Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVolume 19Comptes rendusÉcologie et géographie. Une histo...

Comptes rendus

Écologie et géographie. Une histoire tumultueuse (XIXe - XXe siècle), Philippe PELLETIER, 2022

CNRS Éditions, Paris, 587 p., https://www.cnrseditions.fr/catalogue/geographie-territoires/ecologie-et-geographie/
Bertrand Lemartinel
p. 3-5
Référence(s) :

Écologie et géographie. Une histoire tumultueuse (XIXe - XXe siècle), CNRS Éditions, Paris, 587 p.

Texte intégral

1L'ouvrage, dont le plan est nécessairement chronologique, se compose de trois parties, consacrées à la mise en place épistémologique (134 p.), à la spécialisation disciplinaire (215 p.) et enfin aux rapports entre la géographie et l'essor de l'écologie politique (137 p.).

2On passera sur les éventuels problèmes de forme, qui font penser que quelques chapitres ont été inégalement relus ; on sent d'ailleurs que leur élaboration ne s'est pas faite au même moment, en raison de références plus ou moins datées, la conclusion étant évidemment la plus récente à cet égard. Autre problème, qui par moments ne simplifie pas la lecture des premiers chapitres : l'encrage de mon exemplaire était parfois inégal. Mais ces légères réserves étant faites, comment ne pas s'intéresser à cet énorme travail, fruit d'immenses lectures et d'une longue réflexion ? La bibliographie (30 pages imprimées en très petits caractères) qui accompagne un texte déjà très dense prouve l'ampleur de l'effort consenti par Philippe PELLETIER pour mener à son terme la synthèse sur cette question cruciale des rapports entre écologie et géographie.

3Nous souscrivons d'abord au choix, dans la première partie, d'un retour aux sources et d'une claire mise en évidence des prémisses de l'écologie, qui ont probablement beaucoup plus prêté à DARWIN qu'il n'en a dit. S'il n'est pas interdit de penser que l'évolution a pu favoriser des individus plus adaptés parce que plus doués dans un contexte donné, ce qu'en tire HAECKEL semble plus correspondre à sa vision de la société, voire de la supposée supériorité allemande, qu'à ce que racontait DARWIN (p. 90 et sq.). À l'inverse, il n'est pas sûr que les réels mérites de la coopération entre individus aient toujours guidé la réussite évolutive, d'autant que les facteurs externes n'ont pas obligatoirement été également interprétés par les individus. Mais ce qui est certain, c'est que la surinterprétation "écologique" de DARWIN, non seulement par HAECKEL – qui affirme "la supériorité de la race indo-germanique" (p. 102 et sq.) –, mais aussi par RATZEL, a mené, comme le pense l'auteur, aux dramatiques dérives du siècle suivant (p. 130)...

4Très originale est, dans la deuxième partie, la confrontation des visions des écologues, notamment américains (p. 197 et sq.), et de leurs interprétations de ce qu'est pour eux la nature. La plupart des lecteurs découvriront ainsi la manière dont les Japonais – particulièrement bien connus de l'auteur – ont façonné leur perception de l'écologie. On voit bien, en fait, qu'à l'exception de quelques géographes – c'est vrai de Max SORRE – les itinéraires de l'écologie et de la géographie ne se sont guère croisés, ce qui donne la sensation que le livre, dans cette partie, confronte assez peu les deux approches, ce à quoi on se serait au départ plus nettement attendu, surtout chez VIDAL de la BLACHE. Philippe PELLETIER est peut-être un peu sévère avec lui quand il évoque sa conception du milieu, fondement du découpage régional. Sa vision de 1889 avait considérablement évolué puisqu'il écrivait en 1917 : "lorsqu'il s'agit de régions, il ne faut point trop chercher de limites. Il faut concevoir la région comme une espèce d'auréole qui s'étend sans limites bien déterminées, qui encercle et qui s'avance". La vision de la région perçue comme "l'aire d'extension d'un paysage géographique" (SORRE, 1958) est surtout celle des épigones qui ont fait jusqu'à n'en plus pouvoir des monographies... régionales sur un modèle répétitif. Même de MARTONNE, dont on dresse ensuite un portrait assez critique, n'était pas complètement monomaniaque : sa géographie régionale et ses choix de frontières ont parfois tenu à un préexistant humain (notamment les voies de chemin de fer) plus qu'à des données physiques trop valorisées.

5Lorsque l'ouvrage aborde la période la plus récente, où effectivement se croisent et s'affrontent écologie, souvent devenue écologisme, et géographie, largement devenue science sociale, il est l'occasion pour le lecteur d'une permanente introspection. Comment nous positionnons-nous par rapport à ceux que nomme l'auteur et dont il décortique soigneusement la pensée ? Au fond, que sont les géographes par rapport aux écologismes (p. 332 et sq.) et que sommes-nous par rapport à nos collègues également confrontés à l'émergence d'une écologie politique ? Cette double question fait de la troisième partie ‒ grosso modo ‒ du livre, un questionnement tout à fait prenant.

6Mais alors, quid de la géographie en général et d'abord plus spécifiquement physique, dont Philippe PELLETIER montre avec raison, dans la troisième partie, qu'elle a été marginalisée en géographie ? Peut-être aurait-il fallu évoquer le rôle de Claude ALLÈGRE – aidé des historiens – dans son éviction des programmes du Secondaire, ce qui a impacté son enseignement dans le Supérieur. Nous pouvons trouver cela dommageable, car cette dimension de la discipline, lorsqu'elle est récupérée par les sciences dites dures, est souvent incomprise. Trop de géologues croient que la géomorphologie se limite à la structurale, quand DAVIS déjà lui donnait – par ses considérations sur l'anéantissement des formes – une dimension bien différente. La climatologie géographique, qui ne globalise pas, bien au contraire, les analyses et considère les lieux autant que les modèles, est phagocytée par les "physiciens de l'atmosphère", qui fondent leurs prédictions sur la seule chimie des GES, même si lesdits modèles impliquent de ce fait les sociétés qui les produisent. Dans la foulée, les géographes de la végétation peuvent bien dénoncer l'image fréquemment répandue d'une forêt équatoriale qui serait le poumon de la Terre (que recrachent les poumons ?). Ils ne seront guère écoutés, dans la mesure où la notion de service écosystémique ou environnemental fait miroiter aux pays concernés des rentrées d'argent dont on craint qu'elles n'aillent pas aux populations qui en ont profondément besoin. Dans tel manuel de SVT, les famines sont dues au global warming qui conduit aux migrations de "réfugiés climatiques". Pourtant, quand on superpose en Afrique la carte des famines et celle de guerres dont les causes n'ont rien à voir avec le réchauffement de l'atmosphère, elles coïncident... Il est donc dommage que l'ouvrage – mais il est déjà fort épais – omette quelques développements sur les rapports "scolaires", et non universitaires, entre écologie et géographie. Ils pourraient – au moins en France – expliquer pourquoi la géographie est si décriée et pourquoi l'écologie – ou réputée telle – a pris une si grande place dans les esprits.

7L'auteur, géographe, considère en toute logique que les régions et les États ont du sens, malgré le "mondialisme écologiste" promu durant les années soixante par de grands capitaines d'industrie (p. 455 et sq.). D'autre part, sa critique des Organisations Non Gouvernementales, qui pourra déplaire, est particulièrement percutante. Le WWF est ainsi fort discret sur la biographie de ses fondateurs, dont on rappelle opportunément le passé sulfureux (p. 420 et sq.). On trouve donc très bienvenue, même si Hervé LE BRAS s'était déjà préoccupé de la chose dans son travail sur les limites de la planète (1996), la critique minutieuse du rapport MEADOWS de 1972 (p. 475 et sq.), d'une part en raison de son rappel constant dans les manuels et d'autre part d'un recul plus grand qui permet de mieux montrer ses faiblesses intrinsèques. Cette partie du volume, qui aborde aussi la question du nucléaire (p. 520, par exemple) et de la croissance, ne plaira évidemment pas aux tenants de l'écologisme politique, mais elle alimente néanmoins la réflexion sur les rapports entre écologie et géographie, et plus encore sur leur perception par les citoyens. C'est donc sur ceux-ci que porte le vingt-cinquième et dernier chapitre, et sur le problème qu'implique également un éventuel déterminisme géographique qui a été – c'est excellemment montré – l'objet d'un long et difficile débat, peut-être parce qu'il a permis le développement – retour à la case départ – d'un social-darwinisme dont on sait ce qu'il a pu engendrer de monstres. Quoi qu'il soit centré sur la géographie française, il n'en interroge pas moins les spécialistes étrangers de la discipline.

8Lorsque l'on referme l'ouvrage après une longue et prenante lecture, on reste pensif. Pensif, parce que les démonstrations très fouillées bousculent bien des certitudes : si la géographie n'en sort pas toujours grandie, l'auréole écologiste, aujourd'hui dorée par les médias, en est singulièrement ternie. On pourra évidemment juger que Philippe PELLETIER fait œuvre de géographie militante en demandant que notre discipline ne renonce pas à l'interface nature-société et ne cède pas à l'opinion commune. C'est vrai, mais on apprécie ce refus de la facilité. Pensif, enfin, parce que loin d'être une diatribe contre une discipline concurrente – et nous ne parlons pas ici de l'écologisme, qui est d'une autre nature – ce travail analytique autant que synthétique nous met face à nos propres idées reçues et inquiétudes. À lire, donc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Lemartinel, « Écologie et géographie. Une histoire tumultueuse (XIXe - XXe siècle), Philippe PELLETIER, 2022 »Physio-Géo, Volume 19 | -1, 3-5.

Référence électronique

Bertrand Lemartinel, « Écologie et géographie. Une histoire tumultueuse (XIXe - XXe siècle), Philippe PELLETIER, 2022 »Physio-Géo [En ligne], Volume 19 | 2023, mis en ligne le 06 mars 2023, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/15156 ; DOI : https://doi.org/10.4000/physio-geo.15156

Haut de page

Auteur

Bertrand Lemartinel

Professeur d'Université honoraire
Courriel : bertrandlemartinel@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search