Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Notes de lectureLa révolution néolithique contre ...

Notes de lecture

La révolution néolithique contre Sapiens

Samuel Chaîneau

Texte intégral

1À propos de : James C. Scott, Homo Domesticus. Une histoire profonde des premiers États [2017], traduit de l’anglais par Marc Saint-Upéry, Paris, La Découverte, 2019, 302 p.

  • 1 James C. Scott, The Art of Not Being Governed. An Anarchist History of Upland Southeast Asia, Yal (...)
  • 2 James C. Scott, Homo Domesticus, op. cit., p. 23.
  • 3 Ibid., p. 61.
  • 4 Ibid., p. 24.
  • 5 Ibid., p. 17.

2Avec la traduction d’Homo Domesticus, les éditions La Découverte mettent à la disposition du lectorat français le dernier livre d’anthropologie anarchiste de James C. Scott, professeur émérite de science politique et d’anthropologie à l’Université de Yale. On appelle ce courant de recherche « anarchiste » parce qu’il s’intéresse à « l’histoire des cas délibérés et réactifs d’absence d’État »1, c’est-à-dire aux formes d’organisation sociale et aux conditions de vie qui sont intentionnellement conçues ou constitutivement adaptées et défendues pour résister aux modes de structuration qui qualifient la gouvernementalité d’État. Faire l’histoire anarchiste des premiers États, c’est pour Scott remettre en cause le « grand récit du progrès et de la civilisation »2 ou « récit civilisationnel standard »3 qui décrit un attrait naturel pour les sociétés humaines sédentaires, exploitant par l’agriculture un milieu naturel sous contrôle et structurées par un État garant de la stabilité de l’ordre social et de la sécurité collective. Avant l’apparition de l’agriculture et des premières Cités-États, on présuppose un peu rapidement que le mode de vie des chasseurs-cueilleurs était marqué par une grande précarité et une grande incertitude quant aux moyens de subsistance, un faible développement de la spiritualité et de la culture, des relations interpersonnelles primaires fondées sur la force, une faible maîtrise du milieu naturel, une dépendance complète aux caprices de la nature et par suite une mobilité contrainte incessante. Si ce récit est faux, et c’est bien l’ambition du livre de le démontrer, si le mode de vie agro-étatique n’a pas représenté un progrès dans les premiers temps de l’histoire humaine mais plutôt à de multiples égards une régression, si même l’on peut affirmer que « les peuples nomades ont partout opposé une résistance farouche à la sédentarisation permanente »4, alors « [comment] expliquer qu’à une époque aussi récente de l’histoire de son espèce, Homo Sapiens Sapiens en soit arrivé à vivre dans des communautés sédentaires densément peuplées exploitant une poignée d’espèces de céréales et un cheptel domestiqué, le tout sous l’égide de la version ancestrale de ce que nous appelons aujourd’hui un État ? Et comment ce complexe écologique et social inédit a-t-il pu servir de modèle à la quasi-totalité de l’histoire connue de notre espèce ? »5

  • 6 Sur celle-ci, Scott ne donne en effet que quelques indications et hypothèses très peu développée (...)
  • 7 Ibid., p. 39 § 2.

3Étonnamment, on trouvera peu de pages qui répondent explicitement à la première de ces deux questions6, et aucune à la seconde, si du moins on veut entendre « en soit arrivé à » en un sens génétique. Scott ne propose pas à proprement parler ici de décrire l’apparition des premiers États, puisqu’au contraire l’essentiel du livre est consacré à la description de toutes les raisons que nos ancêtres ont eu de retarder leur entrée dans la civilisation agro-étatique, mais plutôt de dresser le tableau de leurs conditions structurelles et objectives, comme des terres de loess ou des sols alluviaux, seuls capables d’offrir une productivité agricole suffisante pour nourrir la classe des non producteurs : clercs, artisans, soldats, prêtres, aristocrates. En particulier, on a tort selon Scott d’associer la sédentarité, la domestication, l’agriculture et les États à un complexe concomitant caractérisant la révolution néolithique, ces différents paramètres étant une condition nécessaire de l’existence des premiers États, mais pas suffisante. Alors que les premiers exemples de plantes cultivées et de communautés sédentaires remontent à environ 12 000 ans (et d’une façon plus régulière entre -8 000 et -6 000 ans), il faut attendre la fin du quatrième millénaire avant J.-C. pour voir apparaître les premières Cités-États en Basse Mésopotamie. Même quand toutes les conditions furent réunies pour administrer les groupes sociaux nouvellement agricoles et sédentaires sous la forme de l’État – entendu comme une forme institutionnelle reposant à des degrés variables sur l’existence d’« un souverain, [sur] un personnel administratif spécialisé, une hiérarchie sociale, un centre monumental, des murailles encerclant la ville et un schéma de prélèvement et de redistribution fiscale »7 –, il fallut attendre près de 4 000 ans pour voir apparaître les premières Cités-États. La forme État était donc loin d’être ardemment recherchée ou évolutivement nécessaire à partir de ses conditions de possibilité. Et cela, pour des raisons très simples que les différents chapitres du livre s’appliquent à démontrer. Pour qu’il existe des États, en effet, il faut payer un certain coût, invariablement le même au néolithique : la multiplication des zoonoses parfois inédites due à la concentration des hommes et des animaux (choléra, variole, oreillons, rougeole, grippe, varicelle, diphtérie, peut-être aussi le paludisme), une agriculture fondée sur la domestication d’un petit nombre privilégié de céréales (le blé, l’orge, le riz, le maïs), l’allongement du temps de travail quotidien et l’accroissement de sa pénibilité, une déqualification massive entendue comme un appauvrissement de la sensibilité et du savoir pratique face au monde naturel, une contraction de la richesse de l’existence rituelle des hommes, l’érection de murailles et remparts (pour se protéger des razzias et empêcher la fuite et la dispersion des sujets), l’esclavage, une morphologie sociale fortement hiérarchisée, l’auto-domestication des hommes par la domus (la résidence fixe autour de laquelle s’organise l’espace de subsistance agro-pastoral), enfin l’impôt et un corps de fonctionnaires administrant l’ensemble.

  • 8 Alain Badiou, « Le capitalisme, seul responsable de l’exploitation destructrice de la nature », L (...)

4Si ce livre est remarquable par les choses qu’on y apprend, il l’est aussi par le décalage qu’il impose au regard philosophique sur des notions éculées comme l’État, le progrès dans l’histoire ou la nature humaine. Le détour par la critique historique opère selon nous un dynamitage radical de la perception de notre génodicée en tant qu’animal civilisé. Selon nous, les critiques du progrès qui fleurissent au xxe siècle dans le sillage du totalitarisme, des deux guerres mondiales, de l’arme nucléaire et du questionnement bioéthique étaient pour la plupart toujours internes à la période civilisée (caractérisée par la sédentarisation, la domestication et l’État) : qu’il s’agisse des contre-figures du progrès-retournement (la perte de maîtrise comme chez Jacques Ellul, la légende de Frankenstein), du progrès-hybris (Günther Anders, l’idée d’un excès de notre pouvoir de faire sur notre pouvoir de prévoir et notre pouvoir d’évaluer et de juger), du progrès-déclin (Spengler bien sûr, mais aussi l’oubli de l’être chez Heidegger par exemple, qui nous aurait fait descendre depuis Platon de l’être à l’étant, de l’étant à l’effectif et de l’effectif à l’efficace) ou du progrès-crise (Hans Jonas, le progrès faisant naître des situations et des problèmes nouveaux qui nous mettent au défi en imposant de nouvelles formes de contrôle et une adaptation de nos manières d’agir et de penser), le dégrisement allait rarement jusqu’à la remise en cause de la civilisation elle-même, de la sortie de notre statut primitif ou sauvage initial. Il semble que le xxie siècle nous fasse faire un pas de plus : le progrès-illusion. L’époque, marquée par un double emballement vers l’effondrement, environnemental et capitaliste, pousse à décaler d’un cran l’introspection historique : sur le premier aspect, Pierre Jouventin s’interroge dans un livre au titre explicite L’Homme, cet animal raté sans point d’interrogation, sur le second Alain Badiou saute le pas, en proposant rien moins que de sortir purement et simplement du néolithique, même si c’est encore par le haut : « Prenons les choses d’un peu plus loin. L’humanité, depuis quatre ou cinq millénaires, est organisée par la triade de la propriété privée, qui concentre d’énormes richesses dans les mains de très minces oligarchies ; de la famille, où les fortunes transitent par le biais de l’héritage ; de l’État, qui protège par la force armée et la propriété et la famille. C’est cette triade qui définit l’âge néolithique de notre espèce, et nous y sommes toujours, voire plus que jamais. Le capitalisme est la forme contemporaine du néolithique, et son asservissement des techniques par la concurrence, le profit et la concentration du capital ne fait que porter à leur comble les inégalités monstrueuses, les absurdités sociales, les massacres guerriers et les idéologies délétères, qui accompagnent depuis toujours, sous le règne historique de la hiérarchie des classes, le déploiement des techniques neuves »8.  James Scott n’entre pas lui-même dans ces considérations typologiques et il ne discute pas directement les penseurs modernes du rapport de l’histoire au progrès, et pourtant c’est bien le cœur du sujet de ce livre : à quoi bon la révolution néolithique ? Comprenons-nous vraiment bien ce qui s’est passé à ce moment de notre histoire universelle, ce que nous avons réalisé et dans notre espèce s’est engagée ?

  • 9 James C. Scott, Homo Domesticus, op. cit., p. 265.

5Et il y a de quoi s’interroger, en effet, sur l’intérêt qu’il y a de s’être donné tant de peine à être des héritiers de la révolution néolithique. Le module domus-État s’est imposé avec d’infinies difficultés à la faveur d’événements contingents (guerres, crises climatiques) dont la répétition a produit une situation générale d’opportunités convergentes, lorsque la sédentarisation et la domestication des plantes céréalières et du bétail étaient déjà données. On mesurera l’étendue de cette lutte pour la survie et l’extension du module domus-État, si l’on tient compte du fait que, d’après Scott, son hégémonie n’apparaît qu’au xviie siècle : « la fragilité des entités étatiques, leur vulnérabilité aux épidémies et l’existence d’une vaste périphérie non étatique ont probablement empêché l’établissement du moindre semblant d’hégémonie de l’État avant 1600 au plus tôt. Jusqu’alors, une bonne partie de la population mondiale n’avait jamais vu l’ombre d’un collecteur d’impôts (régulier), et ceux qui en avaient déjà vu un avaient toujours la possibilité de se rendre fiscalement invisibles »9. On a donc raison de parler de révolution néolithique, car le nouveau module domus-État, initialement un hold-up qui a réussi, a mis au jour un nouveau système de contraintes structurelles requalifiant la direction du conatus social, c’est-à-dire le type d’investissement auquel on soumet le désir et la volonté humaine étant donné la nature de la nouvelle forme de vie dans laquelle ils sont engagés. Avec l’État, la domestication n’est plus un élément désencastré au sein d’une économie de subsistance diversifiée, mais la maîtrise du territoire (sédentarisation), du vivant (domestication) et des hommes (police) devient l’enjeu même de la survie de la nouvelle forme d’existence sociale. 5 000 ans plus tard, nous continuons toujours de nous débattre dans les coordonnées définies par ce module, afin qu’il réalise un jour la promesse hégélienne d’une intégration rationnelle des différentes sphères institutionnelles non politiques (la famille, la sphère économique de la production et des échanges et le système juridique). L’homéostasie naturelle métastable à laquelle nous étions parvenue au terme de presque 300 000 ans de chasse et de cueillette est donc partie dans une dérive sans fin à cause des forces d’entraînement structurelles d’un artefact initialement imposé par la force. Cela en valait-il la peine ? Quelles ressources du génie technicien, quels sacrifices et quelle quantité d’énergie naturelle faudra-t-il dépenser pour réussir à mettre ce module imparfait et violent au service des intérêts des chasseurs-cueilleurs que nous sommes par nature ? 5 000 ans plus tard, où en sommes-nous de cette bataille avec notre propre invention ? Quelle victoire avons-nous conquis sur nous-même ? Pour combien d’entre nous ce module historique aura-t-il représenté un gain substantiel et une direction souhaitable ? Au prix de quels sacrifices passés et à venir ? Ce n’est pas le moindre des mérites de ce livre de s’imposer comme une référence dans la discussion de ces grandes questions d’actualité.

Haut de page

Notes

1 James C. Scott, The Art of Not Being Governed. An Anarchist History of Upland Southeast Asia, Yale University Press, 2009, Préface, p. X.

2 James C. Scott, Homo Domesticus, op. cit., p. 23.

3 Ibid., p. 61.

4 Ibid., p. 24.

5 Ibid., p. 17.

6 Sur celle-ci, Scott ne donne en effet que quelques indications et hypothèses très peu développées : une explication par le climat (p. 136) et une explication par l’affrontement entre cités rivales pour ce qui concerne la Basse Mésopotamie (p. 157).

7 Ibid., p. 39 § 2.

8 Alain Badiou, « Le capitalisme, seul responsable de l’exploitation destructrice de la nature », Le Monde, 26 juillet 2018 : https://www.lemonde.fr/series-d-ete-2018-long-format/article/2018/07/26/le-capitalisme-seul-responsable-de-l-exploitation-destructrice-de-la-nature_5336333_5325928.html. Cf. également, du même auteur, Éloge de la politique, Paris, Flammarion, « Café Voltaire », 2017.

9 James C. Scott, Homo Domesticus, op. cit., p. 265.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Chaîneau, « La révolution néolithique contre Sapiens »Philosophique [En ligne], 23 | 2020, mis en ligne le 12 juillet 2021, consulté le 28 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/philosophique/1448 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philosophique.1448

Haut de page

Auteur

Samuel Chaîneau

Professeur de philosophie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search