Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVolume 19ArticlesDynamique du couvert végétal dans...

Articles

Dynamique du couvert végétal dans la Forêt Communautaire de Sambandé au Sénégal

Dynamics of woody vegetation in the Sambande Community Forest (SCF) in Senegal
Cheikh Tidiane Faye, Agnès Daba Thiaw et Guilgane Faye
p. 29-48

Résumés

L'évolution de l'occupation du sol entre 1998 et 2018 dans la Forêt Communautaire de Sambandé, mise en défens en 1999 et exploitée à des fins de production de charbon de bois depuis 2007, a été appréhendée à travers des images satellitaires Landsat, une enquête ménages et des relevés floristiques collectés en 2019. Les cartographies dressées à partir des images Landsat montrent que la végétation spontanée s'est fortement reconstituée. Ce constat est partagé par la population, la part des personnes interrogées considérant que la végétation spontanée était abondante passant de 14 % pour 1998 (avant la mise en défens) à 66 % pour 2018. Cette amélioration du couvert végétal s'est traduite par une progression des savanes arbustive et arborée. Entre les deux dates, la première est passée de 43,1 à 52,1 % de la superficie de la zone d'étude et la seconde de 11,3 à 15,8 %. Dans le même temps, la savane arborée dégradée a fortement régressé, passant de 33,5 % à 14,2 % de la superficie totale. La diminution de la zone dégradée est ici la marque d'un territoire en reconstitution, d'où la concordance avec l'enquête. Toutefois les inventaires floristiques donnent une vision différente, le nombre d'individus et la diversité floristique sur les placettes n'étant pas liés par une relation simple et étroite au degré apparent de reconstitution du couvert végétal.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Au sahel, les dernières décennies ont été marquées par une érosion significative et inquiétante des ressources naturelles en général et forestières en particulier. Les travaux menés par R.N. GANSAONRÉ (2018) dans le Parc W au Burkina Faso ont montré de fortes variations de l'environnement, aussi bien à l'intérieur du parc que dans sa périphérie. Cela se traduit, sur le plan de la végétation, par la dégradation des ressources et la disparition de certaines espèces (F. ANTHELME et al., 2006 ; M. KOADIMA, 2008 ; O. KABORE, 2013 ; R.N. GANSAONRÉ, 2019.

2La régression de certaines espèces animales et végétales constatée un peu partout au Sahel a entraîné la raréfaction des moyens de subsistance tirés de la nature. Cette situation est devenue de plus en plus complexe pour les populations, car "l'activité des hommes (production agricole et alimentaire, satisfaction des besoins énergétiques) et parfois même leur survie dépendent en très grande partie des capacités de la nature, c'est-à-dire des réserves en ressources naturelles" (H. KINDO, 2007). Au Sénégal, la zone éco-géographique du "bassin arachidier", domaine privilégié de la culture de l'arachide, est l'une des plus affectées (B. SAMBOU et al., 1994), avec des conséquences quasi identiques au reste du Sahel.

3En réponse aux effets néfastes des aléas climatiques et à la dégradation croissante des ressources naturelles, les communautés rurales ont substantiellement développé, à partir des années 1980, avec l'appui de partenaires de la société civile, d'organismes impliqués dans les questions de développement et des services étatiques, plusieurs pratiques biophysiques et/ou sociales d'adaptation (C. REIJ et al., 2005 ; E. BOTONI et C. REIJ, 2009 ; C. REIJ et al., 2009 ; W.A. ZIDA, 2020). C'est en ce sens que la mise en défens a été initiée dans plusieurs parties du Sahel. Cette technique, qui soustrait la végétation à toute exploitation pendant un temps donné, a pour objectif d'aider à la conservation et à la reconstitution des formations forestières dégradées. Dans la région éco-géographique du bassin arachidier, la mise en défens est considérée comme l'une des pratiques de restauration et de protection les plus efficaces contre la dégradation des ressources forestières.

4Selon cette même approche, onze forêts, dont celle de Sambandé, objet de notre étude, ont été mises en défens à partir de 1999 ou 2000 dans la Commune de Keur Baka au Sénégal (arrondissement de Koumbal, département de Kaolack).

5Le but du présent travail est de définir la dynamique de la végétation sur un intervalle de 20 ans (de 1998 à 2018) dans la forêt de Sambandé.

II - Matériels et méthodes

1 ) Présentation du site étudié

6 La forêt de Sambandé, dans la partie occidentale de la commune de Keur Baka, au sud de la ville de Kaolack, au Sénégal, couvre une superficie de 1019 ha. Elle est accessible via deux axes : la route nationale transgambienne et la route départementale reliant Kaolack à Keur Madiabel (Fig. 1).

Figure 1 - Localisation de la zone d'étude.

Figure 1 - Localisation de la zone d'étude.

CSE : documents du Centre de Suivi Écologique (https://www.cse.sn/​).

7Cette forêt a été mise en défens par la population locale à partir de 1999 (PERACOD, 2015), avec un encadrement par le Projet d'Autopromotion et de Gestion des Ressources Naturelles (PAGERNA) / GIZ (Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit) / GTZ (Deutsche Gesellschaft für Technische Zusammenarbeit). C'est à partir de 2004 que la composante forestière du PERACOD (Programme pour la Promotion de l'Électrification Rurale et l'Approvisionnement des Combustibles Domestiques) a pris en charge une partie des activités du PAGERNA et a initié l'aménagement de la forêt de Sambandé à des fins de production de charbon du bois, celle-ci devenant effective en 2007.

8À l'image de l'ensemble de la région de Kaolack (B. FAYE 2006), la Forêt Communautaire de Sambandé s'étend sur une vaste plaine entre 0 et 40 m d'altitude. On y rencontre trois types de sols : des sols tropicaux lessivés, communément appelés "sols Dior", des sols hydromorphes, appelés "sols Deck", et des sols halomorphes, ces derniers étant cependant peu présents.

9Le secteur est situé dans la zone nord soudanienne continentale, qui subit une saison sèche susceptible de durer de 7 à 9 mois (d'octobre à juin). Les pluies enregistrées de 1970 à 2016 à la station de Nioro du Rip, à une trentaine de kilomètres au sud-est du terrain d'étude, ont manifesté une grande irrégularité interannuelle, les précipitations annuelles variant de 494 à 1227 mm, pour une valeur moyenne de 742 mm. La figure 2 fait ressortir trois périodes pluviométriques différentes.

Figure 2 - Écarts relatifs (en %) des pluies annuelles par rapport à la valeur moyenne sur la période 1970-2016.

Figure 2 - Écarts relatifs (en %) des pluies annuelles par rapport à la valeur moyenne sur la période 1970-2016.

10La période 1970-1985 a été globalement déficitaire. Elle comporte quatre années excédentaires et douze années déficitaires au regard de la moyenne générale sur la période 1970-2016. Les années 1975 et 1979, avec des excédents de 36,2 et 11,5 % respectivement, apparaissent exceptionnelles au sein de la décennie de sécheresse des années 1970 au Sahel. En 1976 et 1978, les précipitations ont été proches de la moyenne (très faible excédent en 1976, très faible déficit en 1978). Les années les plus sèches de cette période ont été 1972, 1977, 1980, 1983 et 1985.

11La période 1986-1998 a été marquée par une alternance d'années sèches et d'années humides, avec six années excédentaires et sept déficitaires. 1987 et 1988 ont été fortement excédentaires, tandis que 1990, 1991, 1996 et 1998 ont été les plus sèches.

12La période 1999-2016, enfin, se démarque par son caractère humide. Sur ces 18 années, les plus arrosées ont été 1999, 2003, 2010 et 2015. Quatre années ont cependant été déficitaires : 2002, 2006, 2007 et 2014.

13En saison sèche, les cours d'eau s'assèchent progressivement, donnant une multitude de points d'eau temporaires qui servent d'abreuvoirs au bétail et à la faune sauvage.

2 ) Méthodologie

14La collecte des données repose sur la combinaison de trois méthodes d'investigation : une enquête ménages, un inventaire forestier et une cartographie diachronique de la couverture végétale du site étudié.

a. Enquête auprès des ménages

15L'enquête a été réalisée en octobre 2018, auprès des ménages des sept villages gestionnaires de la Forêt Communautaire. Dans le cadre de cette étude, nous avons établi une classification des villages en fonction du nombre de concessions. Selon l'Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD) du Sénégal, la concession est souvent constituée d'un ensemble de constructions, entourées ou non d'un mur ou de tout autre type de clôture. Dans certains cas, elle peut se réduire à une seule construction : une case, une maison ou un bâtiment comportant plusieurs logements (ANSD, 2016). Il s'agit d'un terrain domanial attribué par les services compétents de l'État à une personne physique ou morale pour usage d'habitation. Cependant, dans certaines zones rurales, la mise en place d'une concession peut se faire suivant les coutumes et traditions. Une concession peut ne comporter qu'un seul ménage ou en regrouper plusieurs. Un ménage est un groupe de personnes, apparentées ou non, qui vivent ensemble sous le même toit et mettent en commun tout ou une partie de leurs ressources pour subvenir à leurs besoins essentiels, notamment le logement et la nourriture (ANSD, 2016). Au niveau de la zone d'étude, le nombre de ménages par concession varie de 1 à 8.

16Deux catégories de villages ont été distinguées en fonction du nombre de concessions. La première concerne les villages de moins 10 concessions (deux villages) et la seconde ceux regroupant 10 concessions au moins (cinq villages). Dans les premiers, toutes les concessions ont été enquêtées, alors que dans les autres 30 % seulement des concessions ont été retenues. À l'intérieur de chaque concession, tous les ménages ont été enquêtés (Tab. I), une personne étant interrogée par ménage.

Tableau I - Nombre de ménages enquêtés par village.

Tableau I - Nombre de ménages enquêtés par village.

Source pour la caractérisation des villages : ANSD (2016) et réactualisation sur le terrain.

17Vingt-quatre entretiens ont en outre été réalisés, sur la base d'un questionnaire préétabli (portant sur l'état antérieur à la mise en défens, l'évolution ultérieure de la végétation et son état actuel), auprès des notables et de personnes ressources jugées très qualifiées.

18Les données quantitatives ainsi obtenues ont été traitées à l'aide du logiciel Sphinx et les données d'entretien ont été exploitées grâce à l'analyse de contenu (L. NEGURA, 2006 ; M. DIOP et al., 2012).

b. Méthode de traitement des images satellitaires

19Pour déterminer l'évolution de la couverture végétale à l'intérieur de la forêt communautaire de Sambandé, nous nous sommes basés sur l'analyse diachronique de séries d'images Landsat (Tab. II) obtenues via le site de l'United States Geological Survey (USGS). Le choix s'est porté sur des images acquises en période sèche, car l'influence des pluies sur la réflectance aurait pu conduire à des erreurs d'interprétation.

Tableau II - Récapitulatif des images satellitaires utilisées.

Tableau II - Récapitulatif des images satellitaires utilisées.

Source : United States Geological Survey (USGS) ‒ http://earthexplorer.usgs.gov.

c. Traitement des données satellitaires

20L'espace étudié est couvert par une seule scène Landsat (path/row 204/050) et les images retenues ont été projetées sous WGS 84 UTM zone 28 nord, les rendant ainsi superposables. La couverture nuageuse est à chaque fois très faible, du fait de la date de prise de vue.

21Le traitement proprement dit a été effectué sur une scène Landsat complète (185 km sur 185 km). La zone d'étude n'a été extraite que pour la réalisation des cartes définitives. En effet, les bandes sont importées dans le logiciel ENVI 4.7, puis combinées en utilisant la technique de la composition colorée fausse couleur (Fig. 3). Cette composition est créée en combinant les bandes du proche infrarouge, du rouge et du vert, qui correspondent aux canaux 4, 3 et 2 du capteur TM et aux canaux 5, 4 et 3 du capteur OLI-TIRS. L'objectif est d'avoir une information synthétique permettant une bonne discrimination des unités d'occupation du sol (D.K. KPEDENOU et al., 2017).

Figure 3 - Compositions colorées en fausse couleur pour les images Landsat des mois de février 1998 et 2018.

Figure 3 - Compositions colorées en fausse couleur pour les images Landsat des mois de février 1998 et 2018.

22Huit unités d'occupation du sol ont été distinguées sur les images (Tab. III) et portées sur les cartes provisoires. Leur nomenclature exacte a ensuite été déterminée sur le terrain. Des zones d'entraînement ou régions d'intérêt (60 pixels par image) ont été réalisées et une classification supervisée a été effectuée à l'aide de l'algorithme de vraisemblance maximale. Cette méthode calcule la probabilité d'appartenance d'un pixel à une classe donnée plutôt qu'à une autre. Les pixels sont affectés à la classe pour laquelle la probabilité est la plus forte (D.K. KPEDENOU et al., 2017). Cette approche basée sur la statique permet d'atteindre un taux d'erreur minimal (F. BONN et G. ROCHON, 1992 ; M. OKANGA-GUAY et al., 2018).

Tableau III - Unités d'occupation du sol considérées et types de végétation cartographiés.

Tableau III - Unités d'occupation du sol considérées et types de végétation cartographiés.

23Les matrices de confusion suffisent à démontrer la qualité de la classification (Tab. IV). Lorsque le coefficient de KAPPA est supérieur à 0,75 la classification peut être validée et ses résultats utilisés (R.G. PONTIUS, 2000 ; R.N. GANSAONRÉ, 2018).

Tableau IV - Matrices de confusion pour les images de 1998 et 2018.

Tableau IV - Matrices de confusion pour les images de 1998 et 2018.

Total cl.sup. : total d'après la classification supervisée.

24Les images classifiées ont ensuite été vectorisées, puis exportées dans le logiciel SIG ArcGis 10.4.1.

25En vue de vérifier la qualité de la classification sur le terrain, 40 coordonnées GPS, soit 5 coordonnées par entité, ont été choisies sur la carte provisoire de 2018. En chaque point GPS, le type d'occupation du sol, les espèces dominantes et les caractères de l'espace alentour ont été notés. Après analyse des données, les classes 3, 6, 7 et 8 ont été réunies en une seule classe, laissant ainsi un total de cinq unités d'occupation du sol. Toutefois la classe 5, qui représente le bâti, c'est-à-dire l'ensemble des installations et infrastructures humaines, a été exclue, car se situant généralement en dehors du terrain d'étude. Seules quatre unités d'occupation du sol ont donc été finalement retenues. Il s'agit de la savane arborée, de la savane arborée dégradée, de la savane arbustive (Photo 1) et des terrains cultivés.

Photo 1 - Savane arbustive à Acacia seyal et Combretum glutinosum dans la forêt de Sambandé. [cliché : Cheikh Tidiane FAYE]

Photo 1 - Savane arbustive à Acacia seyal et Combretum glutinosum dans la forêt de Sambandé. [cliché : Cheikh Tidiane FAYE]

26La superposition des vecteurs de 1998 et 2018 issus de la classification supervisée, a été effectuée à l'aide du logiciel ArcGIS, à partir d'Intersect dans Overlay, dans l'extension Analysis Tools, au niveau de l'outil ArcToolbox. Cette opération met en évidence la présence ou l'absence de variations de l'occupation du sol (M. OKANGA-GUAY et al., 2018) et permet de quantifier les éventuels changements. Trois types de situations sont distingués :

  • Stabilité : la végétation ne subit aucun changement, ni de nature ni de degré.

  • Modification : les changements interviennent à l'intérieur d'une même catégorie d'occupation du sol, par exemple si la végétation dense devient éparse ou vice versa.

  • Conversion : elle correspond à un changement de nature de l'occupation du sol, par exemple la mutation de zones naturelles en vergers (M.L. NDAO, 2014).

d. L'inventaire forestier

27L'objectif était d'apprécier la composition floristique de la forêt de Sambandé. Sur la base de la carte d'occupation du sol de 2018, neuf placettes de 400 m2 chacune (20 m sur 20 m) ont été traitées en août 2019 (Tab. V), leur nombre par unité considérée étant grossièrement proportionnel à la superficie de cette dernière. Les terrains cultivés ont été exclus de l'inventaire du fait de leur faible richesse en espèces. Les rares individus qui s'y trouvent y sont conservés pour leurs fruits, la pharmacopée et/ou leur ombrage ; la distance entre les individus dépasse parfois la taille d'un relevé.

Tableau V - Superficie inventoriée par unité d'occupation du sol.

Tableau V - Superficie inventoriée par unité d'occupation du sol.

28À l'intérieur des placettes, les espèces ont été identifiées et le nombre d'individus déterminé. Sur le terrain, une première dénomination des espèces a été effectuée en utilisant les termes scientifiques et vernaculaires (locaux). Elle a ensuite été vérifiée sur la base de l'ouvrage de J. BERHAUT (1967) sur la flore du Sénégal.

III - Résultats

1 ) Perception de la couverture végétale spontanée par les populations locales

29Les résultats des enquêtes réalisées auprès de la population sont présentés sur la figure 4. Ils mettent en lumière une rupture liée à la mise en défens.

Figure 4 - Perception par la population du couvert végétal spontané de la Forêt Communale de Sambandé pour les années 1998 et 2018.

Figure 4 - Perception par la population du couvert végétal spontané de la Forêt Communale de Sambandé pour les années 1998 et 2018.

30Si 14 % seulement des personnes enquêtées estiment que la végétation spontanée était abondante en 1998, avant la mise en défens, elle sont 66 % à le penser pour l'année 2018. L'écart témoigne du passage d'une période d'érosion considérable du potentiel ligneux et non ligneux à une période de reconstitution de la végétation grâce à une gestion améliorée de la ressource.

31Dans le même ordre d'idée, 57 % des enquêtés soutiennent que la végétation était rare en 1998, alors qu'ils ne sont que 26 % à partager cet avis pour 2018. Enfin, 23 % des personnes considèrent que la végétation était très rare en 1998, contre 0 % pour 2018.

32Ces informations doivent être nuancées, certains enquêtés reconnaissant ne pas connaître l'état antérieur à la mise en défens du site, ce qui peut être lié une arrivée récente des personnes, à leur jeune âge ou à une attitude méfiante par rapport à l'enquête. Mais, de toute façon, la perception globale est celle du passage d'une végétation rare à une reconstitution du couvert végétal. Un autre sentiment partagé est celui d'un retour d'espèces végétales et animales qui étaient devenues peu fréquentes, et d'une plus grande disponibilité en fruits sauvages et en bois de chauffe.

33Malgré cette perception globalement positive de l'évolution de la végétation spontanée, la population enquêtée signale la raréfaction de certaines espèces jadis bien présentes. Douze espèces font la quasi-unanimité. Il s'agit de (sont mis entre parenthèse les noms locaux en wolof) : Detarium microcarpum (Dank), Lannea acida (Sôn), Pterocarpus erinaceus (Venn), Hymenocardia acida (Inkéling), Ficus thonningii (Loro), Parkia biglobosa (Néré), Sterculia setigera (Mbép), Neocarya macrophylla (New), Prosopis africana (Ir), Detarium senegalense (Ditakh), Spondias mombin (Sob) et Nauclea latifolia (Nandok). Notons qu'aucune de ces espèces n'a été répertoriée sur nos placettes. À supposer qu'elles n'aient pas totalement disparu, au moins sont-elles devenues très rares.

2 ) Dynamique de la couverture végétale observée à partir des images satellitaires

34Selon les résultats de l'étude (Fig. 5, Tab. VI), la savane arbustive était dominante en 1998 (439 ha), devant la savane arborée dégradée (342 ha). En 2018, la savane arbustive s'est encore étendue (530 ha), mais les cultures (183 ha) ont pris la deuxième place.

Figure 5 - Occupation du sol dans la Forêt Communautaire de Sambandé en 1998 et 2018.

Figure 5 - Occupation du sol dans la Forêt Communautaire de Sambandé en 1998 et 2018.

Tableau VI - Superficie des unités d'occupation du sol dans la Forêt Communautaire de Sambandé en 1998 et 2018.

Tableau VI - Superficie des unités d'occupation du sol dans la Forêt Communautaire de Sambandé en 1998 et 2018.

35L'extension des cultures entre 1998 et 2018 soulève la question de l'effectivité de la mise en défens, l'idée même de mise en défens excluant toute activité agricole. De fait, la forêt communautaire a subi des empiétements agricoles sur près de 250 ha dans le cadre de la Grande Offensive Agricole pour la Nourriture et l'Abondance (GOANA, une initiative lancée en 2008 par l'ancien président sénégalais Abdoulaye WADE, qui visait à mettre fin à la dépendance alimentaire du Sénégal ‒ PAGERNA, 2015). Après contestation des populations, une grande partie de cette superficie a été restituée à la végétation spontanée, mais pas la totalité.

36Cette progression des surfaces agricoles, combinée à la sécheresse qui a sévi après 1970, a provoqué une fragmentation des milieux naturels et une perte de diversité biologique, comme cela a été montré pour les savanes du Burkina Faso (MECV, 2007 ; A. BENE et A. FOURNIER, 2012).

37La savane arborée s'est également étendue entre 1998 et 2018, passant de 11,3 à 15,8 % de la superficie totale. Quant à la savane arborée dégradée, elle a beaucoup régressé (33,5 % de la superficie totale en 1998, 14,2 % seulement en 2018), du fait de l'évolution positive du couvert végétal spontané sous l'effet de la mise en défens.

38L'augmentation des superficies de la savane arbustive (+20,8 %) et de la savane arborée (+39,4 %), comme la diminution de celle de la savane arborée dégradée (-57,8 %) s'expliquent par la mise en place d'un plan d'aménagement et de gestion (reboisement, création de pare-feux, surveillance...), mais aussi par l'implication des populations, qui se sont appropriées les objectifs. Pour certaines personnes, la surveillance et l'implication des populations sont les facteurs principaux de la conservation et de la réhabilitation de l'aire protégée. Le caractère relativement humide de la période 1999-2018 a en outre facilité la reconstitution du couvert végétal spontané.

39Ce sont les terrains en culture qui ont le plus progressé en valeur relative (+49,3 %), mais nous avons vu que cette évolution, fruit d'une volonté politique, avait été largement contrecarrée. Nous sommes ici bien loin de l'emprise humaine décrite en d'autres lieux, notamment par R.N. GANSAONRÉ (2018) dans la commune de Diapaga au Burkina Faso.

3 ) Évolution interne des classes d'occupation du sol entre 1998 et 2018

40La figure 6 précise les évolutions du couvert végétal entre 1998 et 2018. Dans cette optique, la savane arbustive se place au second rang derrière la savane arborée, car elle manifeste une dynamique supérieure à celle de la savane arborée dégradée.

Figure 6 - Détection des changement entre 1998 et 2018.

Figure 6 - Détection des changement entre 1998 et 2018.

41Sur la période 1998-2018, 439 ha (43,1 % de la superficie totale) n'ont subi aucun changement. Les modifications ont touché 393 ha et les conversions 187 ha, soit respectivement 38,6 et 18,4 % de la superficie totale. Les modifications positives ont porté sur 30 % de la superficie totale, de la savane arbustive passant à de la savane arborée (68 ha) et de la savane arborée dégradée évoluant en savane arbustive (201 ha) ou en savane arborée (38 ha). À l'inverse, 8,4 % de la Forêt Communautaire ont subi des modifications négatives, la savane arbustive cédant 39 ha à la savane arborée dégradée, et la savane arborée 5 et 42 ha respectivement aux savanes arborée dégradée et arbustive.

42Des conversions positives se sont produites sur 6,2 % de la Forêt Communautaire, les cultures reculant au profit des savanes arbustive (24 ha), arborée (1,1 ha) et arborée dégradée (38 ha). En revanche, elles ont progressé sur 12,2 % de la superficie totale, au détriment de la savane arbustive (69 ha), de la savane arborée dégradée (40 ha) et de la savane arborée (15 ha), tout cela en relation avec la GOANA.

4 ) État actuel de la végétation ligneuse à partir de données d'inventaire

43Les points d'inventaire ont été choisis à partir de la carte d'occupation du sol de 2018. Les surfaces de culture ont été exclues de l'inventaire du fait de la très faible présence des espèces spontanées. Les rares individus qui s'y trouvent, y sont conservés pour leur production fruitière, leur intérêt pharmacologique et/ou leur ombrage. Lors des défrichements, certaines espèces utiles sont épargnées (A. BENE et A. FOURNIER, 2012).

44La distance entre les individus dépasse parfois la taille d'un relevé. Le résultat de l'étude floristique se résume donc ici à la production de données quantitatives en termes de nombre d'individus et d'espèces présentes, de familles et de genres, afin de voir si la reconstitution constatée à travers l'enquête et la cartographie, est floristiquement confirmée. Le tableau VII présente les résultats obtenus.

Tableau VII - Espèces ligneuses inventoriées en août 2019 à l'intérieur de la forêt.

Tableau VII - Espèces ligneuses inventoriées en août 2019 à l'intérieur de la forêt.

Sa : savane arbustive. SA : savane arborée. SAd : savane arborée dégradée.
+ : espèce présente. - : espèce absente.

45Sur les neuf placettes examinées, 32 espèces réparties en 28 genres et appartenant à 19 familles ont été recensées, pour un total de 833 individus. Les Combretaceae (26 % des familles présentes), les Mimosaceae (21 %) et les Capparaceae (16 %) sont les familles les plus représentées.

46Les genres Acacia et Combretum apparaissent avec trois espèces chacun, alors que les autres genres observés n'en montrent qu'une seule.

47Les sujets arbustifs, appartenant à 25 espèces, représentent 65 % des individus. Cela s'explique en partie par la plus grande superficie inventoriée au niveau de la savane arbustive (0,2 ha). Toutefois le nombre moyen d'individus par parcelle reste sensiblement supérieur pour la savane arbustive (108,4) que pour les savanes arborée et arborée dégradée, ces deux dernières présentant des valeurs très proches (73,5 et 74 respectivement).

48Acacia seyal, qui est largement représenté dans la savane arbustive, est très riche en individus (380, soit 45 % du total). Viennent ensuite Combretum glutinosum (15 % des individus rencontrés), Ziziphus mauritiana (13 %) et Feretia apodanthera (7 %). Puis on tombe à 4 % pour Piliostigma reticulatum, 3 % pour Dichrostachys glomerata et Diospyros mespiliformis, et 2 % pour Balanites aegyptiaca et Guiera senegalensis. Les autres espèces présentes regroupent chacune moins de 1 % du total des individus inventoriés.

49Le nombre d'individus varie beaucoup d'une placette à l'autre (Tab. VIII). Les valeurs moyennes vont de 97,5 pour la savane arborée dégradée à 87 pour la savane arborée, en passant par 92,8 pour la savane arbustive. L'ordre est le même pour les espèces, avec des valeurs moyennes de 13, 8 et 12,4 respectivement. Certes, la base statistique est réduite, mais il ressort que ni le nombre d'individus ni la diversité floristique ne sont liés par une relation simple et étroite au type et à l'état apparent du couvert végétal.

Tableau VIII - Nombres d'individus et d'espèces sur chacune des placettes.

Tableau VIII - Nombres d'individus et d'espèces sur chacune des placettes.

IV - Discussion

50L'évolution de la forêt de Sambandé a été marquée par sa mise en défens en 1999, suivie par une période d'aménagement et d'exploitation pour le charbon de bois à partir de 2007.

51L'étude diachronique de l'occupation des sols, menée pour les années 1998 et 2018, et une enquête auprès de la population sur la perception des changements entre ces dates, ont donné des résultats concordants. Elles montrent une situation dégradée en 1998, avant la mise en défens, ce qui confirme les conclusions des études antérieures (PAGERNA, 2003 ; PERACOD, 2007, 2015). Cette dégradation résultait des actions anthropiques : usage du feu, coupes illégales de bois pour la production de charbon, empiétements agricoles et émondages abusifs par les éleveurs transhumants (PERACOD, 2015), tout cela dans un contexte de déficit pluviométrique.

52Au sujet de l'occupation du sol, nos cartographies à partir des images satellitaires diffèrent de la situation décrite dans le Plan d'Aménagement et de Gestion (PAG) réalisé par PERACOD en 2015. Ce dernier distingue sept unités différentes (forêt galerie, savane boisée, savane arborée, savane arbustive, savane arbustive dégradée, zone agricole et mares), contre quatre seulement reconnues dans notre étude (savane arbustive, savane arborée, savane arborée dégradée et terrains cultivés). Selon le PAG, la savane arbustive, la savane arborée et les terrains cultivés couvraient respectivement 292, 199 et 248 ha en 2015, contre 530, 160 et 183 ha en 2018 selon notre étude. Cela découle en partie, surtout pour les savanes, d'une perception différente des milieux. Quant à l'absence d'eau dans notre étude, elle est liée à l'assèchement des points d'eau temporaires aux dates où les images utilisées ont été prises.

53Au cours de la période d'étude, la savane arbustive a été la formation qui a connu les évolutions les plus marquées, qu'il s'agisse de conversions ou de modifications. Ce résultat diffère de celui trouvé par L. FAYE et al. (2016) dans la forêt de Missirah, qui attribue les plus fortes évolutions à la savane arborée devant la savane arbustive entre 1990 et 2016. Il n'en reste pas moins que dans la forêt communautaire de Sambandé, la régression de la savane arborée dégradée a aussi bénéficié à la savane arborée.

54Entre 1998 et 2018, les terrains cultivés sont passés de 123 à 183 ha. Selon I. FALL (2007) et M. DIONE (2007), cités par M. DIONE (2008), cette extension s'est faite par empiètements successifs, preuve de la difficulté initiale de la population à prendre véritablement le relais après le retrait des projets qui ont accompagné la période de mise en défens et d'aménagement pour la production de charbon de bois. Mais elle s'est progressivement responsabilisée à la gestion des ressources naturelles, ce qui était la condition nécessaire à la réussite de la mise en défens (PERACOD, 2007).

55La mise en défens ayant très largement protégé le couvert végétal spontané, celui-ci a évolué de façon positive, la savane arborée dégradée régressant (perte de 197 ha), tandis que les savanes arborée et arbustive gagnaient du terrain (+45 ha et +91 ha respectivement). La densification de la végétation spontanée s'est accompagnée d'une amélioration de la biodiversité, tant végétale qu'animale (PERACOD, 2015).

56Un effet positif de la mise en défens a été observé par A. TBIB et M. CHAIEB (2004) en zone aride tunisienne, les taux de recouvrement ayant triplé après trois ans. Au Sénégal, le PAGERNA (2003) soutient que le taux de couverture par la végétation est amélioré de 80 % en moyenne après cinq ans de protection dans les "aires mises en défens".

57Sur le plan floristique, en août 2019, un total de 32 espèces de ligneux ont été recensées sur nos neuf placettes de 400 m2 chacune couvertes de végétation spontanée. Ce résultat est très loin de celui obtenu par I. FALL lors de travaux réalisés entre novembre et décembre 2002 dans la même forêt, cet auteur ayant répertorié 87 espèces, 67 ligneuses et 20 herbacées, sur un total de 31 placettes de 400 m2 (I. FALL, 2007). Pour les ligneux, qui sont l'objet de notre étude, nous n'arrivons même pas à la moitié du nombre d'espèces que cet auteur a recensées. Pour expliquer cette différence, on peut d'abord mettre en avant le nombre de placettes analysées et donc la superficie totale considérée. Par ailleurs, le dispositif mis en place par I. FALL différait du nôtre par la disposition des placettes, qui étaient positionnées à une distance de 200 m les unes des autres le long de six layons, deux layons successifs étant séparés de 800 m. Il est toutefois douteux que ce facteur soit déterminant. En revanche, on peut invoquer des effets plus efficaces de la mise en défens lors des observations de I. FALL. À cet égard, M. DIATTA et al. (2000) ont constaté une augmentation de 50 % du nombre d'espèces ligneuses et un accroissement du taux de recouvrement de 20 % à plus de 80 % après 4 ans de protection intégrale à Thysse Kaymor (Sénégal). M. BADJI et al., (2013) abondent dans ce sens, une mise en défens ayant permis après cinq ans une augmentation de 52 % du nombre d'espèces dans les espaces sylvo-pastoraux du sud du bassin arachidier. De telles valeurs attestent que les conditions de gestion des espaces forestiers peuvent être responsables d'une partie au moins de la différence entre nos résultats et ceux de I. FALL. En effet, celui-ci a effectué ses inventaires à un moment où la mise en défens était stricte, alors que nous avons travaillé après l'organisation de la production de charbon de bois.

58D'autres études floristiques ont été menées sur les savanes de la Forêt Communautaire de Sambandé par le passé. L'inventaire phytoécologique effectué en 2006 par les agents du PERACOD et rapporté dans le PAG de 2007 fait état de 56 espèces (PERACOD, 2007), nombre réduit à 36 en 2015 (PERACOD, 2015). Même s'il est difficile de comparer des résultats de travaux d'inventaires forestiers menés avec des objectifs et des méthodes de recherche différents, ceux sur la forêt de Sambandé semblent indiquer un appauvrissement progressif en espèces ligneuses avec le temps, entre 2002 (67 espèces inventoriées) et 2019 (32 espèces seulement). L'exploitation légale et frauduleuse du charbon de bois pourrait en être une des causes. D'ailleurs, sur les huit espèces à bois énergie listées dans les PAG de 2007 et 2015, trois (Acacia nilotica var. tomentosa, Acacia senegal et Ziziphus mucronata) n'ont pas été recensées en 2019. Il serait néanmoins exagéré de parler de disparition, car ces espèces sont certainement toujours présentes de manière disséminée et pourraient être plus facilement trouvées en multipliant le nombre des placettes. En tout cas, comme l'ont montré L.I.B. RAOLIARIVELO et al. (2000) dans leur étude sur le littoral Sud Malgache, la pression pour le charbon de bois contribue à réduire la densité des espèces ligneuses en général et celle des espèces propices à la fabrication de charbon en particulier.

59Notons en outre que les résultats de notre étude floristique ne sont pas concordants avec ceux de l'enquête auprès de la population, ni avec ceux de la cartographie diachronique 1998-2018. La diversité floristique n'évolue donc pas toujours dans le même sens que l'occupation du sol. Sur certaines placettes de la partie la plus dégradée encore aujourd'hui du terrain d'étude, la diversité est parfois élevée, tandis qu'elle est faible dans certains relevés de la zone où la végétation s'est reconstituée, ce qui constitue a priori un paradoxe. Mais la savane arbustive, association la plus évoluée du terrain d'étude, dont elle couvre 52 % de la superficie, est constituée de ligneux bas et par conséquent d'espèces pionnières. Les espèces à reconstitution lente (Acacia albida, Adansonia digitata, Moringa ovalifolia, Celtis integrifolia, Tamarindus indica, Sclerocarya birrea...), qui sont elles aussi source de diversité, sont peu nombreuses.

60Dans ces conditions, la perception de la diversité des ligneux par la population doit être marquée par la densité du couvert végétal. Mais elle est certainement aussi influencée par l'évolution au cours de la période initiale, celle de mise en défens stricte, avant le début de l'exploitation pour la production de charbon de bois.

V - Conclusion

61La dynamique récente de la Forêt Communautaire de Sambandé (1019 ha) a été marquée par la mise en défens de 1999, puis par l'exploitation pour la production de charbon de bois consécutive au Plan d'Aménagement et de Gestion de 2007.

62D'une enquête menée auprès de la population et de la comparaison de deux images satellitaires, de 1998 et 2018, il ressort que le couvert végétal spontané a connu une évolution positive après la mise en défens, sous la forme d'un accroissement de la superficie des savanes arbustive et arborée, au détriment de la savane arborée dégradée. Les terrains cultivés ont été étendus dans le cadre du plan GOANA lancé en 2008. Toutefois, après un gain initial 250 ha, une bonne partie est retournée à la végétation spontanée sous la pression de la population. L'augmentation de leur superficie est donc restée trop faible (61 ha) pour masquer la reconstitution globale de la végétation.

63En revanche, l'inventaire floristique révèle que, contrairement au ressenti de la population, la dynamique progressive de la couverture végétale ne s'est pas accompagnée, du moins entre 2002 et 2019, d'un accroissement du nombre des espèces ligneuses.

Haut de page

Bibliographie

ANSD (2016) - Recensement général de la population et de l'habitat, de l'agriculture et de l'élevage (RGPHAE). Grand recensement 2013. Tome VI : Répertoire des localités, région de Kaolack. Édit. Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD), Dakar, Sénégal, 98 p.

ANTHELME F., MATO M.W. BOISSIEU D. de et GIAZZI F. (2006, Dégradation des ressources végétales au contact des activités humaines et perspectives de conservation dans le massif de l'Aïr (Sahara, Niger). VertigO, vol. 7, n° 2, 12 p., en ligne.

BADJI M., SANOGO D. et AKPO L.E. (2013) - Effet de l'âge de la mise en défens sur la reconstitution de la végétation ligneuse des espaces sylvo pastoraux du sud bassin arachidier (Sénégal). Journal of Applied Biosciences, vol. 64, p. 4876-4887.

BENE A. et FOURNIER A. (2012) - Végétation naturelle et occupation des terres au Burkina Faso (Afrique de l'Ouest). Cinq décennies de changement dans un terroir du pays sèmè. In : Regards scientifiques croisés sur le changement global et le développement - Langue, environnement, culture, G. FABRE, A. FOURNIER et L. SANOGO édit. Actes de Colloque (Ouagadougou, Burkina Faso), p. 143-238.

BERHAUT J. (1967) - Flore du Sénégal. Édit. Clairafrique, 2ème édition, Dakar (Sénégal), 485 p.

BONN F. et ROCHON G. (1992) - Précis de télédétection. Volume 1 : Principes et Méthodes. Québec, Édit. Presses Universitaires du Québec, Québec (Canada), 485 p.

BOTONI E. et REIJ C., (2009) - La transformation silencieuse de l'environnement et des systèmes de production au Sahel : impacts des investissements publics et privés dans la gestion des ressources naturelles. Édit. Comité permanent Inter-États de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS), 61 p

DIATTA M., ALBERGEL J., PÉREZ P., FAYE E., SÉNE M. et GROUZIS M. (2000) - Efficacité de la mise en défens testée dans l'aménagement du petit bassin de Thysse Kaymor (Sénégal). Bulletin du Réseau Érosion, vol. 20, p. 232-244.

DIONE M. (2008) - Contribution à l'étude des produits de cueillette (PFC) : potentiel et utilisations dans le terroir villageois de Sambandé (région de Kaolack) au Sénégal. Mémoire de maîtrise, Université Cheikh Anta Diop, Dakar (Sénégal), 119 p. + annexes.

DIOP M., SAMBOU B. et LY B. (2012) - Représentations de la forêt et répercussions sur la gestion des ressources forestières au Sénégal. VertigO, vol. 12, n° 2, en ligne.

FALL I. (2007) - Suivi-évaluation de la phytomasse de cinq espèces médicinales dans la forêt communautaire Mama Kaoussou de Sambandé. Commune rurale de Keur Baka. Région de Kaolack (Sénégal). Mémoire de DES (diplôme d'études supérieures), Université Cheikh Anta Diop, Dakar (Sénégal), 119 p.

FAO (2005) - Évaluation des ressources forestières mondiales 2005. Bénin. Rapport National. Édit. FAO (Organisation des Nations Unies pour l'Agriculture et l'Alimentation), Département des Forêts, rapport national 144, Rome (Italie), 17 p.

FAYE B. (2006) - Étude de la dynamique actuelle des forêts classées dans le département de Kaolack. Mémoire de maîtrise, Université Cheikh Anta Diop, Dakar (Sénégal), 127 p.

FAYE L.C., SAMBOU H., KYEREH B. et SAMBOU B. (2016) - Land Use and Land Cover Change in a Community-Managed Forest in South-Eastern Senegal Under a Formal Forest Management Regime. American Journal of Environmental Protection, vol. 5, n° 1, p. 1-10.

GANSAONRÉ R.N. (2018) - Dynamique du couvert végétal et implications socio-environnementales à la périphérie du parc W/Burkina Faso. VertigO, vol. 18, n° 1, en ligne.

KABORÉ O. (2013) - Dynamique de l'utilisation des terres dans les écosystèmes de savane et systèmes agraires du bassin versant de la Kompienga (Burkina Faso). Thèse de doctorat, Université de Ouagadougou, 281 p.

KINDO H. (2007) - Dégradation des terres et pauvreté au Sahel et en Afrique de l'Ouest. Mediaterre - Afrique de l'Ouest, en ligne.

KOADIMA M. (2008) - Inventaire des espèces ligneuses utilitaires du parc W et terroirs riverains du Burkina Faso et état des populations de trois espèces à grande valeur socio-économique. Mémoire de DEA, Université de Ouagadougou (Burkina Faso), 56 p.

KPEDENOU K.D., DRABO O., OUOBA A.P., DA D.C.E. et TCHAMIE T.T.K. (2017) - Analyse de l'occupation du sol pour le suivi de l'évolution du paysage du territoire Ouatchi au sud-est Togo entre 1958 et 2015. Cahiers du CERLESHS, Université de Ouagadougou (Burkina-Faso), vol. XXXVI, n° 55, p. 203-228.

MECV (2007) - Programme d'action national d'adaptation à la variabilité et aux changements climatiques (PANA du Burkina Faso). Édit. Ministère de l'Environnement et du Cadre de Vie du Burkina Faso, 84 p.

NDAO M.L. (2014) - L'arboriculture en contexte d'insécurité : dynamiques temporelles et territoriales à Niaguis (Ziguinchor). Thèse de 3ème cycle, Université Gaston Berger, Saint-Louis-du-Sénégal (Sénégal), 326 p.

NEGURA L. (2006) - L'analyse de contenu dans l'étude des représentations sociales. SociologieS, p. 1-21, en ligne.

OKANGA-GUAY M., MPIE SIMBA C., NDONGHAN IYANGUI N., MOUSSAVOU G., OBIANG EBANEGA M., BIBOUTOU A.S., NKOUMAKALI B. et MINTSA NGUEMA R. (2018) - Transformations des paysages périurbains de Libreville (Gabon) : dynamiques de l'occupation du sol par télédétection de la zone de Bambouchine - Bikélé, 1990-2014. Revue Canadienne de Géographie Tropicale, vol. 5, n° 2, p. 25-33.

PAGERNA (2003) - Capitalisation des acquis du PAGERNA dans le domaine de la réhabilitation du couvert végétal et de l'habitat de la faune sauvage. Édit. Ministère de l'Environnement et du Développement Durable, Projet auto-promotion et gestion des ressources naturelles du Sine-Saloum, Dakar (Sénégal), 25 p.

PERACOD (2007) - Plan d'aménagement et de gestion de la forêt communautaire de Sambandé. Édit. PERACOD (Programme de promotion des énergies renouvelables, de l'efficacité énergétique et de l'accès aux services énergétiques), dossier réalisé par GTZ (coopération allemande), Dakar (Sénégal), 122 p.

PERACOD (2015) - Plan d'aménagement et de gestion de la forêt communautaire de Sambandé. Édit. PERACOD (Programme de promotion des énergies renouvelables, de l'efficacité énergétique et de l'accès aux services énergétiques), dossier réalisé par GIZ (coopération allemande), Dakar (Sénégal), 64 p.

PONTIUS R.G. (2000) - Quantification error versus location error in comparison of categorical maps. Photogrammetric Engineering and Remote Sensing, vol. 66, n° 8, p. 1011-1016.

RAOLIARIVELO L.I.B., RABENIALA R., MASEZAMANA H.N., ANDRIANARISOA J.H. et RANDRIAMALALA R.J. (2010) - Impact de la fabrication de charbon de bois sur la production et la disponibilité fourragère de pâturage en zone subaride, cas de la commune de Soalara-Sud, Toliara II. Édit. DERAD et CDE/ESAPP, rapport final du projet Q909, IV + 56 p.

REIJ C., TAPPAN G. et BELEMVIRE A. (2005) - Changing land management practices and vegetation on the Central Plateau of Burkina Faso (1968-2002). Journal of Arid Environments, vol. 63, n° 3, p. 642-659

REIJ C., TAPPAN G. et SMALE M. (2009) - Agroenvironmental transformation in the Sahel: another kind of "Green Revolution". Édit. International Food Policy Research Institute, IFPRI Discussion Paper 00914, Washington (USA), 43 p.

SAMBOU B., GOUDIABY A., MADSEN J.E. et B A.T. (1994) - Étude comparative des modifications de la flore et de la végétation ligneuses dans les forêts classées de Koutal et de l'île Kouyong (Centre-Ouest du Sénégal). Journal d'Agriculture Traditionnelle et de Botanique Appliquée, nouvelle série, vol. 36, n° 1, p. 87-100.

TBIB A. et CHAIEB M. (2004) - La mise en défense des parcours en zones arides : avantages écologiques et obstacles socio-économiques. Cahiers Options Méditerranéennes, vol. 62, actes de colloque : "Réhabilitation des pâturages et des parcours en milieux méditerranéens" (Djerba), A. FERCHICHI et A. FERCHCHI édit., p. 473-476.

ZIDA W.A. (2020) - Dynamique du couvert végétal forestier des agrosystèmes sahéliens du nord du Burkina Faso après les sécheresses des années 1970-1980 : implication des pratiques d'aménagement des terres. Thèse partielle de doctorat, Université du Québec à Montréal (Canada), XIX + 173 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Localisation de la zone d'étude.
Légende CSE : documents du Centre de Suivi Écologique (https://www.cse.sn/​).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/15175/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 2 - Écarts relatifs (en %) des pluies annuelles par rapport à la valeur moyenne sur la période 1970-2016.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/15175/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau I - Nombre de ménages enquêtés par village.
Légende Source pour la caractérisation des villages : ANSD (2016) et réactualisation sur le terrain.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/15175/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau II - Récapitulatif des images satellitaires utilisées.
Légende Source : United States Geological Survey (USGS) ‒ http://earthexplorer.usgs.gov.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/15175/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 3 - Compositions colorées en fausse couleur pour les images Landsat des mois de février 1998 et 2018.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/15175/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau III - Unités d'occupation du sol considérées et types de végétation cartographiés.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/15175/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Tableau IV - Matrices de confusion pour les images de 1998 et 2018.
Légende Total cl.sup. : total d'après la classification supervisée.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/15175/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Photo 1 - Savane arbustive à Acacia seyal et Combretum glutinosum dans la forêt de Sambandé. [cliché : Cheikh Tidiane FAYE]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/15175/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Tableau V - Superficie inventoriée par unité d'occupation du sol.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/15175/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 4 - Perception par la population du couvert végétal spontané de la Forêt Communale de Sambandé pour les années 1998 et 2018.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/15175/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 5 - Occupation du sol dans la Forêt Communautaire de Sambandé en 1998 et 2018.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/15175/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Tableau VI - Superficie des unités d'occupation du sol dans la Forêt Communautaire de Sambandé en 1998 et 2018.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/15175/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 6 - Détection des changement entre 1998 et 2018.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/15175/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Tableau VII - Espèces ligneuses inventoriées en août 2019 à l'intérieur de la forêt.
Légende Sa : savane arbustive. SA : savane arborée. SAd : savane arborée dégradée.+ : espèce présente. - : espèce absente.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/15175/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Tableau VIII - Nombres d'individus et d'espèces sur chacune des placettes.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/15175/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cheikh Tidiane Faye, Agnès Daba Thiaw et Guilgane Faye, « Dynamique du couvert végétal dans la Forêt Communautaire de Sambandé au Sénégal »Physio-Géo, Volume 19 | -1, 29-48.

Référence électronique

Cheikh Tidiane Faye, Agnès Daba Thiaw et Guilgane Faye, « Dynamique du couvert végétal dans la Forêt Communautaire de Sambandé au Sénégal »Physio-Géo [En ligne], Volume 19 | 2023, mis en ligne le 20 mars 2023, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/15175 ; DOI : https://doi.org/10.4000/physio-geo.15175

Haut de page

Auteurs

Cheikh Tidiane Faye

Laboratoire de Biogéographie, Département de Géographie, Université Cheikh Anta Diop, DAKAR, SÉNÉGAL.
Courriel : tidianefaye05@gmail.com

Agnès Daba Thiaw

Laboratoire de Biogéographie, Département de Géographie, Université Cheikh Anta Diop, DAKAR, SÉNÉGAL.
Courriel : dabaagnes@gmail.com

Guilgane Faye

Laboratoire de Géomorphologie, Département de Géographie, Université Cheikh Anta Diop, DAKAR, SÉNÉGAL.
Courriel : guilganefaye@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search