Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVolume 16HommagesQu'il en soit ainsi, Gilles ! Hom...

Hommages

Qu'il en soit ainsi, Gilles ! Hommage à Gilles RITCHOT

Philippe Martin
p. 9-30

Texte intégral

1Quand on se penche sur une tranche d'histoire structurée par un homme, un auteur, un chercheur, une réflexion originale, il faut distinguer deux choses :

  • les relations que nous avons pu avoir avec cette personne ;

  • et les influences dont nous avons pu bénéficier, consciemment ou non, à la lecture de ses travaux, de son œuvre, parfois.

2Le lecteur me pardonnera de suivre ce plan simplissime, mais il nous conduira progressivement à revisiter la théorie morphogénétique proposée par Gilles RITCHOT, d'en voir certaines limites comme la forme séminale, avant d'introduire explicitement la dimension d'échelle qu'il a, semble-t-il, peu prise en compte.

1 ) Rencontres et conséquences

3J'ai personnellement très peu connu Gilles RITCHOT (1935-2021). En recherchant, plus dans mes disques durs que dans ma mémoire, je pense pouvoir indiquer que nous nous sommes rencontrés trois fois en séminaire :

  • En 1997, Gilles RITCHOT était venu en Avignon au tout début de l'UMR ESPACE, sur invitation de Joël CHARRE (Directeur créateur de cette nouvelle équipe de recherche, qui avait perçu tout l'intérêt de la question de la forme pour la géographie), pour un séminaire où j'avais présenté mon approche fractale des formes du relief, ce qui l'avait intéressé, me sembla-t-il ;

  • Ensuite, en mai 2002, il était revenu en Avignon, mais cette fois à l'invitation de François MORICONI ÉBRARD et de moi-même. Gilles RITCHOT avait alors fait trois interventions, l'une sur la géomorphologie (sa discipline de formation ‒ G. RITCHOT, 1963, 1968, 1975), l'autre sur la géographie humaine (qu'il avait abordée au cours de sa carrière ‒ G. RITCHOT, 1999) et enfin une troisième sur la géographie structurale dont les termes essentiels sont regroupés dans un petit manuel trop peu connu, mais qui devrait être appelé à une très grande postérité (G. DESMARAIS et G. RICHTOT, 2000), et qui a été précédé par un autre ouvrage épistémologique de G. DESMARAIS, avec préface de G. RITCHOT (1998).

  • Enfin, en juin 2008, à l'invitation de nouveau de François MORICONI ÉBRARD, nous nous sommes retrouvés à Paris (au SEDET) avec cinq autres intervenants. Ce séminaire devait donner lieu à une publication qui n'a jamais pu voir le jour.

4À cela il faut ajouter une intervention de Gaétan DESMARAIS ("Les formes structurantes de la Rome antique") lors du Géopoint 2004 sur "La forme", que j'avais organisé comme cinq autres de 2002 à 2012. Ce texte (G. DESMARAIS, 2006) peut être envisagé comme une introduction à l'ouvrage que Gilles RITCHOT publiera en 2011 : La morphogenèse de Rome : de la discontinuité première au débordement actuel.

5Cet hommage ne cherchera pas à faire l'inventaire des très nombreuses publications de Gilles RITCHOT, très souvent parues au Canada où il était professeur (Université de Laval pour l'essentiel). Je laisse à ses élèves et à d'autres personnes plus proches de lui le soin de faire ce travail bibliographique et je m'attacherai, en revanche, à présenter certaines de ses idées fondamentales, en insistant, en particulier, sur sa double qualité de géographe (physique et humaine).

2 ) Arrière-plan épistémologique

6Cette double culture, physique et humaine, semble indispensable si le projet de la géographie est de modéliser les formes et les changements de forme de l'espace géographique, de la surface de la Terre conçue comme le support physique d'une dissipation d'énergie pour partie naturelle (géodynamique interne et externe) et pour partie anthropique (énergie "fossile"...).

7Certaines formes sont, de toute évidence, purement humaines (les pyramides de Khéops, Khephren et Mykérinos sur le plateau de Gizeh...), alors que d'autres sont fondamentalement naturelles (la chaîne du Mont Blanc...), mais sans oublier que certains associent intimement les dimensions humaine et physique, comme par exemple bien des paysages (le bocage normand et les marais de Camargue...), l'archétype de cette "symbiose" étant peut être les jardins à la française ?

8Dans certains cas, pour certaines questions, il est plus aisé de conduire une réflexion en géographie physique, puis de généraliser les conclusions ou avancées à la géographie humaine, mais la situation peut être inverse.

9Par essence, les formes anthropiques ou naturo-anthropiques sont plus difficiles à aborder puisqu'elles font intervenir des déterminants, une causalité qui relève de choix humains dont les raisons et la rationalité ne sont pas toujours évidentes et guère aisées à modéliser. Quand les paysages sont ceux, par exemple, de la Somme ou de Verdun, d'un champ de bataille meurtri par l'artillerie et zébré de tranchés..., l'étude des formes anthropiques entre dans une autre dimension, celle de la folie des humains.

10D'une façon plus générale, la question de la forme est si complexe, si transversale à bien des disciplines, pour ne pas dire à toutes (mathématique, physique, biologie, sémiologie, urbanisme, géographie...), qu'il est de bon aloi d'en aborder certains aspects selon tels ou tels angles. Le travail fondateur de René THOM (2003), sur lequel nous reviendrons brièvement ci-dessous, est exemplaire de ce point de vue.

11On peut toutefois avancer une typologie ou une première classification. Certaines formes ne portent que sur de l'information. C'est le cas dans la sémiotique, mais aussi avec le structuralisme dans certains de ses aspects (cf. ci-dessous l'équation universelle). D'autres intègrent de la matière, laquelle selon ARISTOTE, aspire à la forme, sans laquelle elle n'est que chaos. Cet aspect matériel a de très nombreuses conséquences, dans la mesure ‒ comme nous le verrons ci-dessous ‒ où la forme, une fois déployée, devient elle-même causale. On peut aussi aborder les formes selon leur taille : celles de l'architecte ne seront pas celles de l'urbaniste, etc. Mais cette structuration en échelle peut aussi être consubstantielle à la morphologie elle-même. Apparaissent ici les formes fractales, dont l'ubiquité n'est plus à démontrer. On peut aller encore plus loin en montrant que l'espace dans lequel les formes se cristallisent est lui-même fractal ; ses dimensions deviennent alors elles-mêmes fractales, etc. (L. NOTTALE, 2011).

12Le caractère multidisciplinaire des formes est donc extrême et il n'est donc pas inutile, dans la perspective de leur étude, de disposer de cultures multiples.

13Cette logique permet en outre, pour la géographie, de refonder une union entre le physique et l'humain (ce que nous nommons re-naturalisation de la géographie ‒ cf. ci-dessous) et par là de donner, à la géographie, une identité et une utilité sociale plus affirmées.

14Pour ces raisons, aussi, la géographie devrait cultiver une physique des formes de l'espace géographique, ce que Gilles RITCHOT a tenté de faire tout au long de sa vie.

15Le travail de Gilles RITCHOT se place donc sous le haut patronage des réflexions développées par René THOM (2003), qui écrit dans l'un de ses ouvrages les plus connus (Stabilité structurelle et morphogenèse, 2ème édition, 1977, p. 1) : "Un des problèmes centraux posés à l'esprit humain est le problème de la succession des formes. Quelle que soit la nature ultime de la réalité (à supposer que cette expression ait un sens), il est indéniable que notre univers n'est pas un chaos ; nous y discernons des êtres, des objets, des choses que nous désignons par des mots. Ces êtres ou choses sont des formes, des structures douées d'une certaine stabilité ; elles occupent une certaine portion d'espace et durent un certain laps de temps ; de plus, bien qu'un objet puisse être perçu sur des aspects très différents, nous n'hésitons pas à le reconnaître comme tel ; la connaissance d'un même être sous l'infinie multiplicité de ses aspects pose à elle seule un problème (le classique problème philosophique du concept), que seuls, me semble-t-il, les psychologues de l'école de la Gestalt-théorie ont posé dans une perspective géométrique accessible à l'interprétation scientifique. Supposons ce problème résolu conformément à l'intuition naïve, qui accorde aux choses extérieures une existence indépendante de notre perception. Il n'en faut pas moins admettre que le spectacle de l'univers est un mouvement incessant de naissance, de développement, de destruction de formes. L'objet de toute science est de prévoir cette évolution des formes, et si possible, de l'expliquer".

16Et René THOM d'ajouter : "L'essentiel de la méthode préconisée dans cet ouvrage consiste à admettre a priori l'existence d'un modèle différentiel sous-jacent au processus étudié et, faute de connaître explicitement ce modèle, à déduire de la seule supposition de son existence, des conclusions relatives à la nature des singularités du processus" (p. 4). Mais, souligne René THOM, "dans la plupart des cas on procèdera en sens inverse : de l'examen macroscopique de la morphogenèse d'un processus, de l'étude locale ou globale de ses singularités, on s'efforcera de remonter à la dynamique qui l'engendre" (p. 8). En d'autres termes, on procèdera de façon abductive dans le cadre d'un processus inverse devant nous conduire à la "racine", aux raisons et conditions fondamentales de l'émergence d'une forme, lesquelles dérivent, comme nous le verrons ci-dessous, de l'actualisation d'un potentiel, de la transformation d'une énergie potentielle en capacité d'action.

17C'est une démarche (la remontée des conséquences aux causes) qui est habituelle aux géomorphologues, qui observent, identifient, nomment, décrivent, classent... des formes dont l'origine n'est pas évidente. Certaines de ces formes peuvent avoir plusieurs centaines de milliers d'années, voire des millions d'années pour certaines à petites échelles et des milliards d'années pour les grands cratons ou boucliers canadien, africain...

18Le géomorphologue doit donc inférer une origine, une causalité aux formes observées. La logique intervient dans ce processus, mais il est connu que différents processus peuvent donner des formes semblables. L'observation de dynamiques actives est aussi un moyen, mais faire des modèles physiques se heurte nécessairement aux problèmes de la longue durée et de l'échelle du phénomène. Pour pallier cela, les géomorphologues, par exemple pour étudier les morphologies périglaciaires, sont allés les observer là où actuellement elles sont encore actives (Spitsberg...).

19Tout cela est limité, discutable et discuté et appelle, de toute évidence, de pouvoir fonder l'analyse des formes sur une théorie d'essence mathématique (le virtuel contrôlé de René THOM) qui orientera et validera les développements possibles. En d'autres termes, pour être pleinement scientifiques, les géomorphologues, qui travaillent sur une prodigieuse question, doivent monter en abstraction. C'est ce qu'a essayé de faire Gilles RITCHOT, par exemple, avec le concept de vacuum (cf. ci-dessous).

20Cela étant, notre perception ‒ conception du monde fondée sur un rapport esthétique (capacité d'éprouver, de ressentir...) ‒ se trouve largement limitée par la dimensionnalité de notre environnement et de notre être, déjà difficilement concevables comme étant à quatre dimensions (les trois de l'espace et celle du temps) et encore plus problématiques si on ajoute une dimension d'échelle, ce qui nous conduit à devoir, en géographie, déjà par impératif géométrique et de modélisation, manipuler un espace à cinq dimensions.

21Mais il semble en outre assez évident que plus le système considéré est complexe (comme les anthroposystèmes), plus le nombre de ses degrés de liberté croît, et donc plus le nombre de ses dimensions croît aussi. Les espaces fonctionnels nécessaires à leurs descriptions pourraient donc être de dimension infinie. Face à de telles difficultés, il ne faut pas s'étonner que les approches formalisées pour rendre compte de l'état différencié et en différenciation de l'espace géographique laissent un goût d'inachevé.

22J'espère que de cette façon, en prenant un peu de recul, le lecteur pourra au moins disposer d'un survol de cette production particulièrement importante de Gilles RITCHOT. Ne seront donc données en bibliographie que des références majeures qui ouvrent sur un premier aperçu de sa pensée.

23Comme on peut le voir, les rencontres évoquées ci-dessus sont arrivées bien tard dans la carrière de Gilles RITCHOT (débutée en 1957), ce qui présente un avantage certain, car à cette époque sa réflexion était bien cristallisée. Ses idées maîtresses avaient été testées, professées, critiquées et souvent rejetées.

3 ) Le géomorphologue

24Il était alors possible, à partir du matériel publié, des livres en particulier, de recueillir ce qu'il y avait d'essentiel dans la pensée de Gilles RITCHOT, pensée dont on parlait peu en France, du moins pas dans les milieux (Universités de Montpellier et d'Aix-en-Provence) que j'ai fréquentés jusqu'à mon entrée à l'Université d'Artois à Arras en 1994, et jusqu'au moment où j'ai commencé à penser à mon HDR à partir d'une question globalement encore non résolue : comment penser, en géographie, la forme autrement que de façon :

  • descriptive (poétique et littéraire pour les meilleurs écrivains d'entre les géographes) ;

  • classificatoire ou typologique (comme bien des géomorphologues essayaient de le faire sur la base d'une origine souvent fantasmée, la géomorphologie expérimentale étant très limitée et la géomorphologie dynamique déployée depuis tout au plus un petit siècle : mesure de l'érosion, etc.) ;

  • et historique, ce qui était la voie essentielle, jalonnée par les informations chronologiques "absolues" (stratigraphiques, les mesures nucléaires à part le C14 n'existant pas encore) et "relatives" (position des éléments lithologiques et caractéristiques des formes et de leurs évolutions : aplanissement de rejets...). Cette reconstitution géomorphologique doit s'appuyer nécessairement sur des jalons chronologiques. Aujourd'hui, certains sont donnés par des mesures physiques, comme celles des cosmonucléides qui permettent de connaître le temps d'exposition des surfaces aux rayonnements cosmiques. Plus classiquement, ce fut la stratigraphie qui a fourni des jalons, avec toutes les difficultés que l'on connaît en situation de charriage, de nappes constituées de séries renversées, de klippe... La Provence (J. NICOD, 1967) a été, de ce point de vue, un laboratoire exceptionnel. Reste que la forme elle-même peut être un jalon chronologique, non pas tant par la connaissance du moment de sa constitution (et encore : le creusement des gorges des Grands Causses peut servir de jalon) que par son annihilation. C'est le cas classique des rejets de faille (ampleur cumulée du déplacement tectonique) nivelés par une érosion aréolaire, par la réalisation d'une surface d'aplanissement. Les paysages des Grands Causses sont au niveau des causses une vaste surface d'aplanissement polygénique qui résulte de l'aplanissement d'accidents tectoniques (élévations de plis, rejets de failles...).

25La géomorphologie (et plus largement la géographie), c'est d'abord l'identification et la classification des accidents morphologiques stables, dont il aurait fallu faire la théorie, et pas nécessairement l'histoire.

a. Anisotropie

26En géomorphologie, la forme était alors déclarée comprise lorsqu'on en avait fait l'histoire, en combinant ‒ ce qui était l'intérêt majeur de cette approche ‒ le temps et l'espace, les attributs ou qualités et les formes, et en tenant compte d'un arrière-plan climatique. Cet arrière-plan climatique (géomorphologie climatique), particulièrement envisagé pour la fin du Tertiaire et le Quaternaire (glaciations...), se structure selon des périodes d'une durée de l'ordre de la centaine de milliers d'années (les périodes froides étant plus longues que les phases interglaciaires). La géologie et la morphologie ont, en revanche, un pas de temps qui est, au moins, de l'ordre du million d'années, la destruction des reliefs étant en gros dix fois plus lente que le phénomène orogénique.

27Sans cette différence de vitesse, il n'y aurait pas de reliefs, donc de formes, à l'exception d'une surface globalement isotrope, avec quelques traces d'impacts (cratères...) comme sur la Lune. La Terre serait comme une boule de billard et la géographie fondée sur des différences locales (tel lieu est différent de tel autre, à telle distance) ne pourrait exister. La géographie est donc fille de l'anisotropie, que ce soit dans son volet physique, comme dans son volet humain, cette anisotropie étant non seulement spatiale, mais aussi scalaire (lois d'échelle).

28La spécificité de la Terre (par rapport à d'autres astres) est donc cette régénération morphologique de sa surface à un pas de temps relativement rapide et cela sous des contraintes physiques et humaines qui produisent en permanence de la différenciation, des formes. Notre astre est, de ce point de vue, bien vivant et la géographie indispensable. Mais le corolaire de cette différenciation permanente est obligatoirement l'énergie, qu'elle soit celle d'une eau qui court ou celle d'un litre de pétrole.

b. De la géomorphologie structurale

29Le commentaire géomorphologique, il est vrai, est très scolaire et débouche sur très peu d'applications possibles, mais il nécessite de manier la structuration scalaire du temps et des objets morphologiques, car il y a de petites et de grandes formes, articulées dans l'étendue, emboîtées parfois (comme la gorge dans le plateau), contiguës ailleurs, comme la plaine, le piedmont et la montagne. Contrairement à ce que d'aucuns peuvent penser, la géomorphologie structurale est très abstraite et ne se fait pas seulement ni même principalement en "labourant" un "terrain", pour reprendre une expression éculée, mais qui dit bien l'impasse dans laquelle cette discipline s'est plongée.

30Cette "matrice" géomorphologique est donc celle à partir de laquelle Gilles RITCHOT et tous les géomorphologues formés jusque dans les années 2000 (au mieux) ont été soumis. Ayant moi-même été formé ainsi, je ne peux que retrouver dans les travaux de Gilles RITCHOT ce mode de pensée qui était hautement cohérent, intégrateur, spatial, temporel et scalaire. En perdant la géomorphologie structurale, la géographie a donc beaucoup perdu, au moins sur le plan de la formation des esprits.

31La scientificité de cette géomorphologie, souvent critiquée, est tout à fait acceptable si l'on admet que la qualité scientifique des travaux dans de telles matières ‒ où l'expérimentation est impossible, où la dimension des objets est incommensurable, où les durées en jeu sont énormes et les connaissances de plus en plus limitées lorsque l'on remonte dans le temps ‒ est liée à une prise en compte de tous les faits et observations disponibles, à la publicité des données et à l'explicitation de raisonnements, même si, comme dans tous les domaines scientifiques, les connaissances d'un jour sont appelées à évoluer le lendemain.

32En d'autres termes, la méthode de la géomorphologie structurale (au sens où elle était fortement liée à la structure géologique ‒ Gilles RITCHOT reprendra ce qualificatif de "structurale" pour la géographie, mais dans un sens bien plus structurel, donc au sens de LÉVI-STRAUSS) ‒ est tout à fait remarquable et formatrice, d'autant que s'appliquant à des phénomènes naturels, elle ne peut être idéologique ou que de façon très marginale. Un lapié est un lapié, même s'il peut être un crypto-lapié. En pays granitique, un tor est un tor et seuls leurs empilements de boules peuvent être déconstruits. C'est donc cette matrice géomorphologique qui est à la base des réflexions de Gilles RITCHOT en géographie humaine. Ne pas prendre en compte cette dimension, c'est se contraindre à entrer plus difficilement dans sa pensée, qui est déjà suffisamment complexe comme cela !

4 ) Homologie des principes

33Comme je l'ai indiqué dans mon HDR (P. MARTIN, 2004), en reprenant une expression de J. PETITOT (1978-b, p. 43), la forme se trouvait et se trouve toujours faire l'objet d'une "obstruction galiléenne" ‒ c'est-à-dire qu'elle doit faire face au déni de sa possible étude scientifique sur un mode formel, l'approche artistique (sculpture, peinture, musique...) étant au contraire "légale" –, ce qui, pour une géomorphologie non naturaliste, a-historique, est une vraie difficulté (et plus largement pour la géographie, qui est encore aujourd'hui très descriptive : cartographie, analyse statistique, classification), performative (ubris idéologiques, marxistes ou non) et historique (grand récit), comme d'ailleurs presque toutes les sciences humaines et sociales, animées aujourd'hui d'un mouvement curieux, dont je ne sais s'il faut le qualifier de tournant ?

34Cette obstruction, je l'avais nommée "aporie de la géographie". La question est de savoir comment penser la forme par elle-même, pour elle-même et non pas comme exclusivement la conséquence d'une dynamique qui lui est extérieure. Cette dynamique peut être naturelle ‒ l'écoulement des rivières est une des causes du creusement des vallées ‒ ou anthropique. Celle-ci est définie selon une approche mercantiliste et/ou marxiste, voire capitaliste par la création de valeur ajoutée, les flux, le marché, les échanges... ; ces éléments étant l'explication exclusive de la ou des formes urbaines, de la ou des formes anthropiques.

35On voit ici que le type de réflexion est le même dans le domaine naturel et dans le monde anthropique. Dans les deux cas, le principe de l'explication de la forme, ici une falaise (sapée en son pied par la houle), là une dalle (du quartier de la Défense à Paris, par exemple) couronnée en son sommet par son Arche, est le même. Seuls les facteurs des systèmes morphogénétiques changent. La mer enlève la craie du cap Gris-Nez et roule des galets ; les architectes et autres urbanistes coulent du béton et ferraillent des piliers.

36Dans cette logique, la forme, en elle-même, n'existe pas ou, plus exactement, sera déterminée par la résistance des matériaux, leur érodibilité... La falaise s'éboulera lorsque l'encoche marine sera trop importante et la résistance des couches dépassée. De même, sans béton précontraint et ferraillage massif, la voûte ne pourra qu'être en plein cintre (à la romaine) ou en ogive (à la "médiévale"). Ces formes, et elles seules, dans une certaine mesure (arcs-boutants...), permettent de descendre les charges sans rupture. Il y a là une recherche d'optimalité, souvent copiée de la nature (cf. le Pont d'Arc à Vallon, par exemple, ou la Tour Eiffel, largement dérivée de l'observation de l'intérieur des os des oiseaux) ; il y a donc là une physique de la force, pas de la forme. En géographie humaine, cela conduit à une surdétermination des explications par la science économique ; en géomorphologie, à une réflexion quasi uniquement centrée sur les processus dynamiques externes.

5 ) Dépasser l'aporie

37Comment dès lors penser scientifiquement quelque chose, alors que la science "classique" vous dénie qu'il soit possible fondamentalement de le faire ? Comment penser un relief si la forme, en elle-même, n'est pas une question scientifique ? Comme penser l'espace géographique, qui n'est qu'un assemblage de formes, si la forme ne peut être étudiée formellement, mais seulement décrite, classée et historicisée ?

38La difficulté est importante et ancienne, mais des progrès majeurs ont pu être réalisés lors du grand demi-siècle qui vient de s'écouler depuis la Seconde Guerre mondiale. Et dans ces progrès, pour la géographie, Gilles RITCHOT a pris une place considérable. De plus, c'est un des rares auteurs qui a tenu les deux bouts de la géographie, celui de la géographie physique d'abord, celui de la géographie humaine ensuite.

39À côté d'autres courants, comme celui porté par René THOM en mathématique, comme celui correspondant à la galaxie des sciences de la complexité, etc., Gilles RITCHOT a essayé d'apporter un moyen de compréhension des structures spatiales. Il ne s'agissait alors plus de faire le récit de l'histoire d'une forme subissant des processus morphogénétiques, mais de l'aborder pour elle-même, en elle-même, mais selon une vision géographique (spatiale et scalaire).

40Comment s'y est-il pris ? Là encore il faut revenir à la géomorphologie. On voit toutefois que dans l'explication de la forme urbaine (de Québec et de Rome, par exemple ‒ G. RITCHOT, 1999 et 2011 respectivement), la réflexion est redevenue historique et l'homologie de structure avec la pratique en géomorphologie structurale est patente. D'où la même question que pour le commentaire géomorphologique, que l'on retrouve dans la discussion qui a suivi la présentation de G. DESMARAIS au Géopoint 2004 (G. DESMARAIS, 2006) : comment validez-vous le très beau récit spatialisé que vous venez de nous faire au delà de sa cohérence évidente ? (p. 254).

41Au delà de cette idée de validation, la question centrale est celle de la logique abductive. Comment est-il possible de passer des observations de terrain ‒ lesquelles ne peuvent être comprises qu'enchâssées dans une conception préexistante (dans une crypto "théorie" ?) ‒ à une expression, au mieux formelle, des causes des observations ? Ensuite, comment est-il possible, à partir de ces deux niveaux de compréhension, de formaliser une théorie d'essence conceptuelle ? Ces questions sont majeures.

42On peut toutefois commencer à clarifier le problème, comme le fait Gilles RITCHOT, en distinguant les objets d'étude (tel versant, telle montagne, telle ville...) et les objets de connaissance. L'objet d'étude se définit par une relation empirique, immédiate, matérielle, largement esthétique, entre une manifestation et un observateur, lequel doit être en situation intellectuelle (formation...) d'appréhender l'objet d'étude. L'objet de connaissance est la résultante d'une construction formelle, par de très nombreux chemins et à partir de plusieurs exemples ou expériences, fondée sur des concepts. Pour dire les choses simplement, une rivière qui coule est un objet d'étude. E = 1/2mv2 est un objet de connaissance qui articule trois concepts : l'énergie, la masse et la vitesse. Jamais, dans la nature, on ne le rencontrera, sous cette forme. Mais, sous cette forme, il est d'une puissance infinie. Les possibilités humaines sont liées à des objets de connaissance depuis peut-être le premier chopper (galet aménagé).

43Cette démarche, qui doit être a minima une volonté, est absolument essentielle. Il faut chercher à atteindre ou construire "un objet théorique qui soit distinct des formes observables" (G. DESMARAIS et G. RITCHOT, 2000, p. 125) et "comme toute science théorique, la géographie se doit de forger un objet de connaissance qui permette de reconstruire la diversité phénoménale à partir de concepts constitutifs" (p. 128).
Certes, mais comment ?

6 ) Recherche d'une logique interne

44Gilles RITCHOT, comme nous l'avons vu, était géomorphologue de formation. Il a soutenu sa thèse de 3ème cycle, portant sur La plateforme de Montréal, en 1963 à l'Université de Strasbourg. Ce travail aboutira en 1975 à un manuel de géomorphologie unique en son genre : Essai de géomorphologie structurale.

45Dès la page 10, Gilles RITCHOT pose le problème de la forme au travers de deux propositions, et de deux seulement :

  • Des rivières creusent des vallées (proposition 1).

  • Des vallées creusent des surfaces de plateaux (proposition 2).

46La proposition 1 est classique et Gilles RITCHOT souligne l'extériorité à la forme, et donc à la morphologie, de son origine (processus morphogénétiques). Son explication "scientifique", c'est-à-dire l'explication de sa morphogenèse, passe donc par des phénomènes d'érosion (ss ou ls) étudiés aujourd'hui par les géosciences au travers de mesures de taux, de rythmes et en essayant de boucler des bilans.

47La proposition 2 est moins classique, même si elle s'appuie sur la définition du plateau (surface aplanie ‒ souvent une surface d'aplanissement comme en Aubrac ‒ dans laquelle un cours d'eau est encaissé ; il est en cela lui-même une chronologie relative) ; et Gilles RITCHOT de noter : "Les formes de reliefs peuvent jusqu'à un certain point s'expliquer les unes par les autres ; une forme pourrait en éroder une autre. [...] Les assemblages de formes représenteraient davantage qu'une addition d'éléments statistiques déterminés de l'extérieur" (p. 12). Il y aurait donc la possibilité de penser une origine "interne" à la forme et ainsi une voie (laquelle ?) pour l'étudier, pour elle-même, en elle-même. De même, il y aurait, en amont des processus physiques et physico-chimiques, une compétition possible, un conflit dont nous verrons ci-dessous qu'il peut se dérouler entre attracteurs modélisant dans l'espace fonctionnel de contrôle l'apparaître morphologique tangible.

48Et Gilles RITCHOT de conclure : "Les deux propositions 1 et 2 ne sont pas équivalentes. La première exclut l'hypothèse de causalité interne en géomorphologie. La seconde exprime une participation possible des formes aux processus de leur organisation, susceptible de limiter, donc de relativiser le rôle tenu par les agents comme les rivières, dont on sait qu'elles creusent des vallées" (p. 12).

a. Questions de formes

49D'une certaine façon, toute la question de la forme est là, qu'elle soit naturelle ou anthropique :

  • Si la forme n'est que la résultante de processus géophysiques (érosion, etc.), alors elle n'a pas à être étudiée en elle-même, pour elle-même. Il faut et il suffit d'en faire la description, la typologie et l'histoire, ce que les géomorphologues ont allègrement fait et ce qui les a conduits à d'énormes difficultés, bien plus graves que celles pointées par certains travaux pourtant hautement critiques (A. REYNAUD, 1971, 1997). En effet, l'explication de leur objet d'étude ne se trouvait pas dans le champ de leur étude, mais dans la physique et les réactions chimiques observables à la surface de la Terre. Ne pas avoir perçu cette contradiction interne a creusé la tombe de la géographie physique en géographie. Par ailleurs, la France devenant de moins en moins rurale et de plus en plus urbaine, c'est-à-dire thermodynamique, il n'y avait plus grand intérêt à se pencher sur les conditions environnementales de production de la valeur ajoutée rurale (température, humidité, pente, localisation possible de la plante) ; restait la question de l'environnement, rapidement préemptée par les écologues et plus largement par les géosciences. Enfin, ne pas avoir soulevé, dans le domaine naturel, la question de la forme, par elle-même, pour elle-même, conduisait mécaniquement, dans le domaine anthropique de la géographie humaine, en plein développement, à accréditer l'idée, ou du moins à ne pas la mettre en question, que la forme n'est qu'une résultante dont la scientificité dépend des conditions, des facteurs de sa morphogenèse, tout ce contre quoi René THOM et Gilles RITCHOT, dans leur domaine respectif, se sont élevés ; la géographie ne peut dès lors que devenir une sociologie, une anthropologie, une économie spatialisée, ce que l'on voit et lit tous les jours, son objet d'étude propre et discriminant lui échappant ; il est actuellement, d'une certaine façon en déshérence.

  • Si la forme est une dimension originale de l'histoire, donc s'il existe une cause formelle (au sens plein de ce terme), alors la forme doit être étudiée pour ce qu'elle est vraiment : un élément indispensable à la compréhension du monde. Mais à ce niveau de la réflexion, il faut distinguer deux choses, dont l'une ne fait pas problème, alors que l'autre soulève bien des difficultés dans notre monde moderne. Cela a dû avoir une conséquence notable dans les travaux de Gilles RITCHOT, mais pour l'établir formellement avec précision, il faudrait faire l'exégèse de toute son œuvre, ce qui est hors de notre portée.

b. Les deux causes formelles

50Le fait que la forme ait une action efficiente sur les processus, les flux... ne pose pas de problèmes fondamentaux. Ainsi la forme de la vallée guide la crue. La forme du réseau de drainage d'un bassin versant modèle les pics de crue, tout comme la morphologie du réseau d'autoroutes contraint le déplacement des vacanciers lors du grand chassé-croisé estival, etc. C'est l'effet superficiel d'une cause formelle qui ne l'est alors pas moins, superficielle.

51La seconde acception de la cause formelle postule qu'elle aurait une certaine existence propre qui permettrait de singulariser la forme en elle-même, de comprendre (et de modéliser) la singularité qu'est la forme elle-même. Dans ce cas, la cause formelle pourrait correspondre à un archétype, un patron, un modèle, une structure... qui "contrôlerait", en retour, les processus morphogénétiques et ceux-ci ne pourraient donc pas être modélisés sans celle-là. C'est ce que montre, à un certain niveau de conception (intermédiaire), l'ubiquité de certaines formes géographiques comme le méandre (qui correspond à une courbe de flambage) rencontré sur tous substrats (roche, glace, eau, air, etc.). Mais apparaissent ici aussi, comme souvent, les questions d'optimalité et de minimisation, de moindre action (principes variationnels). Par exemple, la courbe de flambage est la fonction qui assure la dissipation la plus régulière de l'énergie de la rivière d'amont en aval. Cela explique que cette morphologie se retrouve sur (ou dans) bien des substrats (roche : méandre ; glace : bédiaire ; eau : Gulf Stream ; air : Jet Stream ; etc.), car elle répond à un principe variationnel, tels que ceux étudiés historiquement par Pierre-Louis MOREAU de MAUPERTUIS, Pierre de FERMAT... (F. MARTIN-ROBINE, 2006).

52Cette conception aristotélicienne conduit donc à disjoindre la forme et la matière, et ce fut l'une des grandes ambitions de René THOM que de redonner sens et fondement à l'hylémorphisme aristotélicien que les géographes devraient considérer avec plus d'intérêt.

53Cela étant, l'exagération sous un flux d'énergie, autrement dit le déploiement de la singularité initiale (niveau profond ‒ singularité sur laquelle nous devrons revenir, car c'est fondamental pour l'autonomie de la forme), va ordonner, contraindre les lieux de morphogenèse et les différencier, donc produire de la géographie.

54En d'autres termes, l'espace géographique est un lieu où se dissipe l'énergie (tellurique, solaire ou anthropique) en tant qu'il est un support mis en forme (morphogenèse et morphologie) pour et par cette dissipation. L'origine de toute forme, donc la singularité qui l'initie, est à rechercher dans un potentiel d'énergie qui devient une capacité d'action. S'initie donc, par exemple, une petite fluctuation qui donnera, x milliers d'années plus tard, un "beau" méandre (de la Seine...), par déploiement spatial de la forme de la courbe de flambage.

55Dans un méandre, le creusement se fait sur la rive concave (là où la vitesse de l'eau est généralement la plus rapide) et l'alluvionnement (érosion lato sensu, en prenant en compte les dépôts) se fait sur la rive convexe. Le jeu combiné de l'érosion (stricto sensu) sur la rive concave et de l'érosion lato sensu sur la rive convexe conduit à l'exagération progressive de la boucle du méandre, puis au recoupement de son pédoncule (comme à Vallon Pont d'Arc) et aboutit ainsi à l'annihilation de la forme différenciée / différenciante !

56Il y a donc, une phase de morphogenèse différenciante (développement d'une forme généralement reconnaissable et identifiable esthétiquement) et une phase de morphogenèse uniformisante (annihilation de la forme courbe et retour à la forme la plus simple : la ligne droite ; en 2D ce sera la surface d'aplanissement globalement isotrope, donc a-géographique, là encore remarquable) et géométriquement euclidienne. Cela implique que toute (ou presque) fractalité a été détruite lors de la phase d'aplanissement.

57Cette euclidianité est essentielle à plusieurs niveaux. Elle l'est dans le cadre des catastrophes thomiennes (pli, fronce...) qui sont les attracteurs des processus ; elle l'est aussi dans le cadre des archétypes morphologiques mis en œuvre à la surface de la Terre naturellement et anthropiquement et ailleurs (méandre, vortex... et pyramide, géode...) ; et elle l'est enfin, car après une randonnée en géométrie fractale, la forme sous contrainte de plus en plus faible (la surface d'aplanissement qui devient de plus en plus aplanie, la ville ruinée...) revient à une forme euclidienne ou sub-euclidienne, alors que chacun sait que les reliefs altiers comme la nappe du bâti (M. FORRIEZ, 2010) sont organisés en échelle.

58Le cycle géomorphologique (davissien) d'une surface d'aplanissement à une autre surface d'aplanissement est donc une séquence où géométriquement la surface de dissipation de l'énergie passe d'un état non fractal à un état fractal (invariant, covariant d'échelle...) pour revenir à un état non fractal. La structuration fractale est maximale lorsque la dissipation d'énergie est maximale. Les morphologies sont des réponses aux taux de dissipation. Il est donc logique que les reliefs de montagne soient des fractales, tout comme les villes qui sont le lieu essentiel de la dissipation des vecteurs anthropiques d'énergie (électricité...).

c. Émergence

59Cette vision laisse toutefois de côté la question profonde de l'émergence de la singularité (pourquoi le cours de la rivière se met-il à méandrer ? Ici et pas ailleurs ?) et plus profondément encore, la question est de savoir s'il y a plusieurs modèles d'émergence, de cristallisation initiale catastrophique, et donc si une typologie des déterminants morphologiques purement structurels peut être faite.

60En d'autres termes, il s'agit de savoir comment un potentiel énergétique qui se traduit en capacité d'action (une surface d'aplanissement qui est soulevée, par exemple) va être traduit morphologiquement ? La question est donc générique. Cette nouvelle capacité d'action doit-elle nécessairement se produire en mettant en œuvre certaines solutions (comme les catastrophes de René THOM) qui pourraient être en nombre limité, comme les sept catastrophes thomiennes pour un espace à peu de dimensions ?

61Cela pourrait expliquer le côté récurrent des morphologies qui souvent se ressemblent, ce qui a permis leur identification et la définition de concepts prospectifs. Ainsi la combe jurassienne (vernaculairement une vallée) est-elle devenue un concept de la géomorphologie structurale désignant une vallée ouverte dans le sens axial d'un anticlinal, à la différence de la cluse, avec ses deux goulets, qui elle est transverse.

62Dans cette logique, il existerait donc un contrôle structurel (la catastrophe étant une expression figurative ou algébrique d'une structure fondamentale ; cf. l'équation universelle ci-dessous) de l'apparaître morphologique à la base de toutes les formes de l'espace géographique.

63La théorie des catastrophes de René THOM apporte un début de réponse positive à cette question, même si elle est en devenir (problème de stabilité structurelle... ‒ P. MÜÜRSEPP, 2021). Et Gilles RITCHOT, en s'appuyant sur les travaux de René THOM (2003) et de Jean PETITOT (1988-b, 1992), a essayé d'ouvrir cette voie en géographie, humaine plus que physique, ce qui n'est pas le moindre de ses mérites.

d. Singularité et forme

64Cela étant, et il faut le signaler dès maintenant (avant d'y revenir plus bas), si la question de la forme, de la singularité et d'une typologie possible des singularités est essentielle, celle de la cause de la manifestation de ces singularités n'est pas moins fondamentale.

65Cette cause est à rechercher dans l'existence d'un potentiel, plus exactement dans une différence de potentiel, laquelle peut n'être que potentielle (il ne se passe rien entre un point haut d'un talweg et un point bas si la rivière qui le parcourt est à sec) ou se transformer en capacité de travail, en possibilité d'action ou de réaction (chimique...), donc de morphogenèse, grâce à l'eau qui a des propriétés chimiques, une masse et qui acquiert une vitesse.

66Dès que la rivière coule à nouveau, l'énergie potentielle de position se transforme en énergie cinétique (carré de la vitesse multiplié par la moitié de la masse : E = 1/2mv2) ; laquelle est capable d'actions : de cisaillement, de transport... et donc de morphogenèse.

67Le même schéma est possible à partir d'une morphologie totalement isotrope (surface d'aplanissement soulevée, par exemple) et dès lors la forme nouvelle n'émerge d'aucune morphologie préexistante, d'une page blanche ou plus vraisemblablement d'une morphologie chaotique, non structurée. Cela ne signifie pas que des facteurs (par exemple lithologiques) ne puissent jouer un rôle dans les premiers temps de la morphogenèse (surface sédimentaire vs de socle, etc.), voire après (antécédence...).

68Mais si la dynamique est possible dans l'espace tangible, elle doit aussi être envisagée dans l'espace de contrôle, pour l'attracteur, qui recèle tous les possibles réalisables dans l'espace tangible et que le début de la dégradation de l'énergie fait se déployer. La question que pose René THOM est de savoir ce que sont ces manifestations, qualifiées par lui de catastrophes, terme traduisant à la fois la bifurcation, la non-linéarité, le basculement vers autre chose, mais ouvrant aussi sur l'imaginaire "catastrophiste", ce qu'a largement porté E.C. ZEEMAN (1977), repris notamment dans A. PAPADOPOULOS (2018), en particulier par M. CHAPERON (2018). Le problème est ensuite de les classer et d'en donner les potentialités.

69Les travaux géomorphologiques de Gilles RITCHOT concernent très largement les morphologies du Bouclier canadien retouchées par les diverses glaciations. Ces morphologies se situent très largement dans un milieu où les hauteurs de chute sont limitées, voire faibles. En d'autres termes, il faut s'attendre à décrire des formes sub-euclidiennes, ce qui est bien le cas et ce qui a conduit Gilles RITCHOT à de très longues discussions sur la différence existant entre pédiplaine, pénéplaine... Toute la première partie de son manuel publié en 2000 (Géomorphologie structurale) est donc logiquement l'exposé d'une géomorphologie euclidienne, ou presque. Son regard aurait été probablement différent s'il s'était intéressé aux Rocheuses de l'Ouest canadien où le niveau énergétique est infiniment supérieur et où la dissipation d'énergie qui se produit est beaucoup plus importante.

70Cela étant, il y a bien deux questions géométriques fondamentales dans la causalité formelle : celle des formes archétypales (méandre...) et celle du déploiement des formes, le tout sous une causalité qui ne peut être que l'énergie et surtout sa dissipation (P. MARTIN, 2012). En fait, il y en a une troisième. Dans quelle mesure les contraintes structurelles contrôlent-elles les dynamiques empiriquement observables, y compris humaines ?

71La disparition de la dimension potentielle de l'énergie produit une émergence (une singularité), laquelle conduit au déploiement d'une morphologie archétypale qui va s'affronter (au sens nietzschéen de la volonté de puissance) aux morphologies préexistantes qui résistent, et la gorge creusera la surface d'aplanissement, formant ainsi ce que les géographes appellent un plateau, pour reprendre la proposition 2 de Gilles RITCHOT.

7 ) Cheminement et transfert

72Ces archétypes, ces patrons, ces modèles sont-ils aussi à la base des formes anthropiques ? La réponse est clairement oui, par exemple dans les formes urbaines (solides platoniciens), donc à très grande échelle au sens géographique, à l'échelle du bâtiment par exemple. Mais qu'en est-il de la forme urbaine, c'est-à-dire de la morphologie de la ville à plus petite échelle, où déjà la complexité est plus grande ?

73Gilles RITCHOT, comme beaucoup de géomorphologues, va ainsi passer à la géographie humaine, peut-être parce que l'aporie de la forme en géographie physique ne pouvait alors être levée (?), peut-être parce que c'était dans l'air d'un temps marqué par une grande mobilité ‒ tant des hommes que des facteurs ‒ depuis l'introduction en masse du pétrole, peut-être enfin parce que d'autres vents s'étaient levés, comme la géographie théorique et quantitative, qui fut une belle promesse. Quantitative, elle le fût. Théorique, elle doit le devenir.

a. Du vacuum

74Pour Gilles RITCHOT, l'archétype morphologique géniteur et séminal sera le vacuum, qui porte les relations entre des lieux déterminés par la projection, sur le territoire, de structures (règles) anthropologiques (religieuses, juridiques, sociétales...). Le concept de vacuum est relativement complexe comme le fait remarquer J.P. HUBERT (2021). Il s'agit de trouver, dans le fatras des cristallisations morphologiques anthropiques de l'espace géographique, au moins un archétype morphologique qui soit la traduction territoriale de structures abstraites formalisables dans un espace de contrôle du type des catastrophes thomiennes. On a donc bien, comme en géomorphologie, une phase de recherche de formes, d'identification, puis une démarche abductive de remontée des conséquences aux causes. Celles-ci ne sont pas physiques au sens des géosciences, mais structurelles au sens des structuralistes comme Claude LÉVI-STRAUSS. Elles sont donc pleinement anthropologiques, c'est-à-dire en partie juridiques, mais aussi religieuses ou du moins liées à des croyances.

75La forme ronde du vacuum en milieu isotrope est connue. Au centre d'un disque gît quelque chose (une entité, une dépouille, des restes...) qui a une dimension sacrée au sens de R. GIRARD (1972), voire profane, et aujourd'hui beaucoup plus souvent profane.

76Autour, sur une distance qui permet une mobilité sur un temps court (optimisation des déplacements), donc à l'intérieur du disque, est reconnu un espace frappé d'un interdit de résidence permanente (règle juridique promue par une force sociétale). Mais comme tout lieu sacré ne peut le rester qu'en fonction d'un culte et que celui-ci doit être rendu assez souvent et au plus près de l'entité, il vient que les croyants (leurs habitations, leurs villages...) doivent se localiser le plus près possible du bord externe du cercle du disque. À ce niveau, en ces espaces, il y a donc un enracinement, une sédentarisation et fort logiquement, au loin, en fonction de densités qui sont faibles, un nomadisme, une plus grande mobilité. C'est la figure du trappeur, du coureur des bois, à laquelle LOUIS XV aurait dû accorder bien plus d'attention.

77Au delà, le vacuum n'a pas de limite extérieure, ce qui se comprend pour des populations arrivant dans le Nouveau Monde qui devait paraître infini. C'est un espace ouvert sans bord. Il s'étend jusqu'à ce qu'il rencontre un autre vacuum, ce qui induira un affrontement des formes, l'une résistant à l'autre et inversement jusqu'à ce que l'une l'emporte sur l'autre selon le schéma nietzschéen classique de la volonté de puissance. C'est par exemple le cas de deux aires de chalandises avec leurs parts de marché respectives.

78On peut aussi facilement, avec un tel concept ritchotien, réinterpréter l'affrontement, pour la maîtrise de l'Amérique du Nord, entre La France et le Royaume-Uni. Ce dernier, adossé à l'océan Atlantique, a pu se projeter au travers des Appalaches vers le nord-ouest, l'ouest et le sud-ouest (vallée de l'Ohio...) alors que le vacuum québécois, étudié par Gilles RITCHOT, pour pouvoir continuer à exister aurait dû garder le contrôle des Grands Lacs et de la vallée du Mississippi, ce qui est devenu progressivement impossible, malgré une très bonne entente avec les Indiens. Il reviendra donc à NAPOLÉON d'acter la fin de cette histoire française sur le continent nord-américain en vendant la Louisiane, après le triste épisode du Traité de Paris de 1763.

b. Effet de bord

79Le vacuum est donc morphologiquement seulement formé de deux espaces frappés de règles différentes. Là réside la projection anthropologique, largement romano-canonique (P. LEGENDRE, 1999). Cette dualité ne peut exister sans un bord interne, qui est la seule discontinuité de cette figure. L'absence de bord externe est troublante, alors que bien des organisations intègrent des bords internes. Généralement une forme est beaucoup plus vue au travers de la limite que constitue son bord externe qu'en fonction d'un seul bord interne. Cela ajoute à la difficulté de conceptualisation et de compréhension de cet archétype morphologique anthropique.

80Cela étant, l'idée fondamentale est que le bord est essentiel à la forme et la forme est consubstantielle à l'espace géographique. Comment faire, dès lors, pour que le bord soit un concept central de la géographie, alors même que dans l'espace géographique la perception des bords (donc par exemple des limites) est fortement brouillée par la fractalité des objets qui se déploient selon un continuum scalaire seulement structuré par des échelles de coupure (M. FORRIEZ, 2010) qui sont rarement apparentes et identifiables comme telles dans l'espace tangible ? On retrouve là toute la question classique et récurrente de la délimitation, qui passe quasi obligatoirement par une régularisation, c'est-à-dire par une euclidianisation de la limite, du bord.

81Ce modèle de vacuum n'est aussi que la traduction, en géographie humaine, de la P1. Les formes de l'espace anthropique sont contrôlées par un déterminant externe sociétal, fût-il juridique (interdit de résidence permanente, de propriété...).

82Le vacuum, c'est le modèle centre-périphérie, complexifié, auquel on ajoute un déterminant qui n'est plus la rente (comme dans le modèle de von THÜNEN) mais le sacré, le sacré girardien. Celui-ci est lié au désir mimétique et à la régulation de la violence. Cette régulation conduit à un interdit de résidence (pour contrôler le contrôle de l'entité sacrée) et à une obligation de révérence, de culte (liée à un remords : le Christ innocent devenu bouc émissaire, mais ce pourrait être simplement un besoin de transcendance, de réassurance cosmologique...) ou à quelque chose de bien plus profane. Le centre n'est pas ou n'est plus le marché, où l'on reste peu, où l'on communie dans l'échange, mais un lieu bien plus surnaturel, au final très christique. Il s'agit, au fond, d'un mode partiellement spatial de partage de l'accès au pouvoir, question fondamentale en Sciences humaines et sociales.

83En milieu anisotrope, le cercle se déforme. En d'autres termes, le vacuum peut s'implanter sur un espace ayant un relief (il faut entendre ici le relief comme une surface portant la variation spatiale d'un attribut, donc une cause de déformation ; pour un relief au sens vernaculaire, c'est l'altitude, mais ce peut être bien d'autres choses : déterminants linguistiques, ethniques, religieux...), ce qui contraint les mobilités (à pied dans le cas historique, en voiture ensuite, en avion enfin), mais on pourrait imaginer que d'autres morphologies préexistantes sous-jacentes (comme des espaces marqués par la mort...) jouent un rôle et déforment le cercle archétypal du vacuum. De même, il est possible de trouver d'autres règles en fonction des différentes cultures.

84Tout cela organise les positions relatives (tombes vs villages) et détermine les mobilités (trajet aller-retour en un temps permettant les dévotions) et n'interdit pas un éventuel personnel spécialisé (prêtre, prêtresse...) résidant au plus près (temple...) du lieu sacré. De ce point de vue, tout édifice religieux, tout temple est un vacuum. On peut même, sur ce modèle, imaginer des espaces parfaitement profanes : le tombeau de NAPOLÉON 1er, le Panthéon... voire le lieu d'explosion de la première bombe atomique. Que sont les festivals ? Ne va-t-on pas à Carhaix-Plouguer (Vieilles Charrues) comme on allait à Lourdes ?

c. Vacuum profane ?

85Beaucoup plus prosaïquement, ce peut être par exemple un supermarché ou un ensemble (zone...) commercial. La dévotion est alors parfaitement profane. Il s'agit de souscrire au rythme de la consommation nécessaire, ostentatoire, débridée... (cf. les fêtes de la Jet Set...).

86Pour notre propos, l'essentiel est d'observer les rites des consommateurs solvables en capacité de détruire la production, ce qui permet de boucler le bilan économique. Le processus de transformation s'achève alors momentanément par la production de déchets, comparable, en géomorphologie dynamique, au dépôt dans une mer épicontinentale de la charge solide et/ou dissoute produite par une transformation des roches (géochimie...).

87Spatialement, nous avons bien une aire avec son temple en tôle ondulée et sa zone portant un interdit de résidence permanente : le parking et les espaces végétalisés... Fonctionnellement, le culte est rendu à certains moments (le samedi par exemple, mais cela tend à être dépassé : le culte devient permanent) et certains gestes rituels sont répétés (remplir et vider quatre fois son caddy...).

88Ces vacuums commerciaux sont clairement en concurrence pour des parts de marché et s'affrontent donc, y compris physiquement (extension, intégration...). Si le régulateur ne promulguait pas quelques règles, l'organisation actuelle oligopolistique qui s'articule autour de quatre ou cinq enseignes de grande distribution deviendrait monopolistique et dans telle ville il n'y aurait plus qu'une enseigne comme dans telle région ou tel pays... Cela peut être décliné à toutes les échelles et pour bien des activités. Le vacuum n'a donc pas vraiment besoin de transcendance. De sacralité, oui, de transcendance, non, mais l'on voit parfaitement ce que l'internet et le e-commerce modifient.

89Le vacuum est donc un archétype géométrique (euclidien) dont le déploiement et le fonctionnement ne sont pas en première analyse sous la contrainte d'une dissipation d'énergie (bien que les mobilités correspondent à cela), mais sous les déterminants anthropiques que peuvent être différentes lois ou règles (conscientes ou inconscientes, d'où le recours à R. GIRARD) comme l'interdit de résidence permanente, et donc de propriété. Il correspond ainsi plutôt au niveau intermédiaire de conception de la cause formelle (voir paragraphie 6-b).

90Il y a toutefois une ambiguïté. Gilles RITCHOT subsume les vacuums expérimentaux (objets d'étude) en un vacuum théorique (objet de connaissance). En d'autres termes, il infère à partir de cette figure un attracteur qui est un ensemble de points dotés d'une topologie ; chaque point correspondant à un état particulier d'un système donné. L'exemple le plus simple est celui du balancier dont l'attracteur est un cercle, donc à deux dimensions (énergie potentielle de position vs énergie cinétique), tant qu'un petit apport d'énergie compense la dissipation interne (frottements...). Dans l'attracteur, le passage d'un point à un autre correspond à un changement dans le système tangible (oscillation du balancier, avancée de la trotteuse...). L'attracteur est donc une description abstraite de n systèmes physiques, de n pendules, sauf qu'il n'est généralement que qualitatif.

91Dans le cas de la pendule, le mouvement est régulier et il n'y a pas de discontinuité. Il est toutefois possible, en jouant sur la topologie de l'attracteur, d'en faire apparaître, de le doter de points dits catastrophiques. La fronce de René THOM en est l'exemple le plus simple. Cela revient à introduire des points qui correspondent à des situations instables dans l'espace tangible de l'objet d'étude, c'est-à-dire des points où les choses changent rapidement. Clairement, dans le vacuum, ce sont les points constitutifs du cercle qui doivent correspondre à une discontinuité. Cette discontinuité (d'un côté il y a un interdit et de l'autre il n'y en a pas) de l'espace tangible est donc une limite empirique, une sorte de frontière, qui a une correspondance dans l'attracteur, liée à sa topologie. Cette limite de l'espace tangible est la projection de points "catastrophiques", de lieux de l'attracteur correspondant à une non-linéarité. Dans le cas le plus simple, visuellement, cela correspond à la ligne de pliure supérieure de la fronce, qui permet d'illustrer, par une topologie très simple, la possibilité d'une non linéarité, d'une catastrophe au sens vernaculaire. On peut se figurer cela, surtout pour les géomorphologues, en imaginant marcher vers le front d'une cuesta (d'une "falaise"). La marche est régulière, cela correspond à un déplacement de point en point sur l'attracteur. Mais à un moment, lorsque le pas de trop est fait, le marcheur va chuter. Cela correspond au franchissement de la pliure de la fronce en imaginant que celle-ci modélise structurellement une cuesta, ce qui n'est pas certain du tout. En d'autres termes, un changement progressif (donc continu) d'état d'un système (ce n'est pas seulement sa position comme dans l'exemple basique donné ci-dessus) va conduire à une discontinuité, à la possibilité que ce système bascule dans autre chose (l'eau liquide devient glace, la Monarchie se transforme en République...). Du continu (baisse de la température, transformation lente de la société...) peut donc émerger le discontinu (formation des cristaux de glace, proclamation de la Première République...) en fonction d'un processus dynamique continu. Et, d'une certaine façon, la "ligne de danger" se matérialise ou peut être matérialisée dans l'espace tangible (mais aussi dans l'espace politico-culturel) par une ligne. D'un côté la marche est sûre, de l'autre c'est la chute. Sur cette base, il est possible d'imaginer des attracteurs topologiquement bien plus complexes que la fronce (les sept catastrophes de René THOM, par exemple, mais pas seulement) qui vont correspondre à des manifestations morphologiques dans l'espace tangible qui peuvent être très complexes (chaos déterministe). D'une certaine façon, les points "catastrophiques" de ces attracteurs traduisent des états de systèmes qui sont tels que ceux-ci peuvent entrer en mutation profonde s'ils passent de l'autre côté, parfois à la faveur d'un rien. En d'autres termes, il peut être utile de connaître l'horizon structurel d'un système en fonction de ses transformations continues potentielles. Soit pour aller au plus vite vers la bifurcation, soit pour prendre des mesures afin de l'éviter. Mais ces points catastrophiques ont aussi une projection dans l'espace tangible, sous la forme de limites, qui dessinent des formes qui peuvent avoir un rôle causal dans les dynamiques à venir. L'espace tangible est d'une certaine façon "informé" par les structures qui le déterminent pour partie au travers de traces qu'il porte, de morphologies qui l'organisent. Les morphologies ainsi établies sont conduites alors à codéterminer les dynamiques.

92Cela étant, s'il est possible d'établir une liaison entre un espace abstrait et une portion de l'espace géographique ; la formalisation de cette liaison est généralement inaccessible, sauf dans des cas simples (courbes caustiques... ‒ J. PETITOT, 1978-a), et ne prend pas en compte, dans ce cadre très euclidien, les structurations en échelle.

93Par ailleurs, le niveau le plus profond, la singularité, n'est pas vraiment directement abordé par cette figure et ce sera aussi le cas dans toute une série de tentatives de modélisations morphologiques dont G. DESMARAIS rend compte dans son ouvrage de 1998 : la morphodynamique, la théorie greimassienne, les structures socio-narratives, etc.

d. Singularité

94La singularité fondatrice dans le vacuum, c'est l'implantation, l'apparition, la création... du lieu très singulier (souvent très problématique d'un point de vue réaliste et historique : le tombeau du Christ, la tombe de Pierre, l'arbre de Bouddha ou arbre de l'Illumination...) qu'est le lieu de culte, lequel répond à un besoin et doit être partagé pour éviter l'accaparement par quelques-uns et/ou une violence qui mettrait en risque le groupe lui-même. La structure spatiale qui émerge sert alors de médiateur, de régulateur, et donc de centre organisateur. Mais il faut bien voir qu'en gros, il n'y a rien de bien tangible à l'intérieur du disque et que c'est donc le vide qui structure le plein, c'est-à-dire ce qui est extérieur au cercle central. Cela est une vieille idée à la fois occidentale (médiévale ?) et orientale (P. MARTIN, 2008).

95Cette idée d'absence peut être poussée plus loin. L'attracteur d'une pendule à l'arrêt est un point. Un point est de dimension zéro, ce n'est donc presque rien, un point n'a pas de surface. Il rend compte d'une situation stable, intemporelle. Remonter la pendule conduit à injecter de l'énergie dans la pendule. Lancer le balancier produit une discontinuité qui va placer le balancier dans un état stationnaire. Dans l'attracteur, cela correspond à un ensemble de points alignés sur une courbe qui va du point stable au cercle de stationnarité.

96En d'autres termes, l'injection d'énergie permet le déploiement de l'attracteur, sa complexification et parfois une augmentation de sa dimension (2D => 3D => 4D...). Donc plus le système sera énergétique, plus l'attracteur sera topologiquement (mais aussi géométriquement) complexe. Il peut ainsi devenir fractal, donc ne plus présenter de stabilité structurelle.

97Cet attracteur est une structure au sens de Claude LÉVI-STRAUSS ; elle peut se déployer, mais aussi s'annihiler (arrêt de la pendule et points instables pointant vers le centre du cercle). De même, deux attracteurs peuvent fusionner, l'un peut capter l'autre qui s'efface. Cela renvoie aux classiques captures de bassins hydrographiques en géographie physique. La rivière bénéficiaire voit sa puissance croître au prorata de la surface gagnée. Son lit en sera donc modifié par creusement, méandrification, etc.

8 ) Élargissement

98Il existe bien d'autres structures ou modèles géométriques que le cercle dans la culture occidentale. En particulier l'angle droit, qui est l'autre élément central de la géométrie euclidienne (théorème de PYTHAGORE) avec la courbure qui sera formalisée au travers des équations différentielles (la dérivée par rapport au temps donnant une accélération, etc.).

99Cela étant, et en géomorphologie en particulier (les montagnes ne sont pas des cônes, les nuages ne sont pas des sphères, avait noté B. MANDELBROT, 1975), la géométrie euclidienne ne peut donc y être efficiente. Heureusement, il existe, depuis un demi-siècle, une autre géométrie (fractale) qui l'est beaucoup plus.

100Elle caractérise non pas les structures euclidiennes mono-scalaires, mais celles qui sont fractales, donc structurées en échelle, la structuration apparaissant dès que le taux de dissipation d'énergie devient important (P. MARTIN, 2000-a, 2000-b, 2012 ; M. FORRIEZ et al., 2020). Cela amène à des situations d'invariance d'échelle (une dimension fractale pour l'ensemble d'une gamme scalaire) et à des situations de covariance d'échelle (n dimensions fractales sur une gamme scalaire variant selon une loi d'échelle, ce qui conduit à dériver cette "courbure" et à obtenir, selon le mot de L. NOTTALE (1993, 2011), "une accélération d'échelle" comme invariant, ce que M. FORRIEZ a bien montré dans sa thèse (2010). Entre ces gammes scalaires analytiquement caractérisées, existent des échelles de coupure, lesquelles ont rarement une traduction morphologique tangible très nette. D'où le problème de la délimitation envisagé ci-dessus.

101Nous avons donc là un archétype géométrique fondamental (comme la courbe de flambage...) qui s'établit comme une cause formelle profonde sans laquelle l'étude des processus restera incomplète. Cet archétype se décline en une typologie dont l'exploration est à peine entamée. L. NOTTALE a déduit de sa construction théorique, la Relativité d'échelle (1993, 2011), un certain nombre de situations qui ont pu, postérieurement, être retrouvées à partir des formes du relief (L NOTTALE et al., 2012). Cela prouve a minima la validité de l'approche fractale en géomorphologie et offre un début de dépassement de l'aporie de la géographie. Pour autant, ces structures fractales doivent être vues comme venant compléter les archétypes morphologiques (courbe de flambage, vacuum...) et pas solutionner le problème de l'émergence. Elles sont un moyen géométrique d'organisation de la dissipation de l'énergie. Il en est ainsi de la turbulence d'une rivière en crue. L'organisation en échelle des tourbillons n'explicite pas leur émergence.

102Cela étant, le problème "anthropologique, sociétal" avec ces structures fractales, en particulier en géographie humaine, mais pas que, est que personne n'a jamais voulu qu'il en soit ainsi. Qu'il en soit ainsi pour des reliefs, la forme des arbres ou des nuages ne porte pas vraiment à conséquence d'un point de vue sociétal. Mais qu'il en soit ainsi pour la nappe du bâti urbain d'une ville comme Avignon (et de bien d'autres, toutes en fait) vient heurter la Modernité occidentale, vient questionner la place que l'homme raisonnable (?) et raisonnant s'octroie et lorsque la structure (l'attracteur) peut-être algébriquement établie, le malaise croît.

9 ) L'équation universelle

103La réflexion sur le vacuum dans laquelle s'enchâssent nos travaux de géomorphologie théorique et fractale s'inscrit dans une réflexion lumineuse de Claude LÉVI-STRAUSS, lequel, chacun le sait, a travaillé sur la parenté. Les liens de parenté s'avèrent très organisés, très codifiés et se structurent dans une typologie tellement cohérente qu'il a pu être montré par André WEIL qu'elle correspond au groupe de KLEIN, à un groupe de symétrie (H. WEYL, 1964 ; H. BACRY, 2000), ce qui aboutira, chez Claude LÉVI-STRAUSS (1958), à la formule canonique du mythe (J. PETITOT, 1988).

104Cet exemple montre que, selon une logique abductive, il est possible d'identifier empiriquement, puis de formuler algébriquement et enfin de modéliser géométriquement les conditions structurelles de l'émergence d'une forme, d'un ordre.

105La réflexion est, dans ce cas, a-spatiale et a-scalaire. Elle se fonde seulement sur de l'information (liens de parenté). Elle est donc, en tant que telle, difficilement réplicable en géographie, domaine dans lequel, probablement, il faut s'attendre à des structures encore plus complexes et riches, car spatiales et scalaires.

106En d'autres termes, cette forme abstraite découverte par Claude LÉVI-STRAUSS exprime une structure formelle sous-jacente, c'est-à-dire une structure mathématique fondamentale. Or si la physique ne peut qu'être fondée sur de telles structures (symétrie...), on ne voit pas pourquoi il n'en serait pas de même pour la géographie qui doit se donner comme but d'atteindre, en géographie physique comme en géographie humaine, une telle modélisation.

107L'émergence et les types de situations portés par cette modélisation apparaissent lorsque l'évolution de l'entité tangible conduit ses variables à des niveaux critiques comme l'eau passant de 0,1 °C à -0,1 °C (transition de phase). Or de telles émergences sont soumises à des contraintes formelles qui sont caractérisables mathématiquement. Cela conduit à une formalisation et à une classification des phénomènes critiques, qui apparaissent souvent comme des ruptures de symétrie ne pouvant se fonder que sur une typologie fondamentale des brisures de symétrie, dont les catastrophes de René THOM sont une formalisation. Il faut donc imaginer que les formes naturelles et anthropiques, les archétypes de ces formes (donc hors variabilité conjoncturelle), renvoient à des structures très profondes dont l'actualisation dépend du niveau de potentiel et de leur variation.

108Ce travail est loin d'être achevé. Gilles RITCHOT, en se fondant sur son expertise de géomorphologue et sur sa connaissance des travaux de René THOM (2003) et de Jean PETITOT (1982), nous a toutefois permis d'avancer grandement.

109Très certainement pas autant qu'il l'aurait souhaité, mais probablement l'époque ne le permettait pas en géographie. René THOM, du haut de son Olympe mathématique, a pu, et encore, proposer une théorie morphologique rigoureuse, démontrable et démontrée, qui a achoppé toutefois sur la question de la stabilité structurelle, c'est-à-dire sur le problème de la fractalité des attracteurs dont les catastrophes ne sont qu'un exemple "relativement" simple. Mais il était probablement impossible pour Gilles RITCHOT d'aller plus loin et de poser clairement la question de l'origine structurelle, fondamentale, donc échappant à la raison raisonnante de l'homme moderne, en particulier en géographie humaine, de la forme.

110L'époque était aux flots, aux flux, à la mobilité, à la crue et à la décrue, parfois à la crise. Tout était possible pensait-on, même l'impossible qu'il fallait demander. Il suffisait de vouloir, d'être proactif... pour changer la vie. Le rêve s'estompe. Il semblerait que la Covid-19 nous ramène, avec d'autres choses (croissance de la consommation d'énergie, problème des déchets, questions environnementales...), à bien plus de modestie et que l'art du possible, de s'arranger avec la réalité, vision en quelque sorte plus nietzschéenne du monde, soit de retour. Peut-être pour longtemps.

10 ) En guise de conclusion ouverte sur l'avenir

111La postérité de Gilles RITCHOT, c'est donc aujourd'hui de nous permettre de faire le chemin inverse de celui qu'il a parcouru, de la géographie physique à la géographie humaine, en proposant de re-naturaliser la géographie humaine sur une base géométrique (euclidienne et fractale), structurelle (une ontologie structurelle) et empirique (un empirisme organisateur).

112Et Gilles RITCHOT (en préface de Gaétan DESMARAIS, 1998) de lancer ce cri, cet appel, ce souhait : "Grâce aux modèles dynamiques et aux théories morphologiques, nous pouvons aujourd'hui espérer l'éclosion d'une géographie humaine théorique digne de ce nom".

113Qu'il en soit ainsi, Gilles, pour le plus grand bien de la géographie qui vous doit tant, mais elle ne le sait pas encore.

Remerciements : Cet hommage reprend, de façon un peu plus étendue et peut-être plus didactique, une intervention donnée lors d'une table ronde franco-canadienne en hommage à Gilles RITCHOT organisée en visio-conférence dans le cadre des séminaires René THOM (lien) le 10 mai 2021, table ronde dont Isabel MARCOS (Université Nouvelle Lisbonne) et Clément MORIER (Université Jean Moulin-Lyon 3) ont été les organisateurs et porteurs principaux. Qu'ils en soient vivement remerciés.

Haut de page

Bibliographie

BACRY H. (2000) - La symétrie dans tous ses états. Édit. Vuibert, Paris, 447 p.

CHAPERON M. (2018) - Catastrophes : un témoignage. In : René Thom. Portrait mathématique et philosophique, A. PAPADOPOULOS édit., Éditions du CNRS, Paris, p.173-184.

DESMARAIS G. (1998) - Dynamique du sens. Éditions du Septentrion, Québec (Canada), 131 p.

DESMARAIS G. (2006) - Les formes structurantes de la Rome antique. Actes du colloque Géopoint 2004 : La forme en géographie, Édit. Groupe Dupont et UMR ESPACE 6012 du CNRS, Avignon Université, p. 245-254.

DESMARAIS G., avec préface de G. RITCHOT (1998) - La modélisation dynamique en géographie humaine. Cahiers de géographie du Québec, vol. 42, n° 117, p.329-332.

DESMARAIS G. et RITCHOT G. (2000) - La géographie structurale. Édit. L'Harmattan, Paris, 147 p.

FORRIEZ M. (2010) - Caractérisation formelle des structures multi-échelles géographiques en relativité d'échelle. Exemples en géographie physique, géographie urbaine, géohistoire et géographie du peuplement. Thèse de l'Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse (UAPV), 406 p., 1 CD-Rom.

FORRIEZ M., MARTIN P. et NOTTALE L. (2020) - Multiscalar structures in geography: contributions of the scale relativity. Cartographica, vol. 55, n° 2, p. 99-123.

GIRARD R. (1972) - La violence et le sacré. Édit. Grasset, collection "Pluriel", Paris, 486 p.

HUBERT J.P. (2021) - Gilles Ritchot (1935-2021). Cybergéo conversation, en ligne.

LEGENDRE P. (1999) - Sur la question dogmatique en Occident. Édit. Fayard, Paris, 369 p.

LÉVI-STRAUSS C. (1958) - Anthropologie structurale. Édit. Plon, publié en format de poche en 1974, collection "Agora", Paris, 480 p.

MANDELBROT B. (1975) - Les objets fractals. Édit. Flammarion, plusieurs fois réédité, quatrième édition en 1995, collection "Champs", n° 301, Paris, 208 p.

MARTIN P. (2000-a) - Quelle est la dimension du massif karstique de la Sainte Baume ? Éléments pour une théorie spatiale et fractale du karst. Karstologia, vol. 35, p. 13-26.

MARTIN P. (2000-b) - Forme et rugosité des surfaces karstiques. Conséquences pour une théorie spatiale et fractale de l'interface terrestre. Karstologia, vol. 36, p. 1-16.

MARTIN P. (2004) - Modélisation fractale et structurelle des formes en géographie. Réflexion développée à partir d'exemples karstiques. Habilitation à diriger des recherches. Université d'Avignon et des Pays du Vaucluse, trois tomes, 173 p., 314 p., 176 p. + carte couleur hors-texte.

MARTIN P. (2008) - "Bien que trente rayons convergent au moyeu, c'est son vide médian qui fait avancer le char" Lao Tseu. Essai géographique sur la définition d'un espace politique transmoderne. In : L'Espace politique : concepts et échelles, actes de colloque (Reims ‒ URCA), 31 p., accessible en ligne.

MARTIN P. (2012) - Géométrie des interfaces et niveaux énergétiques ; modalités d'étude d'une interface morphologique : le Lodévois (Hérault, France). SHS Web of Conférences, vol. 3, 9 p., en ligne.

MARTIN-ROBINE F. (2006) - Histoire du principe de moindre action. Trois siècles de principes variationnels de Fermat à Feynman. Édit. Vuibert, Paris, 226 p.

MÜÜRSEPP P. (2021) - La stabilité structurelle au cœur de la philosophie de René Thom: D'Aristote à la science contemporaine. Édit. Notre Savoir, 140 p.

NICOD J. (1967) - Recherches morphologiques en Basse-Provence calcaire. Thèse de doctorat d'État, Université Aix-Marseille II, Louis Jean éditeur, Gap, 557 p. + 7 cartes hors-texte.

NOTTALE L. (1993) - Fractal space-time and microphysics. Towards a theory of scale relativity. Édit. Word Scientific Publishing, Londres (GB), 333 p.

NOTTALE L. (2011) - Scale relativity and fractal space-time: a new approach to unifying relativity and quantum mechanics. Édit. Imperial College Press, Londres (GB), 600 p.

NOTTALE L., MARTIN P. FORRIEZ M. (2012) - Analyse en relativité d'échelle du bassin versant du Gardon (Gard, France). Étude de la variabilité de la dimension fractale en fonction de l'altitude et de l'échelle. Revue Internationale de Géomatique, vol. 22, n° 1, p. 103-133.

PAPADOPOULOS A., sous la direction de (2018) - René Thom. Portrait mathématique et philosophique. Éditions du CNRS, Paris, 460 p.

PETITOT J. (1978-a) - Caustiques et catastrophes. Mathématique et Sciences Humaines, vol. 64, numéro spécial, p. 9-26.

PETITOT J. (1978-b) - Sur le modèle historique de Thom-Pomian. Mathématique et Sciences Humaines, vol. 64, numéro spécial, p. 43-70.

PETITOT J. (1982) - Pour un schématisme de la structure. De quelques implications sémiotiques de la théorie des catastrophes. Thèse de doctorat d'État, École des Hautes Études en Science Sociale (EHESS), Paris, quatre volumes, 1037 p.

PETITOT J. (1988-a) - Approche morphodynamique de la formule canonique du mythe. L'Homme, vol. 28, n° 106-107, p. 24-50.

PETITOT J., sous la direction de (1988-b) - Logos et théorie des catastrophes à partir de l'œuvre de René Thom. Actes de colloque (Cerisy, 1982), Édit. Patiño, Genève (Suisse), 515 p.

PETITOT J. (1992) - Physique du sens. Éditions du CNRS, Paris, 449 p.

REYNAUD A. (1971) - Épistémologie de la géomorphologie. Édit. Masson, Paris, 125 p.

REYNAUD A. (1997) - Une perspective cavalière. In : L'état de la géographie. Autoscopie d'une science, R. KNAFOU édit., Édit. Belin, Paris, p. 353-369.

RITCHOT G. (1963) - La plate-forme de Montréal, étude et cartographie géomorphologiques. Thèse de 3ème cycle, Université de Strasbourg, 266 p.

RITCHOT G. (1968) - Géomorphologie et Géographie. Revue de géographie de Montréal, vol. XXII, n° 1, p. 69-80.

RITCHOT G. (1975) - Essai de géomorphologie structurale. Édit. Presses universitaires de Laval, Québec (Canada), 388 p.

RITCHOT G. (1999) - Québec, forme d'établissement. Étude de géographie régionale structurale. Édit. L'Harmattan, Paris, 508 p.

RITCHOT G. (2011) - La morphogenèse de Rome. De la discontinuité première au débordement actuel. Édit. L'Harmattan, Paris, 598 p.

THOM R. (2003) - Œuvres complètes. Édit. Institut des Hautes Études Scientifiques, Bures-sur-Yvette, CD-Rom.

WEYL H. (1964) - Symétrie et mathématique moderne. Édit. Flammarion, collection "Champs", Paris, 151 p.

ZEEMAN E.C. (1977) - Catastrophe theory: selected papers, 1972-1977. Édit. Wesley, Londres (GB), Amsterdam (PB), Addison (USA), 675 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Martin, « Qu'il en soit ainsi, Gilles ! Hommage à Gilles RITCHOT », Physio-Géo, Volume 16 | -1, 9-30.

Référence électronique

Philippe Martin, « Qu'il en soit ainsi, Gilles ! Hommage à Gilles RITCHOT », Physio-Géo [En ligne], Volume 16 | 2021, mis en ligne le 23 juin 2021, consulté le 29 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/12488 ; DOI : https://doi.org/10.4000/physio-geo.12488

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo EuroPub database
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search