Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21Notes de lecture pour aujourd'huiDes valeurs dans l’air du temps

Notes de lecture pour aujourd'hui

Des valeurs dans l’air du temps

Florian Olivier

Texte intégral

1À propos de : Nathalie Heinich, Des valeurs. Une approche sociologique, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Sciences humaines », 2017, 416 p.

  • 1 N. Heinich, « La sociologie à l'épreuve des valeurs », dans Cahiers internationaux de sociologie, (...)
  • 2 F. Olivier, « Repenser la valeur avec Nathalie Heinich », dans L'impact des études supérieures su (...)

2Si jusqu’à présent les articles publiés par Nathalie Heinich sur la question des valeurs1 restaient modestes dans leurs ambitions et à ce titre inconsistants dans leurs propositions2, Des valeurs. Une approche sociologique constitue à l’inverse une somme soigneusement élaborée. Et au-delà des polémiques extra-scientifiques suscitées par l’obtention du prix Pétrarque par l’auteure pour ce travail, force est de reconnaître que l’ouvrage mérite attention.

  • 3 S. Hitlin, J.-A. Piliavin, « Values : Reviving a dormant concept », dans Annual Review of Sociology(...)
  • 4 N. Heinich, « Note sur les méthodes quantitatives en sociologie des valeurs », dans Bulletin de Mét (...)

3À l’instar de Steven Hitlin et de Jane Allyn Piliavin de l’autre côté de l’Atlantique3, l’objectif de Nathalie Heinich dans Des valeurs est de réhabiliter la notion éponyme en sociologie. Plus encore, il s’agit ultimement de poser les bases d’une « grammaire axiologique » qui, dans la droite lignée des analyses de controverses et autres « épreuves » proposées par la sociologie dite pragmatique, permette d’analyser et éclairer les situations de conflits évaluatifs. Dès le début de son ouvrage, Nathalie Heinich insiste toutefois sur le fait qu’un tel projet nécessite de rompre avec les conceptualisations sociologiques et philosophiques « spontanément métaphysiques » qui en faisant de la « valeur en soi » (p. 16) leur objet de réflexion, tendent à ne refléter in fine que les propres critères normatifs de leurs auteurs. C’est à l’inverse par une posture « analytico-descriptive » (p. 19), compréhensive et empirique, s’intéressant à ce que sont les valeurs pour les individus, que la notion pourra être conceptualisée rigoureusement en respectant l’idéal wébérien de neutralité axiologique du savant, garante de son objectivité. Par ailleurs, le travail présenté vise à proposer une alternative à la sociologie quantitative des valeurs, qui faute d’un véritable travail de conceptualisation de leur objet, s’évertuerait selon l’auteure à ne pas savoir ce qu’elle mesure4.

4Le projet posé, l’ouvrage – découpé en trois parties – se présente dès lors comme une longue série de distinctions où s’entremêlent discussions théoriques (empruntant essentiellement à la sociologie, à la philosophie et à la linguistique) et illustrations empiriques pour l’essentiel issues de l’expérience de Nathalie Heinich en tant que sociologue de l’art.

5Le premier pas consiste pour l’auteure à dégager trois manifestations de l’attribution de valeur : la mesure, qui se dévoile notamment dans les attributions de prix ou de notes ; l’attachement, visible dans les comportements d’attention, de soin envers les êtres ou les choses et qui, selon le phénoménologue Raymond Polin, aboutit au fait que les valeurs « imaginaires » se réifient dans des « biens » (p. 29) ; le jugement enfin, considéré ici à la manière de John Dewey comme modelé par l’agir, et dont l’expression la plus aisément observable se retrouve dans l’acte de parole, via les jugements de valeur. Sans doute par commodité, c’est essentiellement ce dernier qui intéressera Heinich.

6S’en suit alors une discussion sur la notion d’opinion – expression la plus commune de l’énonciation orale de jugements – où sont placées dos-à-dos la diversité des opinions profanes et l’expertise. Leur caractérisation passe par la prise en compte de trois paramètres : « les ressources des sujets évaluateurs (leur équipement axiologique), les propriétés des objets évalués (les prises qu’elles offrent à l’observation) et les caractéristiques de la situation d’évaluation (les contraintes normatives propres à l’épreuve de la décision) » (p. 103) Ainsi, les opinions tendues vers le pôle profane seraient caractérisées par l’appel à des valeurs privées (un « j’aime », par exemple, qui ne se réfère pas tant à l’objet évalué qu’à la posture de l’évaluateur) là où l’expertise, en visant à rationaliser et expliciter ses critères d’appréciation (les « prises ») qui peuvent être argumentés et discutés pour monter en généralité et en objectivité, tendrait à exprimer des valeurs publiques – l’évaluateur cherchant à s’effacer au profit de l’objet évalué et de ses caractéristiques. Réponse implicite au « toutes les opinions se valent », cette opposition faite entre experts et profanes n’enlève rien selon Heinich au fait que l’expert est lui aussi mu par des valeurs (tendre vers l’objectivité, par exemple) qui conditionnent la forme et l’expression de son jugement ; il ne s’en suit donc pas que ce dernier puisse atteindre le statut d’un jugement de fait. Pour autant, il ne faudra pas conclure de là que l’opposition entre jugement de valeur et jugement de fait, entre prescription et description, n’ait pas de sens.

7Contre une certaine forme de relativisme porté notamment par Léo Strauss, Hilary Putnam ou encore Jean-Pierre Cometti, défendant chacun à leur manière un entrelacement des jugements de faits et de valeurs tel qu’ils en deviendraient indissociables (p. 109-112), Heinich mobilise les apports de la linguistique pragmatique, analytique et empirique, pour démontrer que les acteurs sociaux savent parfaitement faire la différence entre évaluation et description dans leurs énoncés, notamment lorsqu’ils sont conduits à argumenter leurs jugements. Et c’est en prenant au sérieux cette idée, pour se focaliser sur la production d’énoncés en situation, qu’il deviendrait possible pour la sociologie « de suspendre la question de la distinction ontologique entre faits et valeurs, pour nous en tenir à une distinction énonciative entre jugements de faits et jugements de valeurs » (p. 129). Finalement, la première partie Des valeurs constitue un méthodique cadrage d’Heinich pour situer et distinguer son projet de fondation d’une sociologie axiologique – non-normative, compréhensive, empirique, attentive au contexte – des approches existantes, notamment en montrant ce qu’elle pense être leurs insuffisances. La deuxième partie de l’ouvrage, en s’interrogeant sur « ce que valoir veut dire » (p. 131), pose quant à elle les bases essentielles du projet via la distinction de trois formes que peut prendre la valeur dans les énoncés : celle d’une grandeur, celle d’un objet, celle d’un principe.

8La valeur-grandeur, nous dit Heinich, est « la résultante de l’ensemble des opérations par lesquelles une qualité est affectée à un objet » (p. 167). Du prix à l’attachement pour quelque chose, la valeur-grandeur est la conséquence d’une évaluation (explicite ou implicite) qui dépend à la fois des individus et des conditions contextuelles dans laquelle l’évaluation a été faite. Le terme grandeur pouvant ici être compris comme désignant l’importance plus ou moins forte accordée à l’objet évalué. La valeur-objet renvoie de son côté « à ce que les gens valorisent » (p. 192), aux résultats de l’évaluation en tant qu’elle produit des distinctions entre les objets ou « états du monde » (p. 182) qui deviennent en eux-mêmes des référents mobilisables sous le terme valeur : famille, religion, travail, démocratie, etc. La valeur-principe, la plus générale, se place en amont de l’évaluation en renvoyant aux critères par lesquels celle-ci peut s’exprimer : beauté, vérité, plaisir, responsabilité, etc.

9La place particulière de la valeur-principe dans les processus d’évaluation en fait pour Heinich la finalité de la sociologie des valeurs, qui, via l’analyse d’énoncés et en naviguant à travers les trois sens de la valeur, doit pouvoir remonter « aux principes axiologiques qui organisent l’action d’évaluer » (p. 192). Il ne s’agit pas tant en cela de viser à déduire le « vrai » des valeurs, que de se donner la possibilité d’analyser la « grammaire axiologique » des individus en action. Autrement dit, de pouvoir éclairer le déroulement des conflits évaluatifs, en observant la manière dont les registres argumentatifs – donc axiologiques – sont mobilisés par les individus et comment ceux-ci peuvent être structurés. Ce que la dernière partie de l’ouvrage vise à illustrer.

10Sans doute la plus dense de l’ouvrage mais aussi la plus riche, l’ultime partie de Des valeurs vise dans un premier temps à éclaircir la notion de valeur-principe en multipliant les distinctions (valeurs privées, valeurs publiques, anti-valeurs, non-valeurs, valeurs fondamentales, valeurs contextuelles, valeurs cardinales, amplificateurs de valeurs), avant de proposer une description du jugement en action. Imaginons un film. Le jugement sera accroché par « des prises » (acteurs, réalisation, scénario) avant d’en faire « des critères » (jeu subtil, photographie soignée, histoire touchante). Toutefois « un critère n’est pas une valeur. […] L’évaluateur devra remonter d’un étage dans la pyramide axiologique et en appeler à un principe axiologique » (p. 233) pour justifier de son jugement : la beauté de la photographie, par exemple. Par cette méthode peuvent être déduites des valeurs-principes. Mais si Heinich effectue ce travail pour aboutir à un catalogage plus ou moins convaincant de valeurs-principes, plus importante est sans doute l’idée de registres de valeurs.

  • 5 L. Boltanski & L. Thévenot, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, (...)

11Au-delà des valeurs-principes se situeraient des « catégories évaluatives » (p. 245) au sein desquelles les premières peuvent être agrégées thématiquement : les registres de valeur. Ainsi, par exemple, « les valeurs de vérité, de connaissance, de savoir, relèvent du registre épistémique » (p. 249). Sans viser à être définitive dans ses propos, Heinich distingue seize registres, allant de l’esthétique à la technique en passant par le juridique ou encore le mystique (p. 253). À la manière des « cités » chez Boltanski et Thévenot5, ces registres seraient à même d’éclairer les situations de controverses par l’attention aux principes sous-jacents aux argumentations. D’une lutte sociale à une banale discussion sur un film, les oppositions de registres mobilisés dans les argumentations peuvent ainsi soutenir le sentiment d’incompréhension mutuelle. Moins outil de dissolution des controverses qu’outil de leur analyse, la grammaire axiologique proposée par Heinich a indéniablement des atouts à faire valoir. Comprendre la disqualification de jugements, éclairer les différences interculturelles en dégageant un répertoire commun de valeurs à une société, à un groupe social, saisir l’impact du contexte sur la mobilisation de valeurs, voilà autant de cibles auxquelles le modèle construit par Heinich peut et vise à apporter un regard neuf. Ou plutôt passablement neuf, tant l’ombre de la sociologie pragmatique des grandeurs est présente en arrière-plan.

12Quant au lecteur à l’affût de discussions sur la valeur des valeurs, ou plus simplement sur l’origine de celles-ci, sur les mécanismes inhérents à leur construction, évolution ou maintien, il ressortira de l’ouvrage avec l’impression que d’épineuses questions ont été survolées, si ce n’est évitées. Car si l’on peut aisément comprendre que la volonté d’éviter toute normativité dans la caractérisation des valeurs conduise à ne pas discuter leur bienfondé, l’absence d’analyse, ou même d’esquisse d’analyse de leur évolution, l’absence de toute perspective généalogique conduit à tronquer la réflexion menée sur la nature des registres de valeurs dégagés et les valeurs-principes qui y sont associées. Ou plutôt, sur leur construction en tant que tels. Il découle de la lecture de Heinich l’impression que, situés au sommet de la montée en généralité effectuée, ces registres et valeurs-principes sont pensés comme des caté­gories de l’esprit, immanentes à l’humain et, si ce n’est dans leur utilisation, anhistoriques. Difficile toutefois de savoir si une telle interprétation est justifiée. L’auteure ne nous en offre pas la possibilité. Dire ce que les valeurs sont, voilà ce que propose Heinich. Pourquoi, c’est une autre question.

Haut de page

Notes

1 N. Heinich, « La sociologie à l'épreuve des valeurs », dans Cahiers internationaux de sociologie, 2006/2, n° 121, 2006, p. 287-315.

2 F. Olivier, « Repenser la valeur avec Nathalie Heinich », dans L'impact des études supérieures sur les valeurs des étudiants, Thèse en sociologie, EHESS, Laboratoire CESPRA, soutenue le 26 Juin 2017, p. 128-137.

3 S. Hitlin, J.-A. Piliavin, « Values : Reviving a dormant concept », dans Annual Review of Sociology, vol. 30, 2004, p. 359-393.

4 N. Heinich, « Note sur les méthodes quantitatives en sociologie des valeurs », dans Bulletin de Méthodologie Sociologique, n° 108, 2010, p. 5-13.

5 L. Boltanski & L. Thévenot, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Olivier, « Des valeurs dans l’air du temps »Philosophique [En ligne], 21 | 2018, mis en ligne le 21 juin 2021, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/philosophique/1173 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philosophique.1173

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search