Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24La variété des perspectives chez ...

La variété des perspectives chez Arendt : l’édification du monde commun par la fenêtre

Lucie Jeanguyot

Texte intégral

  • 1 Gérard Wajcman, Fenêtre. Chroniques du regard et de l’intime, Lagrasse, Verdier, « Philia », 2004 (...)

1Ces notes sur Arendt s’inscrivent dans le cadre d’un travail de recherche qui porte sur les manières de voir et leur conditionnement par les fenêtrages. Aussi voudrions-nous mettre à l’épreuve une hypothèse : la pensée du monde commun prend pour modèle un paradigme de la vision dont l’efficacité dépend de la mise en place d’un artifice qui cadre la vue : la fenêtre, si l’on entend par là un dispositif qui permet d’établir une séparation entre le privé et le commun, aussi bien qu’une technique du voir qui rend possible et pensable la communication de perspectives liées à des spectateurs situés à des points différents de l’espace. À notre connaissance, le mot « fenêtre » n’apparaît pas dans les textes d’Arendt, mais les termes « aspects » et « perspective » fonctionnent comme des dérivés qui font signe vers un modèle de vision qui met en jeu un certain cadrage du monde. La vision naturelle, celle du sujet, a besoin d’un « appareillage »1 grâce auquel elle peut, littéralement, voir au-dehors : cet artefact, c’est la fenêtre ouverte sur l’histoire des hommes.

2Dans la Condition de l’homme moderne, Hannah Arendt envisage le monde commun en relation avec la pluralité des perspectives :

  • 2 Hannah Arendt, Condition de l’homme moderne, traduit de l’anglais par Georges Fradier, Paris, Cal (...)

Lorsque les choses sont vues par un grand nombre d’hommes sous une variété d’aspects [variety of aspects] sans changer d’identité, les spectateurs qui les entourent sachant qu’ils voient l’identité dans la parfaite diversité [diversity], alors, alors seulement apparaît la réalité du monde, sûre et vraie.2

  • 3 Ibid.

Dans les conditions d’un monde commun, ce n’est pas d’abord la « nature commune » de tous les hommes qui garantit le réel ; c’est plutôt le fait que, malgré les différences de localisation et la variété des perspectives [variety of perspectives] qui en résulte, tous s’intéressent toujours au même objet.3

  • 4 Ibid., p. 97, 98 et 99. Ces cinq occurrences sont bien présentes dans le texte anglais original.
  • 5 Le champ lexical de l’ouïe est aussi bien présent mais il semble occuper un second plan.
  • 6 La liste n’est pas exhaustive.

3Dans le paragraphe intitulé « domaine public : le commun », on peut relever cinq occurrences du mot « perspective »4, auxquelles s’ajoute l’omniprésence du champ lexical de la vue5 : « être vu » [can be seen], « l’apparence » [appearance], « la vue » [being seen], « la présence des autres voyant ce que nous voyons » [who see what we see], « apparence » [appaearance], « apparaître » [appear], « lumière » [light], « illumination » [bright light], « être vu »[being seen], « les aspects »[aspects], « la somme des aspects » [the sum total of aspects], « les choses sont vues » [things can be seen], « variété d’aspects » [variety of aspects], « multitude de spectateurs » [multitude of spectators], « nombreux aspects » [many aspects], « privés de voir » [deprived of seeing], « être vus » [being seen], « un seul aspect » [only one perspective]6. La constitution du commun renvoie à un régime de vision que l’on pourrait qualifier de perspectiviste.

  • 7 D’après Léonard de Vinci, « Il est trois sortes de perspective : […] Perspective linéaire. Perspe (...)
  • 8 Emmanuel Alloa, Partages de la perspective, 2020, Paris, Fayard, « Une question de perspective », (...)
  • 9 « La racine thé-Θe indique une connaissance volontaire et soutenue. » Yvan Gobry, Le vocabulaire (...)

4La perspective est naturelle quand elle décrit le fonctionnement de l’organe de la vue (optique appliquée à la physiologie), et artificielle quand elle désigne l’ensemble des techniques figuratives qui consistent à donner de la profondeur7. Condition de la vision et de la représentation, la perspective est aussi condition de la pensée en cela qu’elle se rapporte à la capacité humaine de discerner et de juger, comme le rappelle l’étymologie : en anglais comme en français, le mot « perspective » désigne en effet aussi bien un angle de vue qu’une « attitude mentale »8, ambiguïté bien présente dans les expressions suivantes : « point de vue », « manière de voir », « aspects », « vision des choses », ou « théorie »9.

  • 10 Comme le fait remarquer Emmanuel Alloa, la perspective est souvent associée, sinon assimilée, au (...)

5L’édification du monde engage un certain modèle visuel : quel est le paradigme de la vision qui sous-tend la constitution du commun et comment fonctionne-t-il ? A travers l’examen du modèle perspectif, il s’agit d’identifier un régime de la vision et de la pensée qui permet de comprendre l’émergence du monde commun : comment des perspectives multiples, situées, et limitées, peuvent-elles communiquer et œuvrer à la construction du monde commun10 ? Comment le commun peut-il émerger de la variété des perspectives ?

La visibilité du commun : une histoire de fenêtres

  • 11 Arendt, La vie de l’esprit. La pensée. Le vouloir, Paris, Puf, « Quadrige », 2013, Appendice. « L (...)
  • 12 Il convient de relativiser l’affirmation. Arendt précise en effet que la vue, l’ouïe et le touche (...)

6On pourrait objecter ici que ce n’est pas la vue mais le « goût » qui est « élevé au rang de la faculté mentale de jugement »11. Or il ne s’agit pas de rabattre le sens commun sur le sens de la vue, ni de substituer la vision au goût, mais de mettre au jour un modèle esthétique qui permet de comprendre la manière dont le commun se constitue. Si le sens de la vue est un sens privé, à l’instar de tous les sens12, alors comment peut-il aboutir à une vision commune ?

  • 13 « Le mot ’’public’’ […] signifie d’abord que tout ce qui paraît en public peut être vu et entendu (...)
  • 14 « Je parlerai donc, en omettant toute autre chose, de ce que je fais lorsque je peins. Je trace d (...)
  • 15 Voir note précédente. Dans les Carnets, Léonard de Vinci définit la perspective en la ramenant à (...)
  • 16 « Nous parlerons de ’’vision perspective’’ de l’espace là et là seulement où l’artiste dépasse la (...)
  • 17 Genre narratif, « […] l’historia est à la fois surface peinte et récit. », ibid., glossaire, p. 3 (...)

7Le commun, domaine de la publicité, est un espace de visibilité : c’est le monde des apparences offertes aux yeux de tous13. Se dessine alors ce que l’on peut appeler une esthétique du commun. Le mot perspective, emprunté au vocabulaire de l’art, renvoie aux conditions de la représentation picturale. Dans le traité De la peinture, la perspective est présentée par Alberti comme une technique qui permet de donner à voir à un sujet-spectateur l’espace dans lequel se déploie l’histoire des hommes14. Le sujet-spectateur et l’histoire des hommes sont désormais reliés par un dispositif dont l’innovation majeure réside dans la mise en place d’une interface, section du cône de vision, autrement appelé « fenêtre »15, qui fait office de point de jonction entre les deux. En ce sens la perspective naît de la « transformation » du tableau en fenêtre16. L’historia aperçue depuis la fenêtre appartient au double registre du visuel et du logos, elle est à la fois image et récit17, soit la représentation d’une action qui s’insère dans un schéma narratif bien connu du spectateur dont le rôle n’est pas anecdotique : on comprend que c’est parce qu’elle est vue que l’histoire peut être racontée. De manière similaire, Arendt semble accorder au spectateur, dans la mesure où il est doué de parole, le pouvoir de faire entrer l’histoire dans le monde commun :

  • 18 Hannah Arendt, op. cit., p. 251.

Même si les histoires sont les résultats inévitables de l’action, ce n’est pas l’acteur, c’est le narrateur qui voit et qui « fait » l’histoire.18

8Commentant Kant, Arendt ajoute qu’

  • 19 Id., Vie de l’esprit, op. cit., p. 552.

On […] est porté à imaginer que pour juger d’un spectacle, il faut d’abord qu’il existe, que le spectateur passe après l’acteur – en négligeant le fait qu’aucun individu jouissant de toutes ses facultés n’irait monter un spectacle s’il n’était assuré d’un public. Kant est convaincu que le monde privé de l’homme serait un désert, et monde sans homme, pour lui, veut dire sans spectateur.19

9La relation qui s’établit entre le monde réel et nous-mêmes est médiatisée par d’autres perspectives :

  • 20 Id., Condition de l’homme moderne, op. cit., p. 90.

C’est la présence des autres voyant ce que nous voyons, entendant ce que nous entendons, qui nous assure de la réalité du monde et de nous-mêmes20

  • 21 « [Mais] ni Alberti, ni Léonard et encore moins Dürer, n’ont jamais conçu le tableau comme une fe (...)

10Ainsi le caractère de publicité de l’histoire tient à l’existence d’une mise en récit par la parole, laquelle suppose à son tour la présence d’un témoin oculaire bénéficiant d’une perspective sur l’action, c’est-à-dire d’une fenêtre. C’est en effet parce qu’il jouit d’une perspective délimitée par une fenêtre que « le narrateur » peut voir l’histoire et en faire le récit. À travers la notion d’historia sur laquelle elle ouvre, la fenêtre albertienne participe donc de la mise en place des éléments constitutifs de la visibilité du monde commun chez Arendt. Il devient alors légitime de dire que la fenêtre d’Alberti, qui donne un aperçu de l’histoire des hommes, ouvre sur le monde. Le glissement de sens parfois décrié21 a du sens : la fenêtre est ouverture sur le monde commun dans la mesure où elle offre une vue sur l’histoire.

  • 22 Grand dictionnaire de la philosophie, sous la direction de Michel Blay, Paris, Larousse, CNRS Édi (...)

11Le rapprochement avec l’esthétique albertienne pourrait s’arrêter là si on considère qu’à la différence d’Arendt, l’espace commun du peintre ne doit rien à la diversité des perspectives. On n’a pas manqué de souligner en effet que le dispositif perspectif albertien exclut la pluralité des points de vue en ce qu’il présuppose un « spectateur unique, monoculaire et immobile »22. Nous y voyons plutôt la tentative de codifier les conditions communes d’accès à un espace commun distinct de l’environnement animal et distinct de l’espace homogène et universel de la géométrie. À travers la délimitation d’une fenêtre ouvrant sur l’histoire ou le monde des hommes, il s’agit de permettre, littéralement, un partage de la perspective : c’est parce que l’espace s’organise depuis la perspective d’un sujet singulier qu’il est potentiellement accessible à un autre. On peut alors considérer que la fenêtre, dans la mesure où elle participe d’une codification qui permet de se représenter l’espace tel qu’il est vu par un autre, met en place les conditions d’un échange des points de vue sans lequel il n’y aurait pas de monde commun. La constitution du commun ne consiste pas à juxtaposer la vision du sujet et celle d’autrui selon une alternance mécanique. Comme le souligne Hubert Damisch, le modèle perspectif introduit le point de vue d’une tierce personne :

  • 23 Hubert Damisch, L’origine de la perspective, Paris, Flammarion, « Champsarts », 2012, p. 459 [198 (...)

Le paradigme perspectif ne fait pas que poser, face au « sujet », l’autre, comme toujours déjà là : il introduit le tiers, jusque-là exclu par un art (comme l’était celui du Moyen-Âge) essentiellement contemplatif, et qui coupait court à toute possibilité de passer d’une position à l’autre, aussi bien que d’entrer dans le tableau comme sur une « scène ».23

  • 24 Ibid., p. 460.

12Et Damisch de relever une « analogie entre le paradigme perspectif et le paradigme de l’énonciation »24. De fait le monde commun ne se réalise qu’à partir du moment où est pris en considération le « point de vue » d’un contradicteur possible :

  • 25 Hannah Arendt, Vies politiques, Paris, Gallimard, « Tel », 1974, « De l’humanité dans de ’’sombre (...)

Le dialogue […] se soucie du monde commun, qui reste « inhumain » en un sens très littéral, tant que des hommes n’en débattent pas constamment.25

13Aussi s’agit-il d’

  • 26 Hannah Arendt, Vie de l’esprit, op. cit., p. 548.

Accepter ce qui se passe dans l’esprit de ceux dont « le point de vue » (réellement le point d’où part leur vue, les conditions auxquelles ils sont soumis, toujours différentes d’un individu à l’autre, d’une classe ou d’un groupe par opposition aux autres).26

  • 27 Emmanuel Kant, Critique de la faculté de juger, édition publiée sous la direction de Ferdinand Al (...)
  • 28 Ibid.
  • 29 Cette opération n’est autre que la compréhension : « nous pouvons comprendre soit en associant l’ (...)

14Dans le domaine théorique, la fenêtre ouverte sur le monde correspond à la maxime kantienne de la pensée élargie ou pensée ouverte, qui consiste à « penser en se mettant à la place de tout être humain »27 . Ainsi, par la seule prise « en compte » des « caractéristiques formelles de notre représentation »28, la fenêtre et l’imagination travaillent à l’édification d’un monde commun. On pourrait là aussi faire fonctionner l’analogie : l’imagination exerce dans le champ politique la même fonction que la fenêtre dans le champ esthétique, ce qui signifie que dans leurs domaines respectifs, la fenêtre et l’imagination opèrent pareillement le passage du particulier au général29. Ou plutôt faudrait-il dire que l’imagination comme faculté fonctionne comme une fenêtre au sens où elle permet, littéralement, de changer de perspective, c’est-à-dire de voir à la place d’un autre.

Fenêtres en perspective : tout ce qui est à voir est à l’extérieur

15La possibilité de se mettre à la fenêtre afin de changer de point de vue fait que l’irréductible pluralité des perspectives, loin de fragmenter et de séparer les hommes dans des visions incommunicables, confère une « réalité » au monde commun :

  • 30 Hannah Arendt, Condition de l’homme moderne, op. cit., p. 97-98.

(…) la réalité du domaine public repose sur la présence simultanée de perspectives, d’aspects innombrables [simultaneous presence of innumerable perspectives and aspects…] sous lesquels se présente le monde et pour lesquels on ne saurait imaginer ni commune mesure ni commun dénominateur.30

  • 31 « Il n’y a de monde commun que parce qu’il n’y a aucune approche privilégiée qui permettrait de s (...)
  • 32 « Aux visions transcendantales que la perspective ne peut mesurer se substitue la terre, mesurabl (...)
  • 33 « Cette conception [la « polyfocalité »] sera remplacée par la monofocalité de la ’’fenêtre ouver (...)

16L’existence du commun ne doit rien à une « commune mesure » qui serait préalablement donnée et qui permettrait de relativiser ou de subsumer la diversité des perspectives car cela reviendrait à établir un point de vue privilégié qui l’anéantirait. Le commun naît de l’impossible privatisation du monde : aucun point de vue n’est éminent. Le monde est commun parce qu’il n’y a pas de hiérarchisation des points de vue selon le statut social, et parce qu’il n’y a pas de point de vue qui surplomberait tous les autres dans une vision transcendante et absolue de l’ordre du monde31 : l’ordre humain n’est plus soumis à celui de Dieu32. La perspective arendtienne correspond à la sécularisation de l’espace introduite par la vision monofocale conditionnée par le tracé de la fenêtre en peinture33. Ce modèle perspectif correspond à l’avènement du sujet spectateur, pour qui le monde est le spectacle des apparences.

17De même que les apparences, il n’y a de perspectives qu’au pluriel : le terme souvent associé est celui de « variété ». Principe esthétique traditionnellement associé à l’unité pour penser la beauté à la Renaissance, la variété s’applique essentiellement, dans le registre du savoir, aux espèces animales et végétales. Si l’on suit Arendt, l’attention portée aux apparences dans leur diversité trouve sa justification dans les travaux récents d’un biologiste suisse, Adolf Portmann, qui défend la thèse selon laquelle

  • 34 Hannah Arendt, La vie de l’esprit. La pensée. Le vouloir, op. cit., p. 47-48.

[…] les organes internes, non apparents, ont pour seul rôle d’engendrer et de maintenir les apparences.34

  • 35 Le mot est de Paul Léautaud, Le Petit Ami, Mercure de France, 1964 [1903].

18La variété des apparences prime l’essence, les organes invisibles sont seconds car subordonnés aux apparences. La biologie renverse l’ordre métaphysique. Même à un niveau infra humain, l’ordre du visible commande celui de l’invisible. Contre toute attente, le vivant est déjà soumis à l’ordre visuel d’un « strict superflu »35 :

  • 36 Ibid., p. 48.

[…] Portmann démontre – ce devrait être visible à l’œil nu – que l’incroyable variété de vie animale et végétale, l’exubérance d’un étalage purement superflu sur le plan fonctionnel ne se satisfont pas des théories savantes qui voient la vie en termes de fonctions.36

19Au niveau biologique, la vie organique est relevée par le désir de se manifester dans sa singularité, toute apparente :

  • 37 Ibid., p. 50.

C’est, à la vérité, comme si toute chose vivante – en plus du fait que sa surface est faite pour paraître, digne d’être vue et destinée à apparaître aux autres – était mue par le besoin de paraître, de s’intégrer au monde des apparences en étalant non son « moi intérieur » mais l’individu qu’elle constitue.37

  • 38 Nous nous référons ici à Deleuze, pour qui « Le trait du Baroque, c’est le pli qui va à l’infini  (...)
  • 39 Il est certain qu’il y a dans le classicisme, au niveau superstructurel, une aspiration au soleil (...)

20Le monde commun à l’échelle humaine n’est autre que la continuation d’un besoin naturel de paraître. Le besoin d’être vu ne va pas sans son pendant symétrique, ou son corrélat, le besoin de voir. C’est ainsi que chez Arendt, la variété gagne le monde des hommes : elle n’est donc plus seulement du côté des apparences, c’est-à-dire du monde vu, mais du côté des spectateurs, c’est-à-dire de ceux qui jouissent d’une perspective. À la varietas rerum de la Renaissance se superpose donc la variété des manières de voir apportée par la perspective, condition de l’émergence du commun, de sorte que, littéralement, dans le monde public, tout ce qui est à voir est à l’extérieur. À rebours de l’esthétique baroque, dont les fenêtres ne délivrent pas de vue sur le dehors38, l’édification du monde chez Arendt tient aux conditions d’une vision perspicace : on comprend alors pourquoi le domaine public des apparences, ordonné selon le régime classique de la vision, ne saurait se passer de lumière39.

Haut de page

Notes

1 Gérard Wajcman, Fenêtre. Chroniques du regard et de l’intime, Lagrasse, Verdier, « Philia », 2004, p. 21.

2 Hannah Arendt, Condition de l’homme moderne, traduit de l’anglais par Georges Fradier, Paris, Calmann-Lévy, « Agora » Pocket, 1983, « Le domaine public et le domaine privé », « Domaine public : le commun », p. 98. [Version originale anglaise sur Google books : The Human Condition, University of Chicago Press, 2013, « The Public and the Private Realm », « The Public Realm : the common », p. 50]

3 Ibid.

4 Ibid., p. 97, 98 et 99. Ces cinq occurrences sont bien présentes dans le texte anglais original.

5 Le champ lexical de l’ouïe est aussi bien présent mais il semble occuper un second plan.

6 La liste n’est pas exhaustive.

7 D’après Léonard de Vinci, « Il est trois sortes de perspective : […] Perspective linéaire. Perspective de la couleur. Perspective de la diminution. » Carnets, Édition présentée et annotée par Pascal Brioist, Paris, Gallimard, Quarto, 2019, p. 1045.

8 Emmanuel Alloa, Partages de la perspective, 2020, Paris, Fayard, « Une question de perspective », p. 10.

9 « La racine thé-Θe indique une connaissance volontaire et soutenue. » Yvan Gobry, Le vocabulaire de la philosophie, Paris, Ellipses, « Le vocabulaire de… », 2000, p. 130.

10 Comme le fait remarquer Emmanuel Alloa, la perspective est souvent associée, sinon assimilée, au relativisme : « Relier un fait ou une valeur à une perspective serait d’emblée la ramener à une ’’opinion particulière’’ . » op. cit., p. 10.

11 Arendt, La vie de l’esprit. La pensée. Le vouloir, Paris, Puf, « Quadrige », 2013, Appendice. « Le juger », pp. 556 [1981 première édition française].

12 Il convient de relativiser l’affirmation. Arendt précise en effet que la vue, l’ouïe et le toucher sont les moins privés des cinq sens : « La vue, l’ouïe, le toucher portent directement, et pour ainsi dire objectivement, sur les objets ; l’odorat et le goût produisent des sensations internes qui sont totalement privées et incommunicables ; […]. Hannah Arendt, La vie de l’esprit, op. cit., p. 555.

13 « Le mot ’’public’’ […] signifie d’abord que tout ce qui paraît en public peut être vu et entendu de tous, jouit de la plus grande publicité possible. Pour nous l’apparence – ce qui est vu et entendu par autrui comme par nous-mêmes – constitue la réalité. » Hannah Arendt, Condition de l’homme moderne, op. cit., p. 89.

14 « Je parlerai donc, en omettant toute autre chose, de ce que je fais lorsque je peins. Je trace d’abord sur la surface à peindre un quadrilatère de la grandeur que je veux, fait d’angles droits, et qui est pour moi une fenêtre ouverte par laquelle on puisse regarder l’histoire, et là je détermine la taille que je veux donner aux hommes dans ma peinture. » [Leon Battista Alberti, La Peinture, texte latin, traduction française, version italienne, Édition de Thomas Golsenne et Bertrand Prévost, revue par Yves Hersant, Paris, Seuil, « Sources du savoir », 2004, livre II, p. 141, [De pictura, 1435, année de rédaction].

15 Voir note précédente. Dans les Carnets, Léonard de Vinci définit la perspective en la ramenant à un élément de la fenêtre, qui n’est plus l’ouverture du De pictura, la percée qui donne sur un ailleurs, mais la vitre, « paroi de verre » qui instaure et maintient la distance  : « La perspective n’est rien autre que la vision d’un objet derrière un verre lisse et transparent, à la surface duquel pourront être marquées toutes les choses qui se trouvent derrière le verre ; ces choses approchent le point de l’œil sous forme de diverses pyramides que le verre coupe », op. cit., p. 1186. Un peu plus loin, l’artiste florentin conseille de percer une fenêtre pour apprécier le dessin en perspective : « Il faudrait donc faire une fenêtre grande comme ton visage, ou en vérité un trou par où tu regarderais cette ouverture. », p. 1190.

16 « Nous parlerons de ’’vision perspective’’ de l’espace là et là seulement où l’artiste dépasse la simple représentation ’’en raccourci’’ d’objets singuliers, tels que meubles ou maisons, pour transformer selon l’expression d’un autre théoricien de la Renaissance son tableau tout entier en une sorte de ’’fenêtre’’ par laquelle, comme l’artiste veut nous le faire croire, notre regard plonge dans l’espace. », Erwin Panofsky, La perspective comme forme symbolique, Paris, Les Éditions de Minuit, « Sens commun », 1975, I, p. 38.

17 Genre narratif, « […] l’historia est à la fois surface peinte et récit. », ibid., glossaire, p. 323.

18 Hannah Arendt, op. cit., p. 251.

19 Id., Vie de l’esprit, op. cit., p. 552.

20 Id., Condition de l’homme moderne, op. cit., p. 90.

21 « [Mais] ni Alberti, ni Léonard et encore moins Dürer, n’ont jamais conçu le tableau comme une fenêtre ouverte sur le monde. proportions. » [Marco Franciolli, Giovanni Lovane, Sylvie Würmann (dir.), Fenêtres de la Renaissance à nos jours. Dürer, Monet, Magritte…, catalogue d’exposition, Lugano, Museo cantonale d’Arte, Lausanne, Fondation de l’Hermitage, (25 janvier-20 mai 2013), Skira-fondation de l’Hermitage, 2013, p. 28.]

22 Grand dictionnaire de la philosophie, sous la direction de Michel Blay, Paris, Larousse, CNRS Éditions, 2005.

23 Hubert Damisch, L’origine de la perspective, Paris, Flammarion, « Champsarts », 2012, p. 459 [1987].

24 Ibid., p. 460.

25 Hannah Arendt, Vies politiques, Paris, Gallimard, « Tel », 1974, « De l’humanité dans de ’’sombres temps’’. Réflexions sur Lessing », traduit de l’allemand par Barbara Cassin et Patrick Lévy, IV, p. 34 [1955].

26 Hannah Arendt, Vie de l’esprit, op. cit., p. 548.

27 Emmanuel Kant, Critique de la faculté de juger, édition publiée sous la direction de Ferdinand Alquié, Paris, Gallimard, « folio essais », 1985, « Analytique du sublime », § 40, p. 245.

28 Ibid.

29 Cette opération n’est autre que la compréhension : « nous pouvons comprendre soit en associant l’événement particulier à un universel qui est lui-même déjà donné, soit en créant à l’aide de l’imagination un universel qui puisse correspondre au particulier. La seule différence entre la définition kantienne et les termes utilisés par Arendt est qu’elle ne parle pas exactement d’universalité, mais de généralité. » Marie-Véronique Buntzly, Le jugement comme faculté politique chez Hannah Arendt, [thèse de doctorat de philosophie, 2015, École doctorale de l’École Pratique des Hautes Études, Paris, EPHE], http://www.theses.fr/2015EPHE5061, p. 37.

30 Hannah Arendt, Condition de l’homme moderne, op. cit., p. 97-98.

31 « Il n’y a de monde commun que parce qu’il n’y a aucune approche privilégiée qui permettrait de se l’approprier. » Emmanuel Alloa, op. cit., « Ouvertures », p. 69-70.

32 « Aux visions transcendantales que la perspective ne peut mesurer se substitue la terre, mesurable et accessible. Il en résulte un espace fictif, délimité par un cadre neutre, que le spectateur peut saisir d’un seul regard, tandis que les peintures polyfocales offrent à l’œil une succession d’acteurs ou d’événements autonomes, avec autant de foyers que d’unités d’action. » Werner Hofmann, Une époque en rupture. 1750-1830, traduit de l’allemand par Miguel Couffron, Paris, Gallimard, « L’univers des formes », 1995, chapitre 1, p. 8.

33 « Cette conception [la « polyfocalité »] sera remplacée par la monofocalité de la ’’fenêtre ouverte’’, telle qu’elle sera encore définie en 1879 par Viollet-le-Duc : ’’surface plane’’, plan interposé entre les objets et toi’’. Le tableau en ’’fenêtre ouverte’’ se réfère donc essentiellement au monde sensible et aux objets qui le composent. », ibid.

34 Hannah Arendt, La vie de l’esprit. La pensée. Le vouloir, op. cit., p. 47-48.

35 Le mot est de Paul Léautaud, Le Petit Ami, Mercure de France, 1964 [1903].

36 Ibid., p. 48.

37 Ibid., p. 50.

38 Nous nous référons ici à Deleuze, pour qui « Le trait du Baroque, c’est le pli qui va à l’infini » [Gilles Deleuze, Le pli. Leibniz et le baroque, Paris, Les Éditions de Minuit, collection « critique », 1988, p. 5]. Ainsi dans l’esthétique baroque, « Aux trous se substituent les plis. Au système fenêtre-campagne s’oppose le couple ville-table d’information. » [ibid., p. 38]. Le paradigme de la vision cède sa place à celui de la lecture : « on ne voit plus, on lit. » (p. 43). D’où la description de la pièce baroque : « Enfin, l’idéal architectural d’une pièce en marbre noir, où la lumière ne pénètre que par des orifices si bien coudés qu’ils ne laissent rien voir du dehors, mais illuminent ou colorent les décorations d’un pur dedans […] ». [p. 39]

39 Il est certain qu’il y a dans le classicisme, au niveau superstructurel, une aspiration au soleil, une sorte de complexe d’Icare. Ce rêve de transparence absolue se manifeste essentiellement par l’importance accordée à la discipline, comme si l’ordre se confondait avec la lumière. Claude-Gilbert Dubois, Le Baroque. Profondeurs de l’apparence, Paris, Larousse université, « thèmes et textes », 1973, p. 31.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Jeanguyot, « La variété des perspectives chez Arendt : l’édification du monde commun par la fenêtre »Philosophique [En ligne], 24 | 2021, mis en ligne le 19 juillet 2021, consulté le 24 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/philosophique/1523 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philosophique.1523

Haut de page

Auteur

Lucie Jeanguyot

Laboratoire des Logiques de l’Agir

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search