Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVolume 17ArticlesDémarche d'analyse et de diagnost...

Articles

Démarche d'analyse et de diagnostic du risque de glissement de terrain : de l'identification à une mesure proactive

An approach to landslide risk analysis and diagnosis : from identification to proactive action
Anatole Gruzelle et Sébastien Lebaut
p. 167-192

Résumés

Dans le contexte d'aggravation des aléas naturels et des risques associés induits par la croissance urbaine, les sociétés doivent davantage répondre à l'enjeu du développement d'outils de prévention. Comme le souligne la stratégie internationale de réduction des risques naturels, les méthodes participatives, basées sur le partage de l'information et la transmission de connaissances sur les risques, sont plébiscitées. Nous présentons ici une démarche d'acquisition de savoirs sur les dynamiques naturelles et humaines dans un territoire à risque, à des fins de transmission d'une culture pratique du risque. Cette démarche, développée dans le cadre d'une recherche-action et généralisée dans un modèle, a été appliquée à trois territoires à risque glissement de terrain. À partir des similitudes et des contrastes dans la perception du risque par les populations et les acteurs, des pistes d'amélioration de la prévention sont proposées, en même temps que la posture de recherche-action pour traiter les risques majeurs est discutée.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Les glissements de terrain sont caractérisés par le déplacement de matériaux cohérents le long d'une surface de rupture (surface de cisaillement ‒ R. DIKAU et al., 1996). Bien que dépendant de facteurs prédisposants ‒ fortes pentes en montagne (SAFELAND, 2013), sismicité (X. FAN et al., 2016), fortes intensités pluviales récurrentes (D. PETLEY, 2012-a) ‒, ils sont omniprésents à l'échelle du globe (M. FROUDE et D. PETLEY, 2018). Ils constituent par conséquent une source de risque très largement répandue qui, dans un contexte de croissance économique et démographique, de mobilité des populations et de perte de mémoire du risque (P.J. FINLAY et R. FELL, 1997), nécessite une stratégie de prévention et d'atténuation.

2Le risque peut être défini comme une appréciation du potentiel de dommage (C. KERMISCH, 2012) ; il est une fonction de la probabilité, de l'ampleur et d'autres caractéristiques d'un évènement et des conséquences de cet évènement. Le risque peut donc s'écrire comme le produit de la probabilité d'apparition d'un évènement indésirable (l'aléa) par l'amplitude de ses conséquences (l'enjeu et la vulnérabilité). Les aléas naturels sont caractérisés par leur probabilité d'occurrence et d'intensité dans un territoire et sur une période donnée. La vulnérabilité est définie dans le Cadre d'Action de Sendai pour la réduction des risques de désastre 2015-2030 comme "les conditions déterminées par des facteurs ou processus physiques, sociaux, économiques et environnementaux, qui augmentent la sensibilité d'une communauté à l'impact des aléas" (UNISDR, 2015-a). Tous les éléments ci-dessus varient dans le temps et dans l'espace et leur interaction affecte le degré d'exposition aux aléas et la capacité d'adaptation d'une zone. Mais il apparaît, en outre, que la probabilité et les conséquences des glissements de terrain devraient augmenter dans les décennies à venir en raison du changement climatique et d'une vulnérabilité accrue (IPCC, 2013), en particulier dans les zones urbaines.

1 ) Dimension spatio-temporelle du risque glissement de terrain

3Les mouvements de terrain sont classés en septième position parmi les risques naturels majeurs sur la base du critère des dommages causés, après notamment les séismes, les cyclones ou encore les inondations (A. DAUPHINÉ et D. PROVITOLO, 2013). Les bases de données sur les mouvements de terrain de l'OFDA-CRED (CRED, 2012) donnent 700 morts/an en moyenne entre 1992 et 2012, mais 2300 en réalité si l'on tient compte de la sous-estimation de 331 % mise en évidence par D. KIRSCHBAUM et al. (2015), alors que celles de l'Université de Durham (D. PETLEY, 2012-b) donnent 4617 morts/an de 2004 à 2010. Bien que les valeurs bancarisées dans les différentes bases de données présentent une grande incertitude (M. FROUDE et D. PETLEY, 2018), le constat serait donc une tendance à l'augmentation du nombre de glissements de terrain meurtriers, comme l'ont noté U. HAQUE et al. (2019) sur la période 1995-2014. Pour ces auteurs, deux des facteurs importants de l'augmentation de la vulnérabilité de la population mondiale face à ce risque sont : 1/ l'urbanisation rapide et non contrôlée et 2/ l'augmentation des évènements de forte intensité pluviale sur la dernière période étudiée (2003-2014). Cette tendance est notamment confirmée par le GIEC (2019) et D. KIRSCHBAUM et al. (2020).

4Les évènements meurtriers touchent toutes les régions du monde (Fig. 1) : l'extrémité sud de l'arc himalayen et le Sud-Ouest de l'Inde, le Sri Lanka, le Sud, l'Est et le centre de la Chine, l'extrémité est de la plaque de la mer des Philippines (Japon, Taïwan et Philippines), l'Indonésie (Java), les îles caribéennes centrales, la chaîne montagneuse du Mexique, le Chili et surtout la Colombie sont les positions géographiques les plus sensibles (D. PETLEY, 2012-b). Ce sont plus généralement des zones combinant haut-relief, précipitations intenses et forte densité de population qui sont les plus susceptibles de subir des glissements de terrain mortels.

Figure 1 - Carte des glissements de terrain meurtriers recensés dans le monde sur la période 2007-2017.

Figure 1 - Carte des glissements de terrain meurtriers recensés dans le monde sur la période 2007-2017.

Source : NASA, https://svs.gsfc.nasa.gov/​4632, consulté le 27 juillet 2021). Crédit : NASA's Scientific Visualization Studio.

5Si les favelas au Brésil sont un exemple de développement urbain anarchique qui expose les populations vulnérables aux glissements de terrain lors d'épisodes pluvieux intenses (L. MENDES BARBOSA et R. COATES, 2021), les autres continents ne sont pas exempts de ce phénomène. Pour l'Asie, c'est la transformation de villages traditionnels en systèmes urbains à croissance très rapide qui rend la région himalayenne très sensible au risque hydro-géomorphologique (M. FORT, 2014). En Afrique, les complexes urbains à croissance rapide qui se forment dans certains pays de l'Ouest montrent des formes similaires d'apparition du risque à la marge de l'urbanisation conventionnelle (K.M BROU, 2015 ; O. IGWE, 2012). Par exemple, en Côte d'ivoire, à Abidjan, des accidents se répètent presque toutes les années (K.M. BROU et al., 2021 ; veille médiatique sur les évènements de 2011 à 2015 : journal d'information en ligne Fraternité Matin) et, au Cameroun, les menaces présentes dans les principaux sites urbains sont en lien avec des quartiers spontanés implantés sur des sols fragiles et pentus composés d'altérites (A. ZOGNING et al., 2007 ; veille médiatique sur les évènements de 2014 à 2017 : journal d'information Cameroon-info.net mis en ligne de 2011 à 2017). Au Maghreb, de nombreux sites, aux pentes fortes développées dans des roches marneuses ou argileuses des montagnes et des collines du Tell (H. BOURENANE et al., 2021) et du Rif (Y. EL KHARIM et al., 2021), sont également sujets à un risque récurrent. La vulnérabilité humaine est également forte dans des pays plus développés. C'est le cas par exemple pour l'Italie, qui a enregistré 480 000 glissements de terrain depuis 1999 sur presque 7 % de son territoire (L. SOLARI, 2020), avec 16 évènements meurtriers par an pour un total de 6000 morts entre 1950 et 2009 (M. BRUNETTI et al., 2010).

2 ) Problématique

6Face à ce risque glissement de terrain, le renforcement de la prévention aux différents échelons, en particulier régional et local, est une évidence stratégique, tant d'un point de vue humanitaire qu'économique (R. SRIVASTAVA et al., 2006 ; E. HOLCOMBE et al., 2012). Quel que soit le type des mesures envisagées, une évaluation du risque s'impose et implique une évaluation du niveau d'aléa. Sur un territoire, celle-ci repose sur l'analyse de la susceptibilité, qui est définie par les facteurs prédisposant aux glissements de terrain (J. COROMINAS et al., 2014). Cependant, comme l'expriment les notions d'aléa socio-naturel ou d'aléa anthropisé, cette probabilité naturelle peut être exacerbée par l'occupation humaine. De même, la prise en compte du contexte socio-économique de la région considérée et de la nature du système, à caractère rural ou à dominante urbaine, aboutit à différents niveaux de vulnérabilité résiliençaire (B.L. TURNER et al., 2003) : réactive, proactive et post active. On voit donc tout l'intérêt d'une meilleure prise en compte des pratiques spatiales et des habitudes d'occupation de l'homme pour évaluer le risque. Qui plus est, les expériences récentes de prévention liées à la recherche scientifique en France et à l'étranger (A. MALCOLM et E. HOLCOMBE, 2013 ; M. MENDOÇA, 2013 ; A. LOREDANA et al., 2020) montrent que l'implication et la participation de la population sont un élément-clé d'un dispositif efficient de prévention et d'atténuation du risque. En effet, associer la population permet notamment une meilleure conscientisation du risque par celle-ci (E.C. SPIKER et P.L. GORI, 2003) et une meilleure compréhension des pratiques individuelles et collectives qui en retour constituent de l'information utilisable par la sécurité civile dans les dispositifs de prévention, par un transfert de connaissances et d'innovation pédagogique (K. WEISS et al., 2011). D'autre part, associer la population permet une meilleure acceptation des mesures prises puisqu'elles sont définies dans le cadre d'une co-construction (F. NADIM et S. LACASSE, 2008 ; J. MCGLADE et al., 2019). À tous ces égards, le besoin d'outils participatifs (Tab. I) pour "passer de l'information à la connaissance des risques par les populations menacées" (UNISDR, 2015-b) reste une piste peu exploitée. En effet, s'il a été mis en évidence depuis les années 1970 que la connaissance locale peut aider dans l'atténuation des risques naturels (S.L. PEI-SHAN et C. KAI-MIN, 2020), et même si la participation du public est devenue un thème important dans le débat scientifique sur les risques naturels (O. IGWE, 2012 ; L. HIWASAKI et al., 2014), il existe encore peu d'exemples dans le domaine de la recherche-action illustrant la transformation des pratiques et habitudes d'occupation des zones à risque par l'approche participative (A. SCOLOBIG et al., 2016).

Tableau I - Stratégie de connaissance, innovation et éducation (adapté d'après le cadre d'action de Hyogo 2005-2015 ‒ UNISDR, 2015-b).

Tableau I - Stratégie de connaissance, innovation et éducation (adapté d'après le cadre d'action de Hyogo 2005-2015 ‒ UNISDR, 2015-b).

7À partir de ces constats, et afin d'alimenter une stratégie préventive au niveau local en tenant compte de la complexité du risque, nous proposons une démarche formalisée, transposable à tous types de milieux et de contextes sociaux. Située à la croisée des disciplines physiques et humaines en géographie, cette démarche, basée sur l'utilisation de plusieurs moyens d'observation directe et indirecte et d'enquêtes immersives, permet de "dépasser les contradictions liées à des approches du risque déconnectées, centrées sur soit l'aléa, soit la vulnérabilité" (G. ARNAUD-FASSETTA et P. METZGER, 2012) et de "connaître et interagir avec le territoire étudié" (M. BONIN et al., 2001) par la "Recherche-Action" (P. CARON, 2005) dans ses formes "collaborative et participative" (F. JACQUINOD et J. LANGUMIER, 2010 ; C. GONZALES-LAPORTE, 2014). Cette démarche méthodologique a abouti à la définition du modèle conceptuel ProACTERR d'analyse et de diagnostic du risque glissement de terrain. Sont présentées ici l'organisation générale du modèle ainsi que la synthèse des résultats qui découlent de son application sur trois secteurs d'étude.

II - Description générale de la démarche

8Le modèle ProACTERR est défini par une recherche-action (R-A) dans le but de saisir les enjeux et la sensibilité du système étudié autant que pour déployer une action. Il vise à faire émerger une connaissance "à visée interactionniste" confrontée aux avis des membres d'un groupe social par retour d'expérience (B. JUNKER, 1960), ce qui par ailleurs permet d'influencer le cours des choses "grâce à une diffusion plus populaire [...] dans le milieu concerné" (A. FORTIN, 1987, in G. LAPASSADE, 1993). La R-A mobilise donc un "collectif participant" constitué "à la fois de membres très impliqués par le problème" et "de chercheurs professionnels" (F. FOURCADE et M. KRICHEWSKY, 2015).

9La première étape du modèle consiste à recueillir de façon formalisée les informations sur le territoire du risque (Fig. 2). Dans le système d'observation, de E1 à E2, l'entrée physique est choisie pour l'étude des processus naturels en se rapportant au cadre biophysique à l'origine du risque. Celui-ci est caractérisé sur la base de la lithologie et par l'identification des indices d'instabilité dans la pente (O. MAQUAIRE, 2002). Dans le cadre d'une généralisation, il est conseillé de mener ces observations en s'appuyant sur une grille de reconnaissance (approche biogéographique) et une classification normalisée. Les observations peuvent être complétées par des éléments de connaissance déjà collectés et bancarisés (cartorisque, sondages de sol, etc.). À ce niveau, l'analyse peut être poussée par une modélisation de la susceptibilité aux glissements de terrain.

Figure 2 - Étapes et objectifs du modèle "étude-action" dans les territoires à risque.

Figure 2 - Étapes et objectifs du modèle "étude-action" dans les territoires à risque.

10Comme facteur prédisposant au déclenchement des glissements de terrain, il est également intéressant d'intégrer dans le modèle la notion de seuil pluviométrique à partir duquel un niveau d'alerte peut être défini. En effet, même si le concept de pluie minimale nécessaire au déclenchement d'un glissement, introduit dans les années 1970, peut sembler simpliste au regard de la variabilité des conditions antécédentes à l'évènement considéré, du contexte physiographique, du type de glissement etc., il apparaît qu'il reste très utilisé à des fins opérationnelles (P. ALEOTTI, 2004 ; F. GUZZETTI et al., 2007) et sa probabilité de dépassement renseigne sur la dangerosité des sites.

11Facteur caractérisant le degré d'exposition des populations à l'impact d'un aléa, l'évolution des milieux urbanisés doit être quantifiée. L'approche croisée décompose le système en sous-systèmes où l'écosystème et le socio-système se superposent pour définir le risque dans l'espace considéré. L'étude d'images d'observation de la terre est l'outil d'analyse multi-spatiale et multi-temporelle recommandé pour cartographier le bâti et suivre les évolutions urbaines à risque. Différentes résolutions spatiales peuvent être explorées pour comprendre la complexité du territoire, mais dépendantes du type des images, elles sont contraintes par leur coût.

12Pour préciser cette cartographie, une descente d'échelle peut être opérée sur le terrain pour obtenir une description précise du risque sur des espaces représentatifs du secteur. La définition de ces espaces a comme avantage la possibilité de contraindre le cadre du plan d'enquête sur les perceptions et représentations du risque.

13Le plan d'enquête a pour objectif d'étudier la perception et la représentation du risque pour retranscrire les comportements adoptés dans les zones à risque "moyen à fort". Pour ce genre d'enquête, la collecte de données extensives est recommandée et impose la multiplicité des méthodes (V. ACUNA et al., 2021) : techniques d'observation participative, entretiens avec différents groupes d'acteurs du territoire, photographies, etc.

14La deuxième étape du modèle est un champ d'action qui consiste à intégrer la connaissance acquise au cours de la première étape ("E1 à E2") dans une opération préventive ("E2 à E3"). Cette phase opérationnelle vise à l'identification des différentes composantes du risque. À ce stade, la trajectoire du territoire à risque et de ses différents états de transition sont connus. Il en est de même des pratiques des populations dans leur contexte socio-environnemental. Cette connaissance permet une attitude proactive, qui consolide la visée prospective en cherchant à anticiper les situations pouvant poser problème dans le système observé. Ainsi la R-A devient force de proposition au contact de la sphère d'acteurs, et l'étude des pratiques spatiales forme alors une matrice de réflexion visant à une meilleure conscientisation des risques et à l'adoption de mesures anticipatrices.

15La capacité à influencer la dynamique du risque est rendue possible par deux étapes-objectifs. Le premier objectif (O1) est d'approfondir la connaissance sur le territoire en ciblant les bassins de risque. Leur comparaison sur la base d'arguments similaires permet d'intégrer les expériences nouvelles et de partager la connaissance acquise lors des étapes précédentes. Il s'agit donc d'un transfert d'expériences qui peut influer sur la démarche de prévention par rétroaction positive en alimentant les bases de données (B2 ‒ Fig. 2) et par son caractère transposable aux territoires à risque (B1 ‒ Fig. 2).

16À visée interactionniste, le deuxième objectif (O2) cherche à renforcer la capacité à faire connaître le risque au niveau local. Des actions simples de sensibilisation sont conçues et exécutées dans le territoire : signification des appellatifs toponymiques et hydrodynamiques ("lieu-dit") et utilisation d'applications numériques, par exemple. Des propositions plus approfondies (échange d'informations et de bonnes pratiques sur le "porter à connaissance", en particulier) sont possibles. Néanmoins, pour s'assurer de la cohérence entre ces actions et les outils existants, l'implication des différentes catégories d'acteurs opérant dans le maillage territorial est cruciale. Cette solution de co-construction des outils de protection associant habitants, usagers, représentants communautaires et/ou politiques, ainsi qu'instances participatives, est reconnue comme favorable par la société civile et les collectifs d'acteurs (A. GRUZELLE, 2017).

17Le modèle PRoACTERR a été appliqué dans trois milieux urbanisés de pays à niveaux de développement, de culture et de conditions sociétales différentes : Niterói dans l'État de Rio de Janeiro (Brésil), Al Hoceima dans le Rif (Maroc) et dans l'est Var près de Draguignan (France).

III - Matériel et données

1 ) Cadre physique des secteurs étudiés et aléas hydriques

18Le choix des secteurs étudiés s'est appuyé sur les critères suivants : des secteurs urbains exposés en raison de la concentration de populations dans des zones à risque, marqués par des évènements récents et qui se trouvent dans des biomes et des contextes socio-culturels différents. La géographie zonale, par les processus physiques qu'elle induit, constitue l'entrée privilégiée de la comparaison d'entités territoriales face aux risques naturels. Les "territoires-cibles" (Fig. 3) sont replacés dans la mosaïque bioclimatique du globe (Tab. II). Cette position géographique est déterminante, car elle régit les conditions physiques dans les zones d'étude, ainsi que les aléas.

Figure 3 - Localisation des secteurs étudiés.

Figure 3 - Localisation des secteurs étudiés.

Tableau II - Description des milieux physiques des zones d'étude.

Tableau II - Description des milieux physiques des zones d'étude.

* : classification de KOPPEN. ** : étagement bioclimatique.

19Le site de Niterói est caractéristique des collines de la région métropolitaine de Rio de Janeiro, sur le littoral de la baie de Guanabara. Son climat tropical produit des pluies abondantes, dépassant 1700 mm par an. Durant la saison pluvieuse, les orages fréquents génèrent des averses intenses, dont les forts cumuls sur 24 à 72 heures sont le facteur déclencheur majeur du glissement des formations superficielles altéritiques des versants dont la pente forte est conforme au pendage. Les glissements de terrain associent fréquemment coulées boueuses et chutes de blocs.

20Le site d'Al Hoceima, également côtier, est caractéristique d'un milieu méditerranéen de steppe. Bien que la hauteur annuelle des précipitations soit faible, de l'ordre de 270 mm, les évènements pluvio-orageux, qui surviennent une quinzaine de jours par an, le plus souvent sur des sols dessiqués, conduisent au glissement des formations marno-schisteuses ou argilo-gypsifères constituant la base du talus littoral, dont la partie sommitale est calcaire.

21Le bassin de risque de Draguignan est également situé en milieu méditerranéen, mais à l'intérieur des terres. La structure plissée particulièrement complexe de ce secteur affecté par les phases tectoniques pyrénéenne et alpine, met à l'affleurement de puissantes séries sédimentaires marneuses, argileuses et gypseuses sensibles aux glissements de terrain.

2 ) Méthodes et données

a. Méthode d'identification du cadre biophysique

22Le cadre biophysique est caractérisé sur la base de la lithologie et par l'identification des indices d'instabilité dans la pente. Ces observations sont menées en s'appuyant sur la grille de reconnaissance et de classification de D.M. CRUDEN et D.J. VARNES (1996, in O. HUNGR et al., 2013), qui se décompose en quatre parties : zonage biogéographique, héritage géologique, paysage géomorphologique et instabilité de versant.

b. Méthode de caractérisation des dynamiques urbaines

23En fonction des territoires, deux types d'images satellitaires ont été utilisés pour caractériser la dynamique d'urbanisation : les images Landsat pour le Maroc et le Brésil et les images SPOT pour la France. Quels que soient les secteurs, les images délivrées sont issues de capteurs optiques multispectraux. Ces images ont donc fait l'objet de traitements du même type, relevant d'indices spectraux (NDVI, indice de brillance...) et de classifications supervisées, sur la base d'un échantillonnage des différentes occupations du sol identifiées sur le terrain. Les ortho-images disponibles dans la plateforme Google EarthTM, de forte résolution spatiale, ont servi pour la validation.

24Pour préciser les résultats de la cartographie, une descente d'échelle est opérée par la méthode du transect. Cette méthode consiste à repérer les dysfonctionnements sur le terrain le long d'un tracé longitudinal large d'une centaine de mètres. Le résultat en est une description précise du type d'habitat et du risque sur un espace représentatif du secteur.

c. Méthodologie des enquêtes

25Les enquêtes ont concerné deux types de population : des acteurs et des habitants. Pour les premiers, nous avons procédé à une enquête immersive dirigée, de type observation participante ouverte (I. QUENTIN, 2013), en informant les acteurs et en obtenant leur accord, et périphérique, par une implication modérée (R. GOLD, 1958). La posture décidée est celle de l'observateur participant externe durant un temps limité. Le plan d'enquête s'appuie sur 4 techniques sociogéographiques : entretien, observation participante, questionnaire et parcours commentés.

26Les entretiens sont réalisés auprès de catégories d'acteurs (élus, habitants, usagers ou autres) parties prenantes de la gestion du risque, dans le but de collecter des informations qualitatives sur la dynamique territoriale (A. GOTMAN et A. BLANCHET, 1992). Les entretiens, semi-directifs, sont conduits par des questions organisées dans une grille sélective et hiérarchisée en quatre rubriques thématiques (catastrophes passées, zones à risque, outils institutionnels, populations). Le propos est déroulé en thèmes, dont l'ordre peut être modulé selon la réactivité de l'interviewé, mais comporte des passages obligés donnant quelques points de repère. Ce mode d'enquête présente l'avantage de laisser une certaine liberté à la parole de l'enquêté tout en garantissant le recueil d'informations en phase avec la recherche dans le temps imparti de 30 minutes. Le choix des enquêtés est dicté par la nécessité d'auditionner toutes les parties prenantes du risque. L'interviewé, sélectionné selon sa fonction, son implication dans le territoire d'étude et sa connaissance de l'espace, fait l'objet d'une demande formelle directe ou est proposé par des intermédiaires. Il s'agit d'élus et de leurs personnels techniques, mais aussi d'opérationnels de gestion de crise, praticiens, associatifs, leaders communautaires ou encore "mémoires du village".

27Les observations de type participante, au sens étroit (I. QUENTIN, 2013), permettent de toucher plus de protagonistes tout en partageant les activités des enquêtés. Elles sont réalisées au sein d'organismes de gestion de crise en posture de veille et lors d'exercices, ou d'autres structures appartenant à la société civile.

28Les questionnaires soumis aux habitants des zones à risque servent à collecter des informations sur la manière dont est perçu le risque mouvement de terrain par une population "résidente", de connaître son niveau de connaissance du risque et de comprendre les raisons qui la poussent à agir. Dans ce dispositif, ce questionnement participatif a comme fonction d'expliquer et d'objectiver les phénomènes d'occupation, voire de colonisation, des zones à risque. Le questionnaire est organisé en cinq rubriques. Les quatre premières regroupent 34 questions fermées, dans le souci de collecter des données homogènes. Les questions portent sur : des informations sur le répondant (12 questions), sa perception de l'environnement (10 questions), sa perception et sa représentation du risque naturel (7 questions), sa réactivité à une catastrophe / sa capacité à faire face / l'aide extérieure possible en cas d'évènement (5 questions). Nous recueillons ainsi l'avis général de l'enquêté sur l'environnement et le "territoire vécu" vis-à-vis du risque. La cinquième rubrique du questionnaire porte sur la production d'une carte mentale : "artifice de présentation ou de représentation", qui sert de "catalyseur à la parole" lors de l'enquête (P. AMPHOUX, 2002). L'enquêté est invité à représenter la zone à risque sur un fond vierge, de type plan, comportant quelques points de repère. Ces cartes permettent de collecter des informations complémentaires sur la représentation spatiale du risque par les habitants. La passation du questionnaire se fait à l'oral et in situ, en face-à-face avec l'interrogé ; il dure une quinzaine de minutes.

29En complément des enquêtes, le parcours commenté, en interrogeant la "parole habitante" dans son rapport à l'espace urbain, permet d'analyser l'expérience urbaine d'un enquêté soumis au risque : "cette technique [d'observation/description en mouvement] fait appel à la capacité des individus à décrire et à expliquer leurs ressentis face aux diverses sollicitations du lieu, via les sens et concernent autant les objets que les personnes présentes" (N. AUDAS et D. MARTOUZ, 2009).

IV - Résultats

1 ) L'aléa hydrique

a. La pluie seuil de danger

30Le principal point commun concernant l'aléa sur les trois terrains d'étude, identifié et caractérisé à l'aide de la classification de D.J. VARNES (1978), est l'occurrence de phases soudaines d'accélération liées aux milieux bioclimatiques, prédisposantes d'une part et déclenchantes d'autre part (Tab. III). Dans certaines des situations rencontrées, les mouvements de terrain, conséquences des pluies, peuvent, en formant des barrages, conduire indirectement à l'aggravation des crues s'ils se combinent avec des phénomènes hydrologiques. (R. COJEAN et al., 2009).

Tableau III - Comparaison des glissements de terrain dans les trois secteurs étudiés.

Tableau III - Comparaison des glissements de terrain dans les trois secteurs étudiés.

31Le complexe d'altération permanent "température-pluie" est à l'origine de la dégradation continue des sols et les intensités pluvieuses sur de courtes périodes sont toujours le facteur déclenchant. Ce dernier est caractérisé par l'analyse statistique des données brutes enregistrées aux stations pluviométriques de référence (Tab. IV).

Tableau IV - Intensités pluvieuses dans les trois secteurs étudiés.

Tableau IV - Intensités pluvieuses dans les trois secteurs étudiés.

* : valeurs décennale, cinquantennale et centennale successivement.

32Le fonctionnement climatique des régions étudiées et le déterminisme météorologique montrent des pluies intenses et concentrées dans le temps, mais en quantités et en occurrences variables. Un seuil de danger et d'alerte communément admis par la communauté internationale est de 50 mm/24h (F. GUZZETTI et al., 2007 ; Z. GUO et al., 2019). Les périodes pluvieuses les plus à risque requièrent toujours des surveillances particulières ; elles correspondent aux cinq mois d'été à Niterói, à partir de mi-octobre, d'après la synthèse climatique de 1883 à 1996 (A. GUERRA et S. DA CUHNA, 2001), aux mois de novembre à février à Al Hoceima, d'après la chronique 1971-2015 des précipitations brutes (IRD-Maroc) et aux mois de septembre à fin novembre, période propice aux épisodes de type cévenol, à Draguignan. Cependant cette intensité critique rapportée à la durée montre une plus grande fréquence dans le milieu tropical de Niterói ("Alerta rio", 1997-2015) que dans les secteurs méditerranéens du Var (station Météo France de Le Luc, 1948-2014) et du Rif oriental (IRD-Maroc et relevés des extrêmes de 2005 à 2015 à l'aéroport d'Al Hoceima). Par ailleurs, l'analyse de la tendance récente par rapport à la normale montre un triplement des intensités supérieures à 50 mm/24h en quinze ans à Al Hoceima, mais avec seulement trois épisodes supérieurs à 100 mm/24h observés. Sur cette période récente, les valeurs pour les deux autres régions étudiées sont proches de la normale, mais avec des précipitations supérieures à 100 mm/24h nettement plus fréquentes, à Niterói en particulier, où il s'en produit tous les ans et où elles représentent 25 % de la probabilité des intensités pluvieuses.

b. Les types de terrain

33Le site de Niterói s'inscrit dans une région de socle où le climat tropical humide a conduit à l'altération du substratum gneissique et quartzo-feldspathique (gneiss Facoidal). Le manteau d'altérites de type saprolite, qui peut atteindre 4 mètres d'épaisseur, forme un complexe friable et fragile très sensible aux apports d'eau. Ces altérites sont surmontées de sols moyennement épais sur lesquels la présence de colluvions sableuses et d'éboulis grossiers est possible. Dans des conditions de forte déclivité, la rupture des terrains peut se faire à l'échelle d'un versant.

34Le bassin de risque d'Al Hoceima s'inscrit dans le contexte géologique complexe de la chaîne du Rif mettant en jeu des séries sédimentaires marines de lithologie contrastée, plissées et faillées, et des dépôts continentaux. Le site est caractérisé par des pentes moyennes à fortes, voire des falaises abruptes, et une sismicité moyenne à forte. Sur le front côtier, dans les schistes et les marnes de la base du versant, surmontés par des calcaires, on observe des glissements continus et progressifs sur des pentes fortes (supérieures à 30°, voire 40°, pour un dénivelé de l'ordre de 200 m). Ces instabilités coïncident le plus souvent avec la proximité de failles néotectoniques qui affectent le massif (A. TALHAOUI, 2005).

35Dans le Var, le contexte géomorphologique du site étudié est très différent des deux précédents. Il s'agit d'un canyon fortement encaissé par rapport au plateau calcaire. L'exemple de la rive gauche de la vallée de la Nartuby, dans les gorges de Châteaudouble, montre une genèse de mise en mouvement des terrains liée à l'érosion de la base des berges par le cours d'eau lors de fortes pluies. Les glissements affectent le pied du versant, d'une pente moyenne de 35°, dans des formations marno-calcaires altérées et fracturées. Les glissements observés, qui ont été synchrones de l'épisode pluvieux du 15 juin 2010, ont été partiellement réactivés en 2011.

2 ) Milieux urbanisés et risque glissement de terrain

36L'implantation et la structure des espaces urbains déterminent leur niveau de vulnérabilité. C'est pourquoi la croissance de l'emprise urbaine et le développement de noyaux spécifiques dans les trois secteurs ont fait l'objet d'une analyse diachronique à l'échelle régionale à partir d'images multispectrales de très haute résolution spatiale. Pour cela, nous avons utilisé une méthodologie classique de classification d'images s'appuyant sur le calcul d'indices, notamment de brillance et de NDVI. À partir de ces images néo-canal fusionnées, des valeurs seuils séparant bâti et non-bâti ont pu être déterminées. Bien que la résolution spatiale (30 ou 15 m selon la génération ou la bande spectrale) limite la précision dans le calcul des surfaces de l'emprise de l'urbanisation, il est possible d'évaluer une forte croissance urbaine dans la région métropolitaine de Rio de Janeiro de 1988 à 2013 (Fig. 4) et de l'évaluer sur Niterói à environ 35 %. La localisation des nouveaux habitats au regard des pentes (dérivée d'un MNT à 30 m) rend compte d'une augmentation de la vulnérabilité au risque mouvement de terrain.

Figure 4 - Analyse diachronique de l'emprise urbaine de Rio de Janeiro et zoom sur la ville de Niterói : accroissement du tissu urbain entre 1988 (en bleu) et 2013 (en jaune).

Figure 4 - Analyse diachronique de l'emprise urbaine de Rio de Janeiro et zoom sur la ville de Niterói : accroissement du tissu urbain entre 1988 (en bleu) et 2013 (en jaune).

Dates des images Landsat utilisées : 8 janvier 1988 et 30 mai 2013.

37Les processus urbains spontanés des espaces en marge, favélas les plus vulnérables face aux risques naturels, ont lieu aux niveaux interstitiel et périphérique de la ville et ne sont pas perceptibles à la résolution des images Landsat (mixage spectral dans la classification). Mais les ortho-images et ortho-photographies des plateformes de visualisation (Google Earth™, Géoportail™), à résolution spatiale métrique ou infra-métrique, permettent une descente d'échelle. À ce niveau de précision, la structure de sous-ensembles dans la tache urbaines est mise en évidence. Il est également possible de relever des indices d'instabilité de versant, telles que la destruction d'espaces boisés, la réorganisation de cours d'eau ou des masses arrachées, accumulées, etc.

38En complément de ce repérage d'indices d'instabilité et de l'établissement d'une carte du risque par recensement géohistorique, il est possible de prospecter plusieurs zones cibles sur le terrain (Fig. 5). Cette approche micro-zonale des espaces permet de réaliser des investigations détaillées sur des sites représentatifs du risque, en prenant en compte les mécanismes locaux des systèmes spatiaux. Trois exemples de zones vulnérables au risque mouvement de terrain, prospectées par des démarches équivalentes, au Brésil en 2013 (milieux favélisés de Charitas à Niterói ‒ Fig. 5), au Maroc en 2014 (construction sans norme en périphérie d'Al Hoceima ‒ Fig. 6) et en France en 2015 (glissements de terrain aggravant les crues de la Nartuby en amont de Draguignan ‒ Fig. 7) sont présentés.

Figure 5 - Carte des risques (a ‒ A. FERRARI et A. SILVA, 2004) et données de terrain (b) pour les quartiers de Morro da Penha et Charitas à Niterói.

Figure 5 - Carte des risques (a ‒ A. FERRARI et A. SILVA, 2004) et données de terrain (b) pour les quartiers de Morro da Penha et Charitas à Niterói.

La carte des risques est reproduite avec l'aimable autorisation de ses auteurs.
Les doubles-flèches jaunes localisent les transects étudiés dans les zones à risque.

Figure 6 - Étude du site de Tala Youssef.

Figure 6 - Étude du site de Tala Youssef.

a : ortho-image Google Earth™ de 2015. b : photographies de terrain (A. GRUZELLE, 2017). c : coupe géologique (d'après A. TALHAOUI et al., 2005).

Figure 7 - Glissements de terrain en bordure de la Nartuby, dans les gorges de Châteaudouble.

Figure 7 - Glissements de terrain en bordure de la Nartuby, dans les gorges de Châteaudouble.

a : glissements de terrain Z-1 et Z-2 en amont et zones bâties en aval (source : Géoportail). b : photographies obliques des sites de glissement Z-1 et Z-2 (clichés : Anatole GRUZELLE).

39L'examen des paysages à risque dans les trois territoires montre que les mouvements de terrain, même s'ils ne sont pas de dimension catastrophique majeure, affectent les infrastructures urbaines (routes et constructions endommagées). Le type de "bâti résidentiel" révèle aussi les contrastes entre les moyens financiers et les savoirs des populations. Les différences traduisent l'existence d'espaces en marge (habitat informel comme à Niterói et Al Hoceima), l'époque des constructions (zone résidentielle pavillonnaire et touristique, villas) et l'application ou non de mesures techniques de protection (facteur d'atténuation du risque).

40Le bâti peut s'exprimer différemment au sein d'un même ensemble urbain. Par exemple, dans certaines zones à risque à Al Hoceima, jusqu'à cinq types de foncier coexistent (A. GRUZELLE, 2017). Les constructions sans contrôle montrent des occupations hasardeuses et des erreurs de conception aboutissant à de nouveaux dangers par des constructions à l'identique : l'augmentation des vulnérabilités se poursuit ici en marge d'une urbanisation contrôlée. Par ailleurs, bien que les instabilités naturelles puissent être aggravées par les travaux d'aménagement aux points stratégiques dans les trois secteurs (dynamitage de falaise, terrassement), le risque est le plus souvent maîtrisé par de lourds investissements de la part des autorités. Les mouvements de terrain induisent donc des dommages plus ou moins conséquents entre les secteurs, en fonction du type de bâti, de leur exposition et des aménagements entrepris.

41Dans une perspective de développement durable des territoires, les politiques d'urbanisation doivent conduire à éviter l'urbanisation de terrains sensibles aux mouvements de terrain, ce qui implique des restrictions en matière d'urbanisme. Si les dispositions réglementaires diffèrent selon les régions, elles cherchent toujours à contrôler l'extension urbaine. Au Brésil, le non-respect des règlements est "quasi généralisé" du fait de facteurs sous-jacents, avec un nombre conséquent de ménages en situation irrégulière installés sur des pentes modérées à fortes, pouvant représenter 30 % de la population. Pourtant ce développement social révélant les inégalités du territoire ne peut négliger les conditions physiques des milieux naturels pour répondre à l'enjeu d'une meilleure adaptation. La problématique se situe alors au niveau du "vivre avec une probabilité de risque", car les populations ont peu d'alternatives pour se loger dans un contexte de pauvreté et d'habitudes culturelles (contexte d'habitat spontané "areas culturais como moros"). Les règlements peuvent aussi être absents ou ne prendre en compte que les nouveaux espaces bâtis ou à bâtir. On constate donc toujours, comme à Al Hoceima, des hauts niveaux de vulnérabilité dans le bâti ancien. En France, les Plans de Prévention des Risques et leur transcription dans les Plans Locaux d'Urbanisme sont imposés comme stratégie préventive aux risques naturels. Cependant, si cette politique montre un niveau opérationnel plus avancé dans l'aménagement du territoire, elle connaît aussi des difficultés et présente une lenteur d'application compte tenu des enjeux socio-économiques de développement (P. PIGEON, 2007).

3 ) Perception du risque glissement de terrain et de la stratégie préventive

42Les perceptions et les représentations sociales ont été recueillies auprès de la population établie dans les secteurs répondant aux critères du risque. Les trois effectifs de populations interrogées sont respectivement constitués de 41, 103 et 104 personnes à Niterói, à Al Hoceima et dans le secteur de Draguignan (Tab. V). Le plan d'enquête y est réparti entre entretiens et observations participantes in situ avec les acteurs territoriaux (Tab. VI) et enquêtes par questionnaire auprès des habitants.

Tableau V - Caractéristiques générales des trois populations enquêtées.

Tableau V - Caractéristiques générales des trois populations enquêtées.

Tableau VI - Catégorie et nombre des acteurs interrogés dans les secteurs étudiés.

Tableau VI - Catégorie et nombre des acteurs interrogés dans les secteurs étudiés.

43Malgré des contraintes différentes, induites par les facteurs socio-économiques, culturels ou relevant de l'accessibilité, le plan d'enquête a été identique sur les trois terrains investigués. Les enquêtes portent sur un effectif limité (analyse qualitative), mais représentatif en tant que groupe de personnes situées dans des zones à risque "modéré à fort" et subissant les effets des glissements actifs. Le questionnaire, organisé en cinq parties, a été soumis à différents groupes de personnes, et les lots de réponses obtenus sur les trois secteurs ont été comparés à travers des pourcentages.

44La première partie concerne les caractéristiques générales (état civil, structure de la famille...). La deuxième partie sonde les répondants sur leur satisfaction à propos de l'environnement et de son évolution, sur le rôle de la végétation et sur le type de construction adapté aux conditions du milieu. Sur ce dernier point, les résultats des trois enquêtes montrent que la réalisation de travaux par les habitants porte très majoritairement sur des rénovations, laissant le "gros œuvre" aux professionnels. L'implication et l'information des acteurs privés de la construction est donc utile pour réduire les risques, et cela d'autant plus que les répondants ne jugent pas nécessaire de recourir à des préconisations particulières pour adapter l'habitat aux mouvements de terrain. Au regard de cette "méconnaissance technique", des référentiels sur les types de construction à implanter semblent pertinents pour maîtriser le risque.

45Le troisième item cherche à définir quelle représentation ont les populations concernant l'environnement urbain dans son cadre topographique et la trajectoire à suivre dans les paysages collinéens déjà urbanisés. Ces derniers sont considérés par les habitants : à Niterói, comme des "secteurs à habiter comme les autres" et une alternative aux centres-villes dont les interstices à risque mouvement de terrain sont déjà "favélisés" ; dans le secteur d'Al Hoceima, comme des espaces "à protéger", devant "à habiter et à utiliser comme les autres" ; et dans la région de Draguignan, comme des espaces "à protéger", mais aussi "de liberté" et permettant "une bonne façon de vivre", à parts quasi égales pour les deux dernières réponses (Fig. 8). Les différences notables entre les profils "territoires étudiés" portent donc sur la trajectoire prospective de l'occupation de l'espace : la dominance des réponses "à protéger" ou "à urbaniser" semble distribuée selon le développement socio-économique et la culture civique, d'après l'analyse croisée des réponses aux questionnaires confrontée aux acteurs lors des entretiens (A. GRUZELLE, 2017). Ces réponses révèlent aussi des antinomies entre des populations favorables à "l'implantation du bâti" et la réalité des espaces soumis aux enjeux de "protection des milieux". En France, en particulier, les réglementations de protection sur les zones humides vis-à-vis de la gestion du risque d'origine hydrologique sont nettement remises en cause par les interrogés. L'effectif du secteur brésilien, où aucune réponse ne mentionne la protection, révèle plutôt un positionnement fondé sur des critères culturels et sociaux (de développement social et d'activités culturelles dans les quartiers irréguliers : "invasoes de areas ambientais senisveris como morros") en faveur de la colonisation de ces espaces en l'absence d'alternatives satisfaisantes pour habiter la ville.

Figure 8 - Représentation de la trajectoire évolutive des milieux collinéens urbanisés.

Figure 8 - Représentation de la trajectoire évolutive des milieux collinéens urbanisés.

Question à choix multiple.

46La quatrième partie est destinée à mesurer la connaissance des enquêtés sur les risques naturels. Les résultats des enquêtes montrent que les risques liés aux mouvements de terrain sont bien connus et différentes formes de mouvements sont identifiées par les interrogés. L'évaluation du risque auquel l'habitation des enquêtés est soumise montre des différences d'appréciation allant respectivement du risque nul dominant à Niterói, modéré à moyen à Draguignan et moyen dans la ville du Rif (Fig. 9). Cependant les bas niveaux de l'indice de danger formulés malgré une présence avérée, relèvent aussi d'un "effet de floutage" dû à la crainte des résidents de ne plus pouvoir habiter dans ces lieux (enquête par entretien).

Figure 9 - Perception par les enquêtés d'un indice de danger (de 1 à 5 par ordre croissant) pour leur lieu d'habitation.

Figure 9 - Perception par les enquêtés d'un indice de danger (de 1 à 5 par ordre croissant) pour leur lieu d'habitation.

47Les réponses données dans la dernière partie du questionnaire portant sur les catastrophes et la sécurité civile (Fig. 10) montrent que les catastrophes naturelles font l'objet d'une conscience forte. Pour autant, les enquêtés semble s'affranchir de toute responsabilité dans la survenue des catastrophes en la rejetant sur l'administration publique et la société en général. Travailler à la responsabilisation des populations reste donc un levier dans la gestion du risque, d'autant plus que beaucoup d'interrogés pensent pouvoir prévoir assurément le risque malgré la soudaineté des glissements de terrain. La prévention est une solution stratégique énoncée par la majorité des enquêtés sur les trois secteurs. Elle concerne les mesures techniques de protection les plus connues et jugées comme étant les plus efficaces. Cependant ces mesures conduisent à l'oubli du risque lorsqu'il n'est plus perçu, caché par exemple derrière un mur offrant une protection censée être absolue. D'autres solutions, abordant différemment la vulnérabilité, comme la transmission de la connaissance auprès des populations, émergent favorablement. À ce sujet, il apparaît que des campagnes de prévention répétées dans les médias sur les différents risques peuvent avoir un effet contre-productif : l'accumulation de messages, dont certains font preuve de dramatisme, peuvent ne pas être pris en compte, être mal compris ou encore jugés inutiles par les usagers et peut amener à des effets d'évitement (cas des bulletins d'alerte et de vigilance cités à de nombreuses reprises en France). Dans ce contexte, les formations destinées aux habitants pour anticiper les dangers potentiels sont une réponse souhaitable pour les hauts niveaux de vulnérabilité. Leur intérêt concernant la surveillance du niveau des pluies n'est cependant toujours pas connu à Al Hoceima. A contrario, lorsqu'elles sont reconnues comme à Draguignan, elles sont dénigrées en pointant la nécessité d'un investissement en temps trop contraignant pour y participer. Quant à l'effectif brésilien, mobilisé par le réseau communautaire, il est davantage favorable à de telles formations, qui peuvent être réalisées sur place avec peu de moyens matériels.

Figure 10 - Types d'aide privilégiés par les habitants des zones à risque.

Figure 10 - Types d'aide privilégiés par les habitants des zones à risque.

Question à choix multiples.

48Les enquêtes font ressortir un besoin d'apprentissages collectifs et individuels pour améliorer les représentations du risque naturel, parfois contradictoires avec les mécanismes naturels et les politiques de régulation. Toutefois les cartes mentales réalisées en toute fin de questionnaire montrent une forme de correspondance entre les zones à risque et leur tracé par les répondants, comme le montre l'exemple d'Al Hoceima (Fig. 11), mais c'est aussi le cas à Niterói et Draguignan. Ce mode d'expression non verbal confirme un certain niveau de conscience du risque que laissaient déjà présager les premiers niveaux de réponse. Les résultats du "volet vulnérabilité" mettent en évidence qu'utiliser la représentation du risque pour définir la manière dont est pensé l'environnement par le groupe d'individus donne des perspectives concrètes pour l'accès à la connaissance en lien avec les territoires. En effet, le besoin d'information et de connaissance sur le risque requiert aussi des actions répondant à la nécessité de dispositifs innovants adaptés aux contextes, aux vulnérabilités locales et aux spécificités du risque.

Figure 11 - Cartes mentales comparées aux zones à risque : l'exemple d'Al Hoceima.

Figure 11 - Cartes mentales comparées aux zones à risque : l'exemple d'Al Hoceima.

À gauche, représentation des zones à risque (4 niveaux, de jaune pour un risque faible à orange foncé pour un risque très élevé ‒ d'après les données de K. MARGAA, 1994) et des mouvements de terrain actifs (en rouge ‒ d'après A. TALHOUI, 2005).
À droite, chaque tracé correspond à la représentation mentale du risque par un enquêté.

V - Discussion

49La démarche visant à comparer de façon harmonisée trois secteurs d'étude différant tant par la culture que par l'organisation politique, administrative et territoriale, et par le niveau de développement, est particulièrement intéressante dans le cadre d'une "recherche-action" sur la gestion d'un risque naturel. Elle conduit en effet à produire de nouvelles connaissances pouvant être utilisées dans des prolongements opérationnels de réduction du risque. Un premier point à noter est la relation entre le degré d'acceptation et de responsabilité à l'égard du risque des populations avec le niveau de développement des territoires ; il en est de même pour les expériences territoriales de prévention du risque, qui sont plus ou moins abouties. Cependant notre analyse peut présenter quelques biais, dans la mesure où elle repose sur des informations issues d'une investigation prospective des territoires déterminée par les rugosités ou aménités du terrain. De même, les réponses obtenues lors des enquêtes peuvent être conditionnées par la perception du chercheur par la population, celui-ci pouvant être associé tout aussi bien aux élites universitaires qu'à un contre-pouvoir, à l'ingénierie technique, à l'administration ou à l'action politique. Ce questionnement sur l'environnement de recherche permet aussi d'explorer les champs disciplinaires en vue d'une action proactive, en exerçant un "aller-retour" entre les activités de terrain et la recherche, de manière à développer les connaissances scientifiques. Il existe également un intérêt épistémologique concernant la méthode mise en œuvre pour les travaux de terrain, car il s'agit de déterminer si les hypothèses se vérifient aux différentes échelles. Ainsi apparaît-il que la géographie zonale, par les processus physiques qu'elle intègre, constitue une entrée pertinente pour comparer les niveaux de risque glissement de terrain sur des territoires différents. L'étude de l'évolution des milieux et de la dynamique urbaine à l'échelle régionale fournit également des renseignements utiles à la description des territoires et à l'explication des phénomènes en cours. De même, les approches micro-zonales des espaces aboutissent à des investigations détaillées sur des points ciblés mettant en exergue les mécanismes locaux des systèmes spatiaux considérés.

50Une enquête "perception-conscience" permet de décrypter le rapport à l'espace et le niveau de conscience des populations à partir de l'expérience singulière des personnes observées : "socles cognitifs, comportementaux et contextuels, conditionnant la perception et représentation" (A. BAILLY et al., 1992). La représentation spatiale des lieux, donc de la manifestation des risques naturels, est organisée par un niveau structurel (espace concret perçu) et un niveau de significations (charge symbolique, par exemple). Il apparaît donc que le renforcement des perceptions socio-environnementales constitue un levier à exploiter dans la participation des populations à la gestion des risques naturels.

51Cela est d'autant plus fondé que la confrontation, menée dans ce travail, des relevés sur les représentations du risque mouvement de terrain entre usagers et acteurs interrogés (habitant / décideur, administration / société civile, par exemple) montre qu'une majorité de ceux-ci ne sont pas très conscients du problème et qu'il existe un décalage entre les "visions technocratiques et populaires" dans la conception des espaces et des solutions à mettre en œuvre pour limiter le risque. Notons également que la passation d'un questionnaire mené en face-à-face avec les enquêtés est un outil méthodologique permettant le recueil de renseignements autant qu'un transfert d'informations aux interrogés ; il représente une première forme de sensibilisation, car l'information sollicitée à travers le questionnaire amène à des interrogations ou des acquiescements immédiats et parfois à une remise en question. Certains des points évoqués ont été également sujets à des approfondissements d'opinions que nous avons pu vérifier par retour d'expérience. Or la dimension sociale du risque et plus particulièrement le "porter à connaissance" font défaut dans les trois territoires, car même si l'information est transmise, elle l'est dans une forme générique sans logique inclusive de l'homme dans son environnement.

52En revanche, sur les trois territoires, la fonction de protection technique est largement prédominante. Mais si le financement et l'implantation d'ouvrages de protection peuvent servir des enjeux stratégiques de développement et contribuer à la transformation des territoires, ils peuvent se faire au détriment de l'intérêt des populations locales et ainsi générer un clivage entre décideurs et société civile. D'autre part, les projets de prévention imposés sans en expliquer les fondements accroissent les incompréhensions et les décalages entre la vision des acteurs institutionnels et celle des populations (effet top-down). Il apparaît donc indispensable, pour aboutir à un niveau de risque acceptable, de compléter l'approche techniciste par une approche sociale d'implication des habitants. Une voie possible est de favoriser les contextes d'apprentissage de la population et de construire des outils et des méthodes à dimension pédagogique conduisant à une meilleure compréhension du risque. Dans ce cadre il s'agit de diffuser la connaissance acquise dans le territoire en optimisant la capacité d'apprentissage de la population, ce qui répondrait à la demande sociétale et par la même permettrait de corriger le "modèle territorial" potentiellement en dysfonctionnement. Dans et pour une démarche réflexive de conscientisation, ce moyen peut être en mesure de "redessiner un espace connu" en faveur de l'émergence d'une culture du risque actualisée au sein du grand public.

VI - Conclusion

53Les résultats obtenus par notre approche des espaces à risque, formalisée dans le modèle conceptuel PRoACTERR, rendent compte de la diversité, de la spécificité et de la complexité des situations. Ils permettent ainsi d'enrichir la sphère de la culture du risque au terme d'une réalisation concrète s'appuyant sur des travaux de terrain et des observations à distance de l'environnement. L'interprétation de ces résultats doit être utilisée pour interpeller les décideurs et les usagers sur les situations à risques et les convaincre de la pertinence des mesures engagées pour les contrer. Ces dernières peuvent ainsi être mieux acceptées et comprises, dans des conditions situationnelles souvent conflictuelles sur les modalités d'urbanisation. En examinant l'efficacité des mesures existantes, en pérennisant les méthodes efficaces et en se plaçant dans un cadre innovant, notre dispositif représente un outil d'appropriation du développement de la prévention des risques naturels dans un modèle d'innovation sociale qui intègre les trajectoires dans lequel le système étudié peut transiter pour faire émerger un modèle local de gouvernance du risque de catastrophe.

Haut de page

Bibliographie

ACUNA V., ROLDÁN F., TIRONI M. et JUZAM L. (2021) - The Geo-Social Model: a transdisciplinary approach to flow-type landslide analysis and prevention. Sustainability, vol. 13, n° 5, article 2501, 40 p.

ALEOTTI P. (2004) - A warning system for rainfall-induced shallow failures. Engineering Geology, vol. 73, p. 247-265.

AMPHOUX P. (2002) - L'observation récurrente : une approche reconstructive de l'environnement construit. In : Espaces de vie. Aspects de la relation homme-environnement, G. MOSER et K. WEISS, Édit. Armand Colin, p. 227-244.

ARNAUD-FASSETTA G. et METZGER P. (2012) - Thème 2 - Risques, vulnérabilités et gestion des territoires. Édit. PRODIG - Pôle de Recherche pour l'Organisation et la Diffusion de l'Information Géographique, en ligne.

AUDAS N. et MARTOUZ D. (2009) - Saisir l'affectif urbain. Proposition originale par la cartographie de réactivation des discours. En ligne sur HAL Open Science, 15 p.

BAILLY A., FERRAS R. et PUMAIN D. (1992) - L'encyclopédie de la géographie. Édit. Economica, Paris, 1ère édition, 1168 p.

BONIN M., TINON P., CARON C., HEYLAN J.P. et CLOUET Y. (2001) - Territoire, zonage et modélisation graphique : recherche-action et apprentissage. Géocarrefour, vol. 76, n° 3, p. 241-252.

BOURENANE H., BRAHAM M. et BOUHADAD Y. (2021) - Spatial distribution, controlling factors and failure mechanisms of the large-scale landslides in the urban area of Azazga city (northern Algeria). Environmental Earth Sciences, vol. 80, article 313.

BROU K.M. (2015) - Urban growth and natural risks in mountain environments: The example of Man (Côte d'Ivoire). Thèse de doctorat, Université Félix Houphouët-Boigny, Abidjan (Côte d'Ivoire), 303 p.

BROU K.M., ADOMON A., KONAN K. et ALLA DELLA A. (2021) - Accidents related to the 2014 rains and their socio-economic consequences in the city of Abidjan: the case of the municipalities of Abobo and Attécoubé (Côte D'Ivoire). Journal of Geoscience and Environment Protection, vol.9, n° 3, p. 295-208.

BRUNETTI M., PERUCCACCI S., ROSSI M., LUCIANI S. et VALIGI D. (2010) - Rainfall thresholds for the possible occurrence of landslides in Italy. Natural Hazards and Earth System Sciences, vol. 10, n° 3, p. 447-458.

CARON P. (2005) - À quels territoires s'intéressent les agronomes ? Le point de vue d'un géographe tropicaliste. Natures Sciences Sociétés, vol. 13, n° 2, p. 145-153.

COJEAN R., DURVILLE J.L., GAUCHEZ J. et POTHÉNAT P. (2009) - Glissements de terrain et barrages naturels induits par le séisme du 12 mai 2008 au Sichuan (Chine) – Retour d'expérience. Étude réalisée pour le compte du MEEDDM, 91 p.

COROMINAS J., WESTERN C., FRATTINI P., CASCINI L., MALET J.P., FOTOPOULOU S., CATINI F., VAN DEN EECKHAUT M., MAVROULI O., AGLIARDI F., PITILAKIS K., WINTER M., PASTOR M., FERSILI S., TOFANI V., HERVAS J. et SMITH J. (2014) - Recommendations for the quantitative analysis of landslide risk. Bulletin of Engineering Geology and the Environment, vol. 73, p. 209-263.

CRED (2012) - The international disaster database. Édit. International Disaster Database. Université Catholique de Louvain, Bruxelles (Belgique), en ligne.

CRUDEN D.M. et VARNES D.J (1996) - Landslide types and processes. In : Landslides investigation ans migration, A.K. TURNER et R.L. SCHUSTER édit., Édit. Transportation Research Board, US National Research Council, rapport spécial 247, Washington (USA), chapitre 3, p. 36-75.

DAUPHINÉ A. et PROVITOLO D. (2013) - Risques et catastrophes - Observer, spatialiser, comprendre, gérer. Édit. Armand Colin, 2ème édition, Paris, 416 p.

DIKAU R., BRUNSDEN D., SCHROTT L. et IBSEN M.L. (1996) - Landslides recognition, identification, movement and causes. Édit. John Wiley & Sons, New York (USA), 251 p.

EL KHARIM Y., BOUNAB A. et ILIAS O. (2021) - Landslides in the urban and suburban perimeter of Chefchaouen (Rif, Northern Morocco): inventory and case study. Natural Hazards, vol. 107, n° 1, p. 355-373.

FAN X., SCARINGI G., KORUP O., WEST A.J., VAN WESTEN C.J., TANYAS H., HOVIUS N., HALES T.C., JIBSON R.W., ALLSTADT K.E., ZHANG L., EVANS S.G., XU C., LI G., PEI X., XU Q. et HUANG R. (2019) - Earthquake-induced chains of 6 geologic hazards: patterns, mechanisms, and impacts. Reviews of Geophysics, vol. 57, n° 2, p. 421-503.

FERRARI A. et SILVA A. (2004) - Projeto avaliação das encostas de Niteroi com vista aos fenômenos de deslizamentos ‒ setor 1 (zonas centro, norte e sul). Édit. Universidade Federal Flumense, Flumense (Brésil), 154 p.

FINLAY P.J. et FELL R. (1997) - Landslides: risk perception and acceptance. Canadian Geotechnical Journal, vol. 4, n° 6, p. 169-188.

FORT M. (2014) - La difficile gestion des risques naturels en Himalaya : une question d'échelle ? Le cas du Népal. Bulletin de l'Association de Géographes Français, vol. 91, n° 3, p. 241-256, en ligne.

FORTIN A. (1987) - Au sujet du savoir. In : Entre le savoir et l'action : choix éthiques et méthodologiques. Édit. Université du Québec, Chicoutimi (Canada), p. 47-73.

FOURCADE F. et KRICHEWSKY M. (2015) - Reflexivity and cooperation in action research. In : Biennale 2015 du CNAM "Coopérer ? Atelier : Recherche-action, contrat n° 415", 11 p., en ligne.

FROUDE M. et PETLEY D. (2018) - Global fatal landslide occurrence from 2004 to 2016. Natural Hazards and Earth System Sciences, vol. 18, n° 8, p. 2161-2181.

GIEC (2019) - Rapport spécial du groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, 32 p., en ligne.

GOLD R. (1958) - Roles in Sociological Field Observations. Social Forces, vol. 36, n° 3, p. 217-223.

GONZALES-LAPORTE C. (2014) - Recherche-action participative, collaborative, intervention. Quelles explicitations ?. Rapport de recherche Labex ITEM (Innovation et Territoire de Montagne), 27 p., en ligne.

GOTMAN A. et BLANCHET A. (1992) - L'enquête et ses méthodes : l'entretien. Édit. Nathan, Paris, 125 p.

GRUZELLE A. (2017) - Recherche sur le risque des mouvements de terrain rapides : la stratégie préventive peut-elle être modélisée ? Approche comparative de bassins de risque au Brésil, en France et au Maroc : de l'identification du risque vers une démarche proactive. Thèse de l'Université de Lorraine, 315 p.

GUERRA A. et DA CUHNA S. (2001) - Impactos ambientáis urbanos no Brasil. Édit. Bertrand Brasil, Rio de Janeiro (Brésil), 416 p.

GUO Z., YIN K., GUI L., LIU Q., HUANG F. et WANG T. (2019) - Regional rainfall warning system for landslides with creep deformation in three gorges using a statistical black box model. Scientific Reports, vol. 9, article 8962.

GUZZETTI F., PERUCCACCI S., ROSSI M. et STARK C.P. (2007) - Rainfall thresholds for the initiation of landslides in central and southern Europe. Meteorology and Atmospheric Physics, vol. 98, n° 3, p. 239-267.

HAQUE U., DA SILVA P., DEVOLI G., PILZ J., ZHAO B., KHALOUA A., WILIPO W., ANDERSEN P., LEE J., YAMAMOTO T., KEELLINGS D., WU J.H. et GLASS G. (2019) - The human cost of global warming: Deadly landslides and their triggers (1995-2014). Science of Total Environment, n° 1-2, vol. 682, p. 673-684.

HIWASAKI L., LUNA E., SYAMSIDK et SHAW R. (2014) - Process for integrating local and indigenous knowledge with science for hydro-meteorological disaster risk reduction and climate change adaptation in coastal and small island communities. International Journal of Disaster Risk Reduction, vol. 10, partie A, p. 15-27.

HOLCOMBE E., SMITH S., WRIGHT E. et ANDERSON M.G. (2012) - An integrated approach for evaluating the effectiveness of landslide risk reduction in unplanned communities in the Caribbean. Nature Hazards, vol. 61, n° 2, p. 351-385.

HUNGR O., LEROUEIL S. et PICARELLI L. (2013) - The Varnes classification of landslide types, an update. Landslides, vol. 11, n° 2, p. 167-194.

IGWE O. (2012) - ICL/IPL regional activities in West Africa. Landslides, vol. 9, n° 3, p. 433-437.

IPCC (2013) - Climate Change 2013: the physical science basis. Contribution of working group I to the Intergovernemental Panel on Climate Change. T.F. STOCKER, D. QIN, G.K. PLATTNER, M. TIGNOR, S.K. ALLER, V. BEX et P.M. MIDGLEY édit., Édit. Cambridge University Press, Cambridge (RU) et New York (USA), 1535 p.

JACQUINOD F. et LANGUMIER J. (2010) - Géovisualisations 3D en action dans l'aménagement du territoire. Géocarrefour, vol. 85, n° 4, p. 303-311.

JUNKER B. (1960) - Field work: an introduction to the social sciences. Édit. University of Chicago Press, Chicago (USA), 224 p.

KERMISCH C. (2012) - Vers une définition multidimensionnelle du risque. Vertigo, vol. 12, n° 2, en ligne.

KIRSCHBAUM D., STANLEY T. et ZHOU Y. (2015) - Spatial and temporal analysis of a global landslide catalog. Geomorphology, vol. 249, p. 4-15.

KIRSCHBAUM D., KAPNICK S.B., STANLEY T. et PASCALE S. (2020) - Changes in Extreme precipitation and landslides over High Mountain Asia. Geophysical Research Letters, vol. 47, n° 4, 9 p.

LAPASSADE G. (1993) - L'observation participante. In : La méthode ethnographique, présentée par G. LAPASSADE, en ligne.

LOREDANA A., DE PASCALE F., COSCARELLI R. et GULLA G. (2020) - Landslide risk perception, social vulnerability and community resilience : the case study of Maierato (Calabria, southern Italy). International Journal of Disaster Risk Reduction, vol. 46, n° 2, article 101 529.

MALCOLM A. et HOLCOMBE E. (2013) - Community-based landslide risk reduction: managing disasters in small steps. Édit. World Bank Publications, Washington (USA), 444 p.

MAQUAIRE O. (2002) - Aléas géomorphologiques (mouvements de terrain) - processus, fonctionnement cartographie. Mémoire d'HDR, Université Louis Pasteur, Strasbourg, 223 p.

MARGAA K. (1994) - Essai de cartographie des risques naturels : application à l'aménagement de la région d'Al Hoceima (Rif, Nord Maroc). Thèse de l'Université de Besançon, 198 p.

MCGLADE J., BANKOFF G., ABRAHAMS J., COOPER-KNOCK S.J., COTECCHIA F., DESANKER P. et WOOD M. (2019) - Global assessment report on disaster risk reduction. Édit. United Nations Office for Disaster Risk Reduction (UNDRR), Genève (Suisse), en ligne.

MENDES BARBOSA L. et COATES R. (2021) - Resisting disaster chronopolitics: Favelas and forced displacement in Rio de Janeiro, Brazil. International Journal of Disaster Risk Reduction, vol. 63, N° 5 "Calamitous 'events'? Exploring perceptions of disaster temporalities", R. COATES et J. WARNER édit., article 102 447.

MENDOÇA M. (2013) - Ações socioeducativas para redução de riscos de desastres associados a deslizamentos de terra. Rapport d'étude, UFRJ-FAPERJ, 10 p.

NADIM F. et LACASSE S. (2008) - Strategies for mitigation of risk associated with landslides. In : Landslides: disaster risk reduction, K. SASSA, et P. CANUTI édit., Édit. Springer, Berlin et Heidelberg (Allemagne), p. 31-61.

PEI-SHAN S.L. et KAI-MIN C. (2020) - Metamorphosis from local knowledge to involuted disaster knowledge for disaster governance in a landslide-prone tribal community in Taiwan. International Journal of Disaster Risk Reduction, vol. 42, n+ 3, article 101 339.

PETLEY D. (2012-a) - Proper investment in large-scale natural hazards research. The Landslide Blog, en ligne.

PETLEY D. (2012-b) - Global patterns of loss of life from landslides. Geology, vol. 40, n° 10, p. 927-930.

PIGEON P. (2007) - Les Plans de Prévention des Risques (PPR) : essai d'interprétation géographique. Géocarrefour, vol. 82, n° 1, p. 27-34.

QUENTIN I. (2013) - Méthodes de l'observation participante. MOOC "Usages, numérique, éducation, réseaux d'enseignants, en ligne.

SAFELAND (2013) - Final report summary - SAFELAND Living with landslide risk in Europe; assessment, effects of global change, and risk management strategies. Édit. CORDIS - EU research results, 40 p., en ligne.

SCOLOBIG A., THOMPSON M. et LINNEROOTH-BAYER J. (2016) - Compromise not consensus. Designing a participatory process for landslide risk mitigation. Natural Hazards, vol. 81, n° 1, p. 45-68.

SOLARI L., DEL SOLDATO M., RASPINI F., BARRA A., BIANCHINI S., CONFUORTO P., CASAGLI N. et CROSETTO M. (2020) - Review of satellite interferometry for landslide detection in Italy. Remote Sensing, vol. 12, n° 8, article 1351, 29 p.

SPIKER E.C. et GORI P.L. (2003) - National landslide hazards mitigation strategy: a framework for loss reduction. Édit. US Geological Survey, vol. 1244, Reston (USA), VI + 56 p.

SRIVASTAVA R. et LAURIAN L. (2006) - Natural hazard mitigation in local comprehensive plans : the case of flood, wildfire and drought planning in Arizona. Disaster Prevention and Management, vol. 15, n° 3, p. 461-483.

TALHAOUI A., ABERKAN M., IBEN BRAHIM A. et EL MOURAOUAH A. (2005) - Risques géologiques et activité sismique dans la région d'Al Hoceima (Maroc) : approche de la quantification des facteurs responsables du déclenchement des instabilités de terrain. Pangea, vol. 43-44, p. 13-17.

TURNER B.L., KASPERSON R.E., MATSONE P.A., MCCARTHY J.J., CORELL R.W., CHRISTENSEN L., ECKLEY N., KASPERSON J.X., LUERS A., MARTELLO M.L., POLSKY C., PULSIPHER A. et SCHILLER A. (2003) - A framework for vulnerability analysis in sustainability science. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 100, n° 14, p. 8074-8079.

UNISDR (2015-a) - Cadre d'action de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe 2015-2030. Édit. United Nation Office for Disaster Risk Reduction (UNISDR), Genève (Suisse), 37 p., en ligne.

UNISDR (2015-b) - Global assessment report on disaster reduction 2015. Édit. United Nation Office for Disaster Risk Reduction (UNISDR), Genève (Suisse), 316 p. (256 p. + annexes), en ligne.

VARNES D.J. (1978) - Types et processus de mouvement de pente. In : Landslides, analysis and control, R.L. SCHUSTER et R.J. KRIZEK édit., Édit. Transportation Research Board of the National Academy of Sciences, rapport spécial 176, Washington (USA), p. 11-33.

WEISS K., GIRANDOLA F. et COLBEAU-JUSTIN L. (2011) - Les comportements de protection face au risque naturel : de la résistance à l'engagement. Pratiques Psychologiques, vol. 17, n° 3; p. 251-262.

ZOGNING A., NGOUANET C. et TIAFACK O. (2007) - The catastrophic geomorphological processes in humid tropical Africa: a case study of the recent landslide disasters in Cameroon. Sedimentary Geology, vol. 199, n° 1-2, p. 13-27.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Carte des glissements de terrain meurtriers recensés dans le monde sur la période 2007-2017.
Légende Source : NASA, https://svs.gsfc.nasa.gov/​4632, consulté le 27 juillet 2021). Crédit : NASA's Scientific Visualization Studio.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14697/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau I - Stratégie de connaissance, innovation et éducation (adapté d'après le cadre d'action de Hyogo 2005-2015 ‒ UNISDR, 2015-b).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14697/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 2 - Étapes et objectifs du modèle "étude-action" dans les territoires à risque.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14697/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Figure 3 - Localisation des secteurs étudiés.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14697/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Tableau II - Description des milieux physiques des zones d'étude.
Légende * : classification de KOPPEN. ** : étagement bioclimatique.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14697/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tableau III - Comparaison des glissements de terrain dans les trois secteurs étudiés.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14697/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tableau IV - Intensités pluvieuses dans les trois secteurs étudiés.
Légende * : valeurs décennale, cinquantennale et centennale successivement.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14697/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 4 - Analyse diachronique de l'emprise urbaine de Rio de Janeiro et zoom sur la ville de Niterói : accroissement du tissu urbain entre 1988 (en bleu) et 2013 (en jaune).
Légende Dates des images Landsat utilisées : 8 janvier 1988 et 30 mai 2013.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14697/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 5 - Carte des risques (a ‒ A. FERRARI et A. SILVA, 2004) et données de terrain (b) pour les quartiers de Morro da Penha et Charitas à Niterói.
Légende La carte des risques est reproduite avec l'aimable autorisation de ses auteurs.Les doubles-flèches jaunes localisent les transects étudiés dans les zones à risque.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14697/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Figure 6 - Étude du site de Tala Youssef.
Légende a : ortho-image Google Earth™ de 2015. b : photographies de terrain (A. GRUZELLE, 2017). c : coupe géologique (d'après A. TALHAOUI et al., 2005).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14697/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Figure 7 - Glissements de terrain en bordure de la Nartuby, dans les gorges de Châteaudouble.
Légende a : glissements de terrain Z-1 et Z-2 en amont et zones bâties en aval (source : Géoportail). b : photographies obliques des sites de glissement Z-1 et Z-2 (clichés : Anatole GRUZELLE).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14697/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Tableau V - Caractéristiques générales des trois populations enquêtées.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14697/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau VI - Catégorie et nombre des acteurs interrogés dans les secteurs étudiés.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14697/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 8 - Représentation de la trajectoire évolutive des milieux collinéens urbanisés.
Légende Question à choix multiple.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14697/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 9 - Perception par les enquêtés d'un indice de danger (de 1 à 5 par ordre croissant) pour leur lieu d'habitation.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14697/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 10 - Types d'aide privilégiés par les habitants des zones à risque.
Légende Question à choix multiples.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14697/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 11 - Cartes mentales comparées aux zones à risque : l'exemple d'Al Hoceima.
Légende À gauche, représentation des zones à risque (4 niveaux, de jaune pour un risque faible à orange foncé pour un risque très élevé ‒ d'après les données de K. MARGAA, 1994) et des mouvements de terrain actifs (en rouge ‒ d'après A. TALHOUI, 2005).À droite, chaque tracé correspond à la représentation mentale du risque par un enquêté.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14697/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anatole Gruzelle et Sébastien Lebaut, « Démarche d'analyse et de diagnostic du risque de glissement de terrain : de l'identification à une mesure proactive »Physio-Géo, Volume 17 | -1, 167-192.

Référence électronique

Anatole Gruzelle et Sébastien Lebaut, « Démarche d'analyse et de diagnostic du risque de glissement de terrain : de l'identification à une mesure proactive »Physio-Géo [En ligne], Volume 17 | 2022, mis en ligne le 31 octobre 2022, consulté le 09 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/14697 ; DOI : https://doi.org/10.4000/physio-geo.14697

Haut de page

Auteurs

Anatole Gruzelle

LOTERR UR 7304, Université de Lorraine, UFR SHS, Île du Saulcy, 57000 METZ.
Courriel : agruzelle@gmail.com

Sébastien Lebaut

LOTERR UR 7304, Université de Lorraine, UFR SHS, Île du Saulcy, 57000 METZ.
Courriel : sebastien.lebaut@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search