Cahiers Charles Fourier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search