Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Notes sur DeleuzeGILLES DELEUZE & CLAIRE PARNET: D...

Notes sur Deleuze

GILLES DELEUZE & CLAIRE PARNET: DIALOGUES

Denis Brun

Texte intégral

  • 1 Gilles Deleuze et Claire Parnet, Dialogues, Paris, Flammarion (Champs), 1996.
  • 2 Pages 7-26.
  • 3 Ensuite vient la réponse de Claire Parnet (p. 27-43), dont il ne sera pas fait état ici.

1Ce volume d’entretiens1 commence par un texte de Gilles Deleuze2 qui ouvre le premier chapitre, intitulé « Un entretien, qu’est-ce que c’est, à quoi ça sert ?3 » Deleuze s’interroge sur l’utilité, sur la légitimité du dialogue dans lequel il a accepté d’entrer. En d’autres termes, il se demande s’il n’est pas en train de perdre son temps et s’il ne ferait pas mieux de retourner à ses travaux, lecture, écriture, réflexion. Bref, ne vaudrait-il pas mieux « faire » de la philosophie au lieu de bavarder ? Et le philosophe, le vrai, n’est-il pas celui qui se renferme dans sa tour d’ivoire remplie de livres pour dialoguer avec les autres philosophes, les vrais, au lieu de se disperser dans des discussions oiseuses avec des gens qui n’y connaissent rien, ou pas grand-chose ? Le phi­losophe, le vrai, n’est-il pas, forcément, un incurable solitaire ? Ne doit-il pas s’astreindre à l’être ?

2Tout ce texte tend, en fait, à prouver le contraire. Il s’articule autour de quelques idées forces.

1. Certes, il est difficile, pour le philosophe de s’expliquer en s’adonnant au petit jeu — pervers ? — des questions et des réponses.

2. La pensée est mouvante, inattendue, en perpétuel devenir. C’est pourquoi il est difficile, sinon impossible, de dire ce qu’elle est.

3. Pourtant, ce sont les confrontations qui font naître les idées. Il semble donc bien qu’un dialogue, même avec un non-philosophe, ne soit pas inutile.

3Deleuze attaque d’emblée par cette affirmation péremptoire : « C’est très difficile de s’expliquer — une interview, un dialogue, un entretien ». Il montre comment les questions qu’on lui pose, les objections qu’on lui propose, l’agacent parce qu'elles semblent ne servir à rien, et « D’accord, d’accord, pas­sons à autre chose ». C’est pourquoi il faut « sortir […], en sortir ».

4En fait, les questions sont nulles et non avenues quand elles s’intéressent à un état figé de la philosophie, passé ou à venir ; quand elles veulent savoir ou apprendre ; et « pendant qu’on tourne en rond dans ces questions, il y a des devenirs qui opèrent en silence, qui sont presque imperceptibles ».

  • 4 L’expression est de Jean-Luc Godard.

5Devenir, tel est le maître mot. Il exprime les changements qui s’opèrent en catimini dans tout système de pensée, à l’intérieur des individus et des sociétés. Ces changements n’ont rien à voir avec une évolution prévisible, presque obligatoire ; surprenants, inattendus, inopinés, ils ne doivent rien aux « professionnels de la profession4 ».

Il y a un devenir-philosophe qui n’a rien à voir avec l’histoire de la philosophie, et qui passe plutôt par ceux que l’histoire de la philosophie n’arrive pas à classer.

6C’est affirmer là l’entière liberté du devenir philosophique, qui évolue en dehors de tout cadre et de toute contrainte, loin de toute vulgate.

Devenir, ce n’est jamais imiter, ni faire comme, ni se conformer à un modèle.

7Deleuze précise sa pensée.

Les devenirs ne sont pas des phénomènes d’imitation, ni d’assimilation, mais de double capture.

8Double capture, c'est-à-dire que de la rencontre de deux entités, étran­gè­res l’une à l’autre, naît quelque chose de nouveau et d’imprévu. Deleuze pro­pose la métaphore de la guêpe et de l’orchidée, dont l’improbable réunion produit des effets bénéfiques pour chacune d’elles, un bien inattendu. La leçon de ce court apologue est que le vrai, ou la vérité, est un devenir qui prend son essor dans ces chocs inattendus, et chacun peut s’en satisfaire sans se soucier d’exactitude ou de conformité. Il n’y a que de la nouveauté, et toute nouveauté est bonne, même s’il est difficile de l’exprimer.

Tout le monde peut se comprendre et il n’y a plus guère de raison de poser des questions ou de faire des objections […] Il n’y a que des mots inexacts pour désigner quelque chose exactement.

9À chacun, donc, de prendre son bien où il veut, comme il peut, et sans jamais oublier de se mettre en question, à tout moment. La modestie est de mise. C’est ce que Deleuze appelle « avoir une langue mineure à l’intérieur de notre langue » pour se questionner et ainsi faire surgir la vérité. Il s’autorise de Marcel Proust qui écrivit :

Les beaux livres sont écrits dans une sorte de langue étrangère. Sous chaque mot, chacun de nous met son sens ou du moins son image qui est souvent un con­tre­sens. Mais dans les beaux livres, tous les contresens qu’on fait sont beaux.

10Non seulement les contresens sont beaux, mais il n’y a pas de contresens, pas vraiment. Entre le philosophe et ses lecteurs et ses suiveurs se produit ce que Deleuze appelle la « double capture », et alors naît « quelque chose qui est entre les deux, hors d’eux ». C’est faire son miel avec ce que l’on trouve dans cette rencontre fortuite, et Deleuze précise ici, reprenant l’idée qu’il a déjà exprimée plus haut.

Voler, c’est le contraire de plagier, de copier, d’imiter ou de faire comme.

11C’est, en somme, créer, chacun à sa propre mesure, sans aucune timidité ni réticence ni respect humain, mais également sans forfanterie. Deleuze récu­se tout dogmatisme.

Pas d’idées justes, juste des idées.

  • 5 Pages 14-19.

12Suivent quatre pages5 dans lesquelles Deleuze montre comment l’abus du dogmatisme, des idées solidifiées, des sommes philosophiques, ont failli le dé­tourner de la philosophie ; comment les maîtres, à commencer par ses pro­fesseurs, lui ont donné envie de fuir à toutes jambes, parce qu'ils prétendaient lui imposer une méthode de pensée. Il stigmatise le rôle néfaste de l’histoire de la philosophie.

Comment voulez-vous penser sans avoir lu Platon, Descartes, Kant et Heidegger, et le livre de tel et tel sur eux ?

13Dogmatisme ? C’est même pire. C’est d’impérialisme qu’il faudrait parler, voire de totalitarisme.

La philosophie invente un Etat proprement spirituel, comme un État absolu, qui n’est nullement un rêve puisqu’il fonctionne effectivement dans l’esprit.

14En somme, « Big Brother is watching you » de l’intérieur de vous-même.

15Alors, quel remède pour conjurer ce danger ?

Interpréter, transformer, énoncer sont les nouvelles formes d’idées justes.

16Toutes les confrontations sont légitimes, et elles sont d’autant plus fruc­tueuses qu’elles se produisent entre des individus que rien ne destinait à se rencontrer. Deleuze évoque sa collaboration avec Félix Guattari, qui « n’était pas philosophe de formation », et il explique leur méthode de travail ; une méthode qui n’est justement pas une méthode.

On ne travaille pas ensemble, on travaille entre les deux.
On ne travaille pas, on négocie.
J’ai volé Félix et j’espère qu’il en a fait de même pour moi.

17Le résultat, c’est la surprise permanente, un jaillissement d’idées contra­dic­toires dont aucune ne peut prétendre à une quelconque supériorité sur les autres.

Un travail s’agence entre nous, ni réunion, ni juxtaposition, mais ligne brisée qui file entre deux, prolifération, tentacules.

18Tels sont les grands thèmes que j’ai retenus de ce texte très dense. Telles sont les idées qui me sont venues à cette lecture. Pour résumer, je pourrais dire que la philosophie fonctionne, devrait fonctionner comme le Talmud, et que chaque penseur — ou apprenti penseur — a le droit d’ajouter son com­mentaire aux textes existants, même à ceux qui sont dits « canoniques », d’ajouter aussi son commentaire aux commentaires précédents, et que toutes ces gloses ainsi s’empilant, se chevauchant, se contredisant, s’entremêlent pour approcher de la vérité.

19La philosophie est un perpétuel devenir. Elle charrie, non des idées vraies ou fausses, mais des idées qui ont leur légitimité, des idées qui naissent, qui vivent plus ou moins longtemps, qui meurent éventuellement, et qui renais­sent possiblement. De là naissent les surprises, l’éblouissement des ren­contres.

Jamais les choses ne se passent où on croit, ni par les chemins qu’on croit.

20L’important est de privilégier les rencontres sur l’installation dans un système. C’est toute la différence entre les noces et la vie conjugale.

21Il est possible que je n’aie pas bien compris le propos de Deleuze. Il n’est pas impossible que j’aie fait un ou plusieurs contresens, mais c’est sans im­por­tance — au contraire — puisque mon travail sur ce texte, quelque imparfait et maladroit qu’il puisse être, ajoute au texte de Deleuze, peut-être lui donne un sens non pensé par Deleuze lui-même.

22La philosophie, la vraie, est comme la vie. Elle ne connaît pas de con­tre­sens. Elle progresse, c’est tout.

Haut de page

Notes

1 Gilles Deleuze et Claire Parnet, Dialogues, Paris, Flammarion (Champs), 1996.

2 Pages 7-26.

3 Ensuite vient la réponse de Claire Parnet (p. 27-43), dont il ne sera pas fait état ici.

4 L’expression est de Jean-Luc Godard.

5 Pages 14-19.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Brun, « GILLES DELEUZE & CLAIRE PARNET: DIALOGUES »Philosophique [En ligne], 19 | 2016, mis en ligne le 30 août 2017, consulté le 14 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/philosophique/947 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philosophique.947

Haut de page

Auteur

Denis Brun

Université de Franche-Comté

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search