Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21Notes de lecture pour aujourd'huiLes Allemands de Norbert Elias

Notes de lecture pour aujourd'hui

Les Allemands de Norbert Elias

Florian Gulli

Texte intégral

1À propos de : Norbert Elias, Les Allemands, Paris, Seuil, coll. « La librairie du XXIe siècle », 2017, 592 p. 

2Les Allemands de Norbert Elias a été publié pour la première fois en 1989. Et nous disposons dorénavant d'une traduction française. Le livre réunit plusieurs contributions écrites entre les années 1960 et le milieu des années 1980. L'édition a reçu l'aval de Norbert Elias qui écrit pour l'occasion une introduction indiquant l'unité de l'ensemble. Les Allemands est de ce fait le dernier livre dont le grand sociologue et historien autorisa la publication. Il meurt l'année suivante, le 1er août 1990 à Amsterdam.

3Le fil qui relie toutes ces contributions est le suivant : expliquer la montée du nazisme en Allemagne au cours des années 1920, en particulier le retour de la violence dans l'espace social sous la République de Weimar. Il s'agit de comprendre ce processus de « décivilisation » à partir de l'histoire longue des Allemands.

4Cette barbarisation de la vie sociale interroge Norbert Elias de deux manières. D'abord comme contemporain de ces événements, comme homme de ce siècle, que l'historien Eric Hobsbsawm qualifie avec justesse d'« âge des extrêmes ». L'entreprise exterminatrice des nazis touche Elias personnellement. Ses parents sont emportés. Venus le visiter à Londres en 1938, ils refusèrent de quitter l'Allemagne pour l'exil. « Que veulent-ils me faire ? lui dit son père. Je n'ai jamais fait de mal à personne, je n'ai jamais tout au long de ma vie enfreint la moindre loi ».

  • 1 Norbert Elias, La civilisation des mœurs, Paris, Agora Pocket, 1973.
  • 2 Norbert Elias, La dynamique de l'Occident, Paris, Agora Pocket, 1975.

5Mais le processus de décivilisation en Allemagne interroge aussi le théoricien. Comme une sorte de mise en question. Elias publie en 1939 son maître ouvrage : Sur le processus de civilisation (qui sera publié en France en deux volumes, La civilisation des mœurs1 et La dynamique de l'Occident2). Le livre décrit le long processus de civilisation des mœurs qui conduit de la chevalerie guerrière à l'aristocratie de cour des temps modernes, sophistiquée et raffinée. C'est le processus de « curialisation des guerriers ». Elias montre le rôle central joué par l’État dans ce processus. En monopolisant l'exercice de la violence légitime, il contribue à la pacification de l'espace social. L'interdiction de la violence, loin d'être seulement négative, va produire de nouvelles formes d'individualité (et l'on peut considérer qu'Elias anticipe largement la critique foucaldienne du pouvoir comme simple répression). Les pulsions de l'ethos aristocratique vont subir un refoulement et ne persisteront qu'à la condition de se sublimer, d'abandonner leur visage guerrier pour investir la parole et l'intrigue, chères aux courtisans. Bref, avec la constitution du monopole étatique de la violence légitime s'engage un processus de civilisation compris comme adoucissement progressif des rapports interindividuels et reflux de la violence aux marges de l'espace social. Or, avec la République de Weimar, la violence commence à faire retour. Les partis sont militarisés et s'affrontent en de sanglants combats de rue, des personnalités politiques sont assassinées, dont le libéral Walter Rathenau. La violence est aussi dans les mots. La grossièreté redevient une valeur. Ceux qui assassinèrent le ministre d'origine juive chantaient : « Abattez Walter Rathenau/ Cette maudite truie juive ». Bref, la République de Weimar est minée par des « courants anticivilisationnels », pour reprendre une expression saisissante du livre. L'existence de ces courants constitue une anomalie, une sorte de défi à la théorie eliassienne d'une civilisation des mœurs en Occident.

6Sans nier le rôle joué par la Première Guerre mondiale dans la « brutalisation » des sociétés européennes dans les années 1920, sans nier non plus le rôle aggravant de la crise économique de 1929, Elias estime qu'il faut aussi remonter bien en amont et s'atteler à écrire « la biographie d'un État », l'Allemagne, si l'on veut avoir quelque chance de comprendre ce qui s'est passé. Il s'agit aussi d'accorder toute sa place, dans l'étiologie du nazisme, à l'élément idéologique. La destruction des Juifs d'Europe ne peut pas être déduite des intérêts matériels d'une classe particulière. Elias met au cœur de son analyse la « croyance » fondamentale du national-socialisme : la présu­mée responsabilité des Juifs dans l'effondrement de l'Allemagne en 1918 et dans ses difficultés ultérieures. Donc une croyance se désolant du déclin allemand, une croyance qui refuse en même temps d'admettre ce déclin, en l'attribuant à une « conspiration juive ». Le problème juif est alors constitué ; les Juifs sont l'obstacle au développement de la puissance allemande.

7Résumons à grand traits la thèse d'Elias expliquant l'apparition de ces courants décivilisateurs portés par une telle croyance antisémite. L'Allemagne a longtemps été un État faible, occupant une place subalterne dans le concert des nations en Europe. Il y a chez les Allemands, le souvenir vivace du premier empire, le Saint Empire romain-germanique. Et depuis lors, le sentiment d'un déclin, d'un affaiblissement, d'une humiliation. Au moment de l'unification de l'Allemagne au XIXe siècle, ce sentiment se retourne en son contraire, « de l'abaissement extrême à l'élévation extrême ». L'Allemagne se voit pouvoir devenir une grande puissance. Elle devait se préparer, telle était l'idée des élites dirigeantes, à conquérir l'hégémonie sur toute l'Europe. « Comme dans bien d'autres cas, écrit Elias, là aussi s'est opéré une conversion, lors du renversement de la situation, d'un groupe humilié en un groupe plein d'assurance, d'un groupe opprimé en un groupe opprimant ou, pour employer un terme de cette époque, en un peuple de maîtres (Herrenvolk) ». La défaite de 1918 met un coup d'arrêt à ce rêve, démontrant l'incapacité de l'empire de l'Allemagne. Elle n'est rien moins qu'un « choc traumatique ». S'ensuit une tentative de refouler à tout prix ce constat d'échec et d'inverser la tendance. Des courants anticivilisationnels se déchaînent dans la jeune République de Weimar, la fragilisant jour après jour. Le monopole étatique de la violence se défait sous la pression constante d'organisations paramilitaires. Dans cet ultime « baroud d'honneur » impérial, l'expression est de Elias, les dispositifs civilisateurs allaient s'effondrer un à un. Et l'on retrouve le rôle central de l’État dans la civilisation des mœurs. La décivilisation, la barbarisation des rapports humains dans les années 1920, est la conséquence de la mise en question radicale des institutions de la République de Weimar, l'effet de l'érosion progressive du monopole de la violence légitime. Loin de remettre en question les cadres théoriques des travaux antérieurs de Norbert Elias, Les Allemands les réinvestissent donc en soulignant désormais la grande fragilité de la civilisation.

  • 3 Loïc Wacquant, « Elias dans le ghetto noir » in Politix, vol. 14, n° 56, Quatrième trimestre 2001 (...)
  • 4 Loïc Wacquant, Parias urbains. Ghetto, banlieues, État. Une sociologie comparée de la marginalité (...)

8À cet intérêt historique – la genèse du nazisme – et théorique – la mise à l'épreuve de la théorie eliassienne de la civilisation –, il faut ajouter enfin un intérêt pour la sociologie. En effet, plusieurs travaux de sociologie prennent appui sur ce livre de Norbert Elias jusqu'ici non traduit en français ; notamment ceux de Loïc Wacquant. Le sociologue écrit en 2001 un article intitulé « Elias dans le ghetto noir3 », dont la thèse sera reprise dans son livre de 2005 Parias urbains, Ghetto, banlieues, État4. Wacquant essaie de penser le passage du « ghetto communautaire » des années 1950 à l'« hyperghetto » des années 1990. Le sociologue se revendique des analyses d'Elias dans Les Allemands : « La théorie de Norbert Elias sur le procès de civilisation ainsi que ses notations sur les soubresauts ''décivilisateurs'' offrent un outil utile pour diagnostiquer les mutations du ghetto noir américain depuis les années 1960 ». Civilisation et dévirilisation se laissent interpréter, là encore, à partir de l'affirmation ou du recul de l’État dans la gestion néolibérale des populations.

Haut de page

Notes

1 Norbert Elias, La civilisation des mœurs, Paris, Agora Pocket, 1973.

2 Norbert Elias, La dynamique de l'Occident, Paris, Agora Pocket, 1975.

3 Loïc Wacquant, « Elias dans le ghetto noir » in Politix, vol. 14, n° 56, Quatrième trimestre 2001. Inconstances politiques, sous la direction de Brigitte Gaïti et Pierre Serna. p. 209-217.

4 Loïc Wacquant, Parias urbains. Ghetto, banlieues, État. Une sociologie comparée de la marginalité sociale, La Découverte, coll. « La Découverte/Poche », 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Gulli, « Les Allemands de Norbert Elias  »Philosophique [En ligne], 21 | 2018, mis en ligne le 21 juin 2021, consulté le 20 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/philosophique/1158 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philosophique.1158

Haut de page

Auteur

Florian Gulli

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search