Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVolume 19Comptes rendusÀ la découverte des Walser en Sui...

Comptes rendus

À la découverte des Walser en Suisse. Parcours d'un géographe dans les villages alpins des Walser, Henri ROUGIER, 2022

Éditions "Loisirs et Pédagogie", Lausanne, 184 p., https://www.editionslep.ch/a-la-decouverte-des-walser-en-suisse
Robert Moutard
p. 1-2
Référence(s) :

la découverte des Walser en Suisse. Parcours d'un géographe dans les villages alpins des Walser, Éditions "Loisirs et Pédagogie", Lausanne, 350 p.

Texte intégral

1Sa prédilection pour la géomorphologie n'a pas empêché le Professeur Henri ROUGIER de traiter bien d'autres aspects de la géographie. C'est ainsi qu'il s'est vivement intéressé à l'analyse des paysages helvétiques, puisque la Suisse était, de son propre aveu, sa patrie de cœur. À tel point qu'il s'était vu conférer le titre de Bourgeois d'Honneur de Chamoson, localité qu'il a dotée d'un itinéraire géotouristique reliant une quinzaine de géomorphosites d'altitude dans les Alpes Valaisannes.

2Son dernier ouvrage, posthume, a été édité à l'automne 2022 par les éditions lausannoises "Loisirs et Pédagogie", deux ans après sa disparition. Cette publication n'aurait pu aboutir sans le dévouement du professeur Brigitte COQUE-DELHUILLE, qui n'a compté ni son temps ni ses efforts pour relire le manuscrit et compléter les illustrations de cette étude géographique unique du peuple Walser.

3Ce nom est issu d'une contraction du terme Waliser, qui signifie "valaisan" et qui désigne une ethnie agro-pastorale originaire du Val de Conches ayant essaimé dans les Alpes, principalement helvétiques, entre les XIème et XIVème siècles. Ses colonies se sont déployées de manière d'autant plus pacifique qu'elles se sont tournées vers les espaces laissés vacants par les communautés déjà installées. De tels interstices ne manquaient guère, compte tenu de la topographie et des hautes altitudes qui caractérisent les Alpes suisses. N'hésitant pas à pousser leurs limites jusqu'à celles de l'œkoumène, les Walser se sont remarquablement accommodés des rugosités des territoires où ils se fixaient. Un tel art de composer avec les données physiques des milieux a suscité l'intérêt de l'auteur. Pour lui, en effet, la transcription spatiale des interactions entre des facteurs considérés comme naturels et les sociétés qui s'y confrontent, comptait parmi les fondements de la géographie. Un tel paradigme s'inscrivant dans des perspectives vidaliennes, aurait certainement reçu l'agrément du maître de la géographie alpine qu'était Raoul BLANCHARD, à qui Henri ROUGIER aimait se référer. Il s'emploie à démontrer la faculté d'adaptation des Walser aux données physiques des milieux en s'appuyant sur de nombreuses photographies parmi les 166 qui illustrent son étude de 30 sites représentatifs. Ainsi sont présentés des habitats perchés sur des escarpements en des positions improbables, des versants à aléas avalancheux dont les villageois se prémunissaient en construisant des étraves, ou encore des pâtures et des prés de fauche exploités malgré des déclivités spectaculaires. Aux yeux de l'auteur, la communauté walser illustrait parfaitement l'adage qu'il se plaisait à rappeler, selon lequel "la difficulté rend ingénieux". Il n'en demeure pas moins que les phénomènes gravitaires ainsi que des crues et laves torrentielles éprouvèrent bien des villages et hameaux.

4Les ressortissants de la communauté walser ont su jouer d'une autre adaptabilité que celle déployée face aux climats et aux reliefs d'altitude. Ayant plus d'une corde à leur arc, ces pasteurs surent aussi se montrer efficaces dans les activités de transport, dont les itinéraires empruntaient inévitablement les cols. Par leur présence en ces lieux de passage obligés, ils s'en firent les "portiers", ce qu'apprécièrent bien des seigneurs dont ils surent gagner la bienveillance. C'est ainsi que s'opéra un essaimage depuis le Val de Conches, en direction du sud où il atteignit le Val d'Aoste, de l'ouest jusqu'en France à Vallorcine, surtout vers l'est et le nord-est en enveloppant la quasi-totalité des Alpes suisses (Rheinwald, Oberland grison), et arriva au Liechtenstein et en Autriche occidentale dans le bien nommé Walsertal.

5Aujourd'hui, des lieux emblématiques du tourisme helvétique conservent des marques bien visibles de l'architecture walser. En témoignent, entre autres, ces maisons dûment classées et préservées de Zermatt, dont la photographie figure en bonne place aux pages 44 et 47 de l'ouvrage.

6La maison walser reflète, par sa physionomie, des signes représentatifs d'une prise en compte des rigueurs du milieu montagnard. Bâtie en bois fourni par les grands défrichements médiévaux faisant gagner les herbages sur les forêts, elle se fondait sur un soubassement de pierres trouvées sur les versants. Bien qu'orientée vers le soleil, ses murs n'étaient percés que de petites fenêtres pour minimiser la pénétration des froids hivernaux.

7La grande variété des paysages portant l'empreinte de l'occupation walser ne tient pas seulement à la diversité des configurations topographiques souvent scabreuses dont elle a fait le choix de s'accommoder. Il faut voir là, aussi, les effets d'un esprit individualiste qui accentue la dispersion de l'habitat. À l'échelle plus restreinte de la ferme elle-même, le phénomène est amplifié par une disposition sécuritaire des bâtiments. En effet, non seulement la grande étable est séparée du corps d'habitation, mais à quelques mètres, se trouvent encore des mazots, petits bâtiments abritant grains et objets de valeur. Certains sont supportés par des pilotis pour que leur contenu reste hors d'atteinte des rongeurs. Ces dissociations visaient à éviter une destruction totale en cas d'incendie.

8Leur langue ‒ le Walserdeutsch (ou Walsertiitsch) ‒ leurs modes de vie et d'aménagements territoriaux, une architecture particulière, leurs traditions, leur folklore, justifient que l'on considère les Walser comme porteurs d'une civilisation montagnarde particulière, qu'Henri ROUGIER s'est attaché à faire connaître. Pour cela, aux 166 photographies s'ajoutent 19 cartes et 4 gravures. De sorte que cet ouvrage de 184 pages se lit non seulement comme une étude géographique à part entière, mais aussi comme un guide incitant à des découvertes sans cesse renouvelées tout au long d'itinéraires choisis pour leur portée didactique. Parfait germanophone, Henri ROUGIER s'était aussi familiarisé avec la langue romanche et quelques dialectes régionaux, ce qui lui a permis de recueillir des informations de première main sur les terrains qu'il parcourait.

9Douze synthèses thématiques se développent en cohérence avec quatre thèmes majeurs : "Dépendre de la nature et lui obéir", "Aux limites des possibilités de vie", "L'architecture walser" et "Aménagement territorial et paysage". C'est en ce dernier mot que réside la problématique principale de l'ouvrage : les paysages, souvent fertiles en palimpsestes révélateurs de dynamiques territoriales passées, invitent à adopter une démarche géohistorique nécessaire au décodage des étapes de leur devenir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Moutard, « À la découverte des Walser en Suisse. Parcours d'un géographe dans les villages alpins des Walser, Henri ROUGIER, 2022 »Physio-Géo, Volume 19 | -1, 1-2.

Référence électronique

Robert Moutard, « À la découverte des Walser en Suisse. Parcours d'un géographe dans les villages alpins des Walser, Henri ROUGIER, 2022 »Physio-Géo [En ligne], Volume 19 | 2023, mis en ligne le 02 février 2023, consulté le 26 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/15101 ; DOI : https://doi.org/10.4000/physio-geo.15101

Haut de page

Auteur

Robert Moutard

Membre de la Société de Géographie de Genève
Courriel : robert-moutard@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search