Navigation – Plan du site
Articles

La reprise des pluies et la recrudescence des inondations en Afrique de l'Ouest sahélienne

Rain resumption and floods multiplication in western Sahelian Africa
Zeineddine Nouaceur
p. 89-109

Résumés

Cette étude porte sur le Sahel ouest-africain, qui fait la transition entre la zone sahélo-soudanienne assez arrosée et le désert saharien. Ce territoire s'étend sur 12 pays formant une bande longitudinale comprise entre 12 et 20° de latitude Nord. En Afrique de l'Ouest, six pays (Sénégal, Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso et Tchad) appartiennent à cette région.
Afin de déterminer la tendance pluviométrique dans trois pays de cette large bande territoriale (Mauritanie, Sénégal, Burkina Faso), on utilise la méthode graphique chronologique de traitement de l'information (MGCTI) de type "Matrice BERTIN". L'analyse des données pluviométriques montre une reprise des pluies depuis la fin des années 1980 ou les années 1990. Elle fait suite à la longue sécheresse sahélienne subie à partir de 1970.
L'analyse des précipitations annuelles montre aussi une relation étroite avec la température de surface de l'océan Atlantique Nord (TNA), ainsi qu'un lien très fort avec l'énergie cumulative des cyclones tropicaux (ACE). Cette reprise des pluies, qui rappelle dans une moindre mesure les années de "vaches grasses" (cycle humide des années 1950-1960), est marquée cependant par une recrudescence sans précédent des inondations urbaines. Ces évènements sont imputables, d'une part, à l'intensification des pluies et, d'autre part, à un développement urbain mal maîtrisé.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Le climat sahélien est caractérisé par une longue saison sèche et un hivernage (saison des pluies) qui commence en juin et se termine en septembre-octobre. Cette dernière saison est associée au processus de transfert de l'humidité océanique en direction du continent (la mousson ouest-africaine). Ce mouvement est régi par une translation d'ensemble de l'équateur météorologique et de son couloir dépressionnaire (Zone de Convergence Intertropicale, ZICT) vers le nord, impulsé par l'attraction des dépressions thermiques sahariennes et par une plus grande vigueur des noyaux anticycloniques de l'hémisphère sud alors en hiver (S. JANICOT et al., 2012).

2Dès le mois de mars, la migration d'ensemble du système équatorial, mais aussi des flux alizéens issus de l'hémisphère sud, s'amorce. Dans leur progression vers le nord, les alizés de sud qui traversent l'équateur géographique subissent une rotation sous l'effet de la force de CORIOLIS appliquée à l'hémisphère nord. Ils acquièrent ainsi une nouvelle trajectoire, sud-ouest - nord-est, qui matérialise le flux de mousson et permet le transfert de l'humidité vers le continent grâce au maintien des caractères thermiques et hydriques du flux originel. Les cumuls de pluie associés à cette translation déterminent le sous-type de climat.

3La zone sahélienne typique est caractérisée par une pluviométrie annuelle moyenne comprise entre 200 et 400 mm. Considérées au sens large, les zones sahélo-soudanienne, au sud, et sahélo-saharienne, au nord, reçoivent respectivement entre 400 et 800 mm et entre 50 à 200 mm de pluie par an en moyenne (P. HIERNAUX et H.N. LE HOUÉROU, 2006).

4La zonalité du Sahel est engendrée par l'alternance au cours de l'année des alizés boréaux et de la mousson atlantique (alternance entre l'hivernage et la saison sèche). Cette particularité conforte ainsi l'originalité de cette région. L'absence de limite, de coupure, d'homogénéité, s'inscrit dans le paysage comme un relais dégressif des conditions les plus humides vers les plus sèches.

5L'irrégularité climatique est la règle dans cette région de l'Afrique. Dans les années 1970 et 1980, la mobilisation scientifique était très forte autour des sécheresses climatiques qui ont constitué l'un des signaux inter-décennaux les plus marquants jamais observés sur la planète (M. LEROUX, 1995, par exemple). Aujourd'hui, les chercheurs sont rassemblés autour de la mousson africaine afin d'élucider la complexité des mécanismes liés à sa variabilité spatio-temporelle. Le programme international "AMMA" (Analyse Multidisciplinaire de la Mousson Africaine) est une illustration de cette démarche (B. FONTAINE et al., 2012). Prévoir le déclenchement de ce phénomène climatique comme connaître sa variabilité intra-saisonnière et annuelle est crucial pour les populations locales. En effet, la vulnérabilité de cette région aux aléas pluviométriques est très forte, une grande partie de son économie reposant sur une agriculture pluviale (P. ROUDIER et al., 2011 ; P. HEINRIGS, 2010). L'économie sahélienne est balbutiante, l'indice de développement humain (IDH) calculé pour l'ensemble des pays de la région étudiée, est de 0,43 (avec 0,52 en Mauritanie, 0,50 au Sénégal, 0,42 au Mali et au Burkina Faso, 0,40 au Tchad et 0,35 au Niger).

6Si à l'échelle mondiale la hausse des températures ne fait aucun doute (GIEC, 2020), l'évolution de la pluviométrie est jusqu'ici beaucoup moins évidente, tant elle est soumise à une forte variabilité spatio-temporelle. Toutefois l'intensification du cycle hydrologique (C. WILCOX et al., 2018) sous l'effet des fortes températures pourrait entraîner plus d'évaporation et de précipitations (OMM, 2013-a), du fait de l'augmentation du pouvoir évaporant de l'air. Différentes études portant sur l'évolution des précipitations ont montré que le changement climatique s'est traduit par une intensification des précipitations et une récurrence des évènements extrêmes (S.K. MIN et al., 2011 ; Y. TRAMBLAY et al., 2013 ; S. WESTRA et al., 2013, 2014 ; G. PANTHOU et al., 2014 ; M.G. DONAT et al., 2016 ; P. OZER et al., 2017 ; M. BIASUTTI, 2019). D'après l'Organisation Mondiale de la Météorologie, les inondations ont touché de nombreuses régions du monde et fait des milliers de victimes durant la décennie 2001-2010 (OMM, 2013-b).

7L'évolution climatique récente dans la zone sahélienne fait encore l'objet d'un vif débat dans la communauté scientifique. Nous souhaitons, par le présent travail, apporter quelques éléments de réflexion sur cette problématique, ainsi que sur les phénomènes d'inondation qui se sont récemment multipliés, en particulier dans les zones gagnées par une urbanisation massive.

II - Données et méthodes

8Cette étude a été réalisée à partir de données pluviométriques mensuelles (pour le Sénégal et le Burkina Faso) ou de données annuelles (pour la Mauritanie). Elle concerne 27 stations climatiques sur une période allant de 1947 à 2014 (13 stations pour la Mauritanie, 7 pour le Sénégal et 7 pour le Burkina Faso ‒ Fig. 1). Nos choix ont été dictés par la disponibilité des données, qui nous a empêché, en particulier, de dépasser l'année 2014. Dans tous les cas, les analyses ont porté sur les valeurs annuelles.

Figure 1 - Localisation des 27 stations météorologiques.

Figure 1 - Localisation des 27 stations météorologiques.

Les numéros entre parenthèses renvoient à la position de la station dans la Matrice Graphique (MGCTI) de type "Matrice BERTIN" (voir Fig. 2).

9Les données du Sénégal et de la Mauritanie ont été collectées auprès des services météorologiques du Sénégal (ANACIM ‒ lien 1 et des services météorologiques (ONM ‒ lien 2) et statistiques (ONS ‒ lien 3) de la Mauritanie.

10Les données pluviométriques du Burkina Faso ont été recueillies auprès des services du KNMI Climate Explorer (lien 4). Certaines données manquantes ont été trouvées sur "TuTiempo.net" (lien 5). Ce site utilise la base de données mondiale du National Climatic Data Center (NCDC ‒ lien 6).

11Toutes ces données sont en libre accès et proviennent des différentes stations météorologiques des réseaux d'observation sahéliens. Les lacunes isolées ont été comblées par la moyenne des valeurs mensuelles précédente et suivante. Quand les données de deux mois successifs, ou plus, étaient manquantes, elles ont été remplacées par les valeurs mensuelles moyennes correspondantes sur la période 1947-2014.

12La part des lacunes mensuelles correspondant à l'hivernage (de mai à octobre) s'élève à 2,3 % pour les stations du Sénégal (les années les plus impactées sont 2004, 2005, 2013 et 2014, et les séries les plus incomplètes sont celles de Kédougou et de Bakel, avec 4,5 % de données manquantes). Au Burkina Faso, la saison d'hivernage (d'avril à octobre) comporte 3,4 % de mois lacunaires (5,2 % pour la station de Gaoua, 4,4 % pour celles de Fada N'Gourma et de Ouagadougou).

13En ce qui concerne la Mauritanie, seules sont manquantes les valeurs annuelles des stations de Bir Moghrein et de Akjout en 1994 et 2009. Ces vides ont été comblés par les valeurs annuelles moyennes à ces deux stations sur la période 1947-2014.

14L'étude des inondations est basée sur les données publiées par the Darthmouth Flood Observatory : lien 7. La période d'observation s'étale de 1986 à 2017 et concerne les évènements de ce type pour le Sénégal, la Mauritanie, le Mali, le Niger le Burkina Faso et le Tchad.

15L'analyse de la variabilité pluviométrique interannuelle s'appuie sur deux méthodes :

- Les écarts centrés réduits :
Z = (xi-x) / σ
ou xi est le cumul pluviométrique de l'année i, x le cumul pluviométrique annuel moyen sur la période considérée et σ l'écart-type sur cette période.

- La méthode graphique chronologique de traitement de l'information (MGCTI), de type " Matrice BERTIN" (Z. NOUACEUR et al., 2013 ; Z. NOUACEUR et O. MURARESCU, 2016). Cette méthode permet tout d'abord d'analyser la répartition spatio-temporelle des pluies, puis de préciser pour chaque station les dates des ruptures décelées à l'échelle régionale.

16En vue de mener l'analyse graphique chronologique, les précipitations annuelles de chaque station sont classées par rapport aux valeurs limites (Q1, Q2, Médiane, Q3 et Q4) de l'ensemble de la période d'étude (Tab. I). Les années dont les totaux pluviométriques sont inférieurs au 1er quintile (Q1) sont considérées comme très déficitaires (très sèches). Celles entre le 1er et le 2ème quintile (Q2) sont jugées déficitaires (sèches). Les années dont les précipitations sont comprises entre le 2ème quintile et la médiane, sont dites normales à tendance sèche. Entre la médiane et le troisième quintile (Q3), les années sont qualifiées de normales à tendance humide. Entre le troisième et le quatrième quintile (Q4), on parle d'années excédentaires (humides). Enfin, toutes les années dont les totaux pluviométriques sont supérieurs au 4ème quintile sont considérées comme très excédentaires (très humides).

Tableau I - Distribution et qualification des cumuls pluviométriques annuels selon les quintiles et légende de la Matrice Graphique (MGCTI).

Tableau I - Distribution et qualification des cumuls pluviométriques annuels selon les quintiles et légende de la Matrice Graphique (MGCTI).

* : pour déterminer les tendances par pays, on affecte à chaque station pour chaque année une valeur allant de 1 (pour une année très sèche) à 5 (pour une année très humide) ; la somme des valeurs affectées aux stations pour une année est centrée réduite, ce qui permet d'obtenir un indice global.

17À chacune des années est attribuée une couleur en fonction de la position du cumul pluviométrique annuel par rapport aux valeurs limites. La représentation graphique des données permet ainsi de visualiser l'évolution du paramètre climatique en fonction du temps et de l'espace.

18La détermination des ruptures et des périodes caractéristiques à l'échelle des pays fait appel à une autre procédure. Elle consiste à affecter à chaque station et chaque année une valeur variant de 1 (année très sèche) à 5 (année très humide). La somme annuelle des valeurs ainsi établies est centrée réduite, ce qui permet d'obtenir un indice de type régional qui, pour les stations considérées dans cette étude, varie de +1,92 (conditions très humides) à -2,08 (conditions très sèches). La projection du résultat sur un graphique permet de déterminer les dates des ruptures marquant un changement de tendance.

19La base de données des inondations a été vérifiée et corrigée (erreurs de localisation ou de date). Elle a ensuite permis de mener une étude statistique fréquentielle et d'élaborer des cartes thématiques sous ARCMAP10.4.1 (nombre de décès répertoriés pour chaque évènement et nombre d'inondations observées).

III - Résultats

1 ) Les précipitations

20Sur la période 1947-2014, la moyenne des précipitations reçues annuellement par les stations prises en compte dans cette étude s'élève à 156 mm pour la Mauritanie (écart-type ET = 50 mm), 707 mm pour le Sénégal (ET = 136 mm) et 856 mm pour le Burkina Faso (ET = 101 mm).

21L'analyse statistique et graphique des données fait ressortir, pour chacun de ces trois pays, la succession de trois périodes distinctes sur le plan pluviométrique (Fig. 2) :

1/ La période dite de "vaches grasses" (1947-1969). Cette phase humide a été ainsi qualifiée en référence à la disponibilité des pâturages pour les éleveurs. À l'échelle de chaque pays, les années déficitaires sont très peu nombreuses. On en compte trois pour le Sénégal (1948, 1959 et 1964), quatre pour la Mauritanie (1953, 1959, 1960 et 1969) et deux seulement pour le Burkina Faso (1974 et 1959).

2/ La période de sécheresse (1970-1987 pour la Mauritanie, 1970-1990 pour le Burkina Faso et 1970-1998 pour le Sénégal). Cette période est marquée par une sécheresse sévère qui a touché toute la région sahélienne :

  • En Mauritanie, la succession des années sèches est ininterrompue de 1970 à 1985, avec un caractère de sévérité extrême en 1977, 1982 et 1983, années pour lesquelles les écarts centrés réduits des précipitations (nommés "indices" ci-dessous) ont été respectivement de ­1,83, -1,83 et -2,01.

  • Au Burkina Faso, cette longue période est marquée par une succession d'années déficitaires, à l'exception de 1974 (+0,96) et 1976 (+0,16). La sécheresse a été très sévère en 1983 (­2,08) et 1984 (-1,92).

  • Au Sénégal, la sécheresse s'étend sur près de trente années, parmi lesquelles 1972 (-1,85), 1977 (-1,85), 1982 (-1,57), 1983 (-1,71) et 1992 (-2,00) ont manifesté des conditions particulièrement difficiles.

3/ La reprise des pluies. Elle s'est manifestée en deux temps :

  • Le premier est caractérisé par une alternance d'années humides et sèches. Cette période intermédiaire commence en 1988 en Mauritanie, en 1991 au Burkina Faso et en 1999 au Sénégal.

  • Le second fait apparaître une plus grande fréquence d'années humides (indices positifs). En Mauritanie, cette phase débute en 2003. Entre cette date et 2014, trois années ont un indice supérieur à +1 (avec un maximum de +1,40 en 2010), mais d'autres sont sèches (indice de ­0,96 en 2011 et de -1,57 en 2014). Au Sénégal et au Burkina Faso, la tendance vers un retour à des conditions plus humides se manifeste à partir de 2008. Au Sénégal, aucune année n'est ensuite négative (minimum de 0 en 2011) et quatre dépassent l'indice +1 (2008, 2009, 2010 et 2012, les trois dernières avec un indice de +1,28). Au Burkina Faso, les valeurs positives maximales atteignent +0,80 (2009, 2012 et 2014) et seule l'année 2011 a un indice négatif (-1,44).

Figure 2 - Matrice Graphique (MGCTI) appliquée aux précipitations sur la période 1947-2014.

Figure 2 - Matrice Graphique (MGCTI) appliquée aux précipitations sur la période 1947-2014.

Légende des couleurs : voir tableau I.

22La variabilité pluviométrique qui marque cette région, est plus soutenue en Mauritanie du fait de la position géographique de ce pays par rapport à la translation de la mousson ouest-africaine vers les régions les plus septentrionales de l'Afrique sahélienne. Nous notons ainsi deux années normales à tendance sèche en 2012 et 2013 dans ce pays, alors que dans le reste de la zone étudiée ces années sont considérées comme humides. L'année 2012 a été excédentaire au Sénégal et au Burkina Faso, avec respectivement +1,28 et +0,80. En 2013, la pluviométrie enregistrée dans ces pays est moins élevée, mais elle reste tout de même marquée par des conditions d'humidité.

23Ainsi, après presque trois décennies de sécheresse, une grande partie de l'Afrique de l'Ouest sahélienne connaît ces dernières années une reprise des pluies, qui rompt avec les conditions drastiques passées. Cette tendance est soumise à une répartition spatiale différenciée. La période intermédiaire (succession d'années humides et sèches) a débuté plus tardivement au Sénégal. La phase humide (plus grande fréquence d'années humides) est moins affirmée en Mauritanie où elle s'est même estompée sur les dernières années : les indices sont restés faiblement négatifs en 2012 (-0,17) et 2013 (-0,09), mais l'année 2014 se distingue avec un indice de -1,57, alors que les conditions ont été plus humides au Sénégal (+0,14) et au Burkina Faso (+0,80).

24Le tableau II résume les connaissances sur l'évolution des pluies à travers les moyennes, établies pour les différentes périodes mises en évidence.

Tableau II - Précipitations annuelles moyennes (en mm) sur différentes périodes en Mauritanie, au Sénégal et au Burkina Faso.

Tableau II - Précipitations annuelles moyennes (en mm) sur différentes périodes en Mauritanie, au Sénégal et au Burkina Faso.

2 ) Les inondations

25Les informations sur les inondations montrent une recrudescence de ces évènements dès le début du XXIème siècle. La figure 3 synthétise l'extension spatio-temporelle et le bilan humain des évènements recensés entre 1986 et 2017 sur un territoire allant du Sénégal à l'ouest jusqu'au Tchad à l'est. Dans cette région et sur la période étudiée, le Niger et le Tchad ont subi des pertes humaines très lourdes : 681 victimes à eux deux, soit respectivement un peu moins de 37 % et 45 % des décès enregistrés dans toute la région. Les inondations de 2003 ont causé la mort de plusieurs dizaines de personnes et la perte des récoltes de l'océan Atlantique au lac Tchad. Durant l'hivernage de l'année 2005, de sérieux dommages matériels ont été signalés au Tchad. Toute la région a encore souffert en 2007, puis en 2008, 2009, 2010, 2012...

Figure 3 - Localisation et date des inondations dans la région sahélienne (a) et nombre de décès qu'elles ont provoqué (b) sur la période 1986-2017.

Figure 3 - Localisation et date des inondations dans la région sahélienne (a) et nombre de décès qu'elles ont provoqué (b) sur la période 1986-2017.

Source des données : Dartmouth Flood Observatory (lien 8).

26En 2012, le débit du fleuve Niger a atteint sa plus forte valeur depuis 1929 à Niamey (D. SIGHOMNOU et al., 2013). Cette crue a causé des dizaines de morts et fait près de 500000 sinistrés (Agence Nigérienne de Presse, 2019). En 2016, un niveau record a été observé sur le Gouorol, un affluent du Niger, à une station suivie depuis 1957 (Jeune Afrique, 2016). En 2017, le bilan a de nouveau été dramatique dans la vallée du Niger : 44 morts et plus de 70000 sinistrés (Jeune Afrique, 2017). En 2018 et 2019, ce sont 45 et 57 personnes qui ont perdu la vie et plus de 200000 qui ont été sinistrées à chaque fois (Agence Nigérienne de Presse, 2019).

27Le tableau III résume l'impact humain des inondations. Le nombre des décès s'est fortement accru à partir de 2002 (74 %, soit 623, se sont produits de 2002 à 2017), en relation avec la nette augmentation du nombre des évènements (19 ont été observés de 2002 à 2009 et 17 de 2010 à 2017, contre 16 de 1986 à 2001).

Tableau III - Conséquences humaines des inondations sur la période 1986-2017 dans la région sahélienne (nombres et, entre parenthèses, % par colonne).

Tableau III - Conséquences humaines des inondations sur la période 1986-2017 dans la région sahélienne (nombres et, entre parenthèses, % par colonne).

Source des données : Dartmouth Flood Observatory (lien 8).

28Jusqu'en 2009, sur chacune des trois périodes distinguées, c'est le Tchad qui a subi le plus de morts (Fig. 4). De 2002 à 2009, le Tchad, la Mauritanie et le Sénégal ont compté respectivement 42, 32 et 18 % des décès. De 2010 à 2017, le Niger, qui avait été épargné au cours de la période précédente, a été cruellement touché, avec 86 % des morts.

Figure 4 - Répartition entre les pays (en %) des décès liés aux inondations enregistrés sur différentes périodes.

Figure 4 - Répartition entre les pays (en %) des décès liés aux inondations enregistrés sur différentes périodes.

IV - Discussion

1 ) Une reprise des pluies favorisée par la hausse des températures de l'océan Atlantique

29La mousson ouest-africaine est un système combiné atmosphère-océan-continent. Ce phénomène majeur est responsable de l'hivernage en zone sahélienne. Dès le début du printemps, le continent commence son réchauffement estival, alors qu'une langue froide apparaît simultanément dans le golfe de Guinée. Ce premier contraste thermique explique le transfert de l'humidité océanique vers le continent, selon le mouvement transéquatorial des alizés de l'hémisphère Sud (G. CANIAUX et al., 2012 ; C. LAVAYSSE et al., 2009). Sur l'Afrique de l'Ouest, ce transfert est régi par une translation d'ensemble de l'équateur météorologique et de son couloir dépressionnaire (BPIT) vers le nord, impulsé par l'attraction des dépressions thermiques sahariennes et par une plus grande vigueur des noyaux anticycloniques de l'hémisphère Sud alors en hiver. L'irrégularité pluviométrique interannuelle constitue l'un des caractères du climat de l'Afrique sahélienne.

30De réelles avancées scientifiques ont été réalisées ces dernières années dans la compréhension des mécanismes climatiques de cette région, mais aussi sur une large partie des continents et des océans de notre planète (B. FONTAINE et al., 2012). Le rôle des océans dans la régulation des flux convectifs a été longuement étudié (C.K. FOLLAND, 1986 ; A. GIANNINI et al., 2003 ; I.M. HELD et al., 2005 ; M. BIASUTTI et A. GIANNINI, 2006 ; C. CAMINADE et L. TERRAY, 2010 ; M. BIASUTTI, 2013). Ainsi, grâce à l'étude des champs de pression et des températures des océans au cours du XXème siècle, deux signaux naturels ont été identifiés. Ces forçages sont connus sous les noms de "signal multi-décennal" (signal se reproduisant avec une période supérieure à 40 ans : variabilité haute fréquence) et de "signal quasi décennal" (signal ayant une périodicité de l'ordre de 8 à 14 ans : variabilité basse fréquence) (A. GIANNINI et al., 2013 ; R. ZHANG et T. DELWORTH, 2006 ; E.R. MARTIN et al, 2014 ; C.B. SKINNER et al., 2012).

31Afin d'apprécier dans quelle mesure ces signaux influent sur la pluviométrie de la zone étudiée, nous proposons deux graphiques :

  • Le premier (Fig. 5) montre comment fluctuent, d'une part, la température de surface de l'océan Atlantique Nord (TNA) et, d'autre part, l'indice des années sèches (pourcentage des stations affichant chacune un cumul pluviométrique inférieur à son quatrième quintile). Les courbes montrent une liaison inverse entre ces deux variables. Après avoir été nettement négative jusqu'en 1969 (période humide), la moyenne mobile sur 5 ans de l'indice des années sèches se révèle globalement positive de 1970 à 1999 (période sèche), puis repasse nettement dans le négatif (reprise de conditions humides). À l'inverse, la moyenne mobile des valeurs centrées réduites de la température de surface de l'océan Atlantique (TNA) est d'abord modérément positive, puis devient négative, de 1971 à 1994, avant de retourner à des valeurs positives.

  • Le second (Fig. 6) souligne une autre liaison inverse, observée entre l'indice des années sèches et l'énergie cumulative des cyclones tropicaux qui se forment sur l'Atlantique Nord, énergie appréciée à partir de la vitesse maximale des vents soufflant lors des tempêtes tropicales et des cyclones (quelle que soit leur force). La moyenne mobile sur 5 ans de l'indice des années sèches suit assez bien, en image inversée, les variations de la moyenne mobile de la valeur centrée réduite de l'ACE. Dans le détail, si l'on observe des décalages entre les fluctuations des deux variables, les valeurs de l'ACE accompagnent globalement les variations des conditions pluviométriques.

Figure 5 - Moyennes mobiles centrées sur 5 ans de la part des années sèches (en %) et des valeurs centrées réduites de la température de surface de l'océan Atlantique Nord (TNA) sur la période 1948-2014.

Figure 5 - Moyennes mobiles centrées sur 5 ans de la part des années sèches (en %) et des valeurs centrées réduites de la température de surface de l'océan Atlantique Nord (TNA) sur la période 1948-2014.

Sources des données TNA : NOAA (lien 9).

Figure 6 - Moyennes mobiles centrées sur 5 ans de la part des années sèches (en %) et des valeurs centrées réduites de l'énergie cumulative des cyclones tropicaux (ACE) sur la période 1948-2014.

Figure 6 - Moyennes mobiles centrées sur 5 ans de la part des années sèches (en %) et des valeurs centrées réduites de l'énergie cumulative des cyclones tropicaux (ACE) sur la période 1948-2014.

Source des données ACE : NOAA (lien 10).

32Pour conclure sur ce point, il ressort que les variations positives et de forte amplitude des signaux multi et quasi décennaux (océan plus chaud) entraînent une intensification de la mousson ouest-africaine et un renforcement des pluies. Sur la Matrice Graphique (voir Fig. 2), cette reprise se place en 1991 au Burkina Faso, 1999 au Sénégal et 1988, même si ce n'est que timidement, en Mauritanie. Les mêmes contraintes (océan plus chaud) ont pour effet quasi simultané l'augmentation de l'énergie cumulative des cyclones (S.B. GOLDENBERG et al., 2001).

33Notre analyse de la tendance pluviométrique fait ressortir qu'après une longue sécheresse, les pluies reviennent sur cette partie de l'Afrique de l'Ouest, même si elles ne rivalisent pas avec celles des années 1950 et 1960. Des travaux menés à l'échelle de toute la région sahélienne ont déjà montré un changement important, sous forme d'une alternance d'années sèches et humides, intervenu au milieu des années 1990 (P. OZER et al., 2009 ; A. ALI, 2010 ; A. BODIAN, 2014 ; L. DIOP et al., 2016 ; F. DE LONGUEVILLE et al., 2016 ; A. BODIAN et al., 2020), ce qui a même conduit certains chercheurs à employer le terme de "greening" (T. HICKLER et al., 2005, A. GIANNINI et al., 2008). Le débat sur ce sujet est encore vif dans la communauté scientifique et l'on hésite encore à évoquer des modifications climatiques à grande échelle dans toute la partie sahélienne. Des contrastes régionaux ont du reste été clairement distingués, ce qui est conforme aux projections climatiques établies par le GIEC pour cette zone (J.H. CHRISTENSEN et al., 2007 ; B. FONTAINE et al., 2011). À une échelle plus fine, l'organisation spatiale décrite par de nombreuses études (T. LEBEL et al., 2009 ; MOHC, 2010 ; etc.) attestent le maintien de conditions sèches sur la partie extrême ouest-sahélienne, contrairement à ce qui se passe à l'est et au centre (nous retrouvons ces dernières années au Niger et au Mali, par exemple, des conditions pluviométriques qui rompent avec les sécheresses passées ‒ P. OZER et al., 2010 ; C. FUNK et al., 2012). Pour B. DONG et R. SUTTON (2015), la récente reprise des précipitations dans le Sahel est directement liée au niveau actuel des gaz à effet de serre dans l'atmosphère. Par ailleurs, ces auteurs minimisent l'impact des températures de surface de la mer (SST) sur la pluviométrie sahélienne. C.M. TAYLOR et al. (2017) montrent cependant (grâce à une analyse de données satellitaires couvrant la période 1982-2016) une hausse de la fréquence des tempêtes extrêmes au Sahel (systèmes convectifs de mésoéchelle) en relation avec les changements climatiques actuels : les tempêtes sur la période de mousson sont aujourd'hui de 3 à 4 fois plus fréquentes qu'au début de la période d'étude (80 tempêtes contre 20 à 30 auparavant). Compte tenu de cette nouvelle situation climatique, une hausse probable du nombre des phénomènes extrêmes, et particulièrement des inondations, est attendue. Sur la région étudiée, cette problématique mobilise aujourd'hui les acteurs de la gestion et de la prévention des risques comme l'a fait la problématique de la sécheresse dans les années 1980 et 1990. Les bilans humain et économique (voir Tab. III et Fig. 4) font ressortir l'ampleur de ce problème dans une région vulnérable ou l'indice de développement humain (IDH) était compris entre 0,40 (au Tchad) et 0,52 (en Mauritanie) en 2017. Selon l'OCHA (Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires des Nations Unies), les inondations au Sahel sont devenues annuelles (OCHA, 2013). Les experts de la FAO préconisent même, comme adaptation à la réalité climatique actuelle, de développer une agriculture de décrue, pour assurer un complément de revenu et de moyens de subsistance.

2 ) Un facteur humain qui aggrave la crise climatique

34Cette reprise des pluies explique-t-elle, à elle seule, les dizaines d'inondations observées ces dernières années dans cette partie de l'Afrique de l'Ouest ? Ou faut-il les attribuer à des problèmes d'aménagement, notamment en milieu urbain, et à une anthropisation accélérée des milieux naturels ? Il est difficile de répondre à ces questions, mais deux éléments éclairent sur cette nouvelle dynamique :

- Le premier a trait à l'intensification des pluies au cours d'une période de mousson qui serait devenue plus courte, son déclenchement se trouvant retardé. Nous ne traiterons pas de ce sujet dans le cadre de cette étude, mais il a été déjà évoqué dans de nombreuses publications (L. DESCROIX et al., 2013 ; P. SAGNA et al., 2016 ; M.G. DONAT et al., 2016 ; P. OZER et al., 2017 ; G.T. YENGOH et al., 2017 ; M. BIASUTTI, 2019 ; T VISCHEL, 2019). Nous nous bornerons à constater ici que ce phénomène ne se traduit pas sur les précipitations mensuelles moyennes (Fig. 7). Plus abondantes, et peut-être concentrées dans un temps plus court, les pluies ont gagné en intensité (A. GIANNINI et al., 2008; G. PANTHOU et al., 2014 ; S. SANOGO et al., 2015 ; C.M. TAYLOR et al., 2017).

Figure 7 - Précipitations mensuelles moyennes (en mm) pour le Sénégal et le Burkina Faso sur les périodes de "vaches grasses", de sécheresse sahélienne et de reprise des pluies.

Figure 7 - Précipitations mensuelles moyennes (en mm) pour le Sénégal et le Burkina Faso sur les périodes de "vaches grasses", de sécheresse sahélienne et de reprise des pluies.

- Le second est relatif à l'occupation humaine : à la pression anthropique sur les milieux naturels et tout particulièrement à une urbanisation massive et désordonnée que l'on observe ici comme dans de nombreux autres pays africains (D. SERRE., 2011 ; W. MENAD et al., 2012 ; H. HANGNON et al., 2015). Dans un autre contexte climatique, à Douala, L. BRUCKMANN et al. (2019) ont montré comment le nombre et la gravité des inondations urbaines peuvent être conditionnés par une occupation du sol inappropriée, une mauvaise prise en compte des réseaux hydrographiques et l'inexistence ou le mauvais dimensionnement des ouvrages d'évacuation des eaux pluviales. À Nouakchott, la capitale mauritanienne, une société chinoise a achevé en 2019 la construction d'un réseau de conduites (30 km en béton armé et 11 km en fibre de verre) dans les zones basses de la ville (SaharaMedia, 2019).

35En un demi-siècle, la population africaine a été multipliée par 4. En 2017, elle était de 1,25 milliard d'habitants et, selon les prévisions des Nations Unies, elle pourrait atteindre le double en 2050 et probablement le triple en 2070 (soit alors 1/3 de la population mondiale).

36L'évolution démographique du Sahel (Burkina Faso, Sénégal, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad) suit la même tendance. Au début du XXème siècle, la population de ce vaste territoire était estimée à 8 millions d'habitants. En 1950, elle était passée à 17 millions. En 2015, les six pays comptaient au total près de 90 millions d'habitants (M. GARENNE, 2016). Selon les projections des Nations Unies, ce nombre sera multiplié par 7 en 2100 (540 millions d'habitants).

37Cette dynamique démographique s'accompagne du déclin progressif de la population rurale et de la croissance rapide de celle des villes (Tab. IV). La Mauritanie et le Sénégal sont les deux seuls pays de la zone sahélienne dont le taux de population urbaine a été supérieur à la moyenne africaine (Maghreb compris) en 1990 et en 2014. Mais en 2050, seuls le Niger et le Tchad ne dépasseront pas cette moyenne.

Tableau IV - Évolution de la part de la population urbaine (en %) dans la région sahélienne de l'Afrique de l'Ouest.

Tableau IV - Évolution de la part de la population urbaine (en %) dans la région sahélienne de l'Afrique de l'Ouest.

Source des données : United Nations, Departement of Economic and Social Affairs, Population Division (2014) : lien 11.

38Les grandes agglomérations ouest-africaines sont confrontées aujourd'hui à une croissance accélérée. En effet, les villes attirent des populations rurales dont le système de production a été mis à mal par les sécheresses climatiques récurrentes, face auxquelles les stratégies d'adaptation se sont souvent limitées à une migration forcée (F. GEMENNE et al., 2017). Cet exode massif se traduit par une extension désordonnée de l'espace urbain, laquelle est facilitée par le vide juridique concernant la colonisation des terres (droits coutumiers à Nouakchott, Dakar ou Djibouti). Les nouveaux quartiers se développent sans plan d'aménagement préétabli et souvent au détriment de milieux naturels peu propices à l'urbanisation (lits majeurs d'oueds, zones inondables, anciennes carrières...), ce qui les rend très vulnérables. La dynamique urbaine répond à des facteurs démographiques et économiques, mais aussi aux crises climatiques (sécheresse des années 1970 et désertification) responsables de ce que M. GARENNE (2016) qualifie d'urbanisation de détresse. Non maîtrisée, l'extension anarchique des villes, outre qu'elle s'accompagne de graves problèmes sociaux, a pour double conséquence la multiplication des inondations urbaines et l'accentuation de leur caractère meurtrier.

V - Conclusion

39Après presque trois décennies de sécheresse, une grande partie de l'Afrique de l'Ouest sahélienne connaît, depuis la fin des années 1980 ou 1990, des pluies plus abondantes. L'étude du signal pluviométrique annuel à l'aide de la Matrice Graphique (MGCTI) nous a permis de le faire ressortir. Mais cette évolution reste relativement timide et la tendance devra être confirmée, car elle reste fragile, en particulier en Mauritanie, à la fin de la période que nous avons analysée.

40La communauté scientifique est aujourd'hui encore partagée au sujet des conditions climatiques actuelles. Certains n'hésitent pas à parler d'un "retour" des pluies. Mais pour d'autres, comme G. PANTHOU et al. (2018), un véritable retour supposerait des précipitations égales à celles enregistrées dans les années 1950 ou 1960, ce qui est loin d'être le cas. Le terme de "reprise" nous a donc semblé, pour l'instant, beaucoup mieux adapté.

41La recrudescence des précipitations s'est traduite par d'importantes inondations urbaines qui ont causé des morts et d'importants dommages matériels. Elle a cependant été trop modeste, au regard des conditions qui ont prévalu avant 1970, pour expliquer à elle seule la multiplication des catastrophes.

42L'autre changement portant une très grosse part de responsabilité dans ces épisodes, est le développement urbain. Les sécheresses des années 1970 et 1980, qui ont contraint beaucoup de ruraux à migrer vers les villes, ont amplifié ce mouvement, qui se poursuit de nos jours sous l'effet d'une forte croissance démographique. Lors des périodes de disette, les villes ont connu une croissance non maîtrisée, les "exilés climatiques" s'accaparant des terres sans que les pouvoirs publics aient le moindre contrôle de la situation en termes d'aménagement. La prolifération de quartiers spontanés et de lieu de survie s'est faite dans l'urgence et souvent sur des zones potentiellement à risque. À cette époque, du fait de la faiblesse des précipitations, cela ne posait pas problème. Mais avec des pluies redevenues plus abondantes, l'implantation hasardeuse de nombreuses habitations, le mauvais entretien des drains naturels et l'absence d'un réseau suffisant de collecte des eaux pluviales rendent la situation problématique.

Haut de page

Bibliographie

Agence Nigérienne de Presse (2019) - Hivernage 2019 : 211366 personnes impactées par les inondations au Niger. Agence Nigérienne de Presse, article du 30 septembre 2019, en ligne.

ALI A. (2010) - Variabilité et changements du climat au Sahel : ce que l'observation nous apprend sur la situation actuelle. Grains de sel, vol. 49, p. 13-14.

BIASUTTI M. (2013) - Forced Sahel rainfall trends in the CMIP5 archive. Journal of Geophysical Research: Atmospheres, vol. 118, n° 4, p. 1613-1623.

BIASUTTI M. (2019) - Rainfall trends in the African Sahel: Characteristics, processes, and causes. Wiley interdisciplinary reviews. Climate Change, vol. 10, n° 4, article e591, 22 p.

BIASUTTI M. et GIANNINI A. (2006) - Robust Sahel drying in response to late 20th century forcings. Geophysical Research Letters, vol. 33, n° 11, article L11706, 4 p.

BODIAN A. (2014) - Caractérisation de la variabilité temporelle récente des précipitations annuelles au Sénégal (Afrique de l'Ouest). Physio-Géo, vol. VIII, p. 297-312.

BODIAN A., DACOSTA H., NDIMAG DIOUF R.N., NDIAYE E.H.O. et MENDY A. (2016) - Contribution à la connaissance de l'aléa pluvial au Sénégal grâce à la valorisation des données pluviographiques historiques. Climatologie, vol. 13, p. 38-46.

BODIAN A., DIOP L., PANTHOU G., DACOSTA H., DEME A., DEZETTER A., NDIAYE P.M., DIOUF I. et VISCHEL T. (2020) - Recent trend in hydroclimatic conditions in the Senegal river basin. Water, vol. 12, n° 2, article 436, 12 p.

BRUCKMANN L., AMANEJIEU A., ZOGNING MOFFO M.O. et OZER P. (2019) - Analyse géohistorique de l'évolution spatio-temporelledu risque d'inondation et de sa gestion dans la zone urbaine de Douala (Cameroun). Physio-Géo, vol. 13, p. 91-113.

CAMINADE C. et TERRAY L. (2010) - Twentieth century Sahel rainfall variability as simulated by the ARPEGE AGCM, and future changes. Climate Dynamics, vol. 35, n° 1, p. 75-94.

CANIAUX G., GIORDANI H., REDELSPERGER J.L. et WADE M., sous la direction de (2012) - Les avancées d'AMMA sur les interactions océan-atmosphère. La Météorologie, vol. 8, n° 76-79 (spécial AMMA), p. 17-24.

CHRISTENSEN J.H. et HEWITSON B., sous la direction de (2007) - Chapitre 11 ‒ Regional climate projections. In : Climate Change 2007. The physical sciences basis, contribution of Working Group I to the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, S. SOLOMON, D. QIN, M. MANNING, M. MARQUIS, K. AVERYT, M.M.B. TIGNOR, H. LE ROY MILLER et Z. CHEN édit., Édit. Cambridge University Press, Cambridge (Royaume-Uni) et New York (USA), p. 847-940.

DE LONGUEVILLE F., HOUNTONDJI Y.C., KINDO I., GEMENNE F. et OZER P. (2016) - Long-term analysis of rainfall and temperature data in Burkina Faso (1950-2013). International Journal of Climatology, vol. 36, n° 13, p. 4393-4405.

DESCROIX L., NIANG A.D., DACOSTA H., PANTHOU G., QUANTIN G. et DIEDHOU A. (2013) - Évolution des pluies de cumul élevé et recrudescence des crues depuis 1951 dans le bassin du Niger moyen (Sahel). Climatologie, vol. 10, p. 37-49.

DIOP L., BODIAN A. et DIALLO D. (2016) - Spatiotemporal trend analysis of the mean annual rainfall in Senegal. European Scientific Journal, vol. 12, n° 12, p. 231-245.

DONAT M.G., LOWRY A.L., ALEXANDER L.V., O'GORMAN P.A. et MAHER N. (2016) - More extreme precipitation in the world's dry and wet regions. Nature Climate Change, vol. 6, n° 5, p. 508-513.

DONG B. et SUTTON R. (2015) - Dominant role of greenhouse-gas forcing in the recovery of Sahel rainfall. Nature Climate Change, vol. 5, n° 8, p. 757-760.

FOLLAND C.K., PALMER T. et PARKER D. (1986) - Sahel rainfall and worldwide sea temperatures, 1901-85. Nature, vol. 320, n° 6063, p. 602-607.

FONTAINE B., ROUCOU P., GAETANI M. et MARTEAU R. (2011) - Recent changes in precipitation, ITCZ convection and northern tropical circulation over North Africa (1979-2007). International Journal of Climatology, vol. 31, n° 5, p. 633-648.

FONTAINE B., ROUCOU P., CAMARA M., VIGAUD N., KONARE A., SANDA S., DIEDHIOU A. et JANICOT S (2012) - Variabilité pluviométrique, changement climatique et régionalisation en région de mousson africaine. La Météorologie, vol. 8, n° 76-79 (spécial AMMA), p. 41-48.

FUNK C., ROWLAND J., EILERTS G., ADOUM A. et WHITE L. (2012) - A climate trend analysis of Chad. Édit. U.S. Geological Survey, fiche descriptive 2012-3070, 4 p., en ligne.

GARENNE M. (2016) - La pression de la population dans les Pays Sahéliens Francophones : analyse des estimations et projections de population 1950-2100. Édit. Fondation pour les Études et Recherches sur le Développement International, Ferdi Working paper n° 168, 26 p.

GEMENNE F., BLOCHER J., DE LONGUEVILLE F., VIGIL DIAZ TELENTI S., ZICKGRAF C., GHARBAOUI D. et OZER P. (2017) - Changement climatique, catastrophes naturelles et déplacements de populations en Afrique de l'Ouest. Geo-Eco-Trop, vol. 41, n° 1, p. 317-337.

GIANNINI A., SARAVANAN R. et CHANG P. (2003) - Oceanic forcing of Sahel rainfall on interannual to interdecadal time scales. Science; vol. 302, n° 5647, p. 1027-1030.

GIANNINI A., BIASUTTI M. et VERSTRAETE M.M. (2008) - A climate model-based review of drought in the Sahel: desertification, the re-greening and climate change. Global and Planetary Change, vol. 64, n° 3-4, p. 119-128.

GIANNINI A., SALACK S., LODOUN T., ALI A., GAYE A. et NDIAYE O. (2013) - A unifying view of climate change in the Sahel linking intra-seasonal, interannual and longer time scales. Environmental Research Letters, vol. 8, n° 2, article L24010, 8 p.

GIEC (2020) - Climate change and land. An IPCC Special Report on climate change, desertification, land degradation, sustainable land management, food security, and greenhouse gas fluxes in terrestrial ecosystems. Summary for policymakers. Édit. Intergouvernemental Panel on Climate Change, 36 p., en ligne.

GOLDENBERG S.B., LANDSEA C.W., MESTAS-NUÑEZ A.M. et GRAY W.M. (2001) - The recent increase in Atlantic hurricane activity: causes and implications. Science, vol. 293, n° 5529, p. 474-479.

HANGNON H., DE LONGUEVILLE F. et OZER P. (2015) - Précipitations "extrêmes" et inondations à Ouagadougou : quand le développement urbain est mal maîtrisé... In : Modélisation et variabilités, actes du 28ème colloque international de l'Association Internationale de Climatologie (Liège), M. ERPICUM édit., Édit. AIC/Université de Liège, p. 497-502.

HEINRIGS P. (2010) - Incidences sécuritaires du changement climatique au Sahel : perspectives politiques. Édit. Club du Sahel et de l'Afrique de l'Ouest (CSAO), 29 p., en ligne.

HELD I.M., DELWORTH T.L., LU J., FINDELL K.L. et KNUTSON T.R. (2005) - Simulation of Sahel drought in the 20th and 21st centuries. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 102, n° 50, p. 17891-17896.

HICKLER T., EKLUNDH L., SEAQUIST J., SMITH B., ARDÖ J., OLSSON L., SYKES M.T. et SJÖSTRÖM M. (2005) - Precipitation controls Sahel greening trend. Geophysical Research Letters, vol. 32, n° 21, article L21415, 4 p.

HIERNAUX P. et LE HOUÉROU H.N. (2006) - Les parcours du Sahel. Sécheresse, vol. 17, n° 1­2, p. 51-71.

JANICOT S., REDELSPERGER J.L. et THIERRY LEBEL T. (2012) - La mousson ouest-africaine : introduction à quelques contributions du programme d'étude multidisciplinaire AMMA. La Météorologie, vol. 8, n° 76-79 (spécial AMMA), p. 2-8.

Jeune Afrique (2016) - Crue du Niger : alerte aux inondations au Niger, au Bénin et au Nigéria. Jeune Afrique, article mis à jour le 6 août 2016, en ligne.

Jeune Afrique (2017) - Niger : 44 morts et 77000 sinistrés depuis le début des pluies en juin, selon un nouveau bilan. Jeune Afrique, article mis à jour le 31 août, en ligne.

LAVAYSSE C., FLAMANT C., JANICOT S., PARKER D., LAFORE J.P., SULTAN B. et PELON J. (2009) - Seasonal evolution of the West African heat low: a climatological perspective. Climate Dynamics, vol. 33, n° 2-3, p. 313-330.

LEBEL T., CAPPELAERE B., GALLE S., HANAN N., KERGOAT L., LEVIS S., VIEUX B., DESCROIX L., GOSSET M., MOUGIN É., PEUGEOT C. et SEGUIS L. (2009) - AMMA-CATCH studies in the Sahelian region of West-Africa: an overview. Journal of Hydrology, vol. 375, n° 1-2, p. 3-13.

LEROUX M. (1995) - La dynamique de la grande sécheresse sahélienne. Revue Géographique de Lyon, vol. 70, n° 3-4, p. 223-232.

MARTIN E.R., THORNCROFT C. et BOOTH B.B.B. (2014) - The multidecadal Atlantic SST - Sahel rainfall teleconnection in CMIP5 simulations. Journal of Climate, vol. 27, n° 2, p. 784-806.

MENAD W., DOUVINET J., BELTRANDO G. et ARNAUD-FASSETTA G. (2012) - Évaluer l'influence de l'urbanisation face à un aléa météorologique remarquable : les inondations des 9-10 novembre 2001 à Bab-el-Oued (Alger, Algérie). Géomorphologie, vol. 18, n° 3, p. 337-350.

MIN S.K., ZHANG X., ZWIERS F.W. et HEGERL G.C. (2011) - Human contribution to more-intense precipitation extremes. Nature, vol. 470, n° 7334, p. 378-381.

MOHC (2010) - Climat sahélien : rétrospective et projections. Édit. MET Office Hadley Center, 18 p., en ligne.

NOUACEUR Z. et MURARESCU O. (2016) - Rainfall variability and trend analysis of annual rainfall in North Africa. International Journal of Atmospheric Sciences, vol. 2016, 12 p., en ligne.

NOUACEUR Z., LAIGNEL B. et TURKI I. (2013) - Changements climatiques au Maghreb : vers des conditions plus humides et plus chaudes sur le littoral algérien ? Physio-Géo, vol. 7, p. 307-323, en ligne.

OCHA (2013) - La Mauritanie se relève d'inondations sans précédent. ReliefWeb, article du 1er octobre, en ligne.

OMM (2013-a) - Déclaration de l'OMM sur l'état du climat mondial en 2012. Édit. Organisation Météorologique Mondiale, numéro 1108, Genève (Suisse), 33 p, en ligne.

OMM (2013-b) - Le climat dans le monde 2001-2010, une décennie d'extrêmes climatiques. Rapport de synthèse. Édit. Organisation Météorologique Mondiale, numéro 1119, Genève (Suisse), 15 p, en ligne.

OZER P., LAMINOU M.O. et HOUNTONDJI Y.C. (2009) - Évolution des caractéristiques pluviométriques dans l'est du Niger de 1940 à 2007. Geo-Eco-Trop, vol. 33, n° 1-2, p. 11-30.

OZER P., HOUNTONDJI Y., NIANG A., KARIMOUNE S., LAMINOU MANZO O. et SALMON M., (2010) - Désertification au Sahel : historique et perspective. Bulletin de la Société Géographique de Liège, vol. 54, p. 69-84.

OZER P., LAMINOU MANZO O., TIDJANI A.D., DJABY B. et DE LONGUEVILLE F. (2017) - Évolution récente des extrêmes pluviométriques au Niger (1950-2014). Geo-Eco-Trop, vol. 41, n° 3, p. 375-383.

PANTHOU G., VISCHEL T. et LEBEL T. (2014) - Recent trends in the regime of extreme rainfall in the Central Sahel. International Journal of Climatology, vol. 34, n° 15, p. 3998-4006.

PANTHOU G., LEBEL T., VISCHEL T., QUANTIN G., SANE Y., BA A., NDIAYE O., DIONGUE-NIANG A. et DIOPKANE M. (2018) - Rainfall intensification in tropical semi-arid regions: the Sahelian case. Environmental Research Letters, vol. 13, n° 6, article L64013, 9 p.

ROUDIER P, SULTAN B., QUIRION P. et BERG A. (2011) - The impact of future climate change on West African crop yields: what does the recent literature say? Global Environmental Change, vol. 21, n° 3, p. 1073-1083.

SAGNA P, NDIAYE O, DIOP C, DIONGUE NIANG A. et SAMBOU P.C. (2016) - Les variations récentes du climat constatées au Sénégal sont-elles en phase avec les descriptions données par les scénarios du GIEC ?. Pollution Atmosphérique, vol. 227, 13 p., en ligne.

SaharaMedia (2019) - Mauritanie : le réseau d'assainissement de la capitale réceptionné officiellement. SaharaMedia - Le premier journal électronique en Mauritanie, publication du 29 janvier 2019, en ligne.

SANOGO S., FINK A.H., OMOTOSHO J.A., BA A., REDL R. et ERMERTE V. (2015) - Spatio-temporal characteristics of the recent rainfall recovery in West Africa. International Journal of Climatology, vol. 35, p. 4589-4605.

SERRE D. (2011) - La ville résiliente aux inondations. Méthodes et outils d'évaluation. Mémoire d'HDR, Université Paris-Est, 173 p.

SIGHOMNOU D., DESCROIX L., GENTHON P., MAHÉ G., BOUZOU MOUSSA I., GAUTIER E., MAMADOU I., VANDERVAERE J.P., BACHIR T., COULIBALY B., RAJOT J.L., MALAM ISSA O., MALAM ABDOU M., DESSAY N., DELAITRE É., MAIGA O.F., DIEDHIOU A., PANTHOU G., VISCHEL T., YACOUBA H., KARAMBIRI H., PATUREL J.E., DIELLO P., MOUGIN É., KERGOAT L. et HIERNAUX P. (2013) - La crue de 2012 à Niamey : un paroxysme du paradoxe du Sahel ? Sécheresse, vol. 24, n° 1, p. 3-13.

SKINNER C.B., ASHFAQ M., DIFFENBAUGH N.S. (2012) - Influence of Twenty-First-Century Atmospheric and Sea Surface Temperature Forcing on West African Climate. Journal of Climate, vol. 25, n° 2, p. 527-542.

TAYLOR C.M., BELUŠIC D., GUICHARD F., PARKER D.J., VISCHEL T., BOCK O., HARRIS P.P., JANICOT S., KLEIN C. et PANTHOU G. (2017) - Frequency of extreme Sahelian storms tripled since 1982 in satellite observations. Nature, vol. 544, n° 7651, p. 475-478.

TRAMBLAY Y., EL ADOUNI S. et SERVAT É. (2013) - Trends and variability in extreme precipitation indices over Maghreb countries. Natural Hazards and Earth System Sciences, vol. 13, n° 12, p. 3235-3248.

VISCHEL T., PANTHOU G., PEYRILLÉ P., ROEHRIG R., QUANTIN G., LEBEL T., WILCOX C., BEUCHER F. et BUDIARTI M. (2019) - Precipitation extremes in the West African Sahel: recent evolution and physical mechanisms. In : Tropical extremes: natural variability and trends, V. VENUGOPAL, J. SUKHATME, R. MURTUGUDDE et R. ROCA édit., Édit. Elsevier, Amsterdam, p. 95-138.

WESTRA S., ALEXANDER L.V. et ZWIERS F.W. (2013) - Global increasing trends in annual maximum daily precipitation. Journal of Climate, vol. 26, n° 11, p. 3904-3918.

WESTRA S., FOWLER H.J., EVANS J.P., ALEXANDER L.V., BERG P., JOHNSON F., KENDON E.J., LENDERINK G. et ROBERTS N.M. (2014) - Future changes to the intensity and frequency of short-duration extreme rainfall. Reviews of Geophysics, vol. 52, n° 3, p. 522­555.

WILCOX C., VISCHEL T., PANTHOU G., BODIAN A., BLANCHET J., DESCROIX L., QUANTIN G., CASSE C., TANIMOUN B. et KONE S. (2018) - Trends in hydrological extremes in the Senegal and Niger Rivers. Journal of Hydrology, vol. 566, p. 531-545.

ZHANG R. et DELWORTH T.L. (2006) - Impact of Atlantic multidecadal oscillations on India/Sahel rainfall and Atlantic hurricanes. Geophysical Research Letters, vol. 33, n° 17, article L17712, 5 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Localisation des 27 stations météorologiques.
Légende Les numéros entre parenthèses renvoient à la position de la station dans la Matrice Graphique (MGCTI) de type "Matrice BERTIN" (voir Fig. 2).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/10966/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau I - Distribution et qualification des cumuls pluviométriques annuels selon les quintiles et légende de la Matrice Graphique (MGCTI).
Légende * : pour déterminer les tendances par pays, on affecte à chaque station pour chaque année une valeur allant de 1 (pour une année très sèche) à 5 (pour une année très humide) ; la somme des valeurs affectées aux stations pour une année est centrée réduite, ce qui permet d'obtenir un indice global.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/10966/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 2 - Matrice Graphique (MGCTI) appliquée aux précipitations sur la période 1947-2014.
Légende Légende des couleurs : voir tableau I.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/10966/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Tableau II - Précipitations annuelles moyennes (en mm) sur différentes périodes en Mauritanie, au Sénégal et au Burkina Faso.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/10966/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 3 - Localisation et date des inondations dans la région sahélienne (a) et nombre de décès qu'elles ont provoqué (b) sur la période 1986-2017.
Légende Source des données : Dartmouth Flood Observatory (lien 8).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/10966/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Tableau III - Conséquences humaines des inondations sur la période 1986-2017 dans la région sahélienne (nombres et, entre parenthèses, % par colonne).
Légende Source des données : Dartmouth Flood Observatory (lien 8).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/10966/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 4 - Répartition entre les pays (en %) des décès liés aux inondations enregistrés sur différentes périodes.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/10966/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 5 - Moyennes mobiles centrées sur 5 ans de la part des années sèches (en %) et des valeurs centrées réduites de la température de surface de l'océan Atlantique Nord (TNA) sur la période 1948-2014.
Légende Sources des données TNA : NOAA (lien 9).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/10966/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 6 - Moyennes mobiles centrées sur 5 ans de la part des années sèches (en %) et des valeurs centrées réduites de l'énergie cumulative des cyclones tropicaux (ACE) sur la période 1948-2014.
Légende Source des données ACE : NOAA (lien 10).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/10966/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 7 - Précipitations mensuelles moyennes (en mm) pour le Sénégal et le Burkina Faso sur les périodes de "vaches grasses", de sécheresse sahélienne et de reprise des pluies.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/10966/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau IV - Évolution de la part de la population urbaine (en %) dans la région sahélienne de l'Afrique de l'Ouest.
Légende Source des données : United Nations, Departement of Economic and Social Affairs, Population Division (2014) : lien 11.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/10966/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zeineddine Nouaceur, « La reprise des pluies et la recrudescence des inondations en Afrique de l'Ouest sahélienne », Physio-Géo, Volume 15 | -1, 89-109.

Référence électronique

Zeineddine Nouaceur, « La reprise des pluies et la recrudescence des inondations en Afrique de l'Ouest sahélienne », Physio-Géo [En ligne], Volume 15 | 2020, mis en ligne le 13 avril 2020, consulté le 05 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/10966 ; DOI : https://doi.org/10.4000/physio-geo.10966

Haut de page

Auteur

Zeineddine Nouaceur

UMR IDÉES - CNRS 6226, Université de Rouen, 1 rue Thomas Becket, 76821 MONT-SAINT-AIGNAN cedex.
Courriel : zeineddine.nouaceur@univ-rouen.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo EuroPub database
  • OpenEdition Journals