Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVolume 16Essais et documentsUne catastrophe hors norme d'orig...

Essais et documents

Une catastrophe hors norme d'origine météorologique le 2 octobre 2020 dans les montagnes des Alpes-Maritimes

An overstanding disaster of meteorological origin on October 2, 2020, in the mountains of the Alpes-Maritimes
Pierre Carrega et Nicolas Michelot
p. 1-70

Résumés

Les pluies exceptionnelles du 2 octobre 2020 qui ont concerné les montagnes des Alpes-Maritimes, dans le Sud-Est de la France, resteront marquées dans les annales statistiques et, particulièrement, dans l'esprit des habitants des hautes-vallées de la Vésubie et de la Roya, surtout par leurs conséquences catastrophiques. Le risque est ici décrit par l'articulation de trois composantes que sont l'aléa, la susceptibilité et la vulnérabilité.
L'aléa, composante initiale constituée par les précipitations et les mécanismes qui les ont engendrées, est remarquable. En effet plusieurs facteurs se sont conjugués pour produire de très vigoureuses ascendances de l'air sur cette région : un cyclonisme particulièrement puissant pour la saison (une dynamique d'hiver en première partie d'automne associée à un puissant talweg très creusé), affectant de l'air instable en basses couches, air très riche en vapeur d'eau après son survol de la Méditerranée encore chaude en cette saison, et la rare coïncidence d'un très fort gradient de pression et ses isobares orientés sud-nord avec un relief pentu et élevé, persistant plus de 24 heures.
À l'ouest du fleuve Var (Préalpes de Grasse), le flux de sud à sud-sud-ouest s'est heurté perpendiculairement aux premiers reliefs proches de la mer orientés ouest-est (1200-1800 m d'altitude), d'où de forts cumuls pluviométriques dépassant 200, voire 300 mm en 24 heures à 20-25 km du littoral, par effet de barrage orographique. À l'est du fleuve Var, la topographie orientée cette fois sud-nord, parallèlement au flux de basses couches, a conduit celui-ci loin vers l'intérieur, avec des vents tempétueux le forçant à se soulever progressivement mais avec puissance jusqu'à la ligne de crête du Mercantour (3000 m d'altitude). Les cumuls mesurés atteignent 513 mm en 24 heures à Saint-Martin-Vésubie et 663 mm (dont 336 mm en 6 heures) au lac des Mesches (bassin versant de la Roya) à 40 km du littoral, par effet de guidage.
Autre originalité, les surfaces concernées sont très étendues : on estime à environ 2000 km2 la surface ayant reçu plus de 200 mm, occasionnant des lames d'eau de 50 à près de 100 millions de mètres cubes selon les bassins versants.
Les périodes de retour de telles précipitations sont hors norme, en particulier pour Saint-Martin-Vésubie où les 7300 ans sont dépassées selon un ajustement avec la loi de GUMBEL, ou encore 486 à 5276 ans (en fonction du paramètre k) avec une distribution de Valeurs Extrêmes Généralisée (GEV) qui s'avère mieux adaptée. À Tende (bourg), la période de retour atteint 550 ans selon GEV (800 ans selon la loi de GUMBEL). Le poste de Breil-sur-Roya est moins affecté, avec une période de retour inférieure à centennale, les pluies les plus abondantes étant tombées en amont.
Des volumes d'eau énormes ont pu s'infiltrer et ruisseler, dans des proportions et à des vitesses très variables selon les conditions rencontrées par les gouttes de pluie à la surface du sol, qui sont déterminées par la seconde composante du risque : la susceptibilité, potentiel de production de crues et de mouvements de terrain faisant suite à de fortes précipitations.
Celle-ci a généré des phénomènes d'ampleur variable selon les bassins versants, en fonction de plusieurs paramètres : la superficie, la pédologie, la lithologie, le relief, en particulier les pentes, sans oublier le taux de couverture végétale. C'est la combinaison de ces paramètres qui a fait que la crue engendrée fut plus ou moins importante et rapide. En haute altitude les fortes pentes et des terrains plutôt imperméables et assez dénudés ont permis la genèse de ruissellements vigoureux entraînant une quantité innombrable de glissements de terrains et de ravinements sur les flancs des vallées. Ces derniers sont venus alimenter les rivières et torrents devenus furieux en matériaux solides de toutes dimensions, créant des flots boueux dévastateurs. Si les écoulements ont parfois sapé des pans entiers des berges, ils ont également contribué à combler localement le lit des rivières en l'exhaussant de plusieurs mètres à certains endroits.
La combinaison de l'aléa et de la susceptibilité a occasionné un risque majeur au regard de la vulnérabilité des fonds de vallées. En effet, les enjeux y sont forts puisqu'elles concentrent des voies de communication et des populations résidant souvent le long des rivières, voire dans leurs lits majeurs par endroits. Les terrains alluviaux ou fluvioglaciaires, sans cohésion, ont été déblayés par ces crues avec les habitations et infrastructures qui s'y trouvaient. Le bilan humain et socio-économique est très lourd : près de 20 morts, des populations traumatisées, des dizaines de bâtiments et maisons totalement détruits ou rendus inhabitables, des paysages dévastés et métamorphosés, des dizaines de ponts et des kilomètres de routes rayés de la carte.
En proposant une grille de lecture, l'exposé de l'articulation intra et inter composantes du risque explique que ces dégâts aient dépassé de loin ceux liés aux habituelles crues automnales méditerranéennes (I. BARRET et al., 1994), ainsi que ce qui pouvait être imaginable en référence à une mémoire collective séculaire.
Malgré les vies humaines perdues et les dégâts matériels considérables, la catastrophe aurait pu être pire si, d'une part, les moyens de lutte et de prévention immédiate ne s'étaient aussi bien exprimés et si, d'autre part, il n'avait pas existé de culture du risque, dont le degré est séculairement plutôt élevé chez les populations de ces vallées montagnardes, par rapport aux citadins du littoral azuréen.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La fréquence importante de pluies intenses et/ou durables, surtout en automne, est avérée depuis longtemps dans le bassin nord-méditerranéen et a fait l'objet de nombreuses études, en particulier à partir des épisodes meurtriers de Nîmes en 1988 et de Vaison-la-Romaine en 1992, parmi lesquelles : V. JACQ, 1994 ; I. BARRET et al., 1994 ; P. CARREGA, 1995 ; V. DUCROCQ et al., 2003 ; O. NUISSIER et al., 2008 ; C. MARTIN, 2010, 2012 ; R. VAUTARD et al., 2015 ; P. CARREGA, 2016 ; G. JACQ, 2016 ; O. PAYRASTE et al., 2019 ; M. KREITZ et al., 2020 ; etc. Parallèlement, les investigations sur l'augmentation des intensités pluviométriques en relation avec le changement climatique, sont demeurées relativement vaines jusqu'à la fin du siècle dernier y compris en Toscane (P. CARREGA et E. GARCIA, 2000). Mais depuis le début des années 2000, dans le Sud de la France, le nombre d'épisodes sévères dépassant un seuil donné augmente significativement (A. RIBES et al., 2018).

2Cet article est fondé sur l'étude de l'épisode pluviométrique exceptionnel du 2 octobre 2020 dans les Alpes-Maritimes et des mécanismes météorologiques qui l'ont produit, constituant ainsi un aléa hors du commun en terme de risque. De plus, les dramatiques conséquences synchrones de cet évènement en terme de dommages expriment la vulnérabilité de ces vallées montagnardes, qui recouvre l'exposition des populations et des biens matériels (les enjeux), ainsi que les moyens mis en œuvre pour protéger ces derniers. Or, dans ces montagnes encaissées, la rareté des terrains plats ou simplement constructibles, pousse l'homme à occuper les fonds de vallée, ce qui accroît la vulnérabilité

3Mais ce classique cadre d'analyse nous paraît incomplet si l'on n'intercale pas une composante intermédiaire entre la pluie et le désastre, car les crues ne sont pas l'aléa. Cette autre composante est la susceptibilité du milieu à engendrer glissements de terrain et crues. L'événement du 2 octobre 2020 est donc détaillé en terme de risque à trois composantes (P. CARREGA, 2005, 2016) et afin de comprendre son déroulement, l'on essaye d'évaluer le poids de chaque composante du risque et de chaque facteur interne constitutif de chaque composante. Le but est de définir conceptuellement le rôle des relations intra et inter-composantes pour aboutir à une synthèse globale.

4Un événement de cette ampleur et d'une telle étendue géographique générera beaucoup d'études assez spécialisées dans chaque discipline concernée et ce qui sera gagné en compréhension des phénomènes sera perdu en extension, donc en perception globale de l'épisode. Le parti a donc été pris ici d'un développement assez conséquent de l'aspect météorologique et du contexte climatique, sans perdre le fil reliant aléa, susceptibilité et vulnérabilité, afin d'appréhender l'événement dans sa totalité et son unicité. L'exposé pour les deux dernières composantes (susceptibilité et vulnérabilité) sera donc moins développé que pour l'aléa, mais ce choix est assumé.

5Dans la nuit du 1er au 2 octobre 2020 la pluie commence à tomber sur les Alpes-Maritimes, d'abord faiblement, puis l'intensité de la précipitation augmente fortement en matinée, en particulier sur le secteur montagneux des Préalpes de Grasse puis sur la partie orientale de la chaine du Mercantour faisant frontière avec l'Italie. La pluie cesse dans la nuit suivante, l'essentiel étant précipité en 24 heures, dont 80 % en moins de 12 heures.

6Les conséquences sont catastrophiques dans le sud de la Tinée, et surtout dans les hautes vallées de la Vésubie et de la Roya (Fig. 1). Outre les décès et disparus, les dégâts aux infrastructures et aux habitations sont phénoménaux, dépassant de loin ceux liés aux habituelles crues automnales méditerranéennes : le paysage est littéralement modifié au fond des vallées ; maints propriétaires d'un terrain avec maison ou chalet voient leur bien disparaître et être remplacé par un champ de blocs et galets jonché de troncs d'arbres ; de nombreuses constructions sont endommagées ou détruites, dont il ne reste aucune trace ; des dizaines de ponts et ouvrages sont détruits, des dizaines de kilomètres de routes sont emportées. Le paysage est devenu méconnaissable pour les habitants, ce qui est une source de traumatisme supplémentaire, après l'exposition effrayante au danger, à la vue et au bruit générés par les crues.

Figure 1 - Localisation de la région étudiée (au nord de la ligne rose, secteur approximativement le plus affecté).

Figure 1 - Localisation de la région étudiée (au nord de la ligne rose, secteur approximativement le plus affecté).

Source de la carte : Wikipédia (lien 1), crédit Flappieth, Creative Commons CCDLicense. Le document a été modifié : ajout des localités et autres indications géographiques.

7La situation météorologique à la source de cet événement a été remarquablement bien prévue par plusieurs modèles météorologiques, en particulier par AROME (Météo-France), ce qui autorise à considérer les configurations prévues pour le court terme par le modèle comme très proches d'une analyse du réel. La remarquable somme de documents météorologiques disponibles, même a posteriori, grâce aussi aux sites internet semi-professionnels et amateurs de qualité, a permis un travail d'analyse en profondeur.

Chapitre I : Un aléa exceptionnel pour cette région

8Bien que concernées par des épisodes méditerranéen parfois conséquents (V. JACQ, 1994 ; P. CARREGA et E. GARCIA, 2000 ; P. CARREGA, 2016), les Alpes-Maritimes et la Côte d'Azur ne sont habituellement pas affectées par des épisodes pluvieux aussi abondants que ceux des Cévennes, à l'ouest, ou de la région Gênoise, avec en particulier les Alpes Apuanes, à l'est. L'épisode du 2 octobre 2020 contredit cette règle.

I - Une situation météorologique aux combinaisons inédites.

9La perturbation connue sous le nom de tempête Alex est associée à l'arrivée d'un talweg atlantique par l'ouest-nord-ouest, rapidement devenu une goutte froide avec cut off (528 dam et -30°C pour le géopotentiel 500 hPa), dans un contexte de fort blocage d'altitude entre une très puissante dorsale russe à l'est, s'étendant jusqu'au nord du Groenland, et l'anticyclone des Açores à l'ouest, comme le montrent les diverses cartes d'observations (Météocentre) ou les sorties de modèles en mode analyse (GFS, ECMWF, ARPEGE, AROME, BOLAM, etc.). Le 2 octobre, une dépression se creuse profondément en surface jusqu'à 970 hPa sur la Bretagne et la Manche (au lieu de l'Atlantique habituellement) et évolue lentement en suivant un parcours en rotation cyclonique guidé par la goutte froide d'altitude les jours suivants entre le sud-ouest et le centre du pays, avant de remonter en latitude vers la mer du Nord (lien 2). Cette perturbation atypique est anormalement creuse pour la saison et va générer des vents tempétueux de surface sur l'Ouest de la France (Fig. 2 et 3).

Figure 2 - Situation météorologique générale du 2 octobre à 12h TU sur l'Europe.

Figure 2 - Situation météorologique générale du 2 octobre à 12h TU sur l'Europe.

Source : Met Office (British-Crown copyright, Met Office), https://www.metoffice.gov.uk, avec son autorisation gracieuse.

Figure 3 - Zoom sur les isobares de surface en hPa concernant la France, le 2 octobre 2020 à 12h TU.

Figure 3 - Zoom sur les isobares de surface en hPa concernant la France, le 2 octobre 2020 à 12h TU.

Intervalle : un isobare, noir. En pointillés rouges, altitudes du géopotentiel 500 hPa.
Source : Météocentre (http://meteocentre.com/​toulouse/​), avec son autorisation gracieuse.

1 ) Une forte capacité de soulèvement de l'air

a. Un puissant cyclonisme

10Les précipitations abondantes et le vent fort (jusqu'à 170 km/h au sommet du Lachens, 1712 m, dans les Préalpes de Grasse) ayant affecté la montagne azuréenne sont attribués dans les médias, en particulier régionaux, à la tempête Alex. Or cette dernière, sensu stricto, est toujours demeurée à bonne distance de la région en surface (plusieurs centaines de kilomètres). Les deux secteurs à très fort gradient de pression en surface, Bretagne et Alpes, sont nettement séparés par une zone de relatif calme barométrique et de vents faibles (Fig. 2 et 3).

11En revanche, la puissante goutte froide d'altitude se prolongeant vers les basses couches (géopotentiel 850 hPa à 1200 m et température < 4°C) contrôle effectivement la situation sur tout le pays. Le contraste d'altitude du géopotentiel à 1,5 PVU, marquant la vorticité, entre Bretagne et Côte d'Azur est particulièrement marqué, dépassant les 7000 m comme l'indique la figure 4. Associé à un très élevé gradient de pression, le jet s'écoulant sur son flanc oriental est très rapide, dépassant sur la région 80, voire 100 nœuds, vers 10500 m d'altitude (géopotentiel 250 hPa), et encore 40-50 nœuds au niveau 500 hPa, dans l'après-midi du 2 octobre et en début de nuit suivante (Fig. 5 et 6).

Figure 4 - Altitude du géopotentiel à 1,5 PVU, et vents, le 2 octobre 2020 à 12h TU (modèle ARPEGE ‒ Météo-France).

Figure 4 - Altitude du géopotentiel à 1,5 PVU, et vents, le 2 octobre 2020 à 12h TU (modèle ARPEGE ‒ Météo-France).

Source : Météociel (https://www.meteociel.fr/​), avec son autorisation gracieuse.

Figure 5 - Position du Jet stream au niveau 250 hPa (> 10000 m d'altitude), le 2 octobre 2020 à 12h TU.

Figure 5 - Position du Jet stream au niveau 250 hPa (> 10000 m d'altitude), le 2 octobre 2020 à 12h TU.

Couleurs : vitesses en nœuds. Lignes noires : isohypses du géopotentiel 250 hPa.
Source : Météocentre, avec son autorisation gracieuse.

Figure 6 - Géopotentiel 500 hPa, le 2 octobre 2020 à 12h TU.

Figure 6 - Géopotentiel 500 hPa, le 2 octobre 2020 à 12h TU.

Les isohypses noires indiquent l'altitude et les couleurs, la température.
Source : Météocentre, avec son autorisation gracieuse.

12On observe donc une véritable colonne d'air froid à cyclonisme très puissant, à l'avant de laquelle (flanc est du talweg) sont associées de rapides remontées d'air chaud et humide en basses couches, là où la théta'w, température pseudo-adiabatique potentielle du thermomètre mouillé, considérée comme excellent traceur d'une masse d'air, atteint 20°C (Fig. 7). Dans le même temps, le gradient de pression en surface est particulièrement fort sur les Alpes (voir Fig. 3), bien séparé de la dépression bretonne Alex, et va générer un puissant flux de sud, un jet de basses couches (O. NUISSIER et al., 2008), cause de submersion sur le littoral et de vent fort accéléré par effet VENTURI dans les vallées de même direction (Tinée, Vésubie, Roya ‒ voir Fig. 1).

Figure 7 - Valeur prévue de la théta'w au niveau 850 hPa. le 2 octobre 2020 à 12h TU (Météo-France).

Figure 7 - Valeur prévue de la théta'w au niveau 850 hPa. le 2 octobre 2020 à 12h TU (Météo-France).

Source : Météociel, avec son autorisation gracieuse.

13À ce forçage à capacité de soulèvement de l'air déjà très élevée vont s'ajouter deux autres facteurs : l'instabilité thermique verticale et l'ascendance renforcée par le relief, évoqués par divers auteurs, dont O. NUISSIER et al. (2008).

b. Instabilité thermique verticale

14Les stations de radiosondages environnantes (Nîmes et Ajaccio) sont malheureusement trop éloignées et donc non représentatives de la situation locale. Cunéo (Coni) est située sur le flanc nord, padan, du massif de l'Argentera-Mercantour, mais a été concernée par les fortes précipitations (304 mm à Borello, près de Cunéo). Le seul sondage disponible concernant l'épisode est celui du 2 octobre à 12h TU, mais interrompu à 3600 m d'altitude (Fig. 8). Il indique une saturation quasi totale en vapeur d'eau et une très probable instabilité dès lors que les couches inférieures de la masse d'air sont soulevées mécaniquement, comme peut le faire un forçage orographique, puisque l'air saturé s'élève plus aisément du fait de la libération de chaleur latente durant l'ascendance.

Figure 8 - Radiosondage de Cunéo, le 2 octobre 2020 à 12h TU.

Figure 8 - Radiosondage de Cunéo, le 2 octobre 2020 à 12h TU.

Source : Météocentre, avec son autorisation gracieuse.

15L'instabilité thermique verticale est mieux attestée par la très forte activité orageuse du 2 octobre 2020. D'après le site web KERAUNOS (https://www.keraunos.org/​), elle a atteint des valeurs très élevées dans l'après-midi, avec "près de 1100 éclairs en une heure sur les Alpes-Maritimes", et "plus de 5500 au total, dont plus de 400 sur la commune de Tende, et plus de 200 à Saint-Martin-Vésubie, Breil-sur-Roya (Mercantour) et Andon" (Préalpes). Les densités de foudroiement atteignent localement 50 éclairs pour 10 km2 dans les Préalpes de Grasse et entre Vésubie et Tinée (Fig. 1 et 9).

Figure 9 - Densité communale de foudroiement pour 10 km2, le 2 octobre 2020 arrêtée à 12h TU.

Figure 9 - Densité communale de foudroiement pour 10 km2, le 2 octobre 2020 arrêtée à 12h TU.

Source : KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents / www.keraunos.org, avec son autorisation gracieuse.

c. Orographie

16Manifestement, le rapide flux de sud en basses couches (Fig. 10), tournant au sud-ouest plus haut, a été massivement forcé au soulèvement (aidé par l'instabilité de l'air) : soit par l'effet de barrage perpendiculaire exercé, à proximité du littoral, par les Préalpes de Grasse (orientées ouest-est), soit par guidage jusqu'à la ligne de crête (3000 m) du flux le long des vallées du haut pays, orientées sud-nord, en particulier la Tinée, la Vésubie et la Roya (voir Fig. 1). Il y a clairement ici un effet de rampe de soulèvement, inhabituellement efficace du fait de la vitesse du flux, cette dernière se traduisant par un vent tempétueux, dépassant partout 100 km/h dans ces vallées ou en bordure et atteignant même 161 km/h à Levens, proche de la confluence du Var et de la Vésubie (Météo-France).

Figure 10 - Direction et vitesse du vent en km/h prévues au niveau 925 hPa, le 2 octobre 2020 à 12h TU(modèle ARPEGE ‒ Météo-France).

Figure 10 - Direction et vitesse du vent en km/h prévues au niveau 925 hPa, le 2 octobre 2020 à 12h TU(modèle ARPEGE ‒ Météo-France).

Source : Météociel, avec son autorisation gracieuse.

17Tous ces facteurs favorables à l'ascendance se traduisent par des vitesses verticales atteignant -360 hPa/h au niveau 700 hPa, soit le double des valeurs maximales de la légende de la carte de la figure 11 dès 09h TU, selon le modèle AROME. D'après ce "run" du 2 octobre à 00h TU, la vitesse de soulèvement général de la masse d'air dépasse 3 km/h de 13h à 20h TU entre les géopotentiels 750 et 550 hPa, sans compter les phénomènes convectifs locaux liés aux cumulonimbus.

Figure 11 - Vitesses verticales en hPa/heure prédites au niveau 700 hPa le 2 octobre 2020 à 19h TU (modèle AROME ‒ Météo-France).

Figure 11 - Vitesses verticales en hPa/heure prédites au niveau 700 hPa le 2 octobre 2020 à 19h TU (modèle AROME ‒ Météo-France).

Source : Météociel, avec son autorisation gracieuse.

2 ) Une forte alimentation en vapeur d'eau, matière première des précipitations

18La présence de très grandes quantités de vapeur d'eau alimentant les précipitations peut être attestée de plusieurs façons :

- D'abord, par la température de la surface de la mer, dont est très proche la température du point de rosée, au moins près de l'eau. Le 2 octobre, elle atteignait encore 22 à 23°C près du littoral et au sud-ouest de la Corse survolés par le flux général de basses couches. Cette variable est souvent évoquée par les medias ou dans l'opinion courante, comme si elle était capable, à elle seule, de provoquer de fortes pluies, ce qui n'est évidemment pas le cas, sinon l'été méditerranéen serait très pluvieux... (Fig. 12).

Figure 12 - Température de surface de la mer Méditerranée (golfe de Gênes) le 2 octobre 2020.

Figure 12 - Température de surface de la mer Méditerranée (golfe de Gênes) le 2 octobre 2020.

Document gracieusement fourni par l'Ifremer (https://wwz.ifremer.fr/​ ‒ crédit Ifremer 2020 - CERSAT/LOPS/CMEMS). Auteur : Cédric PRÉVOST.

- Ensuite, la modélisation produite par AROME permet également de quantifier cette eau dans l'atmosphère par la prévision de la température du point de rosée (td) à la surface du sol, qui s'établit au-dessus de 20°C sur la côte et le moyen pays immédiat, et encore à plus de 12°C vers 800-900 m d'altitude dans les vallées (Fig. 13). Rappelons que le "td" qui est la température de saturation en vapeur d'eau, indique la quantité de vapeur d'eau (humidité absolue) présente dans l'air.

Figure 13 - Température du point de rosée à 2 m, le 2 octobre 2020 à 12h TU (modèle AROME ‒ Météo-France).

Figure 13 - Température du point de rosée à 2 m, le 2 octobre 2020 à 12h TU (modèle AROME ‒ Météo-France).

Source : Météociel, avec son autorisation gracieuse.

- Enfin, l'eau précipitable, qui est la somme de toute l'eau contenue dans une colonne d'air, pouvant être condensée puis précipitée, dépasse 48 mm dans les "inclusions" les plus humides (Fig. 14).

Figure 14 - Eau précipitable en mm le 2 octobre 2020 à 19h00 TU (modèle AROME ‒ Météo-France).

Figure 14 - Eau précipitable en mm le 2 octobre 2020 à 19h00 TU (modèle AROME ‒ Météo-France).

Source : Météociel, avec son autorisation gracieuse.

19Ces différents indicateurs prouvent donc bien la présence d'une grande quantité d'eau en basses couches, susceptible d'être précipitée durant la journée du 2 octobre. Cette vapeur d'eau a été soumise à un très puissant soulèvement aux origines multiples, selon le mécanisme d'une pompe ne contenant pas beaucoup d'eau en instantané, mais faisant transiter d'énormes flux d'eau à haut débit.

II - Des cumuls records en quantité et en superficie : volumes exceptionnels à écouler

1 ) Des lames d'eau exceptionnelles

20Nous avons pu disposer d'un certain nombre de données concernant cet épisode, d'origines diverses, institutionnelle ou amateur de très bonne qualité : réseau de Météo-France Bd Clim, mais aussi EDF (Électricité de France), MNCA (Métropole Nice Côte d'Azur), réseaux de postes de laboratoire universitaire (GéoAzur) ou associatifs (Météo06), postes italiens. Après critique et élimination de certains postes, 65 ont été conservés (Tab. I, Fig. 15).

Tableau I - Liste des 65 postes équipés de pluviomètres ou pluviographes, et quantités de pluies tombées en 24 heures entre le 2 et le 3 octobre 2020 (de 06h à 06h TU).

Tableau I - Liste des 65 postes équipés de pluviomètres ou pluviographes, et quantités de pluies tombées en 24 heures entre le 2 et le 3 octobre 2020 (de 06h à 06h TU).

Figure 15 - Localisation des 65 pluviomètres et pluviographes utilisés pour cette étude.

Figure 15 - Localisation des 65 pluviomètres et pluviographes utilisés pour cette étude.

Carte réalisée à l'aide du logiciel QGIS

21Bien au-dessus des cumuls pourtant déjà étonnants enregistrés en 24 h le 2 octobre (à 06h TU) au pluviomètre SPIEA du poste de Météo-France à Saint-Martin-Vésubie OBS (513 mm), et des 500 mm à la station automatique Précis mécanique maintenue par EDF juste à côté, le total au lac des Mesches (vallée de la Roya) fait foi d'une situation extraordinaire, avec 663 mm, dont 574 en 12 h.

22Il est probable que cette valeur ait été ponctuellement dépassée sur le côté au vent (donc français) du massif du Mercantour, car la variabilité spatiale des précipitations en montagne est très forte, et aussi parce que les stations disponibles sur la Haute-Roya et sur le versant italien décrivent toutes des cumuls supérieurs à 300 mm, atteignant 578 mm juste sous la ligne de crête du col de Tende, à Limone-Pancani (1875 m d'altitude).

23On note cependant une variabilité spatiale à relativement fine échelle (topoclimatique), probablement très liée à l'effet orographique de barrage par rapport au flux. Sur les versants exposés au sud, le long des chaînons orientés ouest-est, les cumuls augmentent très vite avec l'altitude : 81 mm à Vence (330 m) ou 110 mm à Châteauneuf de Grasse, puis 244 mm au col de Vence (1000 m) à 4,5 km, et 343 mm à Coursegoules EDF (1000 m) à 9 km. Des effets d'abri dans les vallées ont pu également jouer, comme au poste de Gilette-La Clave au fond de la vallée de l'Estéron (terminaison orientale des Préalpes de Grasse) ou à Puget-Théniers dans la moyenne vallée du Var, avec tout de même 202 et 176 mm respectivement.

2 ) Une grande extension des surfaces concernées

24Une seconde caractéristique de cet épisode s'illustre au travers de la superficie concernée par ces précipitations hors norme : on peut raisonnablement estimer qu'environ 80 % du département des Alpes-Maritimes (4300 km2), soit près de 3500 km2, a reçu plus de 100 mm. Les parties les moins arrosées sont l'extrême nord-ouest, montagneux, du département, et surtout la bordure littorale sur une dizaine de kilomètres de profondeur, excepté à l'est de Nice, où la montagne tombe à pic dans la mer.

25On note encore plus de 200 mm pour environ 40 % de la superficie, soit près de 2000 km2, en se fondant sur les différentes cartes produites pour réaliser une répartition spatiale de ces précipitations. D'après les observations (postes), les cumuls sont du même ordre de l'autre côté de la frontière, mais concernent soit d'autres petits bassins versants méditerranéens, soit la plaine du Pô.

26Les figures 16, 17 et 18 représentent les pluies estimées selon trois méthodes différentes :

  • Interpolation spatiale simple (IDW c'est à dire pondération par l'inverse de la distance) à partir des 65 postes retenus (Fig. 16).

  • Lames d'eau brutes, sans corrections ni calibrages, obtenues à partir des radars pluviométriques de Météo-France par Infoclimat (Fig. 17).

  • Lames d'eau "Antilope" établies par Météo-France à partir des lames d'eau radar calibrées, et corrigées par les données des pluviomètres au sol (Fig. 18).

Figure 16 - Précipitations reçues entre le 2 octobre à 06h TU et le 3 à 06h TU (interpolation spatiale selon IDW par les auteurs).

Figure 16 - Précipitations reçues entre le 2 octobre à 06h TU et le 3 à 06h TU (interpolation spatiale selon IDW par les auteurs).

Carte réalisée à l'aide du logiciel QGIS.

Figure 17 - Cumuls de précipitations entre le 2 octobre à 06h TU et le 3 à 06h TU estimées par radar pluviométrique (données non calibrées et non corrigées).

Figure 17 - Cumuls de précipitations entre le 2 octobre à 06h TU et le 3 à 06h TU estimées par radar pluviométrique (données non calibrées et non corrigées).

Source : Infoclimat (https://www.infoclimat.fr/​), avec son autorisation gracieuse.

Figure 18 - Cumuls de précipitations entre le 2 octobre à 06h TU et le 3 à 06h TU estimées par radar pluviométrique (données ANTILOPE) et par les pluviomètres de réseaux divers au sol.

Figure 18 - Cumuls de précipitations entre le 2 octobre à 06h TU et le 3 à 06h TU estimées par radar pluviométrique (données ANTILOPE) et par les pluviomètres de réseaux divers au sol.

Source : document Météo-France reprenant les observations provenant de divers réseaux de pluviomètres.

27La divergence entre les cumuls mesurés dans les stations et ceux estimés par radar est très élevée par endroits (Fig. 16, 17, 18), ce qui peut s'expliquer par le positionnement lointain des radars et les effets de masques inhérents au relief, mais aussi par des défaillances conjoncturelles semblant avoir affecté certains radars ce 2 octobre. Les figures 17 et 18 montrent ainsi quatre écharpes-épicentres orientées SO-NE, centrées d'ouest en est sur les Préalpes de Grasse, la confluence Var-Tinée et la Vésubie, la Roya, et plus à l'est, l'Italie proche. Ce schéma sous-estime fortement les cumuls de la partie supérieure de la chaine du Mercantour (dont Saint-Martin-Vésubie avec 200 mm en lame radar brute contre 512 mesurés), ainsi que du versant padan (60 mm en lame brute à Limone Piemonte Col de Tende, contre 578 mesurés) et surestime par exemple ceux des basses vallées de la Tinée et de la Vésubie... Les cumuls de la figure 18 paraissent plus réalistes que ceux, moins élaborés, de la figure 17 (lames brutes), mais qui présentaient l'avantage d'avoir été disponibles en temps réel. Dans les deux cas cependant, même si elle est moindre dans la figure 18 (correction par postes au sol), on observe une sous-estimation des cumuls du côté italien (versants de la plaine du Pô).

28Un autre argument, indirect, plaide pour une sous-estimation des précipitations sur les hauts versants du massif du Mercantour évidemment sous-doté en pluviomètres et mal balayé par les ondes radar : c'est l'intensité du déchainement des éléments au-dessus de 900-1000 m d'altitude, dont des habitants rescapés ont témoigné, et dont les nombreux ravinements et laves torrentielles d'envergure sont des traces indéniables. On ne saura jamais précisément ce qui est tombé sur cette crête frontière. Mais il est probable que les cumuls ont dépassé par endroits 600 mm, voire plus.

29Une interrogation persiste sur la continuité éventuelle de l'isohyète 200 mm entre les Préalpes de Grasse, au sud-ouest, et vallée de la Tinée : les écharpes mesurées par radar plaident en ce sens, mais aucun pluviomètre ne permet de vérifier cette hypothèse au sol, d'où le point d'interrogation entre les deux secteurs sur la figure 16.

30Pour les 30 postes les plus arrosés, pour lesquels nous disposons d'intensités horaires, on observe que celles-ci, bien que très soutenues, sont moins exceptionnelles que les journalières : le maximum est atteint à Coursegoules, avec 90 mm, les valeurs suivantes étant de 70 mm aux Mesches, 69 mm à Clans et 63 mm "seulement" à Saint-Martin-Vésubie. En deux heures consécutives, les valeurs sont respectivement de 113, 133, 121 et 117 mm, ce qui est nettement inférieur aux 175 mm en deux heures à Cannes le 3 octobre 2015 (P. CARREGA, 2016).

31Mais ces intensités durent longtemps, donnant ainsi des cumuls en 6 heures de 295 mm à Saint-Martin-Vésubie et de 336 mm aux Mesches, avec respectivement 432 et 574 mm en 12 heures à ces mêmes postes (Fig. 19).

Figure 19 - Cumuls horaires de précipitations mesurées par les pluviographes des postes EDF des Mesches et de Saint-Martin-Vésubie.

Figure 19 - Cumuls horaires de précipitations mesurées par les pluviographes des postes EDF des Mesches et de Saint-Martin-Vésubie.

Source des données : EDF.
Le poste de Saint-Martin-Vésubie porte le numéro Météo-France MF061227005.

3 ) Des périodes de retour totalement hors norme

32Grace à la disponibilité de trois relativement longues séries (Météo-France), les périodes de retour (lien 3) des pluies maximales annuelles en 24 heures de 2003 et 2020, ainsi que les valeurs centennales et bicentennales, ont été calculées pour Breil-sur-Roya (1987-2020), Saint-Martin-Vésubie (1950-2020) et Tende village (1952-2020) (Tab. II). Deux méthodes ont été suivies, la première consistant en un classique ajustement avec la loi de GUMBEL (E.J. GUMBEL, 1958 ; P. CARREGA, 2004), la seconde suivant la GEV (Generalized Extreme Value, ou loi des valeurs extrêmes généralisée ‒ E.J. GUMBEL, 1958 ; M. BAILLON, 2008), en incluant ou non la dernière valeur d'octobre 2020. On note que la loi de GUMBEL est en fait un cas particulier d'une loi GEV, avec un paramètre k égal à 0 (J.P. LABORDE, 2009). La distribution dite "GEV" est calée ici avec un paramètre k de -0,073, retenu car testé comme le plus adapté sur la bordure nord-méditerranéenne (A. MULLER, 2006 ; A. BOUCEFIANE et al., 2014 ; J.P. LABORDE, communication orale) et confronté à 0,15 (D. KOUTSOYIANNIS, 2004), jugé ici moins pertinent.

Tableau II - Périodes de retour de la précipitation journalière maximale annuelle antérieure à l'épisode de 2020 (record de 2003) et de celle de 2020, selon les lois de GUMBEL et GEV : stations de Breil-sur-Roya, Saint-Martin-Vésubie et Tende.

Tableau II - Périodes de retour de la précipitation journalière maximale annuelle antérieure à l'épisode de 2020 (record de 2003) et de celle de 2020, selon les lois de GUMBEL et GEV : stations de Breil-sur-Roya, Saint-Martin-Vésubie et Tende.

Lois utilisées : GUMBEL et GEV. Pour chaque poste, deux périodes ont été considérées, une de n années, s'arrêtant à 2019, et une de n+1 années, incluant l'épisode particulièrement exceptionnel d'octobre 2020.

33Les figures 20, 21 et 22, réalisées à l'aide du logiciel HYDROLAB développé par J.P. LABORDE et N. MOUHOUS (1998) montrent à quel point le record de 2020 est tout à fait exceptionnel et ne peut donc être correctement ajusté, en particulier pour Saint-Martin-Vésubie, où sa période de retour dépasse 7300 ans avec la loi de GUMBEL et encore 5276 ans avec une distribution GEV mieux adaptée ! Mais à des échéances si lointaines la prudence s'impose, d'autant que la sensibilité du modèle au paramètre k utilisé est très grande. Ainsi la période de retour d'un cumul journalier de 513 mm passe-t-elle de 5276 ans avec k = -0,073 (Tab. II et Fig. 21), à 1369 ans avec k = -0,15, et 486 ans (Fig. 22) avec k = -0,254. Pour des phénomènes moins extrêmes, les écarts restent modérés, comme pour les valeurs centennales (Tab. III), qui sont respectivement de 280 mm, 301 mm, et 332 mm selon la valeur de k. Mais les différences s'accentuent ensuite, avec 316 mm, 349 mm et 402 mm pour les bicentennales.

Figure 20 - Ajustement de 71 pluies journalières maximales annuelles à Saint-Martin-Vésubie (1950-2020) selon la loi de GUMBEL.

Figure 20 - Ajustement de 71 pluies journalières maximales annuelles à Saint-Martin-Vésubie (1950-2020) selon la loi de GUMBEL.

La série de points correspond aux valeurs observées, la droite au trait épais représente les valeurs modélisées, les deux courbes-enveloppes matérialisent l'intervalle de confiance (IC) à 80 %.
Les deux dernières valeurs à droite sont celles de 2003 et 2020.
Les traitements ont été réalisés avec le logiciel HYDROLAB

Figure 21 - Ajustement de 71 pluies journalières maximales annuelles à Saint-Martin-Vésubie (1950-2020) selon une loi GEV avec k = -0,073).

Figure 21 - Ajustement de 71 pluies journalières maximales annuelles à Saint-Martin-Vésubie (1950-2020) selon une loi GEV avec k = -0,073).

Figure 22 - Ajustement de 71 pluies journalières maximales annuelles à Saint-Martin-Vésubie (1950-2020) selon une loi GEV avec k = -0,254).

Figure 22 - Ajustement de 71 pluies journalières maximales annuelles à Saint-Martin-Vésubie (1950-2020) selon une loi GEV avec k = -0,254).

Tableau III - Valeurs centennales et bicentennales de la précipitation journalière maximale annuelle pour les postes de Breil-sur-Roya, Saint-Martin-Vésubie et Tende (Roya).

Tableau III - Valeurs centennales et bicentennales de la précipitation journalière maximale annuelle pour les postes de Breil-sur-Roya, Saint-Martin-Vésubie et Tende (Roya).

34À Tende, l'épisode de 2020 a une période de retour de 550 ans (800 selon la loi de GUMBEL), alors qu'à Breil-sur-Roya, il est moins que centennal (Tab. II).

35La comparaison des valeurs centennales et bicentennales obtenues en intégrant ou pas 2020 à la chronique pluviométrique (Tab. III) montre que, quelle que soit la méthode, les valeurs à attendre une année sur cent (centennale) ou une année sur deux-cents sont plus élevées avec 2020 inclus. Une valeur donnée apparaîtra donc moins rare qu'elle ne le paraissait auparavant.

36Les précipitations de cette séquence ont donc été tout à fait exceptionnelles sur une large partie du terrain d'étude, notamment à Saint-Martin-Vésubie et Tende, car multicentennales quel que soit le mode de calcul retenu.

37La question inévitable à notre époque est de savoir si l'on peut relier cet événement au "changement climatique" en cours, et la réponse n'est évidemment pas simple parce que relier un point à une série constituant une tendance n'est pas aisé. Tout record est destiné à être battu, même en climat stationnaire, surtout si la série de référence est assez courte, mais un dépassement marqué de la variance d'une série milite dans ce sens. C'est clairement le cas ici pour certains postes, avec un élément de réponse supplémentaire : en considérant les trois séries disponibles, on note que depuis le début des années 2000, les pluies journalières maximales annuelles sont plus élevées (Fig. 23, 24, 25), caractère déjà signalé (A. RIBES et al., 2018).

Figure 23 - Précipitations journalières maximales de chaque année entre 1987 et 2020 à Breil-sur-Roya, et tendance.

Figure 23 - Précipitations journalières maximales de chaque année entre 1987 et 2020 à Breil-sur-Roya, et tendance.

Source des données : Météo-France.

Figure 24 - Précipitations journalières maximales de chaque année entre 1952 et 2020 à Tende-OBS Bourg, et tendance.

Figure 24 - Précipitations journalières maximales de chaque année entre 1952 et 2020 à Tende-OBS Bourg, et tendance.

Source des données : Météo-France.

Figure 25 - Précipitations journalières maximales de chaque année entre 1950 et 2020 à Saint-Martin-Vésubie ONF OBS, et tendance.

Figure 25 - Précipitations journalières maximales de chaque année entre 1950 et 2020 à Saint-Martin-Vésubie ONF OBS, et tendance.

Source des données : Météo-France.

38Le poste de Breil-sur-Roya montre une tendance à la hausse des précipitations maximales qui dépassent 7 fois 150 mm uniquement à partir de l'année 2000. Sur toute la série 1987-2020, la tendance passe de 86 à 140 mm (+54 mm), et sans l'épisode 2020 la hausse est tout de même de 28 mm.

39À Tende-OBS Bourg, les 150 mm en 24h sont dépassés 11 fois en 69 ans, dont 7 fois dans les 20 dernières années, et la tendance donne une hausse de 58 mm.

40Enfin, à Saint-Martin-Vésubie (Fig. 25), la valeur de 2020 est tellement hors norme (plus du double du précédent record) que la droite de tendance, qui passe de 78 à 135 mm, ne signifie pas grand-chose. Sans 2020, la hausse est ici de 22 mm seulement. Le seuil de 150 mm a été dépassé 6 fois à partir de 2000, pour un total de 11 dépassements.

41Avec une forte variabilité interannuelle, mais plutôt stationnaires jusqu'alors, les pluies journalières maximales de chaque année de ces trois postes augmentent donc nettement depuis une vingtaine d'année, constat déjà souligné par A. RIBES et al. (2018), mais l'événement du 2 octobre est hors norme, en particulier pour Saint-Martin-Vésubie.

III - Conclusion du Chapitre I

42En résumé, les précipitations engendrées par une perturbation particulièrement puissante pour la saison, qui a développé un forçage et une phénoménale capacité de soulèvement de l'air en phase avec une orientation du flux de basses couches chaud et humide aligné sur la topographie méridienne, ont été exceptionnellement abondantes, en particulier près de la chaîne frontalière du Mercantour.

43Selon la lame d'eau retenue (interpolation des mesures au sol ou pluies radar plus ou moins corrigées par les stations), on peut estimer qu'entre 85 % et 95 % de la superficie du bassin versant de la Vésubie a reçu plus de 200 mm de précipitations (voir paragraphe I-II-2). Sur environ 30 % de cette superficie, c'est plus de 300 mm qui sont tombés (jusqu'à plus de 500 mm), soit un total de 80 à 100 millions de m3 de pluie. Pour la Roya (partie française), l'incertitude est plus grande selon le type de mesure retenu, mais on peut compter entre 65 et 90 millions de m3. Il s'avère que cette situation est originale par sa dynamique, sa persistance et sa mise en phase avec le relief de la région.

44Ces volumes d'eau précipitée considérables ont pu s'infiltrer ou ruisseler en fonction du comportement des gouttes à la surface du sol, qui est déterminé par une seconde composante du risque : la susceptibilité. C'est la combinaison des paramètres de cette dernière qui a favorisé ravinements, glissements de terrain et crues d'ampleur inhabituelles.

Chapitre II - Une très forte susceptibilité du territoire à la production de glissements de terrain et de crues

45Les énormes quantités d'eau reçues ont généré des phénomènes d'ampleur très variable selon les facteurs de la susceptibilité. Parmi les principaux, on peut retenir la relation entre, d'une part, les surfaces concernées par la pluie (isohyètes) et, d'autre part, l'emplacement et la taille des bassins versants, leur relief, le comportement des sols et des roches, la couverture végétale et l'éventuelle urbanisation comme facteur d'imperméabilité...

46Un élément potentiellement important est la proportion de précipitations sous forme de neige. Pour cet épisode, il n'y a pas eu, ou quasiment pas, de neige, l'isotherme 0°C étant situé à environ 3000 m en matinée, puis à 3500 m en journée du 2 octobre (avec l'advection chaude et humide de sud à sud-ouest à l'avant du talweg). Il va descendre à 1800-2000 m dans la nuit du 2 au 3 octobre, mais seulement après la fin des précipitations. La rétention nivale a donc été totalement négligeable, les bassins versants concernés n'atteignant 3000 m d'altitude que sur de rares sommets (moins de 1/1000 de la surface totale).

I - Rôle de la combinaison pluie et superficie des bassins versants pour les crues

47Parmi les bassins versants, deux principaux ont été susceptibles de produire une crue du fait de l'adéquation de leurs limites avec celles des surfaces les plus arrosées : la Vésubie et la Roya (Fig. 26). Le premier (393 km2) comme le second (394 km2 pour la partie amont, française, l'embouchure étant à Vintimille, en Italie) ont, de plus, une taille favorisant une réaction rapide du système hydrologique. Les deux "épicentres" des fortes précipitations coïncident bien avec la quasi-totalité des limites de ces bassin versants (voir Fig. 16, 17, 18).

Figure 26 - Principaux bassins versants des Alpes-Maritimes.

Figure 26 - Principaux bassins versants des Alpes-Maritimes.

Figure réalisée d'après un document de l'Agence Régionale pour l'Environnement (ARPE PACA).

48Cela est moins vrai pour la Tinée, dont seule la partie sud a été très arrosée et dont le bassin versant est plus étendu (743 km2). Néanmoins la station de Tournefort a répondu la première, car située à un endroit des plus précocement arrosés. Celle du Cros d'Utelle, sur la Vésubie, a réagi plus tardivement, car située plus en aval des fortes pluies. Le pont Napoléon III, à l'embouchure du Var, verra le niveau monter en dernier (voir plus loin, au paragraphe II-II-4.).

49Au contraire, les fortes pluies des Préalpes de Grasse se sont réparties "à cheval", et donc divisées, sur plusieurs bassins versants plus littoraux, comme la Cagne, le Loup et la Siagne, au lieu de se concentrer comme les précédentes sur un seul bassin versant.

II - Pentes fortes et reliefs élevés avec des terrains plutôt imperméables

1 ) Des hauts reliefs

50La région la plus affectée (Mercantour) est très montagneuse, avec quelques sommets dépassant 2900-3000 m sur la frontière, et des pentes longues et fortes (Fig. 27).

Figure 27 - Topographie escarpée des environs de Saint-Martin-Vésubie.

Figure 27 - Topographie escarpée des environs de Saint-Martin-Vésubie.

La largeur de la scène est de 13 km (ouest-est).
Sources : iPhiGéNie (copie d'écran), crédit IGN 2020, pour la carte du haut, et image Google Earth, crédit Google Earth 2021, pour l'image du bas.

51À titre d'exemple, de la cime de Piagu (2335 m) jusqu'au fond de la vallée de la Vésubie- Madone de Fenestre (1330 m), par le vallon de Madame, en adret, la pente moyenne est de 65 %, soit 33°. L'inclinaison est similaire à l'ubac, jusqu'au Boréon, en aval du lac. Un peu plus en aval, de la cime de la Palu (2132 m) jusqu'à Saint-Martin-Vésubie (928 m), à l'ouest, la pente est encore de 47 % (25°).

52Juste en aval de Roquebillière, la pente est de 52 % (27°) entre le village de Belvédère et le fond de la vallée. En novembre 1926, un glissement de terrain argilo-gypseux avait d'ailleurs détruit une partie de Roquebillière, provoquant la reconstruction du village sur la rive opposée.

53La visite de la vallée quelques jours après l'épisode a montré l'apparition d'un nouvel élément marquant dans le paysage : une quantité innombrable de glissements de terrain et de ravinements sur les flancs des vallées à toutes les altitudes. Provoqués par l'abondance des eaux, mais liés en partie à la vigueur de la pente, ils ont manifestement alimenté les rivières et torrents en matériaux solides de toutes dimensions, contribuant aussi à combler localement leur lit, en l'exhaussant de plusieurs mètres parfois. Ce dernier aspect est très visible, par exemple à la confluence, de la Madone de Fenestre et du Boréon à Saint-Martin-Vésubie : certains chalets ont été ennoyés dans des galets, et le lit est rempli quasiment jusque sous le sommet des arcades du pont (Photo 1).

Photo 1 - Saint-Martin-Vésubie et la confluence du Boréon (à gauche) et de la Madone de Fenestre (à droite, avec le pont), le 19 octobre 2020. [cliché : Pierre CARREGA et Nicolas MICHELOT]

Photo 1 - Saint-Martin-Vésubie et la confluence du Boréon (à gauche) et de la Madone de Fenestre (à droite, avec le pont), le 19 octobre 2020. [cliché : Pierre CARREGA et Nicolas MICHELOT]

54À cet égard, le merveilleux outil de visionnage de vues satellitaires prises avant et après le 3 octobre, mis à disposition par l'IGN, permet un suivi précis des modifications dues aux crues. Les photos 2 montrent que, plus que la crue de la Tinée, c'est un torrent adjacent qui a détruit la route, repoussant latéralement la rivière de plus de 70 mètres du même coup.

Photos 2 - Vallée de la Tinée au vallon d'Ullion (commune de Marie) : voie à double sens défoncée et recouverte par le cône de déjection lui-même recoupé par la Tinée.

Photos 2 - Vallée de la Tinée au vallon d'Ullion (commune de Marie) : voie à double sens défoncée et recouverte par le cône de déjection lui-même recoupé par la Tinée.

À gauche : avant l'épisode. À droite : après l'épisode.
Source : IGN, https://alex.ign.fr (crédit IGN), données sous licence ouverte. Toutes les photos comparées "avant et après" présentées dans le présent document, proviennent de Ortho express été 2020 et Ortho express octobre 2020.
Le Nord y est systématiquement situé en haut.

2 ) Des terrains plutôt imperméables favorisant le ruissellement surtout dans la partie haute des vallées

55La géologie et la géomorphologie de cette région sont très complexes (lithologie et tectonique), mais hormis les terrains alluviaux ou colluviaux, voire morainiques, bordant les cours d'eau au nord, et les calcaires de l'ère secondaire fréquents dans la partie sud, où l'infiltration est relativement aisée, la plupart des roches en place sont plutôt imperméables, en particulier au nord du parallèle Saint-Martin-Vésubie - Tende.

56Les roches de socle formant la structure principale du haut massif de l'Argentera-Mercantour ‒ gneiss, granites, anatexites, embréchites (J. GOGUEL, 1967) ‒ sont imperméables. Il en est de même pour la plupart des schistes et grés permiens ceinturant les affleurements du socle, ce qui concerne surtout la haute Roya.

57Plus au sud, les terrains secondaires offrent une variété de situations, depuis des argiles et marnes très imperméables ou des flyschs, jusqu'à des ensembles calcaires ou dolomitiques favorables à l'infiltration et à la formation d'aquifères karstiques (J.P. MENEROUD et A. CALVINO, 1976).

58Ces caractéristiques sont globalement favorables à l'apparition de ruissellements violents sous des précipitations abondantes et intenses, d'autant plus que la topographie peut leur donner une forte énergie. C'est ce qui s'est manifestement passé au cours de l'épisode, surtout en haute montagne.

3 ) Des territoires très peu artificialisés à comportement spatialement contrasté en termes de ruissellement

59L'artificialisation des surfaces, et donc leur imperméabilisation (L. DAVY, 1989), est un phénomène couramment invoqué pour expliquer les crues en milieu urbain, parfois abusivement car les fortes intensités durables de pluie rendent temporairement imperméable tout sol, même sableux, en le saturant. Mais cette question ne se pose pas sur le terrain d'étude, où le milieu est très peu urbanisé. 

60À l'inverse, une végétation dense et multistrates atténue l'impact des gouttes au sol et temporise le cheminement des ruissellements à la surface du sol, car même avec de fortes intensités pluviométriques elle conserve toujours le pouvoir de briser, par la multiplicité des obstacles au sol, l'énergie des ruissellements (C. COSANDEY et al., 2004).

61Or, selon Wikipedia, le bassin versant de la Tinée est couvert à 99 % de "forêts et milieux semi-naturels", à 1,1 % de "territoires agricoles" et à 0,3 % de "territoires artificialisés". De même, le bassin versant de la Vésubie : est constitué à 95 % de "forêts et milieux semi-naturels", à 3,9 % de "territoires agricoles" et à seulement 1,1 % de "territoires artificialisés". Toutefois ces "forêts et milieux semi-naturels" très dominants sur l'ensemble du secteur, constituent un ensemble hétérogène, comme le montrent les observations de terrain, les images satellitaires (Google Earth), les photographies aériennes et les cartes d'occupation du sol (Corinne Land Cover 2012, lien 4).

62Sur la totalité des bassins versants de la Vésubie et de la Roya française le couvert forestier domine, caractère défavorable au ruissellement. Mais au-dessus de 1800-2000 m d'altitude ‒ et même plus bas en adret, fréquemment plus déforesté et érodé qu'en ubac ‒ la situation s'inverse totalement et la protection du sol s'amenuise fortement ou disparaît (Fig. 28). À titre d'exemple, selon la carte de France Corine Land Cover 2012, le bassin versant amont de la Vésubie, depuis la ligne de crête frontière jusqu'à la latitude de Saint-Martin-Vésubie, donc au-dessus de 1000 m d'altitude, est occupé sur 28 % de sa surface par des "roches nues", sur 12 % par une "végétation clairsemée" et sur 17 % par des pelouses ou des pâturages naturels (étage alpin surtout), soit 57 % de végétation peu ou non protectrice quant au ruissellement. La forêt, constituée essentiellement de conifères (pins sylvestres, épicéas, et plus haut, mélèzes), concerne 34 % de la surface et les "forêts et végétation arbustives en mutation", 9 %.

Figure 28 - Région du Mercantour et couvert végétal : pelouse et rocaille sur les sommets.

Figure 28 - Région du Mercantour et couvert végétal : pelouse et rocaille sur les sommets.

La largeur de la scène est de 35 km (ouest-est).
Source : image Google Earth (crédit Google Earth 2021).

63C'est donc, en altitude, là où il a plu le plus, que le ruissellement a été le plus actif, favorisé par les pentes fortes, la minceur des sols ou leur absence, l'imperméabilité des roches et la faible végétalisation des milieux, qui ont le plus généré les crues.

64Dans les fonds de vallée en dessous de 1000 m d'altitude (les plus anthropisés), l'occupation du sol a plus efficacement fait obstacle aux ruissellements sur les versants. Les problèmes majeurs ont été provoqués ici par les crues, formées bien en amont.

4 ) Des écoulements très violents.

65L'un des facteurs du ruissellement est la saturation préalable en eau des sols. Contrairement à l'épisode azuréen du 3 octobre 2015 (P. CARREGA, 2016), il ne paraît pas possible d'inclure cette variable pour l'épisode du 2 octobre 2020 : le mois d'août a été normalement pluvieux en montagne, avec 68 mm à Tende Bourg et 73 mm à Saint-Martin-Vésubie. En revanche, septembre a reçu le tiers des précipitations normales, avec respectivement 30 et 35 mm à ces deux postes.

66Après les premières heures de précipitations le 2 octobre, la réaction des rivières a été rapide. Nous disposons à cet égard des informations rapportées par Vigicrues (Fig. 29 et 30) La montée des eaux de la Tinée à Tournefort (près de sa confluence avec le Var ‒ bassin de 706 km2) a débuté un peu avant 09h TU (11h locales ‒ niveau initial de 20-30 cm). Elle a été suivie à 11h TU par celle de la Vésubie au Cros d'Utelle (bassin de 382 km2 ‒ niveau initial de 70 cm), puis à 13h TU par celle de la Roya à Airole (niveau initial 1,30 m), quelques kilomètres en aval de la frontière, entre Breil-sur-Roya et Vintimille, le bassin de ce fleuve ayant été touché un peu plus tardivement par la pluie.

Figure 29 - Hauteurs enregistrées sur différents cours d'eau du 2 au 4 octobre 2020 (heures locales, soit TU+2).

Figure 29 - Hauteurs enregistrées sur différents cours d'eau du 2 au 4 octobre 2020 (heures locales, soit TU+2).

Source : Vigicrues (www.vigicrues.gouv.fr), avec son autorisation gracieuse.
Les hauts bassins concernés par les pluies exceptionnelles du 2 octobre 2020 sont ici ceux de la Vésubie à Utelle et de la Tinée à Tournefort (courbes du haut).

Figure 30 - Débits de différents cours d'eau du 2 au 4 octobre 2020 (heures locales, soit TU+2).

Figure 30 - Débits de différents cours d'eau du 2 au 4 octobre 2020 (heures locales, soit TU+2).

Source : Vigicrues (www.vigicrues.gouv.fr), avec son autorisation gracieuse.
Les hauts bassins concernés par les pluies exceptionnelles du 2 octobre 2020 sont ici ceux de la Vésubie à Utelle et de la Tinée à Tournefort (courbes du haut).

67À partir de 10h TU à Tournefort et 12h TU au Cros d'Utelle, la hausse des niveaux s'emballe : le pic est atteint dès 14h TU pour la première station avec 6,70 m, et à 18h TU avec 7 m pour la seconde (Fig. 29). De tels niveaux expliquent les débordements multiples ayant abandonné des laisses de crues jusqu'à plus de 2 m au-dessus de routes non emportées, parfois sous formes de centaines de troncs d'arbre comme au nord de Saint-Jean-la-Rivière (Vésubie). La décrue ne s'est amorcée que vers 04h TU le 3 octobre.

68Selon des estimations grossières, les courbes de tarage étant totalement dépassées, les débits de pointe de crue auraient approché 1000 m3/s à Tournefort (1,4 m3/s/km2) et dépassé 700 m3/s au Cros d'Utelle (> 1,8 m3/s/km2) (Fig. 30). Au Pont Napoléon III, le débit de pointe mesuré à l'embouchure du Var, réceptacle entre autres de la Tinée et de la Vésubie, a atteint 2933 m3/s à 16h15 TU, à comparer aux 3300 m3/s estimés de la crue record de novembre 1994. Nous ne disposons pas de valeur pour la Roya.

69Sur la Banque Hydro (lien 5), les hauteurs maximales retenues pour le 2 octobre 2020 sont 6,28 m à 14h16 TU pour la Tinée à Tournefort et 6,71 m à 15h45 TU pour la Vésubie à Utelle ; aucun débit de pointe n'est indiqué. Notons que pour la station du Plan de la Tour, qui a fonctionné sur la Tinée (un peu en aval de Tournefort) de 1972 à 2016, le débit cinquantennal serait de 260 m3/s (220-320 m3/s) selon la loi de GUMBEL.

III - Conclusion du Chapitre II

70Les facteurs de la susceptibilité sont extrêmement favorables à la formation de crues dans le haut massif du Mercantour là où altitudes et pentes sont fortes et les sols imperméables, et un peu moins en aval, où une végétation plus dense et plus arborée est présente. Ce haut massif a joué un rôle d'impluvium hors norme fournissant ainsi la fois des quantités phénoménales d'eau et de matériaux solides arrachés aux pentes, incluant également les arbres qui ont facilité les embâcles.

Chapitre III : Une grande vulnérabilité avec des concentrations humaines sur le chemin des crues

I - De nombreuses installations humaines le long des vallées : l'enjeu

71Dans la seconde moitié du XIXème siècle, un changement socio-économique et d'occupation de l'espace s'est opéré, dans la région comme dans le reste de la France, avec la décroissance de l'agriculture et l'exode rural, le développement des voies ferrées et de la nécessité des transports, l'appel des villes et des activités industrielles.

72La conséquence locale a été l'abandon progressif des voies empruntant les hauteurs depuis l'époque romaine au profit de nouvelles routes suivant le fond des vallées souvent délaissées jusque là, sauf pour les gués. Ces voies nouvelles ou agrandies ont souvent été construites aux dépends des cours d'eau, par exemple sur des digues rétrécissant le lit des rivières (comme la route longeant le fleuve Var dans son cours inférieur). Parfois leur construction s'est faite là où l'on trouvait de la place, donc dans le lit majeur, en évitant si possible les travaux, parfois pharaoniques, de percement de tunnels au-dessus des fonds de vallée.

73Cette logique d'occupation des bords de rivière s'est largement poursuivie jusqu'à maintenant, par exemple pour le doublement de la "route du ski" le long du Var et de la Tinée, et surtout par des constructions récentes (depuis les années 1960-70) qui ont ainsi jalonné de plus ou moins près le bord des rivières. Une kyrielle de maisons individuelles, chalets, ateliers a ainsi été construite dans les fonds de vallée, dont une partie non négligeable dans le lit majeur. Il y a là, à l'évidence, une fragilité et un risque d'endommagement de l'habitat et des infrastructures dont J.L. DURVILLE et al. (2013) montrent le rôle dans la vulnérabilité.

74Du fait de leur position topographique, ces établissements humains sont installés sur des terrains meubles, moraines dans la partie haute et alluvions fluviatiles post glaciaires en aval, faciles à déblayer par une rivière en crue, y compris par sapement latéral.

75En ces hautes vallées, milieux naturels assez rudes où les orages et la neige sont prégnants, la notion de risque naturel est présente dans les esprits. Mais peut-être pas à la hauteur de cet événement de 2020, ni même d'autres moins violents, puisque beaucoup d'installations humaines (et de résidences secondaires) côtoyaient de trop près une rivière ordinairement assez tranquille, alors qu'elle relève pourtant du monde alpin méditerranéen et de ses excès trop vite évaporés de la mémoire humaine.

76L'historique des crues du PPR Inondation de Saint-Martin-Vésubie (malheureusement le seul PPRI terminé de ces régions) mentionne ainsi 17 crues ayant entraîné des dégâts rien qu'au XXème siècle, dont 7 dans sa dernière décennie : attaque des berges, détérioration ou destruction d'ouvrages et infrastructures routières ou encore sur le bâti (PPRI, 2010). Les principales crues de 1991, 1992 et 1997 sont estimées avoir une période de retour comprise entre 20 et 100 ans. Elles étaient loin de l'ampleur de celle de 2020, mais témoignaient malgré tout d'une forte dynamique fluviale, avec ses dangers corrélatifs...

77Moins de détails sont disponibles pour la vallée de la Roya qui ne comporte pas encore de PPR dédié aux seules inondations, mais où les glissements de terrain sont récurrents.

II - Des moyens de lutte et de prévention, à court et long terme

78La vulnérabilité recouvrant aussi les moyens de lutte ou de défense contre les intempéries, ceux-ci peuvent être divisés en fonction du court et du long terme.

79À court terme, il apparaît que le système de prévention a bien fonctionné : le modèle AROME de Météo-France a été, cette fois, excellent en intensité et en localisation, performance d'autant plus remarquable que la configuration météorologique et les cumuls pluviométriques attendus étaient peu communs (Fig. 31) et que la localisation précise des épisodes méditerranéens est très difficile (M. KREITZ et al., 2020).

Figure 31. Cumuls de précipitations prévus par AROME entre le 2 octobre à 00h TU et le 3 octobre à 06h TU.

Figure 31. Cumuls de précipitations prévus par AROME entre le 2 octobre à 00h TU et le 3 octobre à 06h TU.

Source : Météo-France via Météociel, avec l'autorisation gracieuse de Météociel.

80De fortes pluies étaient déjà annoncées depuis plusieurs jours, et une vigilance météorologique rouge "Pluie-inondation" a été publiée le vendredi 2 octobre à 06h07 locales au niveau du département des Alpes-Maritimes, permettant aux services concernés : Pouvoirs publics, sécurité civile, autorités sanitaire, écoles, transports publics, etc., de se préparer et d'avertir.

81Cette vigilance a été prise très au sérieux : l'information a localement beaucoup circulé, de nombreux maires ont annulé les classes dans les écoles, les déplacements ont été réduits, y compris pour se rendre au travail. La population était donc prévenue depuis le littoral jusqu'à la montagne.

82Sur le long terme, du point de vue de la prévention, de nombreux aménagements ont été construits tout au long des rivières depuis longtemps, et reconstruits à la suite des crues : enrochements bétonnés, gabions, murs de protection, etc.

83Répétons en outre que l'habitude de phénomènes météos forts en montagne rurale (par opposition au monde citadin) fait aussi partie de la culture du risque, même s'il a été sous-estimé.

84Pour les communes de la Vésubie et de la Roya existent de nombreux PPR prescrits ou approuvés dans divers domaines autres que l'inondation (avalanche, mouvements de terrains surtout, séismes), parfois multi-phénomènes (Fig. 32). Les communes concernées par les évènements du 2 octobre sont aussi celles menacées par les cinq risques naturels possibles recensés, que sont les séismes, les avalanches, les inondations, les mouvements de terrain et les feux de forêt, selon le BRGM.

Figure 32 - Recensement des risques naturels potentiels par commune dans les Alpes-Maritimes.

Figure 32 - Recensement des risques naturels potentiels par commune dans les Alpes-Maritimes.

Source : N. MARÇOT, 2002 (document DDE, 2000), avec l'autorisation n° R21/10 du BRGM.

85Dans la vallée de la Vésubie, dès 2002 un PPR relatif aux "crues torrentielles" est prescrit, puis approuvé en 2010, pour Saint-Martin-Vésubie. Celui de Roquebillière est prescrit en 2018 selon le site de la Préfecture.

86Le PPRI de Saint-Martin-Vésubie présente une cartographie précise des lits mineur et majeur des deux rivières confluentes au village, puis de la Vésubie en aval. On note cependant que dans les parages du village, la zone rouge "de danger" R excède par endroits le lit majeur, mais surtout qu'en de nombreux points, la crue d'octobre 2020 a largement "débordé" de la zone R (Fig. 33) ! Cette crue a donc, par endroits, élargi le lit majeur multiséculaire.

Figure 33 - Secteurs (en jaune) où la crue a "débordé" la zone rouge de danger indiquée sur la carte du PPRI de Saint-Martin-Vésubie (2010).

Figure 33 - Secteurs (en jaune) où la crue a "débordé" la zone rouge de danger indiquée sur la carte du PPRI de Saint-Martin-Vésubie (2010).

Source : PPRI de Saint-Martin-Vésubie (plan de zonage, partie basse : lien 6).
La scène correspond approximativement au secteur représenté sur la Photo 1.
A et B : maisons de la Photo 8.
Cette carte, sans aucune valeur juridique, ne peut être utilisée qu'à des fins scientifiques et pédagogiques.

III - Un bilan terrible.

87Plusieurs types d'informations permettent de montrer à quel point ces crues ont eu des répercussions très graves : d'abord l'observation de visu, mais aussi les photographies aériennes comme les ortho express du 5 octobre à comparer avec celles de l'été 2020 (IGN, Alex), ou encore le document du CNES élaboré par comparaison entre images Pléiades du 21 mai 2016 (ESRI) et celles du 5 octobre 2020 (CNES).

88Une modification du paysage est frappante tout au long des vallées : une plaine de galets, blocs et troncs d'arbres à perte de vue, avec un parcours en "tresse" du cours d'eau, remodelé par les pelleteuses, remplace le fond de vallée à la végétation verdoyante et fermée d'avant.

89Les rivières ont localement exhaussé de plusieurs mètres leur talweg (Madone de Fenestre à Saint-Martin-Vésubie), mais ont surtout élargi leur lit majeur (voir III-II), qui dépasse parfois 150 ou même 200 mètres de largeur comme à Roquebillière (Photos 3 et 4).

Photo 3 - La Vésubie en amont immédiat de Roquebillière, le 16 octobre 2020. [cliché : Pierre CARREGA et Nicolas MICHELOT]

Photo 3 - La Vésubie en amont immédiat de Roquebillière, le 16 octobre 2020. [cliché : Pierre CARREGA et Nicolas MICHELOT]

À gauche : l'usine électrique.

Photos 4 - La Vésubie au nord de Roquebillière, avant et après.

Photos 4 - La Vésubie au nord de Roquebillière, avant et après.

La rivière a occupé jusqu'à plus de 200 mètres de largeur.
Source : IGN, https://alex.ign.fr (crédit IGN), données sous licence ouverte.

90Le paysage montre des maisons et chalets plus ou moins détruits ou envahis de blocs et de galets, mais beaucoup ont disparu, dont il ne reste littéralement aucune trace (Fig. 34). Les routes ont été détériorées ou emportées sur de nombreux points, ainsi que certains ouvrages (Photos 5 et 6).

Figure 34 - Recensement des bâtiments et routes détruits dans les environs de Roquebillière (Vésubie), à gauche, et de Saint Martin-Vésubie (Boréon) ,à droite.

Figure 34 - Recensement des bâtiments et routes détruits dans les environs de Roquebillière (Vésubie), à gauche, et de Saint Martin-Vésubie (Boréon) ,à droite.

En rouge : détruit. En orange : endommagé.
Document SERTIT du Laboratoire ICube (https://sertit.unistra.fr/​) daté du 6 octobre, établi à partir des images des satellites Pléiades (Centre National d'Etudes Spatiales ‒ CNES). Mention légale : crédit ICube-SERTIT 2020.

Photos 5 - Route de la Roya en amont de Breil, avant et après.

Photos 5 - Route de la Roya en amont de Breil, avant et après.

Source : IGN, https://alex.ign.fr (crédit IGN), données sous licence ouverte.

Photos 6 - Arrivée au tunnel frontière du col de Tende (voiture rouge à droite) avant et après.

Photos 6 - Arrivée au tunnel frontière du col de Tende (voiture rouge à droite) avant et après.

Source : IGN, https://alex.ign.fr (crédit IGN), données sous licence ouverte.

91Sur le flanc ouest du village de Saint-Martin-Vésubie, le Boréon a, selon les endroits, affouillé ou enseveli certaines maisons (Photo 7). La plupart des maisons ou bâtiments détruits étaient situés dans le lit majeur ou en zone rouge, plus ou moins proches du lit mineur, mais ce n'est pas systématique. Des maisons situées initialement à plus de 50 m du lit mineur (jusqu'à 140 m à Roquebillière !) se sont retrouvées en bordure de rivière sensu stricto, pourtant hors de la zone rouge du PPR inondations, parfois perchées à plus de 15 m de hauteur, preuve de la vigueur du sapement latéral capable d'emporter des terrains fluvio-glaciaires abandonnés par la rivière depuis probablement plusieurs centaines d'années ou plus, ce qui demande à être vérifié (Photo 8).

Photo 7 - Destruction et enfouissement de maisons sur le Boréon, à Saint-Martin-Vésubie. [cliché : Pierre CARREGA et Nicolas MICHELOT]

Photo 7 - Destruction et enfouissement de maisons sur le Boréon, à Saint-Martin-Vésubie. [cliché : Pierre CARREGA et Nicolas MICHELOT]

La vue regarde vers le nord.

Photo 8 - Maisons sur les dépôts morainiques en aval immédiat de la confluence au sud de Saint-Martin-Vésubie. [cliché : Pierre CARREGA et Nicolas MICHELOT]

Photo 8 - Maisons sur les dépôts morainiques en aval immédiat de la confluence au sud de Saint-Martin-Vésubie. [cliché : Pierre CARREGA et Nicolas MICHELOT]

La vue regarde vers le sud. La maison de gauche était située à 60 m de la rivière, celle de droite à 64 m. Elles correspondent aux bâtiments A et B de la figure 33.

92Au 15 décembre il n'était toujours pas possible d'obtenir de la Sous-Préfecture "Nice montagne" des éléments "fiabilisés"... Or les sources d'information disponibles sont diverses, fragmentaires et parfois contradictoires.

93 Heureusement, de nombreux articles du quotidien Nice-Matin ont permis au fur et à mesure d'avoir des informations "au fil du temps" avec parfois des synthèses : ainsi, selon le Préfet délégué à la reconstruction des vallées, le bilan était le suivant au 9 novembre (Nice-Matin, 9 novembre) :

  • 9 morts dont 7 identifiés, 11 disparus, 6 corps en Italie ;

  • 181 bâtiments totalement détruits : 93 à Saint-Martin-Vésubie, 23 à Roquebillière, 32 à Breil-sur-Roya, 24 à Tende, 3 à Fontan et 1 à Saorge, pour Vésubie et Roya ;

  • 116 maisons non habitables.

94Rien que pour la Roya, 14 ponts ont été détruits. Ils sont remplacés par des gués provisoires ou des ponts "Bailey" comme à Tende, et le train reliant Nice à Cunéo en Italie par la vallée de la Roya doit s'arrêter à Fontan (au nord de Breil). Le rétablissement de la ligne complète était initialement prévu pour le 18 janvier, mais a été repoussé au 3 mai (7 mois après le désastre). Le 8 décembre, Nice-Matin annonçait 50 km de routes détruites rien que dans la vallée de la Tinée... Tous les réseaux ont souffert : eau potable, assainissement, électricité, etc. Il n'est pas possible ici d'avoir une liste exhaustive de ce désastre.

95De son côté, le site internet du Conseil départemental des Alpes-Maritimes (lien 7) semble minimaliste en indiquant au 23 décembre : 59 maisons totalement détruites (39 à Saint-Martin-Vésubie, 10 à Tende, 10 à Roquebillière) ; entre 50 et 100 maisons très endommagées et fragilisées sur l'ensemble des secteurs ; 12 ouvrages d'art majeurs détruits (10 sur la Roya et 2 ponts cadres à Saint-Martin-Vésubie) ; 32 routes coupées, dont 7 dans la vallée de la Roya, particulièrement touchée ; 800 foyers toujours sans électricité contre 15000 au plus fort de la crise (88 groupes électrogènes raccordés)...

96Les cimetières de Saint-Martin-Vésubie et surtout de Saint-Dalmas-de-Tende ont été partiellement détruits (Photos 9) et des cadavres dont l'origine était incertaine (victimes ou dépouilles déterrées) ont été retrouvés sur le littoral, après un parcours de plusieurs dizaines de kilomètres.

Photos 9 - La Roya et le cimetière de Saint-Dalmas-de-Tende avant et après.

Photos 9 - La Roya et le cimetière de Saint-Dalmas-de-Tende avant et après.

Source : IGN, https://alex.ign.fr (crédit IGN), données sous licence ouverte.

97Les plages proches de l'embouchure du Var, surtout à l'ouest (Saint-Laurent-du-Var), ont été recouvertes de bois flottés (troncs, branches, débris de chalets) : 3770 tonnes ont été collectées, dont 3300 à Saint-Laurent-du-Var (Nice-Matin, 4 décembre 2020), sans compter tout ce qui est resté dans le lit des cours d'eau et qui sera probablement remobilisé ultérieurement.

98Le seul site internet communal avec des pages dédiées à la tempête est celui de Saint-Martin-Vésubie (lien 8), récemment enrichi d'analyses sur cet aspect. D'un point de vue résilience, il faut noter que la vallée de la Vésubie fait entièrement partie de la Métropole Nice Côte d'Azur. Celle-ci, du fait de ses capacités, a pu très vite, et de manière impressionnante mettre de gros moyens à la disposition de sa vallée sinistrée (lien 9), bien plus que ne pouvait probablement le faire la Communauté d'agglomération Riviera Française pour la vallée de la Roya. Charge au département et à l'État d'ajouter leur aide matérielle et financière, et d'équilibrer les aides.

99Au total, 70 communes ont été mises en "état de catastrophe naturelle" et, au 1er décembre, certains villages ou quartiers étaient encore non desservis par le réseau routier ou d'eau potable, en particulier dans la vallée de la Roya. On attend 14000 déclarations aux assurances, dont 12000 pour des logements, 900 pour des entreprises, véhicules ou bâtiments agricoles...

100Les efforts pour remettre en état tous les réseaux (routier, mais aussi d'eau, d'électricité, d'épuration, de téléphone, etc.) ont été extraordinaires, mais la reconstruction prendra des années et son coût est estimé a au moins 1,54 milliard d'euros selon un pré-rapport remis en préfecture (Nice-Matin, numéro spécial "Nos vallées", 6 décembre). À côté de cela, la résilience repose aussi sur la chaine de solidarité hors du commun dont a bénéficié la région dévastée, sous des formes très diverses, publiques et privées.

101La figure 35 représente un organigramme conceptuel reprenant les différents points principaux intervenant dans l'articulation entre les composantes du risque, et à l'intérieur de ces dernières, selon deux échelles temporelles à bien distinguer. Ce type de schéma peut être appliqué à tous les cas particuliers, y compris pour d'autres risques (P. CARREGA, 2005) et propose donc un résumé "personnalisé", une signature de chaque événement. La prédominance de la couleur rouge colle à la réalité du désastre.

Figure 35 - Synthèse des composantes du risque concernant l'épisode catastrophique du 2 octobre 2020 en montagne des Alpes Maritimes.

Figure 35 - Synthèse des composantes du risque concernant l'épisode catastrophique du 2 octobre 2020 en montagne des Alpes Maritimes.

Écriture en rouge : facteurs aggravants ; en vert : facteurs minorants ; en bleu : bilan neutre, en raison de la combinaison d'influences contraires.

102Cet organigramme tente de donner à chaque composante ou élément de composante sa part de responsabilité dans le désastre, pour comprendre et pointer ce qui ne relève pas directement de l'homme et ce qu'il faut changer pour le futur. Il suggère qu'ici l'aléa et la susceptibilité se sont malheureusement ligués pour produire des crues exceptionnelles face à la génération desquelles l'homme est pratiquement impuissant. C'est donc sur la vulnérabilité, dans sa partie structurelle, à long terme, qu'il faut manifestement travailler pour éviter la reproduction d'un tel bilan.

Conclusion générale

103L'épisode du début octobre 2020, qui restera dans les mémoires à tous points de vue, est déjà devenu un cas d'école. Il n'était pas question de recenser ici tous les dégâts, mais la focalisation sur les vallées de la Vésubie et de la Roya les plus dévastées ne doit pas cacher les dommages subis ailleurs en montagne, y compris dans les Préalpes de Grasse, en particulier avec les glissements de terrain. De nouveaux arrêtés "CatNat" se sont ajoutés à ceux concernant d'abord 55 communes, puis 15 autres, à la fin décembre 2020.

104L'exception est le terme adéquat pour les cumuls en 24 h, 12 h et 6 h relevés aux Mesches dans la vallée de la Roya (respectivement 663, 574 et 336 mm) et à Saint-Martin-Vésubie (500, 432 et 295 mm). Il peut s'appliquer à d'autres valeurs très fortes, puisque dépassant 200 mm dans 23 postes, sans compter l'Italie.

105Près de 2000 km2 ont reçu plus de 200 mm, montrant qu'il ne s'agit pas d'un de ces phénomènes méditerranéens "habituels" affectant de manière très intense et rapide (2h à 6h) une surface assez restreinte, souvent à proximité du littoral.

106Il nous semble que, plus que dans la température de la surface de la mer, il faut rechercher l'origine physique d'un tel événement dans l'occurrence d'une perturbation au dynamisme précoce pour la saison. Cela s'est produit dans un contexte où la circulation atmosphérique actuelle est caractérisée par un accroissement des types méridiens, allié à un plus lent déplacement des ondes d'altitude et donc des talwegs. L'effet en est une persistance durable d'un régime donné sur un même territoire, ici, pendant plus de 24 heures, un flux soumis à fort cyclonisme, chaud, humide et instable, de direction sud à sud-ouest et juxtaposé parallèlement aux grands axes du relief à l'est et au nord de Nice qui ont guidé, accéléré et soulevé le flux.

107L'aléa pluviométrique est indéniablement hors norme et indépendant de toute action humaine directe. On ne peut donc espérer agir sur lui. La susceptibilité de cette région est particulièrement favorable à un ruissellement très intense et rapide sur les parties hautes aux longs versants fortement inclinés et constitués de roches imperméables, là où se retrouvent les épicentres pluviométriques, malheureusement assez bien calqués sur les bassins versants. De plus, aucune rétention sous forme de neige n'a pu exercer un effet tampon du fait de la température élevée. Là encore, on ne peut espérer de changement.

108Il faut cependant relativiser le caractère récent de ce type de phénomène, dans la mesure où l'on ne dispose que de 71 années pour la plus longue série de données, celle de Saint-Martin-Vésubie, et où des crues impressionnantes dans la première moitié du XXème siècle, voire avant, sont évoquées, ne fut-ce qu'oralement, par des "Anciens". Toutefois ces événements se sont produits dans un contexte de susceptibilité plus favorable qu'aujourd'hui aux crues, puisque les versants étaient nettement plus dénudés que de nos jours, la forêt ne cessant de regagner du terrain dans l'étage montagnard, voire même sub-méditerranéen, avec l'abandon des pratiques agricoles.

109Enfin, la vulnérabilité est la composante la plus contrastée : à court terme, l'alerte a été correctement donnée et diffusée grâce au bon fonctionnement du système de transmission. L'action des secours alliés à des initiatives parfois héroïques a sécurisé maintes personnes en danger avant et pendant le déchaînement d'origine météorologique ; la reconstruction a été très vite entreprise dans des conditions extrêmement difficiles, ne fut-ce que pour les accès ; tout cela en période de lutte contre la Covid-19...

110Le point de faiblesse majeur au cours de cet événement, le seul sur lequel l'homme puisse intervenir pour empêcher qu'un aléa de même ampleur ne reproduise une telle catastrophe, car il y aura encore des crues, se situe à long terme, sur la localisation des reconstructions : il est évident que la plupart des maisons ou installations détruites étaient menacées ou condamnées en raison de leur emplacement, malgré les efforts de protection.

111Si le risque zéro est illusoire, la reconstruction doit néanmoins s'opérer en tenant compte de cette réalité.

Remerciements : Nous ne saurions trop remercier Météo-France, et en particulier Jean-Michel SOUBEYROUX pour la fourniture professionnelle, efficace et bienveillante de données et documents. Merci également à toutes les autres institutions à l'origine de mesures (EDF, Métropole Nice-Côte-d'Azur, Association Météo06...), à nos amis passionnés Nicolas MARTIN (Laboratoire ESPACE et Raphaël CHOCHON (Laboratoire GéoAzur), à ToNy06 d'infoclimat, et surtout à mon ami Jean-Pierre LABORDE pour nous avoir fait bénéficier de ses conseils en pluviométrie-hydrologie et de sa maîtrise en statistique des extrêmes, ainsi qu'à Claude MARTIN pour la densité de son investissement. Nous remercions également tous les organismes qui nous ont autorisés à utiliser et reproduire leurs documents.

Haut de page

Bibliographie

BAILLON M. (2008) - Mise en œuvre de lois statistiques dans la production opérationnelle de durées de retour de pluies intenses. Communication aux troisièmes rencontres Météo/MathAppli, 56 diapositives, en ligne.

BARRET I., JACQ V. et RIVRAIN J.C. (1994) - Une situation à l'origine de pluies diluviennes en région méditerranéenne. L'épisode orageux des 22 et 23 septembre 1993 sur le Sud-Est de la France. La Météorologie, 8ème série, n° 7, p. 38-60.

BOUCEFIANE A, MEDDI M, LABORDE J.P. et ESLAMIAN S. (2014) - Rainfall frequency analysis using extreme values distributions in the steppe region of Western Algeria. International Journal of Hydrology Science and Technology, vol. 4, n° 4, p 348-367

CARREGA P. (1995) - Les précipitations et la situation météorologique responsables de la crue exceptionnelle du Var, le 5 novembre 1994. Nimbus, n° 6-7, p. 68-73.

CARREGA P. (2004) - Heavy rainfall hazards. In : Natural disasters and sustainable development , R. CASALE et C. MARGOTTINI, Édit. Springer, Berlin Heidelberg (Allemagne), chapitre 8, p. 127-139.

CARREGA P. (2005) - Le risque d'incendie en forêt méditerranéenne semi-urbanisée : le feu de Cagnes-sur-Mer (31 août 2003). L'Espace géographique, vol. 34, n° 4, p. 305-314, en ligne.

CARREGA P. (2016) - Les inondations azuréennes du 3 octobre 2015 : un lourd bilan lié à un risque composite. Pollution Atmosphérique, Climat, Santé, Société, n° 228, en ligne.

CARREGA P. et GARCIA E. (2000) - Les fortes précipitations quotidiennes en Toscane et leur cartographie. Publications de l'Association Internationale de Climatologie, vol. 13, p. 169-180.

COSANDEY C., ANDREASSIAN V., MARTIN C., DIDON­LESCOT J.F., LAVABRE J., FOLTON N., MATHYS N. et RICHARD D. (2004) ­ The hydrological impact of the Mediterranean forest : a review of French research. Journal of Hydrology, vol. 301, n° 4, p. 235­249.

DAVY L. (1989) - Une catastrophe naturelle : l'averse nîmoise du 3 octobre 1988 et ses conséquences hydrologiques. Hydrologie Continentale, vol. 4, n° 2, p. 75-92.

DUCROCQ V, AULLO G et SANTURETTE P. (2003) - Les précipitations intenses et les inondations du 12 et 13 Novembre 1999 sur le Sud de la France. La Météorologie, 8ème série, vol. 42, p. 18-27.

DURVILLE J.L., FLURY-HÉRARD B., RIMOUX L. et WINTER L. (2013) - Vulnérabilité des réseaux d'infrastructures aux risques naturels. Rapport du CGEDD, 102 p., en ligne.

GOGUEL J. (1967) - Carte géologique de la France à 1/50000 : Saint-Martin-Vésubie - Le Boréon. Édit. BRGM, Orléans.

GUMBEL E.J. (1958) - Statistics of extremes. Édit. Columbia University Press, New York, 696 p.

JACQ G. (2016) - Les épisodes cévenols. Un aperçu historique. La Météorologie, vol. 93, p. 50-57.

JACQ V. (1994) - Inventaire des situations à précipitations diluviennes sur le Languedoc-Roussillon, la Provence-Alpes-Côte d'Azur et la Corse. Période 1958-1994. Édit. Météo-France, Paris, 190 p.

KOUTSOYIANNIS D. (2004) - Statistics of extremes and estimation of extreme rainfall : 2. Empirical investigation of long rainfall records. Hydrological Sciences Journal, vol. 49, n° 4, p. 591-610.

KREITZ M., CALAS C. et BAILLE S. (2020) - Inondations de l'Aude du 15 octobre 2018 : analyse météorologique, conséquences hydrologiques et prévisibilité. La Météorologie, vol. 110,  pp. 46-64.

LABORDE J.P. et MOUHOUS N. (1998) - Logiciel Hydrolab. À télécharger à partir du lien, avec notice explicative, 42 p.

LABORDE J.P. (2009) - Éléments d'hydrologie de surface. Édit. École polytechnique de l'UNSA, Biot, 202 p., en ligne.

MARÇOT N (2002) - Document de synthèse sur l'état d'avancement annuel de la politique risques en PACA - Alpes-Maritimes. Édit. BRGM, rapport BRGM/RP-51442-FR, Marseille, 53 p.

MARTIN C. (2010) - Les inondations du 15 juin 2010 dans le Centre Var : réflexion sur un épisode exceptionnel. Études de Géographie Physique, n°XXXVII, p. 41-76, en ligne.

MARTIN C. (2012) - Retour sur l'épisode hydrologique du 15 juin 2010 dans le Var (France) : le cas de la Nartuby. Études de Géographie Physique, n° XXXIX, p. 53-62, en ligne : en ligne.

MENEROUD J.P. et CALVINO A. (1976) - Carte ZERMOS : région de la Moyenne Vésubie (Alpes-Maritimes). Édit. BRGM, Orléans.

MULLER A. (2006) - Comportement asymptotique de la distribution des pluies extrêmes en France. Thèse de l'Université Montpellier II, 245 p.

NUISSIER O., DUCROCQ V., RICARD D., LEBEAUPIN C. et ANQUETIN S. (2008) - A numerical study of three catastrophic precipitating events over southern France. I : Numerical framework and synoptic ingredients. Quarterly Journal of the Royal Meteorological Society, vol. 134, p. 111-130.

PAYRASTE O., GAUME É., JAVELLE P., JANET B., FOURMIGUÉ P., LEFORT P., MARTIN A., BOUDEVILLAIN B., BRUNET P., DELRIEU G., MARCHI L., AUBERT Y., DAUTREY É., DURAND L., LANG M., BOISSIER L., DOUVINET J., MARTIN C., RUIN I. et l'équipe "enquêtes post-événements" d'HyMex (2019) - Analyse hydrologique de crue-éclair catastrophique du 15 juin 2010 dans la région de Draguignan (Var, France). La Houille Blanche, vol. 2019, n° 3-4, p. 140-148.

PPRI Saint-Martin-Vésubie (2010) - Plan de prévention des risques naturels prévisibles relatif aux crues torrentielles. Commune de Saint-Martin-Vésubie. Rapport de présentation. Direction départementale des territoires et de la mer, Alpes-Maritimes, 66 p.

RIBES A., SOULIVANH T., VAUTARD R., DUBUISSON B., SOMOT S., COLIN J., PLANTON S. et SOUBEYROUX J.M. (2018) - Observed increase in extreme daily rainfall in the French Mediterranean. Climate Dynamics, vol. 52, p. 1095-1114.

VAUTARD R., YIOU P., VAN OLDENBORGH G.J., LENDERINK G., THAO S., RIBES A., PLANTON S., DUBUISSON B. et SOUBEYROUX J.M. (2015) - Extreme fall 2014 precipitation in the Cévennes mountains. Bulletin of the American Meteorological Society, vol. 96, n° 12, p. S56-S60.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Localisation de la région étudiée (au nord de la ligne rose, secteur approximativement le plus affecté).
Légende Source de la carte : Wikipédia (lien 1), crédit Flappieth, Creative Commons CCDLicense. Le document a été modifié : ajout des localités et autres indications géographiques.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 2 - Situation météorologique générale du 2 octobre à 12h TU sur l'Europe.
Légende Source : Met Office (British-Crown copyright, Met Office), https://www.metoffice.gov.uk, avec son autorisation gracieuse.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Figure 3 - Zoom sur les isobares de surface en hPa concernant la France, le 2 octobre 2020 à 12h TU.
Légende Intervalle : un isobare, noir. En pointillés rouges, altitudes du géopotentiel 500 hPa.Source : Météocentre (http://meteocentre.com/​toulouse/​), avec son autorisation gracieuse.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 575k
Titre Figure 4 - Altitude du géopotentiel à 1,5 PVU, et vents, le 2 octobre 2020 à 12h TU (modèle ARPEGE ‒ Météo-France).
Légende Source : Météociel (https://www.meteociel.fr/​), avec son autorisation gracieuse.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 5 - Position du Jet stream au niveau 250 hPa (> 10000 m d'altitude), le 2 octobre 2020 à 12h TU.
Légende Couleurs : vitesses en nœuds. Lignes noires : isohypses du géopotentiel 250 hPa.Source : Météocentre, avec son autorisation gracieuse.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre Figure 6 - Géopotentiel 500 hPa, le 2 octobre 2020 à 12h TU.
Légende Les isohypses noires indiquent l'altitude et les couleurs, la température.Source : Météocentre, avec son autorisation gracieuse.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre Figure 7 - Valeur prévue de la théta'w au niveau 850 hPa. le 2 octobre 2020 à 12h TU (Météo-France).
Légende Source : Météociel, avec son autorisation gracieuse.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Figure 8 - Radiosondage de Cunéo, le 2 octobre 2020 à 12h TU.
Légende Source : Météocentre, avec son autorisation gracieuse.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Figure 9 - Densité communale de foudroiement pour 10 km2, le 2 octobre 2020 arrêtée à 12h TU.
Légende Source : KERAUNOS / Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents / www.keraunos.org, avec son autorisation gracieuse.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Figure 10 - Direction et vitesse du vent en km/h prévues au niveau 925 hPa, le 2 octobre 2020 à 12h TU(modèle ARPEGE ‒ Météo-France).
Légende Source : Météociel, avec son autorisation gracieuse.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Titre Figure 11 - Vitesses verticales en hPa/heure prédites au niveau 700 hPa le 2 octobre 2020 à 19h TU (modèle AROME ‒ Météo-France).
Légende Source : Météociel, avec son autorisation gracieuse.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 12 - Température de surface de la mer Méditerranée (golfe de Gênes) le 2 octobre 2020.
Légende Document gracieusement fourni par l'Ifremer (https://wwz.ifremer.fr/​ ‒ crédit Ifremer 2020 - CERSAT/LOPS/CMEMS). Auteur : Cédric PRÉVOST.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Figure 13 - Température du point de rosée à 2 m, le 2 octobre 2020 à 12h TU (modèle AROME ‒ Météo-France).
Légende Source : Météociel, avec son autorisation gracieuse.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 14 - Eau précipitable en mm le 2 octobre 2020 à 19h00 TU (modèle AROME ‒ Météo-France).
Légende Source : Météociel, avec son autorisation gracieuse.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Titre Tableau I - Liste des 65 postes équipés de pluviomètres ou pluviographes, et quantités de pluies tombées en 24 heures entre le 2 et le 3 octobre 2020 (de 06h à 06h TU).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Figure 15 - Localisation des 65 pluviomètres et pluviographes utilisés pour cette étude.
Légende Carte réalisée à l'aide du logiciel QGIS
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Titre Figure 16 - Précipitations reçues entre le 2 octobre à 06h TU et le 3 à 06h TU (interpolation spatiale selon IDW par les auteurs).
Légende Carte réalisée à l'aide du logiciel QGIS.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 915k
Titre Figure 17 - Cumuls de précipitations entre le 2 octobre à 06h TU et le 3 à 06h TU estimées par radar pluviométrique (données non calibrées et non corrigées).
Légende Source : Infoclimat (https://www.infoclimat.fr/​), avec son autorisation gracieuse.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 649k
Titre Figure 18 - Cumuls de précipitations entre le 2 octobre à 06h TU et le 3 à 06h TU estimées par radar pluviométrique (données ANTILOPE) et par les pluviomètres de réseaux divers au sol.
Légende Source : document Météo-France reprenant les observations provenant de divers réseaux de pluviomètres.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Titre Figure 19 - Cumuls horaires de précipitations mesurées par les pluviographes des postes EDF des Mesches et de Saint-Martin-Vésubie.
Légende Source des données : EDF.Le poste de Saint-Martin-Vésubie porte le numéro Météo-France MF061227005.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Tableau II - Périodes de retour de la précipitation journalière maximale annuelle antérieure à l'épisode de 2020 (record de 2003) et de celle de 2020, selon les lois de GUMBEL et GEV : stations de Breil-sur-Roya, Saint-Martin-Vésubie et Tende.
Légende Lois utilisées : GUMBEL et GEV. Pour chaque poste, deux périodes ont été considérées, une de n années, s'arrêtant à 2019, et une de n+1 années, incluant l'épisode particulièrement exceptionnel d'octobre 2020.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 20 - Ajustement de 71 pluies journalières maximales annuelles à Saint-Martin-Vésubie (1950-2020) selon la loi de GUMBEL.
Légende La série de points correspond aux valeurs observées, la droite au trait épais représente les valeurs modélisées, les deux courbes-enveloppes matérialisent l'intervalle de confiance (IC) à 80 %.Les deux dernières valeurs à droite sont celles de 2003 et 2020.Les traitements ont été réalisés avec le logiciel HYDROLAB
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Figure 21 - Ajustement de 71 pluies journalières maximales annuelles à Saint-Martin-Vésubie (1950-2020) selon une loi GEV avec k = -0,073).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Figure 22 - Ajustement de 71 pluies journalières maximales annuelles à Saint-Martin-Vésubie (1950-2020) selon une loi GEV avec k = -0,254).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau III - Valeurs centennales et bicentennales de la précipitation journalière maximale annuelle pour les postes de Breil-sur-Roya, Saint-Martin-Vésubie et Tende (Roya).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Figure 23 - Précipitations journalières maximales de chaque année entre 1987 et 2020 à Breil-sur-Roya, et tendance.
Légende Source des données : Météo-France.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Figure 24 - Précipitations journalières maximales de chaque année entre 1952 et 2020 à Tende-OBS Bourg, et tendance.
Légende Source des données : Météo-France.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Figure 25 - Précipitations journalières maximales de chaque année entre 1950 et 2020 à Saint-Martin-Vésubie ONF OBS, et tendance.
Légende Source des données : Météo-France.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 26 - Principaux bassins versants des Alpes-Maritimes.
Légende Figure réalisée d'après un document de l'Agence Régionale pour l'Environnement (ARPE PACA).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Figure 27 - Topographie escarpée des environs de Saint-Martin-Vésubie.
Légende La largeur de la scène est de 13 km (ouest-est).Sources : iPhiGéNie (copie d'écran), crédit IGN 2020, pour la carte du haut, et image Google Earth, crédit Google Earth 2021, pour l'image du bas.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 870k
Titre Photo 1 - Saint-Martin-Vésubie et la confluence du Boréon (à gauche) et de la Madone de Fenestre (à droite, avec le pont), le 19 octobre 2020. [cliché : Pierre CARREGA et Nicolas MICHELOT]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Titre Photos 2 - Vallée de la Tinée au vallon d'Ullion (commune de Marie) : voie à double sens défoncée et recouverte par le cône de déjection lui-même recoupé par la Tinée.
Légende À gauche : avant l'épisode. À droite : après l'épisode.Source : IGN, https://alex.ign.fr (crédit IGN), données sous licence ouverte. Toutes les photos comparées "avant et après" présentées dans le présent document, proviennent de Ortho express été 2020 et Ortho express octobre 2020.Le Nord y est systématiquement situé en haut.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Titre Figure 28 - Région du Mercantour et couvert végétal : pelouse et rocaille sur les sommets.
Légende La largeur de la scène est de 35 km (ouest-est).Source : image Google Earth (crédit Google Earth 2021).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Titre Figure 29 - Hauteurs enregistrées sur différents cours d'eau du 2 au 4 octobre 2020 (heures locales, soit TU+2).
Légende Source : Vigicrues (www.vigicrues.gouv.fr), avec son autorisation gracieuse.Les hauts bassins concernés par les pluies exceptionnelles du 2 octobre 2020 sont ici ceux de la Vésubie à Utelle et de la Tinée à Tournefort (courbes du haut).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Figure 30 - Débits de différents cours d'eau du 2 au 4 octobre 2020 (heures locales, soit TU+2).
Légende Source : Vigicrues (www.vigicrues.gouv.fr), avec son autorisation gracieuse.Les hauts bassins concernés par les pluies exceptionnelles du 2 octobre 2020 sont ici ceux de la Vésubie à Utelle et de la Tinée à Tournefort (courbes du haut).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Figure 31. Cumuls de précipitations prévus par AROME entre le 2 octobre à 00h TU et le 3 octobre à 06h TU.
Légende Source : Météo-France via Météociel, avec l'autorisation gracieuse de Météociel.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Titre Figure 32 - Recensement des risques naturels potentiels par commune dans les Alpes-Maritimes.
Légende Source : N. MARÇOT, 2002 (document DDE, 2000), avec l'autorisation n° R21/10 du BRGM.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Figure 33 - Secteurs (en jaune) où la crue a "débordé" la zone rouge de danger indiquée sur la carte du PPRI de Saint-Martin-Vésubie (2010).
Légende Source : PPRI de Saint-Martin-Vésubie (plan de zonage, partie basse : lien 6).La scène correspond approximativement au secteur représenté sur la Photo 1.A et B : maisons de la Photo 8.Cette carte, sans aucune valeur juridique, ne peut être utilisée qu'à des fins scientifiques et pédagogiques.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Titre Photo 3 - La Vésubie en amont immédiat de Roquebillière, le 16 octobre 2020. [cliché : Pierre CARREGA et Nicolas MICHELOT]
Légende À gauche : l'usine électrique.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 537k
Titre Photos 4 - La Vésubie au nord de Roquebillière, avant et après.
Légende La rivière a occupé jusqu'à plus de 200 mètres de largeur.Source : IGN, https://alex.ign.fr (crédit IGN), données sous licence ouverte.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Figure 34 - Recensement des bâtiments et routes détruits dans les environs de Roquebillière (Vésubie), à gauche, et de Saint Martin-Vésubie (Boréon) ,à droite.
Légende En rouge : détruit. En orange : endommagé.Document SERTIT du Laboratoire ICube (https://sertit.unistra.fr/​) daté du 6 octobre, établi à partir des images des satellites Pléiades (Centre National d'Etudes Spatiales ‒ CNES). Mention légale : crédit ICube-SERTIT 2020.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 835k
Titre Photos 5 - Route de la Roya en amont de Breil, avant et après.
Légende Source : IGN, https://alex.ign.fr (crédit IGN), données sous licence ouverte.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 566k
Titre Photos 6 - Arrivée au tunnel frontière du col de Tende (voiture rouge à droite) avant et après.
Légende Source : IGN, https://alex.ign.fr (crédit IGN), données sous licence ouverte.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
Titre Photo 7 - Destruction et enfouissement de maisons sur le Boréon, à Saint-Martin-Vésubie. [cliché : Pierre CARREGA et Nicolas MICHELOT]
Légende La vue regarde vers le nord.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Photo 8 - Maisons sur les dépôts morainiques en aval immédiat de la confluence au sud de Saint-Martin-Vésubie. [cliché : Pierre CARREGA et Nicolas MICHELOT]
Légende La vue regarde vers le sud. La maison de gauche était située à 60 m de la rivière, celle de droite à 64 m. Elles correspondent aux bâtiments A et B de la figure 33.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Photos 9 - La Roya et le cimetière de Saint-Dalmas-de-Tende avant et après.
Légende Source : IGN, https://alex.ign.fr (crédit IGN), données sous licence ouverte.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
Titre Figure 35 - Synthèse des composantes du risque concernant l'épisode catastrophique du 2 octobre 2020 en montagne des Alpes Maritimes.
Légende Écriture en rouge : facteurs aggravants ; en vert : facteurs minorants ; en bleu : bilan neutre, en raison de la combinaison d'influences contraires.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/12370/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Carrega et Nicolas Michelot, « Une catastrophe hors norme d'origine météorologique le 2 octobre 2020 dans les montagnes des Alpes-Maritimes », Physio-Géo, Volume 16 | -1, 1-70.

Référence électronique

Pierre Carrega et Nicolas Michelot, « Une catastrophe hors norme d'origine météorologique le 2 octobre 2020 dans les montagnes des Alpes-Maritimes », Physio-Géo [En ligne], Volume 16 | 2021, mis en ligne le 02 mai 2021, consulté le 07 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/12370 ; DOI : https://doi.org/10.4000/physio-geo.12370

Haut de page

Auteurs

Pierre Carrega

Professeur émérite, Université Côte d'Azur - UMR ESPACE/CNRS, 06000 NICE.
Courriel : Pierre.CARREGA@univ-cotedazur.fr

Nicolas Michelot

Docteur Géographe-climatologue.
Courriel : nmichelot@gmx.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo EuroPub database
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search