Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21Notes de lecture pour aujourd'huiLa stigmergie : un concept fécond...

Notes de lecture pour aujourd'hui

La stigmergie : un concept fécond pour pense l'intelligence collective

Samuel Chaîneau

Texte intégral

  • 1 Nous renvoyons entre crochets aux références bibliographiques numérotées en fin d'article. Le c (...)

1Les études qui portent sur la stigmergie, ou qui l'exploitent pour le développement et la compréhension d'autres objets – comme la cognition sociale, les communs créatifs ou les systèmes adaptatifs complexes par exemple –, connaissent un essor extraordinaire depuis la fin des années 1990 ([11], [12], [22], [38]), essor frappé d'un caractère encore très exploratoire, puisqu'il n'en existe pas à ce jour de théorie unifiée, cohérente et consensuelle. Elle avait pourtant un sens très précis et une valeur épistémique bien établie dans les travaux de son créateur : Pierre-Paul Grassé. Il invente le terme en 1959 [21] dans le cadre d'une étude sur l'activité constructrice de certains termites pour donner une réponse au problème suivant : « Comment les tâches individuelles se coordonnent-elles donc pour aboutir à une œuvre cohérente, unitaire et approximativement constante, dans sa forme et dans son volume ?1 » [21 : 42]. Il propose cette idée : « La coordination des tâches, la régulation des constructions ne dépendent plus directement des ouvriers, mais des constructions elles-mêmes. L'ouvrier ne dirige pas son travail, il est guidé par lui. C'est à cette stimulation d'un type particulier que nous donnons le nom de STIGMERGIE (stigma, piqûre ; ergon, travail, œuvre = œuvre stimulante). » [21 : 65]. Des individus qui ne communiquent pas entre eux, qui n'ont pas la faculté de penser la totalité à la construction de laquelle ils sont pourtant engagés, qui n'obéissent pas aux ordres d'un planificateur de rang supérieur et dont la simplicité comportementale est sans rapport avec la complexité des réalisations qu'ils produisent parviennent néanmoins à coordonner de façon indirecte leurs efforts à partir des effets directeurs des traces que leur activité individuelle laisse dans l'environnement.

2Initialement pensée pour comprendre le comportement des insectes sociaux, sa portée heuristique en a rapidement fait à la fin du 20e siècle un concept-clé d'une multitude d'autres champs d'étude, comme l'optimisation en ingénierie ([25], [26], [27]), la robotique ([22], [3], [15], [13], [28]), la production industrielle ([39], [34]), le développement urbain ([9] [10]), les communautés du web ([30], [44], [4]), la bio-ingénierie ([19], [20]) ou les sciences sociales ([36], [40], [30], [14 : 69], [2], [33]). Son domaine d'application parut même sans limite. Comme le remarque Parunak, « il serait plus difficile de montrer un fonctionnement humain qui n'est pas stigmergique, que de trouver des exemples de stigmergie humaine » ([40 : 163], et [35 : 69]). Si, en effet, la stigmergie désigne le fait que des agents dans un environnement donné déterminent leurs actions à partir des traces laissées par l'action précédente d'autres agents, alors, puisque l'action humaine ne s'effectue jamais dans le vide, mais toujours sur la base et dans les cadres d'un substrat matériel initial changeant, aucune action n'échappe à son champ d'extension. Deux écueils se présentent donc : ou bien sa définition est large, et alors c'est un concept creux qui ne nous apprend rien ; ou bien elle est une théorie caractérisée, et alors on risque le cloisonnement disciplinaire, chacun étant tenté de l'adapter et de la réserver à son domaine d'objets.

  • 2 Nous traduisons ici awareness par « contuition » et non pas par « conscience » pour prévenir to (...)

3Plusieurs tentatives de précision ont donc émergé en vue d'un consensus théorique possible. La stigmergie ne consiste pas simplement à agir sur la base des traces qu'une action quelconque antécédente a laissé dans un environnement donné, mais on s'accorde généralement à dire qu'elle implique plusieurs individus, sauf exception (cf. [35], [24]), engagés dans une activité plus générale de coordination, avec cette entorse à la théorie grasséenne qu'on n'exige plus, dans le champ de la stigmergie appliquée aux phénomènes sociaux, de concevoir l'action médiatrice de l'environnement comme strictement directrice, mais simplement ou bien communicatrice, ou bien incitatrice. En cela, demande Christensen, « la stigmergie ajoute-t-elle quoi que ce soit à notre capacité de rendre compte de la coordination du travail coopératif humain ? » [9 : 40]. La stigmergie décrit-elle autre chose que ou nouvellement ce qui était déjà pensé et pratiqué dans d'autres termes comme le travail articulé ou la contuition2 (awareness) (pour d'autres distinctions voir [37]) ? Alors que le travail articulé a lieu dans une relation prospective par rapport à la tâche de travail finale, qu'il la prépare en amont, en explicite le contenu et les enjeux, en organise consciemment les conditions de possibilité, la stigmergie est une manière d'agir qui réalise simultanément la tâche de travail et l'organisation de la tâche de travail. C'est en travaillant que le travail s'organise. Elle ne peut pas non plus se confondre avec la contuition : celle-ci consiste en effet à engager la sensibilité de partenaires de travail co-présents et affairés à des tâches distinctes dans la conscience et la perception parallèles de signaux dont la prise en compte conditionne la coordination réussie du travail de chacun. Or, la stigmergie n'implique pas que les acteurs soient co-présents les uns aux autres, ni que chacun adapte son comportement pour transmettre sélectivement, au sein de la tâche globale qu'il accomplit, l'information qui sera sur le moment ou par après utile à un autre : toute la tâche déjà accomplie sert dans son ensemble de signe pour l'exécution de la tâche suivante. Les acteurs peuvent ainsi être indifférents les uns aux autres, et ne se concentrer que sur leur travail propre.

Haut de page

Notes

1 Nous renvoyons entre crochets aux références bibliographiques numérotées en fin d'article. Le cas échéant, nous précisons, après deux points, le numéro de la page.

2 Nous traduisons ici awareness par « contuition » et non pas par « conscience » pour prévenir toute confusion possible avec « consciousness ». Alors que la seconde peut renvoyer à l'intériorité du sujet, à une connaissance réflexive des objets qui suspend l'expérience, la contuition (conscience intuitive, sensible) met l'accent sur la présence sensible et attentive du sujet aux données de l'expérience, sur le caractère immanent au flux de sensations de l'acte d'attention consciente. L'attention discriminante et l'activité judicative du sujet ne sont pas séparées de l'engagement mondain du sujet mais s'effectuent au contraire au sein même de la pratique en cours d'exécution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Chaîneau, « La stigmergie : un concept fécond pour pense l'intelligence collective »Philosophique [En ligne], 21 | 2018, mis en ligne le 21 juin 2021, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/philosophique/1185 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philosophique.1185

Haut de page

Auteur

Samuel Chaîneau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search