Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVolume 17ArticlesLeçons tirées de la crue torrenti...

Articles

Leçons tirées de la crue torrentielle catastrophique du 2 octobre 2020 dans la vallée de la Vésubie (Alpes-Maritimes, France)

Lessons learned from the torrential flood of 2 october 2020 in the Vésubie valley (Alpes-Maritimes, France)
Tony Rey, Célia Chevret, Thomas Candela et Martin Robustelli
p. 193-223

Résumés

Le 2 octobre 2020, des précipitations diluviennes s'abattent sur l'arrière-pays niçois. Plusieurs vallées sont alors meurtries, dont la vallée de la Vésubie où le bilan humain et socio-économique a été lourd de conséquences. Un retour d'expérience (RETEX) sur les conséquences de la crue torrentielle a été réalisé quelques mois après la catastrophe. Celui-ci a concerné l'évaluation des impacts géomorphologiques de la crue torrentielle et des phénomènes gravitaires, l'évaluation de l'exposition des réseaux stratégiques aux inondations et aux mouvements de terrain. Le RETEX a permis une analyse critique des documents de prévention et de gestion en place au moment de la crue. Il souligne les vulnérabilités de ce territoire de montagne, certaines intrinsèques comme la diversité des aléas naturels et leur intensité, l'enclavement des vallées, l'espace restreint, etc., et d'autres externes comme l'implantation de populations et d'activités en zone à risque et le développement de réseaux stratégiques ou critiques non adaptés au contexte de la montagne.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Les risques dans les territoires de montagne présentent des caractéristiques géologiques, géomorphologiques et socio-économiques spécifiques, comme l'ont souligné F. NAAIM-BOUVET et D. RICHARD (2015) : "il n'existe pas une montagne mais des montagnes, faisant montre d'une large gamme de spécificités". La montagne est intrinsèquement dangereuse. L'altitude, les pentes et les conditions météorologiques locales conditionnent fortement les phénomènes naturels. Les aléas en présence peuvent se combiner (glissements de terrains, crues et coulées de boue, chutes de blocs et écroulements, avalanches, séismes...), être brutaux, rapides et d'intensités élevées et ont par conséquent une importante capacité de destruction (R. FELL, 1994). De plus, ils présentent la particularité de s'inscrire dans des territoires d'enjeux contraints sur un plan spatial (A. DAUPHINÉ et D. PROVITOLO, 2013).

2Notre article s'intéresse à un territoire de montagne qui a été tristement médiatisé suite à la crue dévastatrice du 2 octobre 2020 (D. MOIRIAT, 2020). En quelques heures, les vallées de la Roya et de la Vésubie, situées dans les Alpes-Maritimes, ont été touchées par des pluies exceptionnelles donnant naissance à des crues torrentielles et des mouvements de terrain meurtriers : huit morts à Saint-Martin-Vésubie, deux sur la commune de Roquebillière et deux autres sur la commune de la Bollène-Vésubie, plus trois disparus. Les dommages aux infrastructures et réseaux ainsi que les changements paysagers rendent comptent de la violence de la crue. Grâce à un retour d'expérience (RETEX) réalisé à t+5 mois, les aléas inondations et gravitaires ainsi que les dommages associés ont pu être analysés sur les communes de Saint-Martin-Vésubie, Roquebillière et Lantosque. Le RETEX a été réalisé sur un territoire montagnard intrinsèquement vulnérable où l'enclavement de la vallée a constitué un facteur de vulnérabilité (relief, accessibilité...), vulnérabilité amplifiée par la concentration d'activités dans les fonds de vallée. L'évaluation a tout d'abord porté sur les caractéristiques de la crue torrentielle et ses impacts géomorphologiques (ablation et transport solide intense, incision / aggradation du lit fluvial, mobilité de la bande active) et sur les phénomènes gravitaires (T. GLADE, 2005 ; J.P. MALAVOI et J.P. BRAVARD, 2010 ; S.D. PARDESHI et al., 2013 ; F. PALMISANO et al., 2016). Cette évaluation complète les travaux de P. CARREGA et N. MICHELOT (2021). D'autre part, le RETEX a porté sur les types de dommages aux habitations, leur localisation et leur niveau d'endommagement. Il a également concerné l'endommagement des réseaux considérés critiques ou stratégiques, tels que le réseau routier et les réseaux d'eau, d'assainissement et d'électricité, afin d'estimer leur niveau de vulnérabilité face à un événement extrême et de suivre leur rétablissement dans le temps et l'espace (N. POTTIER et al., 2018). Nos résultats permettent de discuter de l'adéquation des documents de planification territoriale établis avant et après la crue (F. VINET et al., 2019) et de s'interroger sur les trajectoires de reconstruction (A. MOATTY et F. VINET, 2016). Le RETEX est ainsi porteur d'enseignements et demeure un outil enrichissant pour la prévention des risques, la gestion de la prochaine crise et la résilience des territoires (J.L. WYBO, 2001 ; F. LEONE, 2007 ; T. REY et S. DEFOSSEZ, 2019).

II - La zone d'étude et l'événement du 2 octobre 2020

1 ) Caractéristiques des communes

3La Vésubie traverse plusieurs communes, dont celles de Saint-Martin-Vésubie, Roquebillière et Lantosque d'amont en aval (Fig. 1). Ces communes rurales comptent moins de 2000 habitants et présentent des densités de population variées malgré une croissance de la population relativement constante entre les recensements de 1968 et 2018 (Tab. I). La population de Saint-Martin-Vésubie a crû d'environ 26,6 %, et celle de Roquebillière de 22,3 %. La population de Lantosque a augmenté de façon moins importante, avec 17,2 % (Tab. I).

Figure 1 - Localisation des sites d'étude.

Figure 1 - Localisation des sites d'étude.

Sources : BD Topo 2021, RGE Alti 2020, crédits IGN.

Tableau I - Évolution de la population depuis 1968 à 2018 et représentation des résidences principales et secondaires en 2018 dans les trois communes d'étude (source : INSEE, 2021).

Tableau I - Évolution de la population depuis 1968 à 2018 et représentation des résidences principales et secondaires en 2018 dans les trois communes d'étude (source : INSEE, 2021).

4La vallée de la Vésubie fait partie de l'arrière-pays niçois et constitue en ce sens une destination privilégiée des populations niçoises et monégasques par sa proximité et ses activités touristiques variées (parc animalier, complexe thermal, alpinisme, ski de fond et de piste...). Saint-Martin-Vésubie, la plus touristique des trois, présentait en 2018 plus de 61,6 % de résidences secondaires (soit 1401) (Tab. I). Le village de Roquebillière est, quant à lui, scindé entre ce que l'on appelle le "Vieux village", situé en rive gauche et correspondant à l'emplacement initial historique du village, et le "Nouveau Roquebillière", extension du village en rive droite de la Vésubie. Ce dernier a été construit en 1926 sur le plateau du Cruos, situé à environ 600 m d'altitude. La commune de Lantosque, enfin, est celle qui a été la moins touchée par la crue du 2 octobre 2020, en raison de sa position, à 500 m d'altitude environ, par rapport à un fond de la vallée situé à 435 mètres NGF. À l'inverse de Saint-Martin-Vésubie, ces deux dernières communes comprennent majoritairement des résidents principaux, avec respectivement 65,3 % (soit 806) pour Roquebillière et 49,7 % à Lantosque (soit 575) (Tab. I).

5L'urbanisation de ces trois communes s'est progressivement étendue sur les versants, mais a également gagné le fond de la vallée au fil des années.

6Le relief et l'enclavement des communes de la vallée de la Vésubie engendrent des problématiques d'accessibilité, qui sont exacerbées en cas d'événement naturel. En effet, la Vésubie s'écoule essentiellement dans des gorges laissant un espace exigu pour l'unique route (M173) qui relie les trois communes. Au delà, les routes sont rares et l'accès aux villages s'effectue par le haut des versants (le col Saint Martin à la Colmiane, par exemple).

2 ) Un bassin versant propice aux crues torrentielles

7La vallée de la Vésubie s'inscrit dans un bassin versant de 392 km2 (Fig. 2), dont le relief escarpé s'élève jusqu'à 3143 m d'altitude à la cime du Gélas.

Figure 2 - Répartition des pentes dans le bassin versant de la Vésubie.

Figure 2 - Répartition des pentes dans le bassin versant de la Vésubie.

Sources : BD Topo 2021, RGE Alti 2020, crédits IGN.

8L'étage alpin, aux versants rocheux, s'étend au-dessus de 2500 m. Vers le bas, jusqu'à 1600 m, l'étage subalpin est caractérisé par l'épicéa dans sa partie inférieure et surtout par le mélèze au-dessus. L'étage montagnard, qui descend jusqu'à 800 m, est composé de chênes pubescents, de hêtres et de pins sylvestres. Au-dessous, se trouve l'étage méditerranéen (collinéen hors de Méditerranée).

9Les versants abrupts sont incisés par de nombreuses ravines qui évacuent les débris de pente vers les fonds de vallée. La Vésubie possède un caractère torrentiel. Son cours s'étire sur un plus de 45 km et présente un gradient hydraulique moyen de 10°. Elle s'écoule principalement sur un substrat cristallin dans sa partie amont et sur des roches sédimentaires épimétamorphisées dans sa partie aval. Les caractéristiques topographiques et hydrographiques de cet environnement montagnard, auxquelles s'ajoute le régime pluviométrique typique du climat méditerranéen, favorisent un temps de concentration court, susceptible de déclencher en quelques heures une crue torrentielle brutale et localisée (pics des hauteurs d'eau en automne et au printemps). Enfin, les berges sont constituées de dépôts morainiques, hétérométriques, peu consolidés, facilement mobilisables lors de crues.

10Les crues torrentielles et les glissements de terrain font partie de l'histoire de ce territoire et notamment les épisodes méditerranéens intenses (P. CARREGA, 1995). La carte historique des crues du PPR inondations de Saint-Martin-Vésubie mentionne 17 crues au XXème siècle. La période de retour des principales crues de la Vésubie est estimée entre 20 et 100 ans. Les cumuls de précipitations peuvent être exceptionnels. Lors des épisodes successifs d'octobre et novembre 1926, ce sont plus de 1712 mm de précipitations qui sont tombés en l'espace de trois semaines, dont 750 mm en cinq jours, à Venanson proche de Saint-Martin-Vésubie (R. BLANCHARD, 1927). Les événements les plus récents ayant touché la Vésubie datent de novembre 2014 et décembre 2019. En 2014, jusqu'à 300 mm de précipitations sont tombés en deux jours sur le secteur, la Vésubie atteignant ainsi 5,18 m de hauteur d'eau et un débit de 480 m3/s à la station d'Utelle (lien 1), alors qu'habituellement le débit ne dépasse pas 4 m3/s. La crue de décembre 2019 a atteint 3,54 m de hauteur d'eau pour un débit de 187 m3/s. Comparativement à ces deux crues, celle d'octobre 2020 surpasse les valeurs connues, avec 7 mètres de hauteur d'eau et un débit probablement très supérieur à 700 m3/s à la station d'Utelle (lien 1).

11En plus des crues torrentielles, la vallée de la Vésubie est sujette aux glissements de terrain, parfois destructeurs, comme ceux du 24 novembre 1926 qui, suite aux inondations, ont touché plusieurs communes, telles que celles de Figaret, Utelle, Lantosque, Bollène-Vésubie et Roquebillière. Dans cette dernière, 19 personnes ont perdu la vie, 20 maisons ont été détruites et une partie du village a été reconstruit en rive droite de la Vésubie (R. BLANCHARD, 1949).

3 ) L'événement hydrométéorologique extrême du 2 octobre 2020

12La catastrophe du 2 octobre 2020 s'explique par la conjonction de divers phénomènes météorologiques, à commencer par la remontée, via la Méditerranée, de vents violents issus de la tempête Alex, une dépression formée à 300 km à l'ouest de la Bretagne. La progression rapide de ces vents et des masses d'air chargées en humidité dans la vallée de la Vésubie a ainsi provoqué d'abondantes pluies orographiques.

13Le village de Saint-Martin-Vésubie a reçu plus 500 mm de précipitations, soit près de 40 % des apports annuels moyens en seulement 24h. Selon la station EDF de Saint-Martin-Vésubie, les cumuls horaires auraient atteint jusqu'à 63 mm, avec des pics aux alentours de 13 et 17 heures TU et un total de 295 mm en 6 heures (P. CARREGA et N. MICHELOT, 2021). Ces données de précipitations constituent des records pour la station et pour le département des Alpes-Maritimes (Vigicrues, 2020).

14Les hauteurs d'eau mesurées sur la Vésubie sont également remarquables. Au pont du Cros à Utelle, après le début des précipitations vers 10h00 TU, le niveau de l'eau est passé de 69,4 cm (5,43 m3/s) à 11h00 TU à 671,2 cm (644 m3/s) à 15h45 (Hydroportail - lien 2). La station a été détruite par la crue, mais le débit est resté supérieur à 700 m3/s pendant près de quinze heures.

15L'étude du contexte et du déroulement de l'évènement du 2 octobre 2020 a permis de mettre en lumière les nombreux impacts et conséquences de la crue. Ces derniers ont été analysés à partir des méthodes et outils du RETEX (G.Y. KERVERN et J.L. WYBO, 2002 ; W. VAN WASSENHOVE et E. GABOLINO, 2008).

III - Méthodes et outils

16L'évaluation des impacts hydrogéomorphologiques et de la vulnérabilité des réseaux dans la vallée de la Vésubie a fait l'objet d'un RETEX à t+5 mois (en avril 2021). Malgré une intervention rapide sur le terrain, la nécessité de reconstruire et de se protéger a perturbé l'empreinte de la crue et a modifié son interprétation géomorphologique en raison du remaniement du lit du cours d'eau par la création de pistes de chantier ou de nouvelles digues. L'approche abordée par ce RETEX a ainsi nécessité différentes méthodes et outils (aéronef de type Mavic DJI, vidéos et photographies aériennes, télémètre et clinomètre) sur les trois communes les plus touchées : Saint-Martin-Vésubie, Roquebillière et Lantosque.

1 ) Évaluation des évolutions hydrogéomorphologiques

a. Cartographie de l'enveloppe de crue et levés des plus hautes eaux

17L'analyse des évolutions hydrogéomorphologiques nécessite avant tout de déterminer l'enveloppe de la crue, c'est-à-dire son emprise maximale (M. MASSON et al., 1996 ; J.L. BALLAIS, 2006 ; F. VINET, 2010 ; J.L. BALLAIS et al., 2011). Cette méthode naturaliste a été éprouvée lors des inondations qui ont touché le Sud de la France, notamment dans les comparaisons entre zones inondées et zones inondables, lui conférant une indéniable légitimité (J.L. DELGADO, 2006 ; A. MONTANÉ, 2014 ; T. REY et al., 2016 ; A. MONTANÉ et al., 2017 ; F. VINET et al., 2019). La zone inondée a été cartographiée à partir des images de l'IGN réalisées au lendemain de la crue, lesquelles ont été comparées aux photographies anciennes et aux images satellitaires acquises avant l'événement, disponibles sur le site Géoportail (plateforme nationale de diffusion des données couvertes par la directive INSPIRE). L'analyse hydrogéomorphologique a été complétée grâce à l'exploitation d'autres ressources photographiques disponibles (communication orale : G. GUIGUE, 2020), ainsi que par des observations et des mesures de terrain : mesure des hauteurs d'eau maximales atteintes lors de la crue à partir des laisses de crue ou des marques dans les maisons, des traces d'écorces arrachées où encore des hauteurs d'engravement (Photos 1).

Photos 1 - Impacts de la crue torrentielle. [clichés : C. CHEVRET, 2021]

Photos 1 - Impacts de la crue torrentielle. [clichés : C. CHEVRET, 2021]

a : laisses de crues autour d'un tronc d'arbre dans le lit de la Vésubie. b : engravement en amont d'un pont. c : marques de la hauteur maximale atteinte par les eaux sur le mur d'une habitation. d : glissement de terrain à Saint-Martin-Vésubie.

18Le tableau II fournit les largeurs de la section mouillée et les hauteurs d'eau maximales correspondant aux pics de crue mesurées sur le terrain en divers points du Boréon et de la Vésubie, du lac du Boréon en amont jusqu'à la sortie de la commune de Lantosque en aval (voir Fig. 1). Les valeurs obtenues montrent combien la montée des eaux et l'expansion de la crue ont été variables en fonction des conditions topographiques.

Tableau II - Largeur de la section mouillée et hauteur d'eau en pointe de crue mesurées à partir des indices de terrain en divers points des cours du Boréon et de la Vésubie.

Tableau II - Largeur de la section mouillée et hauteur d'eau en pointe de crue mesurées à partir des indices de terrain en divers points des cours du Boréon et de la Vésubie.

1,,2, 3 : le Boréon, de l'amont vers l'aval. 6, 5, 4 : la Vésubie de l'amont vers l'aval, en amont de la confluence (6 et 5) et à la confluence (4) avec le Boréon. 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13 : la Vésubie de l'amont vers l'aval, depuis l'aval de la confluence avec le Boréon (7) jusqu'à l'aval immédiat de Lantosque.

b. Évaluation des impacts géomorphologiques

19Les visites de terrain ont permis d'analyser les impacts géomorphologiques de la crue, tels que l'incision et l'exhaussement des fonds de vallon, l'extension des cônes de déjection, les changements de la bande active et les ajustements des lits fluviaux (F. LIÉBAULT et al., 2005 ; J.R. MALAVOI et J.P. BRAVARD, 2010), les mouvements de terrain et les effets des aménagements sur la dynamique fluviale. L'analyse morphométrique de la Vésubie a été réalisée à partir des 13 profils en travers dressés dans l'enveloppe de crue. Concernant le vallon de la Madone, l'étude a été moins poussée, étant donné les difficultés d'accessibilité au site (routes et ponts détruits, instabilité des berges) au moment des relevés.

2 ) Évaluation des dommages aux bâtiments

20Saint-Martin-Vésubie, Roquebillière et Lantosque comptent parmi les communes les plus endommagées de la vallée de la Vésubie en terme de pertes matérielles. Un diagnostic d'endommagement du bâti a été réalisé sur 342 bâtiments. Dix critères d'évaluation des dommages sur les bâtiments (CEPRI, 2010) ont été choisis (Tab. III) pour établir une typologie d'endommagement du bâti et distinguer les bâtiments détruits, endommagés ou peu / pas endommagés (Fig. 3).

Tableau III - Critères d'évaluation des dommages sur les bâtiments.

Tableau III - Critères d'évaluation des dommages sur les bâtiments.

Figure 3 - Typologie d'endommagement du bâti en fonction des différents critères.

Figure 3 - Typologie d'endommagement du bâti en fonction des différents critères.

3 ) Évaluation des réseaux fortement dégradés

21L'évaluation des dommages aux réseaux s'est appuyée sur des images satellitaires postérieures à la crue (images IGN) et les observations de terrain, complétées par des prises de vue par drone pour localiser les points de rupture. La cartographie des coupures sur les réseaux a également été enrichie par les documents des services de la Métropole de Nice et des entretiens avec les opérateurs des réseaux concernés (eau, assainissement, électricité et route). Ces derniers ont aussi permis de renseigner l'état d'avancement des travaux sur les différentes communes, ainsi que leur nature, provisoire ou permanente. Les témoignages des habitants ont également permis d'aider à compléter cette cartographie des endommagements subis par les réseaux. La figure 4 illustre, de façon synthétique, les réseaux endommagés et l'engrenage des conséquences.

Figure 4 - Impacts et interdépendance des réseaux lors de la crue du 2 octobre 2020.

Figure 4 - Impacts et interdépendance des réseaux lors de la crue du 2 octobre 2020.

IV - Le fond de vallée refaçonné par la crue torrentielle

1 ) Un élargissement considérable du lit fluvial

22La crue torrentielle a considérablement affecté la morphologie du lit de la Vésubie, les vallons ainsi que les versants de vallée. Les images fournies par l'IGN au lendemain de la crue soulignent une modification radicale du lit fluvial (voir Fig. 6). Le transport solide intense a, en quelques heures, modifié l'aspect des cours de la Vésubie et du Boréon, déposant des matériaux hétérométriques à certains endroits et en érodant à d'autres. Le tracé rectiligne a laissé place à un style en tresse, en lien avec l'élargissement de la bande active qui, depuis longtemps, s'était contractée par absence de crue morphogène ; la contraction a débuté dans le sud du massif alpin à la fin du Petit Âge Glaciaire (G. BROUSSE et al., 2011) et a été localement accentuée par les pressions anthropiques (digues, ponts, seuils). L'élargissement de la bande active et les espaces d'aggradation et d'incision dans le fond de vallée correspondent à l'ajustement morpho-sédimentaire du lit fluvial à ce forçage hydrométéorologique extrême. La largeur de la bande active de la Vésubie a été multipliée par cinq, voire par dix, dans certaines portions de la vallée. Les matériaux ont exhaussé le plancher alluvial de plusieurs mètres (Fig. 5).

Figure 5 - Impacts géomorphologiques de la crue torrentielle de la Vésubie à Saint-Martin-Vésubie.

Figure 5 - Impacts géomorphologiques de la crue torrentielle de la Vésubie à Saint-Martin-Vésubie.

Sources : BD Ortho 2019 et BD Ortho octobre 2020, crédits IGN 2020.
À gauche, l'image de 2019 illustre la contraction de la bande active depuis plusieurs décennies (le trait bleu délimite la crue du 2 octobre), favorisant la reconquête par la ripisylve des marges des bandes actives. À droite, l'image du 3 octobre 2020 présente les effets brutaux de la crue morphogène tels que l'élargissement de la bande active et le recul des berges, la végétation arrachée, l'incision verticale du lit, la mobilisation considérable d'une charge solide et la destruction des bâtiments situés dans le fond du lit.

23Les matériaux proviennent de plusieurs sources, tels que les versants et les petits vallons torrentiels (caractérisés par un profil en long à pente forte), la charge des fonds de cours d'eau, les matériaux issus des glissements de terrain (dont les glissements de berge). Les principaux engravements se situent au niveau des gorges et des ponts, qui sont autant de verrous hydrauliques, des berges, dont le recul a libéré des matériaux, et des confluences (Fig. 6, 7, 8). La torrentialité des ravines a été remarquable. L'augmentation de leur capacité s'est traduite par une incision et donc la mise en mouvement des matériaux des fonds de lit. Une partie de la charge des ravines (et des versants) s'est accumulée aux confluences avec la Vésubie, formant des cônes de déjection, alors qu'une autre partie a été évacuée par la Vésubie (Fig. 7).

Figure 6 - MNT différentiel représentant l'évolution du stock sédimentaire à Saint-Martin-Vésubie entre septembre 2020 (MNT à 5 m) et le 3 octobre 2020 (MNT à 1 m).

Figure 6 - MNT différentiel représentant l'évolution du stock sédimentaire à Saint-Martin-Vésubie entre septembre 2020 (MNT à 5 m) et le 3 octobre 2020 (MNT à 1 m).

Fond de figure : BD Topo 2019, crédits IGN 2020.
Les clichés de la zone 1 illustrent la puissance de la crue avec l'arrachage de la végétation, la réactivation de la bande active et un engravement vertical de plusieurs mètres. Le cliché de la zone 2 illustre le recul des berges par sapement et glissement et la mise en péril des habitations situées sur les berges.

Figure 7 - Impacts morpho-sédimentaires de la crue torrentielle le long de la vallée de la Vésubie.

Figure 7 - Impacts morpho-sédimentaires de la crue torrentielle le long de la vallée de la Vésubie.

Fond de figure : BD Topo 2019, crédit IGN 2020.
Zone 1 : déviation des écoulements depuis la rive opposée où se situe la digue du Mountain Park. Zone 2 : glissements de terrain et formation d'un cône de déjection au débouché d'un affluent. Zone 3 : cône de déjection et recul des berges (100 m environ) en rive droite de la Vésubie.

Figure 8 - Verrous hydrauliques et impacts morpho-sédimentaires de la crue torrentielle à Lantosque.

Figure 8 - Verrous hydrauliques et impacts morpho-sédimentaires de la crue torrentielle à Lantosque.

Fond de figure : BD Topo 2019, crédit IGN 2020.
Zone 1 : forte incision du lit fluvial encadré par des versants abrupts. Zone 2 : ablation de la rive gauche puis embâcle au niveau du verrou hydraulique naturel.

2 ) Des berges déstabilisées par la puissance de la crue

24L'un des points remarquables dans l'événement du 2 octobre 2020 est le recul des berges. La variation brutale du niveau d'eau de la Vésubie et la puissance du courant ont déstabilisé les berges et provoqué de nombreux glissements de berge. Toutefois le taux de recul n'est pas homogène. Par exemple, à Saint-Martin-Vésubie, une nette dichotomie apparaît d'une rive à l'autre dans le vallon du Boréon (Fig. 6 et 7) : en rive droite, le recul des berges atteint 30 à 70 mètres et jusqu'à 100 mètres par endroits, alors que la rive gauche, plus résistante et endiguée localement, a mieux résisté au courant, qu'elle a même parfois réfléchi en partie vers la rive opposée. C'est ainsi que la rive située en face des digues du Mountain Park a reculé d'au moins 16 mètres (Fig. 7). Un autre secteur caractéristique des effets de site se situe en aval de la confluence Vésubie - Boréon : le verrou hydraulique formé par la confluence et le tracé fluvial plus sinueux a orienté cette fois l'énergie du courant vers la rive gauche, si bien que celle-ci, davantage exposée que la rive droite, a reculé de plus de 60 mètres (Fig. 7).

25Les observations de terrain ont révélé, a minima, 69 mouvements de terrain le long de la rivière, 43 sur la commune de Saint-Martin-Vésubie (Fig. 7), 17 sur celle de Roquebillière et 9 sur la commune de Lantosque (Fig. 8). Les conséquences ont été particulièrement graves : destruction des ouvrages d'art et effondrement des habitations, dont certaines occupées, ce qui a entraîné des pertes humaines.

V - Typologie et répartition des dommages subis par les constructions exposées aux aléas torrentiels et gravitaires

1 ) L'endommagement du bâti

26La typologie d'endommagement du bâti sur les trois communes a permis de désigner, d'abord par photo-interprétation, puis sur le terrain, 162 bâtiments comme étant détruits, 38 endommagés et 142 peu ou pas endommagés dans la zone de la crue de 2020 ou à proximité (Tab. IV).

Tableau IV - Typologie des dommages des bâtiments touchés dans les trois communes d'étude.

Tableau IV - Typologie des dommages des bâtiments touchés dans les trois communes d'étude.

27La commune de Saint-Martin-Vésubie compte à elle seule 126 bâtiments détruits, dont trois établissements publics (gendarmerie, caserne des pompiers, station d'épuration), 14 bâtiments commerciaux, industriels et touristiques (brasserie, menuiserie, camping...) et 109 bâtiments résidentiels (Fig. 9). on y relève aussi 24 bâtiments endommagés, dont 6 à vocation commerciale, industrielle et/ou touristique, et 18 à vocation résidentielle. Enfin, parmi les 81 bâtiments peu ou pas endommagés, 6 avaient une fonction commerciale et 75 une fonction résidentielle.

Figure 9 - Endommagement du bâti et des infrastructures dans l'espace du Boréon à Saint-Martin-Vésubie.

Figure 9 - Endommagement du bâti et des infrastructures dans l'espace du Boréon à Saint-Martin-Vésubie.

Sources : BD Topo 2019, crédit IGN, pour le fond de figure, et services de la Métropole Nice - Côte d'Azur (MNCA, 2021), pour les photographies.

28La gendarmerie de Saint-Martin-Vésubie, en grande partie détruite par la crue, a été démolie le 22 octobre 2020, au même titre que le pont de Venanson. Les bâtiments endommagés et peu endommagés situés dans l'enveloppe de crue ne seront pas tous détruits ou reconstruits ; leur devenir dépend désormais du zonage du Porter à Connaissance réalisé quelques mois après la catastrophe (voir chapitre VI).

29À Roquebillière, ce sont essentiellement les entreprises et les entrepôts qui ont été endommagés par la crue, les habitations étant relativement beaucoup moins touchées. Parmi les 31 bâtiments détruits 16 avaient une vocation commerciale, agricole, de service ou industrielle et 15 une fonction résidentielle (Fig. 10). Pour les bâtiments endommagés, 8 avaient une vocation industrielle ou agricole et 4 une fonction résidentielle. Enfin, les bâtiments peu ou pas endommagés sont au nombre de 47 : 18 à vocation commerciale, industrielle, agricole ou de service et 29 à fonction résidentielle. L'occupation du fond de vallée, dans la bande active du cours d'eau, explique en partie le nombre et l'intensité des dommages.

Figure 10 - Endommagement du bâti et des infrastructures à Roquebillière.

Figure 10 - Endommagement du bâti et des infrastructures à Roquebillière.

Sources : BD Topo 2019, crédit IGN, pour le fond de figure, et services de la Métropole Nice - Côte d'Azur (MNCA, 2021), pour les photographies.

30À Lantosque, 5 bâtiments ont été détruits : 1 à vocation commerciale ou de service et 4 à vocation résidentielle. Deux bâtiments à vocation résidentielle ont été endommagés et 14 bâtiments peu ou pas endommagés, dont 2 à vocation commerciale et 12 à vocation résidentielle (Fig. 11). La plupart des bâtiments endommagés se situaient sur les berges du lit majeur.

Figure 11 - Endommagement du bâti et des infrastructures à Lantosque.

Figure 11 - Endommagement du bâti et des infrastructures à Lantosque.

Sources : BD Topo 2019, crédit IGN 2020, pour le fond de figure, et services de la Métropole Nice - Côte d'Azur (MNCA, 2021), pour les photographies.

2 ) Des réseaux critiques mis à mal mais rapidement réparés

31En raison de leur interdépendance, les coupures et dysfonctionnements des réseaux se sont propagés sur le territoire, mettant à mal la sécurité, mais aussi l'économie, des communes de Saint-Martin-Vésubie, Roquebillière et Lantosque. Le RETEX a permis d'identifier la vulnérabilité et l'endommagement des réseaux critiques et leurs conséquences (effet domino), ainsi que leur remise en état dans la phase post-crise.

a. Le réseau routier

32Le réseau routier est sans conteste celui ayant le plus souffert lors de la crue. Sur les trois communes, les routes ont été en partie détruites sous l'effet du sapement des berges, des glissements de terrain et de la déstabilisation des accotements. La crue torrentielle a emporté les ponts, ce qui, dans le même temps, a entraîné la destruction des réseaux d'eau, d'assainissement et d'électricité empruntant les ponts sous leur tablier. Les trois communes se sont retrouvées totalement isolées du reste de la vallée et inaccessibles par voie terrestre (Fig. 12). La gestion post-crise a permis de rouvrir rapidement, le jour même ou le lendemain de l'évènement, plusieurs portions de route sur les communes de Roquebillière et de Saint-Martin-Vésubie. Toutefois, malgré ces ouvertures rapides, certaines communes ont attendu plusieurs semaines avant d'être totalement désenclavées, leur accessibilité dépendant du rythme des travaux.

Figure 12 - Dommages sur les réseaux routiers de la Métropole au 2 octobre 2020 (d'après les données fournies par le Service Routier de la Métropole en 2020).

Figure 12 - Dommages sur les réseaux routiers de la Métropole au 2 octobre 2020 (d'après les données fournies par le Service Routier de la Métropole en 2020).

Fond de figure : BD Ortho 2019, crédit IGN 2020.

33Les communes de Saint-Martin-Vésubie, Roquebillière et Lantosque sont restées sans moyen de communication entre elles jusqu'à mi-octobre et c'est seulement à partir du 25 novembre 2020 que les routes menant à la vallée de la Vésubie ont pu être rouvertes entièrement.

34Dans la commune de Saint-Martin-Vésubie, les travaux de reconstruction ou de consolidation des routes et des ponts ont commencé dès octobre 2020, ainsi que la construction d'un rond-point pour améliorer la connexion entre les routes coupées lors de la crue. Les dégâts occasionnés aux ponts sur le Boréon (pont des Trois Ponts, détruit ; pont Maïssa, emporté ; pont Venanson, fragilisé et démantelé le 22 octobre 2021 ; et pont du Passage Soleri, détruit, ‒ voir la localisation des trois premiers sur la figure 13) a été rapidement palliée par la mise en place d'une passerelle précaire au niveau du village, puis de gués dotés de buses. En décembre 2020, un pont provisoire a été ouvert pour remplacer le pont Maïssa. De même, un pont métallique provisoire permet la liaison avec le village de Venanson. Dans le vallon de la Madone, plusieurs portions de route ont été réparées et une piste accessible à pied ou en 4x4 a été créée dans la rivière pour accéder au site de la Madone des Fenestres, mais celle-ci est restée inaccessible en voiture jusqu'en juillet 2022. Dans ce secteur, les travaux prennent désormais en compte le nouveau zonage des risques et les prescriptions du Porter à Connaissance (PAC) établi en début d'année 2021 (PAC, 2021).

35À Roquebillière, le pont de la Bourgade a été intégralement refait à neuf et les routes sont désormais entièrement rétablies.

36La commune de Lantosque a été partiellement désenclavée le 12 octobre 2020 après la réparation de la route Bollène-Vésubie, mais elle est restée inaccessible par la route principale de la vallée (RM 2565) jusqu'au 22 octobre 2020.

37Pratiquement deux ans après la catastrophe, les routes sur les communes de Roquebillière et Lantosque sont de nouveau opérationnelles et entièrement reconstruites. Seules les zones du Boréon et de la Madone sont encore en travaux.

38Au total, nous estimons que 35 km de routes principales et 15 km de routes secondaires ont été totalement ou partiellement détruits, dont 22 km dans les vallons de la Madone de Fenestre et du Boréon. La RM 2565, principale route de la vallée de la Vésubie, a été coupée en 9 endroits.

b. Les réseaux d'eau et d'assainissement

39Les réseaux d'eau et d'assainissement sont considérés comme des réseaux dits "critiques" en raison de leur importance primordiale au niveau sanitaire (consommation, utilisation), mais également en raison de leur interdépendance et de leur dépendance au réseau électrique. Dans le cas des communes de Saint-Martin-Vésubie, Roquebillière et Lantosque, les réseaux d'eau et d'assainissement sont exposés du fait de leur proximité avec la rivière.

40Au total, le coût de l'ensemble des actions d'urgence consécutives à l'épisode a été estimé à 165 millions d'euros (Conseil métropolitain, 21 octobre 2021).

41Le réseau d'eau a été détruit sur environ 13 km entre le site du Boréon et le village de Saint-Martin-Vésubie, ce qui a en outre affecté divers captages et sources (Fig. 13). Plusieurs raccordements et canalisations ont donc été remplacés de façon provisoire, en attendant les canalisations permanentes et la fin des travaux de reconstruction, de renforcement et de raccordement.

Figure 13 - Dommages sur le réseau d'eau à Saint-Martin-Vésubie (données issues de l'entretien avec J.C. FRIES, 2021).

Figure 13 - Dommages sur le réseau d'eau à Saint-Martin-Vésubie (données issues de l'entretien avec J.C. FRIES, 2021).

Fond de figure : BD Topo 2019, crédit IGN 2020.

42La commune de Roquebillière a perdu la source des Rues, le captage de la source de Fontan, ainsi que plusieurs canalisations le long de la rivière et de l'usine EDF. De nombreux travaux y sont à venir, comme sur la commune de Saint-Martin-Vésubie. Plusieurs chantiers de reconstruction et de remise en état ont été réalisés, notamment la reconstruction du vieux pont de la Bourgade, mais d'autres sont encore en prévision.

43Quant à la commune de Lantosque, si l'alimentation n'a pas été coupée, l'eau y est restée impropre à la consommation pendant une semaine. La commune a tout de même dû réparer plusieurs canalisations endommagées, dont une permettant de fournir le village en eau l'été.

44Le réseau d'assainissement de Saint-Martin-Vésubie aurait quant à lui perdu 50 % de ses canalisations en gravitaire (communication orale : V. SANFELIX, 2020), ainsi que sa station d'épuration, ce qui a entraîné un rejet des eaux usées dans la Vésubie (Fig. 14). Les ruptures des réseaux d'eau et d'assainissement se situent surtout en rive droite du Boréon, à la confluence des cours d'eau et au niveau des ouvrages d'art.

Figure 14 - Dommages sur le réseau d'assainissement de Saint-Martin-Vésubie (données issues des entretiens avec V. SANFELIX et E. CLAR, 2021).

Figure 14 - Dommages sur le réseau d'assainissement de Saint-Martin-Vésubie (données issues des entretiens avec V. SANFELIX et E. CLAR, 2021).

Fond de figure : BD Topo 2019, crédit IGN 2020.

45En attendant la reconstruction définitive des routes, plusieurs canalisations et stations d'épuration physico-chimiques provisoires ont été mises en place entre novembre et décembre 2020 à Saint-Martin-Vésubie (trois stations) et Roquebillière (deux stations). À la fin de l'année 2021, plusieurs quartiers de Saint-Martin-Vésubie et Roquebillière ont pu être raccordés aux stations provisoires, mais plusieurs zones sont encore en attente du renouvellement des réseaux. Concernant l'assainissement, la seule canalisation qui a été détruite à Lantosque pendant la crue, a été remplacée dans les semaines suivant la catastrophe. À Lantosque également, la station d'épuration du Fourcat a été rapidement réhabilitée après sa destruction.

c. Le réseau électrique

46Le réseau électrique géré par ENEDIS sur les communes de Saint-Martin-Vésubie et de Lantosque a également souffert du passage de la crue. Dans le cas de Saint-Martin-Vésubie, le réseau électrique a rapidement été mis hors service le jour de la catastrophe (16h00), en raison de la destruction ou de l'endommagement des équipements (postes sources, routes, ponts, centrale hydroélectrique...) (Fig. 15). Trente-sept groupes électrogènes ont donc été mis en place par ENEDIS et l'électricité a été rétablie à 90 % en moins d'une semaine, ce qui a nécessité la mise en place de nouvelles lignes et postes techniques, mais aussi l'implantation sommaire de 17 kilomètres de câbles posés à même le sol. Les dégâts ont été estimés autour de 15 millions d'euros (Mairie de Saint-Martin-Vésubie, 2020)

Figure 15 - Dommages sur le réseau électrique à Saint-Martin-Vésubie (données issues de l'entretien avec G. GUIGE, 2021).

Figure 15 - Dommages sur le réseau électrique à Saint-Martin-Vésubie (données issues de l'entretien avec G. GUIGE, 2021).

Fond de figure : BD Topo 2019, crédit IGN 2020.

47Au printemps 2022, si les travaux avaient progressé, plus de 300 chantiers restaient en cours, la plupart ralentis par la fermeture prolongée de certains axes routiers. Les lignes autour du noyau central de Saint-Martin-Vésubie demeuraient donc provisoires, en attendant la reconstruction définitive des routes par la Métropole prévue à l'été 2022. L'usine EDF en aval de la commune devrait également être reconstruite très prochainement, ainsi que les spots au lac du Boréon et dans le vallon de la Madone.

48À Roquebillière, le réseau électrique a également souffert de l'endommagement de sa centrale EDF, du poste de répartition HTA/HTA, ainsi que de plusieurs lignes (Fig. 16). Les réparations effectuées par la Régie municipale d'électricité ont permis un retour à la normale le soir même de la catastrophe pour le village et un peu plus tard pour le reste de la commune. De façon générale, la Régie d'électricité de Roquebillière a rapidement réagi et de nombreuses lignes ont été en bonne partie réparées dans les semaines suivantes. La micro-usine de la Régie, en partie détruite par la crue, devrait être reconstruite au même endroit.

Figure 16 - Dommages sur le réseau électrique à Roquebillière (données issues de l'entretien avec S. DANIEL, 2021).

Figure 16 - Dommages sur le réseau électrique à Roquebillière (données issues de l'entretien avec S. DANIEL, 2021).

Fond de figure : BD Topo 2019, crédit IGN 2020.

49Dans la commune de Lantosque, les coupures d'électricité n'ont pas duré extrêmement longtemps. Le courant a été rétabli le soir même dans le centre urbain et une semaine après dans les quartiers du pont du Martinet (communication orale : E. CLAR).

VI - Réduire les trajectoires de vulnérabilité et de fragilité des communautés montagnardes

1 ) L'actualisation des plans de gestion des risques naturels

50La commune de Saint-Martin-Vésubie, qui connaît une récurrence des crues de la Vésubie et du Boréon (1937, 1951,1965, 1992, 1997, 2002...), est dotée d'un Atlas des Zones Inondables (AZI) depuis 2006 et d'un PPRI approuvé en 2002 (PPRI, 2002).

51En comparant l'AZI à l'enveloppe de crue du 2 octobre 2020, on constate que la limite du lit majeur correspond assez bien à l'ampleur spatiale de l'aléa inondation. En effet, seuls 6 % des habitations détruites se situaient hors zone AZI.

52Concernant le PPRI, 160 bâtiments considérés en zone à risque majeur (zone rouge) ont été détruits ou endommagés, tandis que 56 bâtiments non répertoriés dans la zone à risque majeur du PPRI ont été détruits (Fig. 17). Le zonage du PPRI a été établi pour une crue de référence de type centennal, dont les limites spatiales ont été dépassées par l'intensité de la crue du 2 octobre 2020. Par ailleurs, les mouvements de terrain ne sont pas intégrés au zonage des risques dans le PPRI, alors que ceux-ci ont été nombreux et dommageables en limite du lit majeur.

Figure 17 - Comparaison de l'enveloppe de crue délimitée au 2 octobre 2020 avec les zonages PPRI (à gauche) et AZI (à droite) à Saint-Martin-Vésubie.

Figure 17 - Comparaison de l'enveloppe de crue délimitée au 2 octobre 2020 avec les zonages PPRI (à gauche) et AZI (à droite) à Saint-Martin-Vésubie.

Fond de figure : BD Topo 2019, crédit IGN 2020.
Source des données : DREAL Provence - Alpes - Côte-d'Azur.

53Roquebillière possède un PAC dans le cadre de l'aléa inondation et laves torrentielles datant de 2004. Cette commune dispose d'un PPR mouvements de terrain (2005) et d'un PPRI (2001) avec une procédure d'actualisation lancée en 2018 mais a priori non aboutie. Les zones d'aléas du PAC correspondent peu ou prou aux limites des lits fluviaux présentées dans l'AZI. La figure 18 souligne que les bâtiments détruits se situaient majoritairement en zone d'aléa modéré, notamment en raison de la présence des digues et de l'élargissement du lit par endroit. Au demeurant, les 12 bâtiments endommagés et les 31 détruits par la crue se trouvaient dans le lit majeur de ce PAC (Fig. 18). Le quartier de la Bourgade ainsi que celui du vieux-village sont inscrits comme étant en zone d'aléa faible en raison de la présence des digues, mais ils restent néanmoins des zones à risque à considérer.

Figure 18 - Comparaison de l'enveloppe de crue délimitée au 2 octobre 2020 avec le zonage du PAC (à gauche) et AZI (à droite) à Roquebillière.

Figure 18 - Comparaison de l'enveloppe de crue délimitée au 2 octobre 2020 avec le zonage du PAC (à gauche) et AZI (à droite) à Roquebillière.

Fond de figure : BD Topo 2019, crédit IGN 2020.
Source des données : DREAL Provence - Alpes - Côte-d'Azur.

54La commune de Lantosque ne dispose que d'un PPR mouvements de terrain et séisme (2001), ainsi que de l'enveloppe de crue de l'AZI. Cette dernière montre un tracé du lit majeur très proche des limites inondées lors de la crue de 2020. Pourtant cinq maisons installées dans le lit majeur ont été détruites et deux endommagées, notamment des habitations situées sur les berges de ce lit.

2 ) Une nouvelle enveloppe de crue, de nouveaux enjeux pour une nouvelle cartographie des risques

55À la suite de la crue du 2 octobre 2020, un PAC a été publié en mars 2021, afin d'actualiser le zonage des zones inondables dans la vallée de la Vésubie. Il se superpose au PPRI existant. Trois principales zones à risque ont été délimitées : la zone d'exposition directe, la zone d'exposition rapprochée et la zone d'analyse au cas par cas (Fig. 19).

Figure 19 - Nouveau PAC "aléas crues torrentielles et mouvements de terrain" à Saint-Martin-Vésubie.(d'après les données du PAC, 2021).

Figure 19 - Nouveau PAC "aléas crues torrentielles et mouvements de terrain" à Saint-Martin-Vésubie.(d'après les données du PAC, 2021).

Fond de figure : BD Topo 2019, crédit IGN 2020.
Source des données : PAC (2021).

56La zone d'exposition directe correspond à "la zone où des phénomènes particulièrement dangereux pour les vies humaines ont été observés ou sont manifestement susceptibles de se produire" (PAC, 2021). Elle dessine la surface inondée par la crue de 2020 et englobe les mouvements de terrain, l'instabilité des berges et des talus, ainsi que les bâtiments classés en noir ou en rouge suite au diagnostic bâtimentaire (Préfet des Alpes Maritimes, 2021). C'est une zone inconstructible, sauf pour les constructions et les installations techniques liées à la gestion et à l'utilisation du cours d'eau et à l'exploitation des services publics ou d'intérêt général et collectif (eau potable, assainissement, énergie, télécommunication, irrigation...). Toutefois ces bâtiments doivent faire l'objet d'une occupation humaine limitée et d'une résistance aux dommages en cas de crue, tandis que les installations électriques doivent être situées hors d'eau. Les ouvrages publics de protection et d'aménagement contre les crues, les infrastructures publiques de transport, les ouvrages de franchissement des cours d'eau, les remblais, les accès à des constructions existantes et les aires et terrains de jeu sont également autorisés.

57La zone d'exposition rapprochée (en orange clair sur la figure 19) comprend une bande de 10 m de large le long de la zone d'exposition directe, ainsi que des secteurs plus étendus en lien avec la topographie et/ou l'hydrographie. Elle est considérée comme inconstructible.

58Enfin, la zone d'analyse au cas par cas (en jaune sur la figure), située dans une bande large de plusieurs dizaines de mètres autour de la zone d'exposition rapprochée, est potentiellement exposée à des risques résiduels non négligeables. Généralement peu impactée, elle correspond aux bâtiments classés jaune et vert dans la zone potentiellement constructible du PAC.

59Ce zonage soulève le problème de la relocalisation des enjeux situés dans les zones désormais inconstructibles. Mais comment relocaliser sur des territoires où le foncier est rare ? De plus, la zone dite "au cas par cas" crée un trouble sur la possibilité ou non de reconstruire son habitation au même endroit et sous quelles conditions.

3 ) Les actions prioritaires de la reconstruction en accord avec le nouveau PAC

60Après une telle catastrophe, la priorité est à la reconstruction. Il est aujourd'hui crucial pour ces communes d'apprendre à concilier développement du territoire et respect de l'espace de fonctionnement de la Vésubie en minimisant les travaux d'endiguement et de chenalisation.

61Les trajectoires de reconstruction sont asynchrones. Il y a eu tout d'abord les mesures prises dans l'urgence, comme la restauration rapide des réseaux stratégiques. Ceux-ci ont été rapidement remis en état, mais en grande partie rétablis à l'identique. La reconstruction est aussi sujette au déblocage des fonds : alors que l'arrêté Cat Nat a été rapidement déclaré (7 octobre 2020), l'enveloppe de 572 millions d'euros du fonds Barnier n'a été activée qu'en août 2021. La reconstruction est également ralentie en raison des contestations des montants proposés par les assureurs (procédures de contre-expertise), des refus de partir face à des prescriptions du PAC insuffisamment claires, et des manquements de la communication entre les élus et les citoyens. Puis il y a la reconstruction à moyen et long terme, qui combine des aspects de prévention, de protection et d'adaptation : citons, par exemple, la relocalisation d'enjeux sensibles comme la caserne des pompiers et la gendarmerie, la démolition/rénovation d'habitations et le rétablissement ou confortement de digues de protection en accord avec le PAC (2021) pour réduire le nombre de personnes exposées aux risques inondation et mouvements de terrain.

62La reconstruction des vallées s'intègre dans des projets d'aménagement, de développement et d'attractivité menés en collaboration avec le Centre Interministériel de la Participation Citoyenne et l'Agence Nationale de la Cohésion des Territoires. Les actions affichent le souci d'une approche participative associant les élus et les citoyens, et celui de reconstruire mieux (concept de Build Back Better ‒ W.J. CLINTON, 2006). Il s'agit de modifier les trajectoires de fragilité (C. CLAYES et A. ARNAUD, 2019) ou de vulnérabilité en renforçant, par différents leviers (économique ou architectural, par exemple), les capacités d'adaptation et de résilience de ce territoire de montagne. L'approche abordée par le Centre Interministériel va dans ce sens. En effet, lors d'une interview publiée le 21 février 2022, Xavier PELLETIER, préfet délégué chargé de la reconstruction des vallées, affirmait "l'opportunité de générer une vraie dynamique territoriale de renouveau et d'espoir" grâce à "une association inédite des maires et des habitants". Cette concertation "offrira des idées, des perspectives, qui viendront nourrir les ambitions pour l'avenir de ces territoires de montagne qui sont dotés de nombreux atouts". La concertation citoyenne s'est déroulée en janvier et février 2022. Elle a pris la forme d'ateliers prospectifs et participatifs avec les maires, d'une part, et les habitants, d'autre part, et d'une consultation en ligne. Cette concertation a fait émerger des projets pour renforcer l'adaptation et la résilience du territoire (DITP, 2022). Autour des axes définis, émerge "un autre équilibre avec la nature" dans lequel s'exprime la volonté de créer un modèle de territoire durable, résilient, doté d'une culture partagée du vivre avec le risque. Si chaque acteur joue son rôle et que les engagements des parties sont respectés, la crise peut devenir une opportunité pour instaurer une éthique préventive des reconstructions (A. MOATTY et F. VINET, 2016).

VII - Conclusion

63Les événements du 2 octobre 2020 ont révélé la vulnérabilité de la vallée de la Vésubie à des phénomènes naturels extrêmes. Les conséquences de la crue torrentielle ont été désastreuses et deux ans après la catastrophe, la vallée est encore en reconstruction.

64De notre étude, il ressort l'importante vulnérabilité des infrastructures et de tous les réseaux situés dans la bande active de la Vésubie et de ses affluents. Les dommages ont été considérables dans les fonds de vallée, là où se concentrent les activités, les établissements stratégiques (casernes de pompiers, gendarmeries...), les ouvrages d'art et les réseaux. Les dommages s'expliquent par la crue torrentielle, mais aussi par les mouvements de terrain, les phénomènes d'engravement et ceux d'érosion. Dans une perspective durable, les programmes de reconstruction doivent intégrer les changements hydromorphologiques de la vallée, en mesurant les modifications au niveau du lit et des berges (F. GOB et al., 2014). Comme l'indiquent L. SCHMIDT et al. (2013), l'important est de ne pas viser systématiquement le bon état de l'hydrosystème, mais plutôt un bon fonctionnement. En ce sens, le zonage du PAC 2021 intègre la diversité des aléas en montagne. Le PAC et les prescriptions doivent permettre aux communes de la vallée de la Vésubie de planifier les projets de reconstruction et de développement territorial dans un espace multirisque, en intégrant les effets dominos (création de PPR multirisques). De plus, il est nécessaire de généraliser la mise en place des Plans Communaux de Sauvegarde (PCS) et des outils clés (annuaires, procédures, moyens d'alerte des populations, centres d'accueil...) pour les communes rurales de montagne trop souvent dépourvues de ces outils. Il en va de la réduction de la vulnérabilité des sociétés montagnardes aux aléas naturels.

65La mise en évidence des impacts de cet événement catastrophique est particulièrement utile aux chercheurs, mais aussi aux acteurs de la gestion des risques. Le RETEX a permis de créer et de collecter de nombreuses données et de produire des cartes inédites sur un événement rare. Il participe à la connaissance d'un épisode extrême, qui restera ancré pendant de nombreuses années, voire des décennies, dans la mémoire individuelle et collective des habitants des vallées de la Vésubie et de la Roya. Bien entendu, le RETEX a l'ambition de servir aux gestionnaires des risques et c'est ici que la question du transfert des connaissances devient un autre challenge à relever.

Remerciements : Les auteurs tiennent à remercier toutes les personnes enquêtées sur le terrain, en particulier, Alain JARDINET, premier adjoint de Saint-Martin-Vésubie et ex-colonel du SDIS 06, Thomas MARCUCCI, secrétaire à la mairie de Roquebillière et Philippe TAHON, premier adjoint et membre des pompiers de Lantosque, Jean-Claude FRIES, responsable du réseau d'eau potable à Saint-Martin-Vésubie, Estelle CLAR et Vincent SANFELIX, chargés du rétablissement du réseau d'assainissement, Gérard GUIGE et Stéphane DANIEL, chargés du rétablissement du réseau électrique, Emmanuelle DETEVE, cheffe de projet SIG DGA infrastructures et exploitation à la Métropole de Nice et l'ensemble des habitants et sinistrés de la vallée de la Vésubie. Les auteurs remercient chaleureusement Stéphanie DEFOSSEZ, maître de conférences à l'université Paul Valéry - Montpellier 3, pour ses orientations et ses conseils avisés.

Haut de page

Bibliographie

BALLAIS J.L. (2006) - La cartographie hydrogéomorphologique. Bulletin de l'Association de Géographes Français, vol. 83, n° 4, p. 461-468.

BALLAIS J.L., CHAVE S., DUPONT N., MASSON É. et PENVEN M.J. (2011) - La méthode hydrogéomorphologique de détermination des zones inondables. Physio-Géo, vol. 5, collection "Ouvrages", 168 p.

BLANCHARD R. (1927) - La population des Alpes françaises en 1926. Revue de Géographie Alpine, vol. 15, n° 2, p. 337-341.

BLANCHARD R. (1949) - Les Alpes Occidentales, tome V. Les Grandes Alpes françaises du Sud. 1er volume. Édit. B. Arthaud, Grenoble et Paris, 514 p. + photos et cartes hors texte.

BROUSSE G., ARNAUD-FASSETTA G. et CORDIER S. (2011) - Évolution hydrogéomorphologique de la bande active de l'Ubaye (Alpes françaises du Sud) de 1956 à 2004 : contribution à la gestion des crues. Géomorphologie, vol. 17, n° 3, p. 307-318.

CARREGA P. (1995) - Les précipitations et la situation météorologique responsables de la crue exceptionnelle du Var, le 5 novembre 1994. Nimbus, n° 6-7, p. 68-73.

CARREGA P. et MICHELOT N. (2021) - Une catastrophe hors norme d'origine météorologique le 2 octobre 2020 dans les montagnes des Alpes-Maritimes. Physio-Géo, vol. 16, collection "Essais et documents", 70 p.

CEPRI (2010) - Le bâtiment face à l'inondation. Vulnérabilité des ouvrages. Aide mémoire. Édit. Centre Européen de Prévention du Risque d'Inondation, 39 p., en ligne.

CLAEYS C., ASLETT M., CONILH O., FRAYEZ T., GILBERT P. et ARNAUD A. (2019) - Le Alte Valli Alpine e il rischio di ritorno all'isolamento. Un'analisi basata sulle testimonianze degli attoridell'animazione sociale e culturale del Guillestrois-Queyras. In : Senso e prospettive del lavoro di comunità. Sguardi interdisciplinari attraverso le voci del territorio, F. ZAMENGO édit., Édit. Franco Angeli, Milan, p. 137-162, version en français en ligne sur HAL.

CLINTON W.J. (2006) - Lessons learned from tsunami. recovery. Key propositions for building back better. Édit. Office of the UN Secretary-General's, Special Envoy for Tsunami Recovery, New-York (USA), 24 p.

DAUPHINÉ A. et PROVITOLO D. (2013) - Les risques et les catastrophes des milieux littoraux et montagnards. In : Risques et catastrophes. Observer, spatialiser, comprendre, gérer, A. DAUPHINÉ et D. PROVITOLO édit., Édit. Armand Colin, Paris, p. 174-189.

DELGADO J.L. (2006) - Estimation des crues de référence par approche géomorphologique. La Houille Blanche, vol. 92, n° 5, p. 97-101.

DITP (2022) - Concertation sur l'avenir des vallée. Préfecture des Alpes Maritimes. Synthèse des synthèses. Édit. Direction Interministérielle de la transformation publique, Paris, 11 p.

FELL R. (1994) - Landslide risk assessment and acceptable risk. Canadian Geotechnical Journal, vol. 31, p. 261-272.

GLADE T. (2005) - Linking debris-flow hazard assessment with geomorphology. Geomorphology, vol. 66, n° 1-4, p. 189-213.

GOB F., BILODEAU C., THOMMERET N., BELLIARD J. et ALBERT M.A. (2014) - A tool for the characterisation of the hydromorphology of rivers in line with the application of the European Water Framework Directive in France (CARHYCE). Géomorphologie, vol. 20, n° 1, p. 57-72.

HOUBRECHTS G. et PETIT F. (2003) - Utilisation des scories métallurgiques en dynamique fluviale : détermination de la compétence effective des rivières et estimation des vitesses de progression de leur charge de fond. Géomorphologie, vol. 9, n° 1, p. 3-12.

KERVERN G.Y. et WYBO J.L. (2002) - Le retour d'expérience de la gestion des crises : d'octobre 1986 à septembre 2001. Mines. Revue des Ingénieurs, vol. 401, p. 34-36.

LANG M. et ARNAUD P. (2017) - La détermination des valeurs extrêmes de pluie et de crue en France. Revue Science Eaux & Territoires, vol. 23, n° 2 : "Gestion du risque inondation : connaissances et outils au service de l'aménagement des territoires", p. 42-47.

LEONE F. (2007) - Caractérisation des vulnérabilités aux catastrophes "naturelles" : contribution à une évaluation géographique multirisque (mouvements de terrain, séismes, tsunamis, éruptions volcaniques, cyclones). Habilitation à diriger des recherches, Université Paul Valéry - Montpellier 3, 330 p.

LIÉBAULT F., GOMEZ B., PAGE M., MARDEN M., PEACOCK D., RICHARD D. et TROTTER C.M. (2005) - Land-use change, sediment production and channel response in upland regions. River Research and Applications, vol. 21, n° 7, p. 739-756.

Mairie de Saint-Martin-Vésubie (2020) - Tempête Alex, Saint Martin Vésubie. Rapport de synthèse, 20 p., en ligne.

MALAVOI J.R. et BRAVARD J.P. (2010) - Éléments d'hydromorphologie fluviale appliquée. Édit. Office National de l'Eau et des Milieux Aquatiques (ONEMA), collection "Comprendre pour agir", 224 p., en ligne.

MASSON M., GARRY G. et BALLAIS J.L. (1996) - Cartographie des zones inondables. Approche hydrogéomorphologique. Édit. Villes et Territoires, Paris, 100 p.

MNCA (2021) - Tempête Alex des 2 et 3 octobre 2020. Bilan des actions menées par la Métropole en faveur de la reconstruction des vallées de la Vésubie et de la Tinée. Édit. Métropole Nice Côte d'Azur, séance du 21 octobre, en ligne.

MOATTY A. et VINET F. (2016) - Post-disaster recovery, the challenge of anticipation. E3S Web of Conferences, vol. 7, actes du colloque FLOODrisk 2016 (Lyon), 11 p.

MOIRIAT D. (2020) - Compte rendu de mission dans la vallée de la Vésubie après le passage de la tempête Alex (Octobre 2020). Rapport technique à la Préfecture des Alpes-Maritimes, référence PSE-ENV/SCAN/2021-00003, 26 p.

MONTANÉ A. (2014) - L'approche hydrogéomorphologique: pratiques, valorisations et développement d'une méthode de cartographie des zones inondables. Thèse de l'Université Paul Valéry - Montpellier 3, 281 p.

MONTANÉ A., VINET F., BUFFIN-BÉLANGER T. et VENTO O. (2017) - La simplification des Atlas de Zones Inondables par approche hydrogéomorphologique : une nécessité pour la pérennité de la méthode. Cybergeo, en ligne.

NAAIM-BOUVET F. et RICHARD D. (2015) - Les risques naturels en montagne. Édit. Quae, Paris, 392 p.

PAC (2021) - Recommandations relatives à la prise en compte des conséquences de la tempête Alex dans l'instruction des demandes d'autorisations d'urbanisme. Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM), Pôle Risques Naturels et Technologiques (PRNT), Nice, 14 p.

PALMISANO F., VITONE C et COTECCHIA F. (2016) - Methodology for landslide damage assessment. Procedia Engineering, vol. 161, p. 511-515.

PARDESHI S.D., AUTADE S.E. et PARDESHI S.S. (2013) - Landslide hazard assessment: recent trends and techniques. Springerplus, vol. 2, article n° 523, en ligne.

POTTIER N., JENNA D. et VUILLET M. (2018) - Analyse des retours d'expérience d'inondations majeures pour la résilience des réseaux urbains. In : Retours d'expériences post-catastrophes naturelles, T. REY. et S. DEFOSSEZ, Édit. Presses Universitaires de la Méditerranée, Montpellier, p. 55-64.

PPRI (2002) - Commune de Saint-Martin-Vésubie. Plan de prévention des risques naturels prévisibles relatif aux crues torrentielles. Rapport de présentation. Édit Direction Départementale des Territoires et de la Mer, Service RTM des Alpes-Maritimes, 66 p.

REY T. et DEFOSSEZ S., sous la direction de (2019) - Retours d'expériences post-catastrophes naturelles. Édit. Presses Universitaires de la Méditerranée, collection "Géorisques", vol. 8, Montpellier, 88 p.

REY T., DEFOSSEZ S., VINET F. et BOISSIER L. (2016) - Cinématique et impacts d'un événement hydrométéorologique : les inondations du 6-7 octobre 2014, Grabels (France méditerranéenne). Vertigo, vol. 16, n° 1, en ligne.

SCHMIDT L., BRAVARD J.P. et REY F. (2013) - Maîtriser les évolutions du lit des cours d'eau (incision, atterrissement...) et mieux gérer les formes fluviales. In : Ingénierie écologique appliquée aux milieux aquatiques : Pourquoi ? Comment ?, B. CHOCAT édit., Édit. Association Scientifique et Technique pour l'Eau et l'Environnement (ASTEE), p. 84-93.

VAN WASSENHOVE W. et GARBOLINO E. (2008) - Retour d'expérience et prévention des risques. Principes et méthodes. Édit. Tec & Doc - Lavoisier, Paris, 72 p.

VINET F., DEFOSSEZ S., DOUVINET J., CHEREL J.P., MONTANÉ A. et CHAVE S. (2019) - La cartographie des zones inondables : de l'événement prévu à l'événement réel. Retour d'expérience sur les inondations à Lamalou-les-Bains (sept. 2014). In : Retours d'expériences post-catastrophes naturelles, Presses Universitaires de la Méditerranée, collection "Géorisques", vol. 8, Montpellier, p. 43-54.

VINET F. (2010) - Le risque inondation. Diagnostic et gestion. Norois, vol. 218, n° 1, p. 74-76, en ligne.

WYBO J.L. (2001) - Risky Business-Accidents happen: good risk management is about making sure you learn from them. Tomorrow, vol. 100, p. 72-73.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Localisation des sites d'étude.
Légende Sources : BD Topo 2021, RGE Alti 2020, crédits IGN.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14922/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Tableau I - Évolution de la population depuis 1968 à 2018 et représentation des résidences principales et secondaires en 2018 dans les trois communes d'étude (source : INSEE, 2021).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14922/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 2 - Répartition des pentes dans le bassin versant de la Vésubie.
Légende Sources : BD Topo 2021, RGE Alti 2020, crédits IGN.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14922/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Titre Photos 1 - Impacts de la crue torrentielle. [clichés : C. CHEVRET, 2021]
Légende a : laisses de crues autour d'un tronc d'arbre dans le lit de la Vésubie. b : engravement en amont d'un pont. c : marques de la hauteur maximale atteinte par les eaux sur le mur d'une habitation. d : glissement de terrain à Saint-Martin-Vésubie.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14922/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Tableau II - Largeur de la section mouillée et hauteur d'eau en pointe de crue mesurées à partir des indices de terrain en divers points des cours du Boréon et de la Vésubie.
Légende 1,,2, 3 : le Boréon, de l'amont vers l'aval. 6, 5, 4 : la Vésubie de l'amont vers l'aval, en amont de la confluence (6 et 5) et à la confluence (4) avec le Boréon. 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13 : la Vésubie de l'amont vers l'aval, depuis l'aval de la confluence avec le Boréon (7) jusqu'à l'aval immédiat de Lantosque.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14922/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau III - Critères d'évaluation des dommages sur les bâtiments.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14922/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 3 - Typologie d'endommagement du bâti en fonction des différents critères.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14922/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 4 - Impacts et interdépendance des réseaux lors de la crue du 2 octobre 2020.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14922/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 5 - Impacts géomorphologiques de la crue torrentielle de la Vésubie à Saint-Martin-Vésubie.
Légende Sources : BD Ortho 2019 et BD Ortho octobre 2020, crédits IGN 2020.À gauche, l'image de 2019 illustre la contraction de la bande active depuis plusieurs décennies (le trait bleu délimite la crue du 2 octobre), favorisant la reconquête par la ripisylve des marges des bandes actives. À droite, l'image du 3 octobre 2020 présente les effets brutaux de la crue morphogène tels que l'élargissement de la bande active et le recul des berges, la végétation arrachée, l'incision verticale du lit, la mobilisation considérable d'une charge solide et la destruction des bâtiments situés dans le fond du lit.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14922/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 6 - MNT différentiel représentant l'évolution du stock sédimentaire à Saint-Martin-Vésubie entre septembre 2020 (MNT à 5 m) et le 3 octobre 2020 (MNT à 1 m).
Légende Fond de figure : BD Topo 2019, crédits IGN 2020.Les clichés de la zone 1 illustrent la puissance de la crue avec l'arrachage de la végétation, la réactivation de la bande active et un engravement vertical de plusieurs mètres. Le cliché de la zone 2 illustre le recul des berges par sapement et glissement et la mise en péril des habitations situées sur les berges.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14922/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 7 - Impacts morpho-sédimentaires de la crue torrentielle le long de la vallée de la Vésubie.
Légende Fond de figure : BD Topo 2019, crédit IGN 2020.Zone 1 : déviation des écoulements depuis la rive opposée où se situe la digue du Mountain Park. Zone 2 : glissements de terrain et formation d'un cône de déjection au débouché d'un affluent. Zone 3 : cône de déjection et recul des berges (100 m environ) en rive droite de la Vésubie.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14922/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 8 - Verrous hydrauliques et impacts morpho-sédimentaires de la crue torrentielle à Lantosque.
Légende Fond de figure : BD Topo 2019, crédit IGN 2020.Zone 1 : forte incision du lit fluvial encadré par des versants abrupts. Zone 2 : ablation de la rive gauche puis embâcle au niveau du verrou hydraulique naturel.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14922/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Tableau IV - Typologie des dommages des bâtiments touchés dans les trois communes d'étude.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14922/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 9 - Endommagement du bâti et des infrastructures dans l'espace du Boréon à Saint-Martin-Vésubie.
Légende Sources : BD Topo 2019, crédit IGN, pour le fond de figure, et services de la Métropole Nice - Côte d'Azur (MNCA, 2021), pour les photographies.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14922/img-14.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Figure 10 - Endommagement du bâti et des infrastructures à Roquebillière.
Légende Sources : BD Topo 2019, crédit IGN, pour le fond de figure, et services de la Métropole Nice - Côte d'Azur (MNCA, 2021), pour les photographies.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14922/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre Figure 11 - Endommagement du bâti et des infrastructures à Lantosque.
Légende Sources : BD Topo 2019, crédit IGN 2020, pour le fond de figure, et services de la Métropole Nice - Côte d'Azur (MNCA, 2021), pour les photographies.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14922/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Figure 12 - Dommages sur les réseaux routiers de la Métropole au 2 octobre 2020 (d'après les données fournies par le Service Routier de la Métropole en 2020).
Légende Fond de figure : BD Ortho 2019, crédit IGN 2020.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14922/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 13 - Dommages sur le réseau d'eau à Saint-Martin-Vésubie (données issues de l'entretien avec J.C. FRIES, 2021).
Légende Fond de figure : BD Topo 2019, crédit IGN 2020.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14922/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Figure 14 - Dommages sur le réseau d'assainissement de Saint-Martin-Vésubie (données issues des entretiens avec V. SANFELIX et E. CLAR, 2021).
Légende Fond de figure : BD Topo 2019, crédit IGN 2020.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14922/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre Figure 15 - Dommages sur le réseau électrique à Saint-Martin-Vésubie (données issues de l'entretien avec G. GUIGE, 2021).
Légende Fond de figure : BD Topo 2019, crédit IGN 2020.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14922/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Figure 16 - Dommages sur le réseau électrique à Roquebillière (données issues de l'entretien avec S. DANIEL, 2021).
Légende Fond de figure : BD Topo 2019, crédit IGN 2020.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14922/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Titre Figure 17 - Comparaison de l'enveloppe de crue délimitée au 2 octobre 2020 avec les zonages PPRI (à gauche) et AZI (à droite) à Saint-Martin-Vésubie.
Légende Fond de figure : BD Topo 2019, crédit IGN 2020.Source des données : DREAL Provence - Alpes - Côte-d'Azur.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14922/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Figure 18 - Comparaison de l'enveloppe de crue délimitée au 2 octobre 2020 avec le zonage du PAC (à gauche) et AZI (à droite) à Roquebillière.
Légende Fond de figure : BD Topo 2019, crédit IGN 2020.Source des données : DREAL Provence - Alpes - Côte-d'Azur.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14922/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Figure 19 - Nouveau PAC "aléas crues torrentielles et mouvements de terrain" à Saint-Martin-Vésubie.(d'après les données du PAC, 2021).
Légende Fond de figure : BD Topo 2019, crédit IGN 2020.Source des données : PAC (2021).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/14922/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tony Rey, Célia Chevret, Thomas Candela et Martin Robustelli, « Leçons tirées de la crue torrentielle catastrophique du 2 octobre 2020 dans la vallée de la Vésubie (Alpes-Maritimes, France) »Physio-Géo, Volume 17 | -1, 193-223.

Référence électronique

Tony Rey, Célia Chevret, Thomas Candela et Martin Robustelli, « Leçons tirées de la crue torrentielle catastrophique du 2 octobre 2020 dans la vallée de la Vésubie (Alpes-Maritimes, France) »Physio-Géo [En ligne], Volume 17 | 2022, mis en ligne le 14 novembre 2022, consulté le 09 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/14922 ; DOI : https://doi.org/10.4000/physio-geo.14922

Haut de page

Auteurs

Tony Rey

Université Paul Valéry Montpellier, LAGAM.
Courriel : tony.rey@univ-montp3.fr

Célia Chevret

Université Paul Valéry Montpellier, LAGAM.
Courriel : celiachevret@orange.fr

Thomas Candela

LAGAM et RisCrises, Global solution.
Courriel : candela@riscrises.com

Martin Robustelli

RisCrises, Global solution.
Courriel : robustelli@riscrises.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search