Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVolume 16ArticlesVariabilité climatique de 1951 à ...

Articles

Variabilité climatique de 1951 à 2017 dans le département de Linguère (Sénégal) : cas des arrondissements de Barkédji, Sagatta Djoloff et Yang-Yang

Strategies for adapting farmers to climate variability in the Department of Linguère (Senegal) from 1951 to 2017 : case of the districts of Barkédji, Sagatta Djoloff and Yang-Yang
Ibra Sarr, Aminata Ndiaye, Guilgane Faye et Mbagnick Faye
p. 29-47

Résumés

La compréhension et la caractérisation de la variabilité climatique à grande échelle s'avèrent fondamentales pour appréhender ses impacts, la vulnérabilité locale et partant proposer des solutions appropriées. C'est dans ce contexte que se situe cet article, qui vise à analyser les différentes stratégies d'adaptation développées par les cultivateurs des arrondissement de Barkédji, Sagatta Djoloff et Yang-Yang, situés dans le département de Linguère, face à la variabilité climatique. Ce département est soumis, depuis quelques décennies à une forte instabilité pluviométrique, d'après les données de la station de Linguère sur la période 1951-2017. L'analyse de la variabilité à partir du test de rupture de PETTIT fait ressortir trois périodes distinctes : une période très pluvieuse de 1951 à 1969, une autre, sèche, qui va de 1970 aux années 2000, et une période marquée par une nette amélioration de la pluviométrie à la fin des années 2000.
Cette situation de variabilité pluviométrique a sévèrement affecté l'agriculture, qui constitue l'une des principales activités des populations, ainsi que leurs moyens de subsistance. C'est ainsi que les paysans ont mis en place plusieurs stratégies d'adaptation. Parmi ces dernières, nous pouvons retenir celles relatives aux méthodes culturales (choix des espèces et variétés cultivées) et à la diversification des activités rurales. Ces différentes stratégies ont été appréhendées à partir d'enquêtes de terrain menées auprès de la population agricole.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1La variabilité climatique est, depuis les années 1970-1980, au cœur des préoccupations internationales. Dans la zone sahélienne, les pluies ont accusé une réduction de 20 à 30 % en moyenne lors des cent dernières années (S. BUTTERBURY, 2001). Au Sénégal, la pluviométrie a globalement baissé de 35 %, ce qui s'est accompagné d'une diminution de la durée de la période pluvieuse (M. DIAGNE, 2000).

2Les précipitations constituent l'élément climatique le plus important dans la région sahélienne en ce qui concerne non seulement la survie des animaux et des végétaux, mais également celle des hommes. L'importance des pluies pour la population a été soulignée dans de nombreuses études réalisées en Afrique de l'Ouest (J. SIRCOULON, 1976, 1989 ; J.E. PATUREL et al. 1997 ; É. SERVAT et al. 1997 ; G. MAHÉ et al. 2001 ; B.T.A. GOULA et al., 2006). Toutes ces études ont montré que la diminution des précipitations à partir de la fin des années 1960 a affecté le Sénégal à l'instar de toute l'Afrique de l'Ouest, ajoutant ses effets négatifs à ceux de l'irrégularité interannuelle de la pluviométrie (M. DIAGNE, 2000 ; H. DACOSTA et al., 2002 ; J.B. NDONG, 2002 ; A. BODIAN, 2014).

3Ce phénomène ne laisse pas le département de Linguère à l'écart (M.A. SARR, 2008 ; A. BODIAN, 2014 ; A. FALL, 2014 ; J.B. NDONG, 2015 ; M. FAYE et al., 2018 ; C. FAYE et A. MENDY, 2018 ; I. SARR, 2019). La situation a suscité une prise de conscience et la recherche de stratégies d'adaptation des populations locales et des pouvoirs publics. Le terme adaptation est pris ici dans le sens d'un ajustement aux évolutions du climat, l'adaptation étant une réaction destinée soit à modérer ou éviter des nuisances, soit à exploiter des opportunités. Elle peut être conçue et mise en place de manière individuelle en réponse aux impacts initiaux ou être anticipée (avant que les premiers impacts aient lieu) dans le cadre d'une planification (AGRHYMET, 2010).

4L'agriculture constitue l'un des fondements de l'économie du département de Linguère et demeure l'une des sources de revenus pour environ 70 % de la population locale (Agence Nationale de Statistique et de Démographie ‒ ANSD, 2010). Elle associe des cultures de rente (comme celle de l'arachide) à des cultures vivrières en grande partie destinées à l'autoconsommation (mil et niébé). C'est une agriculture traditionnelle de type extensif, qui présente un caractère saisonnier, c'est-à-dire dépendant exclusivement des pluies. Elle prend une forme essentiellement familiale, chaque ménage mettant en valeur des terres de régime foncier traditionnel sous l'autorité d'un chef de ménage. L'agriculture est pratiquée par les Wolofs, les Sérères et les Toucouleurs, mais également par les Peulhs quand ils se sédentarisent. Elle subit gravement les effets du dérèglement climatique, qui se traduisent par la chute des rendements et de la production, entraînant l'insécurité alimentaire. Dans un tel contexte, l'agriculteur a de plus en plus de difficultés à assurer des récoltes suffisantes, avec comme conséquences une insuffisance nutritionnelle et une précarité économique source de pauvreté des ménages. Celle-ci touchait plus de 60 % de la population dans le département de Linguère en 2010 (ANSD, 2010). Cette situation constitue l'une des motivations principales de cette étude, les populations et les pouvoirs publics se trouvant acculés par les conséquences des aléas pluviométriques.

II - Cadre géographique

5Le département de Linguère est situé dans le Nord du Sénégal, dans la partie orientale de la Région administrative de Louga. Compris entre les latitudes 15°24' et 14°00' Nord et les longitudes 15°07 et 14°04' Ouest (Fig. 1), il couvre une superficie de 15375 km2.

Figure 1 - Localisation du département de Linguère.

Figure 1 - Localisation du département de Linguère.

6La population du département, évaluée à 144 356 habitants au Recensement général de la Population de 1988, est passée à 190 859 habitants au Recensement général de la Population et de l'Habitat de 2002 et à 232 441 habitants à celui de 2013. Le taux d'accroissement annuel moyen est de 2,17 %.

7Le département est marqué par de faibles précipitations annuelles. Il se trouve, en effet, entre les isohyètes annuelles moyennes 300 et 400 mm. L'essentiel des pluies se concentre de juillet à septembre. Ces trois mois concentrent plus de 85 % des pluies annuelles moyennes (I. SARR, 2019). Août est le mois le plus pluvieux de l'hivernage. Les températures sont généralement élevées. Sur la période 1971-2013, la valeur moyenne est de 29,1°C. Avec 30,2°C en moyenne, 1988 occupe le premier rang des années les plus chaudes. Mai 1988 a été le mois le plus chaud, avec une température moyenne de 32,8°C (I. SARR, 2019).

III - Données et méthodes

1 ) Données disponibles

8Les données pluviométriques ont été recueillies auprès de l'Agence nationale de l'Aviation civile et de la Météorologie (ANACIM). L'étude porte sur la station de Linguère (15°23'N-15°07'O), qui dispose d'une longue série de données climatiques. La période prise en compte s'étend sur 67 ans (1951-2017). Les données ne comportent pas de lacunes.

2 ) Méthodes d'analyse de la variabilité pluviométrique

9La variabilité pluviométrique sur la période 1951-2017 a été appréhendée au travers des ruptures dans la série des valeurs annuelles et de l'évolution de la longueur de l'hivernage.

a. Détection des ruptures

10Cette méthode est utilisée en vue de détecter une rupture et la période à laquelle elle intervient dans la chronique étudiée. Une rupture peut être définie, de façon générale, par un "changement dans la loi de probabilité des variables aléatoires dont les réalisations successives déterminent les séries chronologiques étudiées" (H. LUBÈS et al., 1998).

11Le logiciel KhronoStat (lien) permet de repérer d'éventuelles ruptures dans les séries pluviométriques. Parmi les tests qu'il propose, citons celui de A.N. PETTITT (1979), qui est dérivé de celui de MANN-WHITNEY et qui est comme lui basé sur les rangs. L'approche de PETTITT est non paramétrique, mais du fait de sa simplicité, de son efficacité et de sa robustesse, elle est efficace pour détecter les "ruptures" dans les séries pluviométriques des régions arides ou semi-arides. C'est elle que nous avons adoptée dans cette étude pour déceler les évolutions de la pluviométrie. Le test de PETTITT ne peut repérer qu'une seule cassure à la fois dans une série chronologique.

b. Évolution de la longueur de l'hivernage

12La durée de la saison pluvieuse est déterminée sur la base des cumuls mensuels obtenus à la station de Linguère sur la période 1951-2017. Ces données indiquent également les mois les plus et les moins pluvieux.

13Pour déterminer le début et la fin de l'hivernage, nous nous sommes basés sur l'étude de M.V.K. SIVAKUMAR et al. (1993) réalisée en Afrique de l'Ouest. Il définit le début de la saison des pluies, après le 1er mai, lorsque le cumul pluviométrique sur trois jours consécutifs est supérieur ou égal à 20 mm, avec pour autre condition que l'on n'enregistre pas de séquence sèche longue de plus de 7 jours au cours des 30 jours suivants. Il arrête la saison des pluies, après le 1er septembre, dès que l'on a observé 30 jours consécutifs sans pluie (M.V.K. SIVAKUMAR et al., 1993).

c. Méthodes d'analyse des stratégies d'adaptation

14Pour avoir une idée des stratégies développées par les cultivateurs face à l'évolution climatique récente, des enquêtes de terrain auprès des populations locales ont été réalisées (I. SARR, 2019). Elles ont porté sur cinq communes : Barkédji (dans l'arrondissement du même nom), Kamb et Yang-Yang (arrondissement de Yang-Yang), Déaly et Sagatta Djoloff (arrondissement de Sagatta Djoloff) (Fig. 2). Vingt-quatre villages ont été visités entre août-septembre et octobre 2016. Au total, 270 personnes (187 chefs de ménage, 52 femmes et 31 jeunes cultivateurs), sélectionnées grâce à l'aide des maires et des chefs de village, ont répondu oralement à notre questionnaire. Vingt-cinq entretiens ont en outre été menés auprès des autorités du département.

Figure 2 - Communes ciblées par les enquêtes.

Figure 2 - Communes ciblées par les enquêtes.

15La priorité a été donnée aux chefs de ménage. Selon l'Agence nationale des Statistiques (ANSD, 2014), un ménage est un groupe de personnes, apparentées ou non, qui vivent ensemble sous le même toit et mettent en commun tout ou une partie de leurs ressources pour subvenir à leurs besoins essentiels, notamment le logement et la nourriture. Ces personnes prennent généralement leurs repas en commun et reconnaissent l'autorité d'une seule et même personne, le "chef de ménage". Celui-ci dispose d'un rôle décisionnel très important, notamment en milieu rural. À ce titre, c'est lui, par exemple, qui est responsable de la gestion du foncier (l'attribution de terres cultivables) et de certains biens comme le cheptel.

16Parmi les chefs de ménage, nous avons privilégié les personnes âgées de plus de 55 ans, car elles possèdent des souvenirs sur une longue période.

17Les enquêtes ont porté notamment sur la perception de la variabilité climatique par les populations locales et sur les stratégies d'adaptation des acteurs.

IV - Analyse de la variabilité pluviométrique

1 ) Détection des ruptures pluviométriques

18Dans un précédent article (I. SARR et al., 2018), nous avons souligné la forte irrégularité interannuelle des totaux pluviométriques sur la période 1951-2013. L'accent est mis maintenant sur la détermination des ruptures éventuelles dans la série à l'aide du test de A.N. PETTITT (1979).

19Ce test a pour objectif de déceler si la série étudiée associe des sous-périodes présentant des distributions différentes. À cet effet, il permet de choisir entre les hypothèses d'absence ou de présence d'une rupture pour chacun des découpages possibles de la série en deux parties et, le cas échéant, il permet de préciser la date de la rupture.

20Les résultats de la méthode de PETTITT appliquée à la station de Linguère (1951-2017), montrent une première rupture au passage entre les années 1969 et 1970. Elle correspond au début d'une situation de déficit pluviométrique unanimement reconnue en Afrique de l'Ouest et particulièrement au Sahel.

21Pour vérifier l'existence ou non d'une rupture ultérieure dans l'évolution de la pluviométrie, nous avons procédé à un second test, sur la période 1970-2017. Il indique une rupture au passage entre les années 2008 et 2009.

22La figure 3 visualise les précipitations annuelles sur la période 1951-2017 (moyenne de 432 mm/an) et les précipitations annuelles moyennes sur chacune des sous-périodes mises en évidence.

Figure 3 - Précipitations annuelles à la station de Linguère sur la période 1951-2017 et précipitations annuelles moyennes sur les sous-périodes distinguées à l'aide du test de PETTITT.

Figure 3 - Précipitations annuelles à la station de Linguère sur la période 1951-2017 et précipitations annuelles moyennes sur les sous-périodes distinguées à l'aide du test de PETTITT.

23La première sous-période après le début des mesures (1951-1969) est considérée comme la "référence climatique humide au vu de l'évolution ultérieure des précipitations" (R. MALOU, 2004). Il s'agit de la plus pluvieuse, avec des pluies moyennes de 524 mm/an (Tab. I). Au cours de cette période les précipitations de certaines années ont dépassé 600 mm (1951, 1952, 1953 et 1969). On notera que les prémisses de la sécheresse apparaissent dès 1962, mais ils sont gommés sur le plan statistique par les pluies très abondantes de 1969.

Tableau I - Caractérisation synthétique des précipitations mesurées à la station de Linguère sur la période 1951-2017 et sur les trois sous-périodes considérées.

Tableau I - Caractérisation synthétique des précipitations mesurées à la station de Linguère sur la période 1951-2017 et sur les trois sous-périodes considérées.

Pam : précipitations annuelles moyennes. CV : coefficient de variation (écart-type / Pam).

24La sous-période suivante, de 1970 à 2008 (39 ans), est marquée par une forte diminution des pluies. Les précipitations annuelles moyennes à Linguère sont alors de 373 mm seulement (diminution de 28,8 % par rapport à 1951-1969). Les années 1972, 1973, 1978 et 1983 ont reçu chacune moins de 270 mm de pluie.

25La troisième sous-période (2009-2017) montre une hausse des précipitations par rapport à la précédente : moyenne de 497 mm, soit une augmentation de 33,1 % par rapport à 1970-2008. Cela est en accord avec les travaux effectués dans le Sahel d'une manière générale et au Sénégal en particulier (L.A.A AGUIAR, 2009 ; A. BODIAN et al., 2011 ; G. PANTHOU, 2013 ; A. FALL, 2014 ; L. DESCROIX et al., 2015 ; C. FAYE et al., 2015 ; J.B. NDONG, 2015). Les années 2009 et 2010 ont reçu les pluies les plus abondantes sur l'ensemble de la période étudiée, 716 mm et 783 mm, tandis que 2015 n'a totalisé que 324 mm.

26Le coefficient de variation des pluies annuelles (rapport entre l'écart-type et la moyenne) s'établit à 0,22 jusqu'en 1969, à 0,24 de 1970 à 2008 et à 0,31 de 2009 à 2017. Ainsi la variabilité interannuelle a-t-elle été particulièrement forte sur la dernière sous-période.

27De plus, même si une nette reprise de la pluviométrie est constatée à la fin de la période d'étude, le nombre d'années d'observation y est encore faible et les pluies restent sensiblement inférieures à celles antérieures à la première rupture. Aussi nous apparaît-il, comme à d'autres auteurs (J.B. NDONG, 2015 ; S. SAMBOU et al., 2018 ; Z. NOUACEUR, 2019), pour le moment prématuré de parler d'un réel retour à des conditions humides. Cette position prudente était partagée par les agriculteurs que nous avons questionnés en 2016.

2 ) Durée moyenne de l'hivernage par sous-période

28Au cours de la première sous-période (1951-1969), si l'on prend comme limite une valeur de pluie mensuelle de 10 mm, l'hivernage dure cinq mois : la saison des pluies débute en juin pour se terminer en octobre (Fig. 4). Août est le mois le plus arrosé (moyenne de 164 mm), devant septembre (147 mm).

Figure 4 - Précipitations mensuelles moyennes à la station de Linguère pour chacune des sous-périodes.

Figure 4 - Précipitations mensuelles moyennes à la station de Linguère pour chacune des sous-périodes.

29Dans le cas de la deuxième sous-période (1970-2008), plus sèche, l'hivernage passe de 5 à 3 mois, de juillet à septembre. Le mois d'août est le plus pluvieux (moyenne de 140 mm).

30Avec la dernière sous-période, on retrouve un hivernage de juin et octobre. Ici aussi, le mois le plus arrosé est août (moyenne de 223 mm). Par rapport à la situation antérieure à 1970, les pluies de juin et octobre apparaissent relativement faibles, alors que celles de juillet à septembre sont sensiblement plus fortes. De ce fait, comme dans toute la zone sahélienne, la saison véritablement pluvieuse reste à la fois plus tardive et plus courte depuis le début des années 1970 (J.B. NDONG, 2002 ; M. BALME et al. 2005, 2006 ; O. DIENG et al. 2008 ; R. MARTEAU et al., 2009 ; A. NDIAYE, 2009 ; F. COLINE, 2010 ; G. PANTHOU et al. 2014 ; S. CISSÉ, 2016).

V - Les stratégies développées par les cultivateurs

31Pour faire face à des besoins grandissants dans un contexte climatique difficile, la première réponse des populations a été d'accroître les superficies cultivées, qui sont passées de 33119 ha en 1960 à 92070 ha en 1980 (Fig. 5). Elles ont ensuite décliné tout en restant à un niveau élevé : 55320 ha en 2017. Cette diminution peut être interprétée comme la résultante de l'appauvrissement des sols nouvellement défrichés les moins favorables aux cultures, mais aussi de la réussite des stratégies d'adaptation développées par les cultivateurs et, pour finir, de l'augmentation récente des pluies qui a entraîné l'amélioration des récoltes.

Figure 5 - Évolution des superficies cultivées dans le département de Linguère de 1960 à 2017 (DAPS, 2017).

Figure 5 - Évolution des superficies cultivées dans le département de Linguère de 1960 à 2017 (DAPS, 2017).

32Confrontés à la forte variabilité pluviométrique, les cultivateurs ont été contraints de s'adapter. D'après nos enquêtes, les principales stratégies mises en œuvre portent sur les méthodes culturales (94,1 % des paysans enquêtés) et sur la diversification des activités économiques (86,7 %), ce qui est du reste confirmé par les statistiques agricoles.

33À défaut d'une étude exhaustive, nous ne mentionnerons ici que les évolutions les plus marquantes.

1 ) Les cultures pluviales

34Parmi les stratégies culturales d'adaptation, il faut retenir : le choix des espèces cultivées, celui des variétés adoptées, dont certaines très récentes, et l'introduction de nouvelles cultures.

a. Le choix des espèces cultivées

35Les principales espèces cultivées sont : l'arachide (Arachis hypogaea), le niébé (Vigna unguiculata) et le mil (Pennisetum gambiens). Les deux premières sont majoritaires. Tous les paysans interrogés cultivent l'arachide et le niébé, le mil occupant la troisième place. D'autres espèces ont été adoptées par une partie des cultivateurs : la pastèque (Cucumis lanatus), le bissap (Hibiscus sabdariffa) et le béréf (Colocynthis citrullus).

36L'instabilité interannuelle et pluri-décennale des pluies a poussé les cultivateurs à réduire les superficies consacrées à l'arachide et au mil. Selon la Direction de l'Analyse, de la Prévision et de la Statistique (DAPS, 2017), la superficie en arachide est passée de 19500 ha en 1960 (58,1 % des surfaces alors emblavées) à 22361 ha en 2017 (40,4 % des surfaces emblavées), ce qui représente une diminution de 32,5 %. Quant à la culture du mil, elle s'est réduite de 52,5 % entre 1980 et 2017, passant de 44600 ha (48,4 % des surfaces emblavées) à 21187 ha en 2017 (38,3 % des surfaces emblavées).

37La réduction des surfaces réservées à l'arachide et au mil a été en partie compensée par l'extension des terres consacrées au niébé. La part de cette espèce dans les surfaces emblavées est passée de 3,5 % en 1960 à 9,1 % en 2000 et à 19,1 % en 2017 (DAPS, 2017), date à laquelle le niébé occupait 10629 ha.

38Ces évolutions résultent pour beaucoup du raccourcissement de la saison humide et du caractère très aléatoire des pluies. En effet, l'arachide et le mil ont des cycles végétatifs longs, qui les empêchent d'arriver facilement à maturité dans les conditions pluviométriques observées depuis le début des années 1970. Le niébé, en revanche, a l'avantage d'un cycle de maturité court, qui dépasse rarement 60 jours. De plus, il s'écoule plus aisément sur les marchés que l'arachide et le mil. Cette espèce est donc logiquement devenue l'une des légumineuses alimentaires les plus cultivées dans le milieu d'étude.

39Le développement du niébé s'explique aussi par la possibilité de le stocker pendant des mois après la récolte, ce qui permet à certains paysans de ne le vendre qu'à l'approche de la saison des pluies. Des paysans nous ont expliqué qu'en période de soudure, le prix du kilogramme de niébé peut dépasser 750 francs CFA, alors qu'il est vendu habituellement entre 300 et 500 francs CFA. Les revenus complémentaires ainsi obtenus permettent de satisfaire certains besoins des agriculteurs, mais aussi d'atténuer leur insécurité alimentaire, l'argent disponible étant utilisé pour acheter du riz, base de l'alimentation.

40Cette espèce offre des usages variés qui la rendent intéressante : "Le niébé entre dans plusieurs recettes culinaires. Sa graine séchée peut être conservée entière pendant une très longue période. Elle peut être moulue et être l'objet de nombreuses transformations agroalimentaires connues depuis fort longtemps par les paysans. La fane de niébé, du fait notamment de sa teneur en protéines, est un fourrage très apprécié en milieu rural" (M. DIOP, 2011). Sa teneur en protéines, avec des valeurs allant de 20,3 à 39,4 g/100 g de graines sèches (A. GONÇALVES et al. 2016), est équivalente à celle des produits d'origine animale. Après cuisson à l'eau (sans matière grasse), le produit contient 70 % d'eau, 8 % de protéines, 21 % de glucides et 0,5 % de lipides (A. GONÇALVES et al. 2016). Son apport en amidon et en acide folique est bénéfique chez les femmes enceintes pour prévenir les malformations du nouveau-né. De par sa richesse en protéines et accessoirement en vitamines et en éléments minéraux, le niébé joue un rôle important dans l'équilibre nutritionnel des populations rurales.

b. Le choix des variétés cultivées

41Le raccourcissement de la saison pluvieuse observé depuis plus de cinq décennies "remet en cause les variétés de semences jusque-là utilisées par les paysans du Sahel et dont le cycle est plus ou moins long" (T.D. SALL et al., 2011). La réponse apportée par les exploitants pour réduire les risques liés aux aléas pluviométriques a été le recours à des variétés à cycle court permettant de faire coïncider au mieux le cycle de la culture avec la saison des pluies. Les pratiques agricoles, dans leur ensemble, ont en outre bénéficié des travaux du Centre de Recherche Agronomique (CNRA) de Bambey (S.M. TOURÉ, 2012).

42D'après nos enquêtes, la variété d'arachide utilisée avant 1970 se nommait "Commune". C'est une variété "très difficile à décortiquer, et elle mettait quatre mois pour arriver à maturité" (M. DIOP, 2011). Avec les années de sécheresse, les paysans se sont tournés vers des variétés au cycle végétatif plus court : la "55-437", dénommée Fourier par les cultivateurs, la "7330" et la "Fleur 11", qui ont été développées par l'IRHO (Institut de Recherches pour les Huiles et Oléagineux) et/ou l'ISRA (Institut Sénégalais de Recherches Agricoles) en 1955, 1973 et 1991 respectivement (FAO, 2008 ; ISRA, 2012). La première forme ses graines 90 jours après le semis, les deux autres entre 90 et 95 jours. Toutes les trois ont un rendement potentiel de 2 tonnes/ha. Le succès de ces semences a fait complètement disparaître la "Commune" de la carte variétale. Actuellement, la "55-437" est de loin la plus cultivée (par 91 % des producteurs interrogés), très loin devant la "7330" (6 %) et la "Fleur 11" (3 %). Elle est actuellement, dans le département de Linguère, marqué par une sécheresse de plusieurs décennies et la persistance d'une saison des pluies raccourcie, la variété arachidière de référence.

43Pour le mil, deux variétés intéressantes ont été homologuées en 1987 par le CNRA de Bambey : la "IBV 8001" et la "IBV 8004", toutes deux créées en 1980 par l'ISRA et l'ICRISAT (International Crops Research Institute for the Semi-Arid Tropics). Elles ont été substituées à la Souna 3, obtenue en 1969 par l'IRAT (Institut de Recherches Agronomiques Tropicales et des Cultures Vivrières). En théorie, les IBV 8001 et 8004 atteignent la maturité en 90 jours et 75-95 jours respectivement, contre 85-95 jours pour la Souna 3 (ISRA, 2012). Mais la première, contrairement à la seconde, est bien adaptée aux sols dior, lesquels sont largement représentés dans le domaine d'étude. Ces sols sont caractérisés par une texture franchement sableuse. Leurs teneurs en carbone et en azote sont faibles, proches de 0,2 et 0,15 % respectivement. Leur pH varie de 5,4 à 6,1 (M. KHOUMA, 2000). Ils sont très perméables et leur capacité de rétention est faible, de l'ordre de 4,5 à 6 % en valeur pondérale dans les horizons de profondeur (M. KHOUMA, 2000).

44La variété la plus cultivée à Linguère est la "IBV 8001" (par 97 % des cultivateurs de mil interrogés). A priori, elle n'est pas plus résistante à la sécheresse, mais ses rendements sont élevés (2,4-3,4 t/ha ‒ du même ordre que la Souna 3) et elle résiste à de nombreuses maladies (ISRA, 2012). Les cultivateurs ont totalement abandonné la "IBV 8004" après le début des années de sécheresse et le raccourcissement de la saison des pluies. En effet, mal adaptée aux sols dior, elle n'arrivait plus à boucler son cycle végétatif.

45Pour le niébé, quatre variétés sont cultivées par les populations locales : le Bambey 21, le Diongama, le Mélakh et le Mouride, toutes crées par l'ISRA, en 1975, 1986 et 1989 respectivement pour les trois premières (ISRA, 2012 ‒ indication non donnée pour la dernière). La durée de leur cycle à 95 % de maturité est, selon l'ISRA, comprise dans une fourchette de 52 à 61 jours pour chacune d'entre elles, sauf dans le cas du Mouride, pour lequel elle atteint 64-69 jours. Toutefois, selon les dires d'un vieux paysan cité par M. DIOP (2011), le meilleur niébé est le Mélakh : "Quand on finit de le semer, on plante cinquante bâtonnets solides ; chaque jour, on en arrache un que l'on jette. Quand on a jeté le dernier bâtonnet, on revient au champ avec une calebasse pour commencer les premières récoltes". Un cycle de cinquante jours donc. Lorsque la pluviométrie de l'année est favorable, il est donc possible d'obtenir une deuxième récolte. Elle est la variété la plus utilisée par les cultivateurs.

c. De nouvelles variétés récemment homologuées

46Face aux fluctuations pluviométriques, l'État du Sénégal a investi dans la recherche de variétés adaptées aux conditions actuelles. C'est ainsi que nous pouvons lire dans l'article 58 de la Loi d'Orientation Agro-Sylvo-Pastorale (LOASP) promulguée en 2004 qu'"une réserve de semences pré-base est constituée par l'État pour chacune des productions stratégiques ou gravement menacées par les aléas climatiques. La multiplication de ces semences est assurée par les acteurs des filières en conformité avec la législation semencière, qui devra être actualisée à cet effet". C'est dans ce cadre que l'ISRA, en 2010, a homologué de nouvelles variétés permettant aux cultivateurs de remplacer celles dont le cycle est plus ou moins long par des variétés hâtives adaptées aux conditions climatiques (ISRA, 2012).

47Le niébé Yacine, créé en 1991 par l'ISRA, est "particulièrement résistant aux thrips (insectes ravageurs) et au chancre bactérien (M. DIOP, 2011). Pour l'arachide, ce sont quatre variétés qui ont été homologuées : "78-937", "55-33", "SRV1-19" et "73-9-11". D'après l'ISRA, elles ont un cycle végétatif très court, autour de 75-80 jours.

d. L'introduction de nouvelles cultures pluviales

48En dépit de l'introduction de nouvelles variétés, les cultures du mil et de l'arachide sont devenues mal adaptées aux conditions pluviométriques prévalant depuis 1970. La diversification des cultures s'est donc imposée comme une nécessité.

49Certains producteurs se sont lancés dans l'exploitation de nouvelles cultures, notamment celle de la pastèque (Cucumis lanatus). Introduite il y a quelques années, cette espèce constitue, d'après les paysans, une réponse intéressante à une pluviométrie déficiente et à la baisse de la fertilité des sols. Résistante à la chaleur, peu exigeante en eau, elle a un cycle de maturité compris entre 60 et 70 jours d'après les exploitants. Lors de nos enquêtes, un paysan du village de Kadd, dans la commune de Déaly, a justifié ainsi son choix de se consacrer exclusivement à cette culture : "la culture de la pastèque est plus rentable que les autres, cette année [2016] j'ai capitalisé plus de 1 000 000 F CFA, alors que je n'ai dépensé que 11000 F CFA". Les transactions se font sur les marchés locaux les plus attractifs (ceux de Dahra, Djoloff ou Touba). Tous les exploitants, à l'unanimité, ont souligné les retombées économiques positives de cette culture.

50La culture du bissap (Hibiscus sabdariffa) s'est également hissée en solution de remplacement face aux aléas climatiques. Comme la pastèque, cette espèce est résistante à la chaleur et ses exigences en eau sont faibles. Après la floraison, son développement peut même être assuré par la seule rosée. Les cultivateurs peuvent consommer ou vendre les feuilles dès 15 jours après le premier semis, tandis que les gousses arrivent à maturité en 55 à 60 jours.

51Cette espèce est cultivée soit en association avec les autres cultures soit au voisinage des maisons. Elle prend une place importante dans certaines exploitations, si bien que son poids s'affirme au sein du système de production agricole.

52Cette culture était jadis l'exclusivité des femmes, mais les avantages qu'elle procure maintenant, ont conduit certains hommes à s'y intéresser. Les femmes en font le commerce dans les centres-villes, en l'occurrence à Touba ou Dahra, ce qui leur permet de subvenir à leurs dépenses personnelles. La culture par les hommes prend une autre dimension : elle s'appuie sur des partenariats avec les grands commerçants des villes. Les hommes sont donc en train d'évincer les femmes dans un domaine qui leur était jusqu'ici réservé.

53La diversification des cultures concerne aussi le maïs. De nos entretiens avec les paysans, il ressort qu'une part importante de la population a réduit la surface réservée à l'arachide et au mil au profit du maïs, lequel occupe aujourd'hui de vastes superficies. Comme la pastèque et le bissap, le maïs résiste bien à la sécheresse et ses exigences en eau sont moins fortes que celles de l'arachide ou du mil. Son cycle de maturité est court, inférieur à 75 jours d'après les acteurs que nous avons interrogés. Constituant une base de nourriture, il contribue à lutter contre l'insécurité alimentaire, mais il améliore aussi les ressources financières des cultivateurs. Ainsi, en 2015, la production de maïs d'un exploitant que nous avons interrogé, lui a permis de couvrir trois mois de ses besoins alimentaires et de gagner 75000 F CFA par la vente de l'autre partie de la récolte.

54En résumé, la diversification des activités agricoles a permis de compenser la baisse de production des cultures traditionnelles du mil et de l'arachide. Une partie des surfaces anciennement réservées à la culture de ces deux espèces, sont vouées maintenant au niébé, à la pastèque ou au bissap, jugés par les exploitants comme très rentables et d'un écoulement facile sur les marchés urbains. La pastèque et le bissap présentent aussi l'avantage de pouvoir se satisfaire de sols peu fertiles.

2 ) Des activités complémentaires

55Face à la faiblesse d'une production agricole soumise à des conditions climatiques défavorables, les paysans sont contraints de développer de nouvelles stratégies. Dans ce contexte, la Loi d'Orientation Agro-Sylvo-Pastorale de 2004 stipule, dans l'exposé des motifs, que le développement "agro-sylvo-pastoral passe par une stratégie de diversification des productions agricoles, l'augmentation de la productivité et de la compétitivité des exploitations agricoles sur une base durable, avec comme stratégie d'accompagnement, le développement d'une économie non agricole en milieu rural".

56Selon les réponses des agriculteurs que nous avons interrogés, l'élevage est l'activité secondaire dominante (29 % des cas) suivie du commerce (19 %). Viennent ensuite le maraîchage et l'artisanat avec respectivement 12 et 9 %. Les autres activités (transport hippomobile, travail salarié...) occupent moins de 10 % des agriculteurs enquêtés.

57Le secteur de l'élevage a gravement subi les effets de la variabilité climatique, mais depuis quelques années cette activité a connu une certaine mutation. À la lumière de nos entretiens avec les cultivateurs, l'élevage (petits ruminants et bovins) apparaît comme la première activité secondaire : plus de 29 % de nos répondants ont affirmé le pratiquer. Cette situation tient au fait que le bétail "représente la forme d'épargne la plus sûre chez les paysans et parfois la seule. Il représente également une source pérenne de création de revenus" (B. BA, 2006).

58Les troupeaux sont de petite taille, moins de 20 têtes, et sont généralement composés d'une seule espèce. Les petits ruminants sont les plus nombreux et intéressent 59 % des acteurs de ce secteur. Dans la plupart des cas, les éleveurs pratiquent l'embouche ovine. Des moutons sont achetés pendant la saison sèche et nourris à l'étable pendant 4 à 5 mois. Ils sont revendus lorsque la demande est forte et les prix élevés. La revente est particulièrement lucrative à la veille des fêtes religieuses. C'est surtout dans les loumas (terme wolof qui signifie marché hebdomadaire), notamment celui de Dahra Djoloff, que s'effectuent les transactions. Cette activité permet aux acteurs de tirer des bénéfices substantiels et donc de disposer d'un moyen d'épargne et d'investissement efficace. À côté de l'embouche des ovins et des bovins, l'aviculture a connu un essor important depuis le début des années 2000, particulièrement dans les centres urbains (Linguère et Dahra). C'est une activité exercée en général par les femmes et les enfants. Elle porte essentiellement sur les poulets, les canards, les pintades et les pigeons.

59Nous assistons aussi au développement de l'activité commerciale, qui s'appuie surtout sur la diversité des productions locales, agricoles, pastorales, forestières ou artisanales, même si des produits extérieurs sont également vendus. Le secteur du commerce, dynamique aussi bien dans les centres urbains que ruraux, est rentable toute l'année. Il occupe des hommes, des femmes et des jeunes, et offre donc des possibilités intéressantes d'emploi. C'est surtout sur les marchés hebdomadaires que se développe l'activité commerciale. Ce sont des lieux permettant aux paysans d'écouler une partie de leur production, notamment agricole, ou d'acheter certaines marchandises. Ces lieux d'échanges offrent en outre des produits dérivés de l'agriculture pour l'alimentation du bétail : niébé fourrager, tourteaux d'arachide, paille...

60Enfin, une partie importante de la population s'adonne au maraîchage irrigué. Communément appelé culture de contre-saison, le maraîchage est pratiqué autour des points d'eau (forages, puits, mares aménagées). Les acteurs lui trouve comme avantages de leur procurer des revenus et de leur assurer une ressource alimentaire pendant les mois de soudure. Les principales cultures sont la patate douce (Ipomoea batatas), l'oignon (Alliaceae plant), la tomate (Solanum lycopersicum), la carotte (Daucus carota), la pomme de terre (Solanum tuberosum), le chou pommé (Brassica oleracea), le navet (Brassica rapa), l'aubergine amère (Solanum aethiopicum), etc. Une partie de la production est consommée, mais la plus grande part est destinée à la commercialisation. Les produits sont facilement écoulés, sur place ou dans les villes.

61En somme, la création d'activités secondaires a permis aux cultivateurs d'être moins tributaires de la production agricole pluviale et d'être ainsi moins affectés lorsque les rendements sont limités par les aléas pluviométriques.

VI - Discussion et conclusion

62L'analyse par le test de PETTITT de la série des précipitations annuelles sur la période 1951-2017 a fait ressortir la forte variabilité interannuelle et pluri-décennale des pluies dans le département de Linguère. Trois périodes ont été identifiées : une séquence humide de 1951 à 1969 (moyenne de 524 mm/an), une phase sèche de 1970 à 2008 (moyenne de 373 mm/an), puis une nouvelle phase humide (moyenne de 497 mm/an de 2009 à 2017).

63Les études antérieures sur l'évolution des précipitations en Afrique de l'Ouest situent la première rupture pluviométrique dans la décennie 1961-1970 (P. HUBERT et al., 1998 ; H. LUBÈS et al., 1998 ; É. SERVAT et al, 1999 ; M. HULME et al., 2001 ; L. LE BARBÉ et al., 2002 ; B. SULTAN et S. JANICOT, 2004 ; A. ALI et al., 2005 ; A. KINGUMBI et al., 2005 ; T. LODOUN et al., 2013 ; M. LY et al., 2013 ; I. SARR et al,. 2018 ; S. SAMBOU et al., 2018 ; I. SARR, 2019). La diminution des pluies a également été mise en évidence au Sénégal, mais les nombreuses études disponibles pour ce pays en fixent comme nous la date à 1970 (J.A NDIONE, 1998 ; P. SAGNA, 2005 ; A. NDIAYE, 2007 ; M.A. SARR, 2008 ; A. BODIAN et al. 2011 ; A. FALL, 2014 ; J.B. NDONG, 2015).

64La deuxième rupture, datée de 2009, a été mise en évidence par l'application du test de PETTITT à la sous-série débutant en 1970. Ce résultat rejoint ceux d'autres études récentes menées dans la zone sahélienne, qui relèvent une nette amélioration des conditions pluviométriques depuis la fin des années 1990 et le début des années 2000 (T. LEBEL et A. ALI, 2009 ; L. DESCROIX et al. 2013, 2015 ; A.P. OUOBA, 2013 ; G. PANTHOU, 2013 ; A. BODIAN, 2014 ; C. FAYE et A. MENDY, 2018 ; M. FAYE et al. 2018 ; S. SAMBOU et al. 2018). Toutefois, dans le département de Linguère, même si une nette reprise des pluies est constatée, les précipitations annuelles moyennes restent inférieures de 5,1 % par rapport à celles antérieures à la première rupture. Enfin, la saison des pluies est passée de cinq mois sur la période 1951-1969 à trois mois ensuite. Cette situation s'est maintenue au cours des années 2009-2017, même si c'est avec moins d'acuité.

65L'évolution des conditions climatiques a fortement affecté la population agricole. De nombreux auteurs, dont F. COLINE (2010), M.A. BAUDOIN (2012) et I. SARR (2019) se sont penchés sur les stratégies d'adaptation des cultivateurs. Selon M. SECK et al. (2005), dans les pays du Sahel en général et au Sénégal en particulier, l'adaptation du secteur agricole à la variabilité climatique doit passer par le développement, au détriment de l'agriculture pluviale, de cultures maraîchères irriguées (ou cultures de contre-saison) qui subissent moins les caprices du climat et permettent une exploitation des terres durant toute la saison sèche. Pour AGRHYMET (2010), les paysans se sont adaptés en diversifiant les cultures pluviales (augmentation de la part du niébé, introduction de la pastèque et du bissap, au détriment de l'arachide et du mil), en adoptant de nouvelles variétés à cycle court, mais aussi en se tournant vers d'autres activités. La pratique d'activités complémentaires à l'agriculture (l'élevage, le commerce, le maraîchage, l'artisanat, le transport hippomobile, le travail salarié...) est perçue comme une nécessité pour faire face à la baisse des rendements. Ces différentes stratégies permettent aux paysans de ne plus dépendre uniquement de productions agricoles devenues insuffisantes (M.A. BAUDOIN, 2012).

66Ces différentes approches ont eu des effets directs en termes d'amélioration des revenus et du cadre de vie des ménages. Elles ont fortement contribué à atténuer la vulnérabilité alimentaire et financière des paysans.

67Toutefois l'application de ces stratégies reste à parfaire, leur développement se heurtant à l'insuffisance des moyens techniques et financiers. Il faut donc souhaiter que les autorités administratives, qu'elles soient locales ou nationales, s'engagent, à cet effet, dans la mise en place de programmes associant tous les acteurs économiques et appuyés sur l'expérience des agriculteurs.

Remerciements : Nous sommes reconnaissants aux réviseurs de notre texte, ainsi qu'à Marianne COHEN et au Directeur de publication de Physio-Géo, de la part qu'ils ont prise dans la finalisation de l'article.

Haut de page

Bibliographie

AGRHYMET (2010) - Le Sahel face aux changements climatiques. Enjeux pour un développement durable. Bulletin Mensuel du Centre Régional AGRHYMET, numéro spécial, Niamey (Niger), 42 p.

AGUIAR L.A.A., (2009) - Impacts de la variabilité climatique récente sur les écosystèmes des Niayes du Sénégal entre 1950 et 2004. Thèse de 3ème cycle, Université du Québec à Montréal (Canada), 208 p.

ALI A, AMANI A, DIEDHIOU A et LEBEL T. (2005) - Rainfall estimation in the Sahel. Part 2: evaluation of raingauge networks in the CILSS countries and objective intercomparison of rainfall products. Journal of Applied Meteorology and Climatology, vol. 44, n° 11, p. 1707-1722.

ANSD (2010) - Situation économique et sociale de la région de Louga 2010. Agence Nationale de la Statistique et de la Démographique, Dakar (Sénégal), 138 p.

ANSD (2014) - Rapport de synthèse de la deuxième enquête sénégalaise auprès des ménages. Agence Nationale de la Statistique et de la Démographique, Dakar (Sénégal), 222 p.

BA B. (2006) - Étude géographique de l'Agriculture en Afrique noire : analyse des productions céréalières et des systèmes alimentaires au Sénégal. Thèse de doctorat, Université de Genève (Suisse), 383 p.

BALME M., GALLE S. et LEBEL T. (2005) - Démarrage de la saison des pluies au Sahel : variabilité aux échelles hydrologique et agronomique, analyse à partir des données EPSAT-Niger. Sécheresse, vol. 16, n° 1, p. 15-22.

BALME M., LEBEL T. et AMANI A., (2006) - Années sèches et années humides au Sahel : quo vadimus ? Journal des Sciences Hydrologiques, vol. 51, n° 2, p. 254-271.

BAUDOIN M.A., (2012) - Étude de l'adaptation aux changements climatiques des populations rurales africaines : le cas de communautés agricoles au sud du Bénin. Thèse de doctorat en Sciences de l'environnement, Université Libre de Bruxelles (Belgique), 326 p.

BODIAN A. (2014) - Caractérisation de la variabilité temporelle récente des précipitations annuelles au Sénégal (Afrique de l'Ouest). Physio-Géo, vol. 8, p. 297-312.

BODIAN A., DACOSTA H. et DEZETTER A. (2011) - Caractérisation spatio-temporelle du régime pluviométrique du haut bassin du fleuve Sénégal dans un contexte de variabilité climatique. Physio-Géo, vol. 5, p. 116-133.

BUTTERBURY S. (2001) - The African Sahel 25 years after the great drought: assessing progress and moving towards new agendas and approaches. Global Environnemental Change, vol. 11, n° 1, p. 1-8.

CISSÉ S. (2016) - Étude de la variabilité intra-saisonnière des précipitations au Sahel : impacts sur la végétation (cas du Ferlo au Sénégal). Thèse de l'Université Pierre et Marie Curie, 160 p.

COLINE F. (2010) - L'adaptation des agriculteurs vivriers du Sénégal au changement climatique, cas de la communauté rurale de Sessène, région de Thiès. Mémoire de Maîtrise, Université de Montréal (Canada), 113 p.

DACOSTA H., KONATÉ Y.K. et MALOU R. (2002) - La variabilité spatio-temporelle des précipitations au Sénégal depuis un siècle. In : Regional hydrology: bringing the gap between research and pratice, FRIEND conférence (Le Cap, Afrique du Sud), H.A.J. VAN LANEN et S. DEMUTH édit., IAHS Publication, n° 274, p. 499-506.

DAPS (2017) - Rapport de présentation des résultats définitifs de l'enquête agricole 2016-2017. Édit. Direction de l'Analyse, de la Prévision et de la Statistique, Dakar (Sénégal), 32 p.

DESCROIX L., DIONGUE N.A., DACOSTA H., PANTHOU G., QUANTIN G. et DIEDHIOU A. (2013) - Évolution des pluies de cumul élevé et recrudescence des crues depuis 1951 dans le bassin du Niger Moyen (Sahel). Climatologie, vol. 10, p. 37-49.

DESCROIX L., DIONGUE NIANG A., PANTHOU G., BODIAN A., SANÉ Y., DACOSTA H., MALAM ABDOU M., VANDERVAERE J.P. et QUANTIN G. (2015) - Évolution récente de la pluviométrie en Afrique de l'Ouest à travers deux régions : la Sénégambie et le bassin du Niger Moyen. Climatologie, vol. 12, p. 25-43.

DIAGNE M. (2000) - Vulnérabilité des productions agricoles aux changements climatiques au Sénégal. Édit. Direction de l'Environnement et des Établissements Classés ‒ Programme d'Assistance des Pays-Bas sur les Changements Climatiques, Ministère de la Jeunesse, de l'Environnement et de l'Hygiène Publique, Dakar (Sénégal), 36 p.

DIENG O., ROUCOU P. et LOUVET S. (2008) - Variabilité intra-saisonnière des précipitations au Sénégal (1951-1996). Sécheresse, vol. 19, n° 2, p. 87-93.

DIOP A.M. (2011) - Dynamiques paysannes, souveraineté alimentaire et marché mondial des produits agricoles : exemple du Sénégal. Thèse de l'Université de Toulouse, 248 p.

FALL A., (2014) - Le Ferlo sénégalais : approche géographique de la vulnérabilité des anthroposystèmes sahéliens. Thèse de l'Université Paris 13 - Sorbonne Paris Nord, 379 p.

FAO (2008) - Catalogue Ouest-africain des espèces et variétés végétales. Édit. FAO (Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture), Rome (Italie), 109 p

FAYE C. et MENDY A. (2018) - Variabilité climatique et impacts hydrologiques en Afrique de l'Ouest : cas du bassin versant de la Gambie (Sénégal). Environmental and Water Sciences, vol. 2, n° 1, p. 54-66.

FAYE C., SOW A.A. et NDONG J.B. (2015) - Étude des sècheresses pluviométriques et hydrologiques en Afrique tropicale : caractérisation et cartographie de la sècheresse par indices dans le haut bassin du fleuve Sénégal. Physio-Géo, vol. 9, p. 17-35.

FAYE M., FALL A., FAYE G. et HECKE E.V. (2018) - La variabilité pluviométrique et ses incidences sur les rendements agricoles dans la région des Terres Neuves du Sénégal oriental. Belgeo, vol. 2018-1, 17 p., en ligne.

GONÇALVES A., GOUFO P., BARAS A., DOMINGUEZ PERLES R., TRIDADE H., ROSA E.A.S., FERREIRA S et MACHADO RODRIGUES M.A. (2016) - Cowpea (Vigna unguiculata L. Walp) a renewed multipurpose crop for a more sustainable agri-food system. Nutritional advantages and constraints. Journal of the Science of Food and Agriculture, vol. 96, n° 9, p. 2941-2951.

GOULA B.T.A., SAVANÉ I., KONAN B., FADIKA V. et KOUADIO G.B. (2006) - Impact de la variabilité climatique sur les ressources hydriques des bassins de N'Zo et N'Zi en Côte d'Ivoire (Afrique tropicale humide). VertigO, vol. 7, n° 1, p. 1-12.

HUBERT P., SERVAT É., PATUREL J.E., KOUAME B., BENDJOUDI H., CARBONNEL J.P. et LUBES-NIEL H. (1998) - La procédure de segmentation, 10 ans après. In : Water ressources variability in Africa during the XXth century, Abidjan'98 Conference (Abidjan, Côte d'Ivoire), É. SERVAT, D. HUGUES, J.M. FRITSCH et M. HULME édit., IAHS Publication, n° 25, p. 267-173.

HULME M., DOHERTY R., NGARA T., NEW M. et LISTER D. (2001) - African climate change: 1900-2100. Climate Research, vol. 17, n° 2, p. 145-168.

ISRA (2012) - Catalogue officiel des espèces et des variétés cultivées au Sénégal. Édit. Institut Sénégalais de Recherches Agricoles, Dakar (Sénégal), III + 191 p.

KHOUMA M. (2000) - Les grands types de sols du Sénégal. In : Quatorzième réunion du Sous-Comité ouest et centre africain de corrélation des sols pour la mise en valeur des terres, actes de colloque (Abomey, Bénin), Édit. FAO (Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture), vol. 98 ("Rapport sur les ressources en sols du monde"), Rome (Italie), p. 77-94.

KINGUMBI A., BARGAOUI Z et HUBERT P (2005) - Investigation of the rainfall variability in central Tunisia. Journal des Sciences Hydrologiques, vol. 50, n° 3, p. 493-508.

LE BARBÉ L., LEBEL T., TAPSOBA D. (2002) - Rainfall variability in West Africa during the years 1950-90. Journal of Climate, vol. 15, n° 2, p. 187-202.

LEBEL T. et ALI A. (2009) - Recent trends in the central and western Sahel rainfall regime (1990-2007). Journal of Hydrology, vol. 375, n° 1-2, p. 52-64.

LODOUN T., GIANNINI A., TRAORÉ P.S., SOMÉ L., SANON M., VAKSMANN M. et MILLOGO-RASOLODIMBY J. (2013) - Changes in seasonal descriptors of precipitation in Burkina Faso associated with late 20th century drought and recovery in West Africa. Environmental Development, vol. 5, p. 96-108.

LUBÈS H., MASSON J.M., PATUREL J.E. et SERVAT É. (1998) - Variabilité climatique et statistiques. Étude par simulation de la puissance et de la robustesse de quelques tests utilisés pour vérifier l'homogénéité de chroniques. Revue des Sciences de l'Eau, vol. 11, n° 3, p. 383-408.

LY M., TRAORÉ S.B., ALHASSANE A. et SARR B. (2013) - Evolution of some observed climate extremes in the West African Sahel. Weather and Climate Extremes, vol. 1, p. 19­25.

MAHÉ G., L'HOTE Y., OLIVRY J.C. et WOTLING G. (2001) - Trends and discontinuities in regional rainfall of West and Central Africa: 1951-1989. Hydrological Sciences Journal, vol. 46, n° 2, p. 211-226.

MALOU R. (2004) - Impact du climat sur les ressources en eau en zone soudano-sahélienne (Sénégal). Thèse de doctorat d'État, Université Cheikh Anta Diop, Dakar (Sénégal), 152 p.

MARTEAU R., MORON V. et PHILIPPON N. (2009) - Spatial coherence of monsoon onset over Western and Central Sahel (1950-2000). Journal of Climate, vol. 22, n° 5, p. 1313-1324.

NDIAYE A. (2007) -Variabilité climatique et indices de développement humain dans le Sahel rural sénégalais. Revue du CAMES, nouvelle série B, vol. 9, n° 2, p. 133-142.

NDIAYE A. (2009) - La variabilité pluviométrique et ses conséquences environnementalistes dans la région de Diourbel. Annales de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l'Université Cheikh Anta Diop, série B, p. 649-661.

NDIONE J.A. (1998) - Contraintes et évolution climatique récente du Sénégal oriental : impacts sur le milieu physique. Thèse de 3ème cycle, Université Cheikh Anta Diop, Dakar (Sénégal), 416 p.

NDONG J.B. (2002) - Étude des épisodes secs en saison des pluies au Sénégal de 1951 à 2002. Annales de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l'Université Cheikh Anta Diop, vol. 41/B, p. 1-15.

NDONG J.B (2015) - Évolution climatique récente sur le littoral sénégalais. Revue de Géographie de l'Université de Ouagadougou, vol. 2, n° 4, p. 151-168.

NOUACEUR Z. (2019) - La reprise des pluies et la recrudescence des inondations en Afrique de l'Ouest sahélienne. Physio-Géo, vol. 15, p. 85-109.

OUOBA A.P. (2013) - Changements climatiques, dynamique de la végétation et perception paysanne dans le Sahel burkinabè. Thèse de doctorat, Université de Ouagadougou (Burkina Faso), 305 p.

PANTHOU G. (2013) - Analyse des extrêmes pluviométriques en Afrique de l'Ouest et de leur évolution au cours des 60 dernières années. Thèse de l'Université Grenoble 1, 282 p.

PATUREL J.E., SERVAT É., KOUAMÉ B., LUBÈS H., FRITSCH J.M. et MASSON J.M. (1997) - Manifestation d'une variabilité hydrologique en Afrique de l'Ouest et centrale. In : Sustainability of water resources under increasing uncertainly, actes de colloque (Rabat) D.W. VAN DER ZEL édit., IAHS Publication, n° 240, p. 21-30.

PETTITT A.N. (1979) - A non-parametric approach to the change-point problem. Applied Statistics, vol. 28, n° 2, p. 126-135.

SAGNA P. (2005) - Dynamique du climat et son évolution récente dans la partie Ouest de l'Afrique occidentale. Thèse de doctorat d'État, Université Cheikh Anta Diop, Dakar (Sénégal), 2 tomes, 786 p

SALL TD, FALL M., BA MBOW A.F. et GUEYE B. (2011) - Résilience et innovation locale face aux changements climatiques. Capitalisation des résultats du programme "Fonds de Soutien aux Stratégies Locales d'Adaptation (FSSA)". Édit. IED Afrique (Innovation, Environnement et Développement en Afrique), Dakar (Sénégal), 43 p.

SAMBOU S., DACOSTA H., et PATUREL J.E. (2018) - Variabilité spatio-temporelle des pluies de 1932 à 2014 dans le bassin versant du fleuve Kayanga/Gêba (République de Guinée, Sénégal, Guinée Bissau). Physio-Géo, vol. 12, p. 61-78.

SARR I. (2019) - Variabilité climatique récente dans la zone sylvopastorale de 1951 aux années 2010 : impacts et stratégies d'adaptation dans le département de Linguère. Thèse de doctorat, Université Cheikh Anta Diop, Dakar (Sénégal), 408 p.

SARR I., NDIAYE M.L., TRAOE V.B. et FAYE G. (2018) - Rainfall variability and its impacts on economic activities: case study of sylvo-pastoral zone of Linguère's department, Senegal. International Journal of Science and Research Methodology, vol. 9, n° 3. p 1-19.

SARR M.A. (2008) - Évolution récente du climat et de la végétation du Sénégal (cas du bassin versant du Ferlo). Thèse de l'Université Jean Moulin - Lyon 3, 388 p.

SECK M., NA ABOU M.M., WADE S. et THOMAS J.P. (2005) - Adaptation aux changements climatiques. L'étude de cas des systèmes de production agricoles de Sébikotane. Édit. Enda Tiers-Monde, Linking Climate Adaptation Project, 33 p., en ligne.

SERVAT É., PATUREL J.E., LUBÈS N.H., KOUAMÉ B. et MASSON J.M. (1997) - Variabilité des régimes pluviométriques en Afrique de l'Ouest et centrale non sahélienne. Comptes Rendus de l'Académie des Sciences, Paris, Série II, vol. 324, n° 10, p. 835-838.

SERVAT É., PATUREL J.E., LUBÈS N.H., MASSON J.M., TRAVAGLIO M. et MARIEU B. (1999) - De différents aspects de la variabilité de la pluviométrie en Afrique de l'Ouest et centrale. Revue des Sciences de l'Eau, vol. 12, n° 2, p. 363-387.

SIRCOULON J. (1976) - Les données hydro-pluviométriques de la sécheresse récente en Afrique intertropicale. Comparaison avec les sécheresses "1913" et "1940". Cahiers ORSTOM, série Hydrologie, vol. XIII, n° 2, p. 75-174.

SIRCOULON J. (1989) - Bilan hydropluviométrique de la sécheresse de 1968-1984 au Sahel et comparaison avec les sécheresses des années 1910 à 1916 et 1940 à 1949. In : Les hommes face aux sécheresses : Nordeste brésilien, Sahel africain, B. BRET édit., Édit. EST-IHEAL, Paris, p. 107-114.

SIVAKUMAR M.V.K., MAIDOUKIA A. et STERN R. D. (1993) - Agro-climatologie de l'Afrique de l'Ouest : le Niger. Bulletin d'Information n° 5, International Crops Research Institute for the Semi-Arid Tropics (ICRISAT), Patancheru (Inde) / Direction de la Météorologie Nationale du Niger, Niamey (Niger), 116 p.

SULTAN B. et JANICOT S. (2004) - La variabilité climatique en Afrique de l'Ouest aux échelles saisonnière et intra-saisonnière. I : mise en place de la mousson et variabilité intra-saisonnière de la convection. Sécheresse, vol. 15, n° 4, p. 1-14.

SULTAN B., BARON C., DINGKUHN M., SARR B. et JANICOT S. (2005) - Agricultural impacts of large-scale variability of the West African Monsoon. Agricultural and Forest Meteorology, vol. 128, n° 1-2, p. 95-110.

SULTAN B., ROUDIER P. et TRAORÉ S. (2015) - Les impacts des changements climatiques sur les rendements agricoles en Afrique de l'Ouest. In : Les sociétés rurales face aux changements climatiques et environnementaux en Afrique de l'Ouest, B. SULTAN, R. LALOU, M.A. SANNI, A. OUMAROU et M.A. SOUMARÉ édit., Édit. IRD Éditions, Marseille, p. 209-224.

TOURÉ S.M. (2012) - L'impact socio-économique de la recherche agronomique en milieu rural : cas du CNRA de Bambey dans son arrière-pays immédiat. Mémoire de Master II, Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Sénégal), 71 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Localisation du département de Linguère.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12003/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 2 - Communes ciblées par les enquêtes.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12003/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 3 - Précipitations annuelles à la station de Linguère sur la période 1951-2017 et précipitations annuelles moyennes sur les sous-périodes distinguées à l'aide du test de PETTITT.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12003/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau I - Caractérisation synthétique des précipitations mesurées à la station de Linguère sur la période 1951-2017 et sur les trois sous-périodes considérées.
Légende Pam : précipitations annuelles moyennes. CV : coefficient de variation (écart-type / Pam).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12003/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 4 - Précipitations mensuelles moyennes à la station de Linguère pour chacune des sous-périodes.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12003/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 5 - Évolution des superficies cultivées dans le département de Linguère de 1960 à 2017 (DAPS, 2017).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12003/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ibra Sarr, Aminata Ndiaye, Guilgane Faye et Mbagnick Faye, « Variabilité climatique de 1951 à 2017 dans le département de Linguère (Sénégal) : cas des arrondissements de Barkédji, Sagatta Djoloff et Yang-Yang », Physio-Géo, Volume 16 | -1, 29-47.

Référence électronique

Ibra Sarr, Aminata Ndiaye, Guilgane Faye et Mbagnick Faye, « Variabilité climatique de 1951 à 2017 dans le département de Linguère (Sénégal) : cas des arrondissements de Barkédji, Sagatta Djoloff et Yang-Yang », Physio-Géo [En ligne], Volume 16 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2021, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/12003 ; DOI : https://doi.org/10.4000/physio-geo.12003

Haut de page

Auteurs

Ibra Sarr

Laboratoire de Climatologie et d'Études Environnementales (LCE), UCAD, DAKAR, SÉNÉGAL.
Courriel : sarribra18@hotmail.fr

Aminata Ndiaye

Laboratoire de Climatologie et d'Études Environnementales (LCE), UCAD, DAKAR, SÉNÉGAL.
Courriel : aminata.ndiaye@ucad.edu.sn

Guilgane Faye

Laboratoire de Géomorphologie, UCAD, DAKAR, SÉNÉGAL.
Courriel : guilganefaye@yahoo.fr

Mbagnick Faye

Laboratoire de Climatologie et d'Études Environnementales (LCE), UCAD, DAKAR, SÉNÉGAL.
Courriel : fayedoudou85@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo EuroPub database
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search