Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVolume 17Les ciels de la Grande Guerre. Aq...

Les ciels de la Grande Guerre. Aquarelles d'André Des Gachons (Champagne), Martine TABEAUD et Xavier BROWAEYS, 2022

Presses de Sorbonne Université, Paris, 350 p., https://sup.sorbonne-universite.fr
Alexis Metzger
p. 1-3
Référence(s) :

Les ciels de la Grande Guerre. Aquarelles d'André Des Gachons (Champagne), Presses de Sorbonne Université, Paris, 350 p.

Texte intégral

1Mais où sont les ciels d'antan ? Pour savoir ce que nos ancêtres voyaient au-dessus d'eux, les sources sont nombreuses mais disparates. Anciens carnets météo, lettres, chroniques donnent une idée de certains ciels du passé, mais il est rare que les historiens du climat tentent de reconstituer les ciels, leurs couleurs, leurs nuances, leurs nuages... faute de documentation suffisante. Pourtant la mémoire n'est pas que celle des lieux, celle des cieux importe aussi pour comprendre comment on vivait le temps qu'il fait, les conditions météorologiques, à tel moment, en tel endroit. Ces cieux ont pu en effet avoir des influences considérables sur les vies humaines, et les vivants en général.

2Certes, depuis la Renaissance en Europe, les ciels sont peints. Et certains auteurs n'hésitent pas à regarder de plus près les ciels des artistes pour mieux envisager aussi bien des faits sociaux que des progrès scientifiques, quand bien même l'image artistique n'est jamais le reflet parfait d'un ciel (S.D. GEDZELMAN, 1991 ; A. VASAK, 2004 ; X. de COSTER, 2014). Mais ce n'est qu'à partir de la fin du XIXème siècle que ces ciels sont peints avec encore plus de spontanéité : c'est le moment où les impressionnistes peignent de plein air, sous tous les cieux. Certains seront particulièrement appréciés pour leur peinture de nuages, dont Eugène BOUDIN.

3Au début du XXème siècle, le ciel va être source de plus grandes attentions lors de la Première Guerre mondiale, comme dans beaucoup d'autres conflits (P. PAGNEY, 2008). Car il importe de l'observer pour prévoir la météo et envisager ainsi des conditions de bataille, des déplacements aériens, des épandages de gaz... Le service météorologique aux armées existe depuis 1915. Mais le ciel est aussi sujet d'échanges innombrables entre poilus, faisant avec le temps qu'il fait à chaque instant. Pendant ces quatre années de guerre, les ciels peuvent accompagner des conditions météorologiques éprouvantes pour les soldats, entre les grands froids, les pluies incessantes ou les fortes chaleurs. Le transfert des troupes ou des blessés est aussi dépendant de certains états du ciel qui peuvent affecter la santé.

4Alors que la météorologie est assez bien connue sur le front depuis les travaux récents de chercheurs qui ont reconstitué assez finement la chronique météo de la Grande Guerre (E. SAVOURET et al., 2011), Martine TABEAUD et Xavier BROWAEYS scrutent les cieux sous un nouvel œil : celui d'André DES GACHONS (1871-1951), aquarelliste et météorologue bénévole. Habitant dans la vallée de la Marne, à la Chaussée-sur-Marne, il a fait des relevés météorologiques et peint des états du ciel pendant le conflit, à quelques dizaines de kilomètres du front, au point parfois de montrer directement dans ces œuvres des traces de batailles, comme le 30 juillet 1916 où une explosion, non documentée par ailleurs, est représentée. Si les ciels avaient bien été photographiés à l'époque, la sensibilité des pellicules et la plaque de verre ne permet pas de voir la couleur et l'aspect des nuages, comme le rappellent les auteurs dans l'introduction. André DES GACHONS, quant à lui, peint en couleurs le ciel la plupart du temps vers l'ouest, à côté d'observations sur la pression, le vent, la nébulosité... sur une feuille voisine d'un A4. Ces feuilles sont acheminées à la gare la plus proche avant d'être envoyées à Paris. Il donne alors accès au lecteur d'aujourd'hui à "la troisième dimension" (p. 311), l'air.

5Dans leur livre, on peut dire que les auteurs prennent le parti du temps qu'il fait "visuel" plutôt que de celui du temps qui passe, d'où l'absence d'analyse très poussée des observations chiffrées de DES GACHONS, et un plan qui n'est pas chronologique. Si une grande première partie présente l'artiste et rappelle l'influence et les connaissances météorologiques en temps de guerre, c'est surtout la seconde partie qui permet de mieux envisager l'œuvre de DES GACHONS au croisement du vécu de millions d'hommes engagés dans le conflit. Avec lui, la météo, si souvent décrite dans les lettres des soldats, prend des couleurs. On est quasiment face aux nuages, aux météores, aux lumières, bref aux paysages atmosphériques (T. INGOLD, 2022), que vivaient les belligérants, sans l'atrocité des morts et des blessés dans les zones de combats. Et c'est donc un choix saisonnier que Martine TABEAUD et Xavier BROWAEYS font dans leur ouvrage : les quatre saisons sont présentées par "morceaux choisis", où tous les éléments climatiques vont concerner, à tel ou tel moment, la vie des poilus. Car les saisons se suivent sans forcément se ressembler : "chaque été de la guerre a son originalité" (p. 96). Les hivers sont aussi très variables. L'hiver 1916-1917 est extrêmement froid avec 55 jours de gel et 44 jours de neige à Chalons, il gèlera encore à la mi-avril. En fournissant quelques tableaux récapitulatifs par saisons, et en les associant à des phases de combats plus ou moins fortes, les auteurs proposent une synthèse et un croisement intéressant. On se rend compte de la diversité des semaines et des saisons qui rythmaient les offensives et les attentes.

6Pour montrer la diversité des conditions météo et des vécus, les auteurs s'appuient à la fois sur les aquarelles de DES GACHONS et sur plusieurs autres sources, dont d'autres observations météo, des photographies, des lettres, des récits, des coupures de presse ou des poèmes. Entrent ainsi en résonnance l'image et le texte. Les images tout d'abord, celles de l'artiste, sont reproduites avec soin en couleurs dans le livre et décrites à la loupe par les deux auteurs géographes. Les textes, ensuite, viennent déplacer quelque peu le regard vers le front, et vers les conséquences de cette variabilité météorologique sur la vie dans les tranchées et dans les combats que l'artiste ne traverse pas directement.

7C'est ainsi l'occasion pour le lecteur de mieux comprendre la situation météorologique peinte par l'artiste, comme cet orage qui éclate dans la soirée du 6 juillet 1915, de saisir la complexité du brouillard, tantôt ami tantôt ennemi (p. 181), de mettre des images colorées sur ces évocations de pluies et de boues dans les tranchées, qui faisaient écrire à DE GAULLE "nous vivons dans l'eau comme des grenouilles" (p. 213), ou encore de mieux comprendre les halos peints par DES GACHONS en octobre 1916 (p. 176). Dans cette Champagne crayeuse, l'absence de grandes difficultés de terrain, qui avait été entrevue favorablement, se transforme en un bourbier par temps de pluie, voire d'inondations comme en février 1916 (p. 216). Quelques cartes localisent les zones de conflit, même si elles sont peu commentées, comme celle de la brigade russe en Champagne en septembre 1916 (p. 173). Les explications géoclimatologiques sont à chaque fois fournies et inscrivent le conflit dans l'histoire de la climatologie et de la prévision météorologique.

8André DES GACHONS peut être considéré comme un archiviste du ciel. Ses observations et ses œuvres ont aussi bien une valeur scientifique qu'historique, voire sociale. Avec ce livre, il ne s'agit pas vraiment d'une histoire du climat, mais plutôt d'une géographie historique, culturelle et sociale des ciels de la Grande Guerre. Selon les lieux, selon les moments dans la guerre, chaque type de temps et type de ciel associé a son importance, son utilité, son danger. Ce que nous offrent les auteurs est une mine de renseignements sur les cultures météorologiques en temps de guerre, où chacun vit la météo, ses ressources et ses contraintes comme il peut. Ces cultures sont quasiment des cultures climatiques, car elles amorcent des habitudes de vivre une diversité de types de temps, presque au même endroit, pendant plusieurs années (M. HULME, 2016). "À chacun son ciel", écrivent les auteurs page 46. Car entre la guerre dans l'air ou au sol, au front ou en retrait, la météo n'a pas la même influence.

Haut de page

Bibliographie

DE COSTER X. (2014) - Jusqu'au ciel ! Géographie et cultures, vol. 85, en ligne.

GEDZELMAN S.D. (1991) - Weather forecasts in art. Leonardo, vol. 24, n° 4, p. 441-451.

HULME M. (2016) - Weathered; Cultures of climate. Édit. SAGE, Londres (GB), 200 p.

INGOLD T. (2022) - L'atmosphère. Les carnets du paysage, vol. 41, p. 89-103.

PAGNEY P. (2008) - Le climat, la bataille et la guerre : des conflits limités aux conflits planétaires. Édit. L'Harmattan, Paris, 314 p.

SAVOURET E., AMAT J.P., CANTAT O. et FILIPPUCCI P. (2011) - Au temps météorologique de la Grande Guerre - Approche séquentielle des périodes contraignantes dans les tranchées sur le front de la Marne et de la Meuse, 1914-1918. Climatologie, vol. 8, p. 59-77.

VASAK A. (2004) - L'orage du 13 juillet 1788 : l'histoire avant la tourmente. Le Débat, vol. 130, p. 171-188.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexis Metzger, « Les ciels de la Grande Guerre. Aquarelles d'André Des Gachons (Champagne), Martine TABEAUD et Xavier BROWAEYS, 2022 »Physio-Géo, Volume 17 | -1, 1-3.

Référence électronique

Alexis Metzger, « Les ciels de la Grande Guerre. Aquarelles d'André Des Gachons (Champagne), Martine TABEAUD et Xavier BROWAEYS, 2022 »Physio-Géo [En ligne], Volume 17 | 2022, mis en ligne le 05 novembre 2022, consulté le 09 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/14829 ; DOI : https://doi.org/10.4000/physio-geo.14829

Haut de page

Auteur

Alexis Metzger

École de la Nature et du Paysage, Blois, INSA CVL, UMR CITERES
Courriel : alexis.metzger@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search