Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Notes de lectureMoraliser l’intelligence

Notes de lecture

Moraliser l’intelligence

Cédric Mouriès

Texte intégral

1À propos de : Pascal Engel, Les Vices du savoir. Essai d’éthique intellectuelle, Marseille, Agone, coll. « Banc d’essais », 2019, 612 p.

  • 1 William Clifford, L’Éthique de la croyance [1877], trad. Benoit Gaultier dans William Clifford – (...)

2Dans The Ethics of Belief, le mathématicien et philosophe anglais William Clifford affirme : « on a tort, partout, toujours et qui que l’on soit, de croire quoi que ce soit sur la base de données insuffisantes »1. En dépit de cette sentence peu nuancée, Clifford pose un véritable problème : celui des liens entre normes épistémiques et normes morales. Les croyances peuvent-elles être régulées par une éthique ? Croire le faux constitue-t-il une faute en plus d’une erreur ? C’est à ce problème qu’est consacré le dernier ouvrage de Pascal Engel qui se présente comme un essai d’éthique intellectuelle.

  • 2 « Avant Descartes, on ne pouvait pas être impur, immoral, et connaître la vérité. Avec Descartes, (...)

3Le projet peut sembler anachronique. La conception assimilant les vices intellectuels à des vices moraux est la vieille conception aristotélico-thomiste dont, à en croire Foucault, Descartes nous aurait débarrassé en prononçant l’indépendance des valeurs épistémiques vis à-vis des valeurs morales.2 Engel conteste doublement cette lecture : Descartes n’opère pas une telle séparation, et la tradition aristotélicienne des vertus intellectuelles se poursuit, bien que sous d’autres formes, chez les empiristes, chez Kant, et jusqu’au xixe siècle. Par ailleurs, de Trump aux complotistes, en passant par les fondamentalistes religieux, notre époque est caractérisée par l’inflation des discours revendiquant le droit de croire à peu près n’importe quoi au mépris des normes épistémiques les plus fondamentales. La philosophie, qui a souvent attaqué la norme de vérité et les prétentions de la science, devrait selon Engel renouer avec une tradition, sinon perdue du moins affaiblie, qui implique d’articuler, et non pas de séparer ou d’opposer normes épistémiques et normes morales.

4Mais un tel projet soulève d’assez nombreuses difficultés qu’Engel organise selon trois grands problèmes : a) problème normatif : les évaluations intellectuelles doivent-elles être envisagées en termes de devoirs ? b) problème du volontarisme : la volonté joue-t-elle un rôle dans nos croyances ? c) problème de la justification : selon quels critères peut-on dire d’une croyance qu’elle est justifiée, et cela est-il possible absolument ?

5Il ne s’agit pas pour Engel de revenir à la conception traditionnelle qui fait de l’éthique intellectuelle une simple partie de l’éthique en général, mais de défendre l’idée que l’éthique intellectuelle constitue un domaine autonome. C’est la principale originalité de la conception proposée par Engel, mais c’est aussi probablement sa plus grande difficulté. L’articulation des normes épistémiques et morales est pensée via une position à la fois disjonctive et inclusive en apparence paradoxale : il s’agit de montrer que les normes épistémiques et les normes morales constituent deux niveaux distincts qui, n’évoluant ni de façon parallèle ni de façon divergente, se recouvrent partiellement et s’imbriquent de façon complexe. On peut illustrer cette intrication à partir d’un exemple très simple : pourquoi la croyance du raciste est-elle mauvaise ? Est-ce pour des raisons morales (penser que les races sont inégales est mal) ou pour des raisons épistémiques (penser que les races sont inégales est faux) ? Il apparaît que ces deux niveaux, en un sens distincts, peuvent être liés car le raciste a une croyance fausse en dépit de toutes les preuves du contraire, par ailleurs tout à fait accessibles à une intelligence très moyenne. La croyance raciste est donc bien mauvaise car fausse, mais on peut aussi suggérer qu’elle est moralement mauvaise au sens où il dépend de la volonté d’examiner et d’admettre les preuves évidentes. Ce qu’Engel suggère est qu’un cas de ce type relève bien de l’éthique, mais d’une éthique spécifiquement intellectuelle : le racisme est ici envisagé non pas comme un vice purement moral (comme la paresse ou la gloutonnerie), mais comme le résultat d’un vice proprement intellectuel. En d’autres termes, il s’agit de soutenir qu’il y a un authentique agir épistémique, et non pas seulement un agir impliquant des attitudes épistémiques.

  • 3 Un argument très simple consiste en ceci que, dans le cas où l’on balance entre des raisons prati (...)

6C’est sur cette nuance que repose tout le propos d’Engel. L’éthique de la croyance constitue le cœur de cette entreprise dans la mesure où l’éthique intellectuelle « porte sur les devoirs ou sur les vertus propres à la capacité de former des croyances et d’obtenir des connaissances en général » (p. 21), et en cela elle relève « du domaine de la connaissance plutôt que de celui de l’action ou de la raison pratique » (p. 24). En opérant une telle nuance, on évite les difficultés qui résulteraient du refus de régler éthiquement la croyance au motif que la croyance ne constitue pas à proprement parler une action. Elle permet aussi d’apporter une réponse au problème du volontarisme. Si la possibilité d’une éthique de la croyance semble en effet indissociable d’une forme de volontarisme, le volontarisme doxastique – selon lequel nous croyons ce que nous voulons croire, et qui a un rôle central dans les arguments pragmatistes – soulève des difficultés, du fait de la confusion entre les raisons de croire et les raisons de vouloir croire. Contre le pragmatisme, Engel soutient qu’il y a bien incommensurabilité entre les raisons pratiques et les raisons épistémiques de croire3. Les raisons de croire semblent alors échapper à la volonté et du même coup au domaine de l’éthique. Malgré ce rejet du volontarisme doxastique, Engel considère néanmoins que nous pouvons être tenus pour responsables de nos croyances, mais il faut pour cela développer une forme de volontarisme compatible avec l’incommensurabilité des raisons pratiques et épistémiques.

  • 4 « La distinction des deux niveaux d’éthique de la croyance vise à séparer les conditions de valid (...)

7La solution d’Engel passe par la distinction entre une éthique première de la croyance qui « porte sur les croyances en général parce qu’elle découle des normes propres à la croyance » (p. 41), et une éthique seconde qui « concerne les façons dont les normes épistémiques peuvent réguler notre conduite épistémique » (p. 42). L’éthique première est constitutive. Elle dit ce qu’il faut croire, et repose sur l’évidentialisme (de l’anglais evidence, la preuve) : « Je défends l’idée qu’il y a des normes de la croyance, qui sont la vérité et la justification sur la base de preuves, et que ce que l’on doit croire relève exclusivement de la vérité et des preuves » (p. 41). Ce premier niveau ne dit pas quelles croyances sont acceptables ou non, mais établit seulement les normes du croire. L’éthique seconde est régulatrice et prend la forme d’une théorie des vertus intellectuelles. Elle détermine comment les normes épistémiques s’appliquent dans notre vie. Engel insiste bien sur l’hétérogénéité des deux niveaux qui diffèrent par leur structure et peuvent même diverger (comme lorsqu’on agit conformément à son devoir mais sans être vertueux). Cette distinction est l’un des points vraiment difficiles de l’ouvrage, mais elle permet selon l’auteur de prévenir un certain nombre d’objections subjectivistes ou relativistes qui ne manqueraient pas de souligner – avec raison – qu’une disposition comme la curiosité par exemple, valorisée à partir de la Renaissance et exaltée comme une vertu épistémique, était auparavant considérée comme un vice. Il ne faut pas confondre l’origine (relative aux accidents de l’histoire) et la nature : peut-être la vertu d’exactitude est-elle apparue avec Thucydide, mais cela ne relativise nullement sa valeur normative du point de vue épistémique. L’erreur serait, en confondant les deux niveaux, de croire que la relativité historique au niveau des vertus gâte l’objectivité et la normativité au niveau des valeurs4.

8La croyance étant normée par la vérité et la preuve, on peut définir la vertu épistémique fondamentale comme « une certaine sorte de sensibilité aux raisons, et une capacité à les respecter » (p. 272). Symétriquement, le vice épistémique est « une disposition, ou un ensemble de dispositions, reposant sur une insensibilité ou une ignorance des raisons et des normes de la croyance » (p. 273). Parler ici de sensibilité peut surprendre, mais c’est là tout l’enjeu et la difficulté d’une éthique de la croyance : la recherche du vrai engage bien aussi l’affect, et pour vouloir et chercher efficacement la vérité, encore faut-il l’aimer. Engel définit bien en ce sens la vertu épistémique comme une certaine disposition à être affecté par les raisons : les vertueux sont ceux sur qui les raisons ont une efficacité, ce qui n’implique pas seulement de les concevoir, mais bien d’en pâtir. Cette forme d’évidentialisme, plus mesurée que celle de Clifford, ne tombe pas sous le coup de la même réduction à l’absurde, précisément du fait de la distinction entre les deux niveaux d’éthique de la croyance. Le sujet pensant ne peut être tenu pour responsable du fait que ce qui lui semble constituer une preuve suffisante entraîne son adhésion rationnelle à telle ou telle croyance, et sa croyance n’est pas déterminée par sa volonté de croire, mais il doit en revanche être tenu pour responsable de vouloir ou non la vérité, et du fait qu’il considère telle ou telle preuve comme suffisante, car le zèle avec lequel il examine la suffisance d’une preuve et s’y soumet lorsqu’elle paraît suffisante est justement l’effet de cette volonté de vérité. C’est dans cette mesure qu’il devient possible de considérer qu’un sujet est bel et bien responsable de ses croyances.

9L’indifférence à la vérité est mère de tous les vices épistémiques. Tous les travers analysés par Engel dans la seconde partie sont en réalité les diverses formes résultant d’une indifférence ou tout au moins d’une négligence vis-à-vis de la vérité. Le projet d’une taxinomie systématique des vices et des vertus intellectuels soulève cependant des difficultés telles qu’Engel y renonce, mais il retient au moins trois composantes constitutives du vice épistémique : 1) une disposition plus ou moins stable à un certain type de conduite ou de pensée ; 2) le fait que cette disposition ait pour effet d’empêcher ou de rendre difficile la connaissance ; 3) le fait que cette disposition soit d’une manière ou d’une autre susceptible d’un contrôle pa r l’agent. Ainsi, la pure et simple stupidité ne saurait constituer un vice bien qu’elle rende difficile la connaissance, dans la mesure où elle ne semble pas sous le contrôle de l’agent ; ce n’est en revanche pas le cas de la sottise, qu’on peut définir comme une certaine façon d’être bête propre aux personnes intelligentes, et dont relèvent bien des vices analysés par Engel, comme l’impertinence ou le snobisme. Il y a par exemple une forme spécifiquement épistémique du snobisme, qu’Engel distingue du snobisme social, et qui consiste à vouloir juger comme la personne dont on estime le jugement (un grand professeur, un penseur admiré…) ; mais il s’agit d’un vice épistémique dans la mesure où l’agent est « mû par des raisons qui sont extérieures à la nature du jugement concerné et selon des critères étrangers à ce type de jugement » (p. 406).

10Bien que l’ouvrage d’Engel ne soit en aucun cas un pamphlet, la dimension polémique du propos est inévitable. Pour l’auteur, relève du vice intellectuel toute démarche consistant à « évaluer des productions de connaissance d’après des critères externes à la sphère du savoir » (p. 393) ; or, appartiennent à cette catégorie certaines tendances profondes de l’Université actuelle, marquée par un croissant souci de correction politique, et par l’omniprésence de problématiques sociales comme le genre ou la race. Par ailleurs, l’activité intellectuelle est perturbée par diverses pratiques anti-épistémiques (plagiat, non-vérification des sources, manipulation de résultats pour obtenir des crédits, etc.). Le monde hors de l’Université n’est pas mieux loti, qui se caractérise par une production organisée de l’ignorance catalysée par les nouveaux modes de communication : « Internet crée des illusions de savoir et de confiance que les populations n’avaient pas à l’état naturel de leur intelligence ou de leur bêtise. Il manufacture la bêtise et l’ignorance » (p. 510). Quant à Trump, il est au-delà du vice puisqu’Engel n’hésite pas à parler à son propos d’une authentique malveillance épistémique.

  • 5 Franz Brentano, L’Origine de la connaissance morale [1889], Paris, Gallimard, 2003.

11On pourrait objecter que le projet d’une éthique intellectuelle ainsi comprise suppose un réalisme des valeurs irrémédiablement périmé. Il y a ici une vraie difficulté dans la mesure où l’auteur entend bien défendre une forme non platonicienne de réalisme, garantissant l’objectivité des valeurs sans en faire des essences. Dans cette perspective, Engel s’inspire de la conception du bien développée par Brentano : « Au sens le plus large, le bien est ce qui mérite l’amour, ce qui peut être aimé avec un amour qui est correct »5, mais ne s’agit-il pas là d’une pétition de principe ? Pour prévenir une telle accusation, Engel convoque la notion de raison comme « concept normatif fondamental » : « une chose est valable (bonne, belle, vraie) si et seulement si on a de bonnes raisons d’avoir telle ou telle attitude vis-à-vis d’elle » (p. 418). Mais il faut bien alors déterminer des critères de correction de ces raisons. Pour échapper définitivement à la menace de la circularité, Engel fait valoir que dans certaines situations, on peut bien mettre en évidence l’incohérence de nos diverses raisons de faire ou de ne pas faire quelque chose. Il faut se demander si les raisons que nous suivons sont des raisons d’apprécier ou de rejeter l’objet lui-même, ou bien des raisons d’adopter telle ou telle attitude par rapport à l’objet, car leur asymétrie permet de distinguer bonnes et mauvaises raisons : « Chaque attitude détermine le type de raison qui lui est approprié. Quand un agent n’a pas le bon type de raison, c’est que ses raisons ne sont pas appropriées à l’objet « normal » ou approprié de l’attitude » (p. 422). Appliqué au domaine qui nous occupe, cela signifie qu’un jugement épistémique n’est éthiquement correct que si ses raisons sont épistémiques : « une conduite est vertueuse quand elle est conforme à la nature ou l’essence d’une attitude, et vicieuse autrement, et elle est en quelque façon incohérente dans ce dernier cas » (p. 413). C’est cette cohérence qui fournit le critère objectif mais non essentialisant dont une éthique intellectuelle actuelle a besoin.

12Enfin on pourra peut-être reprocher à Engel une posture moralisatrice totalement hors de propos. On pourrait tout à fait soutenir que ce qui compte dans le domaine épistémique, ce sont les résultats et non les intentions. De très grands progrès scientifiques ont sans doute été accomplis par orgueil ou par appât du gain, ou d’autres raisons encore moins avouables. Mais une telle objection manque sa cible : elle constate l’hétérogénéité des valeurs morales et des valeurs épistémiques, mais Engel la constate aussi, et c’est la raison pour laquelle l’éthique intellectuelle doit être conçue comme un domaine autonome de l’éthique générale. Ce qu’Engel cherche à établir, c’est qu’il y a une intention fondamentale dont nous ne pouvons pas ne pas tenir compte dans le domaine épistémique, et que cette intention a pour objet la vérité. Les vices purement moraux (paresse, lâcheté, etc.) n’ont qu’accidentellement des effets anti-épistémiques, tandis que ces effets sont essentiels dans le cas de l’indifférence à la vérité et aux preuves.

Haut de page

Notes

1 William Clifford, L’Éthique de la croyance [1877], trad. Benoit Gaultier dans William Clifford – William James, L’Immoralité de la croyance religieuse, Marseille, Agone, 2018, cité par Engel p. 60.

2 « Avant Descartes, on ne pouvait pas être impur, immoral, et connaître la vérité. Avec Descartes, la preuve directe suffit. Après Descartes c’est un sujet de connaissance non astreint à l’ascèse qui voit le jour » (« On the Genealogy of Ethics : An Overview of Work in Progress » [1983]. trad. Gilles Barbettes, Dits et écrits tome IV (1980-1988), Paris, Gallimard, 1994, p. 611-632, cité par Engel p. 30).

3 Un argument très simple consiste en ceci que, dans le cas où l’on balance entre des raisons pratiques, on peut choisir arbitrairement mais rationnellement l’une ou l’autre possibilité, tandis que si l’on balance entre des raisons épistémiques, il faut suspendre le jugement, car le choix serait irrationnel.

4 « La distinction des deux niveaux d’éthique de la croyance vise à séparer les conditions de validité objective des normes et des valeurs épistémiques de leurs conditions de régulation dans des pratiques et des dispositions individuelles et collectives. Elle n’implique donc aucune conception subjectiviste ou relativiste de ces normes et valeurs. » (p. 284).

5 Franz Brentano, L’Origine de la connaissance morale [1889], Paris, Gallimard, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Mouriès, « Moraliser l’intelligence »Philosophique [En ligne], 23 | 2020, mis en ligne le 12 juillet 2021, consulté le 26 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/philosophique/1449 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philosophique.1449

Haut de page

Auteur

Cédric Mouriès

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search