Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVolume 17ArticlesGéohistoire des crues de l'Oubang...

Articles

Géohistoire des crues de l'Oubangui et problématique des inondations fluviales à Bangui, République Centrafricaine

Risings geohistory of the Ubangi River and floods management issues at Bangui, Central African Republic
Cyriaque-Rufin Nguimalet
p. 125-150

Résumés

Ce travail présente l'histoire des crues de l'Oubangui depuis 1889 à Bangui, ainsi que leurs impacts sur les personnes et les biens dans le lit majeur urbanisé. Une analyse documentaire, des entretiens avec la population et des observations de terrain ont permis de préciser les dates d'inondation et l'évolution des enjeux dans le lit majeur de l'Oubangui, au regard des crues de 1999 et 2019 (Qj-max de 12180 et 12400 m3/s respectivement). Un traitement statistique des débits (modules et débits journaliers maximums) sur la période 1911-12 - 2020-21 a conduit à caractériser les crues entre périodes humide, moyenne et sèche. Les crues majeures considérées, dites "historiques", ont des débits supérieurs ou égaux à 12000 m3/s. Onze ont été recensées. Selon la loi de GUMBEL, la plus faible période de retour est de 6,5 ans (Qj-max = 12000 m3/s en 1969) et la plus élevée de 53 ans (Qj-max = 16000 m3/s en 1916). Le Qj-max de 12900 m3/s enregistré en 1969 est proche de la valeur décennale (12200 à 12880 m3/s). Les autres périodes vont jusqu'à 22 ans, pour un Qj-max de 14400 m3/s (en 1961). Pour la crue de 1916, les lois GEV, de WEIBULL et Normale donnent des temps de retour de 700 ans pour la première et de plus de 1000 ans pour les deux autres. Les niveaux de risque ont été spatialisés pour trois crues (1916, 1961 et 1999), ce qui ouvre des pistes pour améliorer une gestion du risque d'inondation, encore très sommaire, à Bangui comme dans tout le pays.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1L'invasion des eaux dans les espaces habités pose un problème de "sécurité", tant pour des personnes que pour leurs biens et activités. Les phénomènes d'inondation sont donc à la fois très médiatisés et largement étudiés, en raison de leur aspect souvent spectaculaire et des dommages qu'ils engendrent (M. DACHARRY, 1996 ; N. BECHLER-CARMAUX, 1998 ; B. HINGRAY et al., 2000 ; A. KANE, 2002). La présente étude intègre ce cadre général et retrace aussi la géohistoire des crues de l'Oubangui et de leurs impacts sur les établissements humains à Bangui. La géohistoire s'intéresse aux interrelations entre les espaces et les hommes dans le temps. N. JACOB-ROUSSEAU (2009) précise que "les approches géo-historiques caractérisent divers courants de la géographie et de disciplines connexes (archéologie, écologie du paysage, aménagement) en considération de l'espace". Cette discipline peut être une tentative de restituer à la fois la dynamique et la structuration des milieux ou des territoires sur le temps long. Pour M. FRANCHOMME et al. (2014), la géohistoire est "l'étude des rapports dialectiques entre l'évolution des milieux naturels et l'évolution des sociétés humaines et permettant de confronter les échelles spatiales et temporelles". Dans le cas du site de Bangui, cette géohistoire des crues décline celles qui ont non seulement gêné la fondation du poste à ses origines, entre 1889 et 1892, puis de la ville, mais aussi celles qui ont régulièrement sinistré les communautés urbaines.

2Des travaux ont porté sur l'Oubangui ou sur son bassin versant (A. WESSELINK et al., 1994 et 1996 ; D. ORANGE, 1995 ; D. ORANGE et al., 1995 ; J.L. METTIN, 1995 ; A. LARAQUE et al., 2001, 2013 ; C.R. NGUIMALET et D. ORANGE, 2013 et 2019). Mais très peu se sont intéressés aux débordements épisodiques de ses eaux dans son lit majeur (J. RUNGE et C.R. NGUIMALET, 2005 ; C.R. NGUIMALET et Y. BOULVERT, 2006). Toutefois un examen des crues et inondations de l'Oubangui, ainsi que de leurs impacts, depuis les origines de Bangui (C.R. NGUIMALET, 2004) a établi la pertinence de l'étude de ces phénomènes. En effet, les administrateurs coloniaux ont été confrontés à la difficile installation du poste militaire de Bangui en terrain exondé. Des inondations survenues en 1891 et en 1892 ont entraîné les déplacements successifs du poste de Bangui entre les rapides, en amont, et la confluence avec la Mpoko, en aval du site (Y. BOULVERT, 1989). L'échelle limnimétrique a été posée en 1911. Mais jusqu'à 1960, les inondations ne sont pas spatialement documentées par des observations de terrain, sauf à travers les correspondances des coloniaux compilées par Y. BOULVERT (1989).

3Quatre fortes inondations se sont produites à Bangui dans la décennie 1960 (1961, 1962, 1964 et 1969), contre quatre autres lors des décennies suivantes : 1975, 1996, 1999 et 2019. La moindre fréquence de ces inondations après 1970 a coïncidé avec la forte sécheresse qui a alors sévi en Afrique occidentale et centrale (J. SIRCOULON, 1985 et 1992 ; A. LARAQUE et al., 1998, 2013 ; J.C. OLIVRY et al., 1998 ; J.E. PATUREL et al., 1998 ; É. SERVAT et al., 1999), mais aussi dans le bassin de l'Oubangui (D. ORANGE et al., 1995 ; A. WESSELINK et al., 1996 ; C.R. NGUIMALET et D. ORANGE, 2013 et 2019 ; C.R. NGUIMALET, 2017). Ainsi l'étude géohistorique des crues et inondations à Bangui, via les épisodes d'octobre-novembre 1999 et 2019, dont nous avons été témoin, nous permettra-t-elle de cerner l'aléa hydrologique crue et les conséquences des catastrophes dans une ville qui s'est étendue dans le lit majeur sans plan préétabli (lacunes d'urbanisme). En effet, malgré le calme hydrologique qui prévaut depuis 1971, on peut s'interroger sur les conséquences qu'aurait aujourd'hui une crue équivalente à celle de 1916 (débit maximal de 16000 m3/s), au regard des établissements humains (habitations, quartiers entiers et diverses activités). Comment évoluent ces crues inondantes, les débordements associés et les périodes de retour, en considérant à la fois la période humide à hyper-humide antérieure à 1970 et la sècheresse postérieure, dans le bassin de l'Oubangui ? Que faudrait-il faire pour prévenir et réduire localement, voire "tempérer davantage, sous contrôle anthropique, un fonctionnement hydrologique" (J.P. BRAVARD, 2000, p. 5), les effets des inondations à Bangui ?

4L'hypothèse est que l'occurrence d'une crue exceptionnelle serait catastrophique aujourd'hui, du fait des enjeux dans le lit majeur et de la gestion aléatoire des inondations à Bangui. Ainsi ce travail diagnostique-t-il les crues historiques, ou inondantes, et leurs manifestations spatio-temporelles et potentielles pouvant affecter l'environnement socio-économique. Il reconsidère la non-planification de l'occupation du sol dans le lit majeur et la gestion de ces sinistres.

II - Le bassin versant et le lit de l'Oubangui à Bangui

5L'Oubangui naît de la confluence de l'Uele, principal contributeur, venant de la RDC (République Démocratique du Congo), et du Mbomou, né en RCA (République Centrafricaine). Le bassin versant de l'Oubangui à Bangui (4°22' Nord - 18°35' Est, altitude : 336 m – Fig. 1) couvre environ 499 000 km2. Son substratum est constitué de formations précambriennes sur plus des trois-quarts de la superficie du bassin (J.L. MESTRAUD, 1982 ; J. CALLÈDE et al., 2009), de formations glaciaires paléozoïques (C. CENSIER et al., 1992) et des grès conglomératiques mésozoïques de Mouka-Ouadda dans le Nord - Nord-Est (A. MALIBANGAR, 2000). Le relief dominant est le plateau résultant du bombement du bouclier centrafricain au Cénozoïque (N.N. OLEJNIKOV, 1957), lequel a donné lieu à la formation des bassins hydrographiques du Tchad au nord, du Nil à l'est et du Congo au sud, auquel appartient le bassin de l'Oubangui. Il est relevé en massifs montagneux à ses extrémités sud-est (Haut-Uele) et nord-est (haut-bassin de la Kotto). Les points culminants sont respectivement à 1796 m au sud-est, dans les Monts Bleus en RDC, sur l'interfluve Congo-Nil, et à 1333 m au Mont Toussoro, au nord-est, dans le massif du Dar Chala. Tout à l'aval, la cote à la station hydrométrique de Bangui, au pied de l'Oubangui Hôtel (Fig. 2), en rive droite, est de 336 m. L'altitude moyenne du bassin versant avoisine 1150-1200 m.

Figure 1 - Le bassin de l'Oubangui à Bangui.

Figure 1 - Le bassin de l'Oubangui à Bangui.

6La localité de Watsa (1018 m) est située dans une zone de collines et de hauts plateaux entre 900 et 1100 m d'altitude, où pointent des inselbergs près de Faradje et de Dungu (C.R. NGUIMALET, 2021). Ces plateaux correspondent au Plateau de l'Uele en RDC et à la "Surface centrafricaine" (Y. BOULVERT, 1996).

7En rive droite comme en rive gauche, la topographie s'incline vers la vallée de l'Oubangui par une succession de surfaces d'aplanissement étagées. La plaine de l'Oubangui est dominée par des collines, comme celles quartzitiques de Mozambi (632 m) et Gomogani (585 m) à Mobaye, celles de Gbazabangui (590 m) et Daouba-Kassaï (510 m) à Bangui, ou le prolongement des premières en rive gauche près de Zongo (600 m) (Fig. 2).

Figure 2 - La ville de Bangui, riveraine de l'Oubangui.

Figure 2 - La ville de Bangui, riveraine de l'Oubangui.

8La majeure partie du bassin connaît un climat à dominante soudanienne (variantes soudano-oubanguienne, soudano-guinéenne et soudano-sahélienne), tandis que le sud est soumis à une variante guinéenne forestière. Les précipitations annuelles moyennes sur le bassin sont de 1475 mm sur la période 1935-2015, avec une moyenne de 1522 mm avant 1970 et de 1436 mm ensuite (C.R. NGUIMALET et D. ORANGE, 2019). Les pluies les plus abondantes se produisent en juillet ou en août, exceptionnellement en septembre, alors que les pics de crue sont observés avec au moins deux mois de décalage à Bangui, le plus souvent en octobre et/ou novembre (C.R. NGUIMALET, 2017).

9L'Oubangui a une longueur de 537 km immédiatement en amont de Bangui et de 546 km à la confluence avec la Mpoko, au sud-ouest de la ville. Son lit anastomosé présente des chenaux multiples et de nombreuses îles, rocheuses ou non, végétalisées ou sablonneuses. Les rapides de Mobaye, de Palambo et de Bangui (Fig. 1) correspondent à des rétrécissements du chenal dus à des contraintes structurales.

10Ceux immédiatement en amont de Bangui se trouvent au niveau du coude que décrit l'Oubangui dans sa traversée des collines de Gbazabangui (Fig. 2). Dans cette section, la largeur de l'Oubangui se réduit d'abord de 400 m à 200-250 m, puis revient à 400 m en aval des rapides, avant de s'élargir jusqu'à 2 km au niveau de l'île des Singes (ou île Bongo-Soua). Le style fluvial est intermédiaire entre le style à tresses (étiage) et le style anastomosé (crue). Ce style anastomosé n'est pas lié à une abondante charge sédimentaire grossière : des îles rocheuses parsèment le chenal et se mêlent à la bande active et aux bancs de sables, respectivement en moyennes et basses eaux.

11À la fin des années 1980, un demi-seuil a été bâti en face de Mobaye, en rive gauche, qui assure le fonctionnement d'une centrale hydroélectrique en RDC. Cet aménagement n'impacte pas le régime fluvial (C.J.M. NZANGO, 2018 ; C. NZANGO et al., 2019).

III - Le site de Bangui face aux inondations de l'Oubangui

1 ) Découverte et évolution du site de Bangui

12Le poste militaire de la future capitale de la Centrafrique fut "fondé" le 26 juin 1889 en raison de deux faits majeurs. D'abord, l'obstacle constitué par les rapides de l'Oubangui en crue a fait du site un point de rupture de charge en direction du Fort-de-Possel, qui fut la capitale de la colonie Oubangui-Chari-Tchad ; ces rapides mettaient en difficulté les vapeurs de faible puissance remontant le cours. Ensuite, les rivalités franco-belges pour le contrôle de la région entraînèrent la création du poste de Zongo (ex-Zaïre ou actuelle RDC) le 25 juin 1889 et celui de Bangui le jour suivant (26 juin) sur les rives opposées au pied des rapides. Cependant le site de Bangui a été découvert et non fondé en 1889 (C.R. NGUIMALET, 2019), car des populations s'y trouvaient en communautés, ou villages, et conduisaient des activités (pêche ; commerce des produits de la chasse ; traitement de l'ivoire, des peaux de bête ou du fer ; transport ; etc. ; le cuivre, ou nguinza, étant utilisé comme base des échanges) sur l'Oubangui et dans les environs du site (flancs des collines, plaine marécageuse, etc.). Ce n'était donc pas un "espace vide d'hommes".

13Le site de Bangui est soumis aux débordements des eaux de l'Oubangui, ce qui explique l'instabilité du poste militaire de 1889 jusqu'à son implantation définitive en 1892 par l'administrateur LARGEAU sur le promontoire rocheux, dénommé rocher de l'Artillerie, où se localise aujourd'hui l'Oubangui Hôtel. À cet effet, le duc d'Uzès remarquait en 1892 : "Les habitants de Bangui eurent une surprise désagréable : les eaux de l'Oubangui, excessivement hautes, inondent le poste en partie (le 12 octobre 1891) ; le 2 novembre 1891, les eaux montent toujours et inondent la factorerie, puis la quasi-totalité du site urbain. En octobre et novembre 1892, le poste fut complètement inondé et quelques cases émergeaient à peine au-dessus de l'eau : celui-ci fut transformé en île et les eaux de l'Oubangui montèrent à 5 m au-dessus de l'étiage. Suite à ce sinistre, le poste fut transféré au pied des Rapides de Banghi [orthographe de Bangui à l'époque], le 4 novembre, sur un bourrelet alluvial sableux qui domine de 4 à 5 m le niveau ordinaire de l'Oubangui" (in Y. BOULVERT, 1989, p. 61) (Photo 1). Ce contexte décrypte les contraintes liées aux inondations fluviales de la ville de Bangui.

Photo 1 - Le poste de Bangui inondé en 1891, d'après le duc d'Uzès en 1892 (in Y. BOULVERT, 1989).

Photo 1 - Le poste de Bangui inondé en 1891, d'après le duc d'Uzès en 1892 (in Y. BOULVERT, 1989).

14L'hydrodynamisme de cet aléa est notable dans un site où le contraste géomorphologique est évident : des collines quartzitiques aux versants ouest escarpés (Daouba-Kassai et Gbaza-bangui) et une plaine marécageuse inondable (voir Fig. 2). Le site est "coincé" entre ces collines à l'est et l'Oubangui au sud, et s'est progressivement développé vers l'ouest, le sud-ouest et le nord en plaine marécageuse. La présence des collines de Gbazabangui rompt la continuité de la ville d'est en ouest, créant un bicéphalisme entre l'est, avec les ensembles Ouango, Kassaï et Gbangouma, et l'ouest, avec la plaine marécageuse (C.R. NGUIMALET, 2007). La population, qui était de 12 habitants en 1889, a atteint 881525 habitants en 2017 (Fig. 3). Entre 1912 et 2017, la superficie de la ville est passée de 2,12 km2 à 102 km2. Cela donne une densité humaine moyenne de 8642 habitants/km2 dans l'agglomération de Bangui en 2017, voire de 16325 habitants/km2 en zone strictement urbaine.

Figure 3 - Évolution de la population et de la superficie de la ville de Bangui de 1912 à 2017 (d'après C.R. NGUIMALET, 2007, figure modifiée).

Figure 3 - Évolution de la population et de la superficie de la ville de Bangui de 1912 à 2017 (d'après C.R. NGUIMALET, 2007, figure modifiée).

2 ) Les crues inondantes et la gestion des inondations en milieu urbain

15Selon Y. GAUTIER (2018), "contre les inondations dues aux crues des très grands fleuves, avec des bassins versants de plusieurs milliers ou dizaines de milliers de kilomètres carrés, il n'y a pas de parade parfaitement efficace. Les efforts publics et privés déployés de longue date pour protéger les champs d'inondation par des digues, censées anéantir le risque d'inondation, sont impuissants contre une crue d'ordre centennal, ce qui met en évidence les limites de ce type de stratégie et de protection". Le caractère naturel/aléatoire du phénomène est noté, mais aussi l'impuissance humaine à réduire à zéro ces catastrophes, quel que soit le niveau de développement socio-économique. Ainsi les crues inondantes ont-elles des conséquences imprévisibles dans un espace urbanisé. L'incertitude qui les caractérise en termes d'amplification des dommages, justifie le double intérêt de considérer le risque, dont on peut connaître la fréquence aléatoire, et sa matérialisation catastrophique. En effet, le risque est lui-même le produit d'un aléa et d'une vulnérabilité (A. DAUPHINÉ, 2001). Un calcul des probabilités d'occurrence des débits moyens journaliers maximums permettrait donc de percevoir les risques liés aux crues inondantes de l'Oubangui à Bangui.

16L'analyse des crues et des débordements associés doit précéder l'ensemble des actions qu'il faut organiser au sein d'un processus de décision conduit en fonction d'une demande sociale dont le contenu peut varier avec le temps. Des textes réglementaires doivent en constituer le cadre, mais dans le cas où ces dispositions n'existent pas, peut-on envisager des actions contre les inondations ? Leur gestion est une démarche de plus en plus participative aujourd'hui, car il faut tenir compte de l'organisation de la société, de l'état des connaissances sur le sujet et des ressources financières (R. LAGANIER et L. DAVY, 2000). Dans cette perspective, l'exposition du site de Bangui se manifeste à deux niveaux : l'inondabilité de l'ancien lit de l'Oubangui, qui est un critère de vulnérabilité physique, et la concentration d'une partie de la population et de certaines de ses activités dans cet espace, créant une vulnérabilité de type socio-économique. Depuis la fin du XIXème siècle, le site de Bangui continue à être envahi par les eaux, et pourtant les abords de l'Oubangui sont toujours plus colonisés par les établissements humains. Le schéma directeur d'urbanisme (R. DEPRET, 1967), qui a fait l'objet du décret n° 72/324 du 29 septembre 1972, n'est pas respecté (C.R. NGUIMALET, 2004, p. 32). Une "zone inondable fluviale" réservée aux implantations industrielles est spontanément occupée par l'habitat, à cause de l'inefficacité de l'administration à contrôler l'occupation du sol (C.R. NGUIMALET, 2007). Lors de la crue de 1999, la zone comprise entre Pétévo et le confluent avec la Mpoko à Bimbo n'était pas occupée. Vingt ans après, la crue de 2019 a fait trois fois plus de sinistrés, du fait de l'occupation déraisonnable du lit majeur sous la pression des besoins en terrains à bâtir (toutes catégories sociales confondues).

IV - Données et méthodes

1 ) Des données

17Les débits moyens annuels et journaliers maximums (Qj-max) proviennent de la base de données de l'ORSTOM-IRD (Office Français de Recherche Scientifique Outre-Mer - Institut de Recherche pour le Développement) et du SCEVN (Service Commun d'Entretien des Voies Navigables). Les mesures hydrométriques ont commencé en 1911. Entachées de lacunes entre 1921 et 1934 (J. CALLÈDE et al., 2009), elles sont ininterrompues depuis 1935 (A. WESSELINK et al., 1994). Les lacunes correspondent à une période humide marquée par des crues records en 1924 et 1925 dans les bassins du Sénégal et du Niger (J. SIRCOULON (1992, p. 68-69). L'échelle limnimétrique de la station de Bangui a connu plusieurs cotes, de l'origine des observations à 1993 (Tab. I). La révision du barème offre une grille selon laquelle, en fonction des altitudes relatives du 0, les différentes hauteurs lues dans le temps ont des correspondances en débits (A. WESSELINK et al., 1994).

Tableau I - Les zéros des échelles limnimétriques de l'Oubangui à Bangui (A. WESSELINK et al., 1994).

Tableau I - Les zéros des échelles limnimétriques de l'Oubangui à Bangui (A. WESSELINK et al., 1994).

2 ) Méthodes utilisées

18Diverses informations (cartes, autres documents graphiques et enquêtes orales) ont été utilisées dans ce travail. Une étude bibliographique a rendu compte de l'importance des inondations à Bangui depuis sa fondation (C.R. NGUIMALET, 2004 ; J. RUNGE et C.R. NGUIMALET, 2005 ; C.R. NGUIMALET et Y. BOULVERT, 2006), mais aussi sur d'autres cours d'eau (M. DACHARRY, 1996 ; N. BECHLER-CARMAUX, 1998 ; B. HINGRAY et al., 2000 ; A. KANE, 2002 ; H. OUMAROU, 2017) et aussi sur l'Oubangui à Bangui depuis sa fondation (C.R. NGUIMALET, 2004 ; J. RUNGE et C.R. NGUIMALET, 2005 ; C.R. NGUIMALET et Y. BOULVERT, 2006).

19En l'absence de documentation officielle sur les catastrophes passées, l'analyse des débits journaliers maximums de 1911 à 2020 (109 années hydrologiques), appuyée sur des expériences de terrain, d'abord en 1999, puis en 2019, a servi à détecter celles qui ont entraîné des inondations à Bangui. Une analyse statistique en a été faite, afin : 1/ d'apprécier l'historicité et les régimes des crues mensuelles et journalières et 2/ de déterminer les périodes de récurrence des Qj­max. Dans ce sens, R. LAGANIER et L. DAVY (2000) ont défini différents critères pour établir le caractère normal ou exceptionnel d'un événement hydrologique via des approches statistique, climatologique et d'étude des impacts. Cela permet de décrire la puissance, la fréquence et la durée des phénomènes, ainsi que les dommages qu'ils engendrent. L'approche statistique et celle des impacts ont été appliquées dans cette étude. De ce fait, les Qj-max ont été comparés aux modules pour différentes périodes hydroclimatiques définies dans le bassin et les sous-bassins du Congo (A. LARAQUE et al., 1998, 2001, 2013), dont celui de l'Oubangui (D. ORANGE et al., 1995 ; A WESSELINK et al., 1996 ; C.R. NGUIMALET, 2017) :

  • Première période (stable) : 1911-1959 (A. LARAQUE et al., 1998, 2001, 2013) ou 1935-1954 (D. ORANGE et al., 1995 ; A WESSELINK et al., 1996) ou du début du XXème siècle à 1960 (stable).

  • Deuxième période (plus humide) : 1955-1970 ou décennie 1960.

  • Troisième période (sèche) : de 1971 à nos jours.

20Ces périodes ont été aussi appliquées à l'analyse des Q moyens mensuels et journaliers de l'Oubangui à Bangui, entre années excédentaires et déficitaires. En complément, les pluies annuelles ont été confrontées aux crues historiques, afin de déceler l'impact possible de la pluviométrie.

21Les temps de retour des Qj-max ont été calculés avec le logiciel HyfranPlus, via les lois GUMBEL, GEV, WEIBULL et Normale (maximum de vraisemblance) et les quantiles pour des temps de retour compris entre 2 et 1000 ans. Les fréquences de ces débits historiques ont aidé à apprécier le degré des inondations et celui des dommages corrélatifs. Elles fournissent des informations en vue de la gestion durable des inondations fluviales à Bangui, dont il faudrait tenir compte dans les plans d'aménagement de sa rive urbaine et qui pourraient ainsi servir à la réduction du coût des dommages (C.R. NGUIMALET et Y. BOULVERT, 2006).

22Par ailleurs, le débit seuil au delà duquel les inondations se produisent (11500 m3/s environ) a été défini de manière empirique. Cette donnée permet d'estimer la durée des crues fortes à extrêmes de l'Oubangui et aide à apprécier les temps de propagation des inondations, d'immobilisation des personnes et d'inactivité des services dans l'espace affecté.

23Puis, grâce à des enquêtes orales, il nous a été possible de recueillir des informations sur la régularité des inondations de l'Oubangui durant la décennie 1960, à la pluviosité très élevée. Depuis 1971, l'Oubangui n'a débordé de son lit fluvial qu'à quatre reprises : de sources orales, en 1975, 1996, 1999 et 2019. Nous avons suivi sur le terrain ces deux dernières inondations, parmi les plus fortes connues, depuis le quartier Ouango-Sao, en amont, jusqu'à la confluence avec la Mpoko, en aval, en passant par le centre-ville. Le rapport administratif sur l'inondation d'octobre-novembre 1999 nous est resté introuvable. Néanmoins quelques éléments du bilan de ce sinistre fournis par l'hebdomadaire Vouma la Mouche (VOUMA, 1999) ont pu être exploités dans ce travail.

24Enfin, pour définir les niveaux de probabilité de l'extension des inondations fluviales à Bangui, les temps de retour des Qj-max (lois de GUMBEL et GEV) ont été associés aux hauteurs d'eau journalières (cm) et aux cotes topographiques (m), ce qui a permis de spatialiser des champs d'inondation probables selon l'importance relative des crues. Ces niveaux de probabilité d'inondation ont été définis au regard des crues de 1916, 1961, 1999 et 2019. Mais les lacunes dans la connaissance de ces sinistres empêchent d'évaluer l'ampleur des dommages et leur coût.

V - Résultats et discussion

1 ) Chronique des crues génératrices d'aléa hydrologique

25Les valeurs annuelles des Qj-max, comme les débits moyens annuels, varient beaucoup dans le temps (Fig. 4). Sur la période 1911-2020, le débit moyen journalier maximum, 16000 m3/s, a été mesuré le 23 octobre 1916 et le minimum, 4930 m3/s, le 22 novembre 1990. La moyenne des Qj-max annuels, soit 9702 m3/s est supérieure à la plupart des valeurs enregistrées depuis 1971, exceptées celles de 1974, 1975, 1988, 1999, 2002 et 2019 (Fig. 4-a). L'évolution des débits (moyens annuels et Qj-max) traduit l'assèchement climatique toujours en cours. La moyenne des Qj-max annuels est de 10788 m3/s sur la période 1911-1970 et de 7686 m3/s seulement sur la période 1970-2020. La sécheresse s'est encore accentuée en 1980, dernière date de rupture (segmentation de HUBERT ‒ C.R. NGUIMALET, 2017), avec un effet notable sur les débits de l'Oubangui (Fig. 4-b).

Figure 4 - Évolution des débits de l'Oubangui à Bangui.

Figure 4 - Évolution des débits de l'Oubangui à Bangui.

a : modules et Qj-max annuels sur la période 1911-2020. b : Qj-max annuels et périodes hydroclimatiques (cycles 1 à 3) sur la période 1935-2020.
Module et Q = module annuel. Qmaxi = Qj-max annuel.

26Les années hydrologiques (d'avril à mars) 1916-1917 et 1961-1962 ont connu les plus fortes crues : débits moyens mensuels de 14000 m3/s en octobre 1916 et 13100 m3/s en octobre 1961. L'année 1980-1981 a donné lieu à une crue moyenne, avec un débit moyen mensuel maximum de 8770 m3/s en novembre. Enfin, l'année 1990-1991 a été la plus calme, le débit moyen mensuel maximum atteignant à peine 4690 m3/s en novembre (Fig. 5).

Figure 5 - Débits moyens mensuels de l'Oubangui à Bangui sur quelques années hydrologiques de référence.

Figure 5 - Débits moyens mensuels de l'Oubangui à Bangui sur quelques années hydrologiques de référence.

27Les débits moyens mensuels atteignent généralement leur maximum en octobre (43 événements répertoriés) ou novembre (41 événements répertoriés), plus rarement en septembre (10 événements répertoriés). Le régime hydrologique est donc de type tropical "septentrional".

28Depuis 1971, les débits moyens journaliers maximums (Qj-max) s'observent encore un peu plus fréquemment en novembre (25 occurrences), devant octobre (20 occurrences) et septembre (4 occurrences seulement). Ces périodes sont porteuses du risque et génératrices des phénomènes d'inondation dans le site urbain.

29Pendant la période d'abondance hydrologique, jusqu'en 1970, les crues s'amorçaient en mai et s'accentuaient en juin. Sur la figure 6, cela correspond aux années 1961-1962, 1964-1965 et 1969-1970. Au cours de la période sèche qui prévaut actuellement, les crues débutent soit en juillet (en 2014-2015), soit en août (en 1990-1991, 2000-2001, 2011-2012 et 2019-2020, l'année hydrologique la plus abondante sur l'Oubangui depuis 1999-00). Ce retard des crues, conséquence du déficit pluviométrique, entraîne généralement une réduction de la période des moyennes et hautes eaux au bénéfice de la période de sécheresse. Ces décalages temporels dans la montée des eaux traduisent une réduction de la durée des crues et donc leur faiblesse hydrologique dans un contexte déficitaire. Ils démontrent en outre un allongement de la sécheresse au détriment de la saison de crue, réduite de 3 ou 2 mois (d'août ou septembre à novembre-décembre), au regard du module interannuel sur la période 1911-2020 (3774 m3/s). Cette dynamique rend plus aléatoires les crues catastrophiques.

Figure 6 - Débits moyens journaliers de l'Oubangui à Bangui en années excédentaires et déficitaires.

Figure 6 - Débits moyens journaliers de l'Oubangui à Bangui en années excédentaires et déficitaires.

Moy. interann. : module sur la période 1911-2020 (109 années hydrologiques).

2 ) Fréquences des débits moyens journaliers maximums

30Les débits journaliers déterminés pour différentes périodes de retour à l'aide des lois de GUMBEL, GVE, de WEIBULL et Normale sont présentés dans le tableau II. Pour les plus faibles fréquences, les retours au delà de 20 ans, les écarts entre les lois deviennent considérables. Notons qu'avec la loi Normale sur la période 1911-1991, J. CALLÈDE et al. (2009) ont trouvé des valeurs légèrement supérieures aux nôtres : crue décennale : 12600 m3/s ; crue cinquantennale : 14000 m3/s ; crue centennale : 14900 m3/s ; crue milléniale 16500 m3/s.

Tableau II - Valeurs, déterminées selon les lois de GUMBEL (logiciel Hydraccess), GEV, de WEIBULL et Normale (logiciel HyfranPlus), des débits moyens journaliers (m3/s) correspondant à différentes temps de retour (ans) sur la période 1911-2020.

Tableau II - Valeurs, déterminées selon les lois de GUMBEL (logiciel Hydraccess), GEV, de WEIBULL et Normale (logiciel HyfranPlus), des débits moyens journaliers (m3/s) correspondant à différentes temps de retour (ans) sur la période 1911-2020.

31À la lumière des observations effectuées les 6 novembre 1999 et 2 novembre 2019, les valeurs que nous avons trouvées pour un temps de retour de 5 ans sur la période 1911-2020, soit 11400-11500 m3/s, suffiraient à amorcer des inondations à Bangui. À ces dates, alors que les hauteurs d'eau à l'échelle étaient respectivement de 720 cm (11720 m3/s) et 739 cm (12100 m3/s), une pirogue nous a été nécessaire pour rejoindre la confluence Mpoko-Oubangui (voir Fig. 1) via le port pétrolier.

32En 1999, un Qj-max de 12180 m3/s, proche des débits journaliers décennaux déterminés sur la période 1911-2020 (12200 à 12900 m3/s), a fait une dizaine de milliers de sinistrés. Pourtant les épisodes de 1961 (14400 m3/s) et de 1964 (14100 m3/s), tous les deux plus que vicennaux, n'ont pas fait de gros dégâts, les installations humaines étant alors peu nombreuses à proximité de l'Oubangui.

33Le plus fort Qj-max observé à Bangui, soit 16000 m3/s en 1916, a une période de retour un peu supérieure à 50 ans selon la loi de GUMBEL, tandis que les lois de WEIBULL et Normale indiquent une récurrence plus que millénale. À cet épisode, de loin le plus violent sur la période d'observation de 109 ans, il convient de reconnaître un caractère exceptionnel.

34Sen outre qu'en traitant séparément les périodes 1911-1970 et 1970-2020, les écarts sont forts entre les résultats trouvés pour chaque période de retour, ou chaque valeur de débit, et chaque loi de probabilité. Ainsi, avec la loi de GUMBEL, par exemple, un débit de 13200 m3/s aurait un temps de retour d'une dizaine d'années avec les données de la première période (humide) et proche de 50 ans avec celles de la seconde (sèche).

3 ) Les crues les plus importantes ou historiques de l'Oubangui à Bangui

35Les crues que nous définissons comme historiques sont celles qui ont provoqué des inondations. Sur la période 1911-2020, on en distingue onze qui ont un Qj-max supérieur ou égal à 12000 m3/s (Tab. III). Les crues de 1891 et de 1892 relèvent aussi de cette catégorie, mais leurs cotes n'ont pas été mesurées.

Tableau III - Caractéristiques des onze crues historiques de l'Oubangui à Bangui.

Tableau III - Caractéristiques des onze crues historiques de l'Oubangui à Bangui.

P. an. précipitations annuelles. Mod. an. : module annuel. Qj-max : débit moyen journalier maximum de la crue considérée. Hj : cote maximale journalière à l'échelle limnimétrique.

36La crue du 23 octobre 1916 (A. WESSELINK et al., 1994 ; D. ORANGE et al., 1995 ; J. CALLÈDE et al., 2009) demeure l'événement de référence mesuré sur l'Oubangui. Mais on méconnaît les effets qu'une telle crue aurait aujourd'hui sur les établissements humains, ainsi que cela impliquerait en termes financiers et socio-économiques. Le profil transversal du lit à Bangui est resté stable quoiqu'il soit localement aménagé en rive droite, avec les ports amont et aval, le Collège Préparatoire International (CPI), l'avenue Charles de Gaulle, etc. (Fig. 7). Ces crues historiques n'ont pas affecté la physionomie du chenal, mais plutôt celle de son fond (mobile), avec l'accumulation et l'érosion des sables (Photo 2). En effet, l'importance du régime des crues s'observe en la variabilité annuelle, voire pluriannuelle, de dépôts sableux en amont de l'île Bongo-Soua et dans le petit bras droit anastomosé du cours d'eau au large de la ville de Bangui. Ces accumulations sableuses momentanées portent un coup au pompage d'eau fluviale pour l'alimentation en eau potable des ménages urbains. Ainsi la faiblesse relative des débits maximums annuels ou interannuels de l'Oubangui depuis 1971 réduit-elle l'inondabilité de sa plaine alluviale, comparée à la récurrence de ce phénomène durant la décennie 1960, voire à la fin du XIXème et/ou au début du XXème siècles.

Figure 7 - Localisation (a) et dessin (b) de deux profils transversaux de l'Oubangui à Bangui adaptés aux inondations de 1916, 1961 et 1999.

Figure 7 - Localisation (a) et dessin (b) de deux profils transversaux de l'Oubangui à Bangui adaptés aux inondations de 1916, 1961 et 1999.

D'après C.R. NGUIMALET (2004).

Photo 2 - Banc de sables réduisant l'efficacité de la station de pompage des eaux fluviales de l'Oubangui en saison sèche. [cliché : Cyriaque-Rufin NGUIMALET, mars 2017]

Photo 2 - Banc de sables réduisant l'efficacité de la station de pompage des eaux fluviales de l'Oubangui en saison sèche. [cliché : Cyriaque-Rufin NGUIMALET, mars 2017]

37Dans la zone urbaine, les crues de l'Oubangui peuvent être localement inondantes pour des Qj-max avoisinant 10000 m3/s. Selon A. MOLOLI (communication orale), en 1996, l'Oubangui a inondé les trois-quarts de l'île Bongo-Soua et le boulevard Charles de Gaulle, en face de l'île, du côté de Pétévo (voir Fig. 2). Les bêtes sauvages (biches, perdrix, etc.) ont dû quitter l'île pour la terre ferme : une biche a été tuée par un passant dans la concession de la villa Kolongo, ancienne demeure de l'ex-empereur Bokassa. Lors de cet épisode, le Qj-max a été observé le 19 octobre : 9420 m3/s. En 1998, le même phénomène s'est produit, avec un Qj-max de 9925 m3/s le 11 novembre.

38Depuis 1935, le bassin de l'Oubangui a souvent connu des précipitations abondantes (voir Tab. III). Sur cette période, les crues les plus fortes, en 1961-62 (14400 m3/s) et 1964-65 (14100 m3/s), correspondent à des pluies annuelles de 1596 mm et 1691 mm respectivement. En 1948-49 et 1999-00, de plus faibles pluviosités ont produit des Qj-max de 12400 m3/s et 12180 m3/s seulement. Mais en 2019-00, dans un contexte pourtant humide (précipitations annuelles de 1562 mm), le Qj-max n'a atteint que 12400 m3/s. On ne peut pas s'en étonner, car les coefficients de corrélation linéaire entre les précipitations, d'une part, les modules et les Qj-max annuels, d'autre part, sont respectivement de 0,53 et 0,50 seulement. Cela témoigne de la complexité de la réponse fluviale à la pluviométrie, en rapport avec la répartition des pluies dans le temps et les autres caractères du milieu.

39Avec l'assèchement du climat depuis 1971, les modules annuels correspondant à des Qj-max de l'ordre de 12000 m3/s, ont été nettement plus faibles qu'auparavant. Ainsi en a-t-il été en 1975-76, 1999-00 et 2019-00 (voir Tab. III). La concentration de l'essentiel des pluies sur un temps plus court compense le raccourcissement de la saison humide.

40Durant les crues de 1961 (14400 m3/s) et de 1964 (14100 m3/s), les eaux de l'Oubangui ont envahi la route riveraine depuis le Rock Hôtel, juste en aval de la station hydrométrique, jusqu'à Bimbo, à la confluence avec la Mpoko (Photos 3 et 4). Y. BOULVERT en a été témoin, ainsi que J. CALLÈDE qui suivait alors cette crue.

Photos 3 - Inondation à la confluence Oubangui-Mpoko en novembre 1999. [cliché : Cyriaque-Rufin NGUIMALET]

Photos 3 - Inondation à la confluence Oubangui-Mpoko en novembre 1999. [cliché : Cyriaque-Rufin NGUIMALET]

Photos 4 - Traversée en pirogue, le 2 novembre 2019, du quartier derrière le port pétrolier. [cliché : Cyriaque-Rufin NGUIMALET]

Photos 4 - Traversée en pirogue, le 2 novembre 2019, du quartier derrière le port pétrolier. [cliché : Cyriaque-Rufin NGUIMALET]

41En fonction des débits, les cotes topographiques atteintes par les inondations varient de 343,423 m, en 1969, à près de 345 m, en 1916. Mais les conditions offertes à l'extension des eaux peuvent être modifiées d'une année à l'autre par des travaux d'aménagement (défrichements, terrassements, levées pour construction de routes, tranchées, fossés, bâtiments et autres). Cela explique que le CPI, inondé en 1999, ait été épargné en 2019, les rives de la rivière ayant été aménagées (Photos 5).

Photos 5 - Enceinte du Collège Préparatoire International (CPI). [clichés : Cyriaque-Rufin NGUIMALET]

Photos 5 - Enceinte du Collège Préparatoire International (CPI). [clichés : Cyriaque-Rufin NGUIMALET]

À gauche : inondée en 1999 ‒ une pirogue, au lieu des caillebotis, reliait les bâtiments. À droite : non inondée le 2 novembre 2019, grâce aux aménagements des rives de l'Oubangui.

42En octobre 1969 (Qj-max de 12000 m3/s), aucun débordement n'a été relaté, en particulier au centre-ville. Mais les crues d'octobre 1999 (12180 m3/s) et d'octobre 2019 (12400 m3/s) n'ont pas non plus touché le centre-ville, alors qu'elles ont inondé une partie de la ville de Bangui. Immédiatement en amont du quartier de Ouango-Sao, derrière un bourrelet de berge, nous avons reconnu un lit d'inondation, qui a été envahi par les eaux fluviales en 1999 et 2019. D'après les informations fournies par des pêcheurs, il l'aurait également été en 1969. L'épisode de 1969 a sans doute été négligé à l'époque, du fait de l'absence d'enjeux humains dans la zone inondée.

4 ) Manifestations et conséquences des crues historiques

43Les montées de crue à Bangui varient de 10 jours en 1999 à 56 jours en 1961, soit de 1 à 6 décades ; celles de décrue, de 6 à 43 jours, soit un rapport de moins de 1 à plus de 4 décades (Tab. IV). Les décrues sont en général plus courtes que les montées, sauf en 1938 et 1969. Les montées les plus longues ont été celles de 1962 (43 jours) et de 1961. Les épisodes les plus étendus, montée et descente incluses, ont été ceux de 1961 (80 jours), 1969 (65 jours) et 1962 (60 jours), tandis que les plus brefs se sont produits en 1999, 2019 et 1975 (17 à 29 jours), autrement dit au cours de la période sèche qui a débuté en 1971. Les montées de crue ont été particulièrement brutales en 1999 et 2019.

Tableau IV - Durées de montée de crue et de décrue pour des Qj-max historiques à Bangui.

Tableau IV - Durées de montée de crue et de décrue pour des Qj-max historiques à Bangui.

* : montée de crue ou décrue présentant des fluctuations de hauteurs et de débits.

44À propos des champs d'inondation, J. CALLÈDE et al. (2009, p. 256) ont repris les commentaires de R. CHARTIER, qui effectuait un jaugeage (14000 m3/s) le 6 novembre 1964 : "la ville était en partie inondée : des caillebotis sur des parpaings étaient installés pour pouvoir accéder à l'Ambassade de France et un concours de pêche à la ligne fut organisé à partir du bar du Bangui Rock Club". Ces observations témoignent de l'inondabilité d'une partie du centre-ville pour un débit de crue de l'ordre de 14000-14500 m3/s.

45Lors des crues de 1999 et 2019, les superficies des champs d'inondation, estimées par la méthode de la grille, ont atteint respectivement 2,6 km2 et 3,7 km2. Ces épisodes, que nous avons suivis durant leur paroxysme, ont servi à la reconstitution, par extrapolation, des champs d'inondation pour lesquels des informations écrites n'existent pas.

46Les dommages causés aux hommes et aux biens (noyades, destruction des habitations ou des services, empêchement ou ralentissement des activités, pertes des récoltes...) seraient intéressants à analyser à l'échelle historique si des témoignages écrits étaient disponibles, de ceux mentionnés par N. JACOB-ROUSSEAU (2009) pour un travail de ce type : "des estimes aux enquêtes et statistiques, des terriers et cadastres aux cartes et aux plans, des gravures aux photographies, ou encore des textes et rapports administratifs aux écrits de presse".

47Néanmoins le bilan de l'inondation de 1999 se caractérise par de nombreux sinistrés (sans-abris), des pertes de biens mobiliers et immobiliers : 9017 personnes ont été touchées et 1131 maisons détruites dans les quartiers riverains des 2ème, 6ème et 7ème arrondissements de Bangui (voir Fig. 2 ‒ VOUMA, 1999). Il y a eu près de 30000 sinistrés en 2019, soit trois fois plus qu'en 1999. Pendant l'inondation, les sinistrés ont pu loger soit chez des parents, soit dans des lieux publics (écoles...), ou sous des tentes apprêtées pour la circonstance.

5 ) Les enjeux dans la zone fluviale du site de Bangui et la nécessité d'une alternative de gestion des inondations en zone urbanisée

48L'implantation d'un habitat spontané et des services dans le lit d'inondation est au cœur des enjeux pour la maîtrise du risque fluvial à Bangui. L'emprise urbaine sur cet espace fragile a fortement augmenté dans le temps (C.R. NGUIMALET, 2007) sur les marges riveraines de l'Oubangui, à des altitudes de 341 à 346 m.

49C'est durant la période 1983-2002 que sous la pression de la croissance démographique (voir Fig. 3), les terrains vides, insalubres, marécageux ou inondables, les anciennes carrières de latérite et même les cours des habitations ont été gagnés par l'habitat spontané à Bangui (C.R. NGUIMALET, 2007, p. 6). Du fait de l'incapacité des pouvoirs publics et des autorités locales à gérer l'extension de la ville, la situation est telle qu'une crue de 8 ou 10 ans de période de retour peut induire des dégâts considérables dans les confins fluviaux de l'agglomération.

50Le schéma d'urbanisme de R. DEPRET (1967) définissait les zones d'habitat, leur niveau socio-économique, leur densité humaine, mais aussi les dispositions matérielles de secours en cas de sinistre. La zone susceptible d'être inondée y était réservée à une zone industrielle. Mais les fabriques n'en ont occupé qu'une petite partie, avec le Centre Industriel Centrafricano-Israélien (CICI) et les Abattoirs Frigorifiques de Bangui. Cela a été compensé par l'installation d'autres activités et services : Collège Préparatoire International (voir Photos 5), École des Postes et Télécommunications (PTT), Société Centrafricaine de Développement Agricole (SOCADA), École Saint-Charles...

51La pression foncière, combinée à l'absence de contrôle de la croissance urbaine, explique l'occupation spontanée du lit d'inondation de l'Oubangui (voir Fig. 3 et 7). Dans les quartiers riverains, de fortes densités humaines (1000 à 2000 habitants/km2) sont exposées à la montée des eaux (C.R. NGUIMALET, 2004). Celles-ci peuvent avoir des conséquences dramatiques sur les personnes et les biens, mais elles ne sont pas sans conséquence sur l'occupation des zones inondables et sur les valeurs foncières et immobilières (J.P. TORTEROTOT et P.A. ROCHE, 1990).

52La gestion des catastrophes à Bangui ne devrait pas se limiter à l'organisation matérielle des secours aux sinistrés. Des dispositifs de prévision, de prévention et de sensibilisation doivent être développés, d'autant que les changements climatiques en cours (IPCC, 2013) pourraient faire de l'inondation un phénomène de plus en plus fréquent, à l'image de la crue de 2019 qui a reproduit celle de 1999.

53Les mesures nécessaires à la réduction du risque de catastrophe (RRC) sont la prévention (préparation, atténuation, prévision et système d'alerte) et le relèvement-rétablissement (évaluation d'impact, réponse, rétablissement et reconstruction), afin d'assurer l'adaptation aux extrêmes climatiques et l'accroissement de la résilience (C.R. NGUIMALET, 2018). Or les "politiques" ne réagissent que pour "assister" les victimes. Les systèmes de secours aux sinistrés n'en sont pas moins limités, voire faibles, malgré le recrutement et la formation des volontaires de la protection civile. Les secours d'urgence sont assurés par la Croix-Rouge Centrafricaine. Ils consistent à installer les sinistrés sous des tentes et à leur fournir des couvertures de laine, de l'alimentation (provenant du PAM ‒ Programme Alimentaire Mondial), des soins, des consignes d'hygiène, de l'eau potable (eau de robinet ou embouteillée), des antipaludéens et diverses vaccinations. Ces interventions bénéficient de l'assistance financière et matérielle d'organisations non gouvernementales (ONG) et d'ambassades de pays amis. Des rapports écrits dressent un bilan des dégâts subis en termes de cases inondées, détruites et non détruites, et de sans-abris.

54La préparation des acteurs, leur sensibilisation au risque et le renforcement de leurs capacités opérationnelles sont des éléments à améliorer. Mais surtout, il manque un plan d'occupation du sol, dans le cadre d'un nouveau schéma directeur d'urbanisme, pour éviter l'occupation anarchique du lit majeur de l'Oubangui.

6 ) Quelles perspectives pour la gestion des inondations fluviales à Bangui ?

55En matière de gestion des inondations en Centre-Afrique, il manque un cadre de concertation favorisant un processus efficace de décision pour la sécurisation des personnes et des biens. Deux inondations (1961 et 1999) en font la démonstration à Bangui. À la suite de la catastrophe de 1961, des habitations modernes furent construites pour loger les sinistrés ; nous les avons identifiées lors de l'inondation de 1999 à Ouango-Sao, un quartier de l'est de la Capitale (voir Fig. 2). Cela traduit que le gouvernement et la municipalité de l'époque avaient pris conscience des problèmes et esquissaient des solutions. Mais la gestion des inondations ne figure toujours pas officiellement aujourd'hui dans les actions prioritaires à mener.

56Les crues historiques à Bangui ont atteint différentes cotes topographiques (voir Tab. III) et donc submergé des espaces plus ou moins étendus. Les enjeux ont en outre évolué au cours du temps, l'implantation d'habitations et d'activités diverses amplifiant les expositions aux inondations.

57Pour ces crues, le coefficient A (= Q / S0,5 ‒ Q étant le débit de crue en m3/s et S, la superficie du bassin en km2) va de 17 en 1999 à 23 en 1916, valeurs supérieures aux maximums trouvés pour un autre affluent du Congo, la Sangha, qui passe aussi en RDC : 10 en 1975, 12 en 1999, 18 en 2019 (C.R. NGUIMALET, 2017).

58Les fréquences estimées des inondations permettent d'évaluer des niveaux de probabilité d'exposition à de potentiels endommagements. Dans le tableau V, à titre indicatif, nous avons pris comme référence la loi de GUMBEL, la plus pessimiste de celles que nous avons utilisées.

Tableau V - Les niveaux de probabilité d'inondation et leur signification sur l'Oubangui à Bangui (d'après C.R. NGUIMALET et Y. BOULVERT, 2006).

Tableau V - Les niveaux de probabilité d'inondation et leur signification sur l'Oubangui à Bangui (d'après C.R. NGUIMALET et Y. BOULVERT, 2006).

H : hauteur d'eau maximale observée lors de la crue considérée. Cote topo : altitude correspondant à H.

59Les crues de 1999, 1961 et 1916 ont été prises comme exemples pour illustrer les différences d'extension des champs d'inondation en fonction du niveau de probabilité des épisodes (Fig. 8) :

  • La crue de 1999, d'une période de retour de 7 ans selon la loi de GUMBEL, pour un Qj-max de 12180 m3/s, a provoqué l'inondation d'un espace urbain de 2,6 km2. Dans une telle situation, notons que les collecteurs urbains connectés à l'Oubangui ont la capacité de réduire très légèrement la montée des eaux, en participant de la zone d'expansion des crues.

  • Avec un Qj-max de 14400 m3/s, la crue de 1961 a un temps de retour (GUMBEL) de 22 ans. Elle a inondé 6,2 km2 environ, dont une partie du centre-ville. Dès ce niveau, il conviendrait que la perturbation des services soit intégrée dans la définition globale de la gestion de crise.

  • Enfin, la crue de 1916 (16000 m3/s) relève du niveau de probabilité faible à très faible (période de retour = 53 ans selon la loi de GUMBEL ‒ 700 ans selon la loi GEV et plus de 1000 ans avec les lois de WEIBULL et Normale). Avec 24 km2 envahis par les eaux, une telle crue toucherait aujourd'hui une bonne partie du centre-ville (des quartiers résidentiels et bon nombre de commerces et d'entreprises), induisant de très lourdes conséquences sur un tiers environ de la surface urbaine.

Figure 8 - Niveaux de probabilité d'inondations simulés sur l'Oubangui en 1916, 1961 et 1999 à Bangui (d'après C.R. NGUIMALET et Y. BOULVERT, 2006).

Figure 8 - Niveaux de probabilité d'inondations simulés sur l'Oubangui en 1916, 1961 et 1999 à Bangui (d'après C.R. NGUIMALET et Y. BOULVERT, 2006).

60La gestion des inondations à Bangui souffre de l'absence d'un cadre décisionnel efficace et des carences du suivi politique, ce qui empêche de définir des stratégies adaptées en matière de prévision, de prévention et de gestion de crise et d'après crise. Ainsi, pour bien gérer cet aléa hydrologique et donc en réduire les effets, faudrait-il faire réaliser une modélisation hydraulique des écoulements. La collecte d'informations sur les enjeux, socio-économiques ou autres, faciliterait la recherche de dispositions pour minimiser les crises en anticipant l'inondation des routes, des écoles, des usines, etc. Quant au volet prévision, qui peut dénier l'importance d'un réseau de mesure, par exemple pour détecter sur l'ensemble du bassin versant, les averses d'intensités rares et les montées de crue susceptibles de causer des inondations en aval, comme cela se fait dans les pays développés ?

61La gestion d'une crise d'inondation et de l'après crise implique des moyens humains, matériels et techniques en adéquation avec l'importance du phénomène, mais aussi une capacité organisationnelle bien rodée. Il faudrait pour cela développer, en collaboration avec les organismes locaux, des schémas de gestion adaptés à différents scénarios de crise, afin d'être en mesure d'assurer, le moment venu, l'évacuation dans le calme des personnes et la mise en sécurité des biens mobiliers. À Bangui, la durée de la décrue et les dégâts aux habitations inondées (en adobes) retardent le retour des personnes à leur domicile, même si les maisons ne se sont pas écroulées. En général, les vases et flaques d'eau se retrouvent partout, avec un fort risque d'infections parasitaires (paludisme, vers intestinaux...) ; l'eau des puits traditionnels, couramment consommée par les ménages, ne peut être utilisée, même pour les usages domestiques.

62Dans un tel contexte, il paraît opportun d'insister sur la nécessaire sensibilisation, par tous les moyens possibles, des populations concernées, afin de développer une culture du risque ou une culture de la prudence. Les buts à atteindre sont une solidarité entre les personnes, une meilleure efficacité des moyens d'intervention disponibles et surtout une occupation plus rationnelle de l'espace. Pour H.L. TAYLOR (2005), le grand succès du programme cubain de préparation aux catastrophes est basé sur le développement d'une culture de la sécurité, qui comprend : 1/ l'enseignement à l'école (primaire) des catastrophes et des conduites à tenir pour y faire face, 2/ la formation des adultes à la protection civile et 3/ l'élaboration de structures associatives de proximité destinées à informer et mobiliser les populations. Adopter ces approches doterait Bangui d'outils très utiles à la gestion des crises liées aux inondations.

VI - Conclusion et perspectives

63Cette étude des inondations de l'Oubangui a bénéficié d'observations (écrits, cartes et images) et de données (débits, relevés de terrain, etc.) existantes, pour analyser les événements suivis in situ en octobre-novembre 1999 et 2019, et pour reconstituer les épisodes documentés depuis 1911. Elle participe à la connaissance de l'hydrologie des inondations dans la partie nord du bassin du Congo (D. ALSDORF et al., 2016).

64Des archives manquent sur ces crues historiques et leurs impacts sociétaux. Néanmoins quelques informations fournies par la tradition orale et des documents écrits (inondations de 1961, 1975 et 1996) ont aidé à examiner les phénomènes d'inondation et leur ampleur spatio-temporelle. À Bangui, les crues ont aujourd'hui des conséquences graves dès que les débits moyens journaliers dépassent 12000 m3/s. Sur la période 1911-2020. La décennie 1960, la plus humide du siècle dernier (A. WESSELINK et al., 1996 ; A. LARAQUE et al., 1998 et 2013), a enregistré un grand nombre d'inondations (1961, 1962, 1964 et 1969). De sources orales, il apparaît aussi que des Qj-max de 10000 m3/s environ donnent des inondations très localisées et de faible ampleur.

65Toutefois, depuis 1971, début de la sécheresse en cours dans les bassins de l'Oubangui et du Congo, les fortes crues sont rares. Les Qj-max n'ont dépassé 10000 m3/s (12180 à 12700 m3/s) qu'en 1975, 1999 et 2019. L'impact de la sécheresse se traduit par un démarrage plus tardif des crues, par une réduction de leur durée et donc par un allongement de la période de sécheresse au détriment de la saison de crue, qui est réduite d'août ou septembre à novembre-décembre (C.R. NGUIMALET et D. ORANGE, 2013).

66Les temps de retour des inondations à Bangui devront être affinés, ceux que nous avons calculés étant très disparates pour les très forts débits, sans parler de l'effet des changements climatiques. Il est en effet primordial que les implantations et les activités humaines soient organisées en tenant compte de la répétition d'un aléa qui peut être dévastateur. L'élaboration d'un plan d'aménagement, et si possible d'urbanisme, doit se placer à l'interface de la connaissance des inondations passées et de l'évolution future des enjeux. Pour les pouvoirs publics et les autorités municipales, il s'agit de prendre le contrôle de l'occupation des espaces soumis au risque inondation, afin d'empêcher l'occupation spontanée et anarchique du lit majeur de l'Oubangui et pour réaliser des aménagements de mise en sécurité des quartiers riverains, par exemple en favorisant l'évacuation des eaux vers l'aval.

67La raréfaction des grosses crues au cours des cinq dernières décennies, en relation avec la diminution des pluies, ne doit pas faire ignorer aux pouvoirs publics l'intérêt de créer un cadre réglementaire et concerté de gestion de ces phénomènes. Un schéma directeur pour l'eau et l'assainissement a bien été adopté en 2000... mais il n'intègre pas de disposition relative au risque d'inondation fluviale. Selon R. LAGANIER et L. DAVY (2000), la gestion des inondations s'appuie à la fois sur une adaptation à l'aléa à partir d'une meilleure connaissance de la nature et sur des mesures efficaces de protection. À cet égard, la mise en place de digues et d'épis déconnecterait-elle suffisamment l'Oubangui de la zone urbanisée ? En provoquant le déstockage des sables qui obstruent le chenal à Bangui (voir Fig. 2 et Photo 2), cette solution augmenterait son efficacité et faciliterait en outre l'alimentation en eau potable de la ville à l'étiage. Mais quelle devrait être l'ampleur des travaux et le risque d'une submersion des défenses lors d'un épisode particulièrement exceptionnel pourrait-il être écarté ? Ces questions méritent d'être posées, comme doit être également posée celle de l'aménagement global du cours d'eau, une réduction de l'expansion des crues en un lieu pouvant avoir des répercussions en aval. Un gros travail de réflexion reste donc à mener.

Haut de page

Bibliographie

ALSDORF D., BEIGHLEY E., LARAQUE A., LEE H., TSHIMANGA R., O'LOUGHLIN F., MAHÉ G., DINGA B., MOUKANDI G. et SPENCER R.G.M. (2016) - Opportunities for hydrologic research in the Congo Basin. Reviews of Geophysic, vol. 54, n° 2, p. 378-409.

BECHLER-CARMAUX N. (1998) - Les risques liés à l'eau dans une capitale sahélienne. Pénurie et excès d'eau à Niamey (Niger). Thèse de l'Université Louis Pasteur, Strasbourg, 282 p.

BOULVERT Y. (1989) - Bangui 1889-1989. Points de vue et témoignages. Édit. SEPIA, Saint-Maur, 311 p.

BOULVERT Y. (1996) - Étude géomorphologique de la République Centrafricaine. Carte à 1 : 1 000 000e en deux feuilles Ouest et Est. Édit. ORSTOM, notice explicative n° 110, Paris, 258 p.

BRAVARD J.P. (2000) - Les extrêmes hydrologiques : handicaps réductibles ou composantes patrimoniales à sauvegarder ? In : Les régions françaises face aux extrêmes hydrologiques. Gestion des excès et de la pénurie, J.P. BRAVARD édit., Édit. SEDES, p. 5-14.

CALLÈDE J., BOULVERT Y. et THIÉBAUX J.P. (2009) - Le bassin de l'Oubangui. Édit. ORSTOM, collection "Monographies hydrologiques", Paris, 659 p.

CENSIER C., LANG J., MBONGO B.H. et LATOU A. (1992) - Mise en évidence d'une formation glaciaire paléozoïque dans l'Est de la République Centrafricaine : la formation glaciaire de la Kombélé. Comptes-rendus de l'Académie des Sciences Paris, série II, vol. 315, p. 711-715.

DACHARRY M. (1996) - Les grandes crues historiques de la Loire. La Houille Blanche, n° 6-7, p. 47-53.

DAUPHINÉ A. (2001) - Risques et catastrophes. Observer, spatialiser, comprendre, gérer. Édit. Armand Colin, Paris, 288 p.

DEPRET R. (1967) - Bangui : urbanisme et habitat. Rapport de mission, Coopération française/RCA, Direction Urbanisme et Cadastre, Bangui, 55 p.

FRANCHOMME M., SERVAIN-COURANT S. et SAJALOLI B., sous la direction de (2014) - Géohistoire des risques et des patrimoines naturels fluviaux. Développement durable et territoires, vol. 5, n° 3, en ligne.

GAUTIER Y. (2018) - Inondations. Encyclopædia Universalis, en ligne, article consulté le 8 mai 2018.

HINGRAY B., BOUVIER C., DESBORDES M. et CAPPELAERE B. (2000) - Inondations urbaines : un indicateur géométrique caractéristique du comportement hydraulique du bâti. Revue des Sciences de l'Eau, vol. 13, n° 1, p. 85-100.

JACOB-ROUSSEAU N. (2009) - Géohistoire/Géo-histoire : quelles méthodes pour quel récit ? Géocarrefour, vol. 84, n° 4, p. 211-216, mis en ligne le 15 février 2010, consulté le 18 juillet 2022, en ligne.

IPCC (2013) - Summary for policymakers. In : Climate change 2013. The physical science basis, Contribution of Working Group I to the Fifth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, T.F. STOCKER, D. QIN, G.K. PLATTNER, M. TIGNOR, S.K. ALLEN, J. BOSCHUN, A. NAUELS, Y. XIA, V. BEX et P.M. MIDGLEY édit., Édit. Cambridge University Press, Cambridge (Royaume-Uni) et New York (USA), p. 3-29, en ligne.

KANE A. (2002) - Crues et inondations dans la basse vallée du fleuve Sénégal. In : Gestion intégrée des ressources naturelles en zones inondables tropicales, D. ORANGE, R. ARFI, M. KUPER, P. PORAND et Y. PONCET édit., Édit. IRD, collection "Colloques et séminaires", Paris, p. 197-208.

LAGANIER R. et DAVY L. (2000) - La gestion de l'espace face aux risques hydroclimatiques en région méditerranéenne. In : Les régions françaises face aux extrêmes hydrologiques. Gestion des excès et de la pénurie, J.P. BRAVARD édit., Édit. SEDES, Paris, p. 15-38.

LARAQUE A., ORANGE D., MAZIEZOULA B. et OLIVRY J.C. (1998) - Origine des variations des débits du Congo à Brazzaville durant le XXe siècle. In : Water Resources Variability in Africa during the XXth Century, actes de colloque (Abidjan), É. SERVAT, D. HUGHES, J.M. FRITSCH et M. HULME édit., IAHS Publication, vol. 252, p. 171-179.

LARAQUE A., MAHÉ G., ORANGE D. et MARIEU B. (2001) - Spatiotemperal variations in hydrological regimes within Central Africa during the XXth century. Journal of Hydrology, vol. 245, n° 1-4, p. 104-117.

LARAQUE A., BELLANGER M., ADÈLE G., GUEBANDA S., GULEMVUGA G., PANDI A., PATUREL J.E., ROBERT A., TATHY J.P. et YAMBÉLÉ A. (2013) - Évolutions récentes des débits du Congo, de l'Oubangui et de la Sangha. Geo-Eco-Trop, vol. 37, n° 1, p. 93-100.

MALIBANGAR A. (2000) - Dynamique sédimentaire d'un système fluviatile diamantifère d'âge crétacé : la Formation de Mouka-Ouadda (Est de la République centrafricaine). Édit. BRGM, collection "Substances minérales et énergétiques", document BRGM n° 295, Orléans, 300 p.

MESTRAUD J.L., avec la collaboration de BESSOLES B. (1982) - Géologie et ressources minières de la République Centrafricaine. État des connaissances à juin 1963. Édit. BRGM, collection "Mémoires", vol. 60, Orléans, 186 p.

METTIN J.L. (1995) - Variations temporelles et spatiales des lames d'eau précipitées sur l'ensemble du bassin versant supérieur de l'Oubangui (1972-1992). Mémoire de Maîtrise, Université de Bangui (RCA), et Rapport du Laboratoire d'Hydrologie du centre ORSTOM de Bangui, 131 p.

NGUIMALET C.R. (2004) - Le cycle et la gestion de l'eau à Bangui (République centrafricaine). Approche hydrogéomorphologique du site d'une ville africaine. Thèse de l'Université Louis Lumière - Lyon 2, 449 p.

NGUIMALET C.R. (2007) - Population and spatial growth: diagnosis and implications for a urban management of Bangui (Central African Republic). In : Urban population, development and environment dynamics in developing countries, actes de colloque (Nairobi, Kenya), 16 p., en ligne.

NGUIMALET C.R. (2017) - Changements enregistrés sur les extrêmes hydrologiques de l'Oubangui à Bangui (République centrafricaine) : analyse des tendances. Revue des Sciences de l'Eau, vol. 30, n° 3, p. 183-196.

NGUIMALET C.R. (2018) - Comparison of community-based adaptation strategies for droughts and floods in Kenya and the Central African Republic. Water International, numéro spécial "Climate change and adaptive water management: innovative solutions from the global South", vol. 43, n° 2, p. 183-204, en ligne.

NGUIMALET C.R. (2019) - Accès et pénurie d'eau : dynamique des taux et contraintes à Bangui. In : L'accès à l'eau en Afrique : vers de nouveaux paradigmes ? Vulnérabilité, exclusion, résiliences et nouvelles solidarités, actes de colloque (Nanterre, 2016), B. CASCIARRI et D. BLANCHON édit., Édit. Presses de l'Université de Nanterre, collection "Espace et justice", p. 43-63.

NGUIMALET C.R. (2021) - Dynamique de pluie et débit sur l'Oubangui à Mobaye, République centrafricaine : évidence de comportements hydrologiques variés du bassin. Geo-Eco-Trop, vol. 45, n° 2, p. 311-322.

NGUIMALET C.R. et BOULVERT Y. (2006) - Les crues historiques de l'Oubangui et leurs implications dans la gestion de l'eau du site de Bangui, capitale de la République Centrafricaine. In : Interactions nature-société : analyses et modèles, actes de colloque (La Baule), 5 p.

NGUIMALET C.R. et ORANGE D. (2013) - Dynamique hydrologique récente de l'Oubangui à Bangui (Centrafrique) : impacts anthropiques ou climatiques ? Geo-Eco-Trop, vol. 37, n° 1, p. 101-112.

NGUIMALET C.R. et ORANGE D. (2019) - Caractérisation de la baisse hydrologique actuelle de la rivière Oubangui à Bangui, République Centrafricaine. La Houille Blanche, n° 1, p. 78-84.

NZANGO C.J.M. (2018) - Les barrages de l'Oubangui : de l'impact hydraulique actuel à la prospective environnementale. Thèse de l'Université d'Orléans, Atelier National de Reproduction des Thèses, 274 p.

NZANGO C., TOUCHART L. et BARTOUT P. (2019) - Analyse de l'influence d'un barrage à obstruction partielle sur les régimes hydrosédimentaires de la rivière Oubangui (bassin du Congo). Norois, vol. 253, n° 4, p. 67-84, en ligne.

OLEJNIKOV N.N. (1957) - Sur l'origine des principaux traits du relief et du réseau hydrographique du bassin du Congo. Voprosy Geographii, vol. 40, p. 119-127.

OLIVRY J.C., BRIQUET J.P. et MAHÉ G. (1998) - Variabilité de la puissance des crues des grands cours d'eau d'Afrique intertropicale et incidence de la baisse des écoulements de base au cours des deux dernières décennies. In : Water resources variability in Africa during the XXth century, actes de colloque (Abidjan'98, Abidjan, Côte d'Ivoire), IAHS Publication, vol. 252, p. 189-197.

ORANGE D. (1995) - Reconstitution des données hydrologiques du bassin de l'Oubangui pour la constitution de la banque hydrologique du Programme PEGI/GBF/RCA (de l'origine des stations à 1994). Document interne du Laboratoire d'Hydrologie - UR 22, ORSTOM, Montpellier, 300 p.

ORANGE D., FEÏZOURE C., WESSELINK A. et CALLÈDE J. (1995) - Variabilités hydrologiques de l'Oubangui à Bangui au cours du XXe siècle. Actes des Journées Scientifiques FRIEND-AOC (Cotonou, Bénin), 20 p.

OUMAROU H. (2017) - La gestion humanitaire des inondations dans une commune de Niamey. Édit. IIED, Londres (GB), 40 p., en ligne.

PATUREL J.E., SERVAT É., DELATTRE M.O. et LUBES-NIEL H. (1998) - Analyse de séries pluviométriques de longue durée en Afrique de l'Ouest et Centrale non sahélienne dans un contexte de variabilité climatique. Journal des Sciences Hydrologiques, vol. 43, n° 6, p. 937-946.

RUNGE J. et NGUIMALET C.R. (2005) - Physiogeographic features of the Oubangui catchment and environmental trends reflected in discharge and floods at Bangui 1911-1999, Central African Republic. Geomorphology, vol. 70, n° 3-4 : "Tropical rivers", E.M. LATRUBESSE, J.C. STEVAUX et R. SINHA édit., p. 311-324.

SERVAT É., PATUREL J.E., LUBÈS-NIEL H., KOUAMÈ B., MASSON J.M., TRAVAGLIO M. et MARIEU B. (1999) - De différents aspects de la variabilité de la pluviométrie en Afrique de l'Ouest et centrale non sahélienne. Revue des Sciences de l'Eau, vol. 12, n° 2, p. 363-387.

SIRCOULON J. (1985) - La sécheresse en Afrique de l'Ouest. Comparaison des années "1982-1984" avec les années "1972-1973". Cahiers ORSTOM, série Hydrologie, vol. 21, n° 4, p. 75-86.

SIRCOULON J. (1992) - Évolution des climats et des ressources en eau. Afrique Contemporaine, vol. 161, numéro spécial "L'environnement en Afrique", G. PONTIÉ et M. GAUD édit., p. 57-78.

TAYLOR H.L. (2005) - Disaster preparedness, urban protection and low-income communities of color. Présentation au Nelson A. Rockefeller Institute of Government, Albany (USA), 7 p., en ligne.

TORTEROTOT J.P. et ROCHE P.A. (1990) - Évaluations socio-économiques pour la gestion du risque d'inondation. In : La gestion de l'eau, actes de colloque (Paris), Édit. Presses des Ponts, Paris, p. 481-490.

VOUMA (1999) - Les inondations font rage. Vouma la Mouche (hebdomadaire), n° 116 (novembre), Bangui, p. 11-16.

WESSELINK A., ORANGE D., RANDRIAMIARISOA et FEÏZOURE C. (1994) - Hydrométrie de l'Oubangui à Bangui de l'origine des observations à 1993 : mise en évidence d'un détarage récent. Document de la Direction de la Météorologie, Bangui (RCA), 25 p. + annexes.

WESSELINK A., ORANGE D., FEÏZOURE C. et RANDRIAMIARISOA (1996) - Les régimes hydroclimatiques et hydrologiques d'un bassin versant de type tropical humide : l'Oubangui (République centrafricaine). In : L'hydrologie tropicale : géoscience et outil pour le développement, actes de colloque (Paris, 1995), P. CHEVALLIER et B. POUYAUD édit., IAHS Publication, vol. 238, p. 179-194.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Le bassin de l'Oubangui à Bangui.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14285/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 2 - La ville de Bangui, riveraine de l'Oubangui.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14285/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Photo 1 - Le poste de Bangui inondé en 1891, d'après le duc d'Uzès en 1892 (in Y. BOULVERT, 1989).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14285/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Figure 3 - Évolution de la population et de la superficie de la ville de Bangui de 1912 à 2017 (d'après C.R. NGUIMALET, 2007, figure modifiée).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14285/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau I - Les zéros des échelles limnimétriques de l'Oubangui à Bangui (A. WESSELINK et al., 1994).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14285/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 4 - Évolution des débits de l'Oubangui à Bangui.
Légende a : modules et Qj-max annuels sur la période 1911-2020. b : Qj-max annuels et périodes hydroclimatiques (cycles 1 à 3) sur la période 1935-2020.Module et Q = module annuel. Qmaxi = Qj-max annuel.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14285/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 5 - Débits moyens mensuels de l'Oubangui à Bangui sur quelques années hydrologiques de référence.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14285/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 6 - Débits moyens journaliers de l'Oubangui à Bangui en années excédentaires et déficitaires.
Légende Moy. interann. : module sur la période 1911-2020 (109 années hydrologiques).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14285/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tableau II - Valeurs, déterminées selon les lois de GUMBEL (logiciel Hydraccess), GEV, de WEIBULL et Normale (logiciel HyfranPlus), des débits moyens journaliers (m3/s) correspondant à différentes temps de retour (ans) sur la période 1911-2020.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14285/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau III - Caractéristiques des onze crues historiques de l'Oubangui à Bangui.
Légende P. an. précipitations annuelles. Mod. an. : module annuel. Qj-max : débit moyen journalier maximum de la crue considérée. Hj : cote maximale journalière à l'échelle limnimétrique.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14285/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 7 - Localisation (a) et dessin (b) de deux profils transversaux de l'Oubangui à Bangui adaptés aux inondations de 1916, 1961 et 1999.
Légende D'après C.R. NGUIMALET (2004).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14285/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Photo 2 - Banc de sables réduisant l'efficacité de la station de pompage des eaux fluviales de l'Oubangui en saison sèche. [cliché : Cyriaque-Rufin NGUIMALET, mars 2017]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14285/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Photos 3 - Inondation à la confluence Oubangui-Mpoko en novembre 1999. [cliché : Cyriaque-Rufin NGUIMALET]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14285/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Photos 4 - Traversée en pirogue, le 2 novembre 2019, du quartier derrière le port pétrolier. [cliché : Cyriaque-Rufin NGUIMALET]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14285/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Photos 5 - Enceinte du Collège Préparatoire International (CPI). [clichés : Cyriaque-Rufin NGUIMALET]
Légende À gauche : inondée en 1999 ‒ une pirogue, au lieu des caillebotis, reliait les bâtiments. À droite : non inondée le 2 novembre 2019, grâce aux aménagements des rives de l'Oubangui.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14285/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Tableau IV - Durées de montée de crue et de décrue pour des Qj-max historiques à Bangui.
Légende * : montée de crue ou décrue présentant des fluctuations de hauteurs et de débits.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14285/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau V - Les niveaux de probabilité d'inondation et leur signification sur l'Oubangui à Bangui (d'après C.R. NGUIMALET et Y. BOULVERT, 2006).
Légende H : hauteur d'eau maximale observée lors de la crue considérée. Cote topo : altitude correspondant à H.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14285/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 8 - Niveaux de probabilité d'inondations simulés sur l'Oubangui en 1916, 1961 et 1999 à Bangui (d'après C.R. NGUIMALET et Y. BOULVERT, 2006).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14285/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyriaque-Rufin Nguimalet, « Géohistoire des crues de l'Oubangui et problématique des inondations fluviales à Bangui, République Centrafricaine », Physio-Géo, Volume 17 | -1, 125-150.

Référence électronique

Cyriaque-Rufin Nguimalet, « Géohistoire des crues de l'Oubangui et problématique des inondations fluviales à Bangui, République Centrafricaine », Physio-Géo [En ligne], Volume 17 | 2022, mis en ligne le 21 août 2022, consulté le 28 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/14285 ; DOI : https://doi.org/10.4000/physio-geo.14285

Haut de page

Auteur

Cyriaque-Rufin Nguimalet

Département de Géographie, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, BP 1037, BANGUI, RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE.
Courriel : cyrunguimalet@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo EuroPub database
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search