Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24Notes de lectureHegel dans Marx

Notes de lecture

Hegel dans Marx

Professeur de philosophie
Guillaume Méjat

Texte intégral

1À propos de : Hervé Touboul, Études sur Marx et sur Hegel, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, coll. « Annales littéraires », 2020, 195 p.

2L’ouvrage se présente comme un recueil d’articles et d’interventions pour la plupart déjà parus en revue. Cependant, l’ensemble présente une grande unité et les textes qui le composent semblent tous poursuivre un double objectif : faciliter au lecteur l’entrée dans deux œuvres fort difficiles et pourtant très importantes pour répondre aux problèmes politiques de notre époque et faire toute la clarté sur le rapport de Marx à la pensée de Hegel. En effet, si certains de ces textes portent explicitement soit seulement sur Hegel soit seulement sur Marx, ils interrogent tous la façon dont l’œuvre du premier travaille en permanence, même si cela se fait parfois de façon souterraine, celle du second, et nous permettent de comprendre qu’il n’est possible de saisir toute la subtilité de la pensée de Marx qu’en la considérant comme étant constamment en dialogue avec celle de Hegel.

3Cet objectif poursuivi dans chacun de ces textes, Hervé Touboul y insiste dans une introduction inédite, introduction dans laquelle il en présente les enjeux politiques : l’élucidation du rapport de Marx à Hegel participerait selon lui de l’entreprise contemporaine de rénovation du marxisme. Effectivement, comme l’a souligné Althusser, comprendre le renversement de Hegel par Marx d’une façon trop simpliste, cela revient finalement à troquer l’idéalisme hégélien contre une autre forme d’idéalisme : penser le retournement de Hegel comme a pu le faire le Feuerbach de l’Essence du christianisme, c’est-à-dire en mettant la matière à la place de l’idée, cela revient, selon Touboul suivant Althusser, à produire une sorte de « fantôme renversé » sous la forme d’un idéalisme de la matière, la matière devenant une essence se manifestant dans ces apparences que deviennent alors les pensées des hommes. Autrement dit, cela revient à produire une sorte de monstre théorique qu’est ce matérialisme idéaliste qui fait violence à la réalité en soumettant les hommes concrets à de prétendues lois de la matière. Pour être bien compris, le renversement de Hegel par Marx doit plutôt être pensé, toujours selon Touboul suivant Althusser, comme un travail que Marx fait dans la dialectique hégélienne, travail par l’intermédiaire duquel il chercherait à conserver l’idée selon laquelle le mouvement dialectique est un « procès sans sujet » tout en débarrassant ce mouvement de sa dimension téléologique.

  • 1 Hervé Touboul, Marx/Engels et la question de l’individu, Paris, PUF, 2004.
  • 2 Id., Chemins de Marx, Dijon, Presses du réel, 2010.
  • 3 . Id., Marx avec Hegel, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2010.

4C’est à l’analyse patiente de ce travail que Marx fait subir à la dialectique de Hegel qu’Hervé Touboul s’attelle au fil de ces articles. Cette analyse était déjà à l’œuvre dans ses ouvrages précédents (Marx/Engels et la question de l’individu1, Chemins de Marx2 et Marx avec Hegel3), mais, comme le note Hervé Touboul dans son introduction, la façon dont Marx s’approprie la philosophie hégélienne du droit y était un peu laissée de côté. Or, le présent ouvrage donne une très large place à l’étude de la reprise marxienne de la philosophie du droit de Hegel, puisque quatre des sept études qui composent l’ouvrage y sont consacrées, et on peut considérer, comme nous y invite d’ailleurs son auteur, que c’est ce qui en fait tout l’intérêt et l’originalité. Ces quatre études nous donnent une image fort complexe du travail que Marx fait subir à la dialectique hégélienne : parfois Marx pousse la dialectique hégélienne plus loin qu’Hegel ne l’avait fait et lui reproche de ne pas avoir été conséquent avec lui-même, parfois il fait jouer Feuerbach contre Hegel mais un Feuerbach ayant lui-même été critiqué par Hegel, ou encore la dialectique hégélienne travaille Marx malgré lui et le rapport entre les deux auteurs est pour un temps inversé. Autrement dit, la lecture de ces articles nous indique que lire minutieusement les textes de Marx en regard de ceux de Hegel implique de renoncer à se prononcer d’une façon claire et définitive sur le sens de la fameuse formule de Marx selon laquelle la dialectique hégélienne « marche sur la tête », ce pourquoi il faudrait la « remettre sur ses pieds », et cela non seulement parce que le rapport de Marx à Hegel se modifie au fil de la composition de son œuvre, mais également parce que, dans un même texte, Marx travaille de multiples façons la dialectique hégélienne en même temps qu’il est diversement travaillé par elle.

5Peut-être que, de ce point de vue, l’étude que Hervé Touboul consacre à la lecture marxienne de la troisième partie des Principes de la philosophie du droit dans le texte que l’on a coutume de nommer Manuscrit de Kreuznach est la plus significative. L’auteur y montre en effet que cette lecture s’établit, en fonction des passages du texte de Hegel qui sont concernés, selon une triple stratégie critique. La première suit Feuerbach et consiste bien en un renversement de Hegel : ce n’est pas l’État qui est au fondement de la société civile et de la famille, mais l’inverse. Hegel serait donc une sorte de platonicien inversant les rapports entre le sensible et l’intelligible. La deuxième consiste à faire à Hegel un reproche que ce dernier faisait à Kant : le reproche du formalisme. En matière de philosophie politique, Hegel serait plus attentif aux « choses de la logique » qu’à la « logique des choses ». Il s’agit donc, en un sens, de faire jouer Hegel contre lui-même. Toutefois, ce n’est qu’avec sa troisième stratégie que Marx opère véritablement une critique hégélienne de Hegel. Cette troisième stratégie consiste en effet à montrer que Hegel, dans les Principes de la philosophie du droit, a trahi l’esprit de sa dialectique lorsqu’il a fait de la monarchie constitutionnelle la forme achevée de l’État. En procédant ainsi, il en resterait à une forme de pensée qu’il considère lui-même comme inachevée : la pensée d’entendement. Marx montre en effet que, dans la forme de république que conçoit Hegel, les sphères du politique restent séparées et le peuple se sent très éloigné de l’État. Hegel trahirait donc sa propre idée selon laquelle un État achevé serait organique. Pire, lorsqu’il chercherait à démontrer la nécessité de symboliser le caractère organique de l’État par l’intermédiaire du corps biologique du monarque, Hegel régresserait de sa philosophie de l’esprit à sa philosophie de la nature. Il faudrait donc remettre la dialectique hégélienne en route et ne pas s’en tenir, en matière de philosophie politique, à cette monarchie constitutionnelle à laquelle Hegel a eu tort de s’arrêter, pour faire basculer cette dernière dans un régime véritablement organique : une république démocratique qui, en termes hégéliens, est presque au-delà de l’État.

6Hervé Touboul suit le fil du texte marxien et montre dans le détail comment ces trois critiques se déploient tout en insistant à chaque fois sur les conséquences politiques et pratiques de chacune d’elles : être attentif à la critique « feuerbachienne » de Hegel par Marx, c’est privilégier une politique révolutionnaire consistant à « bouleverser les conditions d’existence » ; être attentif à la critique hégélienne de Hegel par Marx, c’est-à-dire à la lecture de Hegel que Michel Henry nomme « hyper-hégélienne », c’est privilégier une politique de dépassement du capitalisme plus patiente et progressive. Or, si l’auteur procède ainsi dans la lecture de l’un des textes les plus directement hégéliens de Marx, puisqu’il s’agit d’un texte de jeunesse, il le fait également en ce qui concerne des textes de Marx qui paraissent beaucoup plus éloignés du philosophe spéculatif. En effet, dans chaque étude de ce recueil (hormis en ce qui concerne la première, qui est consacrée à l’examen des influences leibniziennes de la pensée de Marx), Hervé Touboul examine en détail un moment ou un aspect de la pensée marxienne et montre comment s’y jouent de façon très souvent implicite des critiques de Hegel dont les plus riches consistent en des déplacements qui permettent de remettre en mouvement une dialectique que Hegel aurait trop tôt arrêtée.

  • 4 . Catherine Malabou, L’Avenir de Hegel : Plasticité, temporalité, dialectique, Paris, Vrin, 1996.

7C’est certainement pour cette raison que Hervé Touboul place en appendice de ces études le compte-rendu non publié de l’ouvrage de Catherine Malabou intitulé L’Avenir de Hegel : plasticité, temporalité, dialectique4 : en grand lecteur de Hegel, Marx aurait bien saisi cette plasticité de la dialectique hégélienne sur laquelle porte l’ouvrage de Catherine Malabou, et il s’en serait saisi pour faire subir à la pensée de son maître de multiples déplacements auxquels un lecteur contemporain désireux de trouver dans l’œuvre de Marx des outils lui permettant d’affronter les problèmes du présent serait, selon Hervé Touboul, bien avisé de faire attention.

Haut de page

Notes

1 Hervé Touboul, Marx/Engels et la question de l’individu, Paris, PUF, 2004.

2 Id., Chemins de Marx, Dijon, Presses du réel, 2010.

3 . Id., Marx avec Hegel, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2010.

4 . Catherine Malabou, L’Avenir de Hegel : Plasticité, temporalité, dialectique, Paris, Vrin, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Méjat, « Hegel dans Marx »Philosophique [En ligne], 24 | 2021, mis en ligne le 19 juillet 2021, consulté le 24 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/philosophique/1604 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philosophique.1604

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search