Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24Notes de lectureLes transformations technologique...

Notes de lecture

Les transformations technologiques du sublime

Michaël Crevoisier

Texte intégral

1À Propos de : David E. Nye, American Technological Sublime, Cambridge, MIT Press, 1994, 362 p.

  • 1 Nous pensons en particulier aux nombreux travaux de Baldine Saint Girons qui ont grandement contr (...)
  • 2 Cf. C. Flécheux, P.-H. Frangne, D. Laroque (dir.), Le sublime. Poétique, Esthétique, Philosophie, (...)

2L’histoire du concept de sublime est aujourd’hui bien documentée1 et les nombreux travaux en langue française consacrés à son étude témoignent d’une recherche active et transdisciplinaire2. Or, il est remarquable que parmi ces travaux les études américaines sur le sublime restent le plus souvent absentes des bibliographies. Pourtant, l’intérêt de l’approche des American Studies est double : 1) il s’en dégage une conception proprement américaine du sublime qui se constitue à la fois en dialogue et en opposition avec une conception considérée comme européenne ; 2) le sublime américain désigne une réalité historique en prise avec l’évolution sociale et technique, de sorte que son concept permet d’interroger les effets esthétiques propres aux transformations des révolutions industrielle et numérique. L’ouvrage de David E. Nye est consacré à la description de ces effets, il brosse ainsi un panorama d’environ un siècle et demi, des premières machines à vapeur jusqu’à la conquête spatiale, où se dessine en une même figure une histoire de l’Amérique et la transformation de l’expérience du sublime. L’introduction et les deux premiers chapitres exposent la méthode d’analyse historique de l’auteur, ainsi que le type de concept de sublime qui en découle. L’enjeu de cette exposition est de justifier le nouage des trois brins qu’il s’agira de suivre tout au long de l’analyse : l’avènement de nouvelles expériences du sublime, l’évolution technologique, les transformations sociales et politiques. Les huit chapitres suivants prennent pour thème les différentes formes de sublime technologique et construisent l’histoire de ces transformations constitutives des États-Unis d’Amérique.

  • 3 La notion d’émotion est souvent sollicitée par Durkheim pour caractériser ces moments d’union des (...)
  • 4 Nous traduisons toutes les citations et les faisons suivre du numéro de page de l’édition donnée (...)

3Nye définit le sublime technologique comme proprement américain dans une perspective explicitement durkheimienne : il s’agit d’une émotion sociale véhiculant l’idée au principe de l’unité de la nation. Rappelons que pour Durkheim l’unité constitutive d’une société est l’idée que celle-ci se fait d’elle-même lorsqu’elle se rassemble et s’éprouve comme réalité collective sui generis3. Or, concernant la société américaine, Nye défend la thèse selon laquelle, en raison de son pluralisme, ce ne sont pas des rites ou des émotions d’ordre religieux qui ont pu donner une telle idée mais le sublime technologique, forme profane de la communion du peuple, à travers des cérémonies patriotiques (en particulier les célébrations du Jour de l’Indépendance) et de nouveaux phénomènes de masse tels que le tourisme et les événements populaires. De plus, Nye précise que l’originalité de l’objet de ces rituels d’un nouveau genre est d’être changeant : « [e]n dernière analyse, la constante n’est pas l’objet technologique en soi, c’est le redéploiement continu du sublime lui-même […] » (xiv4). Concernant la méthode, il s’agit moins d’élaborer une théorie du sublime que d’induire empiriquement les nouveaux sens du concept à partir des pratiques linguistiques, en repérant ceux-ci dans le contenu des discours politiques, les comptes-rendus journalistiques ou les descriptions littéraires relatifs aux festivités publiques ou aux spectacles qu’offrent les objets technologiques. Il s’agit donc, en quelque sorte, d’une analyse pragmatique du langage ordinaire s’attachant moins à la conceptualisation philosophique du sublime qu’à l’évolution de l’expérience du sublime à travers les modifications des conditions sociales et technologiques qui la rendent possible. Bien que, par conséquent, le dialogue soutenu avec Kant perde en rigueur, cette méthode apparaît cohérente avec la volonté de saisir le sublime comme une construction sociale concernant les masses, « a popular sublime » (32), en opposition avec l’élitisme européen hérité du bon goût des salons du siècle des Lumières. En ce sens, la valeur théorique du propos de Nye relève davantage de l’esthétique politique avec comme gain principal d’avoir mis au jour « le sublime technologique comme une catégorie de l’expérience politique américaine » (280). Toutefois, il faut aussi remarquer l’apport philosophique de cette étude car le sublime est à la fois une catégorie, c’est-à-dire, ici, une condition esthético-politique a priori de l’unité de la nation, et le produit d’une expérience changeante puisque prise dans l’évolution du système socio-technique. Ainsi, Nye développe l’idée de « catégorie contingente » (xvii), ce qui lui permet de penser la transformation du sublime (contingence socio-technique) tout en conservant l’unité du concept (nécessité esthético-politique). De cette manière, l’enquête de Nye peut à la fois être socio-historiquement située (plutôt qu’universellement abstraite) sans pour autant abandonner l’ambition d’une pensée de la « structure fondamentale » (9) du sublime.

  • 5 Voir l’ouvrage phare de Leo Marx, The Machine in the Garden: Technology and the Pastoral Ideal in (...)
  • 6 L’expression « technological sublime » a été conceptualisée par Leo Marx mais apparaît déjà aupar (...)

4Une conséquence importante de cette méthode inductive est qu’alors la question de la source du sublime sort de l’alternative entre objet naturel et œuvre d’art. En restreignant la définition du sublime au fait qu’il s’agisse d’une émotion socialement transcendante relative à l’apparition d’un nouvel objet dans le champ culturel américain, Nye montre une continuité, voire une indistinction, entre la découverte de nouveaux paysages et l’invention de nouvelles machines. Par-là, il inscrit sa réflexion dans une tradition, commençant avec les transcendantalistes américains (Emerson, Thoreau), de laquelle il hérite de son maître Leo Marx5 (honoré en exergue), et dont les discours d’inauguration qu’il analyse sont empreints. Cette tradition intellectuelle, dont le sublime technologique est le nom6, s’ancre dans un rapport à la terre spécifiquement américain, où « se confondent la préservation et la transformation du monde naturel » (37), et implique, en plus de la revendication du caractère populaire de l’expérience du sublime, un deuxième déplacement en regard de la conception européenne du sublime : l’héroïsme sublime n’est plus moral mais technologique, incarné par l’ingénieur et l’inventeur. Un troisième déplacement est aussi opéré au sein du dialogue avec Kant. En effet, les chapitres s’organisent autour des différentes formes technologiques du sublime, pour lesquelles l’auteur retrace à chaque fois l’histoire de leur développement et leur insertion dans la vie américaine en mettant l’accent sur leur réception esthétique. Ainsi, au fil de l’ouvrage, des ponts sont établis entre les technologies, permettant de saisir la dynamique des formes du sublime, les divergences, les parallèles et les synthèses qui s’opèrent entre plusieurs aspects esthétiques. Or, ces aspects, Nye continue de les penser grâce la distinction kantienne entre les sublimes mathématique et dynamique, distinction comprise selon une perspective empiriste impliquant une rupture importante, à savoir : le pouvoir rationnel auquel renvoie l’expérience du sublime n’est plus une raison transcendantale inhérente au sujet surmontant ce qui lui arrive, mais une « raison technologique » (282) incarnée par l’objet technique et offrant le spectacle de la maîtrise des hommes sur la nature. En ce sens, et suivant la discontinuité historique des inventions successives, le sublime technologique se caractérise par les formes suivantes : artificiel, industriel, électrique, atomique et consumériste.

5Les troisième et quatrième chapitres ouvrent l’analyse socio-historique avec l’avènement du train et des ouvrages d’art au xixe siècle. La machine à vapeur est l’un des premiers triomphes de la rationalité technique humaine, où celle-ci se trouve à la mesure des créations de la nature car proposant un spectacle où l’un et l’autre concourent à une même expérience du sublime dynamique : « le paysage ferroviaire était un mélange de sublime naturel et artificiel » (59), en particulier en raison des sensations de vitesse et de puissance que le moteur procure, ainsi que le nouveau point de vue qu’il offre à la fois au voyageur regardant défiler le paysage et au spectateur contemplant le train passer. Nye insiste sur le fait que le train symbolise l’unité du pays et l’inauguration du premier transcontinental en 1869 en témoigne : l’euphorie populaire qui accompagne cette réussite technique suscite une émotion qui unifie concrètement les Américains. La vitesse de plus en plus élevée des trains, les gares de plus en plus imposantes, mais surtout la longueur des tunnels et la hauteur des ponts chaque décennie plus impressionnante, continueront d’alimenter l’imaginaire du progrès où l’homme apparaît capable d’enjamber des rivières et franchir des montagnes, les mêmes qui, découvertes hier par les explorateurs, incarnaient l’expérience du sublime de la nature. Désormais, ce sont les ingénieurs qui sont les pionniers de l’Amérique en proposant les premières expériences du sublime technologique autour desquelles se développent un tourisme d’un nouveau genre. D’en haut de ponts suspendus toujours plus vertigineux, c’est un paysage inédit qui se découvre au regard, en même temps qu’un frisson singulier transit ceux qui, stupéfaits, en interrogent la solidité. Les gratte-ciels poursuivront cette transformation du point de vue en verticalisant l’horizon : face à la « skyline » (87 sq.), le panorama se regarde du bas vers le haut, modifiant ainsi la géométrie du sublime mathématique en une perspective proprement urbaine. En contrepoint de l’immensité verticale vue d’en bas, la vue dominatrice du spectateur d’en haut révèle un nouvel infini, celui des détails inépuisables du fourmillement de la vie urbaine.

6Dans le cinquième chapitre, Nye aborde un autre aspect du sublime technologique dont l’aboutissement fera la synthèse des aspects dynamique et mathématique : l’industrialisation. Il en identifie trois phases, chacune correspondant à une source d’énergie spécifique, liée à un type d’expérience du sublime différent : l’eau, la vapeur et l’électricité. La raison en est que le passage d’une source d’énergie à une autre modifie les sites de production et donc les paysages naturels et urbains. La complication, la taille et la puissance grandissante des machines (exemplairement, le moteur Corliss dont l’automatisme spectaculaire appelle des métaphores naturalisantes), allant de pair avec le gigantisme architectural des usines, transforme autant les conditions sociales du travail que les conditions esthétiques de l’urbanité. L’ouvrier est évincé des célébrations au profit du financier et du notable, mais aussi la pollution et les dangers de la ville-usine sont occultés, voire convertis en atout pour le spectateur cherchant dans l’air enfumé et le fracas du métal le plaisir négatif du sublime. En passant à l’échelle industrielle, c’est la ville elle-même qui devient l’objet du sublime, combinant et reconfigurant le sublime mathématique dans l’abstraction du paysage urbain et le sublime dynamique dans le déploiement des forces de la machine devenue usine. Nye met en scène l’affrontement entre les sublimes naturel et technologico-industriel à travers l’exemple de l’exploitation hydraulique des chutes du Niagara : le barrage est devenu plus impressionnant que les chutes et a renouvelé l’expérience touristique.

7Ensuite, trois chapitres sont consacrés au sublime électrique. Il s’agit d’analyser non pas un nouvel objet technique en tant que tel, mais le renouvellement esthétique que l’éclairage procure aux ponts, gratte-ciels et à l’espace urbain en général. Les illuminations redoublent les formes sublimes en y ajoutant des effets visuels qui provoquent l’expérience inédite de forts contrastes et de clignotements. Cette expérience correspond à un nouveau sublime, ni mathématique ni dynamique, celui d’un « environnement synthétique imprégné de mystère. » (152). Réellement par-delà nature et technique, ce mystère est propre à l’effet que produit l’illumination du site qui trouve alors son unité dans une autre dimension esthétique. Cette expérience simplifie aussi l’accès au sublime : les célébrations se dépouillent des discours et des hymnes patriotiques, le spectacle des effets visuels suffisant à produire l’émotion collective. La ville aussi s’en trouve transformée du fait que l’éclairage électrique redéfinit étrangement l’agencement urbain : le tout que forme la ville est involontaire car constitué d’une myriade de décisions individuelles, produit des interactions capitalistes, faisant vibrionner les rues et saturant les cerveaux, dont la White Street de Broadway apparaît comme l’emblème. L’étape supérieure sera d’imaginer l’unité de cette multiplicité. Nye étudie minutieusement l’Exposition universelle de New York de 1939, visitée par plus de 45 millions de personnes, pour laquelle les géants industriels ont proposé des simulations de la ville du futur sous la forme de maquettes vues du ciel dont le spectacle offrit une nouvelle expérience du sublime, sans réelle terreur, mais magique, comme le seront plus tard les parcs à thème, et produisit un nouveau spectateur, sans la croyance de participer à un destin national mais venu en tant que consommateur attiré par un événement au sublime garanti. De manière générale, le sublime électrique a pour conséquence l’avènement de ce nouveau sujet, clignotant avec le paysage urbain, se dissolvant en lui, prenant conscience que, comme ce dernier, il pourrait se construire lui-même et se transformer.

8La deuxième guerre mondiale marque une césure dans cette histoire des formes du sublime technologique. Nye fait le choix de ne pas aborder le sublime propre à l’expérience de la guerre, mais après le moment positif où l’expérience du sublime technologique semble se parachever dans l’accès aseptisé à un spectacle consumériste, le neuvième chapitre est consacré à l’étude d’un moment négatif, celui de l’effroi, s’avérant indépassable, de la bombe atomique. Il y a là une expérience esthétique nouvelle, d’une puissance terrible inattendue qui, malgré ses effets dévastateurs, a aussi été vue comme confirmant la maîtrise de l’homme sur la nature et l’avance technologique des États-Unis. Ainsi, la Commission à l’énergie atomique des États-Unis a promu un tourisme des essais nucléaires, les vendant comme une sorte de feu d’artifice. Mais le sublime atomique est un échec car les armes nucléaires ne peuvent devenir banales : il s’avère impossible d’assister à une explosion nucléaire sans se sentir menacé d’annihilation. C’est un autre programme militaire qui va renouveler l’expérience du sublime et dont Nye mène l’analyse socio-historique en parallèle, celui de la conquête spatiale et des décollages de fusée. Après 1945, l’aventure spatiale américaine apparaît comme « un retour nostalgique au sublime technologique » (256), et le pèlerinage à Cap Canaveral comme le lieu de renaissance de la foi collective et patriotique dans la puissance de la technologie américaine. D’autant plus que cette puissance apparaît de plus en plus sublime comparativement à celle de l’URSS qui, avec la réussite du programme Apollo, perd la course vers la Lune.

9En dernier lieu, Nye thématise le sublime de la fin du xxe siècle, avec un certain pessimisme. Il identifie dans l’avènement du sublime consumériste une dérive qualifiée de postmoderne : le public a pris l’habitude d’un spectacle mélangeant les différents types de sublime, dans une surenchère où s’autonomise l’effet sublime, comme si cet effet devenait lui-même l’objet du spectacle, sans considération pour l’invention technologique et l’événement social qui en rendent l’expérience possible. Cette synthèse du sublime apparaît à la fois comme l’aboutissement du sublime technologique américain et son achèvement en autre chose, témoignant d’une transformation de la réalité politique des États-Unis. En effet, d’un côté, le sublime consumériste se trouve bien dans la continuité de l’histoire que Nye a établie et qu’il résume ainsi : « l’histoire du sublime technologique est celle du passage de la parole au spectacle, de l’individu à la foule, de la nature à la machine, de la substance à l’image électrique » ; et, d’un autre côté, il correspond au fait que « [l]a politique américaine avait tellement fusionné avec le sublime technologique que sa puissance avait maintenant beaucoup à voir avec les effets spéciaux » (277). Le sujet s’est également métamorphosé : de participant politique il est devenu spectateur consommateur.

  • 7 Nous pensons en particulier à la mise en évidence par Mathieu Triclot de la nouveauté à la fois t (...)

10En conclusion de l’ouvrage, Nye récapitule, jusqu’à cette rupture installant le sublime consumériste, les transformations du sublime technologique. En reprenant le cas des chutes du Niagara comme fil rouge, il met en évidence l’importance des discontinuités esthétiques dans la socio-histoire du sublime technologique américain. Par-là, premièrement, il déduit un point crucial concernant l’articulation entre sublime et technologie : c’est l’innovation technologique qui est la condition de la transformation de l’expérience du sublime, mais c’est aussi parce que les Américains désirent de nouvelles expériences du sublime qu’il y a des innovations technologiques, avec l’idée centrale selon laquelle « [l]a logique du sublime technologique exigeait que chaque objet dépasse ses précurseurs » (284). Deuxièmement, Nye formalise le fait qu’il s’agit d’une transformation conjointe de la subjectivité et des technologies qui s’explique par le procès d’harmonisation du sujet avec son environnement, une dynamique qui « impliqua l’émergence d’un nouveau royaume synthétique dans lequel les lignes entre la nature, la technologie et la culture étaient floues sinon effacées » (283). Or, troisièmement, cette dynamique aboutit à une contradiction et une rupture, incarnée par la figure du consommateur comme nouveau sujet d’un « sublime égotiste » (290). Il y a contradiction car celui-ci nie la valeur transcendante du sublime en croyant que celui-ci n’existe que pour lui, pour son plaisir de spectateur, et il nie le terrible de l’expérience sublime car il ne reconnaît plus l’altérité au cœur de cette expérience. Nye explique ce triste destin du sublime technologique par le fait que celui-ci se soit développé avec le sentiment de contrôle, de domination de l’homme, à l’opposé de la précarité constitutive du sujet de l’expérience du sublime naturel. Disneyland et Las Vegas incarnent selon Nye ce sublime sans transcendance dont les « épiphanies n’ont pas de référents » (291) et qui n’ont pour consistance que l’excitation d’un divertissement sans enjeu. S’agit-il d’une rupture ou de l’apparition encore contrariée d’une nouvelle forme de sublime technologique ? Nye ne tranche pas mais il est clair qu’il y a là une impasse, autant pour la poursuite de la construction de la nation américaine, que pour l’expérience du sublime, car dans l’absence d’une émotion transcendant l’individu, c’est le règne de l’irrationalité qui s’annonce. L’avènement des nouvelles technologies numériques n’est certainement pas encore assez installé dans les pratiques populaires au moment où Nye écrit pour qu’il en mène l’analyse, mais il est aujourd’hui évident que c’est dans cette direction que la transformation du sublime technologique a pu se poursuivre. Le nouveau régime technique et esthétique d’expérience7 dans lequel nous vivons désormais invite à continuer l’enquête afin d’interroger l’actualité du sublime dans sa tradition américaine et la richesse du dialogue que celle-ci entretient avec la philosophie continentale.

Haut de page

Notes

1 Nous pensons en particulier aux nombreux travaux de Baldine Saint Girons qui ont grandement contribué au renouveau des études sur le sublime ces vingt dernières années. Voir : Le Sublime. De l’Antiquité à nos jours, Paris, Desjonquères, coll. « Littérature & idée », 2005.

2 Cf. C. Flécheux, P.-H. Frangne, D. Laroque (dir.), Le sublime. Poétique, Esthétique, Philosophie, Rennes, Presses Universitaire de Rennes, coll. « Aesthetica », 2018.

3 La notion d’émotion est souvent sollicitée par Durkheim pour caractériser ces moments d’union des individus en une même réalité sociale, dont certaines fêtes caractérisées par « un état d’effervescence » remarquable. Voir : Émile Durkheim, Les formes élémentaires de la vie religieuse. Le système totémique en Australie, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 2017 (7e éd.), p. 582.

4 Nous traduisons toutes les citations et les faisons suivre du numéro de page de l’édition donnée en référence.

5 Voir l’ouvrage phare de Leo Marx, The Machine in the Garden: Technology and the Pastoral Ideal in America, Oxford, Oxford University Press, 1965.

6 L’expression « technological sublime » a été conceptualisée par Leo Marx mais apparaît déjà auparavant chez l’historien Perry Miller dans The Life of the Mind in America from the Revolution to the Civil War, New York, Harcourt, coll. « Brace & World », 1965. Elle sera développée ensuite par John F. Kasson dans Civilizing the Machine: Technology and Republican Values in America, New York, Penguin Books Australia, 1977. Dans une autre perspective, plus critique (selon une approche barthienne d’analyse mythologique), le concept sera également repris après Nye par Vincent Mosco dans The Digital Sublime. Myth, Power and Cyberspace, Cambridge, MIT Press, 2004. Remarquons enfin qu’un effort de synthèse définitionnelle a été proposé par Mario Costa dans Le sublime technologique, Lausanne, Iderive, coll. « Un œil, une plume », 1994.

7 Nous pensons en particulier à la mise en évidence par Mathieu Triclot de la nouveauté à la fois technologique et esthétique de l’expérience vidéoludique et de la dynamique historique que ces deux aspects entretiennent : « [à] chaque fois, ce qui s’invente, ce sont de nouvelles liaisons à la machine, de nouveaux régimes d’expérience, de nouvelles manières de jouir de l’écran. » (Philosophie des jeux vidéo, Paris, Zones, 2011, p. 14). Cette étude de Triclot est d’autant plus intéressante dans la perspective d’une poursuite de l’analyse socio-historique des transformations du sublime technologique qu‘il montre également que cette dynamique doit aussi se comprendre du point de vue d’une « esthétique politique » (cf. 211 sqq.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michaël Crevoisier, « Les transformations technologiques du sublime »Philosophique [En ligne], 24 | 2021, mis en ligne le 19 juillet 2021, consulté le 24 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/philosophique/1603 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philosophique.1603

Haut de page

Auteur

Michaël Crevoisier

Université de Franche-Comté

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search