Skip to navigation – Site map

HomeNuméros24Kant : la nécessité au fondement ...

Kant : la nécessité au fondement de l’idée de communauté humaine

Angèle L’Hôte

Full text

1Chercher à établir un commun, ou ce qui est commun à l’humanité, est une question qui bien souvent trouve comme seule résolution une définition claire de l’être humain, doté de caractéristiques et de facultés déterminées. Cette démarche nourrissant déjà amplement le débat philosophique, nous nous concentrerons plutôt sur une reconsidération du problème de la détermination de ce que pourrait être la communauté humaine. Notre travail de recherche a pour objet la nécessité et l’obligation chez Kant, et par là plus généralement, le passage possible entre théorie et pratique dans la systématicité de l’œuvre. Si notre objet nous invite évidemment à interroger l’idée d’une nature humaine et de ses capacités, il nous a paru intéressant de noter que Kant permet d’en offrir non pas la solution miracle, mais d’en poser la question antérieure : celle de la condition d’un tel concept. Notre étude nous a permis de comprendre la nécessité et l’obligation comme les modalités d’après lesquelles l’individu humain s’inscrit soit dans le champ de la science, soit dans celui de la morale. Ces deux registres, qui correspondent dans la conceptualité kantienne au règne de la nature, et au règne de la liberté, sont les deux mondes auxquels nous appartenons en tant qu’humains, c’est-à-dire en tant qu’êtres à la fois sensibles et rationnels. Ce que nous souhaitons montrer ici, c’est que bien avant de prétendre décrire une communauté humaine et ses caractéristiques, Kant s’attache à élaborer et présenter la condition fondamentale de cette idée d’un commun, et expose le principe d’après lequel peut être pensée une communauté d’êtres inscrits également dans deux registres distincts, en assumant cette double réalité (sans se contenter de définir l’humanité depuis sa seule rationalité). Or, cette condition apparait en analysant la force conceptuelle accordée à la catégorie de la nécessité dans chacun des deux registres, en lien avec les concepts de loi et de raison. Nous proposons ainsi de présenter une courte étude de la façon dont la nécessité est au fondement de toute conception d’une communauté humaine chez Kant, au sens où elle conditionne la validité d’une telle affirmation. Cette note vise donc à mettre au jour la richesse du concept de nécessité, en regard de la compréhension de l’humanité comme une sorte de communauté d’êtres doublement spécifiques.

L’approche transcendantale : la catégorie comme condition commune

La nécessité comme catégorie

  • 1 En effet, la nécessité, en tant que catégorie de l’entendement, est a priori, c’est-à-dire absolu (...)

2Affirmer que la nécessité est au fondement de l’établissement d’une classe, comme groupe d’individus ayant quelque chose en commun, n’est pas une démarche qui détonne dans l’exercice philosophique. Comment la philosophie pourrait-elle accepter théoriquement un concept de définition dont elle se satisferait de la contingence ? En revanche, c’est la forme de la nécessité mobilisée qui suscite notre intérêt, puisque l’auteur, par la distinction entre phénomènes et choses en soi, invalide la seule possibilité de prétendre à une connaissance des objets en eux-mêmes, mais seulement à celle de leur manifestation : l’idée de nécessité ne peut justifier aucune théorie dès lors qu’on la placerait dans les choses1. Il serait envisageable de supposer une nécessité proprement historique et naturelle de l’humanité, mais comment réussir à accorder une réalité aussi factuelle que le fait historique au concept d’humanité sans le priver de sa densité morale et raisonnable ? Et par ailleurs, ne faut-il pas avoir au préalable une certaine idée de ce qui est commun aux humains pour voir dans la nature une nécessité de cette définition ? La densité de l’humain que nous venons d’évoquer, c’est une dualité, entre l’individu physique et sensible, et la personne raisonnable, dont il faudrait pouvoir rendre compte dans l’idée d’un commun humain. Si cet écart est un couple traditionnel de l’histoire de la philosophie, il se voit particulièrement creusé au xviie siècle, lorsque le travail conceptuel isole de plus en plus l’affirmation d’une liberté politique et morale d’un côté, et de l’autre un effort général de mathématisation des sciences, qui aboutit à la radicalisation de l’enjeu conceptuel de la nécessité physique. La question qui émerge de ce contexte scientifique est alors celle de l’unité, ou du moins de la cohérence d’une humanité aux prises avec deux aspects qui semblent la caractériser et pourtant la diviser, ce qui s’apparente à une tension entre nécessité et liberté.

  • 2 Le règne des fins, celui de la morale s’appliquant aux êtres raisonnables, présente un contenu et (...)

3Chez Kant, ces deux règnes, de la nature et de la liberté, sont soigneusement distingués et séparés, aux points de vue épistémologique et ontologique. La nécessité d’une liaison intime de ces deux registres en l’humain semble donc invalide, alors qu’il semble essentiel qu’une élaboration conceptuelle de l’humanité puisse comporter l’affirmation claire d’une nature commune à tous ses individus, et adéquate à leur double condition, si nous souhaitons parler d’êtres humains, et non seulement d’êtres raisonnables. Le discours de la science, tout comme le discours de la morale ou de la liberté, présentent des contenus antithétiques ; et pourtant, dans les deux registres, on observe la loi, la causalité, et même le concept de nécessité, qui les rendent similaires du point de vue de la forme2. Ce constat, point de départ de notre recherche, nous a amené à supposer que leur élaboration trouve des outils communs, qui sont au fondement de la pensée humaine, ou du discours en général. La nécessité ne se trouve pas dans la liaison, mais en réalité elle est au fondement du discours, elle est l’outil commun aux deux registres qu’ils utilisent séparément pour rendre compte de leur pertinence. La nécessité est un opérateur qui détermine un objet, ou une catégorie d’objets, il s’agit de la concevoir comme cet outil rationnel fondamental de la pensée, sans lequel une pensée de l’humain en général ne serait pas possible : l’humanité est avant tout une construction rationnelle, un concept, et la rationalité à laquelle elle correspond doit pouvoir impliquer la garantie du concept de nécessité. Elle ne peut provenir de la nature, et n’a pour seule et première condition que la raison humaine qui le formule, et donc dépend des moyens avec lesquels elle l’établit.

4Ainsi, il s’agit de comprendre la nécessité comme la catégorie par laquelle se pense, en général, la possibilité d’une humanité partageable, commune. La nécessité dont il est question dans la pensée kantienne est ainsi la catégorie, qui préexiste au pensable, et qui le conditionne : elle établit la forme qu’il peut prendre et formate le cadre dans lequel il peut s’inscrire. Une pensée de la communauté humaine ne peut donc s’envisager dans ce cadre que d’après une catégorie préalable de nécessité, dans laquelle il s’agit d’inscrire l’idée d’un commun humain, une communauté dont les membres puissent être identifiés et désignés comme tels – comme des humains.

La communauté des êtres humains depuis la catégorie de la modalité kantienne

  • 3 KANT Emmanuel, Critique de la raison pure, Alain Renaut (trad.), Paris, Flammarion, 2006, « Analy (...)
  • 4 « ce dont la relation de cohérence qu’il entretient avec le réel est déterminé suivant les condit (...)
  • 5 Le concept de nécessité pratique peut étonner, cependant c’est de cette façon qu’il faut entendre (...)

5Par l’idée de la catégorie, donc, nous avons dans l’œuvre kantienne une définition positive et fructueuse de la nécessité, qui se présente comme forme du jugement, comme la façon dont il se rapporte à son objet, et non comme tragédie déterministe de ce qui ne dépendrait pas de nous. La nécessité, exclue de l’essence des choses, possède malgré tout chez Kant une opérativité sans pareille en tant que catégorie de la modalité, condition de la pensée. La modalité n’énonce pas la nature du jugement, mais la nature de l’opération de connaissance qui détermine le jugement, en lien avec les conditions de la pensée, soit par la nécessité, soit par l’existence, soit par le possible. En ce sens, la modalité « ne contribue en rien au contenu du jugement, mais concerne seulement la valeur de la copule en rapport avec la pensée en général »3. La nécessité, elle, qualifie donc la modalité d’un jugement dont la détermination est absolument en accord avec les conditions générales selon lesquelles l’expérience est possible4. C’est du moins la définition qui en est donnée dans la première Critique, puisque les écrits moraux lui ajoutent le concept de l’obligation morale, désignée comme une sorte de nécessité qui est pratique5. Ce qui nous intéresse dans cette conceptualité kantienne, c’est la façon dont la valeur de la proposition conceptuelle est considérée en elle-même, indépendamment de son contenu : s’il y a loi, c’est depuis la catégorie de nécessité que s’envisage son principe.

  • 6 La loi seule (par différence avec le conseil ou la règle, qui reposent sur une nécessité subjecti (...)
  • 7 « je crois indispensable que l’on se mette à même de montrer en même temps l’unité de la raison p (...)

6En effet, la pertinence de cette catégorie est son rapport irréductible à la loi, qui la contient et la suppose analytiquement6. Le concept de légalité impliquant la nécessité de sa formule, il est légitime de parler de nécessité autant dans le registre sensible, par les lois physiques, car cette catégorie détermine le pensable et le connaissable, que dans le registre moral et intelligible, par les lois morales, qui, en tant que telles, se présentent légitimement comme nécessaires. Dans les deux cas, il y a loi, et causalité, depuis un principe premier qui se fonde dans la raison, et ainsi la valeur de la loi se pense depuis sa nécessité, quelles que soient ses applications, et aussi éloignées qu’elles puissent être7. Or, l’humanité est ce qui se trouve sous cette double légalité, dont les deux facettes exigent et expriment la nécessité formelle préalable à toute application réelle de leur principe. Ce qui fait l’humanité, en ce sens, est davantage la valeur de la légalité qui l’occupe – même si elle est duelle – que ses caractéristiques effectives. La nécessité comme modalité permet d’envisager l’humanité depuis son rapport double à la loi, en énonçant en même temps l’impossibilité pour tous individu humain de s’y soustraire, d’être humain, nécessairement.

La communauté des deux règnes au sein de l’être humain : comment les concevoir ensemble ?

  • 8 Ibid., p. 83.
  • 9 Les lois sont le moyen de comprendre l’inscription de l’homme dans les deux règnes, et des deux c (...)

7Il s’agit d’accorder toute sa puissance à l’affirmation selon laquelle la nécessité est véritablement double ; physique, celle de la causalité naturelle, et morale, qui pose davantage de problèmes, en raison de la non-matérialité de son effectivité, qui sont les représentations les plus immédiates de l’idée de causalité. Et cela peut être éclairé également depuis le concept de causalité que nous trouvons dans l’œuvre, coextensive à la légalité et la nécessité, et qui n’est également pas le privilège exclusif de la loi de nature. La causalité est le processus qui établit par œuvre de la raison la valeur de la loi comme exigence et nécessité. En ce qui concerne la loi morale, l’être humain est sujet de la loi morale par son caractère d’être raisonnable, et pense et suppose sa causalité, indépendamment du fait. La valeur de la loi est déjà présente avant toute effectivité pratique, car même celui qui n’agit pas d’après la loi morale, qui agit « mal », sait, à moins d’avoir une défaillance rationnelle, le caractère inadéquat, par rapport à cette même loi, de son action. L’être raisonnable ne peut que reconnaître la loi morale, et s’y trouver impliqué de par cette nature : il s’y reconnait lui-même comme soumis, puisqu’il peut penser le décalage entre son acte, son motif, et la loi morale. En ce sens, l’humain, en tant que sujet raisonnable, agit d’après la représentation de la loi, et non d’après elle (comme lorsqu’il est soumis matériellement aux lois physiques) : « toute chose dans la nature agit d’après des lois. Il n’y a qu’un être raisonnable qui ait la faculté d’agir d’après la représentation des lois »8 : les deux types de nécessités sont valides et réellement présents en l’être humain, qui se comprend alors comme possédant ces deux aspects, sans pour autant qu’ils se trouvent mêlés9.

  • 10 En ce sens, il nous parait tout à fait intéressant de noter l’analogie récurrente (particulièreme (...)
  • 11 « nous concevons l’homme, quand nous le qualifions de libre, en un autre sens et sous un autre ra (...)

8Ainsi, l’humain est l’être impliqué, soumis aux deux ordres, et sans le concept modal de la nécessité (qu’elle soit théorique ou pratique), cette unité pensable de l’humain serait une fiction qui se heurterait à la limite de la légalité, que l’on ne parviendrait pas à concevoir légitimement des deux côtés. Car si ce concept nous permet d’établir l’idée d’une communauté humaine, en désignant ce que signifie être humain, il se double de la démonstration d’une autre communauté, fondement de la première : celle des deux régimes, dont l’opposition multiple constituait une barrière à l’unité humaine conceptuelle. La rupture entre théorie et pratique, entre science et morale, ou encore entre nature et liberté, et celle qui n’en est plus une dès lors que nous accordons toute notre attention à l’articulation entre les concepts de la nécessité et de l’obligation ; deux formes similaires de la modalité, dont l’objet diffère, mais que le principe unit. C’est pourquoi selon nous, le terme de « communauté » est particulièrement pertinent dans la lecture que nous faisons de Kant : il ne s’agit pas de chercher ce qui est commun aux humains en pointant leur identité, mais plutôt en révélant la communauté inédite qui les anime, celle de leur nature sensible, et de leur nature raisonnable10. C’est pour cette raison que la modalité comme catégorie est effective dans la recherche de ce qui peut être commun : les deux règnes sont effectivement et incontestablement distincts ; ainsi plutôt que de chercher une réalité ou une consistance similaire, l’enjeu du commun est de comprendre la condition de cette communauté pour l’individu humain, de savoir comment un être peut les conjuguer. Et la réponse à ce problème est présentée par la catégorie modale de la nécessité, qui légitime la loi dans chacun de ces règnes, que tout oppose par ailleurs, mais que nous devons considérer en communauté dans l’être humain11.

La nécessité établit la valeur de la communauté humaine

La valeur établie par la nécessité : une nouveauté kantienne

  • 12 La forme de loi est ce qui en effet établit sa valeur, elle ne vise pas un contenu empirique, qui (...)

9Kant permet de penser un rapport nouveau entre les deux registres, en donnant une cohérence conceptuelle à l’humanité comme communauté, en lui donnant plus qu’un simple contenu, par l’opérativité indéniable qu’il accorde à la nécessité, qui permet d’affirmer la valeur et l’effectivité du concept employé. Nous pouvons ainsi noter que la nécessité est une catégorie dont l’explicitation précédente fournit le caractère conditionnel pour une pensée de la communauté humaine. La nouveauté de cette réponse est due à une transition conceptuelle, qui résout le problème qui se trouvait posé par la distinction radicale entre la liberté de l’être raisonnable et la nécessité du monde physique. Cette transition est un dépassement de l’articulation préalable entre idée et action, idéalité et actualité, qui énonçait l’enjeu et la validité de la loi dans ce rapport, que Kant met de côté en s’intéressant plutôt à la condition de la loi, et donc à la nécessité qui lui est attachée. Reprenons ce que nous disions sur la causalité : en réalité, la causalité rationnelle de la loi pratique qui œuvre dans le sujet n’est pas à comprendre depuis un lien entre idée et action. C’est en raison de cette signification qu’il aurait pu nous sembler difficile d’en concevoir la pertinence en matière morale. Mais la causalité kantienne ne réside pas dans l’idée qu’une chose va nécessairement se produire, mais plutôt dans la valeur absolue de la loi, en adéquation avec le pensable, qui énonce le fait12. La nécessité est en elle-même l’argument de validité, en regard de la nature de l’opération du jugement qu’elle énonce, de la valeur de la loi qu’elle retranscrit. Ce qui importe dans la pensée kantienne est la valeur intrinsèque de la loi qui s’établit transcendantalement comme nécessaire au vu de ce qui est pensable.

  • 13 C’est d’après ce principe que la loi morale possède également une valeur intrinsèque, tout comme (...)
  • 14 Dans le registre moral, cela peut être compris ainsi : « pour avoir une valeur, c’est-à-dire pour (...)

10Nous observons ainsi un glissement depuis l’articulation entre idée et action vers le rapport entre valeur et fait, la valeur seule comme appréhension de la loi. Nous pouvons remarquer qu’ici les nouvelles catégories de pensée font droit à ce passage, tout en réussissant le dépassement de pensées qui ne supposeraient de légalité commune que dans l’identité de ses objets. Ce passage est dû à une réappropriation kantienne du problème inhérent au concept de loi : Kant fait passer l’articulation entre idée et action à celle entre valeur et fait, et plaçant la loi du côté de la valeur, qui seule fait l’effectivité de la loi, et permet de rendre le concept transversal à deux régimes où les faits ne peuvent être compris selon les mêmes opérations. La nécessité est inhérente à la légalité, pas fondamentalement depuis l’enjeu du vrai (de l’idée) mais plutôt depuis celui de la valeur (que ce soit celle du jugement ou du motif, pour l’action), qui s’oppose radicalement au fait, qui n’a plus rien à voir avec la légalité13. La valeur repose alors principalement sur les attributs qui démarquent la loi comme telle, qui sont la nécessité et la causalité, la nécessité étant la modalité par laquelle la loi peut s’exprimer comme ayant cette valeur particulière14.

11Ce qui émerge alors, c’est une compréhension particulière du concept d’humanité, dès lors que celui-ci se conditionne par la valeur de la loi qui la détermine comme telle. Nous ne sommes pas dans la définition par les caractéristiques ou les seules facultés, mais dans la distinction de la valeur qui fonde la spécificité de l’être humain comme un être doublement rapporté à la loi par la nécessité. Kant nous permet d’établir un concept d’un commun à l’humanité depuis sa valeur, celle de la légalité ; et c’est la démarche critique qui permet de déterminer ce fondement commun comme seule valeur, par l’étude de la catégorie qui conditionne le type de jugement qu’il est possible d’en formuler – la modalité, ici nécessité.

La communauté humaine : une construction conceptuelle

12Concevoir l’humanité depuis une nécessité fondamentale et en déterminer ainsi la valeur, tel est selon nous l’accomplissement kantien en regard du problème de la définition, et de la dualité entre théorie et pratique qui semblait insoluble, de l’être humain. Le commun de l’humanité se pense depuis la valeur que le concept contient, et non depuis sa factualité, sa réalité empirique, ou encore son actualité. Le fait s’oppose à tout ce que détermine la nécessité à propos de ce qui peut autoriser une pensée de l’être humain. Mais cette pensée est autorisée par la possession et l’usage de la raison, d’où provient la catégorie, comme moyen de juger et d’établir par là une conceptualité effective – en l’occurrence pour parler de l’être humain. Le travail critique fournit par là un concept qui peut être compris dans la diversité de ses potentielles applications, depuis la nécessité du fondement qui l’anime, à savoir l’inscription, et donc la participation, à deux règnes de la loi. Ce que nous pouvons montrer ici, c’est bien la condition du concept, de sa validité, par l’approche transcendantale de son objet : notre étude se penche sur la valeur de la proposition, et non le fait d’une réalité de la communauté humaine.

  • 15 Il nous semble en effet anachronique de formuler de tels espoirs envers la méthode critique kanti (...)

13Le commun n’est pas concret ou factuel, c’est une construction efficace de la raison. Il peut alors être conçu comme un outil opératoire dans la pensée de l’humanité, mais non comme une affirmation de ce qu’elle est, puisqu’elle est en ce sens un substantif, et non une substance : l’étude de Kant ne fournit pas une réalité mais la condition – aussi rigoureuse soit-elle – du concept d’humanité. L’idée d’une communauté humaine depuis la nécessité de celle-ci possède une valeur qui est rationnelle, et opérationnelle, mais qui ne pose pas le problème de la communauté au-delà de la valeur conceptuelle qui est recherchée par l’établissement de ce qu’est l’être humain. La modalité est le rapport, la façon de, elle n’énonce jamais plus qu’une conception inscrite dans un certain régime de rationalité, et dans celui-ci, elle annonce la valeur du concept. La valeur de la communauté humaine est énoncée par la compréhension de la modalité à laquelle elle est soumise, mais le fait, opposé à la valeur, le fait lui, n’énonce pas la communauté comme concept, il n’a pas de principe en lui-même. Il n’y a pas de fait de la communauté humaine qui reste une construction rationnelle, et qui ne peut se penser qu’en dehors de la chair, que nous pourrions vouloir chercher, de la communauté15.

14Le commun, et plus précisément ici l’idée d’une communauté humaine, est une construction rationnelle qui donne cohérence à l’ensemble qu’elle désigne, en faisant un tout de cette espèce désignée comme communauté. Cela nous indique en même temps l’intérêt et la pertinence du concept de communauté, l’importance accordée à la définition de l’humanité comme telle, et ce sous l’égide du concept de nécessité : le commun est un outil bien avant que d’être une réalité, qu’il donne du sens ou qu’il fasse droit à une valeur intrinsèque. Il pourrait nous être reproché de ne pas évoquer la nécessité qui dirige la pensée téléologique de la troisième critique, ou de l’Idée pour une histoire universelle d’un point de vue cosmopolitique, cependant si nécessité il y a bien dans ces ouvrages, elle est de la même nature fondamentale que celle que nous avons étudiée ; il s’agit d’une nécessité historique qui repose sur une idée – celle de fin – qui ne peut prendre place qu’en la raison humaine – s’élevant au-dessus du sensible et du matériel, qui font défaut à la définition kantienne d’une communauté humaine.

15Ainsi, c’est depuis la catégorie modale de la nécessité que peut être pensé, chez Kant, l’établissement d’un commun des êtres humains, qui repose fondamentalement sur ce qui est déterminé causalement par la nécessité, respectivement dans les deux règnes dans lesquels les humains sont inscrits. La discussion qu’il propose entre nature et liberté est une articulation novatrice, qui donne à la rupture moderne entre liberté et causalité une solution qui fait encore droit à leur écart ontologique et épistémologique, tout en établissant un commun axiologique qui réunit les deux registres autour de la modalité d’inscription de l’être humain en eux. L’enjeu de la raison, et de sa critique, apporte une nouvelle lecture de l’être humain depuis sa profonde dualité, une rupture qui se résout par elle-même, en elle-même, non pas comme unité, mais comme communauté. Cette communauté énonce le concept d’humanité depuis la nécessité qui se trouve en ses membres, faisant d’eux une communauté de sensibilité et de liberté. Les deux ne fonctionnent pas ensemble, et l’affirmer reviendrait à nier le fonctionnement de chacune de ces facettes ; mais leur communauté est au fondement de cet être, qui est constitué, dans sa double inscription dans le monde, par l’usage d’une certaine raison, qui rend possible l’appréhension commune de ces deux mondes – ou règnes – pour un même individu. Si Kant n’est peut-être pas le philosophe que nous pourrions attendre au détour de la pensée de la communauté, la conception sous-jacente à sa pensée de l’être humain, et non du seul être raisonnable, nous permet de concevoir et de penser le concept de l’humanité depuis sa condition de possibilité, la nécessité, qui en érige la valeur.

Top of page

Notes

1 En effet, la nécessité, en tant que catégorie de l’entendement, est a priori, c’est-à-dire absolument en dehors de l’expérience. Elle ne peut s’y trouver car elle n’y possède aucune pertinence en tant qu’objet de l’entendement, en revanche elle est mobilisée pour qualifier des jugements. De plus, elle est une modalité, c’est-à-dire qu’elle ne concerne que la forme même du jugement, sa validité, et non son contenu.

2 Le règne des fins, celui de la morale s’appliquant aux êtres raisonnables, présente un contenu et un objet différents du règne de la nature, du sensible, dont la causalité se distingue de par son fonctionnement et ses lois : « le premier ne se constitue que d’après des maximes, c’est-à-dire d’après des règles que l’on s’impose à soi-même, tandis que le dernier ne se constitue que selon des lois de causes efficientes soumises à une contrainte extérieure. » KANT Emmanuel, Fondements de la métaphysique des mœurs, Paris, Librairie Générale Française (Hachette), 1993, p. 118..

3 KANT Emmanuel, Critique de la raison pure, Alain Renaut (trad.), Paris, Flammarion, 2006, « Analytique des concepts », p. 159.

4 « ce dont la relation de cohérence qu’il entretient avec le réel est déterminé suivant les conditions générales de l’expérience est nécessaire », ibid., « Analytique des principes », p. 277.

5 Le concept de nécessité pratique peut étonner, cependant c’est de cette façon qu’il faut entendre l’expression du devoir par l’obligation pour l’individu raisonnable, qui perçoit la loi et son principe comme absolument nécessaires. La nécessité est formellement contenue dans l’impératif de la loi morale, tout comme elle pourrait l’être dans une proposition mathématique, néanmoins nous parlons d’obligation en vertu de son caractère pratique, et car elle est appliquée à un individu dont la volonté n’est pas entièrement et fondamentalement bonne – car il n’est pas dieu. « La dépendance d’une volonté qui n’est pas absolument bonne à l’égard du principe de l’autonomie (la contrainte morale), c’est l’obligation. […] La nécessité objective d’une action en vertu de l’obligation s’appelle devoir. » KANT Emmanuel, Fondements de la métaphysique des mœurs, Paris, Librairie Générale Française (Hachette), 1993, p. 120.

6 La loi seule (par différence avec le conseil ou la règle, qui reposent sur une nécessité subjective) contient une nécessité absolue puisqu’elle n’est pas conditionnée par un élément qui lui est extérieur. « il n’y a que la loi qui entraine avec soi le concept d’une nécessité inconditionnée, véritablement objective, par suite d’une nécessité universellement valable », ibid., p. 88.

7 « je crois indispensable que l’on se mette à même de montrer en même temps l’unité de la raison pratique avec la raison spéculative dans un principe commun ; car, en fin de compte, il ne peut pourtant y avoir qu’une seule et même raison, qui ne doit souffrir de distinction que dans ses applications », ibid., Préface, p. 55.

8 Ibid., p. 83.

9 Les lois sont le moyen de comprendre l’inscription de l’homme dans les deux règnes, et des deux côtés il y a une légalité effective établie selon des principes communs : « Comme le concept d’une causalité implique en lui celui de lois, d’après lesquelles quelque chose que nous nommons effet doit être posée par quelque autre chose qui est la cause, la liberté, bien qu’elle ne soit pas une propriété de la volonté se conformant à des lois de nature, n’est pas cependant pour cela en dehors de toute loi ; au contraire, elle doit être une causalité agissant selon des lois immuables », ibid., p. 128.

10 En ce sens, il nous parait tout à fait intéressant de noter l’analogie récurrente (particulièrement dans les Fondements de la métaphysique des mœurs) que Kant effectue entre les deux types de lois, dont les objets se distinguent pourtant. Il ne semble pas anodin qu’un tel rapprochement soit fait au fil de l’argumentation, ce qui note, selon nous, non pas une fantaisie stylistique que nous ne connaissons pas de l’auteur, mais bien l’importance de la communauté des deux formes de la loi, qui sont similaires en principes, notamment par leur modalité nécessaire, et leur caractère universel.

11 « nous concevons l’homme, quand nous le qualifions de libre, en un autre sens et sous un autre rapport que lorsque nous le considérons comme soumis, en tant que fragment de la nature, aux lois de cette nature même ; c’est que non seulement les deux choses peuvent fort bien aller ensemble mais encore qu’elles doivent être conçues comme nécessairement unies dans le même sujet », ibid., p. 141.

12 La forme de loi est ce qui en effet établit sa valeur, elle ne vise pas un contenu empirique, qui nuirait à sa légalité, en la conditionnant, la privant ainsi de son caractère a priori et nécessaire.

13 C’est d’après ce principe que la loi morale possède également une valeur intrinsèque, tout comme les lois de nature, car elle énonce elle-même ce qui fait sa supériorité : « puisque l’impératif ne contient en dehors de la loi que la nécessité, pour la maxime, de se conformer à cette loi, et que la loi ne contient aucune condition à laquelle elle soit astreinte, il ne reste rien que l’universalité d’une loi en général, à laquelle la maxime de l’action doit être conforme, et c’est seulement cette conformité que l’impératif nous représente comme nécessaire. » Ibid., p. 94.

14 Dans le registre moral, cela peut être compris ainsi : « pour avoir une valeur, c’est-à-dire pour fonder une obligation, il faut qu’une loi implique en elle une absolue nécessité », ibid., p. 52.

15 Il nous semble en effet anachronique de formuler de tels espoirs envers la méthode critique kantienne, qui souhaite véritablement chercher une légalité pure, détachée d’absolument toute empiricité, et ce particulièrement dans le registre moral, ce qui restreint l’idée d’une communauté humaine à une pure application rationnelle : « non seulement les lois morales, y compris leurs principes, se distinguent essentiellement, dans toute connaissance pratique, de toute ce qui renferme quelque chose d’empirique, mais encore toute philosophie morale repose entièrement sur sa partie pure », ibid., p. 52.

Top of page

References

Electronic reference

Angèle L’Hôte, “Kant : la nécessité au fondement de l’idée de communauté humaine”Philosophique [Online], 24 | 2021, Online since 19 July 2021, connection on 24 September 2021. URL: http://journals.openedition.org/philosophique/1544; DOI: https://doi.org/10.4000/philosophique.1544

Top of page

About the author

Angèle L’Hôte

Laboratoire des Logiques de l’Agir

Top of page

Copyright

© Presses universitaires de Franche-Comté

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search