Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVolume 16HommagesHommage à Jean NICOD (1923-2021)

Hommages

Hommage à Jean NICOD (1923-2021)

Claude Martin
p. 1-6

Texte intégral

1Il n'était pas prévu que je rédige cet hommage, n'étant ni karstologue ni le plus proche élève de Jean NICOD. Mais celui qui s'était proposé de le faire s'est finalement récusé au nom d'une compréhensible unité de la karstologie, qui s'exprimera dans une revue spécialisée. Je me satisfais toutefois de cette péripétie, car au delà de ma reconnaissance envers l'enseignant et de mon admiration pour le chercheur, j'éprouvais pour Jean NICOD une profonde affection.

2J'ai été formé à la géomorphologie, à Nice, par Jean NICOD et Maurice JULIAN, deux grands pédagogues, deux extraordinaires chercheurs et deux magnifiques personnes. Je ne me reconnais aucun autre Maître qu'eux.

3Mon premier souvenir fort dans mes relations avec Jean NICOD remonte à l'oral de fin de Première année, en 1967. Le sujet était des plus banals : les méandres. Certes, je n'étais à l'époque pas très assidu aux cours, mais je connaissais mon "DERRUAU" sur le bout des doigts. Insuffisant ! Ce fut une véritable misère : pas moyen d'aligner trois mots sans être interrompu. La sentence est tombée : "vous êtes très désordonné". De mon côté, je pensais que mon examinateur m'avait volontairement poussé à être pagailleux. Cinquante quatre ans plus tard, je crois que nous avions ce jour là raison tous les deux. En tout cas, sans une note brillante à la dissertation d'histoire, ma carrière de géographe, et de géomorphologue, se serait peut-être arrêtée là.

4Poussé par celle qui allait devenir ma femme, j'ai ensuite fréquenté plus régulièrement les salles de cours. Bien m'en a pris, au moins pour la géomorphologie. Jean NICOD y était passionnant et pour un grand timide comme moi, sa façon de fixer continuellement le plafond avait quelque chose de familier et de rassurant.

5Au moment de la distribution des sujets de maîtrise, j'ai reçu comme objectif l'étude de géographie physique de la région de Collobrières, dans la partie occidentale du massif des Maures. Jean NICOD s'était pris d'intérêt pour ce massif et un mémoire avait déjà été soutenu sur la partie orientale. Très vite désespéré par ce que je voyais, ou plutôt ne voyais pas, je l'ai maudit et même envisagé de tout plaquer. Pourtant le massif des Maures restera mon terrain de prédilection jusque dans les années 2000.

6Il m'a fallu deux ans pour boucler ma maîtrise. J'évitais soigneusement de croiser mon directeur, mais lui-même ne se préoccupait guère de l'avancement de mon travail, à moins qu'il n'ait pris des renseignements auprès de Maurice JULIAN. Toujours est-il que le mémoire l'a intéressé, si bien qu'il m'a encouragé à poursuivre en 3ème cycle. Sitôt mon accord obtenu, il m'a expédié un camion rempli des cuves, des gouttières, des bordures en tôles galvanisées et du pluviographe qui avaient servi à Georges CLAUZON et Jean VAUDOUR pour leurs recherches sur l'érosion des sols près d'Aix-en-Provence. Après une visite sur le terrain, au cours de laquelle il m'a demandé d'agrandir la parcelle défrichée (WISCHMEIER !), il m'a laissé tout aussi tranquille que pendant la Maîtrise. Je ne sais pas s'il s'est comporté ainsi avec ses étudiants sur le karst, mais je n'ai pas eu d'autre conseil et jamais une question sur l'avancement de mon travail. Il était pourtant bien loin d'être indifférent. À chacun de ses déplacements à Nice, il passait par mon domicile (à mi-chemin entre Aix et Nice) pour récupérer des échantillons d'eau (en vue des dosages du sodium et du potassium à Aix) et me ramener les bidons vides. Pas une fois il ne m'a demandé d'où provenaient les eaux, alors que je ne me contentais pas de celles des parcelles d'érosion. Il me fournissait en outre en produits chimiques, notamment pour les dosages colorimétriques avec le photocolorimètre HACH du laboratoire niçois, que lui-même et Maurice JULIAN avaient accepté que j'utilise chez moi. C'est une période qui m'a profondément marqué, celle d'une totale liberté intellectuelle. Il m'en est resté beaucoup, pour le meilleur le plus souvent.

7En 1973, s'est posée la question d'un sujet pour le doctorat d'État et d'une candidature au CNRS. Il a jugé ne pas pouvoir être mon directeur de thèse, un karstologue ne faisant pas l'affaire sur des roches métamorphiques. De plus, un autre candidat aixois s'annonçait, Paul AMBERT, et deux postes ne pourraient pas être attribués au même laboratoire. Il m'a donc envoyé vers Max DERRUAU, qui lui-même m'a aiguillé vers Alain GODARD. J'ai continué à travailler sur le massif des Maures et à fréquenter le laboratoire aixois pour les analyses au photomètre de flamme.

8En 1985, une fois ma thèse rédigée, mon souhait a été de rejoindre le laboratoire aixois. Je sais que la venue du vilain petit canard non-karstologue n'était pas souhaitée de tous. Je sais aussi que c'est Jean NICOD qui a emporté la décision. Mais la perspective de ce changement d'affectation n'a pas été bien vécu partout. Jean NICOD était heureusement à mon jury de thèse, pour une soutenance qui avait tout d'un guet-apens. Il a usé de toute son autorité pour me tirer d'une situation qui devenait préoccupante plus d'un mois après la soutenance. Je sais tout ce que je lui dois.

9Lors des sorties en terrains karstiques, le haut-bassin de l'Argens et la source d'Argens notamment, que j'allais fréquenter pendant quelques années, j'ai côtoyé un Jean NICOD infatigable, passionné et enthousiaste, qui repoussait le plus longtemps possible l'heure du déjeuner, mais qui se faisait pardonner en partageant une bonne bouteille de vin.

10Retraité, il s'est montré discret, donnant des conseils pour Méditerranée lorsqu'ils lui étaient demandés, regardant sans doute avec consternation l'éclatement puis la disparition de l'unité de recherche qu'il avait créée et dirigée. Sans doute ne m'en a-t-il pas voulu d'avoir été le directeur contraint d'accepter la mise à mort de l'URA 903. Il savait que tout ce qu'il était possible de faire avait été fait.

11Tant qu'il en a eu les capacités, il a continué à s'intéresser à ses sujets d'étude. Avec son ami Jean-Joseph BLANC, il a été l'une des chevilles ouvrières de l'ASER du Centre Var. Dans les années 2010 encore, il a publié des textes importants, dans les Études de Géographie Physique (2011, 2012), Physio-Géo (2010, 2011, 2016, 2017, 2018), Dynamiques Environnementales (2016) et Méditerranée (2012), sans compter la rédaction avec Nathalie VANARA d'un chapitre ("Karsts de France") dans l'ouvrage Géographie de la France paru chez Dunod en 2013. Son ouvrage Sites et eaux karstiques publié en 2012 dans un numéro hors-série de Méditerranée, lui a valu un prix de la Société de Géographie de Paris. Sa dernière publication dans Physio-Géo date de 2018 : "Sites du Bas-Verdon : recueil de documents" (lien 1). Très affecté par la disparition de son épouse, Madeleine, en 2018, puis perdant progressivement la vue et diminué par des chutes, il a vécu sa toute fin de vie dans ses souvenirs, ceux de son épouse, de ses amis disparus, de ses élèves et de ses terrains de recherche, en particulier de cette Provence calcaire qui représentait tant à ses yeux.

12Pour compléter cet hommage, quoi de mieux que de faire appel à Jean NICOD lui-même. En effet, dans un fichier qu'il m'avait transmis, au contenu disparate, parfois extrêmement personnel, se trouve une biographie, avec un texte en anglais et une bibliographie, très longue bien que ne prenant en compte, pour l'essentiel, que des publications à partir de 1992 et s'arrêtant en 2013. Ne seront rapportées ici que les renseignements sur sa carrière et la biographie traduite en français.

__________

Jean NICOD

Né le 25 mars 1923 à Vesoul (Département de la Haute-Saône).
Épouse Madeleine BERGE à Nancy le 2 août 1946.
Naissance de leur fils Pierre-Yves à Nancy le 11 juin 1947.

Carrière universitaire :

- Agrégé de Géographie (1947).
- Professeur de Lycée à Nancy, puis à Marseille (1947-1953 et 1955-57).
Chercheur Stagiaire au CNRS (1953-55).
- Directeur du Centre régional de Documentation pédagogique de Marseille (1957-60).
- Assistant puis Maître-Assistant à l'Institut de Géographie d'Aix-en-Provence (1959-1965).
- Maître-Assistant à la Faculté des Lettres de Nice (Section de Géographie) (1965-68).
- Docteur d'État de l'Université d'Aix-Marseille (1967).
- Maître de Conférences puis Professeur à l'Institut de Géographie d'Aix-en-Provence, Université d'Aix-Marseille II (1968-1989).
- Professeur émérite à l'Institut de Géographie d'Aix-en-Provence (1989-93).

Autres titres et responsabilités :

- Membre du Jury de l'Agrégation de Géographie (1969-1976).
- Membre de la Section 32 du Comité national du CNRS (1973-1983).
- Fondateur et Directeur de l'ERA 282 du CNRS, à Aix-en-Provence : "Évolution karstique dans les milieux méditerranéens et alpins" devenue l'URA 903  du CNRS (1971-1983).
- Président de la Commission des Phénomènes Karstiques du Comité National de Géographie et de l'Association Française de Karstologie (AFK) (1977-86).
- Coresponsable du Groupe Procope "Érosion et altération des Dolomies" (Aix-en-Provence - Tübingen), avec le Pr. K.H. PFEFFER (1987-90).
- Docteur honoris causa de l'Université de Silésie (Katovice-Sosnowiec,1994).
- Membre correspondant de l'Académie des Sciences et Arts de Slovénie (SAZU Ljubljana) depuis 2002.
- Lauréat de la Société de Géographie (Paris 2012).
- Président d'honneur de l'Association française de Karstologie (AFK).

Thèses et ouvrages (papier) :

Recherches morphologiques en Basse-Provence calcaire, Thèse Aix-en-Provence, 1967, Imprimerie Louis-Jean, Gap, 1967, 557 p. +7 cartes h.t.
Formation et évolution du réseau routier provençal, Thèse complémentaire inédite, dont un extrait a été publié dans "Structure et évolution du réseau routier des Alpes-du-Sud à l'est de la Durance", Annales de la Faculté des Lettres de Nice, n° 6, 1968, p. 5-29.
Pays et paysages du calcaire, Presses Universitaires de France, collection "Le Géographe", Paris, 1972, 244 p.
Les karsts dinariques, paysages et problèmes, Coédition Inštitut za raziskovanje Krasa Carsologica, ZRC-SAZU, Ljubljana 2003, et AFK Karstologia Mémoires, n° 10, 183 p. + carte h.t.
Sources et sites des eaux karstiques, n° hors-série de Méditerranée, Aix-en-Provence, 2012, 273 p. dont 8 planches et 5 cartes hors-texte.
Quelques souvenirs de sites géomorphologiques significatifs et souvent curieux, publié dans Dynamiques Environnementales, n° 34, 2014, 171 p.

Thèmes étudiés :

- Géomorphologie, Karst, Karsts des Gypses, Hydrologie.
- Paysages agraires, Problèmes d'environnement antiques et modernes, Routes et vieux chemins, Travertins...
- Pays étudiés : France (Sud-Est, Provence), Pays dinariques, Pays méditerranéens (en général), Maghreb, Proche-Orient.

Biographie :

13Jean NICOD, géomorphologue, Docteur es-Lettres, Professeur de géographie physique (retraité), Université Aix-Marseille II, Institut de géographie, Aix-en-Provence, France.

14Il a été successivement élève au lycée de Vesoul (jusqu'en 1940) et étudiant à la Faculté des Lettres de l'Université de Nancy (1941-1944), Maître de Géographie (1944), Agrégé de l'Université (Géographie, Paris 1947), professeur dans les lycées de Nancy et de Marseille, chercheur au CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique, 1953-55), chef du Centre Régional de Documentation Pédagogique de Marseille, Assistant puis Maître-Assistant aux Facultés d'Aix-en-Provence et de Nice.

15En 1967, il achève sa thèse d'État Recherches morphologiques en Basse-Provence calcaire (commencée en 1947 avec le Professeur Jules BLACHE) et est titulaire de la Faculté des Lettres d'Aix-en-Provence. Il a été Professeur de géographie physique au département de géographie d'Aix-en-Provence, retraité en 1992, et temporairement émérite.

16Dans ses recherches en Provence, J. NICOD s'est particulièrement intéressé aux importantes formes karstiques et à l'hydrologie karstique de cette région ; aussi, devenu Professeur, il a poursuivi ses recherches sur les phénomènes karstiques, a dirigé une équipe CNRS "Évolution karstique dans les milieux méditerranéens et alpins", conduit ses doctorants dans de nombreuses régions karstiques, en France, au Liban, au Maroc, à Madagascar..., et coordonné avec le Professeur K.H. PFEFFER (Université de Tübingen) le programme Procope (Aix-en-Provence-Tübingen) sur l'altération des dolomies (1987-90).

17Il a organisé la création de l'AFK (Association Française de Karstologie) en tant que premier Président (1977-86) et a participé au lancement de Karstologia, la revue française de karstologie scientifique (1983).

18Les principaux domaines de recherche de J. NICOD sont la géomorphologie et l'hydrologie karstiques. En Provence, il s'est particulièrement intéressé aux problèmes suivants : développement des formes de terrain (dolines, poljés...) dans le contexte de l'évolution géomorphologique et des changements paléoclimatiques, altération des dolomies, écoulements de sources, détermination de la dénudation karstique actuelle par analyse hydrochimique. Ensuite, ses recherches ont été développées dans d'autres zones karstiques et sur des problèmes particuliers : karst gypseux, mines et paléokarsts en France et en Europe, reliefs tropicaux hérités, sédimentation du travertin. En liaison avec ces recherches et en qualité que géographe, il s'est intéressé à divers problèmes liés à l'anthropisation des milieux : paysages agraires en régions karstiques, usages historiques des sources, grottes troglodytiques en travertins, barrages en sites karstiques... Au cours de ses activités, il a porté un intérêt particulier aux régions dinariques, dont les connaissances ont beaucoup profité de la formation de Josip ROGLIC, des recherches de ses collègues slovènes et de l'aide de l'Institut de Recherche Karstique de Postojna.

19Les résultats de ses recherches ont été diffusés dans quelques livres et [de nombreuses autres publications].

__________

20En lieu et place de l'abondante bibliographie qui accompagnait cette biographie, une URL permettra à chacun de se faire une idée de la richesse de sa production sur les karsts : lien 2.

21La conclusion sera laissée à une partie du texte diffusé par la Lettre de Physio-Géo :

22C'est avec un profond chagrin que nous avons appris le décès de Jean NICOD.

23Jean NICOD était la figure référence de la karstologie française. Fondateur et directeur (1971-1983) de l'ERA 282 du CNRS ("Évolution karstique dans les milieux méditerranéens et alpins"), il a également fondé l'Association Française de Karstologie dont il a assuré la présidence de 1977 à 1986. La liste impressionnante de ses publications (ouvrages et articles) ne se limite pas à la Provence qu'il a tant aimée. Il a aussi mené une brillante carrière internationale, en partie en lien avec certains de ses élèves, mais surtout à travers des contacts avec des personnalités comme Andrej KRANJK, Marian PULINA ou Karl-Heinz PFEFFER. En 1994, il a été fait Docteur honoris causa de l'Université de Silésie (Katovice-Sosnowiec) et il était membre correspondant de l'Académie des Sciences et Arts de Slovénie (SAZU Ljubljana) depuis 2002.

24Malgré cela, Jean NICOD était resté modeste, valorisant le travail des autres et usant de ses propres qualités sans aucune suffisance. Je peux en outre témoigner qu'il savait prendre ses responsabilités pour empêcher une injustice. Avec ses amis Maurice JULIAN (Nice) et Jean VAUDOUR (Aix-en-Provence), ils étaient trois personnes respectables dans un milieu où tant de mauvais coups sont distribués.

25Tous ses élèves et même la quasi-totalité de ceux qui l'ont connu ou simplement approché, l'ont apprécié, pour ses immenses connaissances, mais aussi pour sa gentillesse et sa courtoisie. Il va énormément nous manquer.

26Nous présentons à son fils, Pierre-Yves NICOD, nos sincères condoléances.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Martin, « Hommage à Jean NICOD (1923-2021) », Physio-Géo, Volume 16 | -1, 1-6.

Référence électronique

Claude Martin, « Hommage à Jean NICOD (1923-2021) », Physio-Géo [En ligne], Volume 16 | 2021, mis en ligne le 19 avril 2021, consulté le 07 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/12245 ; DOI : https://doi.org/10.4000/physio-geo.12245

Haut de page

Auteur

Claude Martin

Honoraire CNRS, Physio-GéoCourriel : claude.martin0156@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo EuroPub database
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search