Navigation – Plan du site
Articles

La représentation du relief de Pegwell Bay (Kent) par William DYCE : géomorphosite et peinture de paysage

Representation of Pegwell Bay (Kent) landforms, by William DYCE : geomorphosite and landscape painting
Dominique Sellier
p. 161-182

Résumés

Le tableau peint par William DYCE et intitulé Pegwell Bay, Kent ‒ a Recollection of October 5th 1858 est emblématique des relations entre la peinture et la science au XIXème siècle en Europe. Il se rapporte d'abord au genre paysage et fournit la matière à un commentaire géomorphologique en raison des qualités d'observation de son auteur et du réalisme de sa manière. Il se rapporte aussi à un tableau d'histoire en raison de l'évènement qui justifie son sous-titre, date à laquelle DYCE observa la comète de DONATI. Située entre le Weald et l'estuaire de la Tamise, la baie de Pegwell est connue pour la discordance des terrains paléocènes sur les terrains crayeux du Crétacé et pour accueillir le stratotype du Thanétien dans le Sud-Est anglais. Les falaises de craie, assorties d'encoches et de grottes, dominent un estran où le pendage détermine des microreliefs monoclinaux parallèles. Des dépôts de head, dont le tableau fournit une première illustration précise, occupent le haut des coupes. Le tableau est peint à l'époque de l'essor de la géologie et de la paléontologie, consécutif à la diffusion de la théorie darwinienne de l'évolution. Il est contemporain de l'introduction de la science dans l'art. La précision et le souci du détail dont il témoigne le rapportent au mouvement préraphaélite. Il dénote une observation attentive de la nature et une représentation exacte des éléments minéraux, ainsi que des reliefs, donc des objets de la géomorphologie. Il présente un intérêt documentaire évident et montre que les peintres se sont intéressés aux reliefs avant les géographes. Le site de Pegwell Bay présente une valeur géomorphologique intrinsèque et une valeur culturelle reconnue, en raison de sa représentation picturale.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Le tableau intitulé Pegwell Bay, Kent ‒ a Recollection of October 5th 1858, peint par William DYCE et exposé à la Tate Gallery de Londres (Tate Britain), fait preuve d'une rare précision dans l'histoire de la peinture en se référant à un lieu par son titre (Pegwell Bay, Kent) et à une date par son sous-titre (en souvenir du 5 octobre 1858). Le lieu correspond à une côte à falaises de craie située à l'extrémité du Kent, près de l'entrée du Pas-de-Calais, immédiatement au sud de la station balnéaire de Ramsgate. La date se rapporte au passage de la comète de DONATI dans le ciel du bassin de Londres, plus précisément au jour où William DYCE aurait observé cet événement astronomique depuis la baie de Pegwell (Photo 1).

Photo 1 - Pegwell Bay, Kent ‒ a Recollection of October 5th 1858 (1858-1960, Tate Britain, Londres). [cliché Tate Britain]

Photo 1 - Pegwell Bay, Kent ‒ a Recollection of October 5th 1858 (1858-1960, Tate Britain, Londres). [cliché Tate Britain]

2Ce tableau est exécuté à une époque fondamentale de l'histoire de la géologie et de la biologie, en même temps qu'à l'un des principaux tournants de l'art pictural au XIXème siècle. Par son sujet, il occupe une place emblématique dans les relations entre l'art et la science, en l'occurrence entre la peinture et ce qui constituera ensuite la géomorphologie. Par son style et sa technique, il figure le relief avec une justesse hors du commun et présente un intérêt documentaire sur les formes littorales comme sur leur perception à l'époque de son exécution.

3L'objectif est de proposer un commentaire de ce tableau en traitant d'abord de son sujet, de sa composition et des courants artistiques auxquels il se rapporte. Il est surtout de montrer la manière avec laquelle il rend compte des propriétés du relief représenté, puisqu'il justifie un commentaire géomorphologique méthodique, en soulignant la place novatrice qu'il occupe ainsi dans le traitement du paysage en peinture. Il est enfin de justifier comment la représentation d'un relief en peinture peut faire partie des modalités de sa patrimonialisation (D. SELLIER et C. PORTAL, 2018).

II - Un tableau du genre paysage

4Il s'agit d'une huile sur toile non datée mais réalisée entre le passage de la comète de DONATI, survenu en 1858, et l'exposition du tableau au salon d'été de la Royal Academy à Londres en 1860. Le tableau a figuré par la suite à l'exposition internationale de Londres en 1862, puis à l'exposition universelle de Paris en 1867, trois ans après la mort de DYCE, ce qui atteste sa notoriété. Il a été acquis en 1894 par la Tate Gallery, où il retient l'attention des visiteurs pour au moins trois raisons. Son sujet concerne une station touristique bien connue des Londoniens, à la mode dès l'époque victorienne en raison de sa proximité de la capitale : une centaine de kilomètres, comme Brighton plus au sud. Ses dimensions (63,5 x 88,9 cm) permettent de l'appréhender d'un seul regard à courte distance. La précision de sa réalisation, incite alors à l'examiner dans le détail, surtout lorsque le spectateur apprend qu'il relate un événement en même temps qu'il illustre un paysage.

5Son auteur, William DYCE (1806-1864) est un peintre originaire d'Aberdeen, dont l'œuvre s'inscrit dans la première moitié de l'ère victorienne. Il a 31 ans en 1837, au moment où VICTORIA accède au trône, et meurt à 58 ans, en 1864, alors qu'elle n'a pas encore accompli la moitié de son règne. Il suit des études de théologie et de médecine, ce qui ne sera pas sans relation avec certaines de ses sources d'inspiration : spiritualité et science, parfois associées sur une même œuvre. DYCE est en effet féru de sciences : astronomie, physique et surtout géologie, ce qui s'exprime aussi dans ses tableaux. Il se passionne pour les grands débats scientifiques qui ont lieu à l'époque victorienne au sujet de l'histoire de la Terre, des origines de l'univers, mais aussi de l'évolution des espèces. Il étudie en même temps la peinture à la Royal Academy de Londres et se rend à Rome à deux reprises où il découvre l'œuvre des grands maîtres. Il y rencontre aussi le mouvement nazaréen créé au début du XIXème siècle par un groupe de jeunes peintres romantiques allemands qui entendaient s'inspirer de l'art chrétien et qui ont puissamment influencé les préraphaélites, dont les principes guideront plus tard une partie de la production artistique de DYCE.

6William DYCE est contemporain, quoique plus jeune, de CONSTABLE et de TURNER, qui guident la peinture anglaise à l'époque en matière de paysages, de scènes de genre et de portraits, jusqu'à la disparition du premier en 1837 et du second en 1851, confinant des peintres comme DYCE parmi les also-ran, les "non-classés" (par référence au vocabulaire des turfistes), à un moment où coexistent encore les héritages du classicisme et du romantisme, mais où naît le courant réaliste et où se constituent des groupes de jeunes peintres contestataires, dont celui des préraphaélites.

7L'œuvre de DYCE, abondante et disparate, traduit cette conjoncture. DYCE est peu connu en France aujourd'hui, mais parfaitement reconnu au Royaume-Uni à l'époque victorienne. Il est nommé Superintendent of the Governement School of Design (devenu Royal College of Art) en 1838, professeur de beaux-arts au King's College de Londres à partir de 1844 et membre titulaire de la Royal Academy en 1848. Il peint de nombreux portraits, des tableaux d'histoire, y compris d'histoire religieuse et participe à la décoration murale du Parlement, reconstruit en 1840 (en style néo-gothique), après son incendie en 1834, ce qui est significatif de son rang parmi les artistes de l'époque.

8Il compose des paysages d'Angleterre, du Pays de Galles et d'Écosse à travers lesquels il témoigne d'un authentique regard scientifique, comme l'illustrent, l'aquarelle intitulée Study of a distant range of mountains (Ashmolean Museum), où les versants à corniches et à pentes d'éboulis sont reproduits de façon spécialement réaliste, ou encore la vue de Loch Lomond (National Galleries of Scotland), où les schistes dalradiens, mais surtout, les reliefs glaciaires d'abandon, auges et cirques, sont peints dans le détail, à une époque où débutent les publications sur les reliefs glaciaires (et où Louis AGASSIZ édite Études sur les glaciers en 1840).

9DYCE produit en même temps des scènes inspirées de la mythologie, de la littérature et surtout de la Bible, telles que David in the Wilderness (1860) ou The man of Sorrows (1860), qui placent des personnages devant un paysage d'Écosse, le second représentant notamment le Christ en méditation parmi des blocs erratiques et des moraines du genre hummocks, reproduits là encore avec précision. Il a peint par ailleurs des scènes de genre comme The Highland ferryman (1857, Aberdeen Art Gallery and Museums), A scene in Arran (1858-1859, Aberdeen Art Gallery and Museums) ou Welsh landscape with two women knitting (1860, National Museum Walles, Cardiff), qui sont conjointement l'occasion de représentations des paysages toujours minutieuses (F. STAFFORD, 2016).

10Le tableau intitulé Pegwell Bay a été peint à la fin de la carrière de DYCE, quatre ans avant sa mort, en même temps qu'il continue de produire des portraits et des tableaux d'histoire. Souvent considéré comme son chef d'œuvre, il compte parmi ses travaux les plus connus et figure dans le catalogue de la Tate Britain comme l'un des meilleurs tableaux de paysage du XIXème siècle (C. PAYNE, 2016-a).

11Le tableau se rapporte d'abord au genre paysage, qui occupait l'une des dernières places dans la hiérarchie des genres jusqu'à la fin du XVIIIème siècle, mais qui devint privilégié par les romantiques, puis par les réalistes, avant les impressionnistes dans la seconde moitié du XIXème siècle. Il représente en l'occurrence une côte à falaises de craie, comme il s'en succède le long du littoral anglais de Margate à Folkestone et, plus à l'ouest, de Eastbourne à l'île de Wight, de même qu'en Picardie et Haute-Normandie. Il concerne toutefois des falaises relativement basses, ici une vingtaine de mètres, contre plus d'une centaine de l'autre côté du Pas-de-Calais.

12Le tableau se rapporte aussi à une scène de genre. Ramsgate et sa plage comptent déjà parmi les hauts-lieux de villégiature à l'époque victorienne et accueillent les membres des classes fortunées de Londres, à cause de ses résidences, hôtels, auberges et tea gardens, mais à cause d'abord d'un goût croissant pour la mer et pour la côte. C'est la grande époque du développement du tourisme littoral, exprimé sur le tableau par les promenades sur la plage, qui apparaît peu fréquentée en raison de la saison (l'automne) de l'heure (le crépuscule) et du temps (le ciel couvert), mais qui se révèle à l'inverse très peuplée par beau temps sur les œuvres d'autres artistes, comme William Powell FRITH (Ramsgate Sands, life of the Seaside, 1854, Royal Collection, Londres). En dehors du premier plan, le tableau intègre une dizaine de personnages anonymes, qui illustrent plusieurs des activités pratiquées sur la plage. Ces dernières concernent la pêche (Photo 2), pêche professionnelle à la crevette, qui fait la renommée des auberges de Ramsgate (représentée par trois pêcheurs portant leur haveneau, dont l'un rentre avec bottes et panier), le ramassage des coques, abondantes sur l'estran, pêche à pied pratiquée par les estivants à marée basse (représentée par une femme et une fillette proches de la ligne d'eau, à gauche), les promenades à dos d'âne pour les enfants (représentées par un homme en attente avec ses bêtes au pied des falaises), l'observation de la nature (représentée par le personnage placé à droite), la collecte de fossiles, très pratiquée sur le site à l'époque (éventuellement représentée par deux femmes sur la grève à l'arrière-plan). Le tableau figure accessoirement quelques aménagements : des barrières pour protéger les promeneurs des éboulements, une chaussée adossée à un épi pour accéder à l'estran et ruinée par les actions marines.

Photo 2 - La pêche à pied sur la plage de Pegwell Bay. [cliché : Tate Britain]

Photo 2 - La pêche à pied sur la plage de Pegwell Bay. [cliché : Tate Britain]

13Le tableau se rapporte encore au portrait de groupe, ici en extérieur, genre prisé des Britanniques (qui évoque les Conversation-pieces en vogue au siècle précédent). DYCE a peint ce tableau à la suite d'un voyage à Ramsgate avec sa famille, représentée ici (voir Photo 1) par les quatre personnes placées au premier plan. Il s'agit de sa femme à droite, regardant vers l'observateur, des deux sœurs de cette dernière, au centre, et de son fils plus à gauche, tenant une pelle de plage (allusion subsidiaire au tourisme littoral). Les trois femmes (qui ne sont pas sans évoquer celles que MONET peindra une quinzaine d'années plus tard sur la côte normande), portent des costumes d'automne de l'époque victorienne : crinoline et châle, qui renseigne sur la météorologie du moment, mais aussi chapeau, qui distingue une dame. Elles tiennent des paniers en osier qui leur servent à ramasser des coquillages, sinon des fossiles, abondants au pied des falaises. DYCE est le personnage qui figure à droite du tableau, portant un chapeau et tenant un carton à dessin sous le bras, en train d'observer, sans doute, la comète de DONATI (le tableau s'apparentant aussi, de cette façon, à un autoportrait).

14Le tableau évoque enfin un tableau d'histoire, en raison de l'évènement astronomique qui justifie sa date et son sous-titre, en souvenir du 5 octobre 1858, jour au cours duquel DYCE observa la comète de DONATI. Cette comète, découverte le 2 juin 1858 par l'astronome italien Giovanni Battista DONATI, fit sa première et seule apparition connue en 1858. Elle devint visible à l'œil nu en Angleterre entre le 19 août et le 4 décembre de cette année et fut alors observée par de nombreux Britanniques. Elle figure au sommet du tableau, au moment du périhélie, lorsque sa distance au soleil est la plus courte et sa trajectoire la plus brillante. Son passage a inspiré plusieurs représentations picturales, dont celle de William TURNER of Oxford, aquarelle peinte depuis Oxford (Donati's comet, Oxford, Half-past seven o'clock p.m., october 5th 1858, 1858-1859) et celle de Samuel PALMER réalisée, pour sa part, depuis le Dartmoor (The comet of 1858, as seen from the heights of Dartmoor, 1858-1859).

15Cette multiplicité des genres sur une même toile est significative de l'œuvre éclectique de William DYCE.

III - La représentation des éléments du relief

16Malgré ses diverses opportunités de lecture, le tableau de DYCE se rapporte en premier lieu à un paysage et représente surtout un relief littoral. Il fournit matière à un commentaire géomorphologique en raison des qualités d'observation de son auteur et du réalisme de sa manière. Il est doté d'une haute valeur documentaire, qui n'est toutefois pas singulière au XIXème siècle, en raison d'un intérêt croissant pour la géologie dans les milieux scientifiques, mais aussi dans le public et parmi les artistes. Il autorise, de ce fait, une analyse conjointe des formes du relief et de leur représentation sur un tableau (A. DRAHOS et C. THOMPSON, 2012).

17Les formes majeures en présence sont un estran, une falaise de craie blanche et un plateau qui aboutit au sommet de la falaise. Dans la perspective d'une description du relief à l'intention d'un public éventuel, il paraît donc fondamental de distinguer, dès le départ, deux marches (les deux surfaces étagées) séparées par une contre-marche (la falaise).

1 ) Les expressions de la structure

18Pegwell Bay se situe à l'est de Londres et de Canterbury, à l'extrémité du Kent, dans une péninsule ceinturée de marais et qualifiée pour cette raison d'Isle of Thanet (E.R. SHEPHARD-THORN, 1988). Elle se trouve donc entre la boutonnière du Weald et l'estuaire de la Tamise, l'endroit associant ainsi du sud au nord (Fig. 1) :

19le revers des North Downs, placé sur le flanc nord du Weald, formé de craie crétacée et culminant vers 170 m ;

20la terminaison du bassin éocène de Londres, déterminée par une ondulation synclinale et occupée par les marais de Minster, aboutissant à l'estuaire de la rivière Stour ;

21l'Isle of Thanet, déterminée par une ondulation anticlinale, qui culmine vers 55 m et ainsi désignée en raison de son raccordement aux North Downs par les marais précités, occupés par des dépôts littoraux et des alluvions.

Figure 1 - La géologie et la géomorphologie du Kent autour de Pegwell Bay.

Figure 1 - La géologie et la géomorphologie du Kent autour de Pegwell Bay.

22Le site représenté sur le tableau, se trouve sur la rive nord de la baie de Pegwell, aux abords de la ville de Ramsgate. Il est connu pour quatre faits géologiques majeurs :

23Le premier concerne la stratigraphie, caractérisée par la superposition des terrains crétacés et éocènes (Fig. 2). Les premiers (Upper Chalk) occupent effectivement le nord de la baie de Pegwell (donc le flanc sud de l'île de Thanet). La craie, par endroits marneuse, correspond aux étages les plus récents du Crétacé : ici la base du Sénonien, c'est-à-dire le Coniacien et le Santonien, puisque la série se distingue par une lacune du Campanien et du Maastrichtien. Les terrains paléocènes (sables, silex, marnes et argiles rouges, désignés par le terme de Thanet Beds) affleurent au fond de la baie de Pegwell à l'ouest, avant de disparaître sous des alluvions et des dunes littorales. Ils correspondent aux strates les plus anciennes du Tertiaire en Grande-Bretagne, en raison, cette fois, d'une lacune du Danien et du Montien (Sélandien), absents au nord de la Manche (RW GALLOIS, 1992).

24Le deuxième fait concerne, par conséquent, la superposition discordante des terrains paléocènes (Thanet Beds) et de terrains crayeux du Crétacé supérieur (Upper Chalk). La surface de discordance, rendue irrégulière par la dissolution pré-éocène des craies, est soulignée sur le terrain par un niveau discontinu d'argiles noires chargées de cendres provenant des éruptions des volcans des Hébrides internes survenues au début du Tertiaire (R.W.O'B. KNOX et A.C. MORTON, 1983 ; C. LE CŒUR, 1994).

25Le troisième concerne le lieu où fut décrit le stratotype paléocène du Thanétien, à partir des Thanet Beds. Le Thanétien mesure environ 30 m d'épaisseur localement et a été défini par le géologue suisse Eugène RENEVIER vers la fin des années 1860 (E. RENEVIER, 1873-1874), soit une dizaine d'années après la réalisation du tableau de William DYCE.

26Le dernier fait concerne la richesse du lieu en fossiles connue des géologues amateurs depuis le XIXème siècle : ammonites, bélemnites, oursins, térébratules dans le Crétacé, huîtres et dents de requins dans le Paléocène.

Figure 2 - La stratigraphie et la discordance Eocène-Crétacé. [clichés : Dominique SELLIER]

Figure 2 - La stratigraphie et la discordance Eocène-Crétacé. [clichés : Dominique SELLIER]

27La structure s'exprime d'abord sur le tableau de William DYCE par l'omniprésence de la craie, qui apparaît sur toute la hauteur de la falaise et sur toute la largeur de l'estran à l'endroit représenté, mais qui n'est jamais parfaitement blanche, ni sur le tableau, ni dans la nature. Les plans de stratification et les bancs de rognons de silex noirs caractéristiques du White Chalk subgroup, sont soigneusement représentés, de même que les discontinuités verticales, diaclases ou lignes de failles, soulignées par des dépôts d'argiles de décarbonatation et exploitées dans le détail par l'érosion différentielle. Un pendage de quelques degrés vers l'ouest est rapporté sur la falaise comme sur l'estran.

2 ) Les formes du relief littoral

28 La côte est rectiligne et de direction générale est-ouest, comme le confirme la position du soleil couchant sur le tableau. C'est avant tout une côte à falaises (Photo 3), qui dominent un estran exondé. Elle comprend deux secteurs. Le premier, à l'est, correspond à une falaise vive, taillée dans la craie, donc attaquée par la mer, qui domine un platier rocheux, par nature entièrement immergé à marée haute. Le second, à l'ouest, absent du champ du tableau, comprend une falaise morte, taillée dans des terrains éocènes, fragiles et soumis à des affaissements ; cette falaise est précédée par un platier recouvert de sédiments, en partie colonisé par la végétation intertidale.

Photo 3 - La falaise de craie et l'estran à microreliefs monoclinaux perpendiculaires au trait de côte. [cliché : Dominique SELLIER]

Photo 3 - La falaise de craie et l'estran à microreliefs monoclinaux perpendiculaires au trait de côte. [cliché : Dominique SELLIER]

29La falaise blanche qui figure dans la partie droite du tableau, est donc de regard sud. Elle est abrupte, mais d'élévation très inférieure à celles de Folkestone ou de Douvres. Elle porte des marques de décarbonatation au sommet, outre les bancs de silex, représentés sur le tableau. Elle est découpée dans le détail par des éperons et des rentrants déterminés par le pendage, sinon par des failles. Deux de ces éperons, séparés par un rentrant, figurent sur le tableau, où la dynamique littorale s'exprime également par des encoches, peu profondes, des blocs éboulés à la base de la falaise, des grottes guidées par des diaclases, abris légendaires des smugglers, qui les agrandissaient pour faciliter leurs opérations de contrebande avec la France (Photos 4).

Photos 4 - Les grottes, naturelles et surcreusées. [clichés : a, Dominique SELLIER ; b, Tate Britain]

Photos 4 - Les grottes, naturelles et surcreusées. [clichés : a, Dominique SELLIER ; b, Tate Britain]

30L'estran est représenté à marée basse, comme l'indique la pratique de la pêche à pied. Il est large, en raison du fort marnage qui existe au niveau du Pas-de-Calais (environ 5 m).

31Sa partie inférieure correspond à un platier rocheux, plateforme d'abrasion marine qui tronque les strates. Le pendage y détermine ainsi des microreliefs monoclinaux, formes de micro-cuestas dégagées par l'érosion différentielle, mais perpendiculaires à la falaise et caractérisées par un front à regard est (Fig. 3). Ce type de reliefs est fréquent sur les estrans qui recoupent des roches stratifiées lorsque le pendage est perpendiculaire au trait de côte, comme ici (mais aussi en pays de Caux, dans la craie, sur les côtes de l'Aunis, dans le calcaire, ou encore au cap de la Chèvre dans le Finistère, dans des quartzites) (A.S. TRENHAILE, 1987). Il se caractérise par un dispositif rythmé de lignes rocheuses, parallèles entre elles, ébréchées, fragmentées par l'action des vagues, effilées vers le large, alternant avec des mares étroites et allongées, où vient se refléter la lumière jaune du couchant. Le platier est ponctué, par ailleurs, d'écueils (vestiges de sea stacks), et d'amas de blocs résiduels émoussés par la mer (témoins du recul de la falaise). Il est jonché de galets de silex noir. Il est aussi largement colonisé par des goémons, significatifs d'un milieu abrité, à basse énergie.

Figure 3 - L'expression du pendage sur la falaise et sur l'estran. [réalisation : Dominique SELLIER]

Figure 3 - L'expression du pendage sur la falaise et sur l'estran. [réalisation : Dominique SELLIER]

32La partie supérieure de l'estran correspond à une plage de sable et de galets exposée vers le sud et protégée des houles, ce qui justifie sa fréquentation touristique. La représentation des faits est là encore d'une grande rigueur scientifique : l'inclinaison croissante du haut de plage vers la base de la falaise, les blocs éboulés les plus volumineux et les plus anguleux au pied de cette dernière, les galets et graviers à émoussé littoral caractéristique, les rognons de silex fracturés, encore entourés de leur cortex, au premier plan sur la plage (Photos 5).

Photos 5 - Les galets de silex à cortex sur l'estran (a) et leur représentation picturale (b). [clichés : Dominique SELLIER et Tate Britain]

Photos 5 - Les galets de silex à cortex sur l'estran (a) et leur représentation picturale (b). [clichés : Dominique SELLIER et Tate Britain]

33La baie de Pegwell occupe l'arrière-plan du tableau à gauche. Elle comprend une vasière à slikke et à schorre, où se posent les limicoles et les anatidés. Elle se prolonge par un marais littoral qui résulte de l'accumulation de matériaux flandriens recouvrant des terrains éocènes et qui ne figure, ainsi, que dans les lointains. Le site est traditionnellement considéré comme celui du débarquement des premiers colons Saxons en 449, avant celui des premiers chrétiens en 497, références médiévales fondamentales dans l'histoire de l'Angleterre.

3 ) Les héritages périglaciaires

34Ils s'observent en premier lieu au sommet de la falaise, sous forme de dépôts épais de 1 à 4 m, pédogénisés, rubéfiés, colonisés par la végétation. Ils occupent donc le haut des coupes, d'où leur nom de head, introduit en 1839 par le géologue britannique Henry de LA BÈCHE, utilisé par les auteurs de levé des cartes géologiques et repris dans la littérature scientifique, en signe d'un intérêt croissant pour les formations superficielles, qui ouvrira aux connaissances sur le Quaternaire au milieu du XIXème siècle. Une gravure de Charles LEWIS et Edward COOK, intitulée Pegwell Bay et diffusée dès 1830, figurait des dépôts sombres en sommet de falaise. Le tableau de DYCE correspond cependant à la première représentation précise du head sur une œuvre picturale (Photo 6).

Photo 6 - La représentation du head au sommet de la falaise. [cliché : Tate Britain]

Photo 6 - La représentation du head au sommet de la falaise. [cliché : Tate Britain]

35Le head, est qualifié de coombe rock quand le matériel est d'origine crayeuse, comme c'est le cas ici, et localement désigné sous les termes de Younger Brickearth ou de Head Brickearth lorsqu'il recouvre les Thanet Beds et qu'il se trouve chargé en limons éoliens (R.W. GALLOIS, 1992). Il est constitué de matériaux composites, en proportions variables : argile à silex qui recouvre la surface infra-éocène, solifluxions périglaciaires laminaires et lœss remaniés (E.R. SHEPHARD-THORN, 1977 ; G.H. MURTON et al., 2003).

36Des lœss, déposés en dernier, jusqu'à 2,5 m d'épaisseur et datés de 18000 à 15000 BP (D.A. PARKS et H.M. RENDELL, 1992), sont caractérisés sur les coupes, en dehors de leur couleur beige, par des traces d'insectes fouisseurs, significatives de l'homométrie et de la finesse du matériel (W.S. PITCHER, 1954).

37Le site présente d'abondantes figures périglaciaires, caractéristiques de la gélifraction le long des falaises, surtout à leur sommet, de la gélifluxion, provenant du versant situé en amont des falaises (relief de downs) et de la géliturbation, sous forme de cryo-injections et de cailloux de silex dressés (Photos 7).

Photos 7 - La gélifraction de la craie (a), les cryo-injections (b), les cailloux de silex noirs dressés (c) et les dépôts de lœss perforés par les insectes fouisseurs (d). [clichés : Dominique SELLIER]

Photos 7 - La gélifraction de la craie (a), les cryo-injections (b), les cailloux de silex noirs dressés (c) et les dépôts de lœss perforés par les insectes fouisseurs (d). [clichés : Dominique SELLIER]

38Ces héritages datent du Devensien, équivalent britannique du Weichselien. Ils sont plus précisément rapportés au Late Devensien, époque au cours de laquelle l'inlandsis se trouvait au nord de l'East-Anglia, à moins de 200 km au nord du Kent, et où s'étendait par conséquent ici un milieu authentiquement périglaciaire à pergélisol.

39La gélifluxion apparaît implicitement avec le head sur le tableau. La gélifraction est clairement représentée au sommet des bancs de craie. En revanche, la géliturbation a échappé à DYCE, comme aujourd'hui encore à la plupart de ceux qui regardent les falaises.

40En reprenant l'ensemble de ses enseignements, le tableau offre ainsi une représentation fidèle de la géomorphologie d'un lieu, au-delà de sa géologie.

IV - Le traitement du sujet

1 ) Un sujet banal

41Les côtes comptent parmi les sujets les plus communs en matière de paysage au XIXème siècle. Le cas des falaises, notamment celui des falaises de craie, qui ont un aspect monumental par leur verticalité et original par leur couleur, a inspiré de nombreux peintres des deux côtés de la Manche, en raison d'une symétrie géologique évidente et de la proximité des capitales, Londres et Paris, d'où s'échappèrent les premiers peintres de paysages. Il a également inspiré de nombreux artistes locaux. Après les romantiques, tel que TURNER, qui illustre les deux rives de la Manche, ou DELACROIX, qui exécute des aquarelles devant les falaises d'Étretat, le thème est apprécié des réalistes, comme Gustave COURBET, qui se rend lui aussi à Étretat, et des impressionnistes, en particulier Claude MONET qui fournit lui-même des reproductions très précises des falaises de Varangeville et de leurs régolithes.

2 ) Un sujet traité à un moment fondamental de l'histoire des sciences de la vie et de la Terre

42Le tableau est peint en 1858-1860, à l'époque d'un essor de la géologie amorcé à la fin du XVIIIème siècle par James HUTTON, qui introduit les notions de discordance et, implicitement, de cycles orogéniques, en faisant prendre conscience de la durée dans l'histoire de la Terre. Charles LYELL publie les trois volumes de Principles of geology entre 1830 et 1833. L'époque victorienne est celle de la construction des échelles stratigraphiques et du levé des cartes géologiques à travers les îles britanniques, jusqu'au cap Wrath, mais aussi de la fondation des musées d'histoire naturelle, comme celui de Londres en 1881. Parallèlement Charles DARWIN, qui résidait dans le Kent et connaissait Pegwell Bay, publie On the origin of species en 1859, l'année où DYCE peint le site.

43Il se développe un grand intérêt pour la géologie dans les milieux cultivés, révélé, par exemple, par la publication, dès 1839, par de LA BÈCHE, de l'ouvrage de vulgarisation intitulé Coupes et vues pour servir à l'explication des phénomènes géologiques. Il s'en manifeste un autre pour la paléontologie et le passé de la Terre à travers les collections de fossiles, sous la double influence du développement des recherches géologiques de terrain et de la diffusion de la théorie de l'évolution. Ainsi, Mary ANNING, surnommée the fossil woman (1799-1847), originaire de Lyme Regis (Dorset), mais familière de toutes les côtes du Channel, consacre son existence au fossil hunting et contribue au fonds des musées. La baie de Pegwell devient l'un des sites les plus fréquentés par les collectionneurs sur le littoral anglais et le demeure d'après les publicités touristiques relatives à la station de Ramsgate. La famille de DYCE s'adonne elle-même à la recherche des fossiles sur les estrans et il est parfois avancé que les trois personnes figurant au premier plan du tableau ramassent des fossiles.

44L'intérêt pour la géologie gagne les artistes. William DYCE s'intéresse personnellement aux sciences, en particulier à la géologie et à l'astronomie, comme de nombreux artistes à l'époque (C. PAYNE, 2016-b). John RUSKIN, critique d'art et personnalité de référence en matière de peinture jusqu'à la fin du XIXème siècle, en même temps membre très actif de la Geological Society, produit lui-même de nombreux articles, chapitres, textes de conférences sur la géologie (et sur ce qui s'appellera la géomorphologie). Le sujet trouverait, subsidiairement, des échos en littérature : Bouvard et Pécuchet recherchent eux aussi des fossiles au pied des falaises de Normandie. La publication de l'œuvre de FLAUBERT (1881) est certes postérieure à sa mort, en 1880, mais son projet daterait de 1843 et les débuts de sa préparation remonteraient aux années 1860. Le roman procède, en fait, des mêmes ancrages historiques que le tableau de William DYCE.

45L'époque victorienne connaît un essor parallèle de l'astronomie. On s'intéresse à l'univers, à la place de la Terre dans l'espace comme dans le temps. On acquiert des télescopes comme on collectionne les fossiles. Sur un plan plus général, d'ordre cette fois philosophique et historique, l'époque est évidemment agitée par les controverses entre explications évolutionnistes et dogmes créationnistes. Elle connaît, en tout cas, l'introduction et l'influence de la science dans l'art.

3 ) Un sujet traité dans un contexte culturel victorien

46L'angle de vue choisi sur le tableau est caractéristique des représentations de falaises depuis la ligne d'eau à marée basse (sinon depuis le sommet de falaises festonnées), pour profiter d'un recul adéquat. La composition du tableau obéit à quatre principes essentiels. Elle repose d'abord sur un découpage équilibré en deux ensembles de même importance, d'une part le ciel, d'autre part la mer et la terre, en créant ainsi une symétrie horizontale (Fig. 4). Elle utilise ensuite une perspective construite à partir du sommet et de la base des falaises en direction du soleil couchant, qui fait office de point de fuite, et qui crée, déjà, un fort effet de profondeur. Elle emploie, en même temps, une série de lignes parallèles qui se succèdent à l'emplacement de l'estran, depuis le groupe de personnes situé au premier plan jusqu'à l'horizon et qui accentuent cette profondeur. Ces lignes suivent les rebords rythmés des micro-cuestas perpendiculaires au trait de côte. La composition du tableau s'appuie donc surtout sur des éléments d'ordre géomorphologique. Elle s'appuie aussi sur l'astronomie, puisque la comète est placée exactement au milieu du sommet de la toile, en créant, cette fois, une symétrie verticale.

Figure 4 - Les éléments de la composition du tableau. [cliché : Tate Britain]

Figure 4 - Les éléments de la composition du tableau. [cliché : Tate Britain]

47La lumière est celle d'un coucher de soleil (par temps clair) : un moment particulier de la journée, celui où le soleil, dans le cas présent, vient de disparaître. Le ciel, nuageux, se réfléchit dans la mer et la colore en jaune. Le paysage est représenté à contre-jour (sans, toutefois, les contrastes spécifiques d'un tel instant). La lumière rasante souligne les strates le long de la falaise et les micro-cuestas de l'estran, donc les reliefs. Elle permet aussi d'optimiser la vision de la comète (au crépuscule et à contre-jour).

48La palette est restreinte, en raison même de la baisse de lumière. Les couleurs sont froides : jaunâtre (ciel, mer et sable), blanchâtre ou grisâtre (falaises et blocs de craie), verdâtre (herbe sur le haut de la falaise et algues sur l'estran), brunâtre (estran et costumes). Le rouge du châle porté par la femme représentée au centre du tableau est la seule note de couleur chaude, encore qu'elle demeure sans éclat. Il n'y a aucune ombre.

49Le tableau témoigne de préoccupations réalistes par son sujet (la nature, les reliefs rocheux dans un cadre authentique) et par son traitement (la rigueur de la représentation). Il témoigne en même temps d'influences romantiques, toujours par son sujet (à nouveau la nature, mais aussi le choix d'un évènement extraordinaire : le passage de la comète), par son traitement (le contre-jour, la lumière crépusculaire), mais aussi par l'attitude des personnages, silencieux, presque pathétiques, et par la représentation de DYCE de dos (qui évoque, pour sa part, les compositions de Caspar David FRIEDRICH). Il annonce le symbolisme également par son sujet et par son traitement : la lumière diffuse et claire malgré le contre-jour, l'absence d'ombre, le maintien statique des personnages, le calme de la scène. Le tableau se rattache en fait au mouvement préraphaélite.

50La confrérie préraphaélite fut fondée en 1848, donc peu avant l'exécution de Pegwell Bay, par sept jeunes peintres britanniques, en particulier par John Everett MILLAIS, William Holman HUNT et Dante Gabriel ROSSETI. Elle dure jusqu'à la fin des années 1850, le temps de la jeunesse de ses fondateurs, soit une douzaine d'années. Le mouvement préraphaélite se situe ainsi entre la période romantique et la période réaliste. Il est puissamment soutenu par John RUSKIN, qui publie en 1851 The Pre-Raphaelitism et qui contribue à faire prendre conscience de ses principes à ses propres créateurs. William DYCE est considéré comme l'un des adeptes du mouvement. Le tableau intitulé Pegwell Bay se place toutefois vers la fin de celui-ci.

51Le mouvement prétend restaurer la peinture antérieure à RAPHAËL, donc à la Renaissance, et revaloriser les sources d'inspiration de l'art médiéval, en particulier les thèmes religieux ou littéraires, mais aussi la nature. Il entend, dans la même perspective, imiter le style des peintures anciennes. Les tableaux sont réalisés sans soleil et privilégient une lumière sans contraste qui élimine les ombres et les tons sombres en usage chez les Romantiques. Ils représentent des personnages souvent figés ou méditatifs, comme c'est ici le cas.

52L'un des objectifs majeurs du préraphaélisme est, en même temps, de partir d'une observation extrêmement attentive de la nature, de la représenter de façon authentique et non idéalisée. C'est pour cette raison qu'il se trouve en phase avec son temps, en favorisant les liens entre la science et l'art. Le paysage est en tout cas l'un des genres les plus propices à son expression (A. STALEY, 2001).

53Pegwell Bay est accroché à la Tate Britain parmi les tableaux préraphaélites, à côté de Ophélia de John MILLAIS, l'un des plus célèbres tableaux du musée, et de Lady of Shalott, de William WATERHOUSE. Il se rapporte au mouvement préraphaélite pour plusieurs raisons.

54La première est la reproduction extrêmement détaillée d'un paysage réel et non d'un paysage imaginaire recréé en atelier ou arrangé à partir d'esquisses exécutées sur le terrain. Le tableau témoigne d'une observation attentive de la nature, puis d'une représentation exacte des éléments minéraux, roches et rochers (donc des objets de la géologie), mais aussi des éléments du relief (donc des objets de la géomorphologie). Il se caractérise par le soin du détail (les strates et le pendage, les microreliefs créés par l'érosion différentielle, les blocs reposant sur l'estran, les rognons de silex entourés de leur cortex, les mares, les algues), au point que plusieurs critiques ou historiens ont suggéré qu'il avait pu être réalisé à partir d'une photographie (C. PAYNE, 2016-a ; C. WILLSDON, 2016). Il existe cependant une aquarelle préparatoire, de petit format (25 x 35 cm), datée de 1857, inspirée d'une visite de DYCE à Ramsgate en août 1857 et conservée au musée des Beaux-Arts d'Aberdeen, sa ville natale.

55Quoi qu'il en soit, le souci du détail se manifeste sur le tableau jusqu'aux éléments les plus réduits. Les trois femmes qui figurent au premier plan se livrent au ramassage d'objets dont la nature a inspiré plusieurs interprétations : coquillages actuels ou fossiles. La précision du dessin permet, en tout cas, d'identifier des gastéropodes avec certitude : buccins, présents des deux côtés de la Manche, ou gastéropodes fossiles conservés au-dessus des Thanet Beds ?

56DYCE a fait figurer la comète et a rajouté sa famille au premier plan, mais les personnages demeurent subalternes et la nature occupe l'essentiel du tableau, comme sur beaucoup de ses travaux enrichis de personnages. Le head, dont il avait exagéré l'épaisseur sur sa première illustration et qui l'avait sans doute frappé lors de sa visite de 1857, est ramené à de justes proportions au sommet de la falaise sur l'œuvre finale.

57Le rendu de la vérité de la nature, the truth to nature, répond ici aux recommandations de John RUSKIN exposées en 1843 dans Modern painters : "Ne rien rejeter, ne rien sélectionner, tout représenter, rechercher en fait l'objectivité absolue". Selon RUSKIN, dans la conférence qu'il a donnée le 18 novembre 1853 sur le préraphaélisme, "Le préraphaélisme n'a qu'un principe : la vérité la plus absolue, la plus intransigeante dans toutes ses œuvres. Et il l'obtient en travaillant jusqu'au moindre détail d'après nature et seulement d'après nature" (J. RUSKIN, 1859). Ce souci de la nature concorde évidemment avec l'essor des sciences au cours du règne de VICTORIA. La comète est représentée avec le même réalisme, quitte à demeurer difficilement visible (contrairement à la représentation exagérée, en taille et en intensité lumineuse, par William TURNER of Oxford). Finalement, la peinture préraphaélite s'apparente ainsi à une technique d'observation, qui n'est pas sans évoquer, au passage, les dessins publiés dans les ouvrages de voyage, les livres de vulgarisation et les revues scientifiques du XIXème siècle, mais aussi ceux qu'on exige des étudiants en sciences, à l'époque et par la suite.

58Le tableau exprime aussi, ce qui est plus connu, la représentation symbolique du temps, à plusieurs pas (M. POINTON, 1978). L'étale de basse mer, corroborée par la présence des pêcheurs à pied, illustre le phénomène de marée, soumis à un cycle semi-diurne. Le crépuscule symbolise la rotation de la Terre, donc par définition un cycle diurne. L'automne fait référence aux saisons, à la translation de la Terre et à un cycle annuel. Les strates évoquent la durée des temps géologiques donc de la Terre, puissamment augmentée depuis les travaux de HUTTON, et les fossiles symbolisent l'évolution des espèces à travers cette durée. Enfin, la comète symbolise encore le temps astronomique, les grandes révolutions, les retours, mais aussi l'ancienneté du système solaire, l'infinité de l'univers. Elle sort du tableau en évoquant ainsi la fuite du temps.

59La composition avec un premier plan (la famille de DYCE) et un arrière-plan très éloigné (le fond de la baie de Pegwell) est caractéristique du style préraphaélite. L'atmosphère paisible, inspirant le froid, le silence et le vide, les regards figés des personnages, comme l'épouse et le fils de DYCE, l'évoquent pareillement. On note, enfin, le geste respectif des trois femmes présentes au premier plan : l'une recherche, l'autre ramasse, la dernière a trouvé, simulant, simple hypothèse, les stades successifs d'un même mouvement, qui évoquent le procédé de représentation simultanée de scènes narratives propre à certaines peintures d'art religieux précisément antérieures à la Renaissance (Photo 8).

Photo 8 - Les stades successifs d'un mouvement évocateur du procédé de représentation simultanée de scènes narratives propre à l'art religieux médiéval. [cliché : Tate Britain]

Photo 8 - Les stades successifs d'un mouvement évocateur du procédé de représentation simultanée de scènes narratives propre à l'art religieux médiéval. [cliché : Tate Britain]

V - Conclusion

60Il existe de nombreux tableaux de côtes à falaises peints à l'époque victorienne. Celui de William DYCE présente un intérêt documentaire, en géomorphologie, au moins équivalent à sa valeur esthétique. Il est d'une telle précision dans son exécution qu'il pourrait contribuer à évaluer l'évolution du relief, notamment le recul de la falaise depuis sa réalisation (V.J. MAY et C. HEEPS, 1985 ; C. PAYNE, 2015, 2016-c).

61Ce tableau, qui applique les principes et les sources d'inspiration des préraphaélites, est effectivement emblématique des liens entre la science et l'art. Il est, en tout cas, l'un de ceux qui expriment de manière exemplaire les relations entre les géosciences et la peinture au XIXème siècle, au cours duquel se produit un puissant développement de la géologie (indirectement associé à l'urbanisation, donc à la multiplication des carrières et des coupes), ainsi qu'à celui de la géographie (lié au développement des voyages, des explorations, de la colonisation et du tourisme). Il était légitime que l'art trouve de nouvelles sources d'inspiration dans ces sciences et que le genre paysage connaisse ainsi son apogée, ce qui s'exprime à travers l'intérêt des peintres pour les montagnes ou les reliefs rocheux, mais aussi pour les littoraux et non plus seulement pour la mer (la peinture des côtes se substitue ou s'ajoute aux "marines"). En fait, les peintres se sont intéressés aux paysages et aux reliefs avant les géographes.

62Il existe aussi des falaises de craie plus singulières que celle de la baie de Pegwell, en Angleterre comme en France. Le site demeure toutefois d'une valeur patrimoniale élevée en raison de ses propriétés naturelles : la localisation du stratotype du Thanétien, la possibilité d'observer la discordance Eocène-Crétacé, la présence d'un gisement fossilifère reconnu, mais en raison aussi de son histoire : la fréquentation du site par les géologues et par DARWIN, un haut lieu de la recherche de fossiles et de la popularisation de la paléontologie. Il bénéficie d'une valeur patrimoniale culturelle supplémentaire grâce à l'œuvre de William DYCE, qui s'apparente ici à l'appropriation d'un objet naturel à des fins artistiques, laquelle constitue l'un des processus de la patrimonialisation (D. SELLIER et C. PORTAL, 2018).

63Le site de la baie de Pegwell est un géomorphosite pour l'ensemble de ces raisons. Il ne bénéficie cependant pas, dans les circonstances actuelles, des mesures de conservation ni de vulgarisation qu'il mériterait. Il est affecté par les constructions à son sommet et par la végétalisation sur ses falaises (surtout à l'emplacement de matériaux éocènes), malgré les opérations d'entretien réalisées par des associations locales. Il bénéficie de l'installation de quelques panneaux didactiques, qui concernent surtout la paléogéographie et l'ornithologie. Une présentation du relief à partir de panneaux disposés sur le terrain, face au paysage, comme il en existe sur de nombreux sites britanniques, pourrait donc contribuer à la vulgarisation des propriétés géomorphologiques de la baie de Pegwell.

64Une première opération pourrait conduire à distinguer les formes de relief majeures à partir de plans et de coupes (le plateau aboutissant au sommet des falaises, la falaise de craie et l'estran : soit les deux marches séparées par la contre-marche), puis les formes moyennes et mineures, structurales, littorales et héritées du passé périglaciaire de la région.

65Une autre opération, plus significative des relations entre sciences et art pictural, consisterait à commenter successivement les formes du relief, la structure, les marques d'érosion et ses dépôts corrélatifs, face au paysage, mais à partir de reproductions du tableau de William DYCE, à l'exemple de ce qui est pratiqué, par exemple, dans le Jura ou dans le pays de Caux à partir d'œuvres de COURBET ou de MONET (Fig. 5).

Figure 5 - Exemples de panneaux didactiques relatifs au relief littoral de la baie de Pegwell suivant une démarche géomorphologique à partir du tableau de William DYCE. [cliché : Tate Britain]

Figure 5 - Exemples de panneaux didactiques relatifs au relief littoral de la baie de Pegwell suivant une démarche géomorphologique à partir du tableau de William DYCE. [cliché : Tate Britain]

66Le site de la baie de Pegwell présente une valeur géomorphologique intrinsèque qui justifie sa découverte sur le terrain. Il présente également une valeur culturelle reconnue en raison de la représentation picturale réalisée par William DYCE et conservée à la Tate Gallery. Il offre ainsi, parmi d'autres, un exemple de picturo-géomorphosite. On visite parfois un lieu parce qu'il a été peint, décrit ou fréquenté par un personnage connu, artiste ou non (Ornans ou Varangeville, mais aussi SCOTT's view dans les Borders, Queens'view dans les Grampians, la pierre à RUSKIN devant le Mont Blanc...). Le site de la baie de Pegwell peut inciter les visiteurs à aller voir, sur place, ce que DYCE a vu ou transcrit, en acquérant ainsi une valeur patrimoniale cumulée.

WILLSDON C. (2016) - Painting and photography. In : Pegwell Bay, Kent – a Recollection of October 5th 1858 ?1858-60 by William DYCE, C. PAYNE édit., Édit. Tate Research Publication, en ligne.

Remerciements : L'auteur tient à exprimer sa gratitude à La Tate Gallery et à Bernard HORROCKS, Intellectual Property Manager, Tate Gallery, pour lui avoir accordé l'autorisation de reproduire l'image du tableau de William DYCE Pegwell Bay, Kent ‒ a Recollection of October 5th 1858, à Charles LE CŒUR, professeur émérite de l'université de Paris I, et à François BÉTARD, maître de conférences HDR à l'université Paris VII, pour leurs conseils, aux reviseurs anonymes de la revue Physio-Géo pour leurs remarques constructives, à Claude MARTIN et à Bertrand LEMARTINEL, respectivement directeur de publication et directeur scientifique de cette revue, pour leur investissement dans son fonctionnement, à Simon CHARRIER, cartographe à l'Institut de Géographie de l'université de Nantes pour l'élaboration des cartes, et, last but no least, à Adrian MORFEE, maître de conférences à l'université de Rennes 2 pour la traduction de l'Abstract.

Haut de page

Bibliographie

AGASSIZ L. (1840) - Études sur les glaciers. Publication à compte d'auteur, Neuchâtel, 237 p. + atlas de 3 planches.

DARWIN C. (1859) - On the origin of species. Édit. John Murray, Londres, 32 p.

DRAHOS A. et THOMPSON C. (2012) - Geology in the Pre-Raphaelite landscape: William DYCE's Pegwell Bay. The Edinburgh Geologist, vol. 52, p. 7-10.

FLAUBERT G. (1881) - Bouvard et Pécuchet. Édit. Alphonse Lemerre, Paris, 400 p.

GALLOIS R.W. (1992) - British regional geology, the Wealden district. Édit. British Geological Survey, Londres (Grande-Bretagne), 101 p.

KNOX R.W.O'B. et MORTON A.C. (1983) - Stratigraphical distribution of early Palaeogene pyroclastic deposits in the North Sea Basin. Proceedings of the Yorkshire Geological Society, vol. 44, n° 3, p. 355-363.

LA BÈCHE H. de (1839) - Coupes et vues pour servir à l'explication des phénomènes géologiques. Édit. Pitois-Levrault, Paris, texte traduit de l'anglais par H. de COLLEGNO, 77 p.

LE CŒUR C. (1994) - Évolution géomorphologique et échelles d'analyse : l'exemple des Hébrides internes (Écosse). Thèse de doctorat d'État, Université de Paris 1, 757 p.

LYELL C. (1830-1833) - Principles of geology, being an attempt to explain the former changes of the earth's surface, by reference to causes now in operation. Édit. John Murray, Londres (Grande-Bretagne), trois tomes.

MAY V.J. et HEEPS C. (1985) - The nature and rates of change on chalk coastlines. Zeitschrift für Geomorphologie, N.F., supplément, vol. 57, p. 81-94.

MURTON G.H., BATEMAN M.D., BAKER C.A., KNOX R. et WHITEMAN C.A. (2003) - The Devensian periglacial record on Thanet, Kent, UK. Permafrost and Periglacial Processes, vol. 14, n° 3, p. 217-246.

PARKS D.A. et RENDELL H.M. (1992) - Thermoluminescence dating an geochemistry of loess deposits in South-east England. Journal of Quaternary Science, vol. 7, n° 2, p. 99­107.

PAYNE C. (2015) - Visions of the Beach in Victorian Britain. In : The beach in anglophone literatures and cultures, V. RICHTER and U. KLUWICK éditeurs, Édit. Routledge, Londres (Grande-Bretagne), p. 1-36.

PAYNE C. (2016-a) - Pegwell Bay in the 1860 Exhibition. In : Pegwell Bay, Kent – a Recollection of October 5th 1858 ?1858-60 by William DYCE, C. PAYNE édit., Édit. Tate Research Publication, en ligne.

PAYNE C. (2016-b) - Art, Science and Religion. In : Pegwell Bay, Kent – a Recollection of October 5th 1858 ?1858-60 by William DYCE, C. PAYNE édit., Édit. Tate Research Publication, en ligne.

PAYNE C. (2016-c) - The coastal resort and its significance. In : Pegwell Bay, Kent – a Recollection of October 5th 1858 ?1858-60 by William DYCE, C. PAYNE édit., Édit. Tate Research Publication, en ligne.

PITCHER W.S., SHEARMAN D.J. et PUGH D.C. (1954) - The loess of Pegwell Bay, Kent, and its associated frost soils. Geological Magazine, vol. 91, n° 4, p. 308-314.

POINTON M. (1978) - The representation of time in pictorial art: a study of William DYCE's Pegwell Bay: a Recollection of October 5th, 1858. Art History, vol. 1, n° 1, p. 99-103.

RENEVIER E. (1873-1874) - Tableau des terrains sédimentaires formés pendant les époques de la phase organique du globe terrestre. Bulletin de la Société Vaudoise des Sciences Naturelles, vol. 12, n° 71, appendices et vol. 13, n° 72, p. 218-252.

RUSKIN J. (1843) - Modern painters. Édit. Smith, Elder and company, Londres (Grande-Bretagne), cinq volumes.

RUSKIN J. (1851) - The Pre-Raphaelitism. Édit. John Wiley, New-York (USA), 57 p.

RUSKIN J. (1859) - The two paths : being lectures on art, and its application to decoration and manufacture. Édit. John Wiley, New-York (USA), 217 p. (197 p. + annexes).

SELLIER D. et PORTAL C. (2018) - Modalités de l'appropriation patrimoniale des reliefs. Physio-Géo, vol. XII, p. 105-124, en ligne.

SHEPHARD-THORN E.R. (1977) - Pegwell Bay. In : Guidebook for excursion A5, Southeast England and the Tames valley, E.R. SHEPHARD-THORN et J.J. WYMER, Xth Congress of the International Union for Quaternary Research, p. 54-58.

SHEPHARD-THORN E.R. (1988) - Geology of the Country near Ramsgate and Dover, Memoir for 1/50,000 geological sheets 274/290 (England and Wales). Édit. British Geological Survey, Londres (Grande-Bretagne), 57 p..

STAFFORD F. (2016) - Art and Poetry. In : Pegwell Bay, Kent – a Recollection of October 5th 1858? 1858-60 by William DYCE, C. PAYNE édit., Édit. Tate Research Publication, en ligne.

STALEY A. (2001) - The Pre-Raphaelite landscape. Édit. Yale University Press, Yale (USA), 272 p.

TRENHAILE A.S. (1987) - The geomorphology of rock coast. Édit. Carendon Press, Oxford (Grande-Bretagne), 384 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 - Pegwell Bay, Kent ‒ a Recollection of October 5th 1858 (1858-1960, Tate Britain, Londres). [cliché Tate Britain]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/11357/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Photo 2 - La pêche à pied sur la plage de Pegwell Bay. [cliché : Tate Britain]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/11357/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Figure 1 - La géologie et la géomorphologie du Kent autour de Pegwell Bay.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/11357/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Figure 2 - La stratigraphie et la discordance Eocène-Crétacé. [clichés : Dominique SELLIER]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/11357/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Photo 3 - La falaise de craie et l'estran à microreliefs monoclinaux perpendiculaires au trait de côte. [cliché : Dominique SELLIER]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/11357/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Photos 4 - Les grottes, naturelles et surcreusées. [clichés : a, Dominique SELLIER ; b, Tate Britain]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/11357/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Figure 3 - L'expression du pendage sur la falaise et sur l'estran. [réalisation : Dominique SELLIER]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/11357/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Photos 5 - Les galets de silex à cortex sur l'estran (a) et leur représentation picturale (b). [clichés : Dominique SELLIER et Tate Britain]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/11357/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Photo 6 - La représentation du head au sommet de la falaise. [cliché : Tate Britain]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/11357/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Photos 7 - La gélifraction de la craie (a), les cryo-injections (b), les cailloux de silex noirs dressés (c) et les dépôts de lœss perforés par les insectes fouisseurs (d). [clichés : Dominique SELLIER]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/11357/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Figure 4 - Les éléments de la composition du tableau. [cliché : Tate Britain]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/11357/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Photo 8 - Les stades successifs d'un mouvement évocateur du procédé de représentation simultanée de scènes narratives propre à l'art religieux médiéval. [cliché : Tate Britain]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/11357/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Figure 5 - Exemples de panneaux didactiques relatifs au relief littoral de la baie de Pegwell suivant une démarche géomorphologique à partir du tableau de William DYCE. [cliché : Tate Britain]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/11357/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Sellier, « La représentation du relief de Pegwell Bay (Kent) par William DYCE : géomorphosite et peinture de paysage », Physio-Géo, Volume 15 | -1, 161-182.

Référence électronique

Dominique Sellier, « La représentation du relief de Pegwell Bay (Kent) par William DYCE : géomorphosite et peinture de paysage », Physio-Géo [En ligne], Volume 15 | 2020, mis en ligne le 09 juin 2020, consulté le 04 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/11357 ; DOI : https://doi.org/10.4000/physio-geo.11357

Haut de page

Auteur

Dominique Sellier

Professeur émérite, Institut de Géographie et d'Aménagement de l'Université de Nantes (IGARUN), Laboratoire CNRS UMR 6554 LETG-Géolittomer, Campus du Tertre, BP 81227, 44312, NANTES cedex 3.
Courriel : dominique.sellier@univ-nantes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo EuroPub database
  • OpenEdition Journals