Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVolume 17ArticlesDe l'aide à la gestion au conflit...

Articles

De l'aide à la gestion au conflit pour la restauration du fonctionnement sédimentaire du littoral lémanique de Thonon-les-Bains (Haute-Savoie, France)

From guiding management to conflict to restore the sedimentary process of the Leman lake shoreline in Thonon-les-Bains (Haute-Savoie, France)
Véronique Maleval
p. 29-41

Résumés

Riveraine du Léman, la ville de Thonon-les-Bains, soucieuse de l'évolution morphologique de son littoral, a souhaité une collaboration entre chercheurs et praticiens sur la question de l'érosion des rives du lac. Un suivi sur 10 ans (2010-2020) a montré que le recul littoral, parfois important (jusqu'à 1,50 m), dépend à la fois de processus biophysiques (essentiellement les vagues et la dérive littorale créées par la bise) et de forçages anthropiques (rétention des sédiments par les barrages amont, activité de prélèvements de sédiments à l'embouchure de la Dranse dans le Léman et batillage initié par la navigation). L'impact majeur de cette érosion littorale exacerbée étant d'ordre économique (alimentation artificielle régulière coûteuse) et paysager (grignotage du sentier littoral risquant de déstabiliser le mur de Ripaille, patrimoine bâti de la ville), les propositions d'actions ont été fondées, d'une part, sur la restauration douce du littoral (génie végétal) et la suppression d'aménagements en dur (deux épis) pour faciliter la redistribution des sédiments par la dérive littorale et, d'autre part, sur un repositionnement quant à l'extraction des apports naturels de sédiments. Si un rapport de confiance a été établi entre les chercheurs et la ville, la décision de la préfecture de Haute-Savoie de ne pas reconduire l'autorisation de prélèvement sédimentaire, en se fondant, en partie, sur les conclusions de ces études, a suscité une vive réaction de l'entreprise, rendant le dialogue difficile. Toutefois la dernière étude menée sur le littoral thononais (suivi géomorphologique), en révélant une amélioration de la situation (entre 2014 et 2019, le pourcentage de littoral érodé est passé de 60 à 42 %), valorise la décision prise.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1La géographie limnologique se trouve au cœur des questions de société en répondant à la demande sociale sur des questions techniques comme la qualité des eaux, l'érosion ou la sédimentation lacustres (V. MALEVAL, 2018). Néanmoins, l'identité géographique étant d'être "à la rencontre des sciences humaines et des sciences de la nature" (J. TRICART, 1968, p. 10), les études de géographie limnologique mettent automatiquement en relation le volet environnemental et le volet naturel des sites étudiés. Cette particularité "suscite des demandes de la part des décideurs" (M. PHLIPPONNEAU, 1999, p. 44) ayant besoin de l'aide de spécialistes pour traiter un problème. Le but est de répondre à leurs questions concrètes tout en préconisant, si demandé, des actions et des mesures optimales de gestion, conservation ou restauration. Les différentes étapes d'une étude aboutissant à une prise de décision apparaissent dans l'organigramme (Fig. 1) de J. TRICART et J. KILIAN (1979), adapté aux travaux appliqués et collaboratifs de la géographie limnologique (V. MALEVAL, 2018).

Figure 1 - Organigramme de programmation des études.

Figure 1 - Organigramme de programmation des études.

2La spécificité des méthodes de recherche de la géographie limnologique (connaissance fine des milieux aquatiques, données brutes issues du terrain, analyse du minéral au culturel, sens de l'espace) est appréciée des gestionnaires de plans d'eau. Elle participe, en outre, à instaurer un rapport de confiance entre les parties. Cette confiance, alimentée par un dialogue continu, notamment par le biais de réunions et de conférences internes ou publiques, facilite l'avancée des études par l'émulation suscitée (V. MALEVAL, 2018).

3Les études effectuées grâce au travail en commun de différents acteurs sont donc plébiscitées pour améliorer la gestion des milieux aquatiques, à l'image de rencontres sciences et gestion pour tenter de concilier, par exemple, les usages des plans d'eau et leur fonctionnement écologique (V. MALEVAL, 2018). Cependant, après le diagnostic, si le travail d'orientation et de prévision qui est demandé aux experts facilite la prise de décision des organismes de gestion (J. BEAUJEU-GARNIER, 1975), il peut arriver que les résultats et les préconisations d'actions soient contraires à des intérêts économiques privés. Dans ce cas, il convient de gérer au mieux le conflit généré, avant de contribuer au suivi du milieu pour vérifier son évolution et le bien-fondé des actions mises en place.

4Á travers l'exemple de la ville de Thonon-les-Bains, l'objectif de cet article est de montrer, grâce à la collaboration de gestionnaires, d'un cabinet d'études et d'universitaires, qu'un littoral, pour sa protection, peut être restauré dans son fonctionnement sédimentaire. Cette action de restauration, allant à l'encontre d'une activité ayant des effets néfastes sur le milieu, doit alors valoriser les décisions prises, parfois difficilement, par les instances publiques, en raison d'enjeux socio-économiques (emplois et mécénat).

II - Contexte collaboratif des études

5Huit années de travail (2011 à 2019) ont été nécessaires pour passer l'ensemble des étapes de l'étude, de l'instrumentation littorale au suivi géomorphologique, via le diagnostic et ses préconisations, le temps de la réflexion et des décisions aboutissant aux travaux (voir Fig. 1).

1 ) Présentation du site et de la commande communale

6Riveraine du Léman sur 8,5 km (Fig. 2), Thonon-les-Bains constatait, depuis le milieu des années 1990, une érosion de son littoral, patrimoine paysager essentiel au cadre de vie des Thononais et à l'activité touristique. Inquiète de cette évolution, et partant du postulat que la collaboration entre chercheurs et praticiens est utile, car nourrie d'interactions sociales et scientifiques, la ville s'est entourée, dès 2010, d'experts universitaires et d'un bureau d'études (INGETEC), pour avoir les compétences de la géographie limnologique, en particulier géomorphologiques et écologiques. Les études, suivies par un comité de pilotage composé, notamment, des services de l'État (DREAL) et du département (DDT), du Conservatoire de l'Espace Littoral et des Rivages Lacustres (CELRL), de la Commission Internationale pour la Protection des Eaux du Léman (CIPEL), la Compagnie Genevoise de Navigation (CGN), ont eu pour but de comprendre les phénomènes constatés à l'échelle communale. En effet, Thonon-les-Bains souhaitait quantifier l'évolution morphologique de son littoral et en identifier les causes pour, dans un premier temps, adopter un plan d'actions visant à la préservation de son littoral et, dans un second temps, procéder à un suivi morphologique. Ce travail en commun répondait donc à une "commande" d'intérêt général (X. BARON, 2008) devant aboutir, après la préconisation de mesures, à des actions de remédiation.

Figure 2 - Localisation du littoral de Thonon-les-Bains.

Figure 2 - Localisation du littoral de Thonon-les-Bains.

La photographie aérienne du secteur d'étude est issue d'une mission commandée par la ville de Thonon-les-Bains.

2 ) Diagnostic des études et actions communales

7Les résultats, publiés dans trois articles (V. MALEVAL et al., 2016 ; V. MALEVAL et P.B. DESTOMBES, 2021, 2022) ont révélé que le recul littoral, parfois important (recul maximal de 6 m par an ; recul moyen de 0,66 m par an), est à la fois dépendant de processus biophysiques (essentiellement les vagues et la dérive littorale créées par la bise ‒ Photo 1) et de forçages anthropiques (en particulier l'activité de prélèvements de sédiments à l'embouchure de la Dranse et la rétention des sédiments par les barrages amont) initiant un déficit sédimentaire. Parmi les propositions de protection douce du littoral formulées à l'issue du diagnostic, la commune de Thonon-les-Bains a fait le pari de la protection par la renaturation de son rivage lémanique, en optant 1/ pour du génie végétal (Photos 2), méthode douce de protection sur un tronçon littoral du mur de Ripaille très érodé (voir la localisation sur la figure 2), et 2/ pour la déconstruction d'épis (Fig. 3) afin d'améliorer le transit sédimentaire pour la recharge naturelle, par la dérive littorale, des plages érodées (voir la localisation sur la figure 2). Cependant ces actions auraient été incomplètes en l'absence d'une décision concernant les sédiments déposés dans le Léman à l'embouchure de la Dranse.

Photo 1 - La dérive littorale et l'accumulation de sédiments en relation avec la présence d'épis. [cliché : CIPEL, été 2004 ‒ in P.B. DESTOMBES, 2018]

Photo 1 - La dérive littorale et l'accumulation de sédiments en relation avec la présence d'épis. [cliché : CIPEL, été 2004 ‒ in P.B. DESTOMBES, 2018]

Photos 2 - Littoral lacustre en contrebas du mur de Ripaille. [clichés : Véronique MALEVAL, mars 2014, et Pierre-Brieuc DESTOMBES, mai 2017] 

Photos 2 - Littoral lacustre en contrebas du mur de Ripaille. [clichés : Véronique MALEVAL, mars 2014, et Pierre-Brieuc DESTOMBES, mai 2017] 

En contrebas du mur de Ripaille, le littoral lacustre recule (l'encoche d'érosion se rapproche progressivement de la base du mur), par le fait, essentiellement, de l'érosion mécanique des vagues (V. MALEVAL et al., 2016). Ce tronçon a fait l'objet d'une réhabilitation par renaturation sur un linéaire de 17 m et il présente aujourd'hui un enrochement végétalisé à sa surface par des espèces d'arbres, de graminées et de fleurs adaptées aux milieux hydromorphes. Le développement des racines doit favoriser le maintien de l'ouvrage et, par conséquent, du littoral.

Figure 3 - Les deux épis (différents de ceux de la Photo 1) supprimés en octobre 2018 pour favoriser la redistribution sédimentaire entravée par de nombreux obstacles.

Figure 3 - Les deux épis (différents de ceux de la Photo 1) supprimés en octobre 2018 pour favoriser la redistribution sédimentaire entravée par de nombreux obstacles.

Photographie aérienne issue de la mission commandée en 2010 par la ville de Thonon-les-Bains.

III - La confrontation d'un intérêt économique privé avec l'intérêt littoral et environnemental de la commune

1 ) Les apports solides de la Dranse : une mine d'or...

8La Dranse, venant des Préalpes, a un bassin versant d'une superficie de 535 km2. L'altitude assez élevée du bassin (1450 m en moyenne et un point culminant à 2466 m aux Hauts-Forts) confère à la rivière un régime hydrologique de type nivo-pluvial à caractère torrentiel, avec un maximum principal au printemps, durant la période de fusion nivale, et un maximum secondaire en novembre, lié aux fortes précipitations automnales ; le débit moyen est de 21 m3/s (L. TOUCHART, 1993). Son haut bassin, caractérisé par des pentes fortes et des vallées encaissées, est un lieu naturel de production de sédiments, principalement des galets calcaires et des galets cristallins "rhodaniens" (M. DRAY, 1993) dont le diamètre moyen est compris entre 5 et 10 cm, mêlés à des matières argilo-sableuses (S. RAVAILLEAU et al., 2000). C'est ainsi qu'en une dizaine de milliers d'années, la rivière a transporté 4 milliards de tonnes de matériel jusqu'au lac, pour édifier son delta lobé (L. TOUCHART, 1993). Malgré les ouvrages hydroélectriques présents dans son haut bassin, qui bloquent depuis 1929 la migration des matières solides (le barrage du Jotty, construit en 1950, en intercepte à lui seul 40 %), la Dranse amène en moyenne chaque année 30 000 m3 de sédiments jusqu'au Léman (B. BUFFIN et B. FOURCADE, 2011). Une partie de cet apport devrait donc être directement prise en charge par la dérive littorale pour être redistribuée sur le littoral thononais, limitant ainsi l'érosion. Cependant l'activité d'extraction de granulats menée depuis 1922 par une société privée à l'embouchure (voir le site de prélèvement sur la figure 2) limite considérablement la quantité de sédiments directement disponible pour la dérive. En effet, sur la période 2001-2009, l'entreprise a prélevé un volume annuel moyen de 52000 m3 (B. BUFFIN et B. FOURCADE, 2011). Certaines années, à la suite de crues exceptionnelles, elle a pu en prélever jusqu'à 100 000 m3 (déclaration verbale de la société lors d'une réunion), alors que l'arrêté préfectoral d'autorisation de prélèvement de juillet 2012 (n° 2012187-0017) fixait le maximum à 80000 m3 (V. MALEVAL et al., 2016). Si ces chiffres restaient raisonnables du temps où la Dranse acheminait annuellement environ 353 000 m3 de sédiments au Léman (P. HUBERT et al., 1969), ils paraissent aujourd'hui excessifs au regard des apports. Privées de sédiments transportés par la dérive littorale, les vagues exercent alors une action d'érosion du rivage thononais.

2 ) Une mine d'or... à restituer au milieu littoral lacustre

9Lorsque les causes d'un problème sont scientifiquement identifiées, il convient "de prendre des positions pouvant aller à l'encontre de certaines activités économiques" (V. MALEVAL et al., 2016, p. 38). Ici, il semblait impératif que l'extraction des sédiments dans le delta sous-aquatique de la Dranse cessât. Ce positionnement argumenté, faisant partie des propositions d'actions pour contrer l'érosion du littoral thononais, a confirmé les suspicions de différents organismes de la région, comme le CELRL ou la CIPEL, sur les effets néfastes de l'exploitation des sédiments.

10Dans le même temps (fin 2015), la cellule environnement de la DDT 74 nous a contactés. Elle pensait, en effet, que l'article que nous avions publié pourrait aider à la décision préfectorale. Cette étude a donc été intégrée au dossier remis au préfet. En 2017, lors de la période de révision des politiques publiques, l'autorisation de prélèvements de granulats à l'embouchure de la Dranse dans le Léman n'a pas été renouvelée par la préfecture pour la période 2017-2022. En effet, dans le cadre des discussions préalables au renouvellement, le préfet reçut l'entreprise accompagnée d'un bureau d'études, pour l'informer des raisons pour lesquelles il envisageait de ne pas accéder à la demande de l'exploitant (dont l'impact sur les berges, l'absence de nécessité des prélèvements pour la gestion des risques, l'incohérence avec la réserve naturelle du delta). Le préfet laissait néanmoins la possibilité à l'entreprise de déposer un dossier démontrant que les arguments avancés étaient infondés, tout en lui rappelant que ce n'était pas à elle de réaliser une étude hydromorphologique avec l'appui d'un bureau d'études, mais bien au Syndicat Intercommunal d'Aménagement du Chablais (SIAC) ; l'entreprise gardait néanmoins la possibilité d'en exploiter ensuite les données pour constituer son propre dossier. Au final, la société, dissuadée de déposer une demande de renouvellement, a cessé, son activité dans le delta de la Dranse.

11Inévitablement, une telle entrave a été contestée et a fait l'objet de pressions à caractère économique.

IV - Jeu de pouvoirs et impacts socio-économiques et morphologiques

12Si les décisions et les actions émanant des pouvoirs publics et des élus locaux vont dans le sens de la renaturation observée sur les littoraux lémaniques depuis 2011 (A. HUBER, 2014), il ne faut pas omettre les situations conflictuelles qu'elles peuvent générer.

1 ) Le conflit

13La société d'extraction a été informée de la publication des recherches sur le diagnostic et les propositions d'actions pour contrer l'érosion (V. MALEVAL et al., 2016), par le biais d'un article fort critique (Fig. 4) dans le journal local Le Messager (L. LACRAMPE, 2016.a). Son directeur général en poste à l'époque a exprimé sa colère dans un courriel agressif, daté de mai 2016, adressé à "Madame et messieurs les sachants et les savants". Ce message, empreint de mépris envers les scientifiques, se terminait par la menace d'une action en justice, pour diffamation, visant les co-auteurs de l'étude ainsi que la revue l'ayant publiée.

Figure 4 - Extrait de l'article pointant la responsabilité de l'industrie extractive.

Figure 4 - Extrait de l'article pointant la responsabilité de l'industrie extractive.

Document reproduit avec l'autorisation de Lauren LACRAMPE.

14Même si la vive réaction, compréhensible, de l'entreprise n'a pas été suivie d'effets, ce qui d'ailleurs se produit le plus souvent selon S. LAURENS et F. NEYRAT (2010), il faut souligner le caractère difficile de la situation, le dialogue avec l'entreprise devenant tendu, tandis que la prise de décision préfectorale se révélait délicate, compte tenu notamment des enjeux en termes de bénéfices, d'emplois et de mécénat. Dans ce contexte, c'est peut-être l'absence d'appui politique qui a conduit la société d'extraction à renoncer finalement à déposer un nouveau dossier d'autorisation à la préfecture.

2 ) Les conséquences socio-économiques réelles

15Avant 2017, trois sites de prélèvement de matériaux existaient (l'embouchure de la Dranse (Photo 3) et les carrières chablaisiennes de Meillerie et du Lyaud), pour une production annuelle moyenne de 600 000 tonnes de matériaux, dont le cinquième provenait directement du dragage de sables et galets dans le delta sous-aquatique de la Dranse (L. LACRAMPE, 2016.b).

Photo 3 - L'industrie des granulats. [cliché : V. MALEVAL, mars 2013]

Photo 3 - L'industrie des granulats. [cliché : V. MALEVAL, mars 2013]

Si aujourd'hui la drague de la société d'exploitation a disparu du paysage à l'embouchure de la Dranse, l'industrie des granulats fonctionne toujours grâce à l'utilisation de matériaux provenant des carrières chablaisiennes.

16Si les bénéfices de l'industrie extractive ont diminué de 33,44 % entre 2016 et 2017, tombant à 260 900 € (Fig. 5), il ne s'agissait pas forcément d'une conséquence exclusive de la fermeture du site d'extraction de la Dranse puisque l'évolution du résultat net, depuis 2007, montre de fortes variations au fil des années, et notamment des diminutions annuelles supérieures à 20 % entre 2008 et 2010 (probablement liée à la conjoncture économique en raison de la crise mondiale) et une chute brutale (de plus de 42 %) entre 2013 et 2014, soit deux ans avant la décision préfectorale. Les bénéfices sont restés relativement stables de 2014 à 2016, passant de 355 100 € à 392 000 €. Mais une augmentation a été observée de 2017 à 2019, soit juste après la fermeture du site de la Dranse. L'augmentation des bénéfices en 2019 est probablement liée à l'extension de la carrière du Lyaud, autorisée en début d'année 2019. En 2020, l'activité ayant souffert des conséquences de la pandémie de la Covid-19, les chiffres ont montré une diminution du résultat net de presque 22 %, celui-ci se tassant à 247 700 €.

Figure 5 - Évolution des bénéfices de la société d'extraction.

Figure 5 - Évolution des bénéfices de la société d'extraction.

Source des données : lien 1.

17La prise de décision ayant fait l'objet de pressions à caractère social, il convient de noter, d'une part, que les six personnes qui travaillaient sur la barge ont été affectées sur un autre site et, d'autre part, que l'établissement implanté dans la zone industrielle de Thonon-les-Bains, employant vingt-quatre familles thononaises, est toujours en activité. Enfin, la société sponsorise toujours la Maison des Arts du Léman et le club de boulistes, basés tous les deux à Thonon.

18Cette industrie a donc su rebondir économiquement tout en protégeant ses employés et en préservant ses engagements en matière de mécénat.

3 ) Les conséquences géomorphologiques

19Un littoral, et celui de Thonon-les-Bains ne fait pas exception, évolue naturellement avec une alternance de périodes d'érosion et de dépôt, au gré principalement des saisons, des marnages, des vagues et des courants. Mais il fonctionne globalement aujourd'hui avec un stock plus conséquent de sédiments, comme le révèle le profil littoral effectué à l'embouchure de la Dranse (Fig. 6 ‒ voir la localisation sur la figure 2) lors du suivi géomorphologique en 2019 (V. MALEVAL et P.B. DESTOMBES, 2021). Ce stock supplémentaire provient évidemment de la Dranse depuis la fin des prélèvements par la société d'extraction depuis 2016-2017 : il se dépose en moyenne 30000 m3 de sédiments chaque année. La dérive littorale, qui en prélève une partie et peut ainsi recharger progressivement les plages, explique les résultats positifs de l'évolution littorale, caractérisée par un impact moins fort du processus érosif en lien avec l'abondance sédimentaire. En effet, en l'espace de trois ans (avril 2016 à avril 2019), la valeur globale du recul du littoral est passé de 0,66 m/an en moyenne avant 2016 à 0,13 m/an seulement. Si 60 % des littoraux subissaient une érosion, ils ne sont plus aujourd'hui que 42 % et la sédimentation l'emporte dans 46 % des cas (V. MALEVAL et P.B. DESTOMBES, 2021). Il s'agit, certes, des tous premiers résultats, mais qui témoignent d'une évolution encourageante. Il convient de noter que cette évolution sédimentaire ne peut être expliquée par des conditions favorables, comme une diminution du régime de la bise, vent dominant du NE à l'action morphogène par le biais des vagues créées. En effet, les données météorologiques (1988-2018) de la station de Changins révèlent, avant et après 2016, des cycles similaires de vents (V. MALEVAL et P.B. DESTOMBES, 2021).

Figure 6 - Profils d'évolution du littoral à l'embouchure de la Dranse dans le Léman.

Figure 6 - Profils d'évolution du littoral à l'embouchure de la Dranse dans le Léman.

Sources des données : Hydrotopo et Hathys (in P.B. DESTOMBES, 2019).
Pour connaître l'évolution morphologique du littoral, des relevés topographiques et bathymétriques ont été effectués sur le littoral thononais à partir à partir de 47 transects (V. MALEVAL et al., 2016). L'ensemble des mesures, terrestres et sous-lacustres, récupérées en 2011, 2014 et 2019, a été géoréférencé en Lambert 93 pour être traité dans les logiciels AutoCad et QGis (V. MALEVAL et P.B. DESTOMBES, 2021).

V - Conclusion

20Le déficit sédimentaire affectant le littoral thononais depuis plusieurs décennies a eu des conséquences négatives en termes géomorphologique (érosion importante), paysager (mise en place d'ouvrages en dur, sentier littoral grignoté) et économique (alimentation artificielle des plages en sédiments, régulière et coûteuse), qui auraient pu aboutir à la déstabilisation, voire à l'effondrement partiel, du mur de Ripaille, patrimoine bâti de Thonon-les-Bains. Pour éviter cela, la ville, soucieuse de l'évolution de son littoral lémanique, a agi dans le sens du Plan d'Action 2011-2020 de la CIPEL "Préserver le Léman, ses rives et ses rivières aujourd'hui et demain" (CIPEL, 2010), une stratégie basée sur la nature. Protéger revient ainsi, parfois, à réinitier les dynamiques naturelles des littoraux érodés. Cette renaturation, qui sert aussi à l'esthétique du paysage, facilite certaines activités comme les promenades le long du littoral, celui-ci étant moins abîmé et ponctué d'ouvrages en dur constituant des obstacles à la circulation. Ces choix sont de plus en plus appréciés, car si le défi de l'homme était jadis de modifier et conquérir la nature (P. CLAVAL, 1998) et de contraindre ses processus, il est aujourd'hui nécessaire de les conserver et de les respecter.

21Cependant cette évolution peut être compliquée par des rapports de force socio-économiques allant jusqu'au conflit (A. CATTARUZZA et P. SINTÈS, 2011). Il est resté ici de faible intensité, mais il convient de regretter la menace judiciaire dont nous avons été l'objet. Même s'il ne s'agissait que d'une intimidation de la part de la société visée par l'étude, il faut remarquer que depuis plus de 10 ans, les procédures contre les chercheurs se sont multipliées (S. LAURENS et F. NEYRAT, 2010), pour diffamation ou dénigrement, les scientifiques pouvant ainsi se retrouver accusés pour avoir fait leur travail, à savoir publier leurs résultats dans une revue scientifique ou généraliste (C. PETILLON, 2017). Pourtant ces résultats, à l'image des nôtres, sont issus de travaux de terrain souvent appuyés sur une instrumentation. Ils sont donc le reflet de la réalité : la nature est interrogée pour qu'elle livre ses secrets (F.A. FOREL, 1892-1904).

22À l'heure où la protection de l'environnement est de plus en plus prégnante, la restauration du littoral est passée avant les intérêts économiques de la commune et de l'industrie, malgré les enjeux socio-économiques brandis par la société exploitante. Dans ces conditions, le portage de la position préfectorale ne s'est pas fait pas sans difficulté. Néanmoins, lorsque l'argumentaire repose non seulement sur les effets néfastes pour le milieu naturel, mais aussi sur la réglementation, la décision devient presque incontestable. En effet, depuis les années 1980, la loi prévoit d'interdire les prélèvements sédimentaires dans les milieux océaniques et lacustres ; elle est précisée par le code minier (décret n° 2006-798 du 6 juillet 2006 modifié par le décret n° 2017-626 du 25 avril 2017) et par le code de l'environnement (décret n° 2007-1760 du 14 décembre 2007) [lien 2 et lien 3].

23À ce jour, les effets géomorphologiques positifs de l'arrêt des prélèvements de sédiments valorisent les choix que les pouvoirs publics locaux ont faits, aidés dans leurs décisions par la collaboration établie avec les chercheurs dans le cadre d'études d'aide à la gestion. L'utilité sociale de la connaissance et de la recherche scientifiques pour la production de données riches, utiles, et utilisées, sur des thématiques environnementales, est l'idéal incontesté des chercheurs (A. MESNY et C. MAILHOT, 2010), car orienté "vers l'élucidation des relations que les sociétés entretiennent avec leur espace" (R. KNAFOU, 1997, p. 350).

Remerciements : L'auteure remercie Pierre-Brieuc DESTOMBES, de la société INGETEC, pour la partie technique du travail.

Haut de page

Bibliographie

BARON X. (2008) - Quels dialogues entre chercheurs et consultants ? Savoirs, vol. 16, p. 11­52.

BEAUJEU-GARNIER J. (1975) - Les géographes au service de l'action. Revue Internationale des Sciences sociales, vol. XXVII, n° 2, p. 290-302.

BUFFIN B. et FOURCADE B. (2011) - Étude hydraulique et géomorphologique pour le renouvellement de la concession SAGRADRANSE à l'embouchure de la Dranse. Rapport Sagradranse - Hydrétudes, 44 p.

CATTARUZZA A. et SINTÈS P. (2011) - Géographie des conflits. Édit. Bréal, collection "Amphi Géographie", Paris, 221 p.

CIPEL (2010) - Plan d'Action 2011-2020 en faveur du Léman, du Rhône et de leurs affluents "Préserver le Léman, ses rives et ses rivières aujourd'hui et demain". Édit. Commission Internationale pour la Protection des Eaux du Léman CIPEL/ACW, Nyon (Suisse), 64 p.

CLAVAL P. (1998) - Histoire de la Géographie française de 1870 à nos jours. Édit. Nathan Université, Paris, 543 p.

DESTOMBES P.B. (2018) - Étude de projet : gestion des points durs du littoral thononais. Travaux 2018. Rapport de la société INGETEC à la commune de Thonon-les-Bains, 41 p.

DESTOMBES P.B. (2019) - Évolution des phénomènes érosifs : suivi morphologique des berges du littoral thononais. Rapport de la société INGETEC à la commune de Thonon-les-Bains, 30 p.

DRAY M. (1993) - Les terrasses de Thonon (bassin lémanique - France) : aspects géologiques de la déglaciation würmienne et intérêt hydrogéologique. Quaternaire, vol. 4, n° 2-3, p. 77-82.

FOREL F.A. (1892-1904) - Le Léman : monographie limnologique. Lausanne, Édit. F. Rouge, Lausanne, trois tomes (tome I, 1892, 543 p. ; tome II, 1895, 651 p. ; tome III, 1904, 715 p.).

HUBER A. (2014) - Dynamique des vagues et revitalisation des rives. Conférence LATLAS : "Gestion des rives lacustres" (Lausanne, Suisse), power-point, 11 diapositives, en ligne.

HUBERT P., MARIN E., MEYBECK M., OLIVE P. et SIWERTZ E. (1969) - Aspects hydrologique, géochimique et sédimentologique de la crue exceptionnelle de la Dranse du Chablais du 22 septembre 1968. Archives des Sciences, vol. 22, n° 3, p. 581-604.

KNAFOU R., sous la direction de (1997) - L'état de la géographie. Autoscopie d'une science. Édit. Belin, collection "Mappemonde", Paris, 438 p.

LACRAMPE L. (2016.a) - Plages, sentiers, berges... une érosion inquiétante. Le Messager (journal) du 21 avril 2016.

LACRAMPE L. (2016.b) - Fin des extractions de matériaux dans le lac : un bien ou un mal pour la Dranse ? Le Messager (journal) du 08 décembre 2016.

LAURENS S. et NEYRAT F., sous la direction de (2010) - Enquêter : de quel droit ? Menaces sur l'enquête en sciences sociales. Éditions du Croquant, Broissieux, 320 p.

MALEVAL V. (2018) - La géographie appliquée en géographie limnologique. Le rôle des géographes dans la vie de la cité. Mémoire d'HDR, Université de Limoges, vol. 2 : "Position et projet scientifique", 202 p.

MALEVAL V. et DESTOMBES P.B. (2021) - Suivi géomorphologique du littoral lémanique de Thonon-les-Bains (France, Haute-Savoie). In : Étangs et lacs, études croisées de professionnels et de chercheurs, P. BARTOUT édit., Dynamiques Environnementales, vol. 45, p. 89-102.

MALEVAL V. et DESTOMBES P.B. (2022) - Impacts of protection decisions and actions on the morphological evolution of the Thonon-les-Bains shoreline (France, Haute-Savoie). Géomorphologie, vol. 28, n° 1, à paraître [DOI:10.4000/geomorphologie.16285].

MALEVAL V., DESTOMBES P.B. et ASTRADE L. (2016) - Diagnostic et propositions d'actions relatifs à l'érosion des berges du Léman sur la commune de Thonon-les-Bains (Haute-Savoie, France). Physio-Géo, volume 10, p. 21-43, en ligne.

MESNY A. et MAILHOT C. (2010) - La collaboration entre chercheurs et praticiens en gestion. Entre faux-semblants et nécessité épistémique. Revue Française de Gestion, vol. 2010-3, n° 202, p. 33-45.

PETILLON C. (2017) - Procédures-baîllons : les chercheurs visés par l'intimidation judiciaire. Article de France-Culture du 24 octobre 2017, en ligne.

PHLIPPONNEAU M. (1999) - La géographie appliquée. Du géographe universitaire au géographe professionnel. Édit. Armand Colin, collection "U-Géographie", Paris. 299 p.

RAVAILLEAU S., OLIVE P., BABIC M. et TALAVERA J.M. (2000) - L'aquifère du delta de la Dranse : un cas d'école. In : Tracers and modelling in hydrogeology, actes de colloque (Liège, Belgique), A. Dassargues édit., Édit. AIHS Publication, n° 262, p. 511-524.

TOUCHART L. (1993) - La machine lacustre : l'exemple du Léman. Annales de Géographie, vol. 102, n° 573, p. 449-471.

TRICART J. (1968) - La recherche en Europe : Géographie. Édit. Conseil de la coopération culturelle, Conseil de l'Europe, Strasbourg, 51 p.

TRICART J. et KILIAN J. (1979) - L'éco-géographie et l'aménagement du milieu naturel. Édit. Maspero, Paris, 326 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Organigramme de programmation des études.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/13253/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 2 - Localisation du littoral de Thonon-les-Bains.
Légende La photographie aérienne du secteur d'étude est issue d'une mission commandée par la ville de Thonon-les-Bains.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/13253/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Photo 1 - La dérive littorale et l'accumulation de sédiments en relation avec la présence d'épis. [cliché : CIPEL, été 2004 ‒ in P.B. DESTOMBES, 2018]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/13253/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Photos 2 - Littoral lacustre en contrebas du mur de Ripaille. [clichés : Véronique MALEVAL, mars 2014, et Pierre-Brieuc DESTOMBES, mai 2017] 
Légende En contrebas du mur de Ripaille, le littoral lacustre recule (l'encoche d'érosion se rapproche progressivement de la base du mur), par le fait, essentiellement, de l'érosion mécanique des vagues (V. MALEVAL et al., 2016). Ce tronçon a fait l'objet d'une réhabilitation par renaturation sur un linéaire de 17 m et il présente aujourd'hui un enrochement végétalisé à sa surface par des espèces d'arbres, de graminées et de fleurs adaptées aux milieux hydromorphes. Le développement des racines doit favoriser le maintien de l'ouvrage et, par conséquent, du littoral.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/13253/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 3 - Les deux épis (différents de ceux de la Photo 1) supprimés en octobre 2018 pour favoriser la redistribution sédimentaire entravée par de nombreux obstacles.
Légende Photographie aérienne issue de la mission commandée en 2010 par la ville de Thonon-les-Bains.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/13253/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Figure 4 - Extrait de l'article pointant la responsabilité de l'industrie extractive.
Légende Document reproduit avec l'autorisation de Lauren LACRAMPE.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/13253/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Photo 3 - L'industrie des granulats. [cliché : V. MALEVAL, mars 2013]
Légende Si aujourd'hui la drague de la société d'exploitation a disparu du paysage à l'embouchure de la Dranse, l'industrie des granulats fonctionne toujours grâce à l'utilisation de matériaux provenant des carrières chablaisiennes.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/13253/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 5 - Évolution des bénéfices de la société d'extraction.
Légende Source des données : lien 1.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/13253/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 6 - Profils d'évolution du littoral à l'embouchure de la Dranse dans le Léman.
Légende Sources des données : Hydrotopo et Hathys (in P.B. DESTOMBES, 2019).Pour connaître l'évolution morphologique du littoral, des relevés topographiques et bathymétriques ont été effectués sur le littoral thononais à partir à partir de 47 transects (V. MALEVAL et al., 2016). L'ensemble des mesures, terrestres et sous-lacustres, récupérées en 2011, 2014 et 2019, a été géoréférencé en Lambert 93 pour être traité dans les logiciels AutoCad et QGis (V. MALEVAL et P.B. DESTOMBES, 2021).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/13253/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Maleval, « De l'aide à la gestion au conflit pour la restauration du fonctionnement sédimentaire du littoral lémanique de Thonon-les-Bains (Haute-Savoie, France) »Physio-Géo, Volume 17 | -1, 29-41.

Référence électronique

Véronique Maleval, « De l'aide à la gestion au conflit pour la restauration du fonctionnement sédimentaire du littoral lémanique de Thonon-les-Bains (Haute-Savoie, France) »Physio-Géo [En ligne], Volume 17 | 2022, mis en ligne le 15 janvier 2022, consulté le 11 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/13253 ; DOI : https://doi.org/10.4000/physio-geo.13253

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search