Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Notes de lectureArtifical you de Susan Schneider

Notes de lecture

Artifical you de Susan Schneider

Apolline Taillandier

Texte intégral

1À propos de : Susan Schneider, Artificial You : AI and the Future of your Mind, Princeton, Princeton University Press, 2019.

2Susan Schneider est professeure associée au département de philosophie de l’Université du Connecticut (États-Unis). Dans cet ouvrage destiné à une large audience, Schneider affirme la nécessité de clarifier la nature des états mentaux, de la conscience et de l’identité, pour garantir le développement de formes d’intelligence artificielle et d’amélioration cognitive désirables. Le problème conceptuel de la conscience artificielle, tel que Schneider le décrit, donne lieu à deux positions opposées en philosophie de l’esprit : la position naturaliste, selon laquelle une conscience ne peut émerger en l’absence de substrat biologique ; et la position techno-optimiste ou transhumaniste, inspirée du paradigme computationnaliste en sciences cognitives, qui suppose que les fonctions mentales peuvent être décrites sous la forme d’un algorithme et n’exclut pas en principe qu’une conscience artificielle soit possible. L’alternative défendue par Schneider est pragmatique : la pression des marchés et des intérêts militaires rend plausible le développement d’une ingénierie dédiée à la création d’une conscience artificielle consciousness engineering, et oblige à reconsidérer la possibilité d’une « intelligence synthétique » suivant les avancées technologiques. Schneider, qui souscrit à une théorie computationnaliste de l’esprit, propose un « test de conscience artificielle » qui permettrait d’identifier les intelligences artificielles devenues sensibles à ce que cela fait d’être elles-mêmes.

  • 1 Voir notamment Nick Bostrom, Superintelligence : Paths, Dangers, Strategies, Oxford, Oxford Univ (...)

3Selon Susan Schneider, l’enjeu philosophique de la conscience artificielle est moral : il s’agit de redéfinir la portée de nos obligations en évitant les préjugés spécistes hérités de l’évolution. Il est aussi « existentiel », au sens où des systèmes d’intelligence artificielle conscients seraient plus sensibles à la valeur d’autres formes de vie conscientes et au maintien des conditions nécessaires à la prospérité humaine. Si Schneider admet sa sympathie pour la « techno-utopie » transhumaniste et le dialogue qu’elle instaure entre problèmes de l’identité personnelle et problèmes de l’esprit, elle tient pour invraisemblables les conceptions les plus « radicales » de la personne comme « motif informationnel », et de l’esprit comme « logiciel », suggérées par les scénarios de cryogénisation ou de transfert de l’esprit humain sur un support artificiel (uploading). En contre-pied des prédictions annonçant l’imminence d’une singularité technologique, Schneider s’inscrit dans une littérature récente consacrée à la sécurité de l’intelligence artificielle (AI safety), et visant à alerter des risques d’extinction que pourrait poser une forme de « superintelligence » incontrollable1. Dans cette perspective, le principe de précaution justifierait la création volontaire d’une intelligence artificielle consciente et bienveillante, garante des progrès continus de l’intelligence humaine sur le long terme.

  • 2 . Susan Schneider, Artificial You, Princeton, Princeton University Press, 2019, p. 79.
  • 3 . Ibid., p. 12.
  • 4 Charles E. Gannon, Rumors of War and Infernal Machines  Technomilitary Agenda-setting in American (...)

4L’originalité de l’ouvrage tient moins aux discussions du problème de l’identité personnelle ou de la conscience artificielle – respectivement examinés dans les champs de l’ « éthique de l’amélioration humaine » et de l’éthique de la guerre – qu’au genre de contribution qu’il entend offrir. Présenté comme « un dialogue entre philosophie et science2 », Artificial You croise projections scientifiques, expériences de pensée classiques, illustrations tirées de la littérature et du cinéma de science-fiction, et scénarios de création de machines conscientes et d’interventions technologiques sur le cerveau popularisés par les écrits transhumanistes. L’imaginaire transhumaniste, en particulier y apparaît comme une « extrapolation plausible des développements technologiques actuels »3 et une ressource utile pour la réflexion philosophique. En ce sens, l’ouvrage de Susan Schneider attire notre attention sur les genres « impurs » de la spéculation scientifique et de la science-fiction comme formes récit de l’expérience de pensée, et sur la manière dont ils contribuent à une histoire du futur de l’humanité qui reconfigure les rapports entre formes de savoir et temps sociaux4.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Nick Bostrom, Superintelligence : Paths, Dangers, Strategies, Oxford, Oxford University Press, 2014 ; Martin Rees, Our Final Century ? : Will the Human Race Survive the Twenty-first Century ?, London, William Heinemann Ltd, 2003 ; Murray Shanahan, The Technological Singularity, Cambridge-MA, MIT Press, 2015 ; Stuart Russell, Human Comptible : Artificial Intellligence and the Problem of Control, New York, Viking, 2019.

2 . Susan Schneider, Artificial You, Princeton, Princeton University Press, 2019, p. 79.

3 . Ibid., p. 12.

4 Charles E. Gannon, Rumors of War and Infernal Machines  Technomilitary Agenda-setting in American and British Speculative Fiction, Liverpool, Liverpool University Press, 2003 ; Nasser Zakariya, A Final Story : Science, Myth, and Beginnings, Chicago, The University of Chicago Press, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Apolline Taillandier, « Artifical you de Susan Schneider »Philosophique [En ligne], 23 | 2020, mis en ligne le 12 juillet 2021, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/philosophique/1453 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philosophique.1453

Haut de page

Auteur

Apolline Taillandier

Sciences Po, Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search