Navigation – Plan du site
Articles

Le Cervin, sommet mythique et géomorphosite emblématique des Alpes suisses

Francis Huguet
p. 29-40

Résumés

Le Cervin dont la pyramide parfaite est une image quasi-obsédante en Suisse, est une montagne emblématique dans l'histoire de l'alpinisme depuis sa conquête en 1865. Mais c'est aussi l'objet d'importantes recherches géologiques et géomorphologiques : place dans l'architecture tectonique de la chaîne alpine, formation par le recoupement de grands cirques glaciaires, fonte du pergélisol de paroi. Revêtant à la fois une valeur scientifique et emblématique en Suisse, il peut être considéré comme un géomorphosite bien caractérisé.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Le Cervin (Matterhorn en allemand), dont la pyramide quasi-parfaite a été popularisée par une marque célèbre de chocolats suisse, est à la fois un sommet mythique des Alpes suisses, qui occupe une place de tout premier plan dans l'histoire de l'alpinisme depuis sa tragique conquête de juillet 1865 et un relief emblématique revêtant une valeur scientifique et patrimoniale exceptionnelle. Le Cervin tient en effet une place à part dans l'histoire de l'alpinisme européen. Après la conquête difficile et tardive (1865) de la "voie normale" puis de "l'arête du Lion" ou "arête italienne", sa face Nord a fait partie, dans la première moitié du XXème siècle, avec celles des Grandes Jorasses et de l'Eiger, des "derniers problèmes alpins" (A HECKMAIR, 1949), avant de trouver sa place dans la quête des exploits de l'alpinisme de haute difficulté : ascensions en hivernale, en "solo", records de vitesse, enchaînement dans un délai très court des trois faces Nord mythiques. Aujourd'hui encore, un alpiniste qui n'a pas "fait" le Cervin n'est pas pris au sérieux.

2L'intérêt scientifique du Cervin est multiple : outre sa place dans l'architecture de la chaîne alpine, l'origine africaine de ses roches et leur incorporation dans l'empilement des nappes de charriage identifiées dans les Alpes, on retiendra sa forme de pyramide quasi-parfaite, classiquement interprétée comme résultant du recoupement de vastes cirques glaciaires, qu'il serait plus exact de qualifier de "karling" (voir paragraphe IV-1). Enfin, le Cervin est aussi impliqué dans une problématique très contemporaine, la fonte du pergélisol (permafrost) de haute montagne, liée au réchauffement climatique actuel, qui serait de nature à provoquer dans les années à venir de dangereux éboulements et écroulements, comme il s'en est produit pendant les étés 2003, 2015 et 2018. Ce permafrost de haute montagne est toutefois bien différent de son homologue des hautes latitudes, au point que l'emploi du même terme pose problème et fera l'objet d'une discussion détaillée dans le chapitre IV, paragraphe 4, de l'article.

3Il suffit de séjourner quelques jours à Zermatt (Fig. 1) pour se rendre compte que le mythe du Cervin est toujours très présent en Suisse et que sa contribution au tourisme helvétique est loin d'être négligeable. Même sans être alpiniste, un touriste qui vient séjourner quelques jours à Zermatt, a sans cesse le regard attiré par la silhouette quasi obsédante du Cervin (Photo 1). Sur le versant italien de la montagne (Photo 2), la station valdôtaine de Breuil, qui a, de manière très significative, adopté le nom de Cervinia, revendique aussi sa part du mythe. L'image du Cervin, si souvent photographiée, dessinée ou stylisée est aussi largement utilisée dans la Confédération pour promouvoir des produits de l'économie helvétique, dans des domaines parfois très éloignés de la montagne et de l'alpinisme, comme la confiserie (Toblerone) et même la lingerie (Y. HOSTETTLER, 2006). Le Cervin possède à la fois un intérêt scientifique de premier plan, essentiellement dû à ses caractères géologiques et géomorphologiques, et une valeur patrimoniale et emblématique essentielle en Suisse comme l'a souligné H. ROUGIER (2002) : "Pyramide d'intersection de cirques [...], le Cervin est promu au rang d'archétype, de montagne de référence". Satisfaisant à tous les critères formulés par M. PANIZZA (2001) : "a geomorphological landform which has acquired a scientific, cultural/historical, aesthetic and/or social/economic value due to human perception or exploitation", il peut donc parfaitement être défini comme un géomorphosite. Cette définition de M. PANIZZA a été reprise, notamment par E. REYNARD (2005), J.P. PRALONG (2006), D. SELLIER (2013), D. SELLIER et C. PORTAL (2013).

Figure 1 - Carte géomorphologique schématique des environs du Cervin.

Figure 1 - Carte géomorphologique schématique des environs du Cervin.

Photo 1 - Le Cervin, vu depuis le sentier de la Hörnli Hütte. [cliché Francis HUGUET, juillet 2016]

Photo 1 - Le Cervin, vu depuis le sentier de la Hörnli Hütte. [cliché Francis HUGUET, juillet 2016]

L'arête de la voie normale depuis Zermatt est bien visible au centre de la photo ainsi que le refuge de la Hörnlihütte, au tiers inférieur de l'arête, d'où démarrent les cordées partant à la frontale pour monter au Cervin. Les couleurs des roches racontent leurs origines différentes : brun pour les sédiments marins, vert pour les laves océaniques, gris-vert pour les gneiss continentaux d'origine africaine, aujourd'hui sculptés en forme de pyramide.

Photo 2 - Le Cervin vu des environs de Cervinia : une architecture plus complexe, notamment "l'épaule" du Cervin, bien visible à gauche de la photo. [cliché Francis HUGUET, août 2017]

Photo 2 - Le Cervin vu des environs de Cervinia : une architecture plus complexe, notamment "l'épaule" du Cervin, bien visible à gauche de la photo. [cliché Francis HUGUET, août 2017]

4L'objet de cet article est de montrer en quoi le Cervin constitue un géomorphosite remarquable en Suisse, en le confrontant aux valeurs scientifiques, essentiellement géomorphologiques et géologiques, qui fondent la notion de géomorphosite (valeurs dites "centrales"), mais aussi aux valeurs esthétiques, culturelles et économiques qui l'enrichissent (valeurs dites "additionnelles").

II - Le Cervin, une place exceptionnelle dans l'histoire de l'alpinisme

5Depuis la tragique victoire d'Edward WHYMPER et ses compagnons, le 14 juillet 1865, jusqu'aux récents records de vitesse, le Cervin, "cime exemplaire" (G. REBUFFAT, 1965), a tenu et tient toujours une place exceptionnelle dans l'histoire de l'alpinisme. En moyenne, chaque année, 2000 alpinistes, amateurs ou professionnels tentent l'ascension du Cervin (Y. HOSTETTLER, 2006), même s'il est difficile d'obtenir des chiffres plus précis, car les refuges qui servent de point de départ à l'ascension du Cervin, comme principalement la Hörnli Hütte (Photo 1) sur la voie normale, ne comptabilisent pas les nuitées et surtout ne savent pas précisément combien de cordées ont atteint effectivement le sommet et combien de cordées ont renoncé.

1 ) La dramatique première de 1865

6L'histoire de la dramatique première du Cervin, le 14 juillet 1865, narrée par Edward WHYMPER lui-même (E. WHYMPER, 1871, p. 384-408), est bien connue. Le 7 juillet 1865, WHYMPER engage un guide valdôtain, Jean-Antoine CARREL, pour faire une nouvelle tentative au Cervin. Toutefois les conditions météorologiques sont mauvaises et CARREL rentre à Breuil. Pourtant, le guide italien, très désireux d'offrir la victoire à son pays, se met en route au matin du 11 juillet avec quelques compagnons pour tenter l'ascension par le versant italien. Edward WHYMPER l'apprend et décide de se rendre à Zermatt, où il ne trouve d'abord ni guide ni porteur. Il est rejoint à Breuil par Lord Francis DOUGLAS et Joseph TAUGWALDER et décident de s'associer. À leur arrivée à Zermatt, ils persuadent le guide Peter TAUGWALDER (père de Joseph) de se joindre à eux. WHYMPER rencontre peu après le guide chamoniard Michel CROZ, alors au service du Révérend Charles HUDSON et du jeune Douglas Robert HADOW. Les deux groupes décident de faire cordée commune et le jeudi 13 juillet au petit matin, c'est un groupe de huit alpinistes qui quitte Zermatt. En fin de journée, ils établissent un bivouac sur l'arête Sud-Est. Au petit matin du 14, WHYMPER et ses six compagnons se mettent en route et progressent d'abord assez facilement, tantôt dans la face, tantôt sur l'arête elle-même, puis sur l'Épaule. Après avoir gravi les rochers de la crête sommitale, ils atteignent le sommet vers13h40. C'est au cours du retour que le drame survient. Tandis que CROZ aide HADOW à franchir un passage délicat, celui-ci glisse, entraînant CROZ, HUDSON et DOUGLAS dans sa chute. La corde entre Francis DOUGLAS et Peter TAUGWALDER cède : les deux TAUGWALDER et WHYMPER se retrouvent seuls sur la montagne.

2 ) De l'exploration systématique des arêtes et des faces aux exploits extrêmes des années récentes

7 Après la conquête de la montagne par WHYMPER et ses compagnons par la voie du Hörnli, aujourd'hui la voie normale, toutes les arêtes, puis toutes les faces ont été successivement conquises. L'arête du Lion, ou arête italienne, a été conquise trois jours seulement après la tragique victoire de WHYMPER, par le guide valdôtain Jean Antoine CARREL (celui-là même qui avait fait faux bond à WHYMPER et tenté sa chance le 15 juillet 1865, dans l'espoir d'offrir la conquête de la montagne à l'Italie), accompagné de Jean-Baptiste BICH. L'arête de Zmutt, ou arête Nord-Ouest, est conquise, le 3 septembre 1879, par un autre alpiniste anglais, Albert MUMMERY, avec le guide Alexandre BURGENER. L'arête de Furggen, ou arête Sud-Est, après de multiples tentatives, n'est réellement gravie, sans contourner le très difficile ressaut terminal, qu'en septembre 1941 par Alfredo PERRINO, Louis CARREL et Giacomo CHIARA (R. FRISON-ROCHE et S. JOUTY, 2017). La face Ouest ne céda qu'en août 1962, vaincue par les Italiens Giovanni OTTIN et Renato DAGUIN (B.P. TRUFFET, 2015 ; R. FRISON-ROCHE et S. JOUTY, 2017). L'exploit de Walter BONATTI qui, pour le centenaire de la première du Cervin, du 18 au 22 février 1965, a ouvert, en hivernale et en solitaire une voie nouvelle dans la très difficile face Nord, a marqué une page décisive dans l'histoire de l'alpinisme. Plus près de nous, le Cervin continue à susciter des exploits extrêmes : nous nous contenterons de citer le record du 13 janvier 2009 d'Ueli STECK qui a gravi la face Nord du Cervin (voie Schmitt) en 1h56, record battu de 10 minutes le 30 avril 2015 par Dani ARNOLD...

III - L'empilement des nappes pennines selon Émile ARGAND et la place du Cervin dans la tectonique alpine

8"Le Cervin, l'un des sommets les plus fascinants des Alpes est également un symbole géologique : mieux que tout autre, cette montagne et les interrogations qu'elle suscite résument l'œuvre d'un des plus grands maîtres de la tectonique alpine, Émile Argand (1911, 1916, 1924), et permettent de mesurer les progrès accomplis" (A. ESCHER et H. MASSON, 1984 ; A. ESCHER et al., 1997). Si l'interprétation de la géologie alpine se fait aujourd'hui dans le cadre de la tectonique des plaques et de la collision des plaques africaine et eurasiatique, il n'en demeure pas moins que la mise en évidence des nappes penniques, notamment la nappe de la Dent Blanche dans l'architecture de la chaîne alpine (Fig. 2 et Fig. 3), a constitué un temps fort dans la géologie alpine (J. DEBELMAS et G. MASCLE, 1991).

Figure 2 - La place du Cervin dans l'empilement des nappes penniques d'après A. ESCHER et H. MASSON (1984).

Figure 2 - La place du Cervin dans l'empilement des nappes penniques d'après A. ESCHER et H. MASSON (1984).

Figure 3 - La nappe de la Dent Blanche, entaillée dans le bord aminci du continent apulien, reposant sur les restes de l'océan téthysien disparu : la nappe du Tsaté.

Figure 3 - La nappe de la Dent Blanche, entaillée dans le bord aminci du continent apulien, reposant sur les restes de l'océan téthysien disparu : la nappe du Tsaté.

Source : M. MARTHALER (2014, p. 54-55, dessin de Mario SARTORI), avec l'aimable autorisation de l'auteur.

9La Pangée, constituée au cours du Carbonifère, se disloque au cours du Trias, donnant naissance à la Laurasie au nord, et au Gondwana au sud (M. MARTHALER, 2014 ; J. DEBELMAS et G. MASCLE, 1993). Cette séparation forme un nouvel océan, la Téthys. Cette Téthys, initialement étroite et peu profonde, s'élargit et s'approfondit, tandis que se sédimentent des roches salines, des dolomies, des calcaires, puis des brèches, liées à l'écroulement de falaises dans la mer. Au milieu de la Téthys, l'épanchement de basalte colmate la fissure centrale, qui continue de s'écarter. La Laurasie et le Gondwana se séparent donc de plus en plus et dans cet océan, on peut désormais distinguer à l'ouest l'Atlantique central en cours d'élargissement et à l'est la Téthys proprement dite. Sur les marges continentales ‒ la marge européenne au nord et la marge africaine au sud avec son prolongement l'Apulie ‒ s'accumule une puissante sédimentation carbonatée. Au cours du Crétacé, le Gondwana se divise à son tour : l'Amérique du Sud se sépare de l'Afrique, l'Atlantique sud s'ouvre et s'élargit, l'Inde se sépare de l'Afrique. L'Eurasie est également affectée par cette dislocation : le rifting de l'Atlantique progresse vers le nord, entraînant une dérive de toute l'Europe vers le sud-est, tandis que l'Ibérie forme une nouvelle micro-plaque. L'Apulie est poussée vers le nord-ouest par la rotation de l'Afrique, amorçant la fermeture de la Téthys alpine par subduction. Au début du Cénozoïque, la croûte européenne est entraînée dans la subduction par l'élargissement de l'Atlantique. Au début du Cénozoïque, la croûte européenne est entraînée dans la subduction par l'élargissement de l'Atlantique. La collision alpine proprement dite se produit à l'Éocène, lorsque la subduction a fait disparaître presque toute la croûte océanique de la Téthys, mettant en contact les croûtes dont les restes (un prisme d'accrétion océanique) viennent s'intercaler entre les croûtes continentales "européenne" et "africaine". Sous l'effet de cette collision, un prisme orogénique se construit entre la plaque européenne et la plaque apulienne. Les empilements de nappes pennines qu'avait décrits É. ARGAND (1911, 1916, 1924) : nappes du Mont Rose, nappe du Grand Saint Bernard (formées de roches paléozoïques du continent européen), zone du Grand Combin (Mésozoïque marin de la zone de Zermatt et nappe du Tsaté) et, par-dessus, nappe de la Dent Blanche, dont fait partie le Cervin, formée de roches paléozoïques d'origine africaine (qualifiée de "traineau écraseur" par Émile ARGAND), résultent ainsi de cette collision. Si, comme l'affirme M. MARTHALER (2014), "le Cervin est africain", c'est par l'origine des roches (très anciennes, environ 300 millions d'années) et non par la sculpture de la forme (récente, datant de quelques centaines de milliers d'années).

IV - Une pyramide quasi-parfaite, classiquement interprétée comme résultant du recoupement de grands cirques glaciaires

1 ) Le Cervin est l'exemple le plus classique d'un "karling"

10Le Cervin, tel qu'on peut l'observer depuis Zermatt, ou mieux encore depuis la Hörnli Hütte (Photo 1), constitue une pyramide parfaite, qui a depuis longtemps frappé et même obsédé les voyageurs, les alpinistes et les touristes. "Le Cervin est la plus belle pyramide cristalline des Alpes" selon le célèbre guide suisse M. VAUCHER, dans le volume consacré aux Alpes Pennines, de la collection "Les cent plus belles courses" (M. VAUCHER, 1979, p. 142). Cette forme géométriquement parfaite est classiquement interprétée comme résultant du recoupement de grands cirques glaciaires, comme l'avait déjà observé E. de MARTONNE (1947, p. 904) et comme l'ont rappelé S. MORARD et al. (2009) : "Lorsqu'un sommet est bordé à sa base par une série de cirques d'orientations différentes, il se forme un horn, sommet pyramidal sculpté par les glaciers s'écoulant dans plusieurs directions. Le Cervin en est un exemple", comme le suggère le nom germanique du Cervin, "Matterhorn", même si la recherche moderne met aussi l'accent sur les processus supraglaciaires comme la gélivation et tend à minimiser le rôle joué par les processus véritablement glaciaires dans le façonnement de la forme. En réalité, il convient de nuancer le propos, car le sommet suisse (4478 m) est séparé du sommet italien (4476,4 m) par une crête plate, longue d'environ 150 m. C'est en ce sens que, malgré l'emploi du terme "horn" par de nombreux auteurs, dont E. de MARTONNE, et malgré la toponymie valaisanne des sommets de la "Couronne impériale" (Matterhorn, Weisshorn, Zinalrothorn...), il serait plus exact de définir le Cervin comme un "karling"

2 ) "Un sublime tas de cailloux" (G. REBUFFAT, 1965)

11La roche sur la quelle s'élèvent les alpinistes, sur les faces comme sur les arêtes, est pour l'essentiel un gneiss massif appartenant à la "nappe de la Dent Blanche", le gneiss d'Arolla. Pyramide résiduelle résultant, selon l'interprétation classique, du recoupement de plusieurs grands cirques, on s'attendrait à y trouver un rocher sain, propice à une escalade sûre. En réalité, à ces altitudes très élevées, la roche, déjà fragilisée par les contraintes mécaniques subies pendant l'orogenèse alpine (on sait en effet que plus une roche est "dure", plus elle est mécaniquement fragile et donc fracturée), a été soumise à des processus météoriques intenses, tout particulièrement la gélivation. L'alpiniste suisse Michel VAUCHER, écrivait à son propos : "le Cervin est la plus belle pyramide cristalline des Alpes. Son allure lui donne une apparence de solidité exemplaire : en fait, il est constitué d'un rocher de très mauvaise qualité et ce n'est là qu'un de ses paradoxes" (1979, p. 142).

12D'où un important risque de chutes de pierres sur certaines voies, plus particulièrement sur les faces, tandis que le rocher est plus sain sur les arêtes, particulièrement sur l'arête italienne (arête du Lion), alors que sur l'arête du Hörnli (voie normale) le rocher est moins bon (M. KURZ et M. BRANDT, 1977, p. 304). Cette différence de qualité du rocher entre les faces et les arêtes pourrait s'expliquer par des raisons essentiellement géométriques, car les arêtes d'une pyramide en constituent l'ossature. Le risque de chutes de pierres et même d'éboulements majeurs est susceptible d'augmenter dans les années à venir du fait de la fonte du permafrost de paroi. "Les voies modernes ont privilégié les zones de meilleur rocher, faisant oublier à beaucoup qu'à 99 % la montagne est, comme le disait Gaston Rebuffat du Cervin, un sublime tas de cailloux" (R. FRISON-ROCHE et S. JOUTY, 2017).

3 ) Le réchauffement climatique, entraînant la dégradation, voire la fonte du pergélisol, pourrait être à l'origine d'écroulements catastrophiques

13La définition classique du pergélisol (permafrost en Anglais) est un sol des régions arctiques, dont seule la couche superficielle ou "couche active" (autrefois appelée "mollisol") dégèle saisonnièrement, tandis que la partie profonde, imperméabilisée par le gel, ne dégèle jamais. L'épaisseur de ce permafrost, dans certaines régions, comme en Sibérie, peut atteindre plusieurs centaines de mètres. Cette définition initiale a évolué et, aujourd'hui, on le définit plutôt comme un sol dont les températures restent inférieures à 0°C pendant au moins deux années consécutives. Affecté par le réchauffement climatique, le pergélisol fond dans de nombreuses régions et, selon les auteurs canadiens, la limite septentrionale du pergélisol pourrait remonter vers le nord de plusieurs centaines de kilomètres d'ici la fin du siècle.

14Si le pergélisol a d'abord été décrit et étudié dans les hautes latitudes de l'Arctique, on a ensuite étendu la notion à la haute altitude, y compris dans les montagnes tempérées, comme les Alpes Toutefois ce pergélisol de haute montagne serait, selon plusieurs auteurs (L. RAVANEL, 2010 ; P.A. DUVILLARD et al., 2019-a, 2019-b), assez différent de son homologue des hautes latitudes. Ce ne serait pas à proprement parler un sol au sens pédologique du terme, puisque les processus biologiques et biochimiques sont très limités à ces altitudes, mais on pourrait le définir comme "tous matériaux lithosphériques (sols, substratum rocheux, formations superficielles) dont les températures sont durablement inférieures ou égales à 0°C" (W. DOBINSKI, 2011). Il consisterait donc en une pénétration profonde dans la roche des ondes de gel. Si tel est le cas, on peut se demander s'il ne faudrait pas employer un autre terme pour le désigner et parler plutôt de "pergéliroche" ?

15Quoi qu'il en soit, le réchauffement climatique des dernières décennies est responsable de la dégradation ou de la fonte de ce pergélisol de haute montagne (M. BENISTON et al., 2007), comme l'ont montré les recherches de Ludovic RAVANEL dans le massif du Mont Blanc (L. RAVANEL 2010 ; L. RAVANEL et al., 2010 ; P.A. DUVILLARD et al., 2015, 2019-a, 2019­b), fonte qui serait elle-même susceptible de provoquer une déstabilisation des faces rocheuses et d'importants écroulements, comme celui qui a affecté le Cervin le 15 juillet 2003 à 3400 m d'altitude, non loin du départ de la voie normale, entraînant l'évacuation par hélicoptère de 90 alpinistes, et comme ceux qui ont affecté en 1997, 2003 et 2005 la face Ouest des Drus, bouleversant la paroi et rendant impraticables les voies de haute difficulté tracées au XXème siècle dans cette face, notamment par W. BONATTI. Dans des circonstances très comparables, pendant l'été 2015, 25 alpinistes ont été bloqués dans la cabane Carrel par un éboulement et les autorités italiennes ont "fermé" l'accès au Cervin. La fréquence de ces épisodes a conduit la communauté des alpinistes, à l'initiative de Ludovic RAVANEL, à la fois géomorphologue et membre de la Compagnie des Guides de Chamonix, à engager une réflexion sur une nécessaire adaptation des pratiques de l'alpinisme, préconisant de décaler les courses de haute montagne à la fin du printemps ou au début de l'automne, au lieu des traditionnels mois de juillet et d'août.

V - La valorisation du Cervin, à Zermatt et à Cervinia, en fait un géomorphosite majeur des Alpes

1 ) Le Cervin, symbole majeur de la Suisse

16Le Cervin est une montagne mythique, perçue comme le symbole de la Suisse. La célèbre firme bernoise de chocolat Toblerone, la banque helvétique Matterhorn Asset Management et même les studios cinématographiques Paramount se réclament explicitement de l'image du Cervin, mais en se référant surtout à des valeurs esthétiques, comme la perfection géométrique de la montagne, plus qu'à son intérêt scientifique et à son exemplarité. Le site Internet de l'office du tourisme de Zermatt souligne ainsi que "la forme pyramidale symétrique, la dent rocheuse perçant le col et son reflet lumineux dans le petit lac de Stelli, tout concourt à faire des paysages de cette région montagneuse un spectacle unique". L'ouvrage récent Le Cervin, top model des Alpes (Y. HOSTETTLER, 2006) met également, avec ce titre accrocheur, l'accent sur les valeurs esthétiques de la montagne, telles qu'elles sont utilisées par la publicité en Suisse et dans une moindre mesure en Vallée d'Aoste. On retrouve bien dans ce cas les attributs "additionnels" du concept de géomorphosite.

2 ) Cervinia-Valtournanche : le mythe du Cervin, côté latin

17La station de sports d'hiver de Cervinia, en Val-d'Aoste, comme son nom l'indique, se réclame elle aussi du mythe. Il n'est pas inutile de rappeler ici que la station a été fondée au début des années 30, en pleine période fasciste. Le nom même de Cervinia faisait en effet partie de l'entreprise fasciste consistant à italianiser des toponymes français du Val d'Aoste, comme affirmation de l'appartenance de ce dernier à la nation italienne. Aujourd'hui, la station valdôtaine de Cervinia est d'abord et avant tout une station de sports d'hiver, alors que Zermatt est très axée sur les pratiques estivales de la montagne, comme la randonnée ou l'alpinisme, mais le mythe du Cervin, surnommé familièrement par les Valdôtains "Becca" ou "gran Becca", est bien présent aussi à Cervinia (A. BERNARDI, 1963).

VI - Conclusion

18Dans sa réflexion sur le concept de géomorphosite, E. REYNARD (2005) écrit : "le relief doit être vu comme une entité multifonctionnelle dans laquelle la société va puiser des biens et des services. Les usages [...] peuvent être regroupés en trois grands domaines : l'héritage naturel, l'héritage culturel et finalement la ressource économique". E. REYNARD insiste surtout sur la valeur scientifique du Cervin, en rappelant la place de la montagne dans l'empilement des nappes de charriage penniques étudiées par É. ARGAND au début du XXème siècle, mais aussi l'exemplarité de cette pyramide dégagée par l'érosion glaciaire. Nous avons pu voir (cf. supra) que la fonte du pergélisol, lié au réchauffement climatique, fait aussi partie de l'intérêt scientifique du Cervin. D'autre part, le Cervin, tant de fois photographié, dessiné ou stylisé, est largement utilisé pour la promotion de produits de l'économie helvétique, parfois dans des domaines sans aucun rapport avec la montagne, comme les crayons de couleur Caran d'Ache, les fers à repasser Jura et même la marque de lingerie Matterhorn (Y. HOSTETTLER, 2006). Il est donc légitime de conclure, qu'ayant à la fois un très grand intérêt scientifique et une importante valeur additionnelle sur le plan esthétique, culturel et économique, le Cervin est incontestablement un géomorphosite, au sens où l'ont défini M. PANIZZA (2001) et E. REYNARD (2005), et même l'un des plus remarquables.

Haut de page

Bibliographie

ARGAND É. (1911) - Les nappes de recouvrement des Alpes pennines et leurs prolongements structuraux. Matériaux pour la carte géologique de la Suisse, n.s., p. 1-26.

ARGAND É. (1916) - Sur l'arc des Alpes occidentales. Eclogae geologicae Helvetiae, vol. 14, n° 1, p. 145-191.

ARGAND É. (1924) - Des Alpes et de l'Afrique. Bulletin de la Société Vaudoise des Sciences Naturelles, vol. 55, p. 233-236.

BENISTON M, STEPHENSON D.B. et CHISTENSEN O.B. (2007) - Future extreme events in European climate: an exploration of regional climate model projections. Climatic Change, vol. 81, n° 1, p. 71-95.

BERNARDI A. (1963) - Il Gran Cervino, Antologia di Alfonso Bernardi. Édit. N. Zanichelli, Bologne (Italie), 320 p.

DEBELMAS J. et MASCLE G. (1993) - Les grandes structures géologiques. Édit. Masson, Paris, 308 p.

DOBINSKI W. (2011) - Permafrost. Earth-Science Reviews, vol. 108, p. 158-169.

DUVILLARD P.A., RAVANEL L. et DELINE P. (2015) - Risk assessment of infrastructure destabilisation due to global warming in the French Alps. Revue de Géographie Alpine, vol. 103, n° 2, en ligne.

DUVILLARD P.A., RAVANEL L., SCHOENEICH P., MARCER M. et PIARD J.F. (2019-a) - Analyse multi-méthodes de la déstabilisation d'un pylône de remontée mécanique implanté sur un glacier rocheux des Alpes françaises. Géomorphologie, vol. 25, n° 1, p. 21-35.

DUVILLARD P.A., RAVANEL L., MARCER M. et SCHOENEICH P. (2019-b) - Recent evolution of damage to infrastructures on permafrost in the French Alps. Regional Environmental Change, vol. 19, n° 5, p. 1281-1293.

ESCHER A. et MASSON H. (1984) - Le Cervin : un dessin géologique inédit d'Émile Argand (1929) et son interprétation actuelle. Travaux du Comité français d'Histoire de la Géologie, 2éme série (tome 2), p. 95-127.

ESCHER A., MASSON H., STECK A., EPARD J.L., MARTHALER M., SARTORI M. et VENTURINI G. (1997) - Geologic framework and structural evolution of the Western Swiss-Italian Alps. In : Deep structure of the Swiss Alps – Results from NFP 20, Édit. Birkhäuser, Bâle (Suisse), p. 205-222.

FRISON-ROCHE R. et JOUTY S. (2017) - Histoire de l'alpinisme. Édit. Arthaud, Paris, 371 p.

HECKMAIR A. (1949) - Die drei letzten probleme der Alpen. Matterhorn-Nordwand, Grandes-Jorasses-Nordwand, Eiger-Nordwand. Édit. F. Bruckman, Munich (Allemagne), traduit en français en 1951 sous le titre : Les trois derniers problèmes des Alpes, 176 p.

HOSTETTLER Y. (2006) - Cervin, top model des Alpes. Édit. Olizanne, Genève (Suisse), 159 p.

KURZ M et BRANDT M. (1977) - Alpes Valaisanes. Volume II : Du Col Collon au Théodulpass. Édit. Club Alpin Suisse, Wabern (Allemagne), 4ème édition, 387 p.

MARTHALER M. (1990) - Les nappes penniques dans les Alpes valaisannes : quelques explications géologiques. Les Alpes, Revue du Club Alpin suisse, 2e trimestre 1989 et Étude de lettres de l'Université de Lausanne, janvier-mars 1990, p. 78-87.

MARTHALER M. (2014) - Le Cervin est-il africain ? : Une histoire géologique entre les Alpes et notre planète. Édit. L.E.P., collection "Loisirs et pédagogie", Lausanne (Suisse), 4ème édition, 96 p.

MARTHALER M. et ROUGIER H. (sous presse) - An outstanding mountain : the Matterhorn. In : Landscapes of Switzerland, 20 p.

MARTONNE E. de (1947) - Traité de Géographie physique. Tome 2 : Le relief du sol. Édit. Armand Colin, Paris, 7ème édition, 1056 p.

MORARD S., SCAPOZZA C., DUHEM V., REYNARD E. et DELALOYE R. (2009) - Les formes d'érosion. In : Géomorphologie de la montagne, Édit. Société Suisse de Géomorphologie (SGmG), fiche 2.2.2, en ligne.

PANIZZA M. (2001) - Geomorphosites : Concepts, methods and example of geomorphological survey. Chinese Science Bulletin, vol. 46, supplément 1, p. 4-5.

PRALONG J.P. (2006) - Géotourisme et utilisation de sites naturels d'intérêt pour les sciences de la Terre : les régions de Crans-Montana-Sierre (Valais, Alpes suisses) et de Chamonix-Mont-Blanc (Haute Savoie, Alpes françaises). Thèse de doctorat, Université de Lausanne (Suisse), collection "Travaux et recherches", n° 32, IX + 224 p. + annexes.

RAVANEL L. (2010) - Caractérisation, facteurs et dynamiques des écroulements rocheux dans les parois à permafrost du massif du Mont Blanc. Thèse de l'Université de Savoie, 322 p.

RAVANEL L., ALLIGNOL F. et DELINE P. (2010) - Les écroulements rocheux dans le massif du Mont Blanc pendant l'été caniculaire de 2003. In : La géomorphologie alpine entre patrimoine et contraintes, actes du colloque de la Société Suisse de Géomorphologie (Olivone), Édit. Institut de Géographie de l'Université de Lausanne, Géovisions n° 36, p. 227-241.

REBUFFAT G. (1965) - Cervin, cime exemplaire. Édit. Hachette, Bobigny, 215 p.

REYNARD E. (2005) - Géomorphosites et paysages. Géomorphologie, vol. 11, n° 3, p. 181-188.

ROUGIER H. (2002) - Au pays de Zermatt. Édit. Loisirs & Pédagogie, Le Mont-sur-Lausanne (Suisse), 208 p.

SELLIER D. (2013) - Toponymie et patrimoine géomorphologique : désignation et perception des montagnes quartzitiques de la façade atlantique nord-européenne (Norvège, Écosse, Irlande). Norois, vol. 229, p. 53-75.

SELLIER D. et PORTAL C. (2013) - Le patrimoine géomorphologique du Parc naturel régional de Brière (Loire atlantique) et la sélection de géomorphosites : héritages naturels et héritages culturels. In : Gestion des géosites dans les espaces protégés, Collection EDYTEM; Cahiers de géographie, vol. 15, p. 163-170.

TRUFFET B.P. (2015) - L'histoire du Cervin, Les premières ascensions, projets et aventures. Édit. Aroleit-Verlag, Zermatt (Suisse), 2ème édition, 80 p.

VAUCHER M. (1979) - Les Alpes valaisannes, les cent plus belles courses. Édit. Denoël, Paris, 253 p.

WHYMPER E. (1871) - Scrambles amongst the Alps in the years 1860-1869. Édit. John Murray, Londres (Grande-Bretagne), 432 p., publié en français (1873-1922) sous le titre Escalades dans les Alpes 1860-1869; Édit. Jullien, Genève (Suisse), XVI +284 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Carte géomorphologique schématique des environs du Cervin.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/10028/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 948k
Titre Photo 1 - Le Cervin, vu depuis le sentier de la Hörnli Hütte. [cliché Francis HUGUET, juillet 2016]
Légende L'arête de la voie normale depuis Zermatt est bien visible au centre de la photo ainsi que le refuge de la Hörnlihütte, au tiers inférieur de l'arête, d'où démarrent les cordées partant à la frontale pour monter au Cervin. Les couleurs des roches racontent leurs origines différentes : brun pour les sédiments marins, vert pour les laves océaniques, gris-vert pour les gneiss continentaux d'origine africaine, aujourd'hui sculptés en forme de pyramide.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/10028/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Photo 2 - Le Cervin vu des environs de Cervinia : une architecture plus complexe, notamment "l'épaule" du Cervin, bien visible à gauche de la photo. [cliché Francis HUGUET, août 2017]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/10028/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 2 - La place du Cervin dans l'empilement des nappes penniques d'après A. ESCHER et H. MASSON (1984).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/10028/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Figure 3 - La nappe de la Dent Blanche, entaillée dans le bord aminci du continent apulien, reposant sur les restes de l'océan téthysien disparu : la nappe du Tsaté.
Légende Source : M. MARTHALER (2014, p. 54-55, dessin de Mario SARTORI), avec l'aimable autorisation de l'auteur.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/10028/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Huguet, « Le Cervin, sommet mythique et géomorphosite emblématique des Alpes suisses », Physio-Géo, Volume 15 | -1, 29-40.

Référence électronique

Francis Huguet, « Le Cervin, sommet mythique et géomorphosite emblématique des Alpes suisses », Physio-Géo [En ligne], Volume 15 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2020, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/10028 ; DOI : 10.4000/physio-geo.10028

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals