Skip to navigation – Site map

HomeNuméros22Notes sur la perdurance en archit...

Notes sur la perdurance en architecture

Adelfo Scaranello

Full text

1Le musée des Beaux-arts et d’Archéologie de Besançon (MBAB) restructuré est une stratification d’architectures de différentes époques. L’enveloppe initiale de l’architecte Pierre Marnotte datant du XIXème siècle abritait à l’origine une halle à grains. Ce bâtiment fût transformé progressivement en musée. En 1967, l’architecte Louis Miquel construit dans la cour de cet édifice une extension afin de recevoir une énième donation d’œuvres qui caractérisent les collections de cette institution. Notre intervention récente d’architecte-scénographe propose un dispositif qui adapte le musée à l’évolution des pratiques artistiques contemporaines. Ce travail, principalement de réorganisation, aboutit a un projet endogène dont les caractères se sont développés de l’intérieur à partir des forces de l’existant. Dissocier le nouveau de ce qui existait demande aujourd’hui un regard attentif. Le dialogue historique des formes lors de la conception de l’ouvrage, repose sur deux points essentiels : d’une part, la capacité des formes à se transformer en s’appuyant sur les principes ouverts de la géométrie, et d’autre part, la capacité des matériaux à inscrire des processus continus dans l’architecture. La matérialité du MBAB exprime ainsi un rapport au temps à travers la mise en œuvre de ces deux paramètres qui participent également de la constitution du sens de cette architecture.

Géométrie et espace

  • 1 Nous faisons allusion ici aux différents recueils d’édifices dessinés à une même échelle réalisés p (...)
  • 2 Le bâtiment utilitaire originel de Marnotte est transformé en musée puis constitue la base de futur (...)
  • 3 Ces propriétés internes de l’architecture ont été développées notamment par l’architecte Aldo Rossi (...)

2– Les conditions architecturales dans lesquelles évolue l’architecte Marnotte, au début du XIXème, se réfèrent aux constituants qui ont animés le siècle des Lumières. Dans le domaine architectural, les figures tutélaires de l’Antiquité notamment, le « De Architectura », de Vitruve, sont ré-interrogées comme référents par les tenants du néo-classicisme. Ils voient dans ce style les fondements de principes de construction ancestraux capables d’exprimer les nouvelles préoccupations scientifiques, esthétiques et sociales du débat en cours. Les écrits de jean-Nicolas-Louis Durand1 qui répertorient des formes architecturales en y attribuant des fonctions, constituent une partie de l’environnement intellectuel dans lequel s’élabore la construction utilitaire qui abritera le musée. Ses principes ont pour bases la géométrie Euclidienne qui constitue l’outil scientifique propre à concevoir et représenter le monde. Pour l’architecte, la droite et ses figures sont des outils du dessin de l’espace ainsi que le support de développements métaphysiques. Son utilisation conduit à concevoir des formes qui, par leurs constitutions basées sur l’angle droit et des agencements multiples, enmagazine des potentialités d’utilisation qui paraît difficile dans les courbures Gothiques ou Maniéristes. Le lien entre potentialité de l’espace et neutralité de ces composants inscrit la possibilité de transformation dans l’ADN de ces constructions2. Les fonctions évoluent en lien à la capacité de l’enveloppe qui présente un haut degré de permanence basé sur la pérennité des matériaux utilisés. C’est à ce propos que l’on a pu parler d’autonomie et de permanence de certaines formes architecturales dans la ville3. Dans le nouveau dispositif que le musée propose lors de sa restructuration, les caractères de cette architecture néo-classique ont été déterminants.

  • 4 Miquel conçoit 2 hauteurs d’étage pour son propre projet dans la hauteur d’un étage du bâtiment ori (...)
  • 5 Grille orthogonale que l’on retrouve dans la mise en œuvre du sol en grés cérame noir sur l’ensembe (...)
  • 6 Voir Tim Ingold Faire anthropologie, archéologie, art et architecture Édition Dehors 2013 citant an (...)
  • 7 Historiquement les artistes et les architectes utilisent de manière similaire dans leurs travaux re (...)
  • 8 Phrase prononcée par Cédric Villiani dans un dialogue avec l’écrivain Alberto Manguel lors de « la (...)

3– Pour ce qui concerne les origines du projet de Miquel dans les années 70 celles-ci sont multiples et sans nul doute liées pour partie au musée sans fin de Le Corbusier qui en a été le ferment. Au-delà de cette filiation théorique régie par le Modulor, Miquel est confronté dans son projet à des problématiques de dimensionnement attachées à la réalité du lieu auquel il doit adapter son projet4. Le volume que Miquel projette au centre de l’édifice de Marnotte est ainsi régulé par une trame géométrique5 qui établit avec l’existant un rapport basé sur l’orthogonalité. La droite du plan néo-classique et la forme sculpturale que Miquel impose à son projet se rencontre sur une rythme commun. Le rythme est créateur de formes ou de liens6 et ce, même si la rationalité et l’orthogonalité de la construction Marnotte « s’opposent » aux porte-à-faux et aux déséquilibres proches de la sculpture de Miquel. À des périodes historiques différentes, la géométrie est une base commune pour les créateurs7. Même si les sujets et les formes sont différentes, la force des principes, issue de cet outil, instaure des continuités historiques. La question du temps est reliée à la géométrie en architecture car elle permet de représenter et de réunir le temps8. Il apparaît, au final, que l’adjonction de formes issues de périodes différentes sur lesquelles est fondée le nouveau dispositif de monstration du MBAB se constitue sur un outil atemporel, la géométrie, qui permet ici de transcender l’histoire.

Flux et matériaux

  • 9 La tendance architecturale dominante actuelle prend naissance au croisement d’un monde des images q (...)

4– Réhabiliter, restructurer, étendre des constructions existantes sont des types d’interventions auxquelles les concepteurs de ma génération sont le plus confrontés. Nos successeurs le seront encore plus. Les années futures amèneront à la réutilisation des formes et du recyclage des matériaux. Ces questions étant devenues incontournables, devant la dégradation accélérée de l’écosystème. Le monde de l’architecture, pris dans des logiques économiques, est à la traîne de raisonnements anticipateurs sur ces questions. Les architectes se contentent bien souvent de développer des gimmicks de façades9. Ce sont les artistes, au premier rang desquels Joseph Beuys, qui ont averti sur la nécessité de regarder le sens que véhiculent les matériaux. Sa démarche pousse, au-delà de l’esthétique des objets, à observer l’énergie et les flux qui habitent les matériaux. Regarder la construction de Marnotte ou de Miquel, mise en œuvre à travers la pierre et le béton, incite à considérer ces architectures comme des processus et non simplement comme des formes. La question du temps dans ces deux approches n’est pas la même.

5– La pierre utilisée par Marnotte, avant de constituer des modules qui ont servi à cette réalisation a déjà un long parcours de constitution. Son origine naturelle a été transformée par extraction puis découpage pour la rendre propre à destination. Ce processus de transformation ne s’arrête pas à la forme que prendra l’édifice. Le cycle du matériau continue au-delà de la vie d’une construction, par érosion naturelle ou réutilisations pour d’autres usages des modules d’origines… Regarder les matériaux comme un état provisoire d’un processus en devenir amène à regarder l’architecture comme une situation transitoire de la matière. La restructuration d’un ancien bâtiment militaire, dans le centre historique de la ville de Besançon, en « Maison des sciences, de l’homme et de l’environnement » nous a donné l’occasion “d’exposer” ces processus en œuvre dans le cadre d’une réalisation concrète. Lors du chantier nous avons mis au jour divers matériaux ayant servis aux transformations successives de ce lieu. Le principe du projet fût de réutiliser ces matériaux existants afin de constituer avec les ajouts, la grammaire de cette construction. L’objectif étant dans les parties restructurées du projet, de révéler visuellement aux utilisateurs la mémoire du lieu, par la juxtaposition des matériaux, tout en signifiant métaphoriquement l’accumulation des mémoires, des circuits électroniques, sur laquelle fonctionne la nouvelle institution. Par ailleurs, pour la partie reconstruite, la pierre mise en œuvre qui a servi à étendre l’ancien bâtiment provient d’un ancien mur d’enceinte du site que nous avons démonté pour scier les pierres et reconstituer le nouvel appareillage des façades. On comprendra ici que les processus liés aux matériaux, poursuivent un cours indépendant de la forme architecturale. Le cycle temporel des matériaux est sans fin, tandis que la forme vide se régénère en s’adaptant et en accueillant de nouvelles fonctionnalités. Ces phénomènes incitent l’architecte à intégrer dés la conception l’idée que l’édifice évoluera, pour une part, différemment de ce que l’on a prévu…

Temps et architecture

6– Le Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon comme nous l’avons décrit plus avant est un dispositif constitué à la base de deux architectures existantes. Les strates historiques qui le constituent dont nous pouvons parler distinctement en tant que forme et matière ont été réunies en un tout dialogique par les ajustements que nous avons opérés. L’ensemble des éléments constitutifs du projet est soumis à la logique de ce dispositif qui vise à adapter l’espace aux demandes plurielles des expositions contemporaines. Dans le musée, plus que toutes autres constructions, la maîtrise des interactions est constante afin que les œuvres soient exposées dans les meilleures conditions. Les divers constituants techniques et formels construisent une cohérence globale où chaque partie répond de manière concomitante à plusieurs raisons. La technique du traitement de l’air, essentielle dans un musée, est ainsi subordonnée à des impératifs supérieurs sans que celle-ci soit négligée. La lumière artificielle du musée se rapproche de la lumière naturelle. Elles sont asservies pour des raisons autant conceptuelles que d’économie d’énergie... L’architecture comme objet technique a des existences multiples. Par là même, des temporalités différentes sans en épuiser le contenu.

  • 10 Voir Gilles Deleuze et Felix Guattari qu’est-ce que la philosophie ? Paris, Éditions Minuit, 1991

7– Les abstractions développées précédemment sont apparues dans ce projet spécifique de musée sont en définitive des constantes. Les diverses temporalités que nous avons évoquées sont subordonnées à une dimension, celle de l’architecture comme œuvre d’art, qui nous échappe en tant que créateur, car nous en faisons partie. Ce qu’éprouve le visiteur lors de la visite du MBAB est un espace et des œuvres qui ne font qu’un. La lumière et les transparences mettent en relation tous les constituants du lieu pour former un bloc. L’œuvre architecturale procure des sensations anhistoriques qui se dégagent d’elle. Cette sensation constitue une permanence jusqu’à sa disparition par démolition ou altération10. L’architecture est ainsi constituée d’une autre temporalité qui échappe à la forme et aux matériaux que nous avons évoqués précédemment, et qui inscrit la sensation comme une permanence atemporelle dans le lieu.

8L’architecture serait alors une perdurance qui se caractérise par un mode de persistance dans le temps en tant qu’« événement » et « processus ».

Top of page

Notes

1 Nous faisons allusion ici aux différents recueils d’édifices dessinés à une même échelle réalisés par Durand entre (1800 et 1813) qui constituent des ouvrages servant de base de conception des édifices.

2 Le bâtiment utilitaire originel de Marnotte est transformé en musée puis constitue la base de futurs évolutions : celle de Miquel puis la plus récente transformation.

3 Ces propriétés internes de l’architecture ont été développées notamment par l’architecte Aldo Rossi et le movement rationaliste “la tendenza”. Dans son livre manifeste “l’architecture de la ville” ce dernier montre le rôle des certaines constructions dans la fabrication de la ville. Celles-ci en tant que formes typologiques deviennent des repères permanents et des receptacles de fonctions mutantes. Rossi pense l’architecture en terme de durée : un musée est plus pérenne pour son usage et ses matériaux qu’une habitation…

4 Miquel conçoit 2 hauteurs d’étage pour son propre projet dans la hauteur d’un étage du bâtiment originel de Marnotte afin d’assurer au 1er niveau un raccord de plein pied. De ce fait, les dimensions de ces niveaux sous plafonds sont à la limite de l’utilisable, en tout état de cause, non adaptées à leurs destinations. La logique Moderniste de “l’objet” que Miquel met en œuvre est trop préganante et pousse à s’abstraire des conséquences sur le dimensionnement de certaines parties de son ouvrage ?

5 Grille orthogonale que l’on retrouve dans la mise en œuvre du sol en grés cérame noir sur l’ensembe du projet de Miquel

6 Voir Tim Ingold Faire anthropologie, archéologie, art et architecture Édition Dehors 2013 citant andre Leroi-Gourhan « le geste et la parole » Albin Michel 1964-1965.

7 Historiquement les artistes et les architectes utilisent de manière similaire dans leurs travaux respectifs des principes géométriques. Une des bases possible du dialogue entre l’art et l’architecture se situe ainsi dans les outils que ces deux matières ont en communs.

8 Phrase prononcée par Cédric Villiani dans un dialogue avec l’écrivain Alberto Manguel lors de « la nuit de la géométrie » le 17 janvier 2019 à la Fondation Cartier.

9 La tendance architecturale dominante actuelle prend naissance au croisement d’un monde des images qui a sa propre logique et d’une corporation qui utilise l’histoire de l’architecture comme un réservoir de formes. Cette demarche s’oppose à celle qui envisage l’architecture en terme de stratégies ouvertes aux interactions avec d’autres matières…

10 Voir Gilles Deleuze et Felix Guattari qu’est-ce que la philosophie ? Paris, Éditions Minuit, 1991

Top of page

References

Electronic reference

Adelfo Scaranello, “Notes sur la perdurance en architecture”Philosophique [Online], 22 | 2019, Online since 25 June 2021, connection on 22 October 2021. URL: http://journals.openedition.org/philosophique/1330; DOI: https://doi.org/10.4000/philosophique.1330

Top of page

About the author

Adelfo Scaranello

École de Marne la Vallée

Top of page

Copyright

© Presses universitaires de Franche-Comté

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search