Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Les variations du niveau des mers, Yannick LAGEAT, 2019

Presses Universitaires de Bordeaux, collection "La quête de science", Bordeaux, 252 p.
Bertrand Lemartinel
p. 1-4
Référence(s) :

Les variations du niveau des mers, Presses Universitaires de Bordeaux, collection "La quête de science", Bordeaux, 252 p.

Texte intégral

1Le plan de cet ouvrage est chronologique : les cinq chapitres traitent des variations du niveau des mers, depuis l'ère secondaire jusqu'aux oscillations quaternaires et actuelles ; il s'autorise même – on le comprend en raison des enjeux – une incursion dans le futur "car nous sommes condamnés à y passer le reste de notre vie" (Woody ALLEN).

2Le format in octavo du volume devrait en faciliter la lecture. Il a hélas conduit l'éditeur à réduire la taille des polices et à miniaturiser les figures à l'excès, ce qui rend les légendes souvent peu lisibles (par exemple la figure 1, p. 10). Leurs sources détaillées sont placées en fin de corpus. Le lecteur y dispose aussi d'un riche glossaire (33 p.) et de fort utiles index des noms de lieux et des très nombreux auteurs cités (p. 241-248). La bibliographie se trouve en revanche dans le texte, en bas de page. Composée en tout petits caractères, elle nécessite un sérieux effort d'accommodation... ou de bonnes lunettes. On y trouve au moins un double avantage, qui est de disposer dans l'instant de références complètes, d'autant mieux adaptées au texte qu'elles peuvent être ainsi substantiellement commentées.

3Le chapitre I traite des frontières de l'océan et [de] la longue durée des temps géologiques (19 p.). Quoique bref, il rappelle utilement quelques notions de base : les rivages actuels ne signent pas la limite entre océans et continents, et l'étendue des terres émergées a été fort variable (12 % au Crétacé, vers -85 Ma ; 35 % durant les glaciations quaternaires). Les longs débats – ici rapidement mais clairement exposés – sur les causes de ces variations montrent leur multiplicité. Parce qu'elles sont astronomiques, tectoniques et climatiques, elles s'expriment par des périodicités très différentes, entre la très basse (> 50 Ma) et la très haute fréquence (de l'ordre de 100000 ans). Une mise au point plus précise est faite sur deux événements majeurs. En premier lieu, le forçage climatique éocène qui a fortement abaissé la concentration atmosphérique du CO2 (de 500 à 150 ppm) et la finalisation des inlandsis au Miocène moyen, en lien avec la progressive continentalisation des pôles. En second lieu, l'assèchement plus ou moins marqué du bassin méditerranéen vers -5,5 Ma, suivi de sa remise en eau pliocène, période qui marque la fin des bouleversements du tracé des côtes. Finalement, ce chapitre est une belle démonstration de la complexité sur le long terme du géosystème terrestre, mais invite bien sûr à se poser la question d'une simplification des facteurs régissant le niveau des mers à des échelles de temps plus courtes.

4C'est le but du chapitre II qui considère l'échelle des temps quaternaires (43 p.), parce que l'on passe du "changement de contenance des bassins océaniques aux modifications de leur contenu" (p. 29). Le lecteur y trouvera une synthèse des travaux qui s'essaient à une évaluation des altitudes minimales et maximales (en cas de fonte totale des glaces) atteintes par les eaux, en fonction des variations du climat. Le thème est à la mode, mais l'auteur montre immédiatement les difficultés que présente la vieille idée – popularisée autrefois par Charles DÉPÉRET – d'un eustatisme quaternaire strictement guidé par le changement climatique global. La catégorisation des rivages en "niveaux", du Calabrien (le plus ancien) au Néotyrrhénien (le plus récent), ne résiste pas à un examen sérieux du cadre géomorphologique dans lequel ils sont établis (p. 38 et sq.). C'est, en raison d'une néotectonique fort active, particulièrement vrai autour de la Méditerranée, le long de laquelle ils ont été pourtant définis ; mais cela reste vrai partout dans le monde, des côtes du Chili à celles de Madagascar : si la tectonique n'interdit pas les variations du niveau marin, elle interdit, ce que nous savions, leur lecture directe. On a donc d'autant plus apprécié l'exposé serré consacré (p. 43 et sq.) à la détermination des modifications du niveau marin par les stades isotopiques, qui montrent des pulsations fines, que ce soit dans les périodes glaciaires ou interglaciaires. Cela implique une recherche à nouveau nuancée des paramètres climatiques qui les dirigent : même et surtout à cette échelle, on ne saurait oublier l'impact des caractéristiques orbitales sur les températures terrestres et partant, sur la position altitudinale des rivages. L'exemple le plus frappant donné par l'auteur est l'élévation marquée (jusqu'à +13 m) et durable (29000 ans) décrite par D.R. MUHS et al. (2012) et par A. DUTTON et al. (2015), entre 424 et 395 ka. Mais il ne s'en contente pas, ajoutant à la complexité chronologique celle des situations géographiques qu'il a attentivement observées de la Bretagne au Cotentin (p. 57-61), sans même parler des cas décrits dans la littérature. La conclusion du chapitre est une invitation à la prudence scientifique, puisqu'une théorie – le glacio-eustatisme – admise par presque tous "s'était dégonflée en moins de cinquante ans" (p. 70).

5Dans ces conditions, comment comprendre la transgression flandrienne, objet du troisième chapitre (37 p.) ? Est-elle l'effet du Déluge, ou plus sûrement l'origine des récits rapportés par bien des textes sacrés ? Il faut dire qu'elle est d'une réelle violence, les "débâcles" glaciaires (p. 79) contribuant à des montées spectaculaires des eaux (40 mm/an vers 14600 BP, voire 50 mm/an vers 8200 BP, à comparer aux 3 mm/an des deux dernières décennies). Mais elles ne sont pas partout enregistrées parce que les mouvements verticaux sont parfois plus rapides que les variations du niveau océanique, comme l'ont montré les travaux du Programme International de Corrélation Géologique 200 depuis 1987. C'est tout particulièrement vrai dans les zones de fontes d'inlandsis, qui ont été d'une remarquable extension et le lieu de rebonds isostatiques considérables, notamment la baie d'Hudson et le golfe de Botnie. L'auteur distingue donc, comme l'y invite la littérature, ces zones des far glacial fields, qui ont au contraire enregistré des submersions holocènes, dont témoignent des plages perchées de quelques mètres au-dessus du niveau actuel. Le lecteur peut en tirer une leçon : il est difficile d'inférer des vitesses de fonte une cartographie globale des zones menacées par une transgression dont l'origine est une déglaciation. Encore moins simple : la forte disponibilité sédimentaire caractéristique de la période de remontée des eaux – elles repoussaient sur le littoral les produits de l'érosion – s'est localement épuisée avec la stabilisation post-flandrienne du trait de côte. Dans le contexte haussier actuel, même modéré, les accumulations flandriennes sont dispersées par les houles et les zones basses de l'arrière-côte moins protégées.

6Le relèvement contemporain est donc l'objet du quatrième chapitre (35 p.). S'il semble aujourd'hui inéluctable, il n'en est pas moins difficile à décrire, car les niveaux de référence sont par définition changeants et diffèrent même selon les pays ! Comme le dit la citation malicieuse placée en exergue de l'introduction (mais elle pourrait aussi figurer à l'en-tête du chapitre cinq), "il est dangereux de faire des prévisions, surtout lorsqu'elles concernent l'avenir". Comme, en outre, elles se fondent nécessairement sur des données marégraphiques peu homogènes, l'exercice suppose bien de la modestie. "Ce n'est donc que d'une manière itérative, pour ne pas dire approximative, qu'une grande majorité de chercheurs s'est convaincue que le niveau de la mer s'était réellement élevé au cours du dernier siècle à une vitesse de l'ordre de un à deux millimètres par an" (p. 125). Certes, les données de l'altimétrie spatiale obtenues depuis 1992 confirment non seulement cette élévation, mais aussi sa probable accélération. Toutefois sa régionalisation n'est pas aisée, car les océans présentent, en simplifiant le propos à l'excès, des creux et des bosses liés à la gravité locale. D'autre part, l'apport de la fonte des glaciers continentaux ne suffit pas à expliquer la crue océanique. Le problème de "l'eau manquante" ne se résout pas par les soustractions faites au bilan de masse par l'évaporation (mal connue) et par les grands barrages (8000 km3). Il faut donc impliquer la dilatation des eaux de surface en raison du réchauffement global. Mais faire ce genre de calculs ne suffit toujours pas à évaluer les transformations des traits de côte : l'auteur insiste à juste titre, parce qu'elle s'avère largement oubliée par les vulgarisateurs, sur la déformation du géoïde par rapport à l'ellipsoïde de référence (p. 138-139), qui complique encore la tâche des analystes. Quelle signification, enfin, donner aux distorsions entre données marégraphiques et altimétriques, qui – il est vrai – n'ont pas été recueillies sur les mêmes pas de temps ? L'auteur conclut avec prudence, et nous la partageons, qu'une reconstitution à très petite échelle de "changements simultanés" (p. 139) du niveau marin n'a pas grand sens et qu'il vaut mieux se résoudre à des comparaisons intrarégionales. Les médias – si d'aventure ils s'intéressent à cet ouvrage universitaire – seront déçus de cet abandon d'une approche globale qu'ils chérissent ; tant pis pour eux.

7On comprend aisément, dans ces conditions, que Yannick LAGEAT préfère, dans le cinquième chapitre, envisager les risques d'une accélération de la montée des eaux, plutôt que d'en faire le lieu des cartographies catastrophistes à la mode. La plus grande longueur du chapitre (54 p.) témoigne moins du besoin de coller à l'actualité mainstream que de dresser un état attentif des possibles dangers courus par les sociétés, pauvres ou riches. Certes, une concession est faite aux amateurs de sensations fortes : il s'agit de la couverture de l'ouvrage qui fait monter les eaux 65 m au-dessus du zéro NGF actuel et noyer les pieds de la Tour Eiffel ! Mais le texte ne cède pas à cette excessive facilité, quoiqu'il dise sa certitude d'une élévation des températures par "effet de serre additionnel", son "extrêmement probable" continuation jusqu'en 2100 et ses indiscutables effets, entre autres la réduction de la banquise comme des épaisseurs de neige. Pour autant, il n'ignore pas les incertitudes de nos savoirs, par exemple les questions posées par la coïncidence de la fin du Petit Âge de Glace et du début de l'ère industrielle ou l'impact futur d'une couverture nuageuse aux effets mal connus (p. 150). L'auteur aurait pu rappeler que Svante ARRHENIUS lui-même mentionnait, dans son article "Princeps" (1896), le rôle complexe de la nébulosité, trop vite minoré, voire oublié, par ses successeurs. Pour autant, les atermoiements des politiques nationales rendent aussi "chimériques" les objectifs du protocole de Kyoto en matière de réduction des gaz à effet de serre, renforçant ainsi la certitude des risques de submersion des côtes. Enfin, Yannick LAGEAT montre que l'approche géographique des risques est trop négligée : les scénarios maximalistes, les négligences coupables des décideurs et l'oubli des paramètres locaux (p. 161) au profit d'approches globales font peu de cas des réalités des hydrosystèmes. Il le prouve en s'appuyant sur des situations concrètes : le recul des côtes du delta du Nil privées par le barrage d'Assouan des indispensables apports alluviaux ou les affaissements dans les deltas peuplés du fait des pompages déraisonnables dans les aquifères. Autrement dit, le changement climatique, s'il est virtuellement certain, ne peut être le seul coupable des graves problèmes liés à l'évolution des lignes de rivage, d'autant que les modèles, pourtant fondés sur un même accroissement des températures, divergent largement (cf. M. RANSON et al., 2014, in Climate change) sur les dégâts potentiels (p. 168). Cela pose de façon cruciale le problème des stratégies de défense – ou pas – des espaces littoraux menacés. Sont ici présentés les cas de figure les plus marquants : la défense (Pays-Bas), l'adaptation (Bangla Desh), voire le repli (La Faute). Un long développement est accordé aux territoires menacés de disparition, plus en tout cas que ne le pensent les "eustatosceptiques" (p. 183). Une longue monographie, accompagnée de photos de l'auteur, est consacrée aux Tuvalu et témoigne ici d'une réelle et appréciable expérience de terrain (p. 186 et sq.). Yannick LAGEAT, malgré l'intérêt qu'il porte à ces atolls, se garde bien d'en faire des paradis menacés par un global change résultant de l'exclusive incurie écologique des pays riches. La posture victimaire du gouvernement tuvaluan, malgré une aide internationale massive (supérieure au PNB du pays !), la mauvaise gestion locale des effluents et le développement des carrières dans les massifs coralliens sont aussi précisément analysés. En matière d'élévation du niveau marin, la "séduction des modèles prédictifs" ne saurait donc faire oublier "la robustesse des réalités de terrain" (p. 193).

8La conclusion de l'ouvrage (p. 195-197) tient en peu de pages ; elle est – en raison des enjeux futurs – un message complétant le chapitre V plus qu'une synthèse du volume tout entier. L'auteur y exprime sa conviction que le niveau des mers continuera à s'élever, malgré les incertitudes pesant sur l'ampleur du phénomène, et que la correction des menaces sera au total plus coûteuse que leur prévention. Quant au fait que le Déluge ne soit pas qu'un mythe, voire... Tout dépend du sens que l'on donne au mot.

9Au final, nous avons là – sous un format réduit – une synthèse bien utile des connaissances relatives à la variation du niveau des mers, que ce soit sur la longue durée géologique ou la quasi-instantanéité de notre siècle. Elle mesure l'immense complexité de leur analyse sans se préoccuper de vulgarisations qui peuvent donner à tout un chacun, comme dans bien d'autres domaines, la sensation d'être un spécialiste de la question. Il est donc évident que l'ouvrage ne s'adresse absolument pas, malgré son format, au grand public et sans doute pas plus aux géographes débutants. Mais la richesse des informations qu'il contient peut être très utile aux étudiants avancés et aux collègues non spécialistes. Il pèse au trébuchet les arguments, passés et présents, discutés par les scientifiques des diverses disciplines convoquées dans ce difficile débat, parce qu'il engage clairement l'avenir des sociétés littorales. Yannick LAGEAT, en géographe, n'oublie surtout pas que le changement global, en la matière excessivement invoqué, a des traductions régionales, voire locales, infiniment nuancées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Lemartinel, « Les variations du niveau des mers, Yannick LAGEAT, 2019 », Physio-Géo, Volume 15 | -1, 1-4.

Référence électronique

Bertrand Lemartinel, « Les variations du niveau des mers, Yannick LAGEAT, 2019 », Physio-Géo [En ligne], Volume 15 | 2020, mis en ligne le 11 mai 2020, consulté le 07 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/11107

Haut de page

Auteur

Bertrand Lemartinel

Professeur d'Université honoraire.
Courriel : bertrandlemartinel@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo EuroPub database
  • OpenEdition Journals