Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24Vers une société d’uniques ?

Texte intégral

  • 1 La multiplicité des communs existant démontre la pluralité des ‘’Nous’’, mais ne rend pas compte (...)

1Nous vivons dans une société mondialisée apparemment unie par une vision commune de l’humanité. Mais derrière l’illusion première d’un ‘’Nous’’ déjà là, se cache la réalité de l’hétérogénéité des croyances, des modes de vies et des cultures. Modèles différents entre pays et dans les pays eux-mêmes, sur le plan mondial comme ‘’national’’, nous cherchons encore ce qui constitue ce Nous tant rêvé1. Quel est donc le fondement de notre vie commune ? Qu’est-ce qui nous permet de dire que nous faisons société ? Partageons-nous le réel, le commun se trouve t-il dans des idées, dans une matérialité partagée (Nature) ? Le commun tire-t-il sa source d’un existant préalable aux sociétés humaines, qui guiderait leur évolution ? Le commun est-il pure construction, artifice nous permettant de partager la vie ? Où même, n’y a t-il de commun que celui qu’on choisit, ou, au contraire celui qui s’imposerait à nous ? Enfin, quel est le but du commun, la totalité ou l’expression de la différence ?

  • 2 Voir STIRNER, Max, L’unique et sa propriété (1844), trad. H. Lavisgnes, Paris, La Table Ronde, co (...)

2Le dix-neuvième siècle représente un tournant fondamental dans la constitution d’une vision commune de la société, de l’humanité. On assiste au lent déclin de l’esprit religieux, à la naissance du libéralisme politique et économique, et donc de son contrepoids (qui le complète) socialiste. C’est le grand moment de définition de nouvelles grandes causes, dont la Nation, naissant par la Révolution française2.

  • 3 « Ich hab’ Mein Sach’ auf Nichts gestellt » Cette formule introduit et conclut le seul ouvrage de (...)
  • 4 On pense surtout à Feuerbach qui défend cette vision dans L’Essence du christianisme, parlant d’u (...)
  • 5 Dans sa Critique de l’économie politique et dans l’idéologie allemande, Marx dépasse Feuerbach. L (...)
  • 6 L’unique et sa propriété, op. cit., p. 148-149.
  • 7 Le concept d’homme est certainement le plus attaqué par Stirner, qui le considère à juste titre c (...)
  • 8 Voir notamment, ibid., p.107, 114, 118, Le libéralisme qu’il soit social (communiste) ou politiqu (...)

3Dans ce siècle bouillonnant de pensées et d’innovations sociales, contemporain de Marx, un certain Stirner proclame : « je n’ai mis ma cause en rien »3. Ce que Stirner peut observer, c’est la victoire de l’Homme sur Dieu, la proclamation des droits de cet Homme, le grand mouvement qui donnera « Homo homini deus est ». C’est notamment Feuerbach et son Essence du christianisme, qui prolongera un processus entamé dès Descartes. Mouvement de retour de la raison et de l’esprit vers ses créateurs premiers, le divin descend dans les corps et dans la société ; Dieu était un miroir de l’Homme, mais il n’est plus question de reflet, l’essence humaine se trouve résolue en elle-même, plus dans un don du Saint-Esprit. Si pour certains4 cette révolution du Ciel et de la Terre annonce un retour christique, matérialisé par l’incarnation de l’humanité en chaque individu, pour d’autres, comme Marx5 et Stirner notamment, le processus n’a été que partiellement accompli, et la Révolution française, symbole de ce grand mouvement, n’a été qu’une transfiguration du sacré. De la cité de Dieu à la cité des hommes, les maîtres changent de noms mais restent sur leur trône. On a substitué la raison scientifique et humaine à la raison divine, à la sainte providence : « A l’antique formule "rendez hommage à Dieu" correspond la formule moderne "rendez hommage à l’homme"6. Mais pour Stirner, cet « homme » n’est qu’un fantôme, je connais Karl ou Freidrich, mais je ne connais pas « l’homme », Karl n’est-il que l’homme Karl ou plus que cela ? Il existe des choses propres à Karl, son corps, son caractère, ses pensées, mais il y aurait aussi une humanité chez Karl, une forme générale, conceptuelle qui le définirait a priori. N’y a t-il pas au fond Karl et l’homme en lui ? Avant nous étions tous les enfants de Dieu, nous sommes désormais les fils de l’Homme, ses sujets. Nous ne sommes sujets qu’en ce que nous sommes des hommes, or de ça, l’irraisonnable, l’absurde, l’obscur7. Rien n’a changé et l’esprit religieux et totalisant de la société s’exprime toujours, et peut-être même enserre-t-il encore plus l’individu. Stirner décrivait la réalité du dix-neuvième siècle dans lequel il évoluait, mais ce qu’il dit vaut encore plus pour nous aujourd’hui : la mondialisation, la circulation de l’information et la technologie ont permis une totalisation toujours plus croissante de la société aux travers de principes abstraits et plus ou moins fixés. La persévérance du système actuel tire sa force de la malléabilité et de la capacité transfiguratrice des valeurs ; toujours on croit dépasser le sacré, mais on ne fait que le remuer. Si la substance du sacré et du religieux change, son essence fantomatique et sa visée absolue restent les mêmes. L’intérêt de la pensée de Stirner réside notamment dans ce constat de faux changement, qui ne laisse pas de place à l’individu réel, qui fige à jamais le destin des hommes dans leur humanité, un chemin dont on ne pourrait s’éloigner8.

  • 9 Ibid., p. 164 : « Un geste brusque me délivre de l’esclavage de la pensée la plus soucieuse, il m (...)

4Mais il reste l’égoïste, l’homme vécu, réel, plein de désir et parfois d’irrationnel, celui qui peut choisir par avance son chemin comme aller dans une direction inconnue. Celui-là peut d’un revers de pensée balayer toute la fausseté du monde ; l’individu égoïste que décrit Stirner a la capacité de comprendre les structures sociales superficielles dans lesquelles il évolue, pour les détruire, ou s’en rendre maître9.

  • 10 Tout en cherchant à rejeter toute forme de généralité, Stirner pose l’égoïsme de chaque être viva (...)
  • 11 Dans le chapitre Die Eigenheit (la propriété), Stirner développe toute sa « théorie de la proprié (...)
  • 12 « Ne donne plus le champ libre au droit, retiens-le en sa source, en toi, alors seulement ce sera (...)

5L’égoïsme est une réalité chez chaque individu, il est un fondement de l’action, il n’est pas un principe que choisiraient de suivre certains, il est une quasi nature, ce qui pousse chaque organisme vivant à se soucier de soi, de son développement et de sa réalisation10. Mais l’égoïste ne se base que sur lui-même pour se créer, sur son esprit qu’il utilise comme un outil, c’est lui qui définit ce qui lui est propre, ce qu’il est, ce qu’il a11. L’égoïste est le créateur de tout principe et concept, avec lesquels il joue, qu’il use à sa guise, comme des moyens qu’il se donne, jamais comme une fin. Un concept comme le Juste par exemple n’existe pas a priori et ne pousse pas l’ego à son acte ; c’est au contraire l’ego qui crée l’idée du juste, qui le manipule, en fait du sacré, le jette au néant. Étant son seul principe l’égoïste ne répond à aucune autorité à part la sienne propre12.

6Cet individu égoïste à toujours été l’ennemi mortel de la société, et des individus eux-mêmes. En effet, les individus, ne pouvant pas supporter le poids de leur ego, l’ont mis en Dieu, maintenant en l’Homme. Les créateurs ont extirpé d’eux-mêmes leurs créations, leur ont conféré une substance désincarnée, impossible à toucher, difficile à remettre en cause. Difficulté venant des individus égoïstes eux-mêmes, à moitié conscients de leur pouvoir, ils servent des principes extérieurs à eux. Et même dans cette apparente dissolution de leur individualité, ils restent tous, partout et toujours, des êtres égoïstes :

  • 13 Ibid., p.180.

Tout vos actes ne sont qu’un égoïsme inavoué […]. Mais parce que c’est un égoïsme que vous ne voulez pas vous avouer à vous-mêmes, que vous dissimulez à vous-mêmes, […] par conséquent inconscient, il n’est pas égoïsme mais servitude […] ; vous êtes égoïste et nous ne l’êtes pas en niant l’égoïsme. C’est quand vous paraissez être le plus que le mot ‘’égoïste’’ est l’objet de votre horreur et de votre mépris13.

  • 14 Ibid., voir pp. 99, 210 ainsi que pp. 41-78 les paragraphes ‘’Les possédés’’, ‘’ Le spectre’’, ‘’ (...)

7Celui qui aime Dieu ne l’aime que dans l’espoir d’être sauvé, parce qu’il a la certitude du bien fondé de certains principes, en somme, parce que la religion est le moyen dont il use pour satisfaire son ego, c’est-à-dire se satisfaire lui. Un ego tout aussi puissant que fragile, qui face à un monde par essence sans sens, se donne les moyens d’en créer un14. Il faut comprendre que l’individualisme n’est pas que méthodologique chez Stirner, il n’est pas qu’un moyen de compréhension du monde, il est le monde. Toute la réalité vient pour lui des individus égoïstes et créateurs. L’égoïsme n’est pas un principe mais un fait. Derrière toute la complexité de l’ego stirnérien, une question nous vient rapidement en tête : comment se fait-il, si l’on est tous égoïstes, qu’une société faite de commun puisse exister ?

  • 15 Ibid., voir p. 19.
  • 16 Si Max Stirner est l’homme d’un seul livre, il a aussi écrit de nombreux articles dont un sur « L (...)

8Stirner apporte deux réponses à ce problème : premièrement, il faut comprendre que Stirner ne nie pas la réalité sociale, les rapports sociaux, les jeux de pouvoirs etc... Cela est même pour lui la réalité observable15. Ce sont seulement les principes et les concepts qui sont relatifs et inconséquents à expliquer le réel. En effet, il est assez normal que les hommes créent et posent des principes, car cela constitue la base première d’une société possible. Il n’est pas faux de dire que des individus puissent partager des valeurs et faire société. C’est surtout le cas des hommes et de leurs progénitures faibles et dépendantes. Les enfants ne peuvent logiquement survivre seuls, sans éducation, sans l’inscription dans un monde déjà-là. L’enfance marque donc la nécessité d’une communauté forte, avec des valeurs et un sens du monde. Cette phase de la vie est celle où l’ego est le moins bien développé ; mais l’égoïste véritable selon Stirner se désolidarise de sa famille, de ses pairs et de son monde de valeurs, ce qui caractérise l’adolescence et l’âge adulte pour Stirner. Ce qui explique la substance de la société et de ses principes, c’est l’ego inconscient, celui pour qui l’âge adulte n’a pas été le moment de l’émancipation totale. Émancipation ratée non pas par des conditions insuffisantes de connaissance ou de raison, mais par flemme de l’égoïste, qui trouve son bien dans le monde tel qu’il est, sans se rendre compte de la puissance dont il est détenteur ; l’ego jouit d’une vie séparée de lui-même, car c’est le moyen par lequel il juge bon de se satisfaire. En même temps, l’ego, même quand il a conscience de la fausseté qui l’entoure, se complaît dans le doux bercement social. Il est plus aisé de donner du crédit à de beaux principes et à des espoirs de vie éternelle, que de se confronter à sa propre puissance, et donc à sa propre finitude16.

  • 17 L’idée de société individualiste est un paradoxe chez Stirner, et en même temps cela a aussi un s (...)

9Tout ce que fait l’ego, il le fait pour lui-même, bien que cela puisse lui porter atteinte. C’est qu’il n’existe selon aucun principe, aucun destin, il n’a pu mettre que sa cause en rien, si ce n’est en lui. Nous vivons donc déjà dans une société d’égoïstes, toutes les sociétés le sont. Mais dire que nous vivons dans une société individualiste est faux, car le principe qui pousse la société n’a jamais été aussi totalisant et abstrait qu’avec cette idée d’homme, mais aussi, depuis Stirner, de la naturalisation et de l’universalité révélée du système économique libéral. Un système qui, derrière l’illusion d’une émancipation individuelle, et le pur outil d’une minorité, de certains égoïstes qui y trouvent leur jouissance ; même eux, les apôtres du capital, sont des ego inconscients, ils remettent leur salut dans la sainte économie, ils sacrifient tout à la main invisible, à la promesse d’une croissance infinie. Mais contrairement au passé, les ego ont la capacité de s’autodétruire, et peut-être le feront-ils pour des principes, principes qu’ils pourraient si simplement renvoyer au néant dont leurs pensées les ont fait émerger17. C’est la croyance égoïste et souvent têtue dans des principes qui bloque les individus dans une qualité de demi-ego, incapables de voir leur puissance, leur indétermination propre, qui donne droit à tout. Mais c’est donc aussi cet égoïsme si décrié qui est la base de toute société, de l’action humaine (trouvant sa base dans l’action individuelle) et de la volonté de création, le désir d’avancer. D’une part cela veut dire que l’individu est le fondement du commun, mais aussi que ce commun relatif s’appuie sur une certaine ignorance des égoïstes, qui n’aperçoivent pas l’infinité de leur pouvoir.

10L’égoïste qui prend conscience de ses propres déterminations, dont il est le seul maître, devient plus encore : l’Unique. Il était déjà unique, différent de tous et poursuivant sa propre voie, mais il ne trouvait son bien qu’extérieurement à lui-même. Un lui-même qu’il ne peut que difficilement supporter, qu’il a mis dans ses créations, qui lui ont échappé. L’égoïste devient véritablement l’Unique quand il prend conscience de lui-même, quand il dit :

  • 18 Op. cit., p. 193.

Moi, l’égoïste, je ne m’inquiète guère du bien de cette «société humaine » ; je ne lui sacrifie rien, je l’utilise seulement ; mais pour pouvoir l’utiliser complètement, je la transforme aussitôt en ma propriété, en ma créature, c’est-à-dire que je l’annihile et crée à sa place une association d’égoïstes18.

  • 19 Ibid., voir pp. 219-223 ; 316-319.

11L’individu, l’Unique, est la seule base du réel concret comme du réel possible, la société n’existe que par la volonté des Uniques qui, consciemment ou non, consentent à cette forme du monde. Ils l’acceptent en tant qu’ils peuvent en jouir, s’en nourrir, et que cette dernière sert leurs intérêts. Mais bien vite l’Unique se rend compte du frein énorme que représentent la société et ses principes, il voit que l’intérêt collectif, la visée sociale, sont antagonistes à son intérêt. Ce collectif n’est pas la somme des parties différentes qui le composent, il se constitue in abstracto, en fonction de l’évolution de l’esprit religieux et moral. En somme, le collectif existe comme par lui-même, à travers un Esprit qui semble penser ; le social, l’humanité et la raison flottent dans les airs, détachées de leurs créateurs. C’est pour cela que l’Unique annihile la société, car elle s’oppose à lui, elle le réduit, lui impose son modèle, ne lui donne que des droits et des devoirs là où l’Unique veut une propriété. Ne plus être séparé de lui-même, ne plus être possédé par un esprit religieux, exister en tant qu’Unique et plus seulement comme humain, voilà la volonté de l’égoïste conscient, de l’Unique. Stirner ne veut pas des hommes libres et égaux en droits, il veut des individus différents, inégaux, en conflit permanent19.

  • 20 La critique la plus courante faite à Stirner est que sa philosophie conduirait à la solitude et à (...)

12À partir de là, on pourrait dire que Stirner finira seul, loin de toute société, marginal et inapte à tout collectif. On pourrait le croire perdu dans un solipsisme indépassable, pire encore, dans une instabilité et une précarité permanentes, acteur et victime d’une grande arène où tous s’affronteraient. Stirner semble se condamner lui-même à l’errance sans but, à l’impossibilité d’une vie sociale. En tout cas, on dirait peut-être sans mal que Stirner doit abandonner certaines prétentions de son Unique, si il veut justement que ce dernier ne finisse pas seul20.

  • 21 Op. cit., p. 316 : « Est-ce par amour des hommes que j’écris ? Non, j’écris parce que je veux don (...)

13Mais tout cela, Stirner ne peut s’y résoudre, et l’histoire de la philosophie a gardé comme seul souvenir de lui l’idée de l’impossibilité d’une vie sociale à partir de sa pensée. Stirner serait un idéaliste, qui poserait un Moi absolu sans contenu, sans forme et donc sans existence concrète. D’aucuns ont pu dire, pour railler Stirner, que son Unique n’était qu’un fantôme. La critique se porte aussi sur l’absence de projet social chez l’Unique, qui se caractériserait par l’incapacité de faire société. Mais c’est justement que Stirner ne conçoit aucun destin pour les hommes21, il pense à lui avant tout, il use égoïstement du monde qui l’entoure. Cela veut-il pourtant dire que l’Unique qui s’affirmerait serait une sangsue pour la société, qu’il n’y aurait aucun moyen de le faire agir dans un but commun ?

  • 22 Ibid., voir pp.106,191, 193, 251, 294, ainsi que la note 10 p. 264 : « La chose se présente autre (...)

14Si l’égoïste, devenu consciemment l’unique, voit en la société son ennemi mortel, il ne peut pourtant pas nier la réalité de la vie sociale et encore moins ne pas considérer autrui. Car l’unique, s’il est seul, ne peut exprimer ce qu’il est. Autant, si l’unique n’est pas là pour voir le monde, alors le monde n’existe pas, mais si le monde, et plus précisément les autres uniques ne sont pas là, l’Unique n’est pas. Car s’il se suffit à lui-même, il ne prend sens que dans un monde où les conditions sont collectives. Autrui est bien là et je vis avec lui, chercher à fuir le monde, aller se cacher en forêt, vivre seul, cela n’a aucun intérêt pour l’Unique. Sa jouissance ne peut se réaliser qu’au travers des choses dont il se rend propriétaire, matérielles ou non22. Bien que l’Unique puisse trouver son plaisir dans la solitude, rien ne le conditionne à ce mode de vie. Et bien au contraire, les relations qu’il entretient avec autrui sont primordiales pour lui. S’affirmer face aux autres, défendre sa vision ou son morceau de pain, cela revient à s’exprimer en tant qu’Unique. S’il est de mise de se détacher de la superficialité sociale, ce n’est que pour retrouver les conditions réelles et authentiques, de la sociabilité. Car l’Unique ne nie pas sa réalité d’homme vécu, son caractère unique ne le voue certainement pas à une vie d’esprit, de fantôme :

  • 23 Ibid., p. 151.

Comme s’il était possible que l’homme ne cherchât pas toujours son semblable, parce qu’il lui est nécessaire, qu’il n’ait pas toujours recours à lui quand il lui sera nécessaire ! Mais la différence, c’est que l’individu s’unira réellement à l’individu, tandis que précédemment il était lié à lui23.

  • 24 Ibid., voir pp. 326-333.
  • 25 C’est notamment le cas du ‘’parti’’ politique, qui, s’il est fondé pour parvenir à des fins préci (...)

15L’individu en société se trouve forcé de partager un commun avec autrui, car ils sont tous deux des hommes, des citoyens, ils sont liés par la loi, par la raison, ils doivent s’aimer au nom de leur humanité commune. Mais le vrai commun ne peut venir que d’une union consentie réciproque24. Une union qui n’a pas un caractère sacré, qui peut-être brisée à tout instant ; cette association, qui s’oppose à la société, se constitue et se défait selon le bon désir de l’unique. Elle se réalise en vue d’un intérêt partagé entre deux ou une multitude d’uniques. C’est cette association qui est pour Stirner la base de toute société humaine, et justement, c’est parce que l’association s’est figée qu’elle est devenue société. Car la société existe pour elle-même et sa reproduction, elle acquiert une existence propre quand elle cesse d’être l’outil de ses créateurs. Au travers de toute forme de sacré, une association ne peut finir que par se transformer en un monstre social, une abomination qui hante les individus, qui les assujettit. Et cela même pas temps par domination et par force, mais parce que les individus uniques se dissolvent dans le tout, qu’ils épousent le sacré comme leur intérêt égoïste, cela, seulement par inconscience selon Stirner25.

  • 26 Ibid., pp. 257-259 : « Certes, rien ne s’oppose à ce qu’on agisse en commun, mais il faut d’autan (...)
  • 27 La deuxième partie du livre de Stirner, intitulée : « Ich » (Moi) décrit de manière positive ce q (...)

16L’Unique doit donc prendre garde à ne jamais laisser l’association couler du béton à ses pieds. Les pieds de l’association elle-même doivent être frêles et ne reposer que sur la volonté des membres uniques qui la composent. Et chaque unique ne doit pas se perdre lui-même dans l’association, il ne doit jamais la prendre comme une fin mais comme un moyen de réalisation de sa volonté. Qu’elle soit amicale, intellectuelle, économique ou autre, l’association est toujours l’outil des uniques, un commun comme condition et qui se constitue aussi dans un intérêt. L’intérêt commun n’est que la somme des intérêts personnels, qui se retrouvent dans une action concrète, une alliance des puissances. L’unique ne pouvant pas tout faire tout seul et ne cherchant pas nécessairement l’autonomie matérielle vis-à-vis d’autrui, trouve son compte dans la collaboration qu’il peut choisir de rejoindre ou non26. Il se peut même que l’unique parvienne à faire des compromis par la négociation ; s’il ne perd perd pas trop au change, l’unique peut accepter de faire certains sacrifices, certaines concessions. Ne trouve t-il pas son intérêt dans une association ? Il la quitte librement, en fonde une autre, en rejoint une plus proche de son désir27.

  • 28 Voir op. cit., p. 382 Toute l’histoire humaine pour Stirner relève en un sens d’un conflit perman (...)
  • 29 Ibid., p. 348 : «  Un homme n’est appelé à rien et n’a aucune « tâche », aucune « destination », (...)

17Le commun n’existe donc pas comme essence, comme fondement premier ou comme principes vieux de plusieurs siècles ; il se constitue, au contraire dans l’intérêt d’êtres individuels, il existe concrètement dans l’association, le partage, la vie commune. Le commun, lui aussi, a une existence à échelle humaine, voire ne dure que très éphémèrement. Mais on pourrait difficilement imaginer, dans l’optique de Stirner, qu’un commun puisse exister à travers les âges, inaliénable et sacré. Car si le commun se pose au-dessus de ceux qui le créent, il devient fantôme, factice, et cette superficialité de nouveau gouverne le monde28. Le commun doit être réel, renouvelé en fonction d’intérêts concrets et ne jamais s’attaquer à l’individu. Il le fera certes, car les uniques ne sont pas encore tous conscients d’eux-mêmes et continuent d’être hantés par ces spectres, d’être possédés. La société continue de combattre l’égoïste, mais ce dernier, lui aussi, se révolte sans répit contre la totalité qui tente de l’écraser. Quelles formes pourraient prendre une association d’uniques, quelle société d’uniques - si on s’autorise à user d’un tel barbarisme - pourrait advenir ? Cela, on ne saurait le dire, car seuls les uniques peuvent en décider29 ; eux qui, malgré tous les assauts du ciel, ne pourront jamais êtres écrasés, jamais être réduits au silence, eux qui, à jamais, sont uniques.

Haut de page

Notes

1 La multiplicité des communs existant démontre la pluralité des ‘’Nous’’, mais ne rend pas compte de l’ensemble séparé des ‘’Je’’.

2 Voir STIRNER, Max, L’unique et sa propriété (1844), trad. H. Lavisgnes, Paris, La Table Ronde, coll. « La petite vermillon », 2000 p. 225 : « Il est indéniable qu’entre toutes les questions actuelles, c’est la question sociale qui intéresse le plus notre époque ».

3 « Ich hab’ Mein Sach’ auf Nichts gestellt » Cette formule introduit et conclut le seul ouvrage de Stirner : Der Einzige und sein Eigentum (L’Unique et sa propriété) publié en 1844.

4 On pense surtout à Feuerbach qui défend cette vision dans L’Essence du christianisme, parlant d’une aliénation religieuse qui aurait fait perdre de vue à l’homme son essence interne, qui est avant tout matérielle, incarnée et plus dans les cieux.

5 Dans sa Critique de l’économie politique et dans l’idéologie allemande, Marx dépasse Feuerbach. La critique de l’aliénation divine et du retour à l’homme n’est pas suffisante pour Marx : « Les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde ; il faut désormais le transformer ». Cette critique de l’économie comme science et idéologie est aussi réalisée par Stirner, mais il ne va pas s’en tenir à l’aliénation de l’Homme, il ira jusqu ‘à nier l’Homme lui-même.

6 L’unique et sa propriété, op. cit., p. 148-149.

7 Le concept d’homme est certainement le plus attaqué par Stirner, qui le considère à juste titre comme le concept universel qui s’impose à son siècle, avec la réalisation de l’humanisme, des Droits de L’homme, le siècle social, le déclin religieux, l’apparition des sciences humaines ; tout cela est pour Stirner un signe de la suprématie de son concept qui va guider la société et fonder la religion humaine, dont l’Église est l’État . Toute la première partie de l’ouvrage de Stirner consiste à critiquer cet homme dont on nous parle, celui qu’on ne voit pas mais qui devrait être notre propre, définir notre existence. C’est cette « vie humaine » que Stirner analyse et qu’il souhaite dépasser. Voir par exemple, ibid., p. 194.

8 Voir notamment, ibid., p.107, 114, 118, Le libéralisme qu’il soit social (communiste) ou politique (c’est-à-dire au sens républicain bourgeois) est toujours un libéralisme humain, qui se définit par « une connaissance de la raison appliquée à nos rapports existants ». En somme, c’est une suprématie de la raison, de la rationalité et d’une vision téléologique du monde, érigée en sacré.

9 Ibid., p. 164 : « Un geste brusque me délivre de l’esclavage de la pensée la plus soucieuse, il me suffit d’étendre mes membres pour secouer le tourment des pensées, de me lever en sursaut pour lancer en l’air le fantôme du monde religieux qui pèse sur ma poitrine, un bond d’allégresse rejette au loin les fardeaux séculaires. ». Il faut comprendre que Stirner ne nie pas la société ni l’existence de conditions communes, comme le langage, la connaissance, les coutumes ; simplement, toutes ces choses sont contingentes et peuvent être dépassées. Il y a donc bien l’idée d’une structure sociale, de l’influence grandiose de la culture sur la vie de l’individu. Mais la structure est factice, aux pieds d’argiles et ne bloquent pas indéfiniment l’individu dans un « habitus ». Le conditionnement social est dans un premier temps nécessaire à la survie de l’individu, notamment enfant, mais l’Unique, qui parvient à une certaine « majorité » se délivre de toutes ses idées, qui deviennent pour lui des entraves.

10 Tout en cherchant à rejeter toute forme de généralité, Stirner pose l’égoïsme de chaque être vivant comme une certaine nature, ou plutôt une condition. Si il y a un commun, celui-ci se retrouve d’abord dans le partage de la séparation absolue. Voir notamment p. 223 de L’Unique.

11 Dans le chapitre Die Eigenheit (la propriété), Stirner développe toute sa « théorie de la propriété », qui ne peut jamais être séparée du propriétaire (Der Eigner). La propriété n’est pas comprise comme un concept de droit mais de force, le propriétaire s’empare de sa propriété selon sa jouissance (Selbstgenuss)- aussi traduit « plaisir de soi » et sa puissance (Macht). Die Eigenheit est un terme mixte qui ne signifie pas exactement propriété comme possession ni comme caractère (par exemple la grandeur), qui se dit plus eigen (propre, particulier). La propriété dont parle Stirner est en même temps l’être et l’avoir. Les idées, l’esprit ou les productions de Stirner sont sa propriété, comme il peut posséder des objets matériels. L’idée est surtout que l’être unique est particulier, mais aussi créateur et maître de soi et du monde dont il s’empare. C’est toujours lui qui possède, il n’est jamais possédé.

12 « Ne donne plus le champ libre au droit, retiens-le en sa source, en toi, alors seulement ce sera ton droit et ton droit sera le droit », ibid., p. 220.

13 Ibid., p.180.

14 Ibid., voir pp. 99, 210 ainsi que pp. 41-78 les paragraphes ‘’Les possédés’’, ‘’ Le spectre’’, ‘’La fêlure’’.

15 Ibid., voir p. 19.

16 Si Max Stirner est l’homme d’un seul livre, il a aussi écrit de nombreux articles dont un sur « Le faux principe de notre éducation » où il explique déjà pourquoi la soumission des uniques aux concepts existe. L’éducation, la nécessité pour l’enfant de vivre dans la famille, le fait qu’il ne puisse normalement se débrouiller seul ; tout cela permet à la société de modeler l’esprit encore faible des petits uniques. L’idée d’un ego inconscient est très présente chez Stirner. Le propre de cet ego est d’être unique comme tous les autres et n’agissant que pour soi-même, mais sa particularité est aussi de croire agir pour des idées, de manière désintéressée. Car la société et les idées l’ont séparé de lui-même. Il poursuit sa propre fin en la sublimant à travers une idée extérieure. Stirner donne de nombreux exemples de ce comportement inconscient de l’unique, qui ne l’est encore pas totalement car il ne se voit pas comme sa seule fin.

17 L’idée de société individualiste est un paradoxe chez Stirner, et en même temps cela a aussi un sens. Tout individu est égoïste par nature, même dans ce qu’il croit être l’idéal. Ainsi, on pourrait se dire que le capitalisme est le système rêvé de Stirner, car il se base sur l’égoïsme, la propriété, le calcul. D’aucuns l’ont d’ailleurs critiqué sur ce point, Marx le premier. Mais c’est mal comprendre l’amusement que Stirner a à utiliser ce champ lexical libéral et de le détourner. Comme nous l’avons déjà dit, la propriété n’est pas tout du tout la propriété libérale pour Stirner, et le capitalisme n’est possible que parce que les uniques croient en ce système, espèrent aussi le salut de la propriété et de la richesse, ils croient au travail, à la loi, comme à des idoles sacrées. Mais cette religion libérale reste une réduction féroce de l’individu, de sa vraie nature, des vraies aspirations de l’unique. Dans une société d’uniques possible, une société vraiment individualiste, le capitalisme serait impossible. Ainsi, quand nous acceptons le fait que l’on vive aujourd’hui dans une ‘’ société individualiste’’, l’on parle bien de l’individu selon le dogme libéral, selon la catégorie humaine. On ne parle pas de l’individu unique créateur de lui-même. Nous vivons donc dans une fausse société individualiste, l’individu propre n’a jamais été autant combattu.

18 Op. cit., p. 193.

19 Ibid., voir pp. 219-223 ; 316-319.

20 La critique la plus courante faite à Stirner est que sa philosophie conduirait à la solitude et à l’impossibilité de toute vie sociale. C’est encore mal comprendre la critique stirnerienne elle-même qui s’attaque à la société et non à la sociabilité.

21 Op. cit., p. 316 : « Est-ce par amour des hommes que j’écris ? Non, j’écris parce que je veux donner à mes pensées une existence dans le monde, et si je pouvais prévoir que ces pensées vous feraient perdre la tranquillité et la paix, et, si je voyais les guerres les plus sanglantes et la ruine de plusieurs générations germer de cette graine de pensées : je la sèmerais cependant ».

22 Ibid., voir pp.106,191, 193, 251, 294, ainsi que la note 10 p. 264 : « La chose se présente autrement du point de vue de l’égoïste. Je ne m’écarte pas timidement de ta ou de votre propriété, mais je la considère constamment comme mienne. J’estime que je n’ai rien à « respecter » en elle. Faites-en de même avec ce que vous appelez ma propriété ! En nous plaçant de ce point de vue, nous nous entendrons les uns avec les autres le mieux du monde. »

23 Ibid., p. 151.

24 Ibid., voir pp. 326-333.

25 C’est notamment le cas du ‘’parti’’ politique, qui, s’il est fondé pour parvenir à des fins précises pour les individus, devient une entité en lui-même, se reproduisant, n’étant plus l’outil des Uniques mais leur voie sacrée. Voir pp. 250-254.

26 Ibid., pp. 257-259 : « Certes, rien ne s’oppose à ce qu’on agisse en commun, mais il faut d’autant plus combattre tout rajeunissement de la vieille Providence, faire obstacle aux doctrines de développement, bref à ce principe qu’il faut faire de nous, des chrétiens, des sujets, des hommes libres ou des hommes, peu importe. »

27 La deuxième partie du livre de Stirner, intitulée : « Ich » (Moi) décrit de manière positive ce que pourrait être un Unique, donnant de nombreux exemples. L’idée qu’autrui existe, qu’il vit avec Moi et que je ne peux l’ignorer est présent tout au long du développement de Stirner, par exemple dans le chapitre ‘’Mein Verkehr’’ (mes relations, mon commerce). Ainsi la critique souvent émise à l’égard de Stirner, et qui le plonge dans un solipsisme insurmontable, est souvent exagérée.

28 Voir op. cit., p. 382 Toute l’histoire humaine pour Stirner relève en un sens d’un conflit permanent des individus contre eux-mêmes, mais aussi d’une transfiguration des valeurs, qui les rendent mouvantes, changeantes, mais toujours là, nous possédant. L’avènement de l’Homme comme valeur suprême est un défi de taille pour Stirner ; car bien qu’il permette de se rapprocher de l’idée d’individualité, de sa réalité même, le libéralisme humain est un fantôme qui trouve sa force dans l’universalité qu’il proclame. Il est difficile de renier cette idée, de simplement exister comme humain, ne pas chercher à catégoriser cet humain, à lui donner un destin . Voir aussi p.366 sur la distinction entre le penseur et le croyant

29 Ibid., p. 348 : «  Un homme n’est appelé à rien et n’a aucune « tâche », aucune « destination », pas plus qu’une plante ou qu’une bête n’a de « mission ». […] Aujourd’hui, on pourrait crier à l’homme : emploie tes forces. Le sens de cet impératif serait que la tâche de l’homme est d’employer ses forces. Cela n’est pas. Chacun use réellement de ses forces sans considérer que ce soit là sa mission : à tout moment chacun met en œuvre autant de force qu’il en possède. » Il y a ici une relation évidente à faire entre Stirner et sa « Macht » (puissance) et Nietzsche et sa « Wille zur Macht » (Volonté de puissance). Il existe chez chaque être vivant une volonté à la puissance, à la propriété, à la réalisation de soi. Mais cette volonté ne suit pas un destin particulier ; chez Stirner, c’est bien l’individu qui use de sa volonté, de sa puissance, pour exprimer ce qu’il est. Ce n’est pas la volonté elle-même, comme séparée de son maître, qui guiderait l’action de l’Unique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roméo Delatte, « Vers une société d’uniques ? »Philosophique [En ligne], 24 | 2021, mis en ligne le 19 juillet 2021, consulté le 24 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/philosophique/1553 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philosophique.1553

Haut de page

Auteur

Roméo Delatte

Laboratoire des Logiques de l’Agir

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search