Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVolume 17HommagesFrançois Durand Dastès (1931-2021...

Hommages

François Durand Dastès (1931-2021) : le spécialiste de l'Inde et un des pères de la géographie quantitative

Martine Tabeaud
p. 1-2

Texte intégral

1François DURAND DASTÈS appartient à une lignée d'enseignants (professeurs d'anglais en particulier) installée à Tarbes depuis la fin du XIXème siècle. Ses parents, Suzanne et Lucien, ont eu trois enfants, dont François, né en 1931. Scolarisé d'abord au lycée Théophile Gautier à Tarbes, il entre ensuite en hypokhâgne au lycée Henri IV à Paris. Il s'inscrit en histoire à la faculté des lettres de Paris entre 1950 et 1953. Après la licence, il choisit la géographie et réussit le concours de l'agrégation. Il commence une carrière de professeur d'histoire-géographie à Poitiers en 1954. Trois ans plus tard, il obtient un poste d'assistant à l'Institut de Géographie de Paris.

2Il entreprend alors de faire une thèse et son directeur lui suggère de travailler sur le climat de l'Inde, parce qu'il parle bien l'anglais, qu'il y a de la documentation et peu de travaux français sur ce sujet. En 1961, il part donc en voiture en Inde après s'être imprégné d'India, Pakistan and Ceylon: the regions, le livre de référence d'alors sur ce pays. À Puna, il rencontre des responsables de services météorologiques, mais aussi de nombreux économistes et agronomes marxistes. Il se passionne pour les conséquences de la mousson sur la vie des Indiens. Dès 1965, il rédige le Que sais-je ? sur La géographie de l'Inde. Deux ans plus tard, il publie Géographie des airs. C'est un ouvrage original, car si la première partie ressemble aux traités de climatologie, la deuxième est très pionnière pour l'époque, avec un long chapitre sur l'adaptation de l'agriculture aux variabilités de la disponibilité en eau, un chapitre sur la géographie de la santé, un autre sur le transport aérien. Tout ce que les activités humaines ont modifié dans l'atmosphère "naturelle" est passé en revue : objets, ondes , pollutions... Il est audacieux dans la décennie 1960, alors que géographie physique et géographie humaine sont nettement dissociées, d'écrire un ouvrage de géographie environnementale, en quelque sorte.

3Après les événements de mai 1968, Edgar FAURE décide la scission de l'Université de Paris en 13 entités indépendantes. Chaque enseignant doit opter pour une université de rattachement. François DURAND DASTÈS choisit de rejoindre, à la rentrée 1971, l'université Paris 7 qui voulait former de jeunes étudiants innovants grâce à des parcours associant sciences dures et sciences sociales. Il participe activement aux débuts du département de géographie-histoire-sciences de la société (GHSS), dont il sera responsable de 1975 à 1981 et où il sera nommé professeur en 1991. Son souci de refonder la géographie fait qu'en 1982, il devient le premier président de l'Association Française pour le Développement de la Géographie (AFDG).

4La démarche systémique qu'il applique au "quasi continent indien" et à l'étude des climats le conduit à participer activement aux réflexions sur les bases théoriques de la géographie quantitative, autour du GREMOS (Groupe de Recherches sur les Modèles et les Systèmes), du Groupe Dupont et de l'UMR Géographie-cités. Il enseigne les méthodes d'analyse spatiale pendant vingt ans dans le DEA ATEG (Analyses Théoriques et Épistémologiques en Géographie).

5S'il fallait recommander quelques lectures de textes écrits par cette figure intellectuelle de la géographie de la deuxième moitié du XXème siècle, nous proposerions :

- Un rapport de 7 pages pour Total qui date de 1971, intitulé "La pollution atmosphérique et le climat", dans lequel il explique le rôle de la combustion des énergies fossiles dans la modification chimique de l'air et qu' "Il est donc possible qu'une augmentation de la température moyenne de l'atmosphère soit à craindre". Après cette date, impossible pour les compagnies pétrolières de faire l'autruche…

- Les 135 pages de "Inde, le pouvoir d'un nom", soit le livre second du volume "Afrique du Nord, Moyen-Orient, Monde indien" de la Géographie universelle sous la direction de Roger BRUNET, édité en 1995 chez Belin/Reclus. L'auteur y montre comment des millénaires d'histoires ont laissé des traces dans la structuration des espaces politiques et culturels du subcontinent.

- Et l'essai méthodologique n° 4 publié par le GIP Reclus. 48 pages écrites en 1985 avec Léna SANDERS, intitulées "L'effet régional : les composantes explicatives dans l'analyse spatiale". C'est une sorte de manuel très pédagogique expliquant à l'aide d'exemples français comment mettre en évidence des causalités avec deux outils statistiques : la régression linéaire et la structure-résidus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Tabeaud, « François Durand Dastès (1931-2021) : le spécialiste de l'Inde et un des pères de la géographie quantitative »Physio-Géo, Volume 17 | -1, 1-2.

Référence électronique

Martine Tabeaud, « François Durand Dastès (1931-2021) : le spécialiste de l'Inde et un des pères de la géographie quantitative »Physio-Géo [En ligne], Volume 17 | 2022, mis en ligne le 17 janvier 2022, consulté le 26 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/13340 ; DOI : https://doi.org/10.4000/physio-geo.13340

Haut de page

Auteur

Martine Tabeaud

Professeur émérite à l'Université Paris Panthéon-Sorbonne
Courriel : martine.tabeaud@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search